Navigation – Plan du site
Recherches

Facebook arabia

Espace public alternatif
Khaled Zamoum

Résumés

Dans une approche socioculturelle l’auteur cherche, dans un premier temps, à documenter l’apparition et l’évolution de face book arabia et son succès chez les jeunes Arabes. Dans un deuxième temps, il tente d’analyser les caractéristiques socioculturelles des utilisateurs de ce site. En conclusion il suggère comment les internautes du monde arabe pourraient jouer un rôle dans la construction d’un nouvel espace public virtuel contestataire.

Haut de page

Texte intégral

1Cette étude traite de l’utilisation d’Internet, plus particulièrement des réseaux sociaux comme Facebook arabia par la jeunesse des pays arabes. Ce site a été lancé par un jeune informaticien égyptien avec peu de moyens et sans soutien gouvernemental et il a réussi à en faire le premier site des réseaux sociaux utilisés par cette jeunesse. Son objectif est de concurrencer les grands réseaux sociaux internationaux et d’offrir un espace de liberté dans la langue arabe en tant qu’outil de communication pour les jeunes internautes arabophones. Le nombre d’utilisateurs a atteint un million en moins de trois ans selon Haitem Yahia (2011), mais en l’absence de statistiques officielles, il est difficile de mesurer son véritable succès.

2La prolifération d’Internet représente un grand défi dans le monde arabe du fait que sa généralisation exacerbe les craintes de la technique et les phobies de la voir désorienter les jeunes et les sociétés arabes islamiques contemporaines. Son introduction dans la grande majorité des pays arabes rallume la braise des détracteurs de la mondialisation et du transfert technologique. Malgré cela, ces internautes adoptent une approche volontariste qui les pousse à adapter Internet — et particulièrement Facebook arabia — à leurs aspirations et attentes liées à leurs besoins et à leur contexte socioculturel (Trabelsi, 2003). Surtout que ces derniers ont besoin d’un vrai espace public virtuel non contrôlé par les pouvoirs publics arabes qui, par ailleurs, contrôlent directement tous les systèmes et les moyens d’information et de communication de masse.

La méthodologie

Le choix du panel

  • 1  Le terme usager désigne toute personne utilisant Facebook arabia pendant au moins trente minutes p (...)

3Cette étude vise à connaître à partir d’un échantillonnage aléatoire le profil des usagers du site Facebook arabia ainsi que leur perception de son rôle politico-culturel en tant qu’outil de communication et d’information. Notre objectif est de constituer une première base de données pouvant servir à des études sociologiques plus approfondies. L’échantillon de 200 usagers1 du site Facebook arabia se compose ainsi :

  • 33 % de Maghrébins et 67 % de Moyen-Orientaux ;

  • 50 % de personnes de sexe masculin et 50 % de personnes de sexe féminin ;

  • 50 % de personnes de la tranche d’âge 18-30 ans et 50 % de 31-45 ans ;

  • 40 % d’universitaires, 25 % de lycéens, 10 % d’employés du secteur public, 10 % de sans-emploi, 10 % de femmes au foyer et 5 % des employés du secteur privé.

4Afin d’éviter les périodes de fêtes religieuses et nationales, l’enquête a été réalisée entre le 20 novembre et le 20 décembre 2010. Les collègues universitaires se sont chargés de la distribution des questionnaires dans leurs pays respectifs.

La conception, la validation et l’analyse des résultats du questionnaire d’enquête

5Le questionnaire rédigé en langue arabe contient 23 questions ouvertes et fermées (voir annexe 2), qui se répartissent en quatre sections : identification de l’usager, son profil, ses usages de Facebook arabia et sa perception du rôle politico-culturel de ce site.

6Le questionnaire a été soumis à un pré-test (Singleton et Bruce, 1999) entre le 29 septembre et le 10 octobre 2010 auprès d’un échantillonnage de 20 personnes répondant aux critères de sélection. Les résultats ont permis d’ajuster le questionnaire et de préciser les directives relatives à la liberté d’expression dans le monde arabe (quatrième section).

