Navigation – Plan du site
Recherches

Le pagne

Un moyen de communication en Côte d’Ivoire
Raoul Germain Blé

Résumés

Le pagne wax est un tissu en coton imprimé de qualité supérieure, que les femmes africaines utilisent pour la confection de leurs vêtements. Son intérêt se trouve dans les messages que le pagne wax, véritable miroir social, véhicule ; messages qui se situent entre l’identité culturelle de celle qui porte le pagne et l’affirmation de la « néo-africaine », entre sa position sociale et son milieu. Prenant acte de sa présence au quotidien, le pagne peut être vu comme un véritable média et, pour qui sait « lire » ses messages, servir de moyen d’information sur les « événements du jour ».

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Pièce d’étoffe ou de matière végétale tressée que l’on porte drapée autour des hanches ou accroché (...)

1En Afrique noire, le pagne1 s’affiche partout avec ses couleurs vives. La variété des motifs et l’éclat des couleurs, les techniques d’impression et de teinture en ont fait un art textile riche de significations. Ce que nous disons là ne date pas d’aujourd’hui à en croire Jacques Anquetil :

Ce sont dans les tombeaux dogons, creusés dans les falaises de Bandiagara que les archéologues français et hollandais ont découvert les plus anciens fragments de tissus africains, datés entre le xie et le xviiie siècle, unis ou teints en indigo ou composés de bandes cousues formant un damier blanc et indigo foncé, presque noir, correspondant au même tissu que celui utilisé encore aujourd’hui comme couverture-linceul pour envelopper les morts. Il s’agit bien là d’une culture textile africaine authentique, se manifestant bien avant l’arrivée des étrangers (1990 : 277-278).

  • 2  Le pagne wax (mot anglais qui signifie cire) est un tissu en coton imprimé de qualité supérieure.

2Notre préoccupation porte sur les messages que révèlent les noms des pagnes. Les différents noms qu’on leur attribue sont le fruit de l’imagination des vendeuses ou de leur clientèle. Confectionné en vêtement, le pagne wax2 jouit d’une considération sociale, car il devient, pour toute personne qui en est vêtue, un moyen de reconnaissance et d’affirmation de soi.

3Notre étude couvre le district d’Abidjan, qui est la capitale économique de la République de Côte d’Ivoire. C’est également une communauté urbaine composée de dix communes et de trois sous-préfectures, pour une population estimée à cinq millions d’habitants. Nous nous concentrons pour l’essentiel sur la commune d’Adjamé et sur celle du Plateau. La première constitue un pôle commercial dont le marché principal (appelé communément le grand marché d’Adjamé) regorge de vendeurs de pagnes. Ici, en grande partie, ce sont les femmes dioulas originaires du nord de la Côte d’Ivoire qui sont des commerçantes avisées, car dans leur culture, ce métier se transmet de mère en fille. Certaines achètent directement les pagnes au magasin Uniwax du Plateau alors que d’autres les acquièrent chez les grossistes d’Adjamé pour aller les revendre à l’intérieur du marché. Les vendeuses « ambulantes » viennent quant à elles se ravitailler chez les premières pour aller commercialiser les pagnes dans les quartiers populaires. Il s’agit là d’un commerce de proximité où ces dames se promènent pour proposer leurs marchandises. Dans le quartier administratif du Plateau se trouve la rue du commerce où se concentrent les grands fournisseurs de la sous-région et qui abrite un nombre important de magasins offrant une variété de pagnes, une diversité de prix et même « l’embarras » du choix.

4Notre étude comporte quatre sections : la première s’intéresse à l’émergence du pagne wax, la deuxième expose notre objet de recherche et notre corpus, puis nous résumerons nos premiers résultats que nous discuterons en guise de conclusion.

5Cette étude exploratoire ne prétend nullement épuiser toute la problématique du pagne wax. Elle en constitue seulement une approche que d’autres universitaires africains pourront parfaire ou enrichir de leurs contributions.

Le pagne au rythme du temps

6Au xie siècle, le tissage des bandes de coton écru existe déjà dans la région du haut Sénégal, en pays toucouleur. Au fur et à mesure que l’islam pénètre en terre africaine, celle-ci se laisse séduire par les étoffes étrangères, important ainsi de grandes quantités en échange de son or et de ses esclaves. L’étoffe tissée en coton est à cette époque une parure de prestige et est réservée aux notables et aux souverains.

7À partir du xiiie siècle, les rois du Mali se convertissent à l’islam. Ces premiers États musulmans seront des lieux d’échange entre le monde arabe et l’Afrique. Les textiles acheminés par caravanes depuis les rivages méditerranéens relient alors le Soudan occidental au monde des tissus de facture européenne et arabe. Selon Jocelyne Étienne Nugue et Elisabeth Laget,

[…] les récits des voyageurs des xve et xvie siècles mentionnent, par exemple la ville de Kong (située au nord de la Côte d’Ivoire qui est la ville historique des Senoufo depuis le xie siècle) comme un grand centre de tissage et de teinture (1985 : 34).

8Étant donné que ces étoffes étrangères n’étaient pas accessibles aux personnes à faible revenu, le tissage du coton devient alors la solution trouvée à l’échelle locale pour confectionner des habits à des prix accessibles. À en croire Anquetil,

à cette époque, même si cette activité est encore balbutiante, elle se développe largement, fruit d’un commerce florissant. Les cotonnades fabriquées à Kong étaient vendues par les commerçants Mandés et Ahoussa jusqu’à Djénné au Mali (1990 : 23).

  • 3  Nous excluons les pagnes traditionnels gouro et yacouba parce qu’il s’agit de la reproduction du m (...)

