Navigation – Plan du site
Articles

Le cadrage de la communication dans les médias

Apports d’une analyse linguistique
Marcel Burger
p. 18-50

Résumés

Cet article porte sur le rôle du discours dans les phénomènes de cadrage communicationnel dans les débats médiatiques. Il s’attache à la spécification de concepts et de méthodes pour une articulation interdisciplinaire focalisée entre sciences du langage et sciences de la communication.

Haut de page

Texte intégral

1Cet article a pour objet quelques aspects d’une analyse linguistique des discours des médias. Il porte plus précisément sur la définition et l’exploitation de concepts et de points méthodologiques en vue d’une articulation interdisciplinaire raisonnée et focalisée entre sciences du langage et sciences de la communication. L’attention est ici portée sur le rôle des unités linguistiques dans les phénomènes de cadrage de la communication dans deux genres de débats médiatiques télévisés préalablement définis. Quant à l’analyse à proprement parler, elle porte sur quatre courts extraits tirés de deux émissions récentes de débats. Sur le plan théorique et méthodologique, le propos se situe dans le contexte d’une approche interactionniste en analyse du discours et de la communication où l’accent est mis sur la dynamique des activités langagières accomplies par les participants aux débats. Ainsi, l’attention est portée sur la dimension processuelle des phénomènes de cadrage de la communication. Une telle perspective implique un ancrage interdisciplinaire qu’il vaut la peine de discuter brièvement.

Cadrage de la communication : une interdisciplinarité focalisée

  • 1  Pour une définition et une discussion des enjeux d’une interdisciplinarité focalisée, voir Charaud (...)
  • 2  Voir Bonneville, Grosjean et Lagacé (2007), pour la légitimité intellectuelle, et Krieg-Planque (2 (...)

2Depuis une vingtaine d’années, de nombreux travaux en sciences du langage prônent une approche interdisciplinaire avec en toile de fond un ancrage dans les sciences de la communication. Une telle approche est profitable à condition d’être « focalisée », c’est-à-dire qu’elle doit fixer autant le cadre de pertinence des domaines de chaque discipline qu’un ensemble commun de concepts théoriques, voire de procédures méthodologiques1. À ce titre, il est significatif que les sciences du langage aient effectué un « tournant actionnel » en intégrant des concepts issus des théories de l’action (Filliettaz, 2002). Dans la même période, les sciences de la communication ont effectué un « virage linguistique » (Bonnafous et Jost, 2000) et admettent comme un axe de recherche légitime les analyses langagières2. De fait, parce qu’il opère sur les deux versants, le paradigme de l’agir — communicationnel et langagier — semble offrir un accès privilégié à une pratique interdisciplinaire engageant les sciences du langage et les sciences de la communication.

3Un lien entre sciences du langage et sciences de la communication s’établit par l’intermédiaire de la notion de « discours » — entendue comme action langagière située — considérée sous un double aspect : communicationnel et langagier. Sous l’angle communicationnel, un discours constitue la part langagière d’une activité de communication engageant des acteurs sociaux spécifiques avec des finalités et des enjeux actionnels propres dont toute analyse doit tenir compte. Classique dans les théories de l’action, la notion d’activité peut être définie, à la suite de Filliettaz (2002 : 51), comme « l’ensemble des ressources schématiques de l’agir telles qu’elles procèdent du produit cristallisé de préexpériences évaluées ». Autrement dit, les « activités » témoignent des normes sociales, historiquement constituées et en évolution constante, qui régissent les pratiques de communication.

4Pour ce qui m’occupe, on peut poser que les pratiques des médias contemporains se caractérisent par trois grands types d’« activités » : informer, divertir et faire de la publicité. Ces « activités » témoignent de savoir-faire distincts (Clayman, 2008 ; Charaudeau, 2005). Elles engagent donc des instances au profil socioprofessionnel spécialisé : des managers, des journalistes, des animateurs, des caméramans, des monteurs, etc. Chaque profil suppose des compétences particulières témoignant d’une division du travail complexe : par exemple, dans le domaine journalistique, interagissent entre eux des rédacteurs en chef, des chefs d’édition, des rédacteurs de différentes rubriques, des titreurs, etc. (Krieg-Planque, 2008 ; Siracusa, 2001). De plus, les « activités » médiatiques forment un ensemble lui-même intégré dans un cadre communicationnel plus vaste. En effet, non seulement ces « activités » ne se réalisent pas de la même manière dans le service public ou privé, mais elles interagissent entre elles, combinant souvent dans une même communication les trois dimensions informative, ludique et publicitaire. Par exemple, on peut considérer, dans le domaine de la presse, la publicité rédactionnelle et les articles de complaisance, et dans le domaine des médias électroniques, les débats publics tournant au spectacle ou les journaux télévisés intégrant des séquences divertissantes (Martel, 2008).

5Considérés comme des « activités » au plan macrosocial, les discours appellent une analyse sociocommunicationnelle que le linguiste n’a pas à mener en priorité. Il doit cependant en tenir compte pour éviter les limitations d’une description triviale parce qu’elle manquerait d’accéder aux enjeux psychosociaux des phénomènes étudiés, et par conséquent au niveau « explicatif » de l’analyse. En revanche, les discours doivent aussi être appréhendés sous l’angle langagier et faire l’objet d’une analyse à charge du linguiste. En effet, les mots du discours constituent bel et bien des révélateurs des pratiques sociales. Décrire la dimension langagière des discours, c’est alors accéder, en partie du moins, aux normes et aux systèmes de valeurs qui fondent les pratiques. De plus, comme les normes et les valeurs se négocient par les mots du discours, elles se constituent en fin de compte dans et par le détail langagier des discours. Dès lors, pour être pleinement rentable, l’analyse communicationnelle des discours des médias comme « activité » macrosociale doit être doublée d’une analyse langagière des discours comme réalité d’ordre microlinguistique.

6Dans une perspective actionnelle du discours et de la communication, le pendant micro et langagier des « activités » (macro et sociales) est constitué par les « actions » (langagières). Elles se comprennent comme les « réalisations effectives et négociées des activités par des agents déterminés dans le cadre de situations déterminées » (Filliettaz, 2002 : 51). Dans l’optique précitée, les « activités » témoignent de la réalité typifiée de l’agir, alors que les « actions » en manifestent la réalité émergente dans des contextes communicationnels particuliers. Ainsi, les « activités » constituent l’horizon d’attente des « actions ». Elles en garantissent en quelque sorte idéalement la signification. À l’opposé, les « actions » témoignent de l’historicité des « activités » en (re)construisant sans cesse les liens sociaux sur des bases stables.

7De fait, le développement, en sciences du langage, de la pragmatique des actes de langage, depuis les travaux fondateurs d’Austin et Searle jusqu’aux états récents de la logique illocutoire et interlocutoire (Vanderveken, 1992 ; Ghiglione et Trognon, 1993), constitue un ancrage idéal pour une analyse des « actions » langagières. L’accomplissement de celles-ci implique dès lors des « agents » qui opèrent le cadrage de la communication. Dans cet article, je me concentre sur deux propriétés fondamentales de l’agir des agents : les conditions d’appropriété sociale, c’est-à-dire la légitimité du dire, et les conditions d’appropriété psychologique, c’est-à-dire leur crédibilité. Ces deux dimensions identitaires des actions langagières sont analysées à la fois sous l’angle typifié des « activités » de débats en général et sous l’angle émergent des « actions » effectivement accomplies dans tel débat médiatique particulier. Tant les propriétés typifiées des actions langagières que les propriétés émergentes sont repérables en discours. Pour des raisons heuristiques, je propose la réflexion « typifiante » en premier lieu et la réflexion « émergente » en second lieu.

Qu’est-ce que débattre veut dire ?

8On peut définir les débats médiatiques à la fois comme une pratique communicationnelle et comme une pratique langagière sur la base de travaux en sociologie de la communication et des médias (Livingstone et Lunt, 1994 ; Bourdieu, 1996), et en analyse du discours (Tolson, 2001 ; Burger, 2006a et b).

Les débats dans les médias en général

9Un débat dans les médias engage d’une part un animateur (ou régulateur) et au minimum deux débatteurs dans une relation interactive. Leur but est de confronter des opinions pour convaincre un public par l’argumentation sans pour autant négliger les appels à l’émotion. Les débatteurs sont présents sur la scène médiatique — la télévision, la radio ou la presse — en vertu de leur qualité d’expert dans un domaine social donné. Quant à l’animateur, c’est un employé du média, souvent — mais pas toujours — un journaliste, qui a pour tâche de solliciter des opinions et de gérer l’interaction, laquelle prend fréquemment un tour polémique.

10Dans ce sens, un débat constitue un événement médiatique intéressant. En effet, par la confrontation d’opinions sur le mode rationnel de l’argumentation, le débat symbolise l’idée de démocratie, et permet aux médias de jouer un rôle citoyen. Dans le même temps, les confrontations d’opinions — en premier lieu celles basées sur les appels à l’émotion — constituent des moments spectaculaires qui permettent aux médias de satisfaire les exigences commerciales en aidant à fidéliser les audiences.

Les catégories de débats dans les médias

11On peut distinguer, à la suite des propositions de Shattuc (1997), Charaudeau et Ghiglione (1997) et Haarman (2001), trois catégories de débats selon l’enjeu qui s’y trouve manifesté en priorité, comme on peut voir à la figure 1.

