Navigation – Plan du site
Lectures

Ulla CARLSSON, Samy TAYIE, Geneviève JACQUINOT-DELAUNAY et José Manuel PÉREZ TORNERO (dir.) (2008), Empowerment Through Media Education, an Intercultural Dialogue

Nordicom, The International Clearinghouse on Children, Youth and Media
Marlène Loicq
Référence(s) :

Ulla CARLSSON, Samy TAYIE, Geneviève JACQUINOT-DELAUNAY et José Manuel PÉREZ TORNERO (dir.) (2008), Empowerment Through Media Education, an Intercultural Dialogue, Nordicom, The International Clearinghouse on Children, Youth and Media

Texte intégral

1Cet ouvrage collectif présente une réflexion sur l’éducation aux médias, dans une perspective internationale, à cheval entre des expériences pratiques situées à travers le monde et des généralités normatives se présentant comme modèle théorique général. Du constat d’un accès de plus en plus facile à l’ensemble des médias, omniprésents, ainsi que de la prise en compte d’une relation de plus en plus active, les auteurs s’entendent pour dire que ceux-ci déterminent nos connaissances, nos valeurs et nos choix quotidiens. Pour cette raison, l’éducation aux médias est un enjeu majeur de nos sociétés. Ce constat fut à l’origine de la déclaration de Grunwald de 1982, et le résultat de dizaines d’années de pratiques et de réflexions sur la place des médias dans la vie sociale et, par extension, scolaire. La rencontre internationale sur l’éducation aux médias de juin 2007 à Paris, en plus d’en fêter les 25 ans, a permis d’en actualiser les objectifs et d’en rappeler les enjeux. S’il peut sembler désolant de répéter cette prémisse, c’est pourtant dans la pertinence du partage de la connaissance œuvrant à l’évolution toujours attendue du domaine, par un dialogue interculturel justifié par la diversité des intervenants, que s’ancre cet ouvrage.

2Depuis l’existence des médias, on s’interroge sur leurs effets. Plus récemment, on leur reconnaît une valeur culturelle et sociale. L’éducation aux médias est ainsi abordée comme condition nécessaire à une citoyenneté active en démocratie puisqu’elle permet de renforcer les habiletés critiques et les compétences de communication. Cet ouvrage cherche à étendre le débat sur l’éducation aux médias à des visions plus larges que celles qui sont habituellement mobilisées par les cultures médiatiques occidentales. Les auteurs y dressent un portrait pertinent des interrogations portées par le domaine, allant de l’influence des médias sur les représentations des jeunes et de leur place dans le monde aux disparités d’accès entre les pays du Nord et du Sud ; de la prise en compte, par les systèmes éducatifs, des changements rapides des sociétés aux possibilités pédagogiques offertes par ce projet éducatif innovant.

3Dans la première partie, A. Waheed Khan met en avant le rôle des médias dans les processus de socialisation et, ainsi, leur influence sur les représentations et informations sur le monde. Il souligne alors l’importance pour l’école de se reconnecter à la réalité médiatique des jeunes.
G. Jacquinot Delaunay, U. Carlson, S. Tayie et J.M. Pérez Tornero présentent ensuite un aperçu historique de l’éducation aux médias qui permet de mieux cerner en quoi ce domaine suit l’évolution des médias et des recherches en communication.

4La deuxième partie porte précisément sur les raisons d’être d’une éducation aux médias, articulées autour de l’omniprésence des médias et de leur importance dans la vie sociale, ainsi que de leurs conditions d’éléments de culture contemporaine et de levier de la participation active des citoyens à la société, notamment parce que celle-ci diverge du monde éducatif (E. Bevort, D. Frau-Meigs, G. Jacquinot-Delaunay, C. Souyri). Cet éclaircissement conduit à une conception de l’éducation aux médias comme compétence transversale qui a pour objectif de développer la pensée critique et analytique. Il s’agit de la base même des compétences scolaires.

5La troisième partie étudie la culture médiatique des jeunes à l’ère numérique, notamment dans les pays méditerranéens et du Moyen-Orient (projet Mentor). Les médias y occupent une place particulière, tout comme celle qu’occupent les jeunes dans la société et la famille, ce qui entraîne des conséquences majeures sur la relation entre eux (S. Tayie). Le projet Médiappro révèle aussi l’appropriation des nouveaux médias par les jeunes âgés de 12 à 18 ans dans neuf pays européens et au Québec et relève un écart important entre les usages d’Internet à l’école et à la maison (E. Bevort et P. Verniers).