7Afin d’assurer, au minimum, la validation et la fiabilité des données collectées, nous avons adopté les démarches suivantes :

  1. L’analyse des résultats du pré-test a révélé un coefficient de stabilité de 94,2, soit une mesure élevée de fiabilité ;

    • 2  Mahmoud Shelabia de l’Université d’Oman, Ashref Abdelmoghit de l’Université du Caire et Salah Benb (...)

    Le questionnaire et l’ensemble des objectifs de l’étude ont été révisés par des spécialistes en sciences de l’information2. Leurs commentaires et suggestions ont porté sur la formulation des questions relatives à l’utilisation de Facebook arabia sur les plans politique et culturel ;

  2. L’analyse des données quantitatives a été réalisée avec le logiciel SPSS pour Windows, version 10,0 ;

  3. Nous avons eu recours à la méthode structurelle de Ghilione et Matalon (1970), qui consiste d’abord à établir une fiche pour chaque questionnaire sur laquelle il est indiqué, pour chaque individu échantillonné, ses choix des indicateurs des variables indépendantes et dépendantes. Ensuite, nous avons effectué une première classification selon les réponses et une deuxième, selon la fréquence des choix associés aux variables indépendantes. Quant aux questions ouvertes, nous avons comptabilisé et analysé les réponses ayant obtenu cinq mentions.

L’évolution de l’utilisation d’Internet dans le monde arabe

8En nous basant sur le rapport de l’Union internationale de télécommunication sur la société de l’information (ITU, 2010), sur le rapport présenté par Deek Gabriel à la Commission économique et sociale des Nations Unies pour l’Asie occidentale (ESCWA, 2010) et sur les données fournies par l’Utilisation d’Internet dans le monde (Internet World Stats, 2010), nous avons dressé le tableau suivant de l’utilisation d’Internet dans le monde arabe.

Tableau 1. Utilisation et taux de pénétration d’Internet en 2010 dans les pays arabes (Maghreb et Moyen-Orient)

Tableau 1. Utilisation et taux de pénétration d’Internet en 2010 dans les pays arabes (Maghreb et Moyen-Orient)

9En général, le taux le plus élevé de pénétration d’Internet dans le monde arabe est enregistré dans les pays du Golfe : le Bahreïn, les Émirats arabes unis, le Qatar, le Koweït, l’Oman et l’Arabie saoudite. Cela s’explique en partie par l’intérêt que portent ces pays au développement des services électroniques et par les tarifs très abordables. Dans les pays non producteurs de pétrole, les taux sont moins élevés : la Tunisie, le Maroc, la Jordanie, le Liban et l’Égypte. Malgré la disponibilité de ressources financières provenant de l’exportation de pétrole, l’Algérie, la Libye et l’Iraq enregistrent un faible taux. La phobie que suscite l’utilisation d’Internet comme outil de communication de masse non contrôlé par leurs pouvoirs publics peut apporter une part d’explication.

10L’absence d’études sociodémographiques approfondies sur l’utilisation d’Internet dans l’ensemble des pays arabes ne permet pas une analyse comparative plus fine et proscrit toute conclusion sur l’appartenance politique et socioculturelle des usagers. Par ailleurs, l’observation socio-anthropologique, que ce soit dans les cybercafés ou dans d’autres espaces publics d’utilisation d’Internet, a permis de constater que la grande majorité des usagers se trouve parmi les jeunes des deux sexes — du fait de l’analphabétisme qui touche une grande partie de la population de plus de 50 ans — et qu’Internet représente pour eux davantage un espace de liberté et d’ouverture sur le monde extérieur qu’un outil de communication.

11Les récentes révolutions, manifestations et protestations populaires dans les pays arabes attestent le phénomène politico-médiatique que constitue la prolifération de Facebook et des réseaux sociaux. Selon Hamami (2003), l’émergence du cyberespace dans le monde arabe annonce l’arrivée des sujets collectifs fondés sur les principes de communication, de participation et de débat.