9Nous limitons notre travail aux pagnes kita, sénoufo et baoulé3. Ces trois pagnes participent de la construction de l’histoire culturelle et religieuse des populations ivoiriennes, pérennisant ainsi les traditions. Par exemple, dans la région de Tiébissou dans le centre du pays, des ateliers d’apprentissage forment des jeunes au métier du tissage et à la connaissance des motifs géométriques et des couleurs ainsi qu’au rituel du pagne traditionnel dont les enjeux économiques ne sont pas négligeables.

Le pagne

10Le pagne, mot utilisé tant de fois en Afrique de l’Ouest francophone dans le langage quotidien, en famille, au travail, dans les lieux de culte, dans les différents espaces publics, désigne un morceau de tissu de forme rectangulaire. Étymologiquement, ce vocable dérive du mot espagnol paño, qui signifie « pan d’étoffe », c’est-à-dire morceau d’un vêtement. Aussi, en latin, pannus se traduit par « morceau d’étoffe ».

11Ce bout de tissu soit en écorce battue, soit en fibres tissées de raphia, soit encore en coton ou de matière végétale tressée, était utilisé dans le temps jadis comme vêtement noué autour de la taille. Aujourd’hui, le pagne désigne toujours une pièce de tissu rectangulaire, disponible en version industrielle et dans une extraordinaire variété de dessins et de couleurs. Les stylistes, les modélistes, les couturiers continuent à en faire une parure de beauté et de richesse. Cette étoffe est encore associée, dans les secrets de ses tissages et de ses méthodes d’impression, à des mythologies qui lui confèrent une origine divine.

12En effet, comme le soulignent Claude Fauque et Otto Wollenweber, « chez les Dogon du Mali, par exemple, le même mot sert à dire parole et tissu. […] Le mouvement du métier, le bruit de la poulie, le rythme de la navette, les chants du tisserand lors du travail même, sont le verbe du tissu » (1991 : 37). Et Anquetil d’ajouter que « le métier dogon devient ainsi un lieu sacré qui relie le tisserand directement à son dieu par la parole insérée dans le tissu qu’il tisse, trame après trame […] » (1990 : 29).

13En Côte d’Ivoire, les tisserands de l’ethnie baoulé, avant d’entreprendre leur activité de tissage, évoquent le nom de « gnamien » (dieu) qui, dans leur langue, fait de chaque artisan un initié. Cette présence d’un dieu est également convoquée chez les Sénoufo, au nord de la Côte d’Ivoire, où les pagnes peints aux motifs bruns ou noirs, portés par les danseurs initiés au poro, un culte qui régit encore aujourd’hui leur organisation sociale et religieuse, représentent un pouvoir protecteur magique et une fonction rituelle.

14Le pagne africain serait d’origine divine que conforte la Bible : « […] c’est toi […] qui m’a tissé dans le ventre de ma mère […] » (psaume 139). Cette image présente le Dieu des chrétiens comme un « tisserand », car c’est en tissant qu’il façonne l’homme et la femme. Il leur donne une forme et il les habille de liberté pour qu’ensemble, ils tissent la vie, créant ainsi le « tissu social ». On comprend alors que le pagne fabriqué de maintes matières garde toujours son univers mythologique qui fonde son histoire dans les zones rurales, c’est-à-dire « le vrai pays », au sens de Thomas Sankara (1983-1987).

Le pagne kita ou kenté

15Le tissu, appelé kenté chez les Ashanti du Ghana et kita chez les Ewe du Togo et du Bénin ou chez les Akans de la Côte d’Ivoire, est un genre de tissage très répandu en Afrique de l’Ouest. Confectionné à partir de bandes tissées et assemblées, formant une étoffe aux dessins géométriques et aux couleurs éclatantes et lumineuses, le kita est particulier du fait que ses motifs sont tissés dans la trame. À en croire Terre d’Afrique,

[…] porter le kita est tout un art : les motifs doivent apparaître parfaitement ordonnés, le bord du tissu régulièrement agencé. Traditionnellement, les hommes le portent comme une toge, avec un plissé très élaboré, le pan gauche rabattu devant la poitrine. Les femmes peuvent se couvrir du kita de cette manière, mais aussi le draper autour du cou, ou en dessous des bras, laissant les épaules découvertes (2001 : 8).

16Aujourd’hui, on utilise cette technique de tissage pour confectionner des chemises, blouses, robes, chapeaux, sacs à main, etc.

Le pagne sénoufo

17Les pagnes sénoufos de la Côte d’Ivoire sont décorés de nombreux animaux mythologiques ou totémiques comme le crocodile, le serpent, la tortue, le caméléon selon des motifs géométriques. Selon Anquetil, ces dessins d’animaux sacrés « avaient le pouvoir de protéger et de procurer une bonne chasse aux chasseurs qui portaient cette tunique » (1990 : 292). Ils sont peints en noir directement sur le tissu de coton écru à l’aide d’un couteau en bois légèrement recourbé et taillé à l’extrémité. Ces tissus de coton filé, épais et irrégulier, en bandes de 10 à 14 cm, cousues en patchwork sont encore dans le nord de la Côte d’Ivoire la base des costumes des paysans, des chasseurs et des danseurs. Ils constituent l’expression d’un art populaire riche de traditions.

Le pagne baoulé

18Les artisans baoulés, héritiers du royaume ashanti, avaient depuis des siècles la réputation d’artisans habiles et ingénieux dans l’art de confectionner des pagnes qu’on mixait aux teintures de l’indigo et de la noix de cola pour en faire ressortir un éclat brun roux. Ces étoffes, drapées sur une épaule, sont tissées avec des fils de chaîne teints à l’indigo. Chaque motif a un nom particulier et des symboles baoulés possédant une signification intrinsèque. Ces pagnes sont utilisés encore pour l’habillement, la parure, le costume de travail et de cérémonie.

Le pagne wax

19Le marché ivoirien offre une variété de pagnes wax. Les femmes, d’un rapide coup d’œil, savent reconnaître les différentes qualités de pagnes : c’est du wax hollandais, c’est du Vlisco, etc. Les variétés de pagnes ne se limitent pas seulement aux couleurs et aux motifs, mais aussi à la qualité de l’impression.

