Navigation – Plan du site
Recherches

Les effets cognitifs des conflits discursifs sur le non-changement de comportement

Cas de la prévention du sida au Cameroun
Louis-Marie Kakdeu

Résumés

Y a-t-il symétrie entre les efforts consentis et les effets obtenus dans la communication sur le sida au Cameroun ? Le postulat principal de la théorie de la pertinence annonce que tout acte de communication doit s’inscrire dans l’environnement cognitif de la cible et être compris sur la base de l’expérience de sa réalisation. Sur cette base, l’auteur propose l’harmonie entre tous les paramètres de communication comme condition sine qua non du succès de la communication et du changement de comportement sur le terrain.

Haut de page

Texte intégral

1Depuis plusieurs décennies, le sida est un réel phénomène de société en Afrique. On observe que malgré toutes les mobilisations opérées sur tous les plans, la pandémie progresse toujours à un rythme préoccupant. Plusieurs causes, dont la pauvreté, sont avancées pour expliquer cette situation. Mais, celle-ci est sérieusement mise en doute lorsque, dans une comparaison transversale avec les pays riches, on se rend compte que la pandémie y persiste aussi. Un regard pragmatique sur l’organisation du système d’information et de communication autour de ce fléau suscite, pour sa part, des interrogations sur les désharmonies observées dans la chaîne de diffusion et sur les manquements relevés dans les opérations de changement de comportement.

2D’une part, on observe une dissymétrie entre la diffusion et la compréhension des messages sur le terrain : dans les faits, ceux-ci atteignent leurs cibles en passant par des opérations d’ajout, de retrait ou même de modification. D’autre part, s’il s’avère que les populations cibles reçoivent bien l’information, elles ne changent pas de comportement pour autant (Kakdeu, 2004). Notre préoccupation est de savoir pourquoi les communications publiques dans le domaine du sida ne produisent pas les effets escomptés. Nous présumons qu’il existe dans la chaîne de communication des obstacles qui, d’une part, entravent la compréhension effective des messages et qui, d’autre part, créent des conflits cognitifs responsables des problèmes de changement de comportement. Une analyse minutieuse de tout le système pourrait donc permettre de trouver une solution adéquate.

3Le premier axiome de l’école de Palo Alto (Watzlawick, 1972) postule que tout comportement est communication et qu’on ne peut pas ne pas communiquer, ce qui laisse sous-entendre que tout élément dans un système de communication peut produire un effet sur le plan du cognitif et par inférence modifier un comportement. Nous nous proposons d’analyser quelques éléments de la campagne du sida au Cameroun afin de vérifier si les messages diffusés peuvent engendrer des effets cognitifs discordants et ainsi provoquer des conflits discursifs pouvant entraver des changements de comportement.

Généralités sur le sujet

4De manière générale, les locuteurs ont une volonté manifeste de transmettre une intention particulière à un interlocuteur mais, parfois, sans trop s’en rendre compte, ils produisent par leur usage des signes verbaux et non verbaux des effets paradoxaux (Kerbrat-Orecchioni, 1986). Dans une situation idéale, on suppose que l’intention du locuteur se retrouve dans l’implicite des signes qu’il utilise et que l’interprétation du récepteur se retrouve dans les inférences qu’il tire de la situation de communication (Kakdeu, 2010b). Or, dans les campagnes de communication publique, les locuteurs ne sont pas nécessairement des experts dans l’usage qu’ils font des signes et, par conséquent, finissent par échouer dans la transmission de leurs intentions.

5Dans leur perspective cognitiviste, Sperber et Wilson (1989) soutiennent que le but du système cognitif de l’être humain est de construire et de modifier constamment une représentation du monde. L’effet cognitif serait tout ce qui modifie cette représentation du monde. En référence au discours conflictuel, Windisch (1987) affirme que le conflit discursif serait la manifestation des sentiments de défiance issus d’un discours. Par ailleurs, il est reconnu que la représentation mentale (RM) est une représentation, fictive ou réelle, que l’on élabore, par la pensée, d’une situation. En somme, dans une situation donnée, les sensations suscitent l’activation d’informations contenues en mémoire (environnement cognitif) et provoquent des réactions du sujet. Ce concept de représentation mentale est étroitement lié à celui de représentation sociale, car il renvoie à la manière commune qu’a une société de penser, d’interpréter et de s’approprier les réalités quotidiennes et ses rapports avec elles. Cette approche est bien exprimée par Duby (1978) et Augé (1979 et 1994), qui ont montré que la représentation avait pour fonction de reconstituer des ordres et des rapports sociaux, d’orienter des comportements collectifs et de transformer le monde social.