Figure 1. Les catégories de débats médiatiques

Figure 1. Les catégories de débats médiatiques

12Trois catégories de débats sont contrastées sur deux axes en fonction de la valeur de trois paramètres : un enjeu dominant (plutôt « citoyen » ou « commercial »), une fonction communicative dominante (le média jouant un rôle de « rapporteur d’opinions » ou de « créateur de spectacle »), et enfin le support communicationnel privilégié : la presse écrite ou la télévision.

  • a) Le débat-civique fait intervenir à des fins de confrontation d’opinions des experts dans un domaine social (par exemple la politique, la culture, la santé, etc.). On attend d’eux qu’ils marquent un cadre pédagogique permettant à l’audience d’accroître ses connaissances d’une problématique d’intérêt général. Quant à l’animateur, il est un journaliste qui veille à ancrer le propos dans l’espace public et laisse s’exprimer les débatteurs, qui constituent le centre d’attention. Dans ce sens, l’animateur-journaliste intervient surtout pour relancer l’expression des opinions et pour synthétiser le propos à l’adresse du public. Dans ce type de débat, le média endosse le rôle de rapporteur d’opinions et manifeste une préoccupation citoyenne (Nel, 1991 ; Livingstone et Lunt, 1994 ; Bourdieu, 1996 ; Burger, 2006a).

    • 3  Formé par le média qui l’emploie, l’animateur n’est pas soumis aux mêmes normes éthiques et déonto (...)

    b) Le débat-spectacle engage également des experts dont le propos s’ancre dans l’espace public, mais accentue un cadre divertissant. La gestion du débat est souvent la charge d’un animateur plutôt que d’un journaliste3. Ce dernier prend parti et provoque la confrontation d’opinions pour en exploiter la dimension spectaculaire au détriment de la qualité de l’argumentation. Dans ce sens, il constitue le maître de cérémonie dont les débatteurs sont le faire-valoir. En règle générale, le débat n’est pas motivé par l’émergence d’une opinion consensuelle destinée à instruire le public : seul compte le divertissement. Les débats-spectacles annoncent néanmoins une préoccupation citoyenne qui s’interprète comme un prétexte à la monstration d’un show médiatique (Shattuc, 1997 ; Haarman, 2001 ; Burger, 2006b ; Vincent, Turbide et Laforest, 2008).

  • c) Le débat-témoignage ne fait pas intervenir des experts, mais madame et monsieur Tout-le-monde. On y propose une mise en scène exagérant délibérément le conflit d’opinions, parfois jusqu’à faire « jouer » le débat par des acteurs aux rôles stéréotypés auxquels l’audience s’identifie facilement. On brouille ainsi les repères entre le réel et la fiction et entre l’information et le spectacle. Quant aux propos tenus, ils portent sur des thèmes généraux et provocateurs qui facilitent l’adhésion de l’audience : « J’aime le luxe et alors ? », « Avoir 30 ans et ne pas avoir fait l’amour, est-ce normal ? ». De fait, l’espace privé de l’expérience de vie des débatteurs est exhibé au public dans un discours intimiste où on se confie à un animateur jouant un rôle de « thérapeute ». Quant au public présent sur le plateau, il constitue un acteur : il se manifeste bruyamment et prend parti comme des débatteurs (Myers, 2001 ; Haarman, 2001 ; Allard, 2005 ; Burger, 2008).

13Dans ce type de débat, le média joue le rôle de créateur d’un spectacle destiné moins à des citoyens qu’à un public participatif contribuant lui aussi au spectacle médiatique. Il faut garder à l’esprit que tout débat, quel qu’il soit, manifeste selon les moments les propriétés des trois types schématisés ci-dessus. Intrinsèquement spectaculaire, la pratique du débat comporte en effet des moments où la violence verbale domine, même dans les débats de type « citoyen ». Dans le même ordre d’idées, il ne saurait y avoir de débat de type « spectacle » ou « témoignage » dépourvu d’argumentation raisonnable. Ainsi, tel événement médiatique relève de l’un des types en termes de dominance, c’est-à-dire parce que les moments « citoyens », respectivement « spectacle » ou « témoignage » y dominent.

La complexité des débats comme activité de communication

  • 4  On peut aussi parler de « multiple activity » (Jacobs, 1999 : 22), de « complex site of engagement(...)

14Dans une perspective actionnelle des discours et de la communication, les débats télévisés constituent une activité « complexe »4. Une activité constitue, on l’a vu, une ressource intériorisée par les agents, leur permettant de donner un sens à des actions de communication. Une activité est dite « complexe » sitôt que les actions accomplies supposent une inscription simultanément dans plusieurs cadres d’activité d’où elles tirent leur sens. Une activité complexe représente ainsi un réseau actionnel engageant différentes catégories de participants et de finalités avec des enjeux distincts. Pour ce qui concerne mon corpus de débats télévisés, les actions langagières effectivement accomplies par les participants construisent un ancrage complexe articulant entre eux quatre cadres d’activité, comme le montre la figure 2 ci-dessous. Seule la prise en compte de tous les cadres permet d’envisager pleinement la compréhension de ce qui se joue sur le plan de la communication dans les débats.

Figure 2. L'activité de débat médiatique

Figure 2. L'activité de débat médiatique

15Tout événement de débat médiatique active un cadre de débat à proprement parler (en gras dans le schéma). C’est un tel cadre qui apparaît le plus directement au téléspectateur et le motive à qualifier telle émission de « débat ». Les actions accomplies dans ce cadre (le noyau central du schéma) s’interprètent globalement comme une controverse entre au moins deux débatteurs gérée par une tierce instance — un animateur. Dans le même temps, s’agissant d’un événement télévisé, le débat est déterminé par un dispositif technologique particulier. En effet, un cadre médiatique télévisuel engage une chaîne de télévision et son audience par l’intermédiaire de mises en scène distinctes de celles de la radio ou de la presse écrite. Ainsi, les agents du cadre de débat (les débatteurs et l’animateur) sont aussi engagés par leurs actions dans le cadre médiatique : ils ont conscience que les propos tenus s’adressent aussi, même indirectement, aux téléspectateurs.

16Dans la même optique, deux autres cadres d’activité impliquant d’autres agents sont simultanément activés par les débats dans les médias : un cadre d’information et un cadre de divertissement. Tous deux sont liés autant à l’activité de débat qu’aux médias en général. Sans entrer dans le détail, on admet que les pratiques médiatiques oscillent systématiquement entre deux besoins : satisfaire des exigences civiques en informant le public des réalités de l’espace public sur le mode du sérieux ; et satisfaire des exigences commerciales en fidélisant le public grâce à des événements ludiques et fictionnels. À ce titre, le cadre d’information répond en priorité aux exigences civiques, alors que le cadre de divertissement est lié avant tout aux exigences commerciales. Un débat à proprement parler favorise dans le même temps la manifestation des deux types d’exigences médiatiques. Comme il suppose l’exposé raisonné de problématiques d’intérêt public, tout débat manifeste une logique de fonctionnement citoyen. Mais par son côté spectaculaire, un débat est aussi à priori divertissant. Des quatre activités en jeu dans tout débat médiatique télévisé, je limite le propos au cadre de débat à proprement parler.

Une analyse actionnelle des débats médiatiques télévisés

17Une analyse actionnelle des discours et de la communication implique la prise en compte de deux dimensions propres à tout événement de communication : la dimension typifiée et la dimension émergente. La première saisit la communication sous l’angle des attentes qui guident et expliquent l’accomplissement des activités par des agents types idéaux. La seconde saisit la communication sous l’angle des actions effectivement accomplies par des agents singuliers. Par le jeu des actions et des réactions langagières, les agents communiquent les normes en vigueur dans les cadres d’activité. Dans ce sens, la dimension émergente comporte une vertu heuristique : elle donne accès aux procédures de catégorisation des discours et des communications.

18Le corpus de l’analyse est constitué de deux extraits de deux émissions de débats différentes. D’une part, l’émission Infrarouge, bien connue des téléspectateurs suisses-français, qui relève du débat de type « citoyen ». Elle est diffusée une fois par semaine par la chaîne de service public suisse TSR1 à une heure de grande écoute (20 h). D’autre part, l’émission Ça va se savoir relevant du type « témoignage », qui est diffusée quotidiennement par la chaîne privée franco-belge RTL9. Il s’agit de l’une des copies européennes, diffusée en langue française, du célèbre talk-show états-unien The Jerry Springer Show.

La dimension typifiée des débats du corpus

19La dimension typifiée d’une activité de communication se définit par la prise en compte de quatre paramètres : la finalité communicationnelle attendue, les identités sociocommunicatives idéales des agents, la thématique discursive attendue, et enfin le dispositif matériel de la communication (Van Dijk, 1990 ; Levinson, 1992 ; Charaudeau, 2005 ; Mucchieli, 2005).

20Finalité communicationnelle. On peut soutenir que la finalité typifiée d’Infrarouge est d’ordre pédagogique. La voix hors champ qui présente l’émission souligne que les téléspectateurs vont « apprendre quelque chose » et « se faire une opinion ». Au fil des diffusions, l’émission acquiert alors un profil « pédagogisant » auquel les participants sont supposés souscrire. Sur le site Internet http://infrarouge.tsr.ch, on confirme cette donnée pour l’émission analysée : « l’assurance maladie coûte cher, trop cher, la faute à qui allez savoir ? Une année on s’en prend aux médecins, l’année suivante c’est les hôpitaux, puis vient l’industrie pharmaceutique. Cette fois c’est haro sur les caisses maladies […] alors qui conduit cet attelage un peu fou ? ». Au contraire, la finalité typifiée de Ça va se savoir est spectaculaire, comme on peut le lire sur le site de la chaîne RTL9 (http://www.rtl9.com) : « qui a tort ? Qui a raison ? Peu importe : Ça va se savoir (cvss pour les intimes) c’est comme une récréation pendant laquelle tout le monde se lâche, à commencer par le public ».