20Le wax emprunte au batik ses motifs et couleurs, mais est fabriqué de manière industrielle, tandis que le fancy, façonné par impression directe, est apparu sur le marché africain plusieurs années après le wax. Il est moins résistant et également de moindre qualité, mais son prix est plus abordable pour les familles démunies.

21Les pagnes anciens, qu’ils soient baoulé, kita, sénoufo ou les plus traditionnels gouro et yacouba, continuent à habiller les hommes et les femmes de la société ivoirienne dans les moments de joie, de malheur ou de deuil. Certes, les pagnes imprimés industriels envahissent le marché textile, mais les pagnes artisanaux ne cessent d’être des parures de grande valeur sociale, présents dans toutes les cérémonies traditionnelles.

L’objet de recherche et le corpus

22Le pagne wax recèle toujours un message fort, destiné à la société tout entière. Dès lors, quelques questions se posent : les différents noms des pagnes sont-ils des moyens de communication ? Quel thème communiquent-ils ? Qui leur confère ce rôle de communication ?

23À notre avis, le pagne wax confectionné est plus qu’un vêtement, car il devient, par l’intermédiaire du nom qu’il porte, un moyen de communication. Son message prend sa source dans les crises, les mutations sociales, les souffrances, les joies, etc., c’est-à-dire qu’il « ramasse » toute la vie affective et sociale dans une information toujours actuelle.

24En effet, on peut suivre, jour après jour, le déroulement de l’actualité, revu et « corrigé » par le regard des femmes avec une totale liberté d’expression dans le tissage du pagne. Le pagne wax, devenu aujourd’hui un produit industriel, nous invite à parcourir sa traçabilité sociale, politique, affective, apprivoisée par la magie des différents noms qui lui sont associés.

25Notre objectif est de proposer une lecture des noms des pagnes wax en évoquant les contextes qui leur ont donné naissance. On peut chercher cette clé soit dans la structure et la dynamique des réalités sociales quotidiennes, soit dans le fait culturel ivoirien. Le médium « pagne wax » relaie des images, des couleurs et parfois même des textes. C’est donc un échange de signes et de symboles au sens que Pierre Babin donne au message : « […] le rayonnement d’une personne produisant des effets sur le récepteur » (1991 : 35). Dans ce travail, nous considérons les noms attribués aux différents pagnes comme autant d’éléments de connaissance porteurs de conventions et de codes à l’adresse d’un public.

26Peu de publications s’intéressent aux noms que portent des pagnes wax et aux messages qu’ils renferment. Toutefois, l’ouvrage de Fauque et Wollenweber ouvre quelques pistes intéressantes lorsqu’ils écrivent que « les pagnes se présentent comme une bibliothèque » (1991 : 127). Pour sa part, Michèle Coquet (1993) nous fournit un cadre historique quand elle décrit la diversité des coutumes vestimentaires en Afrique au sud du Sahara et tout particulièrement quand elle retrace les différentes formes d’ornementation du corps et les nombreuses parures en usage à partir du xie siècle. Anquetil (1990) complète cette fresque en relatant l’évolution du tissage et de l’imprimerie à travers les diverses civilisations textiles qu’il a étudiées. Pour sa part, Claudine Vidal (1991 : 122) nous plonge dans une société africaine contrastée et nous aide à comprendre « les crises d’une ville en expansion continue, d’un milieu social en profonde transformation », comme c’est le cas des cités urbaines de la Côte d’Ivoire.

27Il s’agit d’une étude qualitative fondée sur des entretiens semi-directifs qui ont laissé une large marge de liberté aux interviewés sans pour autant s’éloigner des objectifs proposés. La collecte des données a aussi pris en compte la technique de l’observation directe qui, sur le terrain, nous a permis de nous entretenir avec quelques commerçants du marché d’Adjamé et de la rue du commerce du Plateau. Nous avons également rencontré, dans les quartiers d’Abidjan, quelques couturiers, stylistes, des femmes et des hommes qui portent les vêtements en pagne, appartenant à toutes les couches sociales, avec lesquels nous avons échangé.

28Au cours de ces entretiens, nous avons obtenu des renseignements que nous avons confrontés aux écrits et documents existants, nourrissant ainsi notre interprétation des faits.

29En ce qui concerne le corpus, il s’agit d’un ensemble de 14 pagnes wax que nous avons analysés afin de « capter » les messages d’actualité que la créativité des Ivoiriennes y inscrit.

Les résultats

30Le pagne, tissé ou imprimé, confectionné en vêtement, épouse les formes du corps et se porte au quotidien. Ce tissu devient langage, car il « affiche » des messages qui expriment des événements, des désirs, des souvenirs. Ainsi, dans sa fonction révélatrice, le pagne wax déroule l’histoire d’un peuple, faite de sacrifices et de passions, invitant en permanence au dialogue par l’emploi des noms qui le désignent.

Feuille de gombo

Feuille de gombo
  • 4  Ce tissu est imprimé aux motifs de feuilles de gombo bien dessinées dans des variétés de couleurs (...)

31La femme vêtue de la « feuille de gombo4 » révèle qu’elle a beaucoup épargné pour se l’offrir. En la portant, elle invite, consciemment ou non, à un échange avec son entourage, car elle se dévoile par ses économies comme quelqu’un de « sage » qui acquiert quelque chose par l’effort. « Feuille de gombo » fait référence à l’expression ivoirienne « faire des gombos » ou faire des « petits gombos », qui signifie gagner de l’argent en faisant de petits travaux en marge de son emploi régulier.

