Navigation – Plan du site
Recherches

Les bouleversements de l’espace-temps

Vers une redéfinition des pratiques commémoratives et de leurs lieux consacrés à l’ère des TIC
Céline Bryon-Portet

Résumés

Si les technologies de l’information et de la communication contribuent à modifier la perception que l’homme a de la réalité, et plus précisément des notions d’espace-temps, alors cette nouvelle perception se répercute à son tour sur les rapports que l’être humain entretient avec les traditions commémoratives et les lieux qui leur sont consacrés. L’auteure cherche à comprendre comment Internet, en introduisant un sentiment de dématérialisation et de synchronie, et en opérant un déplacement de la mémoire humaine vers la mémoire informatique, appelle une réaction compensatoire, exprimée par une multiplication des cérémonies et espaces dédiés à des événements du passé.

Haut de page

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Sur cette modification des structures mentales par l’écriture, voir les travaux de Jack Goody (197 (...)

1La société moderne est marquée par le développement de la communication. Les médias — quatrième pouvoir — et les NTIC participent de cet essor. Cette « explosion de la communication », pour emprunter à Philippe Breton et à Serge Proulx (2006), semble traduire un véritable changement de paradigme, tant l’aspect quantitatif du phénomène s’accompagne d’un saut qualitatif, peut-être jamais égalé dans le domaine depuis l’invention de l’écriture1 et celle de l’imprimerie (Eisenstein, 1991), qui a donné naissance à la galaxie Gutenberg, telle que définie par Marshall McLuhan. L’avènement de cette nouvelle ère, en effet, provoque une inflation, voire une saturation d’informations, mais surtout un déplacement de référent et un bouleversement de notre système de représentation. Alvin Toffler (1980) met l’accent sur ce saut paradigmatique lorsqu’il montre qu’aux vagues de l’industrie puis de l’agriculture a récemment succédé la vague informationnelle. Le phénomène est d’une telle ampleur que certains, comme Ignacio Ramonet, évoquent une « tyrannie de la communication » (2001), tandis que d’autres, comme Lucien Sfez (1992), vont jusqu’à comparer cette inflation à une pathologie. Ainsi le néologisme tautisme, contraction des termes tautologie et autisme, exprime-t-il cette tendance à l’autoréférenciation. Jean Baudrillard ne dit pas autre chose lorsqu’il évoque la « circularité » de la communication (1986). De cette tendance découleraient un jeu d’apparences pures, un monde de simulacres et de simulations (Baudrillard, 1981).

  • 2  A ce sujet, voir les écrits philosophiques d’Emmanuel Kant, et surtout sa Critique de la raison pu (...)
  • 3  Le direct télévisé, par l’introduction d’une communication en « temps réel », ou encore la virtual (...)

2Notre hypothèse de recherche est que cette approche communicationnelle, reposant sur un tout-technologique que Jacques Ellul (1954 et 1977) et Jürgen Habermas (1978) furent parmi les premiers à dénoncer, modifie la perception que l’homme a de la réalité, et plus précisément des notions d’espace et de temps, conditions de toute expérience2. Cependant, il importe de préciser que si les médias de masse traditionnels (radio, presse écrite, télévision, etc.) ont eu, eux aussi, des effets indéniables sur notre appréhension de la réalité3, ce sont plus particulièrement les NTIC, et parmi elles Internet, qui ont provoqué les bouleversements les plus profonds, ainsi que nous entreprendrons de le montrer. Ce média informatisé nous paraît cristalliser plus que tout autre — au point de l’exacerber et de lui donner une forme paroxystique — la transformation perceptive du monde qui nous entoure et que nous nous proposons de décrire, raison pour laquelle nous concentrerons notre analyse sur cet outil. Notre travail s’appuiera d’abord sur une série d’études portant sur les usages relatifs aux « textes de réseaux », puis sur un corpus de documents abordant la question du changement des pratiques commémoratives. Notre méthodologie reposera essentiellement sur des recherches théoriques, mais également sur des recherches empiriques, fondées sur l’observation des modes de fonctionnement et des représentations attachés à l’utilisation du réseau informatique, par comparaison avec des modes de transmission plus traditionnels.

L’explosion de la communication et ses conséquences sur la représentation humaine

Espaces virtuels et synchronie : la modification des rapports à l’espace-temps à l’ère d’Internet

3Nicholas Negroponte brosse un portrait détaillé de cet homme numérique qui évolue désormais dans des espaces virtuels et des temporalités accélérées ou ralenties à la demande. Après avoir évoqué « l’abolition des limites géographiques » et la mise en place d’une communication « asynchrone », ce chercheur du Massachusetts Institute of Technology conclut que « l’ère des ordinateurs » rend l’homme moins dépendant « des dimensions espace et temps » (Negroponte, 1995 : 203-208). Pierre Lévy, autre apologiste du numérique, insiste quant à lui sur le fait que ce processus de virtualisation auquel aboutit l’outil informatique déborde le domaine purement communicationnel pour gagner progressivement le corps humain, l’entreprise, l’économie ou encore la démocratie… Enfin, il développe — sur un fond idéologique teinté d’utopisme — l’idée que le cyberespace donnera naissance à une « intelligence collective » (1997). Ses thèses se trouvent résumées dans une interview donnée pour Le Journal du Net, au mois d’août 2003, et dont nous livrons un extrait : 

La manipulation directe des objets visuels à l’écran par la main, l’hypertexte, les icônes, les simulations graphiques interactives de phénomènes complexes, l’interconnexion générale des documents, les moteurs de recherche, les forums en ligne et les mondes virtuels multiparticipants représentent les premiers pas d’une avancée qui se poursuivra dans les années et les siècles à venir. Il s’agit d’une mutation culturelle comparable à l’invention de l’écriture, une nouvelle « couche symbolique » est en train d’apparaître. Disons que le langage oral porte l’intelligence collective de la tribu, que l’écriture porte l’intelligence collective de la ville, et que le futur Web sémantique exprimera l’intelligence collective de l’humanité mondialisée interconnectée dans le cyberespace.