21Identités sociocommunicatives des agents. Les débatteurs invités sur la scène médiatique d’Infrarouge sont des experts dans un domaine social. L’émission analysée convoque, dans le contexte d’une hausse incontrôlée du coût du système de santé suisse, le ministre de la Santé confronté à d’autres instances citoyennes : des hommes politiques, mais aussi des représentants du Mouvement populaire des familles, instigateur d’une initiative populaire proposant un autre mode de gestion du système de santé. Au contraire, les agents de Ça va se savoir ne témoignent d’aucune expertise particulière. Il s’agit de madame et monsieur Tout-le-monde, nommés dans l’émission seulement par leur prénom, d’autres attributs identitaires, comme un statut social, par exemple, étant sans importance.

22Thématique discursive attendue. Dans le débat Infrarouge, les propos attendus sont d’intérêt public. Il est manifeste que l’émission s’adresse à une audience considérée comme des citoyens désireux d’être informés de la tenue de l’espace public. Les argumentations y visent à convaincre du bien-fondé d’une thèse. Au contraire, dans Ça va se savoir, la présence sur le plateau implique juste une aptitude à raconter une expérience de vie singulière. Autrement dit, le propos est ancré dans l’espace privé de l’individu érigé en domaine de pertinence pour le public présent dans le studio et les téléspectateurs. Les thèmes relèvent de l’intimité, par exemple la vie sexuelle insatisfaisante des protagonistes, lesquels n’ont vraiment ni thèse à défendre ni audience à convaincre, mais se contentent d’exprimer au mieux leurs émotions.

23Dispositif matériel de la communication. Le dispositif matériel de la communication reconduit invariablement la même scénographie pour les deux émissions du corpus. Dans Infrarouge, l’avant-scène seule est mise en évidence, c’est-à-dire le lieu de la confrontation directe entre les débatteurs, même si le public de l’arrière-scène reste visible.

Figure 3. Le dispositif scénique d’Infrarouge

Figure 3. Le dispositif scénique d’Infrarouge

24On observe une scène délimitée par des tubulaires métalliques et partagée entre l’animatrice et deux débatteurs. Les coulisses ne sont pas visibles, l’éclairage est faible et le public peu nombreux, ce qui confère à l’ensemble une atmosphère intimiste. Le dispositif de Ça va se savoir est tout autre.

Figure 4. Le dispositif scénique de Ça va se savoir

Figure 4. Le dispositif scénique de Ça va se savoir

25L’émission offre aux téléspectateurs un accès à l’avant et l’arrière-scène mais aussi aux coulisses. On voit donc non seulement les confrontations directes entre débatteurs, mais aussi les événements hors scène qui font office de prolongement et acquièrent un statut complexe entre débat public et exhibition de l’intimité. L’entrée des débatteurs suit un rituel immuable : ils montent sur une scène peu délimitée, sous les vivats bruyants d’un public nombreux. L’éclairage agressif, le filmage dynamique et la musique tonitruante achèvent de conférer au tout une atmosphère qu’on peut qualifier de spectaculaire.

La dimension émergente des débats du corpus

26Sur ces bases typifiées, macrostructurelles et communicationnelles, on peut considérer la dimension émergente, microstructurelle et langagière des débats. La manière dont le cadre de débat est activé langagièrement infléchit aussi le cadre médiatique pour en marquer la teneur informative ou spectaculaire. Autrement dit, un cadre d’activité englobé peut déterminer un cadre englobant, et ce travail de configuration du macro par le micro est effectué, pour une part importante, par des unités actionnelles langagières. Je propose l’analyse de quatre extraits du corpus où le rôle de celles-ci est particulièrement manifeste : la construction collaborative d’un cadre citoyen, celle d’un cadre divertissant, la première polémique entre débatteurs dans le débat « citoyen », et enfin la première polémique dans le débat « témoignage ».

La coconstruction d’un cadre de débat « citoyen »

27Le premier extrait analysé témoigne de la construction collaborative d’un cadre de débat de type citoyen à finalité pédagogique. Il s’agit du début de l’émission Infrarouge dont le thème est l’augmentation problématique du coût des soins de santé en Suisse. Je porte l’attention sur les actions langagières accomplies par l’animatrice qui appelle sur scène le débatteur Blanchard, opposé à la politique gouvernementale de santé publique.

  • 5  Les conventions de transcription, minimales, sont les suivantes : (.), (..) ou (...) indiquent les (...)

28« Monsieur Blanchard » (Infrarouge, TSR1, 5 octobre 2005)5

1

animatrice

on va faire un tour de piste monsieur Blanchard (..) [l'animatrice fait signe de la main au débatteur] heuuuuuu (.) secrétaire généraleu (.) [plan large sur l'ensemble du dispositif : la scène bien délimitée par des tubulaires métalliques et l'avant-salle peu

5

éclairée d'où le débatteur Blanchard émerge et avance] secrétaire du mouvement populaire des familles (.) on est arrive au à la caisse unique c'est vous qui avec rédigé pratiquement le texte de cette initiative pour la caisse unique [gros plan sur le débatteur Blanchard] bon je vous laisse déjà commenter c'qui

10

s'est dit jusqu'à maintenant (oui)

déb. Blanchard

alors (.) moi (.) juse avant de commenter sur la caisse unique j'voulais faire uneu (.) [apparaît à l'écran, en surimpression en bas, la mention : « Jean Blanchard Secrétaire général Mouvement populaire des familles] une remarque […]

  • 6  Pour Goffman (1991), ces éléments fondent une précondition sociale à la communication. Dans une op (...)

29Actions langagières et contenus propositionnels. Le rôle de l’animatrice est essentiel. Elle a le pouvoir d’activer le cadre de débat en construisant un débatteur « ratifié ». On observe qu’elle accomplit d’abord un acte langagier de type directif dans la terminologie de Vanderveken (1992). Un tel acte engage le destinataire à accomplir une action en vertu de la reconnaissance du pouvoir agentif du destinateur, comme avec une requête ou un ordre. Plus précisément, l’animatrice énonce une demande indirecte de venir sur scène dont le contenu propositionnel comprend trois éléments déterminants : un appellatif déférent « Monsieur », suivi du patronyme identifiant « Blanchard », et enfin la mention d’un statut social pertinent pour la participation à l’activité en cours6 : « secrétaire généraleu (.) secrétaire du Mouvement populaire des familles » (lignes 1 à 6).

30Le rôle collaboratif du débatteur. Ce faisceau de marques linguistiques s’accompagne d’un geste de la main à l’adresse du débatteur sélectionné. Ainsi, la légitimité de l’animatrice est d’abord présupposée : elle occupe le centre du dispositif scénique qu’elle gère, ce qui manifeste par là même l’existence d’attentes lui conférant un pouvoir de cadrage du débat. La légitimité de l’animatrice est ensuite entérinée implicitement, et de manière collaborative, par l’avancée vers la scène de monsieur Blanchard, qui confirme par là la valeur de requête de l’acte de l’animatrice et son propre statut de débatteur « ratifié ». De fait, l’énonciation de l’animatrice marque aussi la crédibilité du débatteur. En effet, par une spécification référentielle — « c’est vous qui avez rédigé pratiquement le texte de cette initiative » (lignes 7 et 8) —, elle souligne le bien-fondé à priori du discours à venir de Blanchard. Dans le même esprit, l’acte directif de l’animatrice configure un débatteur ancré idéalement dans un débat de type citoyen. En effet, Blanchard est présenté comme le porte-parole d’une instance collective — le « Mouvement populaire des familles » —, si bien que son discours à venir est supposé représentatif d’une tendance sociale en ancrage dans une problématique d’intérêt public (voir la mention de « la caisse unique », ligne 8). Enfin, l’animatrice lance rapidement le débat en encourageant la prise de parole du débatteur Blanchard par un nouvel acte directif de demande de dire en fin d’intervention : « bon je vous laisse déjà commenter c’qui s’est dit » (ligne 9).

La coconstruction d’un cadre de débat « témoignage »

31L’ensemble de ces éléments témoigne de l’activation d’un cadre de débat citoyen configurant un cadre médiatique d’information. Dans un tel emboîtement de cadres, la polémique inhérente au débat se trouve au service de l’argumentation et de la prise de position expertes, ou, pour le dire autrement, au service de la réflexion sur l’espace public. À l’inverse, le second extrait analysé ci-dessous montre la construction collaborative d’un cadre de débat de type témoignage ancré dans un cadre médiatique de divertissement. Dans ce type d’emboîtement de cadres, la confrontation entre participants qui fonde l’activité de débat est basée sur l’appel à l’émotion. La finalité consiste alors moins à convaincre le public du bien-fondé d’une thèse que de proposer un spectacle divertissant.

32Au début de l’émission Ça va se savoir, deux débatteurs, Étienne et Marie, polémiquent à propos de leur relation de couple qui bat de l’aile. Tous deux sont des passionnés de théâtre : Étienne, le mari, est un metteur en scène amateur, et Marie, sa femme, l’actrice principale des pièces. Lors des répétitions d’un vaudeville, Marie s’est entichée d’un acteur et annonce sur la scène de l’émission son infidélité et sa décision de quitter Étienne. L’extrait concerne l’arrivée sur scène d’Étienne.