32Le constat de N’guessan Kouamé — « aujourd’hui, la principale préoccupation de la femme ivoirienne, quel que soit son milieu, est une préoccupation économique » (1987 : 107) — reste encore d’actualité, car les crises successives que connaît la Côte d’Ivoire depuis au moins quinze ans ont fait éclater le statut traditionnel de la femme, qui doit désormais travailler pour aider le mari dont le seul salaire ne peut plus couvrir les dépenses de la famille.

33Porter ce pagne renvoie à des situations diverses où se côtoient des veuves, des divorcées, des célibataires qui doivent subvenir à leurs besoins, mais également des femmes émancipées qui veulent s’assumer.

L’œil de ma rivale

L’œil de ma rivale

34Le pagne est un espace symbolique de vie. « L’œil de ma rivale » convoque les tensions familiales, car par cette information directe, les membres de la famille et leurs proches immédiats sont interpellés à agir, à prendre position. Ce wax dévoile les écarts entre les coépouses et entre elles et leur mari. Ce pagne demande que la situation soit dédramatisée et que soient rétablies les limites des différents rôles. À l’image d’une scène théâtrale, chacun doit assumer son rôle. En effet, le nom du wax sollicite la « parole » de tous. Il soulève des sentiments, mais surtout il tisse un dialogue où chacun doit examiner librement ses propres sentiments. Sous ses motifs abstraits, il proclame la vie amoureuse et familiale de la femme :

[…] les femmes souffrent quotidiennement de l’infidélité et de la jalousie. Elles se font des rivalités en amour ou simplement avec des parures… L’œil de ma rivale, cet œil jaloux qui me suit partout, qui me regarde, m’admire, secrètement parce que je me suis fait une beauté (Touré, 1985 : 130).

35Les petits ronds rouges et noirs imprimés sur ce pagne et qui ressemblent à des petits yeux scintillants illustrent bien le pagne à code. Un œil rougi de pleurs pendant que l’autre, l’œil noir, vibre de colère. Cet œil qui révèle les états d’âme est un avertissement à la rivale. Ce pagne, représentatif de l’univers féminin, aborde la question de l’existence d’une rivale, soit-elle coépouse (en polygamie), maîtresse ou copine du mari. Le rouge vif en opposition au noir sur un fond jaune de crépuscule exprime la vie émotive féminine. Le message de ce wax est clair, car il permet dans la discrétion de ses motifs de régler des rapports délicats.

36Notons que les enjeux familiaux, les conflits dans le couple, entre amant et maîtresse (en situation de « bureaugamie » : expression ivoirienne pour désigner quelqu’un qui a une ou plusieurs maîtresses) et entre coépouses (en situation de polygamie) sont tellement « stigmatisés » qu’il devient difficile de libérer la parole. Or, le pagne contribue à ce langage quotidien de règlement des conflits. Le nom d’un wax devient une « parole » qui habille l’individu, car comme le rappelle Anquetil, « quand on se retrouve nu, on est sans parole » (1999 : 29). Ainsi, le nom donné au pagne permet une liberté d’expression créative. Porter un wax en Côte d’Ivoire, c’est se laisser imprégner de « parole » qui ouvre une voie/voix de communication durable entre le passé, le présent et certainement le futur, car les mères transmettent à leurs filles la noblesse de ce médium.

Z’yeux voient, bouche ne parle pas

Z’yeux voient, bouche ne parle pas

37Les noms ainsi attribués possèdent aussi une forte charge critique. Par exemple, « Z’yeux voient, bouche ne parle pas » publicise certaines valeurs fondatrices de la société africaine telles que la discrétion, la sagesse, la patience. Ce pagne ne favorise pas l’indiscrétion ni l’aliénation des réalités, mais il invite plutôt à la sagesse avant de poser un acte. Il renforce ainsi l’importance du savoir-vivre en société, car par l’étincelle d’un mot irréfléchi, une communauté peut connaître des dysfonctionnements.

38Le motif de « l’œil » semble particulièrement présent dans les messages des femmes. « Z’yeux voient, bouche ne parle pas » est un wax aux craquelures abondantes avec des rythmes graphiques très prononcés et dont les colorations rendent publiques différentes valeurs. Ici, l’indigo éclatant inspire la sérénité, la douceur ; un bleu qui apaise !

39Le motif, en forme d’œil, présente plusieurs tailles et se disperse dans le bleu de manière linéaire et irrégulière. Cet œil ouvert regarde et voit, il observe les situations, les événements, le déroulement de la vie en société, en famille. Il garde le silence en attendant le moment propice pour prendre la parole, ce qui traduit un comportement, une action, car « ce n’est pas toujours celui qui parle beaucoup qui sait beaucoup de choses », dit le dicton en Afrique.

40L’œil, signe de perception, intimement lié à l’éveil, représente aussi la maîtrise de soi. Le nom de ce wax invite à prendre de la distance par rapport aux faits, à cultiver la patience et la discrétion.

41Les femmes souvent étiquetées de « bavardes » révèlent par ce wax non seulement une sagesse de parole mais encore une parole de sagesse.

42Étant donné que le nom de ce pagne est ici une « parole » de femme, il est de ce fait l’expression de leur féminité, tant par leur savoir-vivre que par leur émancipation.

Je pulvérise les yeux de ma rivale

Je pulvérise les yeux de ma rivale

43Les dialogues qui émanent de ces pagnes sont autant de moments de forte intensité où les passions et les raisonnements s’entrelacent dans le genre « Je pulvérise les yeux de ma rivale ».

44Le nom de ce wax ne souffre d’aucune ambiguïté, car il exprime clairement l’idée d’un règlement agressif de compte « à coups de pagne ». Il s’agit d’un tissu en fond d’indigo ayant des mains et des boules de couleur orange comme motifs. Il est composé de plusieurs couleurs, mais le contraste de l’indigo et de l’orange est le plus courant.