6La quatrième partie de l’ouvrage porte pour sa part sur l’éducation et la culture médiatique et conduit J.M. Pérez Tornero à souligner la nécessité d’une réflexion sur la notion de media literacy. Il nous rappelle que l’UNESCO et divers organismes européens, dont le Conseil de l’Europe et la Commission européenne, ont participé à l’avancement du domaine et abouti à une définition de cette aptitude médiatique concernant « l’habileté d’accéder, de comprendre et de créer des communications dans une variété de contextes » (M. Zacchetti et P. Vardakas, traduction libre, p. 119). Ce domaine n’est pas sans mettre en question l’idée d’une culture massmédiatique que S. Abdallah Hareb se propose de définir comme « les contenus culturels que les individus ou groupes reçoivent des médias de masse, qui forment leurs croyances, images, concepts et valeurs, qui influencent la formation de leurs comportements, habitudes, traditions et style de vie » (traduction libre, p. 126). Cette culture massmédiatique vient alors se confronter à la culture éducationnelle qui, pour E. Sweedan, renvoie au « contenu de la culture de la société étant intentionnellement transmis aux membres de cette société par des procédés préparés et basés sur un plan défini visant la préservation des constituants et héritages de la société, afin de les développer et d’exprimer les espoirs et les visions de celle-ci sur son avenir » (traduction libre, p. 137). Diverses expériences de terrain (S. Asthana) et des changements sociaux (V. Reia-Baptista) mettent cette définition à l'épreuve.

7Dans le cinquième chapitre, à l’éducation aux médias dans les programmes scolaires s’adjoint l’idée d’empowerment (annoncée dans le titre de l’ouvrage), notamment autour de la question des droits et devoirs des citoyens en démocratie, articulée aux droits humains dans les programmes scolaires (D. Frau-Meigs). Une pleine participation responsable à la société de l’information passe par la maîtrise de l’offre médiatique, notamment d’Internet. Ce n’est pas sans poser quelques contradictions (M. El Khateeb), et cela peut donner lieu à des approches diverses ancrées dans une dynamique transdisciplinaire qui transcende et dissout les frontières au sein du curriculum (S. Krucsay). Cette démarche a sans aucun doute des conséquences majeures sur le modèle éducatif qu’elle tend à orienter vers le relationnel et la coopération (P.C. Rivoltella). Enfin, les articles de F. Al Qurashy et H. Ashi soulignent le rôle des médias dans l’harmonisation sociale et culturelle et nous rappellent l’importance du respect des valeurs et des règles culturelles et religieuses.

8Le dernier chapitre expose les théories et modèles qu’enrichissent les expériences de terrain, notamment le modèle qui a la faveur du jour : Critical tools, Creative skills, Cultural experience (C. Bazalgette).

9Le mérite de cet ouvrage est de faire le point sur un domaine complexe, par définition pluridisciplinaire et culturel, au croisement de préoccupations nationales (éducatives) et transnationales (médiatiques). Si l’éducation aux médias se nourrit des recherches autant sur les innovations éducatives que sur les usages et pratiques médiatiques, c’est bien dans la singularité de leur rencontre qu’elle se constitue comme domaine. La difficulté d’y apporter une définition assez précise pour embrasser le caractère propre de chacun des enjeux du contexte, et suffisamment globale pour répondre à un objectif international, est palpable dans cet ouvrage collectif. C’est donc toujours dans l’aller-retour entre des pratiques particulières et des considérations globales que se définit l’éducation aux médias.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marlène Loicq, « Ulla CARLSSON, Samy TAYIE, Geneviève JACQUINOT-DELAUNAY et José Manuel PÉREZ TORNERO (dir.) (2008), Empowerment Through Media Education, an Intercultural Dialogue », Communication [En ligne], Vol. 30/1 | 2012, mis en ligne le 06 septembre 2013, consulté le 24 mars 2017. URL : http://communication.revues.org/3040

Haut de page

Auteur

Marlène Loicq

Marlène Loicq est docteure en sciences de l’information et de la communication (Université Paris III Sorbonne Nouvelle) et Ph.D en communication publique (Université Laval, Québec). Courriel : marleneloicq@gmail.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org