6Pour mener notre analyse, nous avons opté pour une démarche expérientielle (Auchlin, 1998). Il s’agit d’une démarche qui vise à changer les comportements d’une personne à partir de ses expériences concrètes. En matière de changement de comportement, le processus d’autonomisation, vu sous l’angle de l’actualisation d’un possible, va dans le sens de la croissance et de l’épanouissement de la personne à partir de son exploitation du potentiel d’une situation.

  • 1  En référence à l’approche qui stipule que le chercheur ne doit pas faire partie de l’expérience po (...)

7Nous tenterons de cerner une réalité africaine à partir du « dedans et d’en bas » et non « d’en haut ou de l’extérieur ». Ainsi, nous avons eu recours à des sources orales, appelées « corpus sous terrain », en plus de notre propre corpus. Considérer les sources orales de l’information, c’est chercher à combler les insuffisances d’une récolte lacunaire faite à partir de matériaux peu consistants1. Bien que cette méthode soit souvent qualifiée d’ascientifique, Dika Akwa (1974) se demande comment on peut rendre la réalité possible sans une certaine proximité. C’est d’ailleurs l’expérience de Nigel Barley (1992/2001), « l’anthropologue en déroute », pendant son étude des Dowayo, une petite tribu du nord du Cameroun. Ses interlocuteurs s’étaient montrés hostiles, insaisissables et imprévisibles jusqu’à ce qu’il prenne la résolution de se transformer tour à tour en infirmier, banquier, chauffeur de taxi et de se faire « exploiter jusqu’à l’os ». Il finit par comprendre qu’il faisait partie intégrante de l’objet de son étude.

8Dans un souci de triangulation et dans une démarche longitudinale allant de 2003 à 2008, nous avons eu recours à la documentation, à l’entretien et à l’observation participante et avons privilégié les composantes sociologiques des zones (rurale, mi-urbaine et urbaine), des générations (adultes et jeunes) et du sexe (hommes et femmes).

Corpus

9Le corpus se compose d’une célèbre affiche du gouvernement camerounais dans sa campagne de lutte contre le sida (2003-2004), d’un article à la une publié par le journal La Missive le 9 février 2004, d’un entretien avec David Etoundi, « guérisseur du sida », d’un communiqué de presse du ministre de la Santé publique et président du Comité national de lutte contre le sida (CNLS), publié dans le journal Le Messager du 22 mars 2004 et signé par Puis Njawé et, finalement, d’un extrait d’un message publicitaire diffusé sur plusieurs supports en 2008 et visant à encourager le port correct du préservatif masculin.

L’affiche célèbre, en 2003-2004, du gouvernement camerounais (D1)

L’affiche célèbre, en 2003-2004, du gouvernement camerounais (D1)

10Le « chercheur » David Etoundi s’est déclaré « guérisseur du sida » dans le journal La Missive du 9 février 2004 (no 106) (D2)

11À la une de ce numéro publié par Richard Kenmogné, on pouvait lire : « SIDA, 70 mille personnes déjà soignées : après le Vanhivax du Pr Victor Anomah Ngu, un autre Camerounais vient de mettre au point un produit qui terrasse le virus en quelques jours seulement. » Suit l’entrevue d’un journaliste (J) avec David Etoundi (E) :

(J) À combien peut-on estimer le nombre de patients que vous avez déjà traité, et leurs sphères d’activité ?

(E) J’ai déjà guéri grâce au « Y.N.B-Vertum », plus de sept mille patients porteurs du Vih, avec un pourcentage de réussite de 99 %. Les rares personnes décédées étaient à un stade d’irréversibilité. Mes patients se recrutent dans toutes les classes sociales, du pousseur au haut commis de l’État, en passant par le maître, le journaliste, l’universitaire, etc.

(J) Quel est votre mot de fin ?

(E) Comme l’a dit quelqu’un un jour alors que nous discutions à propos : « la lutte contre le Vih/Sida se passe autour du Vih et non contre le Vih. »

  • 2  Il faut dire que le CNLS est créé selon les plans de l’Organisation mondiale de la Santé dans le c (...)
  • 3  C’est un journal à capitaux privés qualifié d’antigouvernemental.

12Communiqué de presse du ministre de la Santé publique et président du CNLS2, publié dans le journal Le Messager3 du lundi 22 mars 2004 (n° 1638), propriété de  signé par Puis Njawé (D3)

Au moment où la Nation Camerounaise tout entière, sous la houlette du Chef de l’État, Son Excellence Paul Biya et avec l’appui de la Communauté internationale, se mobilise et mène un combat déterminé à la pandémie du Vih/Sida, il est inacceptable que des charlatans en mal de popularité et de fortune abusent de la population. Face à cette situation caractérisée par l’ouverture des antennes et des médias aux charlatans qui rivalisent des déclarations et annonces diverses, les présentant comme détenteurs de solutions miracles contre le Sida, le ministre de la Santé publique, Président du Comité national de Lutte contre le SIDA dénonce ces manœuvres d’escroquerie et se réserve le droit de poursuivre leurs auteurs et complices conformément aux lois et règlements de la République. Il invite la population à la vigilance et lui recommande le recours exclusif aux conseils de prévention de l’infection au Vih et aux traitements du Sida par les médicaments anti-rétroviraux dispensés par les centres agréés. Le ministre en appelle au sens de responsabilité des médias nationaux et compte sur leur collaboration citoyenne pour mettre fin aux annonces fantaisistes et publicités mensongères dont les conséquences pour la Santé des populations camerounaises sont incalculables.