45Les mains bien mises en évidence par les traits grossiers du dessin traduisent une certaine vigueur de décision. Elles activent des aérosols produisant un « nuage » de particules à l’aspect d’un parachute, symbole du mal qui va être jeté vers la rivale. Ce geste indique le pouvoir, car les sentiments peuvent conduire à des actions. C’est un message violent. La femme qui en est vêtue est décidée, quant à la charge de ses états d’âme, à en découdre avec sa rivale, de manière tranchée.

Mon mari est capable

Mon mari est capable

46Dans le cas de « Mon mari est capable », ce pagne peut marquer l’affection et la valorisation dont jouit la femme. L’homme est fier de l’offrir à la dame. En retour, en le portant, l’épouse montre à son entourage qu’elle est heureuse d’avoir un mari à la fois nanti et attentionné. Ce pagne au prestige reconnu peut également accompagner le processus d’une médiation familiale lors d’un conflit dans le couple. Si l’époux a tort, il peut offrir ce tissu pour se faire pardonner.

47« Mon mari est capable » est devenu au fil des temps un pagne « monument ». Contrairement à ce que l’on pourrait croire, il n’y a rien dans le dessin qui montre un lien entre le mari et ses capacités. Autrefois, ce tissu était fabriqué en Hollande chez Vlisco si bien qu’il se vendait à un prix élevé sur le marché africain. Puisqu’il s’agissait d’un produit importé, le mari qui, à Abidjan, pouvait l’offrir à son épouse était vraiment « capable », c’est-à-dire qu’il était un homme ayant des moyens.

48Aujourd’hui, « Mon mari est capable » confectionné par Uniwax en Côte d’Ivoire se vend à un prix moins cher qu’un Vlisco, mais il est toujours inaccessible pour beaucoup de femmes. L’offrir à son épouse, c’est lui marquer de l’attention et de l’affection. Ce pagne sur fond jaune qui abrite de petits dessins ressemblant aux formes de lèvres est valorisant aussi bien pour le conjoint que pour l’épouse qui en est vêtue. « Mon mari est capable » appartient au phénomène des pagnes « invulnérables », car connus et reconnus, ils ne peuvent pas être imités.

49En dehors des dialogues de vie, ces pagnes expriment également un langage parlé au quotidien illustrant les mutations que connaît la Côte d’Ivoire, à l’instar des autres pays africains.

50Au quotidien, les femmes africaines sont plus portées à regarder les feuilletons américains ou brésiliens et qui sont le sujet de conversations entre elles en famille ou au travail. Elles se laissent tenir en haleine par les rapports amoureux de frustration et de ressentiment des personnages qui les font rêver. Dans ce sens, les pagnes wax « Tour de Babel » et « Catalina » deviennent des logiques transfigurées d’une réalité, d’un désir de pouvoir ressembler un jour à ces vedettes du petit écran qui les invitent à vivre par procuration une vie qui n’est pas la leur.

51Tour de Babel, feuilleton brésilien qui a tenu en haleine durant deux ans les téléspectateurs ivoiriens, est une histoire de vengeance, de jalousie, d’amour et d’hypocrisie. Dans la Bible, la tour de Babel est le symbole de la confusion, celle des langues. Dans le feuilleton, il s’agit également d’un lieu de confusion où les sentiments agissent arbitrairement, prenant le pas sur la raison.

52Le pagne, dans sa configuration géométrique et chromatique, n’évoque pas une tour de Babel. Cependant, le générique du feuilleton présente une tour en plongée avec une architecture en spirale, ce qui laisse voir des ressemblances avec le dessin de ce wax. En fait, ce qui a bien pu inspirer les dames à baptiser ainsi ce tissu, ce sont surtout les relations familiales et sociales déployées dans ce feuilleton autour des problématiques universelles comme le bien, le mal, la jalousie, le sexe, le mariage, le divorce, la méchanceté.

53Le « grotto », terme ivoirien, désigne une personne aisée et qui jouit d’une reconnaissance sociale.

54Le langage quotidien épousé par le pagne possède une puissance symbolique au sens où « le symbole évoque spontanément une idée, éveille un sentiment commun » (Carrier, 1992 : 79). Ainsi, les personnes porteuses du pagne « grotto » accèdent de manière réelle ou illusoire au rang de prestige.

55La femme vêtue du « grotto » affirme le statut social élevé auquel elle appartient par son propre mérite ou grâce à son conjoint nanti. Le « grotto » fait partie des pagnes à succès qui ont traversé les générations en Côte d’Ivoire.

56Ce tissu se présente en trois couleurs. En fond, il y a la couleur rouge symbolisant le sang qui coule dans les veines de l’homme ; nous avons là l’expression de la vie qui défie le temps. Ensuite, les dessins jaunes en forme de feuilles rappellent une couleur or, traduisant la richesse sur le plan matériel. Les autres motifs en traits noirs rappellent que dans certaines sociétés, la couleur noire indique le pouvoir.

57Pour l’initié, les motifs lumineux et les couleurs harmonieuses du pagne marquent l’appartenance sociale de celui ou de celle qui le porte. Les valeurs (argent, réussite sociale et pouvoir) associées à ce pagne s’expriment dans le langage de ses couleurs et de ses motifs. La femme qui porte le wax « grotto » est socialement respectable.

58Les différents noms des pagnes renvoient à une multitude de thèmes qui interrogent tous les aspects de la société ivoirienne. Par exemple, le wax « Conjoncture » interpelle la crise économique, d’où l’expression « être conjoncturé », qui signifie « être démuni financièrement ». Les motifs de ce pagne rappellent les feuilles de manioc qu’on utilise pour faire la cuisine en période de vache maigre.

Tu sors, je sors

Tu sors, je sors

59Il y a des pagnes qui marquent une prise de conscience féministe que d’autres appellent à tort ou à raison l’émancipation de la femme avec le wax « Tu sors, je sors ». On voit ici qu’elle revendique à la fois sa place d’épouse et celle de compagne et qu’elle ne veut plus être celle qui attend son mari lorsque ce dernier se trouve, sans justification, hors du foyer conjugal.