Facebook arabia : un espace d’échange et de communication

12Personne n’avait prévu le succès phénoménal de Facebook, créé en 2004 par l’étudiant américain Mark Zuckerberg (Wikipédia, 2011) pour diffuser et partager virtuellement ses photos et activités avec ses amis. Ce succès a incité un jeune informaticien égyptien, Haitem Yahia, à lancer une version arabe, le Facebook arabia. Selon son fondateur, le nombre d’adhérents a dépassé le million en janvier 2011.

13L’absence de statistiques officielles ne permet pas de vérifier ce chiffre. Par contre, il est admis que Facebook arabia connaît un grand succès auprès des jeunes à qui il propose les mêmes applications, services et options que Facebook et une qualité comparable à celle de ce site : FBA musique, FBA vidéos direct, FBA radio, FBA info ainsi qu’un service de compte courriel personnel, de messagerie instantanée et de programmes vidéo. Ce site se distingue des autres sites arabes du fait qu’il utilise le programme Universal MP3 Player et propose un service de compte de musique personnalisé et une page personnalisée et sécurisée pour les applications, activités, albums photo et vidéos.

14Au dire de son fondateur, ce site est un espace d’échange et de communication entre les jeunes, libre de tout contrôle et de toute censure gouvernementale, tout en respectant la vie privée ainsi que les principes et traditions des sociétés arabo-musulmanes. Le site a pour objectif de promouvoir la culture arabe entre les jeunes et vise à rapprocher les différentes composantes de la culture arabe au moyen de la diffusion de chansons traditionnelles et modernes du Grand Maghreb et du Moyen-Orient.

15Le site se veut apolitique afin de se protéger de la censure gouvernementale et de maintenir une certaine image de neutralité par rapport aux différents problèmes politiques et socioéconomiques que connaissent la plupart des sociétés arabes. Parce que les jeunes internautes arabes sont préoccupés par l’absence de démocratie, de liberté d’expression et par l’inégalité dans le partage des richesses et le chômage, une partie des messages, discussions et vidéos diffusés expriment le ras-le-bol. Le site est apolitique mais, en même temps, il favorise le débat ouvert et les discussions entre les internautes. Pendant les événements de la chute du régime tunisien de Ben Ali en janvier 2011, ainsi que pendant la chute de Hosni Moubarak en février 2011, les groupes de discussion ont été très actifs en diffusant commentaires, informations et vidéos. C’était une première dans la société virtuelle arabe, et cela témoignait d’une conscience accrue des responsables du site et du rôle des nouveaux médias dans la construction d’un espace public virtuel libre et de leur participation directe ou indirecte dans le processus de changement politique dans les différents pays arabes.

Les résultats de l’enquête

Le profil politique et socioculturel des internautes

16L’analyse des résultats de l’enquête montre que 33,1 % des interrogés consacrent plus de deux heures par jour au site Facebook arabia, dont 28,2 % des femmes sans emploi et 19,2 % des étudiants, contre 29,7 % qui y passent moins d’une heure. Sans surprise, ce sont les jeunes de 18 à 30 ans qui passent le plus de temps à naviguer sur le site (33,1 %). Il existe une corrélation positive entre le niveau d’instruction et l’utilisation du site : les universitaires représentent le taux le plus élevé (32,2 %). Les principales raisons évoquées par les répondants font référence au fait que ce site représente un espace de débat et d’échange des informations et de nouvelles non diffusées par les médias gouvernementaux et, en même temps, non contrôlées par la censure des pouvoirs publics.

La liberté d’expression et la sphère publique virtuelle

17Les notions de sphère publique et de liberté d’expression dans les blogosphères et les différents espaces publics électroniques suscitent une réflexion méthodologique et sociopolitique spécifique en raison du contexte particulier des pays autoritaires où ces espaces de liberté d’expression sont souvent contrôlés par les autorités publiques. Larbi Chouikha (2002) explique, dans une approche sociopolitique, le rôle des blogosphères dans la construction d’un nouvel espace public virtuel tunisien et précise que ces nouvelles formes d’information portent à la fois sur des modes d’expression, mais aussi de contestation. Elles rejoignent des formes de communication ancrées dans la tradition orale. Ces anciennes formes, dont les noukat (anecdotes et dérision politique) et les rumeurs les plus extravagantes, prennent généralement pour cibles les dignitaires de l’État. Ainsi, elles déjouent la censure et comblent le manque d’information.