13Extrait d’un message publicitaire phare dans les médias camerounais diffusé en 2008 et visant le port correct du préservatif masculin (D4)

[…] pi::ntch, enroll (pincez, déroulez) !

Désharmonies dans le système de communication sur le sida

14Nous allons relever dans cette partie les implicites qui génèrent des situations conflictuelles en face à face en raison des conflits discursifs sous-jacents. Nous examinerons le corpus ci-dessus afin d’explorer et de décrire les possibles dissonances dans leurs représentations linguistiques, mentales ou sociales par rapport au sida.

Effets cognitifs liés au profil des communicateurs

  • 4  Au Cameroun, la durée moyenne d’un gouvernement est de deux ans.
  • 5  La campagne se déroulait au moment où le Cameroun se situait dans le peloton de tête des pays les (...)

15L’auteur du premier message (D1) est le ministre Urbain Olanguena Awono, du CNLS. La stabilité des stratégies du CNLS dépend de la stabilité des actions politiques d’un régime politique. Dans un régime où les remaniements ministériels sont fréquents4, l’instabilité politique affecte les représentations mentales dans l’imaginaire populaire qui perçoit la lutte contre le sida comme une affaire politique. Cela engendre la manifestation de la même attitude de repli observée au sein de la population pendant les campagnes électorales. Celle-ci a l’impression que le fait de participer à une campagne de lutte contre le sida est synonyme de « cautionner » les manquements politiques. Dans un contexte de récupération politique des activités sociales, les personnes qui se mobilisent pendant une campagne publique sont associées à ceux qui tirent les ficelles, aux « profiteurs ». On entend souvent dire : « X est venu nous faire sa campagne de sida et nous le soutenons. » Dans l’imaginaire populaire, l’emphase sur le déictique « sa » indique que le bénéficiaire réel de cette campagne n’est pas les populations nécessiteuses, mais les leaders qui recherchent une ascension politique. Dans un contexte de corruption et de détournements des deniers publics5, la diffusion intensive des messages peut donner à penser que les responsables cherchent à détourner des fonds publics vers leurs intérêts personnels.

  • 6  Le njiangui est une table à manger autour de laquelle ne s’assoient que ceux qui l’ont garnie. Ce (...)
  • 7  Ce néologisme permet de désigner la politique du ventre selon laquelle l’essentiel est de manger e (...)

16Dans l’imaginaire collectif, lorsqu’une personne est nommée à un poste de responsabilité au Cameroun, on dit qu’elle est allée à la « mangeoire » (Kakdeu, 2010a). Le promu retourne dans son village pour organiser une grande célébration servant de prétexte à la rédaction d’une motion de remerciement et de déférence au président de la République « pour avoir pensé au village ». Un poste obtenu est donc dans l’imaginaire populaire un plat de nourriture que le promu doit partager. Cette relation entre le gouvernement et la population se résume dans le slogan Politics na ndjangui6. Le soutien apporté aux actions de l’État peut être évalué en termes de postes de nomination, de rétributions financières ou « du mangement et du boivement »7.

  • 8  C’est l’appellation des griots dans les chefferies traditionnelles de l’ouest du Cameroun.
  • 9  Dans les faits, nous avons observé sur les plans éthologique et sémiotique que certaines personnal (...)

17La lecture du communiqué de presse (D3) donne à penser que le « Chef de l’État, Son Excellence Paul Biya » tire profit de la situation et que les porte-parole, dont le ministre de la Santé publique, se comportent comme des griots. On entend souvent les gens dire « le Chef de l’État et ses <tsinda>8 » en référence à ce genre de stratégie de communication dans laquelle on lui fait allégeance. La représentation de ces griots chez les populations est celle d’une personne qui croit que plus elle fait allégeance à ses « Chefs »9, plus longtemps elle conservera son poste. Dans un élan de généralisation, la population manifeste sur le plan cognitif des attitudes de « défiance » à l’égard de l’administration.

  • 10  L’opinion trouve une certaine complaisance dans les arrestations des détourneurs des deniers publi (...)
  • 11  Programme politique du président Paul Biya depuis la campagne électorale de 2004.