Le balai de Guéi

Le balai de Guéi

60Ces tissus inscrivent aussi des thèmes politiques comme « balai de Guéi » qui évoque le coup d’État du 24 décembre 1999 quand une junte militaire, sous l’autorité du général Robert Guéi, renversa le pouvoir du président Henri Konan Bédié. Dès son investiture, le nouveau chef d’État promit de « balayer » la Côte d’Ivoire, au sens d’y mettre de l’ordre avant de remettre le pouvoir rapidement aux civils. Le tissu présente un fond marron qui renvoie à la saleté et qui montre qu’il va falloir travailler dur pour remettre les choses en ordre. Porter ce pagne à l’époque du règne du général putschiste (fin décembre 1999-fin octobre 2000) était valorisant parce qu’il traduisait un comportement éthique de citoyen. Ayant pris goût au pouvoir, Guéi refusa de le remettre aux politiques comme il avait promis de le faire. Il fut lui-même « balayé » lors des élections d’octobre 2000 par le peuple en faveur de Laurent Gbagbo.

61Aujourd’hui, ce pagne connaît plusieurs interprétations mais selon nous, il prodigue des conseils pour inviter les Ivoiriens à respecter leurs promesses au risque de payer le prix cher à l’instar du général putschiste.

La réconciliation

La réconciliation

62Des différentes crises politiques en Côte d’Ivoire et des nombreuses concertations nationales en vue du retour de la paix est né le pagne « Réconciliation ». Toutefois, ce wax ne donne pas de l’information que sur les problèmes sociopolitiques. À l’image d’une véritable presse, il dispose d’un éventail de rubriques qui informent les citoyens des réalités qui les environnent au sens « [d’une] sorte de supermarché où chacun pourra trouver ce qu’il cherche […] les informations devront être présentées de manière telle qu’ils [les lecteurs] puissent rapidement aller à l’essentiel » (Koven, 2000 : 25). Dans ce sens, on peut comprendre le discours de ce pagne : le vert, le blanc et les oiseaux qui volent dans la même direction renvoient respectivement à l’espoir, à la paix et à la solidarité pour un destin commun.

Le congrès eucharistique

Le congrès eucharistique

63C’est un pagne fancy confectionné pour célébrer en Côte d’Ivoire le Jésus-Christ Eucharistie. Dessiné pour cette grande fête qui a duré cinq mois, de décembre 2000 à avril 2001, et composé de motifs géométriques, il se déploie dans l’harmonie du bleu, du blanc, du rouge et du jaune. Le bleu, couleur du ciel, symbolise le parfait, le saint, invitant des chrétiens à entrer en relation avec le divin. Puis, la couleur blanche, signe de pureté, fait appel au « vrai », à la foi. Le rouge, couleur du sang, symbolise Jésus-Christ qui s’est donné en sacrifice. Le « sang versé » du crucifié, preuve d’amour de Dieu pour les hommes de tous les temps, attire notre attention sur le sens juste et vrai de la vie. La couleur jaune, quant à elle, exprime la richesse de celui qui croit en Dieu. Ces couleurs traduisent le « sens » de l’Eucharistie : le sacrifice, par excellence, d’action de grâces à Dieu, le Père, où chacun lui offre, à l’image de Jésus-Christ, le meilleur de soi-même, c’est-à-dire sa vie.

64Ce fancy porté par les chrétiens des multiples paroisses de la Côte d’Ivoire est symbole d’unité de foi dans le même Seigneur et de communauté fraternelle bâtie autour de la table de l’Eucharistie.

65Le nom de ce pagne wax évoque une intimité. Il rappelle pour la femme qui le porte un secret, une circonstance, une aventure amoureuse cachée ou un événement ayant commandé son achat. Les motifs n’ont pas un lien étroit avec le nom. En deux couleurs, le beige du coton et le bleu indigo, ce wax inspire la discrétion. Pourtant, la forme des courbes bleues et leur agencement donnent l’impression que ces motifs renferment un secret.

Les doigts séparés ne peuvent rien faire seuls

Les doigts séparés ne peuvent rien faire seuls

66Ce pagne laisse deviner une histoire symbolisant la fraternité et la solidarité, qui sont des valeurs de l’Afrique traditionnelle. C’est donc un pagne-mémoire qui interpelle les Africains au sujet de leurs valeurs fondatrices pour rompre avec l’individualisme importé de l’Occident. Réunis, « les doigts » forment solidairement une intelligence communautaire pour réussir ensemble.

67En fond indigo contrastant avec un orange et un jaune lumineux, ce pagne wax est porteur d’élégance et de dignité. Dans une Côte d’Ivoire qui a connu presque dix ans de guerre, le pagne invite tous les Ivoiriens à se donner la main pour, ensemble, s’engager dans la reconstruction du pays.

Discussion

68Ainsi, les noms attribués aux pagnes sont le fruit d’une observation sérieuse et d’une curiosité éveillée, car « lire » un wax, c’est se laisser interpeller, d’une certaine manière, par la multiplicité et la complexité des phénomènes sociaux. Le sens que produit le nom du pagne s’exprime dans une explosion communicative de sentiments :

[…] à l’heure où, sous la poussée des technologues électroniques et des médias, les peuples sont mis en demeure de se comprendre et de communiquer, il est important, voire urgent, de valoriser les valeurs d’intuition et d’émotion. […] Sinon de nombreux peuples resteront à l’écart parce que non reconnus dans leur génie culturel (Babin, 1991 : 23).