18Pour comprendre le choix des internautes, il nous apparaissait nécessaire de connaître l’opinion des participants sur leurs besoins et motivations quant à l’utilisation du site Facebook arabia et sur son rôle dans la construction d’un espace public. La majorité (52,4 %) estime que ce site est un moyen de se rapprocher et d’échanger entre jeunes et près du quart (23,2 %) pense que ce site leur permet d’échanger des informations non contrôlées par la censure gouvernementale et non diffusées par les médias officiels. Cet aspect est très important dans le contexte politique et économique actuel du monde arabe : les révoltes tunisienne, égyptienne et libyenne ainsi que les mouvements de revendications démocratiques en Algérie, en Jordanie, au Maroc, au Soudan, au Bahreïn, en Arabie saoudite et au Yémen suggèrent que les forces démocratiques qui exigent des réformes dans tous les domaines, dont celui de la liberté d’expression et des droits civils, sont en symbiose avec les internautes.

19L’enquête révèle, quoique très approximativement, comment Facebook arabia situe le rapport entre liberté d’expression et liberté d’accès et quelle serait sa place dans le paysage arabe des réseaux sociaux, ainsi que son rôle en tant que vecteur d’idées démocratiques. Quelle que soit la nationalité des répondants, une majorité (79,1 %) affirment qu’ils discutent de sujets d’ordre politique tels que la justice sociale (26,8 %), la liberté d’expression (24,2 %), la démocratie (22,2 %), la liberté d’accès à l’information (14,2 %) et les différents droits civiques (12,2 %). Les plus fortes composantes de cette majorité se retrouvent chez les Maghrébins — Algériens (18,4 %), Tunisiens (16,6 %) et Marocains (14,2 %) —, les universitaires (45,8 %), les femmes (38,8 %) et les 18 à 30 ans (41,1 %).

La crédibilité et la contestation virtuelle

20Michel Camau et Vincent Geisser (2003) définissent la notion d’espace protestataire comme une nouvelle forme de protestation virtuelle dans la société de l’information, qu’instaurent les technologies de l’information et de la communication en tant que moyen et outil de contact interactif permettant des échanges d’idées et d’informations entre internautes.

21Présentement, cet espace protestataire est le sujet d’un débat dans certains pays arabes, du fait qu’il n’est soumis à aucune restriction et qu’il représente un important instrument pour défendre les droits fondamentaux des citoyens, dénoncer la corruption et condamner les injustices, d’autant plus que certains gouvernements arabes ont monopolisé tous les espaces et les moyens de protestation publique.

22Romain Lecomte (2009) parle de cyberdissidence en référence aux internautes qui contestent et font entendre très ouvertement leurs idées sans pour autant n’appartenir à aucune organisation politique ou militante. Les récentes contestations, protestations et révolutions à l’encontre des pouvoirs tunisien, égyptien, yéménite, libyen, bahreïnien, saoudien, marocain, jordanien et algérien attestent ces cyberdissidences où se côtoient forums, sites Internet locaux et internationaux, tels que Facebook et Twitter, et la chaîne de télévision qatarie Al Jazeera. Ceux-ci ont joué un rôle souvent qualifié de primordial dans cette contestation et cette révolution populaires devenues bien réelles.

23Le recours des jeunes internautes arabes aux réseaux sociaux, aux différentes sources d’information et aux médias étrangers pour s’enquérir et s’informer quotidiennement soulève la question de la crédibilité des médias et des différentes sources d’information dans certains pays arabes. Le contrôle de l’information par les pouvoirs publics et des médias ainsi que par les différentes associations et organisations et par les syndicats des journalistes est ouvertement contesté. Ce constat nous a amené à nous poser ces questions : quelle crédibilité les internautes accordent-ils aux réseaux sociaux ? Pourquoi préfèrent-ils utiliser les réseaux sociaux sans se soucier de leur crédibilité ? Pourquoi utilisent-ils les réseaux sociaux pour exprimer leurs opinions politiques ?