4Ces deux chercheurs mettent donc en exergue le fait que l’homme numérique se trouve touché dans son appréhension de l’espace et du temps. Ce constat est en accord avec les positions globales d’un Marshall McLuhan et les vues médiologiques d’un Régis Debray, selon lesquelles le choix du médium et les conditions matérielles d’un support de communication ont une influence sur le contenu même du message, mais aussi des conséquences psychosociologiques, étant entendu que les dispositifs techniques influencent la pensée et le comportement humains, correspondent à un mode d’être au monde.

  • 4  « L’information ne s’en trouve pas dématérialisée, mais virtualisée » (Robert, 2004 : 57).

5À ce stade de notre réflexion, il convient de sonder cette notion de dématérialisation attachée aux supports de communication informatiques, et qui apparaît centrale par rapport à notre problématique. En effet, pour être devenu un poncif à force d’avoir été affirmé, à propos d’Internet, tant par les thuriféraires que par les contempteurs des NTIC, ce concept n’en a pas moins été largement critiqué par nombre de chercheurs. Aussi ne peut-on faire l’économie d’une évaluation de la pertinence des questionnements que ces critiques ont soulevés. Yves Jeanneret fut l’un des premiers à contester cette prétendue dématérialisation dont Negroponte et Lévy furent les chantres. Dans son ouvrage Y a-t-il (vraiment) des technologies de l’information, c’est contre une supposée dématérialisation du texte d’écran qu’il s’insurge (2000 : 68-79, 114-117). À sa suite, Emmanuel Souchier, puis Pascal Robert ont repris et étoffé cette approche. Dans un article intitulé « Critique de la dématérialisation », Robert tente ainsi de montrer que la dématérialisation est une fausse évidence que l’on doit interroger et remettre en question. Cet auteur a raison de souligner les abus de langage et de conceptualisation dont l’outil informatique est l’objet lorsqu’il est conçu en dehors de toute matérialité. Le hardware témoigne très clairement de cette survivance irréductible de la matière, que seule une communication directe et futuriste, de type télépathique, pourrait abolir. Cette nuance étant apportée, Robert précise que l’on a plutôt à faire à un « nouveau mode de matérialisation » et à « un processus de virtualisation par changement d’échelle » (2004 : 55, 57, 59)4.

6Malgré la multitude d’objections qu’il apporte, l’auteur ne parvient donc pas à déconstruire tout à fait l’idée d’une dématérialisation de la communication, pas plus que celle d’une dé-temporalisation. Tout au plus en réduit-il l’ampleur et la portée. Ainsi accorde-t-il qu’Internet soumet ses utilisateurs à « un changement d’échelle » spatiale et temporelle, et reconnaît-il que les « ordres de grandeur » ont été modifiés en profondeur. S’il rappelle que « le temps n’a pas disparu », en effet, l’auteur concède que « l’unité de temps a changé », par l’intermédiaire d’une « quasi-instantanéité » de circulation de l’information, et que ce bouleversement touche nos sens. Une même conclusion s’impose à propos de la matérialité, laquelle, pour ne s’être pas totalement évanouie, a néanmoins été réduite. Qu’il existe bel et bien une dématérialisation tendancielle à l’ère des NTIC, cela nous semble indéniable lorsqu’on compare le mode de communication du cybernavigateur et celui de l’honnête homme de la Renaissance, par exemple. Car s’il est indiscutable que l’internaute continue d’avoir besoin d’un support matériel (ordinateur, cédérom, etc.) pour opérer, au même titre que le lecteur traditionnel a besoin du livre pour accomplir l’acte de lecture, la même quantité de matière n’est pas nécessaire dans les deux cas. Qu’à l’aide d’un écran, d’un clavier et d’une souris, l’homme soit aujourd’hui capable de consulter tous les ouvrages numérisés contenus dans toutes les bibliothèques numériques du monde représente en soi une véritable révolution. Tant de savoirs, potentiellement accessibles à partir de son domicile et à l’aide d’une petite machine rectangulaire permettant l’activation de liens hypertextes, révèlent une surprenante contraction des supports matériels traditionnellement dévolus à l’information et à la communication. Si l’on considère les milliards de volumes et les milliers de tonnes de papier qui meublent les étagères des bibliothèques, les centaines de pas et de gestes de la main qu’un bibliophile devra faire pour se les approprier, alors on reconnaît qu’Internet introduit une contraction de l’espace et du temps importante.

  • 5  Sur cette apparente disparition de la dimension corporelle, voir par exemple les travaux de Philip (...)
  • 6  Voir par exemple François-André Isambert (1979) et Pascal Lardellier (2003).

7Par ailleurs, les chercheurs qui dénoncent l’idée d’une dématérialisation ne prennent peut-être pas suffisamment en compte la différence essentielle qui existe entre la réalité de nos usages communicationnels (lesquels peuvent bien être plus matérialisés que nous voulons bien le croire) et la représentation que nous avons de ces usages (lesquels peuvent nous apparaître plus immatériels qu’ils ne le sont vraiment). Il est donc indispensable de distinguer entre la matérialité des messages, ou encore l’importance de la relation corporelle dans l’utilisation des médias informatisés (le geste de la main, notamment), telle que mise en évidence dans de récentes études (Souchier et al., 2003), et l’impression de dé-corporation éprouvée par les usagers, également soulignée par d’éminents chercheurs lorsque ceux-ci mettent davantage l’accent sur l’imaginaire que construit le réseau et l’idéal de transparence qui l’accompagne, avec sa cohorte de métaphores liées à l’intangibilité et à la clarté5. Nul n’ignore à quel point nos représentations des choses déterminent nos pensées sur celles-ci et, partant, notre comportement à leur égard. Les représentations symboliques ne relèvent pas du seul ordre de l’irréalité, ainsi que l’ont souligné des recherches sur l’efficacité et la performativité des formes symboliques6. Il importe peu, à vrai dire, de connaître avec précision le degré de dématérialisation réel que les NTIC apportent à leurs usagers. Importe davantage le sentiment de dématérialisation que ces derniers éprouvent lorsqu’ils se trouvent face à un écran d’ordinateur. Les propos de Robert sont particulièrement éclairants à ce sujet, lorsque celui-ci admet que « dans l’infiniment petit de l’inscription de l’information dans le disque on en vient à oublier cette matière » (2004 : 58). Tel est précisément le nœud de notre étude : considérer les représentations plutôt que les faits apparemment « objectifs ». Nous pourrions appliquer à notre problématique la thèse que Pierre Bourdieu défend à propos des rites d’institution, évoquant « le pouvoir qui leur appartient d’agir sur le réel en agissant sur la représentation du réel » (1982 : 59). Un constat identique peut être dressé à propos des commentateurs ayant montré que les interfaces graphiques des médias informatisés sont empruntées, la plupart du temps, aux médias traditionnels, comme le livre, notamment. Car il n’en reste pas moins que « l’informatisation des médias induit des modifications importantes dans les conditions de l’écriture et de la lecture » (Souchier et al., 2003 : 13), tout comme elle induit des mutations importantes dans la sphère des représentations symboliques.