69À travers ces tissus, il s’agit pour les Ivoiriens de prolonger la communication entre eux et sur leur existence. Ce rythme est orchestré par la culture ethnographique au sens où tout l’agir communicationnel lié au pagne wax tire sa source des mœurs, des coutumes et du langage ivoirien. Selon Yves Winkin, « dans toute culture ou communauté […] les objets, en tant que produits du comportement, sont sélectivement organisés, utilisés, fréquentés et interprétés pour leur valeur communicative » (2001 : 126).

70S’il est vrai que le nom du wax permet de comprendre mieux les réalités de l’environnement, il n’en reste pas moins que la communication qu’il suscite, dans une mobilisation d’énergie créatrice, devient un moyen par lequel des messages circulent dans toute la société. Cette communication véhicule des significations transactionnelles multiples, traduites par la perception que les individus ont du monde et des événements. Ainsi, le nom du pagne rend présentes les relations familiales et sociales, tout en transmettant les désirs des uns et les volontés des autres.

71En Côte d’Ivoire, quels que soient les ethnies et les milieux sociaux, le pagne reflète les thèmes jugés dignes d’être pérennisés. Dès lors, les Ivoiriens des cités urbaines parviennent à traduire leur univers social et à introduire dans un objet de consommation (le pagne) leurs représentations de la morale, de l’esthétique, du luxe, de la réussite, etc. On peut alors se demander jusqu’à quel point le pagne wax peut (nous) renseigner sur l’idiosyncrasie ivoirienne.

72Certains noms de pagnes laissent entendre que l’amour, la fidélité et la jalousie sont le privilège de la femme ivoirienne. La prudence s’impose parce que les raisons du thème de la fidélité dans le couple (« L’œil de ma rivale » et « Je pulvérise les yeux de ma rivale ») ne sont pas encore totalement élucidées. On ne peut pas établir sa véritable « lecture » : que la fidélité, qui fut une réalité en Côte d’Ivoire rurale, soit devenue, de nos jours, un idéal dans une société aux prises avec le sida est réconfortant en ce qui a trait au changement des comportements.

73Si la liberté sexuelle, marquage de l’émancipation de la femme négro-africaine, coïncide avec l’exode rural, la concentration urbaine et la mobilité sociale en Côte d’Ivoire, il faut l’associer aussi au thème de la fidélité, qui est la manifestation d’un attachement constant et honnête. Avec la croyance en Dieu d’une part et la lutte contre le sida d’autre part, la fidélité s’affirme sous deux aspects : d’abord comme ressort de l’action personnelle et ensuite comme valeur socialisée liée à la réputation. Porter un pagne wax, c’est donc afficher sa dignité au regard des autres et subir le qu’en-dira-t-on.

  • 5  L’américain Charles Sanders Pierce entend par signe « […] tout ce qui communique une notion défini (...)

74L’histoire des noms des pagnes est celle d’une succession de signes5 liés à des aspects culturels. Nous entendons que le nom du pagne est un élément du processus de communication au sens de transmettre, mais surtout de mettre en relation. Dans cette perspective, il s’agit de considérer la femme qui est vêtue d’un pagne wax dans ses différentes territorialités sociales et non plus seulement comme un émetteur de message (le nom du pagne) ou comme un récepteur (le regard des autres) coupé de son environnement.

75En nous rapprochant de Roland Barthes (1985) qui, contrairement à Ferdinand de Saussure (1972), enracine la sémiologie dans la linguistique, nous disons que se vêtir du wax est plus qu’un phénomène de mode qui agit sur la femme, car il porte les contenus culturels d’une société à laquelle elle s’identifie. Par exemple, si le wax « Mon mari est capable » est un signe éloquent, qui signifie certainement quelque chose pour celles qui l’achètent, il déclenche chez les membres d’une même communauté, à partir de sa face observable (couleurs, teinture, éclat, motifs, etc.), la mise en œuvre d’un processus d’interprétation permettant de produire du sens, par le miroir des deux faces signifiant/signifié qui tiendra compte du contexte de la communication.

76Aujourd’hui, on peut considérer les personnes qui baptisent les pagnes comme des sociologues d’un genre nouveau qui font partie d’un moment culturel de la Côte d’Ivoire. On n’est plus seulement habillé, mais on existe aussi par la qualité du wax. Utilisé ainsi par les créateurs de mode, le pagne wax est aujourd’hui, en Côte d’Ivoire, un langage d’esthétique, de richesse, de séduction et de modernité parce qu’il donne également vie au corps.

77Les couturiers Pathé O, Miss Zahui et tous les autres y cherchent l’inspiration pour leurs créations. Leur contribution professionnelle s’appuie sur l’utilisation des étoffes locales à l’heure de la mondialisation pour véhiculer partout l’image d’une Afrique optimiste et valorisante. L’absence d’une véritable industrie vestimentaire en Afrique au sud du Sahara n’a pas empêché ce continent de connaître et de perpétrer une culture locale du vêtement et aujourd’hui, on est agréablement surpris de voir à Londres, Paris, Rome et New York des stylistes occidentaux s’inspirer des modèles africains auxquels ils donnent plus d’éclat et de finition grâce à des moyens techniques et technologiques immenses. Le continent africain apparaît, à l’insu de ses dirigeants qui ignorent encore l’importance de ce secteur d’activité, comme une réserve d’inspiration pour les Occidentaux.

78C’est dans une perspective communicationnelle que nous avons inscrit ce travail sur le pagne qui, au rythme de l’émancipation de la femme ivoirienne, a su apprivoiser la modernité. Se perdant dans la nuit des temps, avec son origine divine, le pagne est devenu parure dont l’esthétique et le symbolique se sont tissés dans l’harmonie de l’art textile. Fabriqué aujourd’hui en Côte d’Ivoire par Uniwax, il souligne son africanité. Aux tons chauds et gais, il se laisse façonner par les mains de créateurs respectueux des exigences d’une mode parfois « révolutionnaire » qui propose des lignes vestimentaires africaines très fashion, déclinées en jupe longue, mini-jupe, robe, pantalon, etc.