24L’enquête montre que la grande majorité (98,8 %) déclare que les médias publics arabes ne sont pas crédibles, qu’ils sont contrôlés par les pouvoirs publics (60,5 %), que les sources d’information sont contrôlées par la censure gouvernementale (30,2 %) et que la liberté d’expression n’existe pas dans la plupart des pays arabes (9,3 %). Les jeunes de 18 à 30 ans (58,1 %) déclarent recourir aux médias étrangers pour s’informer, notamment les femmes (31,8 %) et les universitaires (25,6 %). Par contre, le tiers des interrogés préfère Internet aux médias traditionnels — surtout les universitaires (47,4 %) et spécialement les Magrébins (31,2 %) — en raison de la diversité des ressources d’information offerte sur Internet (38,7 %) et de la possibilité de vérifier et de comparer les différentes versions des faits (29,1 %). Si la majorité (71,5 %) affirme ne pas utiliser le site Facebook arabia comme source d’information directe, un peu plus du tiers (35,3 %) l’utilise comme un vecteur d’échange d’informations non contrôlé par les pouvoirs publics ; ce choix est surtout exprimé par les universitaires (21,3 %), les femmes de la tranche d’âge de 31 à 45 ans (19,1 %) et les étudiants (16,4 %). Ces chiffres suggèrent que les attentes des internautes ainsi que leur utilisation du site à des fins d’information et de sensibilisation sont fort complexes et exigent des analyses très fines.

25Lors des entretiens directs, les participants ont affirmé que les médias ainsi que les différents espaces d’information et de communication, dont les réseaux sociaux dans certains pays arabes, manquent de crédibilité en raison de la mainmise, directe ou indirecte, du système politico-médiatique et financier sur l’ensemble de l’activité de ce secteur stratégique. Ces entretiens révèlent, comme les données du questionnaire, que la stratégie adoptée par les internautes a été de profiter de n’importe quel espace de communication pour exprimer leurs idées sans se soucier de la crédibilité, car le plus important pour eux, c’est d’abord d’occuper tous les espaces publics, surtout celui des réseaux sociaux.

Facebook arabia : un vecteur culturel

26On peut se demander si le site mérite ce rôle de vecteur de brassage culturel entre les différentes composantes de la culture arabe. Vise-t-il à devenir un espace d’acculturation virtuel ? Cette prétention lui permet-elle de jouer un rôle politico-médiatique ?

27Dans les sociétés, chaque groupe opte pour un cadre propre d’organisation sociale dont le but est, d’une part, de faciliter son adaptation (Lévi-Strauss, 1962) et, d’autre part, de renforcer sa mémoire collective afin de faire face à des situations de détresse ou de changement (Bourdieu, 1980). Pour Philippe Forest (1993), la culture est la résultante d’un échange et d’un brassage entre différentes communautés ethniques ; elle se fonde sur l’idée dynamique et interactive de la culture, et cela, par l’intermédiaire du concept de l’acculturation. Pour John Berry (1980), l’acculturation peut se définir comme l’ensemble des changements culturels qui résultent des contacts continus et directs entre deux groupes culturels indépendants. Les individus se situant à différents niveaux d’adaptation empruntent des éléments à leur culture d’origine ou à la culture du pays d’accueil.

28Un examen même sommaire des utilisations du site Facebook arabia en tant qu’espace culturel virtuel révèle des interactions entre les différentes composantes de la culture arabe, essentiellement entre le Grand Maghreb et le Machrek (Moyen-Orient). Le site, qui se veut un espace d’acculturation, permet à l’ensemble des jeunes internautes du monde arabe de s’exprimer, mais aussi de préserver la culture arabe en mettant en valeur les différentes facettes de l’art arabe.

29Le discours culturel et artistique est très présent sur les pages Web du site et il prend plusieurs formes telles que l’annonce des activités culturelles, la diffusion des chansons arabes, l’histoire culturelle et artistique du monde arabe et le compte rendu des activités culturelles locales.

30La grande majorité (85,3 %) se reconnaît dans ce discours, près du tiers (31,4 %) a recours au site pour communiquer et parler des sujets culturels et artistiques du monde arabe, et près du quart (22,3 %) le fait pour mieux connaître les particularités culturelles et identitaires.

