Navigation – Plan du site
Lectures

Gilles DAL, Loués soient nos téléviseurs !

Paris, Buchet Chastel, 2005
Sarah Sepulchre
p. 310-313
Référence(s) :

Gilles DAL (2005), Loués soient nos téléviseurs !, Paris, Buchet Chastel.

Texte intégral

La religion bat de l’aile, la politique s’essouffle et ses ténors s’épuisent à chercher les faveurs de l’opinion. La télévision, elle triomphe. Non seulement elle délasse et fait rêver, mais elle nous montre, jure-t-elle, « la réalité vraie » ! Voilà assurément de quoi séduire les foules. Pour un peu, elle réglerait tous les problèmes et sauverait les politiciens du marasme ! (Dal, quatrième de couverture)

1L’objectif est posé. Durant 142 pages, l’auteur va tenter de comprendre les rapports entre politique et télévision.

2Gilles Dal va donc explorer les phrases toutes faites que l’on entend généralement à propos des politiciens et de la télévision : « Les politiciens nous mentent », « la politique n’est pas assez proche des citoyens », « la télévision fait rêver ». Le premier chapitre s’attarde sur les rapports que les hommes politiques nouent avec la télévision en épinglant quelques opérations de communication ratées (Raymond Balladur prenant le métro sous l’œil des caméras ou Laurent Fabius conviant les médias chez son boulanger le dimanche matin à l’heure du croissant).

On a manifestement décidé une fois pour toutes que les hommes politiques étaient coupés du réel : si, coincés, ils disent un mot de travers (« il fait chaud »), cette certitude est confirmée ; si, en revanche, ils se montrent à l’aise et en phase avec l’environnement extérieur, la sentence tombe, implacable : ils font de la communication, ils manipulent les médias (p. 19).

3Face aux politiciens, les producteurs d’émissions sont adulés dans la société actuelle. Pourtant, grâce à quelques exemples majoritairement tirés de la téléréalité, Gilles Dal montre que ces personnages sont loin d’être honnêtes, proches des citoyens et de la vraie vie.

Terrible constat : la politique se met en quatre pour montrer qu’elle a plain-pied dans les réalités ; elle a beau créer des commissions d’enquête, commander des rapports, instituer des observatoires, mettre sur pied des cellules d’analyse qui donnent la parole à des travailleurs de terrain et à des observateurs qualifiés, rien n’y fait : elle est – terrible sentence – coupée des réalités, et suscite la méfiance. À l’inverse, la télévision use de procédés invraisemblablement grossiers pour faire croire qu’elle colle à la réalité ; la manipulation est évidente, un enfant de trois ans ne serait pas dupe des ficelles utilisées (comme c’est le cas avec la « Star Academy »)… pourtant elle plaît (p. 38).

4Dans la société actuelle, rien ne semble aussi éloigné du divertissement que la politique, prétend Gilles Dal. Cela n’a pas toujours été le cas. Jadis, les rassemblements politiques étaient de véritables lieux sociaux. L’auteur égrène les chapitres à se demander si les politiciens doivent nous faire rêver, s’ils doivent réellement donner du sens à la vie. Il s’attarde également sur cette télévision qui, sous prétexte de résoudre tous les problèmes des téléspectateurs (Qui veut gagner des millions offre de l’argent, Sans aucun doute chasse les arnaques, Y’a que la vérité qui compte rétablit la communication au sein des familles), s’inquiète avant tout de son propre profit.

5La télévision impose sa loi au politique et Gilles Dal illustre son affirmation par un fait divers, celui de l’agression d’une jeune femme dans le RER parisien en juillet 2004. Dans la journée, le ministre de l’Intérieur, puis le président de la République s’étaient indignés avant que l’on apprenne que la jeune femme avait menti.

Dictature du tempo. Immédiatement compatir, comprendre, se montrer ému, préoccupé, conscient de la gravité du problème, montrer son émotion. Ce qu’un journaliste de Libération a appelé « la stratégie du sanglot ». Une politique tout entière soumise à la communication, qui de plus en plus existe par, pour et à travers les médias et les « flashs spéciaux » (p. 131).

6Mais, après tout, est-ce que télévision et politique ne peuvent pas faire bon ménage ? Dans sa conclusion, l’auteur examine quelques concepts apparus récemment. 36 heures voulait filmer pendant ce laps de temps un homme politique dans son environnement. Nicolas Traube a proposé un téléfilm centré sur un candidat à la présidentielle qui ne comptait que sur son physique pour séduire. Le même producteur conçut également un projet de fiction en six épisodes se déroulant à l’Élysée. Pour chaque projet, les critiques furent vives : « […] l’homme politique serait l’otage des montages et des coupures qui déformeraient ses propos en les sortant de leur contexte » (p. 136) ; « La politique, ce n’est pas du show » (p. 139). On risquerait de « “travestir” la politique, de la grimer d’atours “sexy” pour attirer l’œil du téléspectateur » (p. 139). Gilles Dal se demande donc s’il ne serait pas préférable de filmer les responsables politiques dans l’exercice quotidien de leur fonction sur le long terme. Mais cette proposition se heurte elle aussi à des objections.

