Navigation – Plan du site
Articles

Genre médiatique, activités linguistiques et degré d’interactivité

Le cas du talk-show
Mats Forsgren et Françoise Sullet-Nylander
p. 76-101

Résumés

L’étude porte sur deux talk-shows : Vie privée, vie publique et On ne peut pas plaire à tout le monde. Les auteurs dégagent les traits linguistico-discursifs du genre et les différences des deux émissions quant au rôle de l’animateur, au mode de questionnement, au registre et au degré d’interactivité.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Cette définition du talk-show nous est fournie par le Dictionnaire culturel en langue française (2 (...)
  • 2  Selon Backer (2003), « une interaction (« inter-action », « action entre ») est une suite d’action (...)

1Dans cet article, nous nous intéresserons au genre médiatique du talk-show. Au sein de ce que Kerbrat-Orecchioni (2005) appelle « la grande famille des interactions médiatiques », il semblerait relativement « naturel » de proposer que le talk-show, « émission de télévision consistant en une conversation entre un animateur et ses invités »1, constitue le genre médiatique le plus interactif ; en effet, le type d’interaction2 mis en place semble se rapprocher de la « conversation informelle ». Cependant, à l’intérieur de la catégorie appelée « talk-show », il semble raisonnable de poser en première hypothèse qu’aussi bien le type que le degré d’interactivité sont susceptibles de varier en fonction du script choisi par son animateur. On est ainsi fondé à se poser la question suivante : le talk-show constitue-t-il un genre homogène, ou peut-on, sur la base d’observations empiriques, y distinguer des sous-genres, et, dans ce cas-là, quel est le sous-genre qui s’approche le plus de la conversation informelle ordinaire ?

  • 3  Cette émission de télévision a été diffusée sur France 3 de septembre 2000 à juin 2006 et était an (...)
  • 4  « Les usages de la langue ne sont pas les mêmes dans les bulletins d’information, dans les intervi (...)

2Après de brèves remarques sur le corpus et la méthode, nous passerons à une analyse linguistico-discursive de deux émissions : Vie privée, vie publique (France 3) et On ne peut pas plaire à tout le monde3. L’examen proprement linguistique portera plus particulièrement sur la construction des énoncés dans l’interaction. L’analyse discursive visera surtout la mise en scène du questionnement, l’acte de parole si caractéristique de ce genre d’émission. En partant de l’aspect relativement formel des questions posées par les deux animateurs, nous en étudierons les régularités et les variations au cours des interactions dans chacun des talk-shows. Nous nous intéresserons ensuite, dans les deux émissions, aux séquences narratives, descriptives et argumentatives. Ces examens du matériau linguistique et des séquences discursives, complétés par des observations d’ordre phonétique, nous amèneront à formuler quelques remarques sur la variété prépondérante de langue dans nos deux émissions, ainsi que sur l’éventuelle variation registrale ou diaphasique des participants. Tout en émettant des réserves sur la portée générale de nos observations, il est cependant intéressant de noter certaines tendances de la part des animateurs, comme des participants, et notamment en termes d’une éventuelle accommodation registrale entre les interlocuteurs4.

3Toutes nos observations nous reconduiront à la question fondamentale de cette étude : le talk-show constitue-t-il un genre homogène, ou peut-on distinguer des variantes, en fonction du type et du degré d’interactivité ?

Problématique des genres en général et des genres de l’oral en particulier

4On le sait, la notion de « genre » remonte à l’Antiquité ; elle a été exploitée par la suite dans la recherche et la critique littéraires. Dans ce type de recherches, les productions langagières écrites sont répertoriées en fonction de leurs caractéristiques communes. Au fil des avancées de la recherche sur le statut générique des textes littéraires, on a pu poser deux grands types de critères de classification des œuvres : le rapport du texte à la réalité et son organisation textuelle et énonciative (Charaudeau et Maingueneau, 2002).