31Près du tiers (29,3 %) des femmes préfèrent écouter les chansons des répertoires classique et moderne de la chanson arabe sur Facebook arabia. Plus remarquable encore, 44,8 % des 18 à 30 ans, plutôt branchés sur la musique et la chanson internationales et spécialement occidentales, disent écouter les répertoires classique et moderne.

32En ce qui concerne la langue d’usage, deux tendances sont à noter. D’une part, les internautes des pays du Moyen-Orient utilisent en grande majorité (79,4 %) la langue arabe pour communiquer et discuter, surtout les hommes (39,9 %), de niveau d’instruction lycéen (36,5 %) et les sans-emploi (12,3 %). D’autre part, les internautes d’origine maghrébine utilisent la langue arabe pour communiquer (41,2 %), mais aussi la langue dialectale locale (26,8 %) ainsi que les langues française et anglaise, selon les circonstances. C’est surtout le cas des femmes ayant un niveau d’instruction universitaire (25,1 %).

Conclusion

33La question du lien entre les réseaux sociaux et le changement sociopolitique se pose à l’échelle planétaire. Le but de cette étude est d’explorer quelques aspects sociodémographiques et culturels des jeunes internautes dans le monde arabe et d’observer l’influence de certains réseaux sociaux sur le processus démocratique qui vise à instaurer un vrai changement politique dans certains pays du Maghreb et du Moyen-Orient.

34Les réseaux sociaux, et plus particulièrement le site Facebook arabia, apparaissent de plus en plus comme un instrument privilégié par l’opposition politique, les associations non gouvernementales et les intellectuels pour véhiculer des messages relatifs à un changement sociopolitique et culturel dans le monde arabe.

35L’absence d’espace public dans la plupart des pays arabes incite les jeunes intellectuels progressistes à créer et à développer différents espaces et diverses formes d’expression et de communication non contrôlés par les pouvoirs publics très soucieux de préserver la stabilité et la continuité de leurs régimes. Cette stratégie politico-médiatique adoptée par quelques réseaux sociaux du monde arabe, entre autres le réseau Facebook arabia, semble avoir bien fonctionné surtout avant et pendant les révolutions tunisienne, égyptienne et libyenne. Cela s’explique en partie par une vision politique très ancrée dans la réalité quotidienne des jeunes internautes arabes.

36Même si Facebook arabia affiche une position apolitique et une volonté de créer un espace d’échange socioculturel, les résultats de cette étude exploratoire montrent le rôle actif de ce site dans la création d’un nouvel espace public dans le monde arabe et l’utilisation qu’en font les internautes pour communiquer et échanger des informations et des idées politiques.

37Au fur et à mesure que les technologies de communication introduisent un autre flux d’information parallèle dans certaines régions du monde arabe, de nouvelles habitudes de gestion de l’information se mettent progressivement en place.

38Les circuits de communication et d’information virtuelle sont devenus un important appui au changement politique dans le monde arabe et au pluralisme de tous genres. Analyser l’évolution des réseaux sociaux et des nouveaux espaces publics virtuels dans le monde arabe devient un incontournable si l’on veut saisir et comprendre l’ampleur de l’évolution politique, sociale, économique et culturelle des sociétés arabes du Maghreb et du Moyen-Orient.

Haut de page

Bibliographie

BERRY, John W. (1980), « Acculturation as varieties of adaptation » dans Amado PADILLA, Acculturation : Theory, Models and Some New Findings, Chicago, Westview Press, p. 9-26.

BOURDIEU, Pierre (1980), « L’identité et la représentation », Actes de la recherche en sciences sociales, 39, p. 63-88.

CAMAU, Michel et Vincent GEISSER (2003), Le syndrome autoritaire : politique en Tunisie de Bourguiba à Ben Ali, Paris, Presses de Sciences Po.

CHOUIKHA, Larbi (2002), « Autoritarisme étatique et débrouillardise individuelle » dans Olfa LAMLOUM et Bernard RAVENEL, La Tunisie de Ben Ali. La société contre le régime, Paris, L’Harmattan, p. 197-212.

