Navigation – Plan du site
Lectures

David COURPASSON et Jean-Claude THOENIG (2008), Quand les cadres se rebellent

Paris, Vuibert
Gilles Teneau
Référence(s) :

David COURPASSON et Jean-Claude THOENIG (2008), Quand les cadres se rebellent, Paris, Vuibert

Texte intégral

1Les auteurs se sont penchés sur des histoires de rébellion chez des cadres à fort potentiel, bien investis dans leur travail, mais qui un jour décident de se rebeller. Comment s’exprime leur rébellion ? Celle-ci prend des formes très diverses : refus de promotion, refus de l’arrêt d’un projet, refus de mutation, refus de licencier des employés, etc.

2Pour les auteurs, ces rébellions ne sont pas de simples colères mal maîtrisées ou un signe de grande fatigue. Non, ces contestations méritent d’être analysées. « La rébellion est déclenchée par le fait que l’entreprise viole la zone qui lui est interdite, c’est-à-dire la sphère privée des cadres, où l’intrusion de l’autorité managériale n’est plus acceptée » (p. 170). Les cadres se rebellent lorsque l’entreprise est entrée dans la sphère privée de ses salariés. « La contestation fait appel au registre de l’émotion et du sentiment. Les personnes la vivent avec intensité, voire sur le mode de la passion » (p. 62). Les rebelles ne cherchent pas la destruction de l’entreprise, ce ne sont pas des idéologues, leurs contestations sont une partie intégrante de leurs valeurs, du sens qu’ils donnent au travail.

3Les auteurs définissent trois types de rébellion créatrice qu’ils qualifient de collégiale (la légitimité des expertises), de territoriale (la légitimité des valeurs) ou de cognitive (la légitimité des interprétations). Les acteurs sont des néo-professionnels très qualifiés, des individus appartenant à des niches communautaires où des individus sont bien dotés en ressources de rebond. Pour citer les auteurs : « Il s’agit là d’une stylisation en termes d’idéaux types. Dans les faits, les rébellions réelles sont rarement une copie exacte et pure d’un idéal type donné. Tel ou tel paramètre peut être plus ou moins hybride » (p. 108).

4Le thème de la rébellion et du malaise des cadres traité dans cet ouvrage est proche de la souffrance au travail, autre sujet d’actualité, auquel les auteurs s’étaient précédemment intéressés. Selon les auteurs, l’un des actes moteurs et déclencheurs d’une rébellion survient lorsque le monde professionnel commence à piétiner la sphère familiale, et les cadres intermédiaires sont plus sujets que nombre d’autres salariés à ce type d’intrusion, comme un appel téléphonique à 22 h en soirée ou le besoin de finir un dossier le week-end. Ces rébellions peuvent être avantageuses, positives et performantes grâce aux effets collectifs, si elles arrivent à transformer un fondement individuel en débat managérial.

5Terminons sur une note heureuse qu’on trouve dans l’ouvrage : la rébellion est porteuse de nouvelles formes de culture professionnelle, d’organisation et de pouvoir au sein de l’entreprise. « Elle explore et construit de nouvelles façons d’agir ensemble, de nouvelles solutions et façons de produire, d’interagir avec la société et de servir les besoins de ceux qui la composent » (p. 8).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gilles Teneau, « David COURPASSON et Jean-Claude THOENIG (2008), Quand les cadres se rebellent », Communication [En ligne], Vol. 30/1 | 2012, mis en ligne le 06 septembre 2013, consulté le 21 septembre 2017. URL : http://communication.revues.org/3045

Haut de page

Auteur

Gilles Teneau

Gilles Teneau est professeur associé ISC Paris, Chargé de cours au Conservatoire national des arts et métiers (Cnam). Courriel : gilles_teneau@yahoo.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org