18Le même communiqué de presse utilise des termes tels « communauté internationale », « bailleurs de fonds » ou « partenaires internationaux » qui désignent les institutions qui apportent officiellement leur soutien au Cameroun. Dans l’imaginaire populaire, la relation que le pays entretient avec ces partenaires n’est pas toujours transparente et le chef de l’État est perçu comme la « marionnette » de ces institutions, dont la France, « l’ancien colon ». De telles représentations disposent les populations cibles à détourner le sens des messages qui leur sont destinés, et ce, malgré les efforts du gouvernement pour assainir les finances10 et promouvoir le progrès11.

  • 12  Il est ancien ministre de la Santé publique et professeur agrégé de médecine. C’est un chercheur d (...)
  • 13  En référence à un vaccin et sérum contre le sida.
  • 14  Il est le président du conseil d’administration de l’hôpital général de Douala, l’un des premiers (...)

19Le journal La Missive dans son édition du 9 février 2004 (D2) fait référence à des professionnels de la santé qui œuvrent dans le domaine du sida. C’est le cas du professeur Anomah Ngu12 qui avait annoncé sa découverte du Vanhivax13. Une telle annonce avait généré beaucoup de controverses14 dans les milieux administratifs. On lui avait demandé de réviser son annonce sous prétexte d’un « semblant » conflit d’intérêts lié à ses « prétendues » recherches. De nombreuses voix s’étaient levées pour dénoncer l’étouffement de cette découverte au profit des intérêts commerciaux et racistes : « Les Blancs ne veulent pas entendre que c’est un Noir qui a découvert le vaccin. » Cela intervenait dans le contexte de la dénonciation par le président sud-africain Tabo Mbéki de la politique mercantiliste autour des antirétroviraux dans son pays.

20Le 24 janvier 2008, le professeur Anomah Ngu avait déclaré lors d’une conférence de presse : « Le Vanhivax finira par être validé. » Ces propos ont nourri le conflit discursif qui a contribué à ternir l’image de marque de la campagne de lutte contre le sida au Cameroun. Bien avant, le tradipraticien David Etoundi, comme beaucoup d’autres personnes, avait profité de la mouvance favorable pour faire une sortie médiatique spectaculaire avec son annonce du nombre de patients déjà soignés grâce à son propre vaccin, le Y.N.B-Vertum, avec un taux de réussite de 99 %. De plus, il avait exprimé cette défiance qui existe entre le gouvernement et la société civile : « la lutte contre le Vih/sida se passe autour du Vih et non contre le Vih », en référence à la prétendue existence des intentions inavouées du gouvernement.

21Ces accusations à demi-mot sont de nature à créer des conflits discursifs susceptibles de justifier les sentiments de défiance envers la lutte contre le sida, que l’on observe en matière de changement de comportement.

Effets cognitifs générés par les messages transmis

22Malgré le caractère très limité et restreint de notre corpus, il est permis de penser qu’il existe entre les intentions de communication et les inférences que les populations cibles tirent des messages diffusés un large écart, voire une dissonance.

  • 15  Le taux de prévalence de la maladie au sein de la population nationale s’était fixé à plus de 12 % (...)

23Le message de l’affiche (D1) est direct : « l’heure est grave ; protégez-vous »15. En 2008, ces affiches ont été remplacées par un message publicitaire (D4) dont le ton est proche de la banalisation du sida, ce qui a miné, paradoxalement, la crédibilité des autorités. En effet, dans une société où les gens connaissent déjà la souffrance, une majorité de Camerounais ne veulent pas entendre parler de la mort et ne sont attentifs qu’aux messages qui leur promettent la « sortie du gouffre » (Kakdeu, 2010a). En 2008, la diffusion des messages moins agressifs a par contre nourri la réticence de ceux qui pensent que le problème du Cameroun est celui d’un manque de volonté politique : « Le gouvernement n’aime pas le peuple ; on sait ce qu’il faut faire, mais on cherche toujours là où on peut voler l’argent. » Ce conflit discursif est renforcé par les incohérences dans le système de communication.

24L’article de la presse (D2) et le communiqué (D3) traitent du même sujet. Il s’agit de la prétendue découverte du vaccin contre le sida par des chercheurs camerounais. Des praticiens des médecines traditionnelle et moderne avaient investi la presse privée pour annoncer leur traitement du sida avec l’appui de témoignages souvent à visage découvert. L’autorité administrative pensait que leur intention communicative était manipulatoire. En effet, l’entreprise profitait du désespoir attesté au sein de la population pour s’enrichir. À longueur de journée, ces « docteurs » envahissaient les ondes des radios commerciales pour attester les effets curatifs de leurs produits sur une trentaine de maladies choisies parmi les plus courantes, sans qu’on puisse établir la véracité des prétentions. Le sentiment de défiance s’était établi à l’égard de la médecine moderne, et la médecine traditionnelle se nourrissait de la conviction selon laquelle le gouvernement interdit toujours sans suffisamment de transparence. Les tradipraticiens lui reprochent de ne pas définir clairement le statut de la médecine traditionnelle et dans un élan de défiance, ces derniers se seraient fait justice en essayant de fonctionner dans l’anarchie comme dans un monde sans État. La dissonance ou l’asymétrie discursive se creuse dans les représentations collectives parce que, d’une part, la médecine moderne est efficace mais chère (au-dessus des moyens de l’essentiel de la population) et, d’autre part, la médecine traditionnelle est douteuse mais moins chère (à la portée de tous). Cette dissonance ou asymétrie discursive s’alimente de l’imposition presque absolue de la pratique moderne dans un contexte où les pratiques traditionnelles semblent donner plus de satisfaction : « Non seulement c’est moins cher, mais ça guérit vite et tu vas faire ta débrouillardise », dit-on. L’échec de la communication ici est l’échec de la mise en évidence de la distinction entre les vrais et les faux praticiens (« charlatans »).