DEEK, Gabriel (2001), « Development of digital Arabic content: Incubation requirements and training needs » [En ligne]. www.escwa.un.org/divisions/projects/dac/03DAC.pdf. (Page consultée le 26 mai 2011)

FOREST, Philippe (1993), « Culture et civilisation : une question de vocabulaire », Cahiers français, 260, p. 4.

GHILIONE, Rodolphe et Benjamin MATALON (1978), Les enquêtes sociologiques, Nancy, Armand Colin.

HAMAMI, Sadok (2003), « L’Internet dans le monde arabe : à la recherche du paradigme absent », Revue tunisienne de communication, 41, p. 19-28.

INTERNET WORLD STATS (2011), « Population and internet users in all countries and regions of the world » [En ligne]. www.internetworldstats.com/stats.htm (Page consultée le 5 juin 2011)

LECOMTE, Romain (2009), « Internet et la reconfiguration de l’espace public tunisien : le rôle de la diaspora », tic&société, 3(2), p. 201.

LÉVI-STRAUSS, Claude (1962), La pensée sauvage, Paris, Plon.

PAPACHARISSI, Zizi (2002), « The virtual sphere: the Internet as a public sphere », New Media and Society, 4(1), p. 9-27.

SINGLETON, Royce A. et Bruce C. STRAITS (1999), Approaches to Social Research, New York, Oxford University Press.

UNION INTERNATIONALE DE TÉLÉCOMMUNICATION (2010), « Mesurer la société de l’information » [En ligne]. www.itu.int/ITU-D/ict/publications/idi/2010/.../MIS_2010_Summary_F.pdf (Page consultée le 22 mai 2011)

WIKIPÉDIA (2011), « Facebook » [En ligne]. www.fr.wikipedia.org/wiki/Facebook (Page consultée le 7 février 2011)

HAITEM, Yahia (2011), « Facebook arabia : données statistiques », site Facebook arabia [En ligne]. http:// www.facebookarabia.net (Page consultée le 20 janvier 2011)

Haut de page

Annexe

LETTRE D’ACCOMPAGNEMENT DU QUESTIONNAIRE

Sharjah University, Faculty of Communication

P.O. Box : 27 272, Sharjah

UAE

Objet : enquête auprès du public du site Facebook arabia

Madame/Monsieur,

 J’ai l’honneur de vous demander de bien vouloir remplir soigneusement ce questionnaire qui contient des questions sur le site Facebook arabia.

 Ce questionnaire a pour but la réalisation d’une étude sur les réseaux sociaux dans le monde arabe et les résultats ne seront utilisés qu’à des fins scientifiques.

Je vous remercie de votre aimable collaboration.

Veuillez agréer, Madame/Monsieur, l’expression de mes sentiments distingués.

Signé par le chef de projet : Dr K. Zamoum

Coordonnées :

Tél. : 00 (971) 50 697

Fax : 00 (971) 6 5050688

E-mail : kzamoum@yahoo.com et kzamoum@sharjah.ac.ae

QUESTIONNAIRE D’ENQUETE

I. Identification de l’utilisateur

I.1. Sexe

I.2. Âge

I.3. Niveau d’instruction

I.4. Profession

I.5. Nationalité

II. Profil de l’utilisateur

II.1. Utilisez-vous Internet ?

II.1.1. Oui

II.1.2. Non

II.1.3. Sans opinion

II.2. Utilisez-vous les réseaux sociaux ?

II.2.1. Oui

II.2.2. Non

II.2.3. Sans opinion

II.3. Utilisez-vous le site Facebook arabia ?

II.3.1. Oui

II.3.2. Non

II.3.3. Sans opinion

III. Choix et rôle de Facebook arabia en tant que vecteur de communication et d’information

III.1. Quel est le temps moyen que vous réservez quotidiennement à l’utilisation du site Facebook arabia ?

III.1.1. Moins d’une heure

III.1.2. Une heure

III.1.3. Deux heures

III.1.4. Trois heures

III.1.5. Plus de trois heures

III.2. Quels sont les services du site que vous utilisez le plus ?