La notion de « genre » en analyse du discours

  • 5  Signalons toutefois, entre autres, les travaux de Patrick Charaudeau (1997 et 2001) sur la questio (...)

5L’analyse du discours (y compris l’analyse conversationnelle) a repris la notion de « genre » pour l’appliquer à des productions non littéraires aussi bien écrites qu’orales, même si les premières ont été traitées de manière plus systématique. On peut donc avancer, à l’instar de Kerbrat-Orecchioni et Traverso (2004), que la notion même de genre s’est élaborée dans la perspective de l’écrit et que les classifications des genres de l’oral sont encore peu homogènes5. Les œuvres littéraires consacrées, comme les productions textuelles de la presse écrite, sont le résultat de routines, de comportements stéréotypés qui se sont stabilisés au fil du temps, bien que sujettes à une variation continuelle (Maingueneau, 2007). En revanche, les productions orales n’ont fait l’objet de recherches que très récemment, ce qui a entraîné un certain retard.

« Types d’interactions et genre de l’oral »6

  • 6  Titre de l’article de Kerbrat-Orecchioni et Traverso (2004) paru dans le numéro 153 de Langages.

6Dans leurs travaux sur les genres de l’oral, Kerbrat-Orecchioni et Traverso (2004) considèrent que l’on « peut difficilement décrire une interaction quelconque sans prendre en compte le genre dont elle relève, les genres étant établis comme des catégories abstraites qui regroupent, sur la base d’un certain nombre de critères, des unités empiriques se présentant sous forme de <textes> ou de <discours> ». Ainsi, selon ces auteures, la notion de « genre » comporte deux composantes : l’une textuelle et l’autre discursive. Elles distinguent deux « genres » correspondant, pour le premier, à des catégories de textes plus ou moins institutionnalisés, et pour le second, à des types de discours regroupés autour de traits rhétorico-pragmatiques. Tentant de catégoriser les genres de l’oral, elles partent d’une distinction similaire. Les uns correspondent à des « événements de communication » (les G1) définis sur la base de critères « externes » liés au contexte situationnel, tandis que les « activités discursives » (les G2) sont catégorisées à partir de critères « internes », c’est-à-dire sur le matériau linguistique et l’organisation discursive. Il s’agit de catégories comme la narration ou l’argumentation, mais aussi de macroactes tels que la plainte, la confidence, la vanne… (Kerbrat-Orecchioni et Traverso, 2004).

Le genre talk-show

7Dans une approche psycho-discursive du talk-show, Charaudeau et Ghiglione (1997) démarquent ce genre télévisuel des débats télévisés de type Les dossiers de l’écran ou Bouillon de culture par la thématique et par le mode de gestion de la parole qu’il engendre. Selon ces chercheurs, les débats télévisés mettent l’accent sur la « problématisation de domaines de représentation de la pratique sociale », tels que le politique ou le scientifique, tandis que la thématique du talk-show est le plus souvent celle de faits de société qui ne seront pas nécessairement « problématisés, mais traités sur le mode de l’expérience personnelle ». De plus, ils soulignent le caractère souvent « conflictuel » de la parole qui émane du talk-show.

8Plusieurs propriétés psycho-discursives du talk-show sont mises en avant par Charaudeau et Ghiglione (1997) :

  1. la place importante qu’y occupe la sphère privée, voire l’intime ;

  2. la mise en scène d’une parole fonctionnant comme un simple « signifiant » (sans signifié). La parole émise par le talk-show, qu’elle soit polémique ou intimiste, est autosuffisante, pourrait-on dire ; elle se déploie en boucle, sans véritables enjeux idéologiques ;

  3. la mise en scène d’une parole du « moi-nous », où le « moi » est censé légitimer certains comportements ou modes de penser collectifs ;

  4. le mélange du public et du privé, du sérieux et du divertissement.

9Nous reviendrons sur certaines de ces propriétés au cours de l’analyse et dans notre conclusion.

