Navigation – Plan du site
Lectures

Christine THOËR, Bertrand LEBOUCHÉ, Joseph LÉVY et Vittorio SIRONI (dir.) (2009), Médias, médicaments et espace public

Montréal, Presses de l’Université du Québec
Érik Neveu
Référence(s) :

Christine THOËR, Bertrand LEBOUCHÉ, Joseph LÉVY et Vittorio SIRONI (dir.) (2009), Médias, médicaments et espace public, Montréal, Presses de l’Université du Québec

Texte intégral

1Cet ouvrage collectif propose une exploration qui n’intéressera pas que les spécialistes de santé publique. Il s’agit au fil des chapitres et contributions de raisonner en fonction de « problèmes publics » — sous la forme de crises ou de scandales de santé —, de mettre en question le rôle des médias, les conflits d’expertise en matière de valeur des médicaments. Les analyses développées dans ces pages concernent donc une large palette de sciences sociales et de disciplines de santé.

2Sans entrer dans le détail des 13 chapitres, une restitution des grands découpages de ce livre peut en donner une perception plus précise. Une première partie se fixe sur la « communication pharmaceutique » par un vaste travelling historique, puis par une étude sur les formes actuelles de la publicité sur les médicaments. Une deuxième partie porte sur « la communication des découvertes pharmaceutiques dans les médias », en se centrant tout spécialement sur la question de la place et des dépendances que vivent les chercheurs en la matière. La troisième partie est la plus copieuse, avec un tiers du volume. Elle interroge la couverture médiatique de trois crises sur des « médicaments vedettes » : affaire dite de la ciclosporine en France au milieu des années 1980, débat en Suisse vingt ans plus tard sur les antirétroviraux et la prévention du VIH, enfin la controverse au fil des années 2000 sur les risques de l’hormonothérapie tant en France qu’au Québec. Une quatrième partie, consistante elle aussi, met en question la manière dont Internet recompose les « relations entre acteurs de la chaîne des médicaments ». Une ultime et plus brève partie interroge les manières de « promouvoir une meilleure utilisation du médicament ».

3L’indication de ces découpages suggère combien le volume s’emploie à balayer et à articuler une variété d’enjeux. L’entreprise est servie sur ce point par deux atouts. L’un tient à la diversité des regards et démarches puisque les domaines respectifs des contributeurs relèvent à la fois de la sociologie, de la psychologie, des disciplines médicales, des sciences économiques. La diversité des terrains — Brésil, Canada, Italie, France, Suisse — comme le parti pris explicitement comparatiste de plusieurs papiers sont aussi des appuis qui permettent d’enrichir l’approche.

4En cherchant à adopter une posture de surplomb, le volume a pour apport le plus évident d’amener à penser relationnellement. Il conduit d’une part à penser la question des médicaments, de leur promotion, de leurs usages et évaluations dans une logique qui est bien celle d’une « chaîne ». Chaîne au sens de mise en connexion d’acteurs divers : laboratoires pharmaceutiques, chercheurs du privé et du public, institutions intervenant dans les autorisations de mise sur le marché, acteurs de la presse médicale, mais aussi usagers et groupes mobilisés pour l’amélioration de l’accès aux soins et de leur qualité. L’image de la chaîne renvoie donc à une idée de système d’interdépendances structurées, d’une configuration au sens eliasien. L’autre apport majeur de ce recueil est de montrer combien le jeu combiné d’Internet et de mobilisations d’usagers ou de malades qui ne regardent plus dévotement les prescriptions du corps médical comme la voix indiscutable de la sagesse et du savoir modifie profondément le rapport aux soins et au médicament. Le chapitre coécrit par Bruchez, Del Rio Carral et Santiago-Delefosse restitue cette autonomie, cette recomposition des relations de savoir-pouvoir acquise par les usagers des molécules et produits pharmaceutiques, ici des femmes échangeant sur la contraception. Le texte de Marc Lemire soulève pour sa part toute une série de questions de fond sur le cas des pharmacies en ligne : comment fonctionnent les logiques d’automédication, qui offre (ou non) conseils et prescriptions, quelles régulations sont possibles dans un espace qui se joue des frontières ? La question des crises de santé que couvre la troisième partie suggère d’ailleurs des problématiques non pas similaires, mais cousines. Un trait commun pourrait en effet renvoyer à l’idée de désinstitutionnalisation, de décomposition des modes de régulation dans les processus de mise en œuvre des découvertes pharmaceutiques. Tantôt sous la pression de patients organisés — les victimes du VIH en sont l’exemple par excellence —, tantôt parce que des élus veulent apparaître comme très présents sur un dossier de santé, tantôt encore du fait des fractures qui parcourent le monde médical entre cliniciens, chercheurs fondamentalistes et industries pharmaceutiques, des controverses éclatent, des conflits se développent sans que des dispositifs régulateurs leur préexistent toujours ou sans que ceux qui existent fonctionnent de façon satisfaisante. Les contributions de Dodier et de Thoër (cyclosporine, hormonothérapie) sont spécialement stimulantes sur ces enjeux.