III.3. Quelles sont les raisons qui vous poussent à utiliser ces services ?

III.4. Acceptez-vous d’utiliser Internet comme source d’information ?

III.4.1. Oui

III.4.2. Non

III.4.3. Sans opinion

III.4.4. Si oui, donnez les raisons

III.5. Accepteriez-vous d’utiliser les réseaux sociaux comme source d’information ?

III.6. Pensez-vous que l’information présentée par les réseaux sociaux est crédible ?

III.6.1. Utilisez-vous Facebook arabia comme source d’information ?

III.6.1.1. Oui

III.6.1.2. Non

III.6.1.3. Sans opinion

III.6.2. Est-ce que l’information présentée par Facebook arabia est crédible ?

III.6.2.1. Oui

III.6.2.2.Non

III.6.2.3. Sans opinion

III.6.3. Est-ce que vous pensez que les médias publics dans le monde arabe sont crédibles ?

III.6.3.1. Oui

III.6.3.2. Non

III.6.3.3. Sans opinion

III.6.4. Si la réponse est non, pouvez-vous donner les raisons ?

III.6.5. Utilisez-vous les médias étrangers comme source d’information ?

III.6.5.1. Oui

III.6.5.2. Non

III.6.5.2. Sans opinion

IV. Rôle politico-culturel de Facebook arabia

IV.1. Accepteriez-vous d’utiliser les réseaux sociaux pour exprimer vos idées politiques ?

IV.1.1. Oui

IV.1.2. Non

IV.1.3. Sans opinion

IV.2. Quels sont les sujets dont vous aimez le plus débattre sur Facebook arabia ?

IV.3. Les débats sur le site vous permettent : (cochez une seule case)

IV.3.1. De vous informer sur l’actualité dans les pays arabes

IV.3.2. De communiquer vos expériences politico-culturelles

IV.3.3. De débattre avec d’autres jeunes du monde arabe

IV.3.4. D’échanger vos idées politiques

IV.3.5. Autres (précisez)

IV.4. Quels sont les albums musicaux que vous écoutez le plus sur le Facebook arabia ? (Classez par ordre de préférence)

IV.4.1. Arabe classique

IV.4.2. Arabe moderne

IV.4.3. Occidentale

IV.4.4. Raï

IV.4.5. Magrébine

IV.4.6. Autres (précisez)

IV.5. Quel est votre avis sur le rôle culturel de Facebook arabia ?

IV.6. Quelle langue utilisez-vous pour communiquer sur ce site ?

IV.7. Autres observations et remarques

Auteur

Zamoum Khaled est spécialiste en sociologie de la communication ; il a soutenu, en 1998, une thèse de doctorat en science de l’information à l’Université de Paris II (France). Actuellement, il est maître de conférences à l’Institut de communication de l’Université de Sharjah (Émirats arabes unis). Il est également chercheur en communication à l’Union des radiodiffusions des États arabes.

Courriel : kzamoum@sharjah.ac.ae  

Haut de page

Notes

1  Le terme usager désigne toute personne utilisant Facebook arabia pendant au moins trente minutes par jour.

2  Mahmoud Shelabia de l’Université d’Oman, Ashref Abdelmoghit de l’Université du Caire et Salah Benbouza de l’Université d’Ajman aux Émirats arabes unis.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Tableau 1. Utilisation et taux de pénétration d’Internet en 2010 dans les pays arabes (Maghreb et Moyen-Orient)
URL http://communication.revues.org/docannexe/image/3012/img-1.png
Fichier image/png, 151k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Khaled Zamoum, « Facebook arabia », Communication [En ligne], Vol. 30/1 | 2012, mis en ligne le 29 novembre 2012, consulté le 01 mai 2017. URL : http://communication.revues.org/3012 ; DOI : 10.4000/communication.3012

Haut de page

Auteur

Khaled Zamoum

Khaled Zamoum est maître de conférences à l’Institut de communication à l’Université de Sharjah, aux Émirats arabes unis. Courriel : kzamoum@sharjah.ac.ae.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org