Le sous-genre « télé-confession »

10Au sein du genre talk-show, une activité discursive a pris de plus en plus de place au cours des dernières décennies : la « télé-confession ». Dans deux documentaires intitulés Les pionniers de l’intime et Télé-confession : grands prêtres et dérives, présentés sur France 2 en 2006, Marie Desmeuzes et Richard Cannavo datent l’apparition de la « télé-confession » aux années 1950-1960. Depuis, la télévision n’a cessé de s’immiscer dans l’intimité des gens. Les réalisateurs dénoncent plus particulièrement ce qu’ils appellent « les dérives » de la télé-confession, avec le caractère voyeuriste de certaines émissions conduisant à une forme « d’exhibitionnisme ». On y souligne pourtant aussi la « diversité » des façons de témoigner et l’on qualifie ce type d’émission d’« incontournable confessionnal moderne ».

11En particulier l’une des émissions analysées ici, Vie privée, vie publique, relève pleinement de cette activité discursive de confession, comme nous le verrons dans la section suivante.

Corpus et méthode

12Chaque émission de Vie privée, vie publique décline un thème de société tournant la plupart du temps autour de la famille ou du couple mais aussi des (bons et mauvais) sentiments. Des personnes anonymes, mais aussi des personnalités de la politique ou du show-business viennent répondre aux questions « intimes » de Mireille Dumas. Le thème de l’émission analysée (diffusée le 17 décembre 2005) tourne autour du thème de la famille : « Jamais sans ma famille ». Les participants sont au nombre de 16.

13Selon Marc-Olivier Fogiel, l’animateur de On ne peut pas plaire à tout le monde, l’émission traite de toutes les actualités, des plus graves aux plus drôles. Chaque semaine, Marc-Olivier Fogiel, en compagnie de son chroniqueur, Guy Carlier, reçoit environ 10 invités et aborde une dizaine de thèmes. L’émission analysée a été diffusée le 4 décembre 2005.

14Dans ces deux talk-shows, l’animateur occupe une place centrale en tant qu’initiateur des interactions verbales, mais c’est dans Vie privée, vie publique que la communication entre l’animatrice et ses invités se fait ouvertement sur le mode de la confession : les personnes publiques invitées sur le plateau se livrent à des confessions concernant leur vie privée, comme l’indique déjà l’intitulé de l’émission.

  • 7  Ces matériaux font partie d’un corpus en cours de construction et de traitement au sein du Départe (...)

15Les deux émissions, enregistrées d’abord en format VHS, ont été exploitées grâce à des fichiers numériques (format Quick Time), soutenus par des transcriptions en principe orthographiques7. Les reportages ayant été exclus de l’analyse, la taille des deux émissions, calculée sur les versions transcrites, est relativement comparable : 118 Kb pour On ne peut pas plaire à tout le monde vs 101 Kb pour Vie privée, vie publique.

16Par la combinaison de deux paradigmes méthodologiques — l’analyse linguistique et l’analyse du discours —, nous serons en mesure de fournir des réponses au moins préliminaires aux questions de recherche formulées dans l’introduction.

Analyse linguistico-discursive

17Nous commencerons l’analyse des talk-shows par un examen général des caractéristiques principales de la construction phrastique des deux productions pour nous intéresser ensuite aux séquences discursives, plus particulièrement au mode de questionnement de l’animateur, mais aussi aux séquences narratives, descriptives et argumentatives. Enfin, nous terminerons par quelques remarques sur l’interactivité et le fonctionnement des tours de parole. Comme nous l’avons dit, ces observations linguistico-discursives nous serviront d’indices pour des conclusions concernant la question de genres et la pratique langagière dans l’interaction.

Construction des énoncés dans l’interaction

18Dans les deux émissions, les énoncés sont très souvent formés sur différents modes de parataxe, tout d’abord — mais c’est là une structure typique de l’introduction à l’émission — le format de rubrique. Chez Mireille Dumas, il s’agit de phrases « canoniques » entières, mais qui s’entassent, sans ligateurs/connecteurs.