33« Étienne » (Ça va se savoir, RTL9, 12 mai 2006)

1

animateur

Il s’appelle étienne (..) étienne [l’animateur montre la scène et

quitte l’avant-salle]

public

étienne étienne étienne [gros plan sur un homme du public qui

frappe dans les mains et scande le nom de l’invité : 8 s]

5

déb. Marie

bonsoir

déb. Étienne

bonjour

animateur

étienne bonsoir [l’animateur revient de l’arrière-salle vers

l’avant-salle en s’adressant à son invité]

déb. Étienne

bonsoir

10

animateur

étienne vous avez quarante-cinq ans vous êtes (déb. Étienne : tout

à fait) contrôleur fiscal

c’est ça (déb. Étienne : exactement)

public

bouh ouh ouh ouh bouh (déb. Étienne : exactement) [sifflets du

public] [gros plan sur le visage d’une dame du public : type

15

indien, vêtue à l’indienne] [l’animateur repart vers l’arrière-

salle et s’adresse au public : 4 s] ouh ouh bouh

animateur

eh (...) mais (.) franchement (.) c’est c’est quoi ce racisme anti­

chauveu [rires du public]

(..) pourquoi (..) [gros plan sur l’animateur qui regarde son

20

public, de droite à gauche] pourquoi est-ce que parce qu’un

homme est (..) heu (.) dans l’administration (.) (déb. Étienne : 

exact) on entend des (.) des des rumeurs assez (.) assez curieuses

et votre passion (.) parce que vous zavez zune passion (.)

c’est le théâtre

25

déb. Étienne

tout à fait

34Actions langagières et contenus propositionnels. Le pouvoir agentif considérable de l’animateur témoigne de la préséance du cadre médiatique sur l’ensemble des phénomènes de cadrage de la communication. Dit autrement, le cadre de débat est déterminé par le cadre médiatique comme pour tout événement médiatique, quel qu’il soit. Un cadre de débat spécifique — de type témoignage — est activé par l’animateur sitôt le générique de l’émission achevé. Pour lancer le débat, l’animateur se limite à dire le prénom du débatteur : « Étienne » (ligne 1). Il accomplit ainsi un acte langagier de type « déclaratif » qui a pour particularité de transformer la situation par le fait même du discours. Il suffit en effet de l’annonce de son prénom pour que le débatteur Étienne entre en scène.

  • 7  À cela s’ajoute encore que l’animateur rejoint le public jusque dans l’arrière salle, laissant par (...)

35Sur le plan du contenu propositionnel, le prénom contraste avec l’énonciation de l’identité des débatteurs dans le débat de type citoyen. D’abord, par le prénom, on manifeste un ancrage dans un contexte de familiarité. Ensuite, par le prénom, on souligne la non-pertinence de la dimension sociale et collective du débat au profit d’une dimension individualisante. En effet, le prénom seul n’est pas un marqueur identifiant comme l’est un nom propre. Enfin, au plan paralinguistique de l’énonciation, on observe que l’animateur répète le prénom en augmentant le volume et en produisant une intonation finale descendante. Il opère de ce fait un cadrage caractéristique des annonces de spectacle qui consiste à dire dans un premier temps l’identité du participant à l’adresse du public, puis, par la répétition, adressée cette fois au participant, à engager ce dernier à se présenter sur scène pour commencer son numéro7.

36Le public du studio de télévision confirme ce cadrage « spectaculaire », puisqu’il applaudit à tout rompre pendant près de huit secondes et scande en rythme le prénom de celui qui prend place sur la scène. On s’attend dès lors à ce que la teneur des interventions à venir relève du divertissement télévisuel. Dans le même esprit, on peut soutenir que la légitimité actionnelle d’Étienne est une donnée par défaut : elle est imposée et garantie par l’instance médiatique.

37Le rôle collaboratif du public. De fait, le public — parce qu’il se manifeste clairement — représente une instance essentielle du processus de coconstruction du cadre de débat. Les autres éléments du contenu propositionnel du discours de l’animateur jouent un même rôle de (pseudo) valorisation du public. Globalement, la présentation faite d’Étienne, qui focalise sur la personne privée, est pauvre en information. L’animateur se limite à dire l’âge et la profession du participant : « étienne vous avez quarante-cinq ans vous êtes contrôleur fiscal c’est ça » (lignes 10 et 12). Or, l’énonciation de la profession fonctionne comme un déclencheur des huées du public qui conspue Étienne pendant près de quatre secondes. Dans le même temps, le filmage focalise sur des personnes du public et montre l’animateur quittant une nouvelle fois l’avant-salle : le public et Étienne se trouvent ainsi seuls en position de confrontation, sans instance de régulation.

38Cette mise en scène accrédite l’hypothèse d’un rôle important joué par le public dans ce type de débat. La profession de contrôleur fiscal est certes connotée négativement pour le sens commun, du moins dans l’imaginaire socioculturel occidental, et peut donc donner lieu à une manifestation d’humeur. Mais la réaction négative quasi unanime du public semble signifier plus fondamentalement l’existence d’attentes spécifiques régissant ce type de débat. En d’autres mots, le public sait qu’on l’invite à réagir comme dans un divertissement, en acclamant ou huant un personnage sur scène, et la profession connotée d’Étienne en serait une occasion.

39Sur le plan langagier, la confrontation entre le public et Étienne prend la forme d’actions langagières relevant du type expressif. Celles-ci se caractérisent par l’absence de contenu propositionnel, c’est-à-dire par le fait que seule l’expressivité de l’énonciation est marquée, comme dans les huées : « bouh ouh ouh ouh bouh » (ligne 13). Par leur dimension émotionnelle, les actes expressifs sont donc fortement ancrés dans l’immédiateté de la communication, à l’opposé de l’argumentation rationnelle qui présuppose une prise de distance et un contenu référentiel. De telles manifestations d’humeur témoignent de l’activation d’un cadre médiatique de divertissement où la polémique est au service du spectacle. Comme pour le débat de type citoyen, l’animateur est une instance essentielle. C’est lui qui donne l’impulsion des activités. Il reste que la teneur particulière des cadres est le résultat d’un travail collaboratif engageant les débatteurs et le public avec l’animateur par des actions langagières spécifiques. Ce n’est qu’une fois le cadrage global effectué que commencent les confrontations de débat à proprement parler qui font l’objet de l’analyse des deux extraits suivants.

La coconstruction d’une phase polémique dans le débat de type « citoyen »

40En m’inspirant des travaux de Hutchby (1999, 2001) et de Haarman (2001), j’ai soutenu ailleurs dans le détail l’hypothèse d’une structure canonique identique reflétant la pratique de tout débat médiatique, quel que soit le type : citoyen, spectacle ou témoignage (Burger, 2006a et b). Je rappelle brièvement l’essentiel du propos pour la clarté de l’exposé.

41Souvent chaotiques en apparence, on observe que les débats médiatiques suivent une même logique de séquentialisation. Ainsi, un moment de sollicitation de l’opinion d’un débatteur par l’animateur est suivi d’un moment de confrontation directe entre des débatteurs. Le débatteur initialement sollicité est interrompu avant d’avoir développé son propos. Enfin, suit typiquement un troisième moment permettant au débatteur interrompu d’exprimer son point de vue. Les trois moments en question (ou phases) constituent une séquence. Dans cet esprit, un débat est constitué d’un nombre variable de séquences, chacune étant structurée par une suite de trois phases. L’analyse ci-après ne porte pas sur la séquentialisation à proprement parler, mais sur la gestion collaborative de la polémique. Le premier extrait, assez long, constitue le premier moment de confrontation entre les débatteurs de l’émission Infrarouge.

42« Toutes les propositions sont antisociales » (Infrarouge, TSR1, 5 octobre 2005)

phase 1

1

déb. Blanchard

toutes les propositions qu’a faites monsieur Couchepin en

matière d’assurance maladie (.) sont (.) [un doigt levé]

antisociales (.) cassent toute la solidarité (.) [deux doigts levés] [gros plan sur le débatteur Couchepin] entre les vieux (.) et les

5

jeunes (.) entre les personnes malades et les (animatrice : donnez-

nous un exemple) personnes bien portantes

animatrice

par exemple donnez-nous un exemple [plan large sur l’ensemble

des débatteurs]

déb. Blanchard

beheuh (.) un exemple très concret monsieur Couchepin dans ses

10

propositions (..) propose de dire (.) affirme (.) que la lamal (.) a

été faite pour couvrir (.) les soins (.) dus à des maladies et non pas

des soins liés à la vieillesse (..) (animatrice : emmhhe [pour

marquer son accord]) c’est un exemple de proposition qui

déb. Couchepin

mais mais monsieur phase 2

15

[gros plan sur le débatteur Couchepin]

je je n’ai jamais dit ça

animatrice

monsieur Couchepin attendez attendez

déb. Couchepin

je n’ai jamais dit ça si vous m’citez il faut je n’l’ai jamais dit (déb.

Blanchard : vous l’avez écrit) (animatrice : attendez attendez

20

attendez) JE N’L’AI JAMAIS DIT

déb. Blanchard

VOUS L’AVEZ ÉCRIT VOUS L’AVEZ ÉCRIT VOUS (déb.

