Navigation – Plan du site
Lectures

Michela MARZANO (2008), Extension du domaine de la manipulation. De l’entreprise à la vie privée

Paris, Édition Grasset
Julien Pierre
Référence(s) :

Michela MARZANO (2008), Extension du domaine de la manipulation. De l’entreprise à la vie privée, Paris, Édition Grasset

Texte intégral

1« Ici, […] on propose des horaires flexibles, mais, en retour, on attend un fort degré d’implication. » Extraite de l’édition du 20 août 2011 du journal Le Monde, cette phrase de la présidente de la division européenne de Standard & Poor’s révèle toute l’ambiguïté, pour ne pas dire le paradoxe, du quotidien des salariés des grandes entreprises modernes. Une situation qui pourrait se résumer en une phrase : libres, les salariés le sont, mais seulement d’organiser leurs contraintes. Une vision que partage Michela Marzano. L’allusion au célèbre roman de Michel Houellebecq n’est pas fortuite. Le parallélisme est parfois même saisissant entre les deux œuvres. L’histoire de cet informaticien dépressif étouffé par la société libérale dont nous parle l’auteur de l’Extension du domaine de la lutte trouve un écho dans la réalité dépeinte par l’Italienne.

2Le travail de la polémiste s’attache en effet à pointer les ambiguïtés du discours managérial et à dévoiler la manipulation dont il est porteur. Marzano s’attache à prouver que l’on assiste à un « changement de paradigme », à un glissement (déjà bien entamé) entre le « modèle paternaliste, selon lequel l’autorité religieuse, morale ou politique pouvait constamment inférer avec la liberté des individus au nom du Bien ou de la prévention du Mal » (p. 13) et le « modèle individualiste selon lequel personne ne peut mieux que l’individu lui-même déterminer sa conception du Bien, et donc ce qu’il veut ou ne veut pas faire » (p. 13).

3L’entreprise de démolition du management moderne de Marzano se déroule en six actes. Le premier chapitre retrace la genèse de « l’idéologie managériale ». De Taylor aux grands patrons du CAC 40, on passe en revue les différents inspirateurs comme Smith, Ford, McGregor, Mayo, Toyota. L’arrivée des « ressources » humaines, le durcissement des méthodes de management dans les années 1980, l’évolution des modalités d’encadrement de la main-d’œuvre : les principaux champs d’investigation des sociologues du travail n’échappent pas à l’analyse de la philosophe. Le deuxième chapitre recense les différents paradoxes du nouveau management. Il s’articule autour d’une idée force : « L’entreprise new look — surtout dans le domaine des nouvelles technologies — affiche sa volonté d’assumer le plein épanouissement de ses salariés, prétend se soucier de leur santé morale et physique, dit établir des rapports de confiance plutôt que des contraintes. En un mot, elle affirme apporter le bonheur dans l’entreprise » (p. 78). De multiples paradoxes sont alors soulevés comme l’obligation tacite pour les cadres, durant les années 1980, de participer à des stages outdoor, mais aussi à propos des chartes éthiques et de la mode de la responsabilité sociale des entreprises. Sur ce point, les propos de Marzano sont sans équivoque : « L’entreprise se réclame d’une éthique des affaires, mais ce n’est en réalité que pour éviter d’être jugée par la société civile » (p. 90). Elle montre aussi qu’engagement ne rime pas avec flexibilité et que l’équation entre excellence et épanouissement reste délicate à résoudre. Elle fustige les discours prônant l’autonomie des salariés. Ce n’est en effet que lorsque l’on prend une décision en dehors d’un cadre préalablement établi que l’on agit de façon autonome et que, par conséquent, on est effectivement responsable de ses choix et ses actes : « Les marges de manœuvre dont disposent les employés ne concernent que les moyens à utiliser pour satisfaire ces objectifs » (p. 112). Le chapitre trois se concentre sur la querelle des valeurs : entre « éthique des affaires et business de l’éthique ». La mode des chartes éthiques et de la responsabilité sociale des entreprises est logiquement décryptée. L’auteure montre minutieusement que l’éthique prend une telle coloration commerciale qu’elle en a perdu son sens et sa valeur. Une « éthique pure » mérite en effet d’être totalement déliée de tout intérêt économique. Or, de nos jours, les grandes entreprises font de l’éthique comme elles font de la publicité. La responsabilité sociale de l’entreprise (RSE) reste un formidable moyen (avatar ?) pour moraliser l’entreprise, c’est-à-dire pour se débarrasser de l’image de centres de profits. Le quatrième chapitre aborde notamment les conséquences des politiques managériales modernes, en commençant par leur plus triste et brutale illustration : le suicide de salariés (parfois sur leur lieu de travail). On apprécie l’arrivée d’illustrations concrètes comme Renault, PSA Peugeot Citroën ou encore Axa. Original, le chapitre cinq sort des sentiers battus et montre à quel point cette idéologie managériale a contaminé la société dans son ensemble. L’analyse des discours de campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy et Ségolène Royal est bienvenue. Marzano montre l’étroite proximité du « management visionnaire » prôné par l’actuel président de la République et de l’idéologie managériale décrite dans les chapitres précédents : « Par la volonté et les efforts, tout devient possible » (p. 205). Le « management participatif » version Royal est également égratigné : sa parole « ressemble à celle des coachs : elle se propose d’accompagner les Français en faisant ressortir leurs talents et leur fierté » (p. 206). Justement, le dernier chapitre se focalise sur « l’ultime avatar du management : le coaching » (p. 219). Avec ces « praticiens souples du soin comportemental », les questions fondamentales tournent autour du « comment ». À la différence du « pourquoi » qui cherche les causes, le comment permet de mettre en œuvre un plan d’action. Le coaching fait l’économie d’un questionnement sur le « pourquoi », regrette l’auteure, avant de s’interroger : « Ne sommes-nous pas face à une nouvelle forme de servitude volontaire qui consisterait, pour les individus, à se soumettre librement aux injonctions de ces nouveaux marchands de bonheur et à leur discours impérieux ? » (p. 241). À la servitude volontaire par habitude (La Boétie, 1997) s’ajoute donc, ici, la servitude volontaire par manipulation. Les « experts en tout genre », ces habiles dialecticiens qui « paraissent avoir les bonnes réponses », ces promoteurs du « vouloir pour pouvoir » que sont les « coachs, thérapeutes comportementalistes, spécialistes en bien-être » en prennent pour leur grade. Il ne manque qu’un paragraphe sur la contribution de ces acteurs au renforcement de l’idéologie managériale pour parfaire ce chapitre.

