Navigation – Plan du site
Lectures

Florence MILLERAND, Serge PROULX et Julien RUEFF (dir.) (2010), Web social. Mutation de la communication

Québec, Presses de l’Université du Québec, Coll. « Communication »
Christine Leteinturier
Référence(s) :

Florence MILLERAND, Serge PROULX et Julien RUEFF (dir.) (2010), Web social. Mutation de la communication, Québec, Presses de l’Université du Québec, Coll. « Communication »

Texte intégral

1L’explosion du phénomène des réseaux sociaux sur le Web, depuis 2005, conduit nombre de chercheurs à analyser les enjeux de ces nouveaux espaces de socialisation, bien différents des communautés (Proulx et al., 2006 ; Rheingold, 1995) créées dans les premiers temps d’Internet et du Web. La dimension relationnelle des dispositifs techniques propres au Web 2.0 devient centrale et les activités des internautes comme les enjeux économiques et politiques de ces nouvelles pratiques font l’objet, ici, d’analyses pluridisciplinaires, regards croisés qui permettent d’affiner les points de vue. Cinq axes organisent les contributions : la démocratie participative et la citoyenneté numérique, « ferments d’une culture participative », la question des transformations du lien social et des identités, le lien entre dispositifs techniques et construction des usages et, enfin, une approche critique du Web social comme vecteur d’une nouvelle idéologie. Les terrains observés sont très variés, soit objets d’observations directes (études de cas), soit synthèses critiques de travaux thématiques.

2Les approches globales qui ouvrent le volume rappellent le cadre socioéconomique et politique dans lequel le Web s’est développé, au cours des premières années du xxie siècle : « victoire » du capitalisme néolibéral, émergence du capitalisme informationnel s’appuyant sur les réseaux et l’économie de la connaissance. C’est dans ce contexte que semblent apparaître de nouvelles formes du militantisme politique, par exemple le consumérisme politique comme forme de résistance à la domination de l’économie et des entreprises marchandes. De même, les réseaux sociaux issus également du Web 2.0 semblent être des vecteurs d’un élargissement des solidarités en contrepoint des communautés plus fermées de l’époque précédente. On se prend également à penser que le Web pourrait aussi devenir un espace économique particulier, favorisant l’économie sociale et relationnelle. La création artistique s’est aussi emparée du Web 2.0 et l’émergence de la figure de l’artiste hacker autour du net art met en évidence les performances que les technologies rendent ainsi possibles.

3Les espaces de production de connaissances (collectifs épistémiques) sont des lieux qui posent le problème de la fiabilité des informations proposées. Cette fiabilité est mise en question tant du point de vue de la « vérité » scientifique énoncée (Wikipédia) que de celui de la dimension hybride de cette production (forum du site Doctissimo.com) qui intègre fortement une dimension émotionnelle et subjective à la connaissance rationalisée. La motivation des participants à ces communautés épistémiques repose moins sur la générosité réciproque du don que sur un équilibre instable entre l’intérêt individuel et l’intérêt collectif, entre l’acceptation de la critique et la recherche de la reconnaissance. C’est donc la tension entre l’idéal « communautaire » d’un produire ensemble entre pairs et la réalité des transformations que l’usage et la croissance de ces espaces génèrent, qui conduit à leur transformation en dispositifs bureaucratiques (Wikipédia).