Couchepin : je n’l’ai

jamais dit) VOUS L’AVEZ EC

déb. Couchepin

je n’ai jamais dit ça monsieur ) [les personnes du public derrière

25

le déb. Blanchard sourient sans doute en signe de connivence

avec le déb. Couchepin]

déb. Blanchard

MONSIEUR COUCHEPIN vous l’avez écrit

déb Couchepin

sortez le texte sortez le texte

déb Blanchard

vous l’avez écrit (.) c’est dans la procédure de consultation auquel

30

le èmmepéèffe [i. e. MPF : mouvement populaire des familles]

on a pris la peine de répondre concernant les propositions de

révision de la lamal

déb. Couchepin

<xxxxxxxx: quelles propositions (.) mais mais monsieur) [la

caméra montre en gros plan et en surimpression à l’écran les

35

deux débatteurs encadrés côte à côte]

déb. Blanchard

monsieur Couchepin invente (.) monsieur Couchepin invente les

(.) les (..) les frais qui sont (..) invente (.) les frais liés à la

vieillesse alors que ces frais n’existent pas (..) tous les gériatres

vous le diront

40

animatrice

mais vous votre pi mais vous votre piste monsieur phase 3

(essai 1)

déb. Blanchard

oui oui (.) mais mais mais j’voulais j’veux juste finir là-desus

(animatrice : ouais) tous

les gériatres vous l’diront (..) que les les frais (.) que les frais des

45

vieux coûtent plus peut-être mais c’est bien parce qu’ils sont

malades et non pas parce qu’ils sont

animatrice

on permettra de répondre tout à l’heure (.)

mais vous

[geste appuyé de la main

50

en direction du débatteur phase 3 (essai 2)

Blanchard] votre piste monsieur Blanchard

déb. Blanchard

c’est pour illustrer que toutes ces propositions sont des fausses

propositions qui ne résolvent un un partie peut-être (.) une

moindre augmentation de l’assurance maladie de base mais qui

55

de fait sont transférés et ne résoudre en rien les problèmes de

santé

animatrice

d’accord on a compris

mais votre proposition puisque

vous êtes à la tête phase 3 (essai 3)

60

de ce mouvement (.) vous êtes un (.)

vous êtes en contact avec des gens qui sont de revenu modeste si

on vous croit (.) (déb. Blanchard : oui) et qui ont de la peine et

vous avez imaginé une solution

déb. Blanchard

tout à fait (.) alors (.) notre solution elle va pas résoudre lon le le

65

problème de l’augmentation des coûts de la santé en tant que tel

(..) mais on aura en tout cas une transparence (.) on voit bien que

la question des réserves la question des provisions (.) la question

de qu’est-ce qu’on fait de ces réserves personne le sait vraiment

(.) au moins avec la caisse maladie unique [en surimpression à

70

l’écran apparaît un dessin de presse titré « la caisse unique »] on

aura une totale transparence sur comment est géré l’argent de la l’assurance maladie et comment il est utilisé (.) ce qui n’est pas

le cas aujourd’hui (.) on vient de faire (.) j’vais vous donner

un exemple on a demandé à nos assurés de prendre contact avec leur

75

caisse maladie cantonale pour savoir ils avaient quatre questions

à poser (.) la première question c’était (....) quelle est les comptes

de vot’ canton quelles sont les réserves de vot’ canton et quelles

sont les provisions de vo canton (..) à ces réponses ils n’ont pas

ces questions ils n’ont eu aucune réponse parce qu’on leur a dit

80

ces comptes n’existent pas donc là-d’sus la caisse maladie unique

va permettre de (.) (déb Couchepin : mais mais ) une transparence

(animatrice : d’accord) [on voit les moues désapprobatrices des

personnes du public dans le dos du débatteur Blanchard]

déb. Couchepin

mais mais monsieur Blanchard

85

monsieur Blanchard phase 2

[gros plan sur le débatteur Couchepin]

déb. Blanchard

uuh uh uuu uu uuh uuune transparence non mais mais s’il vous

plaît laissez-moi finir sur

la caisse un u u une transparence (déb. Couchepin : monsieur

90

Blanchard) [la caméra montre clairement les personnes du public

qui se moquent manifestement du débatteur Blanchard et/ou rient

de l’effet produit par la dramaturgie « ironique » du déb.

Couchepin] ensuite ça va être un formidable outil une fois (.) une

fois qu’vous avez des statistiques vous pouvez identifier

95

(animatrice : d’accord d’accord) les affaires vous pouvez

commencer à avoir un outil pour maîtriser les coûts d’la santé

c’qui n’est pas l’cas

animatrice

donc en en une seule caisse (..)

avec un seul fonds de réserve (.) phase 3 (essai 4)

100

une seule caisse (.) bon le système un peu (.) même si la

comparaison est hasardeuse un peu à la à la française

déb. Blanchard

non non pas à la française [geste de désapprobation avec la

main]

animatrice

non bon d’accord alors mais en tout cas une un

105

seul fonds de réserve

déb Blanchard

un seul fonds de réserve [mimique approbative]

déb Blanchard

un seul fonds de réserve

animatrice

alors monsieur Couchepin phase 1 : nouvelle séquence

[l’animatrice se tourne vers le déb. Couchepin]

  • 8  C’est-à-dire les phases 2 d’une séquence.

43Actes langagiers et contenus propositionnels. Dans les débats de type citoyen, l’expression des opinions expertes est favorisée. Dans l’extrait, on voit que l’animatrice cherche à minimiser la durée et la portée des moments de polémique8. Elle agit dans ce sens à quatre reprises (aux lignes 17, 40, 47 puis 57) pour solliciter l’opinion du débatteur Blanchard, qui semble au contraire opter pour une stratégie de provocation du débatteur Couchepin, le ministre de la Santé. La phase de sollicitation d’opinion (lignes 1 à 9) est l’occasion pour Blanchard de se construire une identité de débatteur « clairvoyant » et « dénonciateur » par une série d’actes assertifs à l’adresse de l’animatrice. En logique illocutoire, le type assertif engage la croyance de l’énonciateur que l’état du monde représenté par le contenu propositionnel est le cas. Or, ici, le contenu des actes représente une image négative de l’autre débatteur. La vérifiabilité du contenu propositionnel induit ainsi de manière quasi certaine la polémique puisqu’on réfère à des propos malencontreux tenus par Couchepin en excluant ce dernier de la communication (il est nommé en tant que simple objet du discours aux lignes 1 puis 6).

  • 9  Exactement comme dans le cours d’une conversation ordinaire, les interlocuteurs ont automatisé les (...)

44On observe que Blanchard est arrêté dans son élan oratoire par la demande pragmatique de l’animatrice : « donnez-nous un exemple » (ligne 7). Il laisse alors transparaître une gêne certaine (voir les balbutiements, interruptions et pauses du propos : lignes 9 à 13). Ce raté énonciatif est sans doute lié autant au trac médiatique — Blanchard n’a pas l’habitude des débats — qu’à la conscience de contribuer à signaler trop clairement qu’une phase polémique a lieu d’être déclenchée. Autrement dit, ces maladresses manifestent chez lui l’existence d’attentes intériorisées propres à la gestion des débats médiatiques9, mais comme il témoigne d’une maîtrise imparfaite de l’activité en cours, c’est en quelque sorte une identité de « débatteur novice » qu’il exhibe.

45Cette hypothèse s’appuie sur l’observation de la rythmicité périodique fortement marquée de l’intervention de Blanchard : « toutes les propositions qu’a faites monsieur Couchepin en matière d’assurance maladie sont (.) [un doigt levé] antisociales (.) cassent toute la solidarité (.) [deux doigts levés] entre les vieux (.) et les jeunes (.) entre les personnes malades et les personnes bien portantes » (lignes 1 à 4).

Figure 5. Le débatteur Blanchard en action

Figure 5. Le débatteur Blanchard en action

46Le complément du verbe est énoncé en deux temps, démarqués sur le plan gestuel (un doigt, puis deux doigts levés). Sur le plan du contenu, l’assemblage de couples de syntagmes nominaux définis qui s’opposent schématiquement confère un rythme binaire à l’ensemble : « les vieux » versus « les jeunes » puis « les personnes malades » versus « les personnes bien portantes ». Un tel tour rhétorique n’est sans doute pas le produit d’une improvisation, mais étudié dans le but de faire réagir Couchepin. Dans les faits, cette stratégie semble réussir vu la réaction violente de Couchepin.

47Le rôle collaboratif de l’animatrice. Je ne m’attarderai pas sur la phase polémique (lignes 14 à 35), mais sur la gestion de la phase 3 par l’animatrice, révélatrice du débat de type citoyen. Cette phase fait l’objet d’une construction collaborative en plusieurs étapes : d’abord, une tentative de faire produire une argumentation au débatteur Blanchard (ligne 40), puis une deuxième tentative à fonction de relance (lignes 48 à 51), et enfin un ultime essai couronné de succès (lignes 57 à 82). Faute de place, et parce qu’ils manifestent une même stratégie de « faire dire », je propose de commenter ces trois moments ensemble.