Effets cognitifs générés par les langages de communication

  • 16  Constitution de la République du Cameroun du 18 janvier 1996, titre 1, article 1, alinéa 3 amendée (...)
  • 17  Le Cameroun compte huit régions francophones et deux régions anglophones.
  • 18  Dans les cas de bilinguisme, certains anglophones contestent le quota appliqué aux langues.
  • 19  Brown et Levinson (1978) nomment Face Threatening Acts (FTA) les expressions faciales qui exprimen (...)

25Nous nous proposons d’examiner les langages verbaux et non verbaux utilisés dans notre corpus. Le choix exclusif de la langue française pour les messages (D1) et (D3) est conforme à la constitution du pays qui exige que chaque document du gouvernement soit accessible en français et en anglais16. Il est vrai que d’autres affiches ont été produites exclusivement en anglais, mais c’est toujours problématique dans la mesure où ce type de monolinguisme rappelle l’existence de la ségrégation entre les régions anglophones et francophones17. Par contre, la presse privée camerounaise, dans la majorité des cas, a installé une coexistence monolinguistique (cohabitation des presses française et anglaise) comme l’illustre (D2). Les capitales (économique et politique) sont toutes installées en zones francophones, ce qui oblige les anglophones à lire la presse francophone, qui est dominante18. Ces réalités linguistiques sont des FTA19 que les acteurs politiques et économiques persistent à exacerber.

  • 20  En référence à la tendance de diffuser le même message en tout lieu et en tout temps sans tenir co (...)

26Dans une stratégie de « message passe-partout »20, parce qu’il revient au récepteur de tirer des inférences et de donner une interprétation à la communication, les contenus ne sont pas toujours déchiffrés correctement sur le terrain (c’est-à-dire selon l’intention de l’émetteur), ce qui pose des problèmes d’efficacité, tout particulièrement dans un pays comme le Cameroun qui, en plus des deux langues officielles, compte 283 langues nationales que l’État doit s’engager à promouvoir selon la Constitution (Bitja’a Kody, 2003).

27L’interprétation des couleurs, de la casse et de la taille des caractères de l’affiche (D1) soulève le problème de l’incapacité de la majorité des Camerounais, et surtout de ceux des zones rurales, à décoder son message. Pour certaines populations, le noir, le blanc et le rouge sont des couleurs de l’hostilité : le diable est noir, la fée est blanche, le criminel est rouge. Ce sont des éléments qui vraisemblablement n’ont pas été pris en compte pendant l’élaboration de la stratégie.

28Le communiqué (D3) renferme la forte intention de bien informer afin de contrer les effets négatifs des « charlatans », de leurs « manœuvres d’escroquerie » et d’affirmer avec force l’intention du gouvernement d’utiliser tous ses « moyens » pour sévir. Le fait que le communiqué soit publié dans les pages intérieures du journal et non à la une peut soulever un doute sur la volonté réelle du gouvernement. S’agirait-il d’un geste purement administratif d’apaisement visant à répondre aux accusations d’un « laisser-faire » et de l’inaction ?

29Par contre, la publication du communiqué à la une d’un journal peut être interprétée comme du sensationnalisme de la part de celui-ci, et son désir d’augmenter ses ventes peut être relevé comme dans le cas de la mise en exergue du chiffre de « 70 mille » par le journal La Missive (D2).

30Peu importe l’emplacement du communiqué, ses intentions informatives et communicatives tendent à susciter l’émotivité. Or, du point de vue éthologique, l’émotivité a un caractère culturel qui n’est pas pris en considération, et cela est de nature à générer des effets pervers.