5Fixer les coups de projecteur sur les deux plus volumineuses parties « centrales » du livre serait inéquitable. Selon ses attentes, le lecteur trouvera dans l’ensemble des développements d’intéressants matériaux. Ceux sur les difficultés des chercheurs liées au pouvoir des industries pharmaceutiques (Ovadia) sont à la fois alarmants et stimulants, comme la contribution que beaucoup des textes apportent à la question de la vulgarisation dans des espaces publics d’une information technico-savante et d’une information sur laquelle se fixent de puissants affects en matière d’attentes et d’espoirs, de craintes aussi quant aux effets des outils thérapeutiques.

6Pour esquisser quelques regrets critiques, ce volume, comme c’est souvent la loi du genre dans les collectifs, souffre de deux faiblesses. La première — inévitable ? — tient à l’absence de problématiques fédératrices. Autant l’ensemble rend intelligibles des questions transversales, autant on peut se demander si ne manquent pas des problématiques prises en compte au moins par un grand nombre d’auteurs : il pouvait s’agir de la désinstitutionalisation des régulations, de la tension entre la marchandisation et l’apparition d’acteurs qui la régulent. La diversité des origines disciplinaires des auteurs est un atout, elle produit aussi de curieux effets. Certains contributeurs donnent en effet l’impression de vouloir bétonner leur texte par un généreux « dépôt » de références théoriques dans les pages initiales, pour ne pas toujours en faire grand usage par la suite, le clin d’œil un peu rhétorique aux mânes d’Habermas et de son « espace public » ou « agir-communicationnel » faisant office de ponctuation théorique sans vraie conséquence à la fin du chapitre. Un autre coût de la diversité et du nombre des contributions peut aussi tenir à ce que le lecteur reste sur sa faim… Évoquer la communication pharmaceutique de l’Antiquité à Internet en 17 pages (Sironi) fournit à la fois une belle introduction et un motif de frustration, remarque que l’on peut prolonger au sujet des contributions de l’ultime partie, plus orientée vers les suggestions, vers une « meilleure utilisation du médicament ». Les deux études de cas proposées ouvrent des pistes de réflexion et de politiques publiques d’un grand intérêt, mais elles sont trop elliptiques pour apporter beaucoup.

7Si ces limites méritaient d’être signalées, on redira aussi que ce volume peut offrir des apports très utiles à des chercheurs et à des acteurs intéressés par les questions de santé et leur constitution en problèmes publics. Ces apports portent sur les usages d’Internet en matière de santé et de médicament. Plus encore, ils tiennent en une invite bien argumentée à développer une perception synthétique et systémique de ce qu’est aujourd’hui la « chaîne du médicament » et, par-delà, le fonctionnement d’un monde social fait d’interdépendances élargies.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Érik Neveu, « Christine THOËR, Bertrand LEBOUCHÉ, Joseph LÉVY et Vittorio SIRONI (dir.) (2009), Médias, médicaments et espace public », Communication [En ligne], Vol. 30/1 | 2012, mis en ligne le 06 septembre 2013, consulté le 23 avril 2017. URL : http://communication.revues.org/3055

Haut de page

Auteur

Érik Neveu

Erik Neveu est professeur à l’Institut d’études politiques de Rennes et membre du Centre de recherches sur l’Action Politique en Europe- CNRS. Courriel : erik.neveu@sciencespo-rennes.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org