48Globalement, l’animatrice réoriente le débat en produisant des actes indirects de demande de dire à l’adresse du débatteur Blanchard. Elle agit de sorte à écourter la polémique en intervenant à quatre reprises de manière autoritaire par un marqueur d’opposition « mais » (lignes 40, 48 et 58), parfois précédé de marques de concession « on permettra de répondre tout à l’heure » (ligne 47) « d’accord on a compris » (ligne 57). L’animatrice souligne une nouvelle fois la crédibilité énonciative du débatteur, comme pour l’encourager à argumenter : « puisque vous êtes à la tête de ce mouvement et que vous avez imaginé une solution » (lignes 58 à 63). Ainsi, l’animatrice se dote d’une identité de « pédagogue ». Par son attitude quasi-maïeutique, elle montre qu’elle cherche à maximaliser l’opinion du débatteur sollicité au détriment de la polémique stérile. Le marquage intonatif insistant sur « vous », notamment dans « mais vous votre piste » (lignes 40, puis 48-51), réitéré à cinq reprises, va dans le même sens de l’affermissement d’un cadre de débat citoyen.

La coconstruction d’une phase polémique dans le débat de type « témoignage »

49Le comportement langagier de l’animatrice dans le débat de type citoyen témoigne du souci constant de maîtriser et de diriger le débat pour l’audience. Il en va autrement dans le débat témoignage. Dans l’extrait ci-dessous, la polémique se déploie sans contrôle entre Étienne, le metteur en scène amateur, et son épouse Marie, actrice de théâtre amateur et adultère.

50« Écoute écoute écoute je vais te dire ! » (Ça va se savoir, RTL9, 12 mai 2006)

  • 10  On peut faire l’hypothèse qu’un statut de participant « ratifié » est conféré au public dès que la (...)

1

déb. Étienne

écoute écoute (.) écoute [manifestations de désaccord du public]

écoute je vais te dire pour l’instant (.) pour l’instant je vais te dire

 (.) pour le moment je reste calme pour l’instant (.) j’attends la

suite de ton histoire c’que tu vas raconter et à ce moment-là je te

5

dirai quoi bon (.) sss [gros plan sur chacun des débatteurs, puis

plan élargi avec le public. L’animateur n’est pas visible]

déb. Marie

y a pas grand-chose à ajouter de plus (.)  à part heu (...) que

déb. Étienne

oui et ce et ce cinéma dure depuis quand depuis quand (déb.

Marie : depuis le dé (..) depuis le début des r’présentations)

10

puisque j’ai (.) Henri je l’ai engagé comme unun nouveau

comédien

déb. Marie

voilà comme ça je te dis toute la vérité

déb. Étienne

que quoi que

déb. Marie

depuis le début des répétitions

15

public

ho la la la la ho la (..) [on entend crier depuis le fond de la salle]

SCANDALEUX

déb. Étienne

depuis le début des représentations (..) écoute (.) écoute (.) si moi

(.) si moi (.) réfléchis

deux minutes (.) si moi [gros plan sur le visage de l’animateur à

20

la moue dubitative] (.) je fais la même chose que toi (.) en (.)

déb. Marie

voilà voilà (.) voilà

public10

ah ah ah ah ah ah

déb. Marie

voilà

déb. Étienne

non mais attends attends attends laisse-moi t’expliquer

25

public

ah ah ah ah ah) [gros plan sur le visage d’un débatteur, homme

dans la soixantaine, léger sourire en coin à la moue]  

déb. Étienne

si moi je fais la même chose (public : ah ah ah ah) maintenant

j’commence à m’énerver (..) la même chose (déb. Marie : c’est

rare ça) et que moi à chaque (.) pendant des (.) les vingt

30

ans qu’on fait du théâtre ensemble si moi je commence à chaque

(..) femme qui vient sur plateau que j’ai choisi occuper en

m’envoyant en l’air mais j’t’assure mais c’est un vrai bordel [en

surimpression à l’écran on lit le thème de la séquence :

« Étienne, je te quitte »]

35

public

ouh ouh bouh oh oh oh [l’animateur se retire de l’avant-salle

d’un pas assuré et en ayant l’air d’approuver] [gros plan sur le

visage du débatteur homme dans la soixantaine qui rit]

déb. Étienne

alors on fait plus de pièces ensemble c’est un bordel complet

  

déb. Marie

étienne admet quand même que ça ne va plus entre nous depuis

40

des mois et des mois (..) la preuve elle est là (.) tu ne fais que

gendarmer ma vie

déb. Étienne  

mais je suis d’accord Marie mais quand même nous sommes à

quinze jours (déb. Marie

mais tu es colérique tu es quelqu’un d’iss) nous sommes à quinze

45

jours d’une pièce (déb.

Marie : je sais) tu me fous un bordel pareil

déb. Marie

mais non justement

déb. Étienne

mais mais si (.) en plus il y a le maire qui vient en plus dans

quinze jours alors tu vois la situation (déb. Marie : mais qu’est-ce

50

que le mm) tu vois la situation que c’est (public : ouh

ouh bouh oh oh oh)

déb. Marie

qu’est-ce que le maire a à voir

déb. Étienne

ouais mais bon allez (public : ouh ouh bouh oh oh oh) ARRÊTE

TON CINÉMA ARRÊTE TON CINÉMA (.) TON CINÉMA TU

55

ME LE FAIS DEPUIS DIX ANS

public

ouh ouh bouh oh oh oh) [sifflets du public qui est montré à

l’antenne]

déb. Marie

mais oui c’est ça

public  

ouh ouh bouh oh oh oh

60

déb. Étienne

ET LA TU ME FOUS LE BORDEL

public

ouh ouh bouh oh oh oh

déb. Marie

mais oui c’est ça

déb. Étienne

METS-TOI A MA PLACE

public

ouh ouh bouh oh oh oh [sifflets du public]

65

déb. Marie

mais oui c’est ça

déb. Étienne

MERDE A LA FIN

public

ouh ouh bouh oh oh oh [sifflets du public]

déb. Marie

c’est ça [l’animateur quitte l’avant-salle pour intégrer les

derniers rangs du public]

70

public

[on entend crier du fond de la salle] TORTIONNAIRE  [rires du

public]

51Deux types de phénomènes dominent. En premier lieu, l’extrait entier constitue une phase dite de « confrontation directe » entre deux débatteurs. En second lieu, l’animateur — instance de régulation essentielle des débats — brille par son absence, d’où la longueur de la polémique, gérée par les protagonistes seuls. De fait, les débats de type témoignage se caractérisent par la durée conséquente des polémiques. Les phases dites de « sollicitation » et les phases d’argumentation sont très courtes ou évitées parce qu’elles ne permettent pas de réaliser pleinement la dimension spectaculaire du débat.

52Actes langagiers et contenus propositionnels. Les actions langagières relèvent principalement des types expressif et assertif. Les expressifs réalisent les émotions négatives des protagonistes, comme la colère, l’énervement et l’impatience. Ils sont accomplis sur un mode spontané dès que la discussion tourne à la scène de ménage induisant la construction d’une série d’images identitaires allant de l’« homme émotionnellement affecté » à l’« homme colérique » pour Étienne, et de « femme de mauvaise foi » à « femme émotionnellement affectée» pour Marie. En fait, on observe une évolution caractéristique de l’état de la relation entre Étienne et Marie qu’il vaut la peine de commenter dans le détail.

53D’abord, Étienne produit à l’adresse de Marie, de manière répétée et insistante, des actes directifs à fonction phatique : « écoute écoute (.) écoute » (ligne 1). Il commente alors un état relationnel présent : « je vais te dire pour l’instant (.) pour l’instant je vais te dire (.) », « pour le moment je reste calme pour l’instant (.) » (ligne 2). Puis, dans un même élan, Étienne représente un état futur de la relation : « j’attends la suite de ton histoire », « c’que tu vas raconter », « et à ce moment-là je te dirai quoi bon » (lignes 2-3).

Figure 6. Le débatteur Étienne en action

Figure 6. Le débatteur Étienne en action

54Pour Étienne, l’enjeu relationnel semble encore, à ce moment, ancré dans une activité supposant entièrement le langage, comme en témoigne la saturation de verbes de parole. Mais la réaction de Marie témoigne d’un refus de parler lourd de conséquences : « y a pas grand-chose à ajouter de plus » (ligne 7). De fait, Marie est contrainte par Étienne à l’aveu d’adultère : « oui et ce et ce cinéma dure depuis quand depuis quand (déb. Marie : depuis le dé (..) depuis le début des r’présentations » (lignes 8 à 9). On peut faire l’hypothèse que le refus d’explication de la part de Marie tient, en partie du moins, à la gêne propre au caractère médiatisé de la situation ; cependant, ce mutisme obstiné et la gravité de la tromperie déclenchent la colère d’Étienne. Une polémique violente débute, dont les chevauchements de parole (marqués dans la transcription par les soulignements), le volume qui augmente (marqué par les lettres capitales), et enfin le commentaire d’Étienne lui-même : « maintenant j’commence à m’énerver » (ligne 28) sont les indices. L’échange entre le mari et la femme est entrecoupé par les manifestations d’humeur du public également dominées par des actes expressifs. Elles sont nombreuses (lignes 15, 22, 27, 35, 50, 59, 61, 64, 66), données d’un bloc et vont s’accentuant à la mesure de la montée de la colère d’Étienne, depuis de simples signes de contestation : « ho la la la la ho la » (ligne 15) aux huées bruyantes : « ouh ouh bouh oh oh oh » (ligne 53).

55Quant aux actes assertifs, ils servent une double fonction. D’abord, les assertions servent à construire discursivement des images négatives de l’autre, en l’occurrence de Marie. Étienne, dans une brève narration, opère un décentrement de perspective en évoquant un monde fictionnel dont la logique et les enjeux devraient, selon lui, raisonner Marie : « si moi je commence à chaque (..) femme qui vient sur plateau que j’ai choisi occuper en m’envoyant en l’air mais j’t’assure mais c’est un vrai bordel » (lignes 30 à 33).