Effets cognitifs générés par les supports de transmission

31L’affiche (D1) et son message ont une portée nationale à la fois parce qu’ils sont produits par le CNLS et le ministère de la Santé publique et parce qu’ils sont largement et facilement accessibles sur tout le territoire (placardés sur les murs des places publiques). Cependant, leur problème d’inefficacité opérationnelle est lié à leur caractère éphémère. Le communiqué (D3) provient des mêmes sources officielles et il est diffusé dans un journal à capitaux privés. Le ton administratif et injonctif peut être perçu comme menaçant. L’effet contraire peut être observé dans le cas du message publicitaire (D4) où le ton plus « adouci » peut banaliser ou trivialiser la menace réelle du sida. Dans les deux cas, le problème qui persiste est le caractère unidirectionnel de tous ces supports médiatiques qui n’offrent pas de feedback et, par conséquent, de possibilité d’analyser dans le même échange la réceptivité des messages du point de vue des effets cognitifs produits.

Proposition de la symétrie discursive

32L’examen de notre corpus, si restreint soit-il, amène à nous poser la question de savoir comment traiter des conditions nécessaires à la création de l’adéquation entre les effets cognitifs produits et les changements de comportement anticipés. Pour y apporter un début de réponse, nous proposons une approche basée sur les travaux de Reboul et Moeschler (1998a et 1998b), Jakobson (1963) et Kerbat-Orecchioni (1980). Sur le plan de la compréhension, Reboul et Moeschler affirment que pour qu’un acte de communication (ostensive-inférentielle) soit pertinent, il faut que les effets obtenus correspondent aux efforts consentis. Ainsi, pour maximiser les effets cognitifs et rendre efficace une communication publique, il faut établir une adéquation entre tous les paramètres obligatoires en s’assurant qu’ils forment un système ou un circuit fermé. Cette réflexion s’appuie sur le postulat suivant : une communication (C) entraîne toujours un comportement (Co) puisque la somme des inférences (I) de (C) suscitent (Co). Ainsi, une communication (C) entraîne un changement de comportement (CC) si et seulement si la somme des inférences (I) de (C) suscitent (CC). Pour cela, il faut vérifier que (I) est la somme des intentions d’émission (IE) et des inférences de réception (IR) telle qu’il existe :

  • une harmonie interne entre toutes les intentions qui se dégagent de tous les éléments d’émission pour former un tout cohérent (IE) ;

  • une harmonie interne entre toutes les inférences qui se dégagent de tous les éléments de réception pour former un tout cohérent (IR) ;

  • une harmonie parallèle entre (IE) et (IR) telle que la relation d’intersection de (IE) et de (IR) soit non nulle (Kakdeu, 2010a).

33Nous proposons d’ajouter la cognition aux six paramètres de communication de Jakobson et Kerbrat-Orecchioni (émetteurs, récepteurs, messages, codes/langues, canal et contexte). Chaque paramètre a un rôle indispensable de telle sorte qu’une rupture, à quelque niveau que ce soit, entraîne une rupture dans la chaîne de l’échange. L’harmonie des effets cognitifs, qui dépend de l’harmonie entre tous les paramètres, devrait déboucher sur le changement de comportement. Pour illustrer, nous suggérons le cycle suivant.

Schéma 1. Cycle de la communication pour le changement de comportement  

Schéma 1. Cycle de la communication pour le changement de comportement  

34Toute communication commence par l’action d’un émetteur/récepteur, enchaîne sur l’implication cognitive d’un message composé de signes transmis par un canal contextualisé et se termine par une inférence cognitive qui produit un effet pragmatique, et le cycle recommence. Le cycle de communication entraînant le changement de comportement n’est jamais clos. Même en cas de changement effectif de comportement chez le récepteur, il n’y a pas d’interruption du cycle mais plutôt une pause. La communication sera relancée plus tard (même après plusieurs années) pour ajuster la compréhension ou résoudre un problème surgi de nouvelles interrogations. Le schéma suivant se concentre sur les phénomènes cognitifs qui se déroulent dans les échanges entre l’émetteur et le récepteur.

Schéma 2. Modèle simplifié de la communication pour le changement de comportement (CCC)

Schéma 2. Modèle simplifié de la communication pour le changement de comportement (CCC)

35Ce schéma inspiré de Jakobson (1963) permet de montrer comment, dans toute communication, les intentions de l’émetteur (implication) sont logées dans tous les paramètres de la communication et comment les effets cognitifs (inférences) chez le récepteur sont induits de ces mêmes paramètres pour former un tout qui opérera sur la représentation mentale du récepteur. Le schéma 3 présente la vue d’ensemble d’une interaction discursive.

Schéma 3. Modèle détaillé de la CCC   

Schéma 3. Modèle détaillé de la CCC   

36Chaque interaction discursive comporte deux défis : celui de l’émission et celui de la compréhension. Réussir à transmettre une intention est synonyme de réussir à harmoniser les paramètres d’émission, d’une part, et à les adapter, palier par palier, aux paramètres de réception, d’autre part. Ce schéma reconnaît une marge de liberté au récepteur dans la mesure où celui-ci peut inférer, à chacun des paliers, les intentions de l’émetteur afin de constituer sa compréhension et de décider de son changement de comportement dans l’environnement de son quotidien.