79Notre travail suggère que le pagne wax est un moyen de communication pour la société urbaine, d’abord, en raison de ses messages qui puisent dans la vie effective et sociale, dans les changements politiques, dans les mutations sociales et même dans les difficultés économiques. Ensuite, par sa souplesse d’adaptation aux nouvelles situations, le pagne wax ne se laisse pas surprendre ni par d’autres textiles ni par le temps, car il demeure « arsenal » des valeurs humaines, culturelles et sociales légitimées par la transmission de génération en génération.

Haut de page

Bibliographie

ANTIQUEL, Jacques (1990), Les routes du coton : l’épopée de l’or blanc des origines à nos jours, Paris, Éditions Jean-Claude Lattès.

BABIN, Pierre (1991), Langage et culture des médias, Paris, Éditions universitaires.

BARTHES, Roland (1985), « L’art et la culture dans la civilisation » dans L’aventure sémiologique, Paris, Seuil, p. 251-259.

COQUET, Michèle (1993), Textiles africains, Paris, Éditions Adam Biro.

FAUQUE, Claude et Otto WOLLENWEBUR (1991), Tissus d’Afrique, Paris, Alternatives.

KOVEN, Ronald (2000), Manuel pour les journalistes africains, World Press Freedom Committee.

N’GUESSAN, Kouamé (1987), « Femmes ivoiriennes : acquis et incertitudes », Présence africaine, 141, p. 103-113.

NUGUE, Jocelyne Étienne et Elisabeth LAGET (1985), Artisanats traditionnels en Côte d’Ivoire, Paris, L’Harmattan.

PIERCE, Charles Sanders (1978), Écrits sur le signe, Paris, Seuil.

SANKARA, Thomas (1983-1987), Recueil des discours du président Thomas Sankara, vol. 1, Cnr.

SAUSSURE, Ferdinand de (1972), Cours de linguistique générale, Paris, Payot.

TERRE D’AFRIQUE (2001), Aide au développement rural, publication de l’Association Terre d’Afrique France.

TOURÉ, Abdou (1985), Les petits métiers à Abidjan : l’imagination au secours de la conjoncture, Paris, Karthala.

VIDAL, Claudine (1978), « Guerre des sexes à Abidjan », Cahier d’étude africaine, 65, p. 121-15.

WINKIN, Yves (2001), Anthropologie de la communication, Bruxelles, Boeck Université.

Haut de page

Notes

1  Pièce d’étoffe ou de matière végétale tressée que l’on porte drapée autour des hanches ou accrochée à une ceinture et qui couvre le corps de la taille jusqu’aux cuisses ou plus bas.

2  Le pagne wax (mot anglais qui signifie cire) est un tissu en coton imprimé de qualité supérieure.

3  Nous excluons les pagnes traditionnels gouro et yacouba parce qu’il s’agit de la reproduction du modèle baoulé.

4  Ce tissu est imprimé aux motifs de feuilles de gombo bien dessinées dans des variétés de couleurs où le vert, signe de la nature et de l’espoir, exprime l’élégance féminine.

5  L’américain Charles Sanders Pierce entend par signe « […] tout ce qui communique une notion définie d’un objet de quelque façon que ce soit, quelque chose qui tient lieu pour quelqu’un de quelque chose sous quelque rapport ou à quelque titre » (1972 : 116).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Feuille de gombo
URL http://communication.revues.org/docannexe/image/3026/img-1.png
Fichier image/png, 107k
Titre L’œil de ma rivale
URL http://communication.revues.org/docannexe/image/3026/img-2.png
Fichier image/png, 133k
Titre Z’yeux voient, bouche ne parle pas
URL http://communication.revues.org/docannexe/image/3026/img-3.png
Fichier image/png, 136k
Titre Je pulvérise les yeux de ma rivale
URL http://communication.revues.org/docannexe/image/3026/img-4.png
Fichier image/png, 121k
Titre Mon mari est capable
URL http://communication.revues.org/docannexe/image/3026/img-5.png
Fichier image/png, 143k
Titre Tour de Babel
URL http://communication.revues.org/docannexe/image/3026/img-6.png
Fichier image/png, 172k
Titre Le grotto
URL http://communication.revues.org/docannexe/image/3026/img-7.png
Fichier image/png, 145k
Titre La conjoncture
URL http://communication.revues.org/docannexe/image/3026/img-8.png
Fichier image/png, 188k
Titre Tu sors, je sors
URL http://communication.revues.org/docannexe/image/3026/img-9.png
Fichier image/png, 193k
Titre Le balai de Guéi
URL http://communication.revues.org/docannexe/image/3026/img-10.png
Fichier image/png, 178k
Titre La réconciliation
URL http://communication.revues.org/docannexe/image/3026/img-11.png
Fichier image/png, 168k
Titre Le congrès eucharistique
URL http://communication.revues.org/docannexe/image/3026/img-12.png
Fichier image/png, 144k
Titre Le secret
URL http://communication.revues.org/docannexe/image/3026/img-13.png
Fichier image/png, 135k
Titre Les doigts séparés ne peuvent rien faire seuls
URL http://communication.revues.org/docannexe/image/3026/img-14.png
Fichier image/png, 144k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Raoul Germain Blé, « Le pagne », Communication [En ligne], Vol. 30/1 | 2012, mis en ligne le 29 novembre 2012, consulté le 18 août 2017. URL : http://communication.revues.org/3026 ; DOI : 10.4000/communication.3026

Haut de page

Auteur

Raoul Germain Blé

Raoul Germain Blé est docteur en communication de l’Université de Grenoble et titulaire d’une Habilitation à Diriger des Recherches (HDR) des Universités françaises. Il est maître de conférences et enseignant-chercheur à l’UFR information-communication-art (Ufrica) à l’Université de Cocody-Abidjan. Courriel : bleraoulgermain@yahoo.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org