La communication au détriment de la transmission ?

8Notre acculturation progressive aux nouvelles technologies nous en fait presque oublier le caractère novateur et disruptif, et la redéfinition radicale que celles-ci entraînent des rapports que nous entretenons avec l’espace et le temps. Mais qu’une enquête vienne sonder les motivations des internautes qui surfent, qui chatent ou qui utilisent leur messagerie électronique, et ces mutations se révèlent avec force. Ainsi une équipe de chercheurs a-t-elle montré l’obsession du facteur temps, et plus précisément de la vitesse, qui anime les usagers de ces médias : « Gain de temps : c’est de loin le premier critère mis en avant par nos différents interlocuteurs. » Ou encore : « La question du temps est omniprésente dans notre étude, principal régulateur de la communication inter-personnes. […] Le temps est le fil de trame du texte de réseau. » Et les auteurs de l’étude de préciser que la transmission des messages en temps réel et la réception instantanée donnent « un sentiment partagé de vitesse ». Selon eux, « c’est sans conteste dans le chat que la question du temps est la plus prégnante », car ce mode de communication « amène à percevoir l’écriture comme un flux d’échanges continu entre internautes <en temps réel> » (Souchier et al., 2003 : 170, 214-216). Cette règle tacite de la vitesse est d’ailleurs si prégnante que des dispositifs techniques sont même prévus, sur certains chats, afin de sanctionner les membres qui restent muets trop longtemps. Ces derniers se font alors évincer du cercle des internautes pour leur inactivité prolongée. Tout incite donc à accélérer le rythme de la communication. Cette logique de la vitesse, voire de la synchronie prévalant chez les internautes se situe aux antipodes du temps de la tradition, qui est par essence un temps long, diachronique, porté par la mémoire collective de génération en génération, attaché aux grands modèles symboliques et aux événements fondateurs qui ont jalonné l’histoire d’un peuple, tels que les incarnent et les réactualisent les pratiques commémoratives, par exemple.

  • 7  Sur le concept de « signe passeur », voir Souchier et al., 2003.

9L’espace se trouve soumis aux mêmes mutations. En quelques clics rapides, l’internaute peut naviguer de page en page, de site en site, de ville en ville (le site Google Earth permet aujourd’hui une visite virtuelle en trois dimensions de la plupart des grandes villes du monde), tout en demeurant sur sa chaise. En rendant accessibles, par des promenades virtuelles et des voyages à distance, des lieux qui demeuraient jusqu’alors inaccessibles au plus grand nombre, Internet bouleverse les lois de la physique, ou plutôt la représentation qu’en a l’homme moderne. Au-delà d’un effacement des barrières géographiques et d’une confusion grandissante entre espace matériel et espace virtuel (ce qu’un site tel que Second Life, par exemple, favorise en redoublant l’existence avec un certain réalisme), le dispositif technique sur lequel repose Internet contribue lui aussi à brouiller les repères spatiaux naturels de l’homme. Considérons, par exemple, le procédé de mise en abyme qui caractérise la consultation des sites Web, grâce à l’existence d’une multitude de liens hypertexte et, plus généralement, de ce que l’on appelle des « signes passeurs ». Cette mise en abyme répétée à force de clics, de « passages d’un univers à un autre », provoque à long terme une « désorientation » que nombre d’utilisateurs n’ont pas manqué de relever au cours d’une enquête où ils furent interrogés7. D’autres recherches insistent plutôt sur les notions de linéarité et de tabularité (Vanderdorpe, 1999) qui sont présentes, dans des proportions différentes, dans le support écrit papier et le média informatisé, participant par là même d’une gestion particulière de l’espace. Or, là encore, l’espace patrimonial de la tradition se définit, à l’inverse des espaces virtuels aux contours mouvants, comme un espace stable et stabilisateur. En matérialisant et en immortalisant les valeurs du passé — comme nous le rappelle la contemplation des pyramides et des cathédrales ou encore celle des monuments aux morts élevés à la mémoire des combattants des deux guerres mondiales —, il constitue des points de repère pour l’homme.

  • 8  Nous empruntons cette distinction entre « temps court » et « temps long » à Fernand Braudel. Selon (...)

10Existeraient donc deux types de temporalité, correspondant à deux types de spatialité. Au « temps court »8 de la communication technologique et de la mémoire informatique, véhiculant des images superficielles, des messages répondant à des enjeux de vitesse et donc par là même rapidement frappés d’obsolescence, et aux espaces virtuels qui l’accompagnent, s’opposeraient le « temps long » de la tradition, de la mémoire humaine, de la transmission des valeurs fondatrices de toute communauté, mais aussi l’espace patrimonial, organisant géographiquement des événements passés de l’histoire nationale. Et il ne semble pas déraisonnable de penser que le développement exponentiel des premiers est susceptible d’entamer la pérennité des seconds, selon le principe bien connu des vases communicants. Autrement dit, l’expansion des nouvelles technologies de la communication pourrait bien s’accompagner d’un effacement proportionnel de la tradition. Telle est la thèse défendue par des chercheurs comme Debray, et dont nous allons nous efforcer d’évaluer la pertinence. Dans cette perspective médiologique, les liaisons horizontales, synchroniques, productrices de données éphémères, proliféreraient au détriment des chaînes verticales, diachroniques, qui relient les générations par-delà les âges et soudent durablement les individus autour d’une histoire partagée, créatrice de lien social (1997). Aussi Debray exhorte-t-il à « communiquer moins, transmettre plus » (2001). Si cette conception dichotomique, opposant communication et transmission, peut paraître quelque peu réductrice et mérite parfois d’être nuancée à certains égards, elle possède néanmoins le mérite de relever une tendance globale de notre société, ainsi que deux modes d’être dans l’espace et le temps très différents.