56Ensuite, on observe une gradation — plutôt qu’un changement de type logique — des actes assertifs qui pourraient s’interpréter comme des expressifs. Étienne caractérise la situation par des contenus propositionnels variant insensiblement. Ainsi, de « c’est un vrai bordel » (ligne 32) qui ne représente pas les acteurs concernés (Étienne et Marie), on passe à « c’est un bordel complet » (ligne 38), puis à l’intégration propositionnelle du couple qui se querelle : « tu me fous un bordel » (ligne 46) où Marie est posée comme l’instance responsable de la situation alors qu’Étienne est le patient qui subit. À peine plus loin, la caractérisation référentielle est indexée au moment présent, mettant en avant le hic et nunc de l’émission : « et là tu me fous le bordel » (ligne 60). Enfin, Étienne ponctue par un assertif-expressif : « merde à la fin » (ligne 66).

  • 11  On peut interpréter de la même manière la réaction du public : « tortionnaire » (ligne 70), que je (...)

57Une telle formulation, sans verbe ni sujet, force à une interprétation fortement ancrée dans la situation. Plus précisément, comme elle est intemporelle, l’énonciation est par défaut ancrée dans le présent du débat. Dans le même esprit, comme l’énonciation est sans sujet, l’instance de prise en charge est par défaut Étienne, dont les mots reflètent alors l’état émotionnel du moment11. À cela s’ajoute la dimension sui-référentielle (ou performative) du dire, comme chaque fois que la parole se joint à l’acte : « merde à la fin » est effectivement, comme Étienne le dit, le mot de la fin de son intervention. Quant à Marie, elle se contente de réactions laconiques, par quatre fois les mêmes, qui ne sont qu’en surface l’expression d’un accord, et montrent bien le crescendo polémique que subit la relation entre les deux protagonistes sur scène : « mais oui c’est ça » (lignes 47, puis 62, 65 et 68).

58Le rôle collaboratif du débatteur attaqué. Les phases polémiques sont attendues quel que soit le type de débat. Elles ont invariablement pour fonction d’obliger à la négociation d’images identitaires négatives de l’autre et positives de soi. Cependant, alors qu’avec le débat citoyen les images identitaires s’ancrent dans l’espace public, dans le débat témoignage, elles s’ancrent dans l’espace privé et activent souvent un cadre de « discussion privée ».

  • 12  Voir : « écoute écoute écoute », « j’attends c’que tu vas raconter » (lignes 1 à 4) ou « y a pas g (...)

59Dans l’extrait, trois types d’indices manifestent la construction collaborative d’un tel cadre. D’abord, on apprend que les débatteurs sont mari et femme à la ville. Il est ainsi normal qu’ils se tutoient sur la scène de l’émission, exhibant une relation de familiarité comme dans une discussion privée. Ensuite, on observe que les débatteurs abordent d’emblée la question de leur relation interpersonnelle. L’interlocution devient elle-même un objet de discours qu’on thématise, comme on l’a vu, à l’aide de nombreux signaux phatiques12. Enfin, la spécificité de la scène de ménage — la tromperie conjugale — détermine des thèmes typiques d’un cadre de discussion privée, comme le désarroi du cocu, respectivement de l’infidèle avec ses connotations négatives. À mesure que la colère de l’un des conjoints grandit, la polémique se déploie même jusqu’aux insultes.

60En parallèle à la construction de la « discussion privée » par le discours émotionnel, on observe qu’Étienne produit aussi du discours argumentatif. Attendue dans le débat de type citoyen, l’argumentation, contrairement à ce qu’on pourrait croire, n’est pas proscrite dans le débat de type témoignage. Elle manifeste cependant des propriétés spécifiques. Dans le débat citoyen, l’« argumentateur » est le porte-parole d’une voix collective représentative d’une tendance sociale. Au contraire, dans le débat témoignage, l’argumentation s’ancre dans l’espace privé de l’expérience de vie des « argumentateurs » considérés dans leur singularité de personne. Ce phénomène est manifeste dans le discours d’Étienne.

61Le mari trompé cherche à comprendre la situation en se faisant expliquer la donne. Il sollicite Marie (lignes 3 à 5), qui est très peu expansive, puis il réagit lui-même longuement (voir les lignes 27 à 38). Cette intervention d’Étienne comprend trois arguments véhiculant une image négative de Marie à l’appui d’une thèse implicite qu’on pourrait formuler comme suit : « Marie, tu t’es très mal comportée envers moi ». Le premier argument porte sur la dimension privée, ou relationnelle, de l’intimité ébranlée du couple : « [si] moi à chaque (.) pendant des (.) les vingt ans qu’on fait du théâtre ensemble si moi je commence à chaque (..) femme qui vient sur plateau que j’ai choisi occuper en m’envoyant en l’air » (lignes 30 à 33). La conclusion argumentative est évidente : « alors on fait plus de pièces ensemble c’est un bordel complet » (ligne 38).

  • 13  Voir lignes 39-41 : « étienne admet quand même que ça ne va plus entre nous depuis des mois et des (...)

62Une fois le cadre thématique posé (c’est-à-dire le théâtre amateur, passe-temps du couple, comme propice au cocufiage), Étienne produit un second argument qui porte cette fois sur la dimension publique de l’intimité ébranlée du couple. En effet, pour justifier qu’il condamne à juste titre la conduite de Marie, Étienne invoque les enjeux de la tromperie pour leur projet théâtral : « mais quand même nous sommes à quinze jours (..) nous sommes à quinze jours d’une pièce » (ligne 42). Enfin, Étienne formule un dernier argument qui évoque cette fois un enjeu social plus large que la relation de couple elle-même : « en plus il y a le maire qui vient en plus dans quinze jours » (lignes 48 et 49). Chaque fois, l’argumentation rayonne depuis un centre de gravité qui est la personne privée dans sa relation à son conjoint. Ainsi, Étienne se construit de manière collaborative comme un « argumentateur » s’appuyant localement sur des images identitaires de « mari trompé » et d’« homme affecté émotionnellement » en opposition à « femme manipulatrice » et à « femme adultère ». Marie, qui incarne ces identités montrées, cherche sans succès à se justifier en évoquant les images de « mari violent » et de « débatteur énervé » qui définissent aussi Étienne, mais de manière moins saillante13.

Conclusion

63Dans cet article, je me suis intéressé au rôle des micro unités langagières dans les phénomènes de cadrage de la communication des débats dans les médias. J’ai proposé une conception des débats qui tient compte de leur dimension langagière autant que de leur dimension communicationnelle par l’intermédiaire de la problématique générale de l’agir communicationnel.

64À des fins heuristiques, j’ai distingué la dimension typifiée et la dimension émergente des débats. La première relève d’une problématique communicationnelle témoignant d’un ancrage (macro) social des débats, alors que la seconde relève en priorité d’une problématique langagière manifestant l’ancrage (micro) linguistique des débats.

65Dans cette optique, après avoir défini trois types de débats, j’ai procédé à l’analyse d’extraits tirés de deux types différents : le débat « citoyen » et le débat « témoignage ». L’articulation raisonnée de la dimension typifiée (macro) communicationnelle et de la dimension émergente (micro) linguistique a montré comment les participants engagés dans les débats — l’animateur, les débatteurs et le public — se livrent à un travail collaboratif de cadrage des activités. À ce titre, mon attention s’est portée sur les propriétés des actes langagiers. Dans le débat citoyen, il apparaît que la négociation du sens des actes langagiers porte essentiellement sur la légitimité et la crédibilité des participants, qui représentent une précondition à l’argumentation. Au contraire, dans les débats témoignage dominent des actes à valeur expressive manifestant les émotions des débatteurs. Par là, on opère un cadrage du débat favorisant la polémique stérile parce qu’elle est à priori spectaculaire. Dans les deux cas, les actes langagiers, c’est-à-dire le niveau micro et linguistique de l’événement médiatique, contraignent le cadrage global de la communication, ce qui souligne l’importance d’une approche intégrée combinant l’analyse des aspects langagiers et communicationnels des pratiques des médias contemporains.

Haut de page

Bibliographie

ALLARD, Laurence (2005), « Express yourself 2.0 ! », dans Éric MAIGRET et Éric MACÉ, Penser les médiacultures. Nouvelles pratiques et nouvelles approches de la représentation du monde, Paris, Éditions Armand Colin, p. 145-172.

BONNAFOUS, Simone, et François JOST (2000), « Analyse du discours, sémiologie et tournant communicationnel », Réseaux, n° 100, p. 525-545.

BONNEVILLE, Luc, Sylvie GROSJEAN et Martine LAGACÉ (2007), Introduction aux méthodes de recherche en communication, Québec, Gaëtan Morin Éditeur.

BOURDIEU, Pierre (1996), Sur la télévision. Suivi de : L’emprise du journalisme, Paris, Éditions Raisons d’Agir.

BURGER, Marcel (2006a), « The discursive construction of the public and the private spheres in media debates: The case of television talk shows », Revista Alicantina de Estudios Ingleses, n° 19 (RAEI), numéro spécial Linguistic and the Media, p. 45-65.

BURGER, Marcel (2006b), « Le discours des médias comme forme de pratique sociale : l’enjeu des débats télévisés », dans Roger BLUM, Peter MEIER et Nicole GYSIN (dir.), Wes Land ich bin, das Lied ich sing : Medien und Politische Kultur, Bern-Stuttgart-Wien, Haupt Verlag, p. 287-298.