Ce sont, au fond, les mêmes questions qui reviennent toujours : la politique peut-elle s’adapter à l’ère médiatique… sans se désincarner ? Résister à l’ordre des choses (règne de l’image, de l’instantané) est-il pour elle vital… ou suicidaire ? (p. 142)

7On le voit, l’auteur aborde les questions principales posées par les rapports entre politique et télévision. Il a l’intelligence de le faire sans tomber dans de dangereux manichéismes tels que « tous pourris » ou « la télévision poubelle ». Les politiciens y sont à la fois considérés comme les victimes de la situation et comme des personnages avides d’image. Les procédés utilisés par les producteurs sont décortiqués froidement sans que la télévision n’apparaisse comme une abomination. En définitive, passer une soirée devant le petit écran, est-ce réellement pire que de passer la soirée assis sur un banc comme le faisaient les gens auparavant, se demande-t-il.

8On pourrait cependant regretter que l’examen de ces thématiques ne soit pas approfondi. En effet, bien que l’auteur soit docteur en histoire, ce n’est pas une analyse scientifique qu’il livre, mais un essai. Le lecteur ne trouvera donc pas d’hypothèse clairement identifiée, d’observations systématiques, de recensions d’études académiques. Gilles Dal n’a d’ailleurs jamais prétendu le faire. Il s’agit donc d’aborder la lecture du livre en toute connaissance de cause. Cette remarque formulée, il faut reconnaître que ce livre semble, au premier abord, convaincant. Cela est en grande partie redevable au style de son auteur. Son sens de l’image et de l’ironie a un potentiel accrocheur évident. Il a d’ailleurs eu l’occasion d’exercer l’efficacité de sa plume dans La Libre Belgique (quotidien belge) ou en proposant des chroniques pour les antennes radiophoniques de la RTBF ou de BFM Belgique.

9Si la lecture est plaisante, il n’est pas toujours facile de suivre l’auteur. Entre le constat posé au départ (la difficulté des rapports entre politique et télévision) et la conclusion où les projets nouveaux sont examinés, on a parfois l’impression qu’il se répète. Et il n’est pas toujours évident d’identifier les étapes empruntées par l’auteur dans son raisonnement.

10On peut également se demander s’il est totalement opportun d’opposer la communication politique à la téléréalité et les talk-shows comme Sans aucun doute. Peut-on réellement comparer les pommes et les poires ? Examiner le cas de ces émissions ne permet-il pas seulement de dresser le portrait d’une certaine télévision ? Si la question posée est celle de la médiatisation du politique, ne faudrait-il pas plutôt s’attarder aux émissions où les représentants publics apparaissent ? On pense évidemment aux débats, aux émissions d’information, mais aussi aux talk-shows comme On ne peut pas plaire à tout le monde de Marc Olivier Fogiel ou Tout le monde en parle de Thierry Ardisson sur lesquels Gilles Dal passe un peu vite.

11On peut enfin regretter l’absence de contre-exemples. Gilles Dal, on l’a compris, veux surtout montrer que la politique s’accorde mal à la télévision. Cela signifie-t-il qu’aucune collaboration heureuse n’a pu être examinée ? Les politiciens semblent surtout dépeints comme les victimes de la situation. On ne s’attarde pas sur les cas de manipulation des médias. On ne s’interroge pas non plus sur les phénomènes de personnalisation de la chose politique qui pourraient à la fois expliquer et exacerber le problème. Le genre du texte (qui n’est pas une démonstration scientifique comme nous l’avons dit) permet sans doute d’expliquer cela.

12Tout essai est avant tout le reflet de l’avis de son auteur. Si l’on garde cela à l’esprit, Loués soient nos téléviseurs peut être un bon point de départ pour une réflexion sur les rapports entre médias et politique. Le livre ravira également les étudiants ou les chercheurs à la recherche d’exemples précis où les politiciens ont raté leurs opérations de communication. Enfin, par la critique acerbe qu’il propose d’émissions comme Star Academy, La Ferme célébrité, Sans aucun doute, Qui veut gagner des millions ? ou Y’a que la vérité qui compte, il permet de prendre distance avec la télévision populaire qu’on avale généralement sans même y penser.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sarah Sepulchre, « Gilles DAL, Loués soient nos téléviseurs ! », Communication, Vol. 25/1 | 2006, 310-313.

Référence électronique

Sarah Sepulchre, « Gilles DAL, Loués soient nos téléviseurs ! », Communication [En ligne], Vol. 25/1 | 2006, mis en ligne le 07 mai 2010, consulté le 23 mars 2017. URL : http://communication.revues.org/300

Haut de page

Auteur

Sarah Sepulchre

Sarah Sepulchre est assistante à l’École de Journalisme de Louvain, Observatoire du récit médiatique, Université catholique de Louvain. Courriel : sarah.sepulchre@uclouvain.be

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org