  • 9  Sur cette notion de médiation, nous citerons Bernard Lamizet, qui la définit comme « l’ensemble de (...)

11L’on pourrait objecter à Debray le fait que certaines NTIC semblent prendre le relais de la tradition pour transmettre des référents communs et des événements fondateurs. Citons par exemple le Mémorial de Caen, musée consacré à la Seconde Guerre mondiale, qui aborde le débarquement des alliés en Normandie, notamment, grâce aux nouvelles technologies. Son site Web montre également qu’Internet peut être un outil de transmission de l’histoire. Citons encore le cédérom qui permet une visite virtuelle du Musée du Louvre… Cependant, ce point de contact entre traditions et nouvelles technologies, bien que réel, nous semble superficiel. Le contenu historique transmis peut bien rapprocher ces deux logiques communicationnelles, il n’en reste pas moins que la forme qui leur est propre les éloigne irrémédiablement. Que l’on veuille bien se remémorer la célèbre assertion de McLuhan, selon laquelle « The medium is the message » (1977). La tradition, et au sein de celle-ci les pratiques commémoratives, repose sur des formes symboliques et rituelles. Ces formes particulières, qui se manifestent dans le cérémonial, permettent une appropriation collective des valeurs transmises et une lente in-corporation, au sens étymologique du terme. Ce n’est donc peut-être pas tant par les contenus qu’il propose que par les formes de présentation et d’utilisation qu’il instaure qu’Internet participe d’une modification de la perception humaine et opère une diffusion informative de nature bien différente des pratiques commémoratives. Ajoutons encore que cette in-corporation à l’œuvre dans les cérémonies commémoratives, en s’effectuant de manière collective, remplit le rôle d’une médiation sociale9. Elle favorise une cohésion infra-groupale et resserre les liens sociaux en soudant les membres de la communauté autour d’une vision partagée. Jean Cazeneuve souligne que « ce qui est communiqué n’est pas nécessairement intégré à la personnalité » (1976 : 92-101). Or, les pratiques rituelles ont précisément pour but d’intégrer ce qui est communiqué à la personnalité, à l’inverse des informations éphémères majoritairement véhiculées par le temps court et la logique de flux qui caractérise Internet. Dans Le culte de l’Internet. Une menace pour le lien social ?, Philippe Breton souligne le fait que les corps, en n’étant plus physiquement réunis, cessent d’alimenter le vivre-ensemble. Le délitement relationnel qui découle de la mise à distance des membres d’une même communauté — lesquels préfèrent chater derrière des écrans d’ordinateur plutôt que de converser en face à face — se présente comme le paradoxe ultime de cette prétendue « société de la communication », censée « mettre en commun », selon l’étymologie du mot.

L’obsession des cérémonies et des espaces commémoratifs : un phénomène réactionnel ?

Nature et mode d’expression de l’inflation mémorielle

12La mémoire, composante essentielle de la tradition — notamment orale — mais aussi de l’histoire, est donc au centre de récents bouleversements spatio-temporels. Dans ce cadre, il convient d’abord de distinguer, ainsi que le fait Paul Ricœur dans un ouvrage intitulé La mémoire, l’histoire, l’oubli, entre les concepts de mémorisation et de remémoration (2000 : 176). Ainsi, tandis que la mémorisation se trouve aujourd’hui renforcée grâce à l’outil informatique (la capacité de stockage de données des ordinateurs, significativement appelée « mémoire artificielle », est exceptionnelle et montre la fascination que l’on éprouve pour une restitution intégrale des informations), la remémoration, quant à elle, ne cesse de décroître dans un mouvement d’oubli des origines que la collectivité véhiculait jadis dans ses traditions, comme nous allons le montrer. Cette problématique rejoint et prolonge, en l’exacerbant, la mise en garde formulée par le roi Thamous au dieu Thot à propos de l’invention de l’écriture (Platon, 1989 : 274e), ce supposé remède à l’oubli (pharmakon) qui aggrave finalement le mal qu’il prétend combattre. La distinction établie par Ricœur recouvre donc la distinction établie dans ce mythe entre anamnèse et hypomnèse, c’est-à-dire entre mémoire intériorisée et mémoire extériorisée, médiée par la technique. Elle rejoint également, dans une certaine mesure, celle que Maurice Halbwachs effectue entre mémoire historique et mémoire collective (1997). La première, qui livre des données objectives et rationnelles, et que l’on peut trouver dans les livres d’histoire notamment, est assez proche de la mémorisation par son souci de précision mais aussi d’incarnation par l’intermédiaire d’un support technique garant de son intégrité, alors que la seconde, volontiers oralisée, intériorisée et investie d’affect, possède quelque affinité avec la remémoration.

13Nous nous proposons d’interroger ici la mémoire des événements historiques et de leurs lieux associés afin d’évaluer la nature des transformations que ceux-ci ont pu subir dans le contexte de la cyberculture. À ce stade de notre étude, nous avançons l’hypothèse que les pratiques commémoratives, en tant qu’actes de transmission des moments et espaces fondateurs d’une communauté humaine, se trouvent modifiées par les nouveaux modes perceptifs que les NTIC construisent progressivement. Nous postulons notamment l’existence d’un lien entre les nouveaux usages communicationnels que nous avons précédemment analysés et le constat de changement que d’éminents historiens et médiologues établissent, depuis une quinzaine d’années, au sujet des commémorations nationales et, plus largement, des rapports que l’homme moderne entretient avec l’Histoire. Nous allons d’abord présenter les changements qui interviennent dans les pratiques commémoratives, puis nous tenterons de montrer, à la fin de ce travail, que lesdits changements constituent une sorte de compensation par rapport à l’essor des NTIC et aux risques d’amnésie que celui-ci entraîne.