4Trois remarques permettront sans doute au lecteur d’appréhender cet ouvrage sans surprise et de l’apprécier à sa juste valeur. Notons d’abord qu’il n’est pas rare que les propos se teintent d’une coloration militante : « séduction et intimidation sont les deux ingrédients du festin managérial » ; « les gourous du management sont […] des donneurs de leçons » ; « il y a chez eux [les managers] un sentiment de toute-puissance : ils croient pouvoir tout contrôler et tout savoir du monde » (p. 33). Chacun se fera un avis sur ces techniques de « forçage » bien connues des magiciens, mais peut-être n’est-il pas nécessaire d’utiliser l’expression d’« esclaves volontaires » comme synonyme de « salariés » pour prouver la violence des souffrances endurées par certains. Les faits (par exemple, les suicides dont il est question au chapitre 4) parlent souvent d’eux-mêmes. Il faut ensuite relever que les passionnés de sociologie du travail et autres lecteurs avertis d’auteurs comme C. Dejours, N. Alter, N. Aubert, V. de Gaulejac, J.-P. Durand, M. Lallement, D. Linhart (pour ne citer qu’eux) ne seront pas surpris par le tableau de l’idéologie managériale brossé par Marzano. Il faut néanmoins (et enfin) noter que la philosophe a le mérite d’être l’une des premières à se pencher sur les pratiques managériales (et que ses références philosophiques donnent indéniablement une note de fraîcheur à l’ouvrage). L’espace entrepreneurial reste peu exploré par des philosophes qui ne s’intéressent pas à un « discours qu’ils considèrent trop pauvre et trop spécialisé » (p. 32). À tort selon la chargée de recherches au CNRS, car « la pauvreté théorique de la littérature managériale — sur le plan conceptuel — n’a d’égal que son impact pratique » (p. 32).

Haut de page

Bibliographie

LA BOÉTIE, Étienne de (1997), Discours de la servitude volontaire, Paris, Mille et une nuits, Coll. « La petite collection ».

HOUELLEBECQ, Michel (2010), Extension du domaine de la lutte, Paris, J’ai lu.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Julien Pierre, « Michela MARZANO (2008), Extension du domaine de la manipulation. De l’entreprise à la vie privée », Communication [En ligne], Vol. 30/1 | 2012, mis en ligne le 06 septembre 2013, consulté le 25 mars 2017. URL : http://communication.revues.org/3051

Haut de page

Auteur

Julien Pierre

Julien Pierre est maître de conférences et membre de l’Équipe de recherche sport et sciences sociales (EA 1342) à l’Université de Strasbourg. Courriel : julien.pierre@unistra.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org