Conclusion

37Cherchant à connaître l’origine des dysfonctionnements entre les effets cognitifs d’implication et d’inférence présents dans les campagnes du sida et la relation de causalité sur les situations de non-changement de comportement observées sur le terrain, nous concluons à leur désharmonie (entre les implications et les inférences) dans les cycles de communication. Cette désharmonie fait figure de paradoxe ; lorsque des sources officielles choisissent d’informer sur les dangers du sida et sur la nécessité d’adopter des comportements plus sécuritaires, le résultat chez une population en quête d’information est la résistance et la méfiance. Lorsque les sources sont plus « proches » des populations (presse écrite, message publicitaire, affiche), il résulte une banalisation de la menace sidéenne. Dans les deux cas, le changement de comportement n’est pas perceptible, et ce, depuis 2003.

38Ni le temps, ni le lieu, ni l’information, ni les langages, ni les médias de communication ne semblent être en cause, mais plutôt la cognition qui est le pivot sur lequel devraient être fixées les stratégies de communication. Pour faire face à cette dissymétrie entre les intentions de diffusion et les inférences de compréhension, nous proposons une approche symétrique pour tenter d’harmoniser les paramètres de la communication. Cette situation de dissymétrie n’est pas propre au Cameroun et encore moins au domaine de la santé publique, et elle nous interpelle quant à la nécessité de généraliser la réflexion. Il convient donc dans toutes les activités d’animation et de communication publique d’essayer de mettre en œuvre cette symétrie discursive.

Haut de page

Bibliographie

AUCHLIN, Antoine (1998), « Les dimensions de l’analyse pragmatique du discours dans une approche expérientielle et systémique de la compétence discursive » dans Jef VERSCHUEREN (dir.), Pragmatics in 1998, selected papers from the 6th International Pragmatics Conference, Anvers, IPrA.

AUGÉ, Marc (1979), Symbole, fonction, histoire. Les interrogations de l’anthropologie, Paris, Hachette.

AUGÉ, Marc (1994), Pour une anthropologie des mondes contemporains, Paris, Aubier.

BARLEY, Nigel (1992/2001), Un anthropologue en déroute, traduit de l’anglais par Marc DUCHAMP, Paris, Payot.

BITJA’A KODY, Z.D. (2003), Annuaire linguistique du Cameroun, Yaoundé, Cerdotola.

BROWN, Penelope et Stephen LEVINSON (1978), « Universals in language use: Politeness phenomena » dans Esther GOODY (dir.), Questions and Politeness. Strategies in Social Interaction, Cambridge, Cambridge University Press.

DIKA AKWA, Nya Bonambela (1974), « Les sources orales de l’histoire du Cameroun » dans Langues africaines, facteur de développement, actes du séminaire pour l’enseignement des langues africaines, Douala, Collège Liberman.

DUBY, Georges (1978), Les trois ordres ou L’imaginaire du féodalisme, Paris, Gallimard.

GOFFMAN, Erving (1974), Les rites d’interaction, Paris, Minuit.

JAKOBSON, Roman (1963), Essai de linguistique générale, Paris, Minuit.

KAKDEU, Louis-Marie (2004), La dissymétrie entre la diffusion et la compréhension des messages d’animation en développement : cas de la communication sur le sida au Cameroun. Mémoire de maîtrise sous la codirection de Zachée Dénis Bitja’a KODY et Étienne SADEMBOUO, Yaoundé, Université de Yaoundé I.

KAKDEU, Louis-Marie (2010a), Pragmatique, société et changement : étude cognitive et expérientielle de l’harmonie dans le système de communication sociale au Cameroun. Thèse de doctorat sous la direction de Gabriel MBA, Yaoundé, Université de Yaoundé I.

KAKDEU, Louis-Marie (2010b), « Analyse expérientielle de la promesse comme stratégie de communication politique en Afrique Noire francophone », Signes, discours et Sociétés, 5 [En ligne]. http://revue-signes.info/document.php?id=1677 Page consultée le 18 août 2010

KERBRAT-ORECCHIONI, Catherine (1986), L’implicite, Paris, Armand Colin.

REBOUL, Anne et Jacques MOESCHLER (1998a), Pragmatique du discours. De l’interprétation de l’énoncé à l’interprétation du discours, Paris, Armand Colin.

REBOUL, Anne et Jacques MOESCHLER (1998b), La pragmatique aujourd’hui. Une nouvelle science de la communication, Paris, Seuil.

SPERBER, Dan et Dierdre WILSON (1989), La pertinence. Communication et cognition, Paris, Minuit.

WATZLAWICK, Paul et al. (1972), Une logique de la communication, Paris, Seuil.

WINDISCH, Uli (1987), Le K-O verbal : la communication conflictuelle, Lausanne, L’Âge d’homme.