14Depuis la fin des années 1980 a été mis en évidence un phénomène d’inflation commémorative, qui se traduit concrètement par une multiplication des cérémonies et lieux de mémoire. Cette inflation peut paraître contredire, au premier abord, notre précédente affirmation, selon laquelle la remémoration s’affaiblirait au détriment de la mémorisation. Mais nous allons voir que la forme par laquelle se manifeste cette inflation, loin de se présenter comme une saine affirmation du principe de remémoration, révèle une dénaturation des modes d’expression traditionnels de la mémoire collective et témoigne d’un sursaut moribond. Le rapport élaboré par un groupe d’experts sous la présidence de l’historien André Kaspi, à la demande du gouvernement français, est très éclairant à ce sujet, puisqu’il pointe, d’une part, une hausse quantitative des commémorations et cible, d’autre part, une baisse qualitative du phénomène, en partie due au fait que les célébrations nationales perdent leur signification symbolique et leur vertu cohésive.

  • 10  Seules les cérémonies du 11 novembre, du 8 mai et du 14 juillet seraient maintenues (Kaspi, 2009 : (...)
  • 11  Comme le rappelle Jean-Marie Bockel, Secrétaire d’État à la Défense et aux Anciens Combattants dan (...)

15Ledit document, en effet, nous apprend que l’on recense aujourd’hui, en France, 12 journées de commémorations publiques, « soit deux fois plus qu’en 1999 » (2009 : 9). En outre, le phénomène s’accélère, puisque six commémorations ont été créées entre 1880 et 1999, quand les six autres ont vu le jour en sept ans seulement, soit entre 1999 et 2006. Par ailleurs, le rapport précise que ce bilan risque de s’alourdir à l’avenir, dans la mesure où d’anciens résistants et des partisans de la construction européenne militent en faveur de nouvelles manifestations publiques (Kaspi, 2009 : 22). Et les spécialistes d’évoquer « une forme de saturation », d’affirmer que « trop de commémorations nuit peut-être à la commémoration » (Kaspi, 2009 : 13) et de préconiser une diminution significative en ramenant les célébrations au nombre plus raisonnable de trois10. Enfin, il est montré que si les commémorations connaissent un développement exponentiel, elles consacrent de moins en moins les valeurs fondatrices de la communauté (le modèle républicain, par exemple) et les événements liés à l’histoire nationale. À l’inverse, elles mettent à l’honneur des particularités locales et régionales ou des revendications de groupes minoritaires. Autrement dit, elles deviennent particularisantes au lieu d’unir les individus dans un processus d’universalisation, comme le veut toute médiation symbolique11.

16Cette tendance a été relevée dès les années 1990 par de multiples chercheurs. Pierre Nora parle d’une « obsession commémorative » dans le dernier tome de ses Lieux de mémoire. Dans un chapitre intitulé « L’ère de la commémoration », l’auteur va jusqu’à évoquer « la boulimie commémorative d’époque » (1993 : 4687), terme désignant une pathologie qui n’est pas sans parenté avec le « tautisme » de Sfez. Nora poursuit son étude en soulignant le passage d’un modèle historique — où les Français s’identifiaient eux-mêmes en reconnaissant leur filiation à l’État-nation et à la lente construction de celui-ci à travers les âges — à un modèle mémoriel séparé de tout sentiment d’enracinement temporel, auto-centré en quelque sorte. Cette mémoire pour la mémoire, qui cesse d’être la matrice vivante dans laquelle les peuples s’inscrivent, témoigne d’une crise profonde. En outre, les nombreuses journées thématiques qui fleurissent çà et là aux côtés des cérémonies officielles, attestent cette déshistoricisation de la mémoire : journée de la femme, journée de lutte contre le sida, journée pour la protection de l’enfance sont la preuve que les citoyens ne privilégient plus leur attachement à une Histoire partagée, à l’échelon national, mais plutôt à des intérêts groupusculaires. Nora conclut ainsi que « la commémoration s’est émancipée de son espace d’assignation traditionnelle, mais c’est l’époque tout entière qui s’est faite commémoratrice » (1993 : 998).

17Jean-Claude Guillebaud, lui aussi, dénonce une « maniaquerie commémorative » (1995 : 21) qui revêt un caractère quasi compulsif. Dans Les abus de la mémoire, Tzvetan Todorov souligne quant à lui ce « nouveau culte de la mémoire » (1995 : 55). « On inaugure, paraît-il, un musée par jour en Europe », déclare-t-il. Et de poursuivre : « Il ne se passe pas de mois sans que l’on commémore quelque événement remarquable, au point qu’on se demande s’il reste suffisamment de journées disponibles pour que s’y produisent de nouveaux événements à commémorer au xxie siècle » (1995 : 51). Par ailleurs, l’auteur répertorie plusieurs formes de réminiscence, plus ou moins bénéfiques, et invite à préférer « la mémoire exemplaire » à « la mémoire littérale » (1995 : 30). La mémoire littérale, qui évalue un événement dans son irréductible singularité, et donc dans son incommensurabilité, se révèle aliénante lorsqu’elle est poussée à l’extrême, car elle demeure toujours privée, tournée vers une période précise de l’Histoire. Au contraire, la mémoire exemplaire érige un événement historique en modèle, et sa célébration est alors symbolique. Son aptitude à la généralisation lui permet d’établir des analogies tendancielles — par-delà les différences factuelles — entre des situations anciennes et des situations présentes (ainsi les corps croates entassés dans les charniers de l’ex-Yougoslavie peuvent-ils rejoindre les victimes tutsies du Rwanda, mais également celles de la solution finale ou encore des goulags staliniens). Elle atteint ainsi une dimension universelle, condition sine qua non de toute sphère publique, et rend possible une large identification des individus aux victimes, grâce aux valeurs généralistes qu’elle véhicule.