BURGER, Marcel (2008), « Analyzing the linguistic dimension of globalization in media communication: The case of insults and violence in debates », dans Daniel PERRIN et Eva Lia WYSS (dir.), Media Linguistics from a European Perspective: Language Diversity and Media Globalization in Europe, VALS/ASLA (1), numéro spécial.

BURGER, Marcel (2009), « When media information becomes a business », dans Fernando RAMALLO, Anxo LORENZO, Xoan RODRIGUEZ-YANEZ et Piotr CAP (dir.), New Approaches to Discourse and Business Communication, London, Mc Millan Palgrave, p. 116-133.

CHARAUDEAU, Patrick (2005), Les médias et l’information. L’impossible transparence, Louvain-la-Neuve, Éditions De Boeck.

CHARAUDEAU, Patrick (2008), « La justification d’une approche interdisciplinaire de l’étude des médias », dans Marcel BURGER (dir.), L’analyse linguistique du discours des médias. Entre sciences du langage et sciences de la communication, Québec, Éditions Nota bene, p. 41-57.

CHARAUDEAU, Patrick, et Rodolphe GHIGLIONE (1997), La parole confisquée, Paris, Éditions Dunod.

CLAYMAN, Stephen E. (2008), « Talk in interaction as a locus for media studies », dans Marcel BURGER (dir.), L’analyse linguistique du discours des médias. Entre sciences du langage et sciences de la communication, Québec, Éditions Nota bene, p. 83-105.

DIJK VAN, Teun A. (1990), « Social cognition and discourse », dans H. GILES et P. W. ROBINSON (dir.), Handbook of Language and Social Psychology, New York, Wiley & Sons, p. 163-183.

FILLIETTAZ, Laurent (2002), La parole en action. Éléments de pragmatique psychosociale, Québec, Éditions Nota bene.

GHIGLIONE, Rodolphe, et Alain TROGNON (1993), Où va la pragmatique ? De la pragmatique à la psychologie sociale, Paris, Presses Universitaires de France.

GOFFMAN, Erving (1991), Les cadres de l’expérience, Paris, Éditions de Minuit.

HAARMAN, Louann (2001), « The performing talk », dans Andrew TOLSON (dir.), Television Talk Shows, London, Lawrence Erlbaum Associates, p. 31-64.

HUTCHBY, Ian (1999), « Rhetorical strategies in audience participation debates on radio and TV », Research on Language and Social Interaction, 32 (3), p. 243-267.

HUTCHBY, Ian (2001), « Confrontation as a spectacle : The argumentative frame of the Ricki Lake Show », dans Andrew TOLSON (dir.), Television Talk Shows, London, Lawrence Erlbaum Associates, p. 173-192.

JACOBS, Geert (1999), Preformulating the News, Amsterdam, Benjamins Publishing Company.

KRIEG-PLANQUE, Alice (2007), « Sciences du langage et sciences de l’information et de la communication : entre reconnaissances et ignorances, entre distanciations et appropriations », dans Frank NEVEU et Sabine PÉTILLON, Sciences du langage et sciences de l’homme, Limoges, Éditions Lambert-Lucas, p. 103-119.

Krieg-Planque, Alice (2008), « La notion d’<observable en discours>. Jusqu’où aller avec les sciences du langage dans l’étude des pratiques d’écriture journalistique ? », dans Marcel Burger (dir.), L’analyse linguistique du discours des médias. Entre sciences du langage et sciences de la communication, Québec, Éditions Nota bene, p. 59-81.

LEVINSON, Stephen (1992) « Activity types and language », dans Paul DREW et John HERITAGE (dir.), Talk at Work: Interaction in Institutional Settings, Cambridge, Cambridge University Press, p. 66-100.

LIVINGSTONE, Sonia, et Peter LUNT (1994), Talk on Television. Audience Participation and Public Debates, London, Routledge.

MARTEL, Guylaine (2008), « Un point de vue interactionnel sur la communication médiatique », dans Marcel BURGER (dir.), L’analyse linguistique du discours des médias. Entre sciences du langage et sciences de la communication, Québec, Éditions Nota bene, p. 113-132.

MUCCHIELI, Alex (2005), « L’approche communicationnelle », dans Philippe CABIN et Jean-François DORTIER (dir.), La communication. États des savoirs, Auxerre, Sciences humaines Editions, p. 189-201.

MYERS, Greg (2001), « I’m out of it; you guys argue: making an issue of it on the Jerry Springer Show », dans Andrew TOLSON (dir.), Television Talk Shows, London, Lawrence Erlbaum Associates, p. 173-192.

SCOLLON, Ronald Th. (1998), Mediated Discourse as Social Interaction. A Study of News Discourse, London, Longman.

SHATTUC, Jane M. (1997), The Talking Cure. The Talk Shows and Women, London, Routledge.

SIRACUSA, Jacques (2001), Le JT machine à décrire. Sociologie du travail des reporters à la télévision, Paris, Éditions De Boeck.

TOLSON, Andrew (2001), « Introduction: The talk show phenomenon » et « Talking about talk: The academic debates », dans Andrew TOLSON (dir.), Television Talk Shows, London, Lawrence Erlbaum Associates, p. 7-30.

VANDERVEKEN, Daniel (1992), « La théorie des actes de discours et l’analyse de la conversation », Cahiers de linguistique française, n° 13, p. 9-61.

VINCENT, Diane, Olivier TURBIDE et Marty LAFOREST (2008), La radio X, les médias et les citoyens. Dénigrement et confrontation sociale, Québec, Éditions Nota bene.

Haut de page

Notes

1  Pour une définition et une discussion des enjeux d’une interdisciplinarité focalisée, voir Charaudeau (2008).

2  Voir Bonneville, Grosjean et Lagacé (2007), pour la légitimité intellectuelle, et Krieg-Planque (2007), pour la légitimité institutionnelle.

3  Formé par le média qui l’emploie, l’animateur n’est pas soumis aux mêmes normes éthiques et déontologiques que les journalistes.

4  On peut aussi parler de « multiple activity » (Jacobs, 1999 : 22), de « complex site of engagement » (Scollon, 1998 : 55) ou de « polyfocalisation » (Filliettaz, 2002 : 96).

5  Les conventions de transcription, minimales, sont les suivantes : (.), (..) ou (...) indiquent les pauses courtes et moyennes ; les soulignements indiquent des chevauchements de paroles ; (XXXXX) indique des paroles inaudibles ; les annotations entre [crochets droits] informent des réalités non verbales, notamment les modes de filmage ; les majuscules indiquent que le locuteur élève la voix, voire crie ; dans la marge de gauche est indiqué, par le nom du locuteur en cours, le statut de chaque participant « ratifié » ; les numéros dans la marge de gauche renvoient aux lignes du texte retranscrit.

6  Pour Goffman (1991), ces éléments fondent une précondition sociale à la communication. Dans une optique austino-searlienne, l’identité sociale pertinente constitue un des aspects des conditions dites « préparatoires » des actes de discours.

7  À cela s’ajoute encore que l’animateur rejoint le public jusque dans l’arrière salle, laissant par là physiquement la scène aux participants.

8  C’est-à-dire les phases 2 d’une séquence.

9  Exactement comme dans le cours d’une conversation ordinaire, les interlocuteurs ont automatisé les critères des moments propices à un changement de tour de parole.

10  On peut faire l’hypothèse qu’un statut de participant « ratifié » est conféré au public dès que la caméra montre en gros plan un membre, ou en plan large l’ensemble de l’audience en studio

11  On peut interpréter de la même manière la réaction du public : « tortionnaire » (ligne 70), que je ne commenterai pas.

12  Voir : « écoute écoute écoute », « j’attends c’que tu vas raconter » (lignes 1 à 4) ou « y a pas grand-chose à ajouter », « attends laisse-moi t’expliquer » (lignes 7 et 24).

13  Voir lignes 39-41 : « étienne admet quand même que ça ne va plus entre nous depuis des mois et des mois (..) la preuve elle est là (.) tu ne fais que gendarmer ma vie ».

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Les catégories de débats médiatiques
URL http://communication.revues.org/docannexe/image/3064/img-1.png
Fichier image/png, 42k
Titre Figure 2. L'activité de débat médiatique
URL http://communication.revues.org/docannexe/image/3064/img-2.png
Fichier image/png, 23k
Titre Figure 3. Le dispositif scénique d’Infrarouge
URL http://communication.revues.org/docannexe/image/3064/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Titre Figure 4. Le dispositif scénique de Ça va se savoir
URL http://communication.revues.org/docannexe/image/3064/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Titre Figure 5. Le débatteur Blanchard en action
URL http://communication.revues.org/docannexe/image/3064/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre Figure 6. Le débatteur Étienne en action
URL http://communication.revues.org/docannexe/image/3064/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 79k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marcel Burger, « Le cadrage de la communication dans les médias », Communication, Vol. 27/2 | 2010, 18-50.

Référence électronique

Marcel Burger, « Le cadrage de la communication dans les médias », Communication [En ligne], Vol. 27/2 | 2010, mis en ligne le 14 août 2012, consulté le 23 mars 2017. URL : http://communication.revues.org/3064 ; DOI : 10.4000/communication.3064

Haut de page

Auteur

Marcel Burger

Marcel Burger est Maître d’enseignement et de recherche à la Faculté des lettres et membre du Laboratoire d’analyse linguistique des discours médiatiques (LALDIM), Université de Lausanne. Courriel : Marcel.Burger@unil.ch

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org