4Cet idéal communautaire est souvent posé comme fondement idéologique de nombreux espaces de socialisation du Web, réseaux sociaux en particulier. S’ils favorisent des regroupements variés, ils reposent sur des formes de participation également diverses, mais avec un fort déséquilibre entre ceux qui produisent (internautes engagés) et ceux qui regardent en passant (BZH Network). La typologie des identités construites sur Facebook confirme cette présence d’un petit nombre « d’utilisateurs hypervisibles » dans un cadre qui néanmoins pousse à un post compulsif d’éléments identitaires. Cette participation est également recherchée par les entreprises et dans cet univers particulier, les messageries instantanées apparaissent comme de bons vecteurs pour inciter les salariés à contribuer mais par rapport à de l’information et des connaissances relativement simples et peu engageantes. De même les espaces publics numériques de concertation sont mis en place eux aussi dans une logique participative (« la démocratie participative ? ») : s’ils permettent théoriquement de mobiliser certains citoyens pour des débats, leur déficit de gestion et de suivi n’en fait pas réellement les vecteurs d’une réduction du « déficit démocratique ». C’est d’ailleurs le même constat qui ressort de la stratégie que les musées déploient sur leurs sites Web : la logique classique de la diffusion l’emporte sur la capacité à intégrer et à gérer durablement une dimension participative.

5L’injonction de participation, de coproduction portée par l’idéologie du Web 2.0 se heurte ainsi à une certaine résistance du public qui, lucidement, intègre ce dispositif à des pratiques sociales déjà là sans en faire nécessairement un objet central de sa vie sociale.

6Diverses contributions montrent d’ailleurs comment cette idéologie de la participation est source de tensions, voire de conflits au sein des organisations qui s’y rallient, car il s’agit alors de faire cohabiter des intérêts contradictoires, en particulier l’individuel et le collectif. C’est ainsi que les sites de presse français peinent à concilier « exigences journalistiques » (le collectif) et « impératifs participatifs » (l’individuel). De même les dispositifs de tagging (indexation) sur le Web sont pris dans une tension contradictoire entre logique de normalisation permettant l’accès ouvert au plus grand nombre et logique participative préservant la variété des logiques de catégorisation selon les individus. Les questions posées dans les entreprises par le recours au logiciel libre mettent en évidence une inversion en cours de cette production par les usagers : contre l’idéologie du courant fondateur (le courant open source), l’adoption d’un code source ouvert dans certaines entreprises conduit à son verrouillage immédiat, ce qui bloque la capacité des utilisateurs à le faire évoluer en interne et donc à contribuer éventuellement à l’évolution de l’organisation elle-même.

7Enfin, la lecture critique du Web 2.0 n’est pas oubliée, même si sa place est relativement restreinte. Il s’agit essentiellement de la question des données personnelles et de la protection de la vie privée. Le Web 2.0 s’inscrit dans la filiation des industries culturelles financées par la publicité et le marketing : les données personnelles sont donc de nouvelles ressources pour les annonceurs. C’est pourquoi on peut regretter l’absence de regards juridiques alors même que cette dimension est directement liée aussi bien à la « transparence » identitaire produite par les réseaux sociaux qu’à la reconfiguration de l’espace des libertés publiques ou le statut des biens, services et personnes qui interagissent sur le Web. Outre cette réserve, la diversité des regards (sociologie, anthropologie, communication, économie) et les importantes bibliographiques complémentaires contribuent à faire de cet ouvrage, en quelque sorte, un « état de l’art » des approches scientifiques du Web 2.0 comme espace social et communicationnel.

Haut de page

Bibliographie

PROULX, Serge et al. (dir.) (2006), Communautés virtuelles : penser et agir en réseau, Québec, Presses de l’Université Laval.

RHEINGOLD, Howard (1995), Les communautés virtuelles. Autoroutes de l’information pour le meilleur et pour le pire, traduit de l’anglais, Boston, Addison & Wesley.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Christine Leteinturier, « Florence MILLERAND, Serge PROULX et Julien RUEFF (dir.) (2010), Web social. Mutation de la communication », Communication [En ligne], Vol. 30/1 | 2012, mis en ligne le 06 septembre 2013, consulté le 27 juin 2017. URL : http://communication.revues.org/3053

Haut de page

Auteur

Christine Leteinturier

Christine Leteinturier est maître de conférences à l’Université Panthéon-Assas (Paris 2). Courriel : Christine.Leteinturier@u-paris2.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org