18Or, la tendance actuelle, pointée par le rapport Kaspi, semble bien relever de la catégorie de la mémoire littérale, attachée à un événement particulier, et exigeant éventuellement réparation pour des outrages subis au profit d’une minorité (la journée nationale d’hommage aux harkis, qui se déroule le 25 septembre, peut être ainsi interprétée). Ce type de manifestation fragmente la population, au lieu de la fédérer autour d’un socle commun comme le font les commémorations ayant valeur de symbole. Le 8 mai, par exemple, symbolise la libération d’un territoire occupé par l’ennemi et d’un peuple injustement opprimé. Et peu importe, à vrai dire, que l’ennemi ait été de nationalité allemande. Ce jour férié ne doit pas tant être interprété comme une condamnation du nazisme que comme une condamnation plus globale de tout acte de barbarie, quel qu’il soit et de quelque époque qu’il relève. De la même manière, ce sont les principes de liberté, d’égalité et de fraternité, piliers mêmes de notre République, que les cérémonies du 14 juillet célèbrent.

  • 12  Dans sa forme la plus aboutie, le projet de David Guez, intitulé « 2067 : e-mail vers le futur », (...)

19L’on peut d’ailleurs rapprocher cette particularisation des commémorations d’un phénomène tendanciel qui se développe sur le Net, où chaque internaute peut être l’auteur et l’acteur de sa propre vie, réinventée, mise en scène et médiatisée au moyen de la Toile, grâce aux blogues notamment. Mais cette tendance corrobore également le constat établi par Emmanuel Hoog sur le perpétuel présent et le tout mémoire que propose le numérique, et plus particulièrement Internet. La sur-mémorisation à laquelle aboutit Internet, en effet, entraîne une sorte d’uniformisation des actes mémorables, propre à menacer la mémoire collective qui est censée, quant à elle, opérer des choix sélectifs et hiérarchiser les valeurs ainsi que les événements dignes d’être remémorés (Hoog, 2009). Le paradoxe d’Internet est qu’il conjugue vitesse d’usage et étirement artificiel du temps, lié à la capacité de stockage des données. La conséquence de cette mémorisation à tout-va est que tout finit par se valoir et s’équivaloir, les détails les plus insignifiants étant éternisés, sur la Toile, au même titre et sur le même plan que les événements les plus déterminants de l’histoire humaine (Hoog, 2009). L’une des manifestations les plus extrêmes de cette tendance est illustrée par les thèses de l’artiste plasticien David Guez, où le moi de chaque individu, stocké dans le réseau, devient une matière numérique digne d’être éternisée, transformé en un hypermoi autonome dont les fragments identitaires (photos, avis, sentiments…) lui survivront bien après sa mort, comme immortalisés par le Net12.

 Mécanisme compensatoire

20Cet oubli progressif des origines dont la mémoire collective était le support privilégié ne va pas sans poser problème. En entraînant un sentiment de déracinement et de déréliction, cet effacement favorise par réaction des crispations identitaires et des résurgences communautaristes. De multiples récupérations abusives peuvent en découler. Nombreuses sont les sectes, par exemple, qui tentent de faire revivre des cultures traditionnelles, sous des formes dévoyées : templiers, cathares et alchimistes du Moyen-Âge se trouvent ainsi invoqués et prétendument imités pour ce qu’ils représentent la pureté d’un passé idéalisé. La désacralisation du monde à laquelle aboutit la primauté des communications instantanées portées par la technologie moderne se traduit donc parallèlement par une quête effrénée des mythes de l’âge d’or et un dévoiement des modes de transmission traditionnels.

21L’analyse à laquelle se livre Georges Balandier au sujet des rites nous paraît pouvoir éclairer notre propos. Dans Le désordre. Éloge du mouvement, ce sociologue souligne le rôle de la science et de la technique, mais surtout des TIC, dans l’accélération du temps qui est inhérente à la modernité (« la modernité, c’est le mouvement plus l’incertitude » (1998 : 161). Après avoir montré que « la science elle-même n’apporte plus la certitude d’un ordre du monde régi par le temps des régularités », comme c’était le cas au siècle de Galilée, de Newton et de Kepler, convaincus que des lois universelles et immuables habitaient le cosmos, Balandier met en exergue le rôle amplificateur de l’ordinateur. Évoquant le « temps réel des outils informatiques », il montre que l’homme vit désormais dans « la temporalité immédiate », marquée par la « succession rapide des informations », la « quasi-immédiateté » du traitement des données, « la synchronisation d’un très grand nombre d’opérateurs » (ibid : 165-167). Contrairement au temps de la tradition (qui se définit simultanément par la réminiscence d’une période originelle sacrée, souvent suspendue hors de tout devenir, et par le récit séquencé que livrent les rites et les mythes), le temps informatique est le temps de la vitesse et de la « dématérialisation » de l’espace. La notion d’ubiquité que Balandier met en avant traduit bien cette bipolarité. Elle évoque « un effacement de l’espace et une contraction totale du temps par l’effet de la simultanéité », car, comme il le dit très justement, « temps et espace semblent se confondre » (ibid : 167-168).

  • 13  L’étymologie même du mot « rite » renvoie à la notion d’« ordre », comme le rappelle Pascal Lardel (...)

22Par ailleurs, Balandier a parfaitement mis en évidence le lien qui existe entre modernité et mouvement, mouvement et incertitude, incertitude et angoisse. Or, cette angoisse que produit la vitesse relative à la propagation des informations, des individus et des biens, l’homme s’efforce de la conjurer par des pratiques rituelles, notamment. En répondant à un ordre, et par conséquent à une certaine régularité, le rite est perçu comme un réducteur d’entropie13. Il normalise, établit des limites, ponctue le devenir de repères stables, séquence le déroulement du temps humain en instaurant des cycles, des dates charnières, mais aussi en rappelant des référents communs. Caractéristique des sociétés traditionnelles, le rite exprime un héritage du passé sans cesse renouvelé dans le présent, grâce à la mémoire des acteurs sociaux et à une dramatisation (au sens théâtral du terme) des événements marquants d’un groupe. On peut donc avancer l’idée que la multiplication actuelle des cérémonies commémoratives (qui, comme tout rituel, reposent sur une transmission de valeurs collectives organisée autour d’un espace scénique symbolique) vise à conjurer l’angoisse que produit le temps court de la modernité et l’oubli progressif du temps long des origines. Parallèlement, cet oubli du temps originel aboutit à un dévoiement desdites pratiques commémoratives, lesquelles s’éloignent dès lors de leurs objectifs habituels.