  • 8  Vie privée vie publique.
  • 9  Mireille Dumas.

(1)VP8 MD9

Bonsoir la famille serait-elle en pleine révolution de grands enfants qui ont du mal à quitter le domicile familial ou qui reviennent des parents âgés dont il faut s’occuper serions-nous en train de devenir des enfants et des parents à vie que faire pour concilier amour et besoin d’indépendance vis-à-vis de ceux qui nous ont mis au monde…

19Chez Marc-Olivier Fogiel, par contre, il s’agit d’une série de séquences parataxiques organisées informationnellement en thème-rhème, parfois sans copule, au sens phrastique du terme, parfois avec une relative appositionnelle qui porte en fait la partie rhématique de l’énoncé.

  • 10  On ne peut pas plaire à tout le monde.
  • 11  Marc-Olivier Fogiel.

(2)ON10 MOF11

[on y vient dans un instant] Corneille son album magnifique

Vous verrez tout à l’heure et Marie-Anne en attendant les Bronzés sur scène pour Le Butin Patrick qui va sortir un livre dans quelques mois sur la télé Putain d’Audience à la: sur la couverture du livre un clown qui se suicide ce clown qui se suicide ç’aurait pu être vous puisque [l’ave:z]

20En général, la parataxe est bien plus fréquente chez Marc-Olivier Fogiel, au point que cela semble appartenir à son style personnel. Ce style est d’ailleurs fortement empreint par un débit extrêmement rapide et percutant, ce qui doit sans aucun doute amener à de nombreuses replanifications de l’énoncé, à des entassements de bribes de phrases canoniques, la plupart du temps sans connecteurs ni autres anaphores.

(3)ON MOF

ben ouais le Pygmalion de la semaine vous allez nous présenter votre nouveau poulain il a une histoire absolument incroyable d’ailleurs vous aimez bien d’ailleurs ce côté mentor Mylène Farmer pour Alizée par exemple Gainsbourg pour Jane Claude François pour Alain Chamfort les pygmalions de la chanson d’abord regardez le reportage de Marie-Laurence Rincé vous nous présentez après Yves Jamait et vous nous (parlez) évidemment de vos chansons à boire même si vous n’aimez pas (RIRE) (le titre)

21Une autre forme de parataxe est le discours rapporté direct, au lieu de la subordination par que, qui apparaît dans les deux émissions, à plusieurs reprises.

  • 12  Chanteur, Gérard Berliner a connu le succès avec son album Chien de voyou en 1994. Il a monté un s (...)

(4) ON MAC

c’est pour ça qu’on nous dit que Les Bronzés la pression de chiffre on a pas du tout fait le film en pensant au chiffre on s’est dit est-ce qu’on va se retrouver (nous) tous ensemble et avec Fechner et à faire cette équipe et à retrouver la le plaisir et

(5) ON GE12

elle arrive elle commence sa réplique et elle est morte de rire elle fait un rire bizarre et je comprends pas pourquoi et la réalisatrice ne dit pas que c’est pas bien et moi je dis c’est bizarre elle joue bizarrement je comprends pas

22À ce propos, il est intéressant de noter, chez un locuteur, une correction de parataxe en hypotaxe.

(6)VP GB

oui j’ai dit tu avais que tu avais tes tes preuves tes raisons que je jugeais pas

  • 13  Chez Morel et Danon-Boileau (1998), les éléments disloqués à gauche sont appelés « support lexical (...)
  • 14  SV = syntagme verbal ; P = phrase ; SN = syntagme nominal.