Haut de page

Notes

1  En référence à l’approche qui stipule que le chercheur ne doit pas faire partie de l’expérience pour des raisons de neutralité scientifique. En matière d’étude de comportement, cela est discutable.

2  Il faut dire que le CNLS est créé selon les plans de l’Organisation mondiale de la Santé dans le cadre de sa proposition de programmes nationaux de lutte contre le sida.

3  C’est un journal à capitaux privés qualifié d’antigouvernemental.

4  Au Cameroun, la durée moyenne d’un gouvernement est de deux ans.

5  La campagne se déroulait au moment où le Cameroun se situait dans le peloton de tête des pays les plus corrompus selon le classement de Transparency International (http://www.transparency.org).

6  Le njiangui est une table à manger autour de laquelle ne s’assoient que ceux qui l’ont garnie. Ce slogan a été lancé par le premier ministre Achidi Achu en 1992.

7  Ce néologisme permet de désigner la politique du ventre selon laquelle l’essentiel est de manger et boire.

8  C’est l’appellation des griots dans les chefferies traditionnelles de l’ouest du Cameroun.

9  Dans les faits, nous avons observé sur les plans éthologique et sémiotique que certaines personnalités ont tendance à se courber entre 60 et 130° pour saluer leurs « chefs » en référence aux pratiques observées dans certaines chefferies traditionnelles, églises ou mosquées du pays quand les fidèles s’adressent à Dieu ou au roi.

10  L’opinion trouve une certaine complaisance dans les arrestations des détourneurs des deniers publics

11  Programme politique du président Paul Biya depuis la campagne électorale de 2004.

12  Il est ancien ministre de la Santé publique et professeur agrégé de médecine. C’est un chercheur de longue date formé par « le père » de la pénicilline, Alexander Fleming, à la réputée University of London Medical School et à la St Mary Hospital. En 1954, il a obtenu des mains de la reine d’Angleterre le prix Max Bonn en pathologie. Actuellement, il dirige à Yaoundé une clinique moderne dite de « l’espoir ».

13  En référence à un vaccin et sérum contre le sida.

14  Il est le président du conseil d’administration de l’hôpital général de Douala, l’un des premiers centres de référence du pays.

15  Le taux de prévalence de la maladie au sein de la population nationale s’était fixé à plus de 12 %. L’intention communicative était de créer une hystérie collective au sein de la population (aggraver la situation) et d’obtenir d’elle des changements radicaux de comportement. Dès 2004, ces affiches ont été retirées et le taux de prévalence nationale est tombé à 4,3 % avec des explications statistiques peu convaincantes.

16  Constitution de la République du Cameroun du 18 janvier 1996, titre 1, article 1, alinéa 3 amendée en avril 2008 qui prévoit que le français et l’anglais sont les deux langues officielles du pays.

17  Le Cameroun compte huit régions francophones et deux régions anglophones.

18  Dans les cas de bilinguisme, certains anglophones contestent le quota appliqué aux langues.

19  Brown et Levinson (1978) nomment Face Threatening Acts (FTA) les expressions faciales qui expriment la menace et Face Flattering Acts (FFA) les expressions qui expriment la confiance. L’idée de base s’inspire de Goffman (1974), pour qui la communication sociale n’est possible que parce que les êtres humains s’activent à adoucir les menaces provenant de leur environnement quotidien par les expressions faciales.

20  En référence à la tendance de diffuser le même message en tout lieu et en tout temps sans tenir compte du contexte.

Haut de page

Table des illustrations

Titre L’affiche célèbre, en 2003-2004, du gouvernement camerounais (D1)
URL http://communication.revues.org/docannexe/image/2983/img-1.png
Fichier image/png, 252k
Titre Schéma 1. Cycle de la communication pour le changement de comportement  
URL http://communication.revues.org/docannexe/image/2983/img-2.png
Fichier image/png, 48k
Titre Schéma 2. Modèle simplifié de la communication pour le changement de comportement (CCC)
URL http://communication.revues.org/docannexe/image/2983/img-3.png
Fichier image/png, 55k
Titre Schéma 3. Modèle détaillé de la CCC   
URL http://communication.revues.org/docannexe/image/2983/img-4.png
Fichier image/png, 114k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Louis-Marie Kakdeu, « Les effets cognitifs des conflits discursifs sur le non-changement de comportement », Communication [En ligne], Vol. 30/1 | 2012, mis en ligne le 29 novembre 2012, consulté le 18 août 2017. URL : http://communication.revues.org/2983 ; DOI : 10.4000/communication.2983

Haut de page

Auteur

Louis-Marie Kakdeu

Louis-Marie Kakdeu est un jeune chercheur. Cet article est un extrait de sa thèse de doctorat PhD. Courriel : kakdeu@yahoo.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org