23Cette pléthore de commémorations est symptomatique d’une nation qui, ayant distendu ses liens avec le passé et virtualisé ses espaces, tente de réaffirmer artificiellement la présence des racines qui commencent à lui faire défaut et à rematérialiser le réel. Nora affirme ainsi : « On ne parle tant de mémoire que parce qu’il n’y en a plus » ou encore « Habiterions-nous encore notre mémoire, nous n’aurions pas besoin d’y consacrer des lieux » (1984 : 17-19). Quant à Todorov, il déclare à propos des commémorations : « Comme s’ils étaient saisis de nostalgie pour un passé qui s’éloigne irrévocablement, ils s’adonnent avec ferveur à des rites conjuratoires, censés le maintenir vivant » (1995 : 51). Cet auteur pressent d’ailleurs la corrélation qu’il peut y avoir entre les deux phénomènes que nous avons relevés, lorsqu’il remarque une « […] homogénéisation à l’intérieur de nos sociétés », une « uniformisation entre sociétés, effet de la circulation internationale accélérée des informations, des biens de consommation culturelle (émission de radio et de télévision) et des personnes », et note que « cette évolution porte atteinte aux identités et aux appartenances traditionnelles ». Aussi conclut-il : « La réunion de ces deux conditions — le besoin d’identité collective, la destruction des identités traditionnelles — est responsable, en partie, du nouveau culte de la mémoire » (1995 : 51-53).

  • 14  Selon son étymologie même, le mot « sacré » provenant du latin « sacer » signifiant « séparé ».

24En perdant ses idéologies transcendantes, ses mythes nationaux et ses repères les plus fondamentaux, la société se voit entamée dans son identité et, partant, dans son intégrité. Aussi croit-elle pouvoir combler une insupportable vacuité en multipliant les événements commémoratifs, ignorant que l’accumulation de faits profanes ne suffit guère à produire du sacré. Cette frénésie semble même engendrer des conséquences inverses aux effets escomptés. Car le sacré naît d’une distanciation14. Il revêt un caractère unique, incompatible avec la banalisation actuelle. Il va de soi que le foisonnement de ces manifestations, qui rompaient naguère le cours continu du quotidien par leur nature extraordinaire et hautement signifiante, aboutit à leur désacralisation. La rupture de l’alliance entre mémoire et histoire est en outre préjudiciable, car c’est la seconde qui donnait sa substance signifiante à la première. Si Sfez a raison d’affirmer que « pour assurer leur cohésion, les sociétés à mémoire se servent de l’histoire, les sociétés sans mémoire de la communication » (1988 : 20), alors nous sommes en droit de penser que notre culture contemporaine commence à être frappée d’amnésie. D’où ces répétitions cérémonielles, diffusées à grand renfort médiatique, destinées à ré-asseoir un socle mémoriel défaillant, mais qui se révèlent en fin de compte contre-productives. La « politique de la mémoire » semble gagnée par la « politique de la communication », bien que ces deux approches constituent « un couple antagoniste » (Sfez, 1993 : 417). Seul un rééquilibrage entre ces deux logiques paraît pouvoir reconstruire des rapports spatio-temporels viables pour l’homme.

Haut de page

Bibliographie

BALANDIER, Georges (1998), Le désordre. Éloge du mouvement, Paris, Fayard.

BAUDRILLARD, Jean (1981), Simulacres et simulations, Paris, Galilée, Coll. « Débats ».

BAUDRILLARD, Jean (1986), « La communication, mythe et circularité » dans Nouveaux programmes et communication audiovisuelle. Actes du colloque CNCA, Paris, Centre Georges Pompidou, p. 163-166.

BOURDIEU, Pierre (1982), « Les rites comme actes d’institution », Actes de la recherche en sciences sociales, 43 (juin), p. 58-63.

BRAUDEL, Fernand (1993), Écrits sur l’Histoire, Paris, Flammarion.

BRETON, Philippe et Serge PROULX (2006), L’explosion de la communication. Introduction aux théories et aux pratiques de la communication, Paris, La Découverte.

BRETON, Philippe (2000), Le culte de l’Internet. Une menace pour le lien social ?, Paris, La Découverte.

CAZENEUVE, Jean (1976), Les communications de masse, Paris, Denoël-Gonthier.

DEBRAY, Régis (1997), Transmettre, Paris, Odile Jacob.

DEBRAY, Régis (2001), Les diagonales du médiologue : transmission, influence, mobilité, Paris, Bibliothèque nationale de France.

EISENSTEIN, Elisabeth (1991), La Révolution de l’imprimé dans l’Europe des premiers temps modernes, Paris, La Découverte, 1991.

ELLUL, Jacques (1954), La technique, ou l’enjeu du siècle, Paris, Armand Colin.

ELLUL, Jacques (1977), Le système technicien, Paris, Calmann-Lévy.

GOODY, Jack (1979), La raison graphique, Paris, Minuit, Coll. « Le sens commun ».

GUILLEBAUD, Jean-Claude (1995), La trahison des Lumières, Paris, Seuil.

HABERMAS, Jürgen (1978), La technique et la science comme idéologie, Paris, Gonthier, Coll. « Bibliothèque Médiations ».

HALBWACHS, Maurice (1997), La mémoire collective, Paris, Albin Michel.

HOOG, Emmanuel (2009), Mémoire année zéro, Paris, Seuil.

JEANNERET, Yves (2000), Y a-t-il (vraiment) des technologies de l’information, Paris,Presses du Septentrion.

KASPI, André (2009), Rapport de la commission de réflexion sur la modernisation des commémorations publiques, Paris, La Documentation française.

LAMIZET, Bernard (1998), La médiation politique, Paris, L’Harmattan.

LARDELLIER, Pascal (2003), Théorie du lien rituel. Anthropologie et communication, Paris, L’Harmattan.

LEVY, Pierre (1997), L’intelligence collective. Pour une anthropologie du cyberespace, Paris, La Découverte.

LEVY, Pierre (2003), « Le futur Web exprimera l’intelligence collective de l’humanité », Le Journal du Net, août.

MCLUHAN, Marshall (1977), Pour comprendre les médias, Paris, Seuil, Coll. « Points essais ».

NEGROPONTE, Nicholas (1995), L’homme numérique, traduction de Michèle GARÈNE, Paris, Robert Laffont.

NORA, Pierre (dir.) (1984), Les lieux de mémoire, t. I : La République, Paris, Gallimard.

NORA, Pierre (dir.) (1993), Les lieux de mémoire, t. III : Les France. De l’archive à l’emblème, Paris, Gallimard.

PLATON (1989), Phèdre, Paris, Flammarion.

RAMONET, Ignacio (2001), La tyrannie de la communication, Paris, Gallimard, Coll. « Folio actuel ».

RICŒUR, Paul (2000), La mémoire, l’histoire, l’oubli, Paris, Seuil, Coll. « Points essais ».

ROBERT, Pascal (2004), « Critique de la dématérialisation », Communication & langages, 140, p. 55-68.

SFEZ, Lucien (1988), Critique de la communication, Paris, Seuil, Coll. « Points essais ».

SFEZ, Lucien (1993), La politique symbolique, Paris, Presses universitaires de France.

SOUCHIER, Emmanuel et Yves JEANNERET (2002), « La communication médiatisée est-elle un <usage> ? », Communication & langages, 132, p. 5-27.

SOUCHIER, Emmanuel et al. (dir.) (2003), Lire, écrire, récrire. Objets, signes et pratiques des médias informatisés,Paris, Bibliothèque publique d’information.

TODOROV, Tzvetan (1995), Les abus de la mémoire, Paris, Arléa.

TOFFLER, Alvin (1980), La troisième vague, Paris, Denoël.

VANDERDORPE, Christian (1999), Du papyrus à l’hypertexte. Essai sur les mutations du texte et de la lecture, Paris, La Découverte.

Haut de page

Notes

1  Sur cette modification des structures mentales par l’écriture, voir les travaux de Jack Goody (1979).

2  A ce sujet, voir les écrits philosophiques d’Emmanuel Kant, et surtout sa Critique de la raison pure, où l’espace et le temps sont définis comme des « intuitions pures a priori ».

3  Le direct télévisé, par l’introduction d’une communication en « temps réel », ou encore la virtualité des jeux vidéos, par exemple, ont un impact sur notre perception de la réalité.

4  « L’information ne s’en trouve pas dématérialisée, mais virtualisée » (Robert, 2004 : 57).

5  Sur cette apparente disparition de la dimension corporelle, voir par exemple les travaux de Philippe Breton (2000).

6  Voir par exemple François-André Isambert (1979) et Pascal Lardellier (2003).

7  Sur le concept de « signe passeur », voir Souchier et al., 2003.

8  Nous empruntons cette distinction entre « temps court » et « temps long » à Fernand Braudel. Selon l’auteur, le temps long est « le temps de l’histoire quasi immobile, celle de l’homme dans ses rapports avec le milieu qui l’entoure; une histoire lente à couler et à se transformer, faite bien souvent de retours insistants, de cycle sans cesse recommencés ». Le temps court, au contraire, est l’histoire « à la dimension non de l’homme mais de l’individu, l’histoire événementielle [...] Une histoire à oscillations brèves, rapides, nerveuses » (1993 : 16-17).

9  Sur cette notion de médiation, nous citerons Bernard Lamizet, qui la définit comme « l’ensemble de formes et de moyens par lesquels les acteurs individuels s’approprient dans leurs pratiques sociales et par la mise en œuvre d’un certain nombre de rites et de formes les structures collectives caractéristiques et fondatrices de la sociabilité » (1998 : 37).

10  Seules les cérémonies du 11 novembre, du 8 mai et du 14 juillet seraient maintenues (Kaspi, 2009 : 13).

11  Comme le rappelle Jean-Marie Bockel, Secrétaire d’État à la Défense et aux Anciens Combattants dans sa préface au rapport d’André Kaspi, « commémorations et cérémonies structurent la mémoire collective des sociétés autour de valeurs partagées, tout en contribuant au sentiment d’appartenance commune » (Kaspi, 2008 : 5).

12  Dans sa forme la plus aboutie, le projet de David Guez, intitulé « 2067 : e-mail vers le futur », consiste à envoyer un message vers le futur (qui sera reçu cinquante ans plus tard), et à créer des mémoires artificielles de notre « moi », actifs et accessibles longtemps après la disparition physique des individus.

13  L’étymologie même du mot « rite » renvoie à la notion d’« ordre », comme le rappelle Pascal Lardellier (2003).

14  Selon son étymologie même, le mot « sacré » provenant du latin « sacer » signifiant « séparé ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Céline Bryon-Portet, « Les bouleversements de l’espace-temps », Communication [En ligne], Vol. 30/1 | 2012, mis en ligne le 29 novembre 2012, consulté le 25 mars 2017. URL : http://communication.revues.org/2999 ; DOI : 10.4000/communication.2999

Haut de page

Auteur

Céline Bryon-Portet

Céline Bryon-Portet est maître de conférences HDR en sciences de l’information et de la communication à l’Institut National Polytechnique de l’Université de Toulouse et chercheuse au LERASS EA 827. Ce texte a été présenté au colloque de Ludovia Espace(s) et mémoire(s), à Ax-les-Thermes, tenu du 17 au 25 août 2009. Courriel : celine.bryonportet@ensiacet.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org