23Les dislocations ne sont pas particulièrement fréquentes dans nos deux émissions, ce qui en étonnerait peut-être plus d’un, étant donné que cette structure, à fonctions thématisantes différentes (Fradin, 1990 ; Riegel et al., 1994 ; Blanche-Benveniste, 1997 ; Rossi, 1999 ; Morel et Danon-Boileau, 1998)13, est souvent donnée comme indice d’un registre plutôt informel, notamment celui de la conversation spontanée. En fait, elle n’apparaît ici qu’une dizaine de fois. À peu près autant employée est la pseudo-clivée, en ce qui/que SV, c’est que P/c’est SN14 (Blanche-Benveniste, 1997 ; Roubaud, 2000) : à une variable présentée comme présupposée et repérable dans le contexte antérieur ou situationnel (ce qui/que SV) est associée une valeur (sous forme d’un SN ou d’une phrase).

  • 15  Depuis 1998, Patrick Sébastien est le producteur et l’animateur de l’émission Le plus grand cabare (...)

(7) ON PS15 

j’essaie de le mieux possible elle est venue dans mon émission

MAC

[absolument]

PS

[je pense qu’on s’est] bien amusés

MAC

et [moi]

MOF

[ouais]

MAC

ce qui me touche beau[coup chez Patrick]

PS

[je respecte XX]

MOF

[Marie-Anne]

PS

[XXXXX]

MAC

[c’est que justement c’est] c’est vraiment quelqu’un qui aime les artistes

  • 16  « Les passifs canoniques des petites grammaires scolaires, la souris est mangée par le chat, sont (...)

24On le constate tout de suite : ni dans Vie privée, vie publique, ni dans On ne peut pas plaire à tout le monde, on ne trouve d’énoncés construits en diathèse passive16 à part les rares exemples suivants : « […] étais obsédé par […], ne pas être agressé […], ç’a été tourné […] »

  • 17  Pour une intéressante exception, voir Blanche-Benveniste (1998) : il s’agit de séquences du type U (...)

25Deuxième absence, quasi totale elle aussi : celle des constructions appelées appositives (voir surtout Neveu, 2000 ; Forsgren, 2000). En effet, cette observation rejoint celle de Forsgren, selon laquelle les appositions (dont les nominales et surtout les adjectivales) sont quasiment absentes du registre informel (les conversations informelles17). Et si l’on en trouve, ce sont pratiquement toujours ce qui a été appelé les appositions « canoniques », les appositions « équatives » ou « identifiantes ».

  • 18  Prononcé avec une pause intonative entre télé et Patrick. Même chose dans l’exemple suivant.

(8) ON MOF

Merci d’accueillir le recordman de l’audience télé Patrick Sébastien18

(9) ON GE

[eu::h] ouais c’est que euh c’est Christian Fechner le producteur du film qui m’avait dit un truc très juste il m’a dit

26Nous aurons l’occasion de revenir à d’autres cas de constructions appositives plus loin, à propos de la variation diaphasique.

Séquences discursives

  • 19  Les pionniers de l’intime et Télé-confession : grands prêtres et dérives présentés sur France 2 en (...)
  • 20  Termes empruntés à Charaudeau et Ghiglione (1997).

27Si, comme le soulignent les réalisateurs de documentaires19 Marie Desmeuzes et Richard Cannavo, la télévision « s’est mise à écouter », il lui faut aussi trouver les moyens de faire parler. C’est par cette problématique du mode de questionnement opéré par l’animateur que nous reprendrons ici l’analyse discursive. Dans le cas de On ne peut pas plaire à tout le monde, on a affaire à une parole polémique, tandis que dans Vie privée, vie publique, il s’agit d’une parole introspective20, ce qui, en hypothèse du moins, influe sur le mode de questionnement et le degré d’interactivité.

Acte de questionner et syntaxe de la question en interaction

28Dans le talk-show, le « maître de la question » est sans conteste l’animateur, même si on peut estimer, vu le nombre de participants, qu’il en détient moins le monopole que le journaliste d’une interview politique. Comme le montrent Charaudeau et Ghiglione (1997), le talk-show se distingue du « débat » du point de vue de la thématique, de la visée et de la gestion de la parole, mais le moteur commun à ces deux genres médiatiques n’en reste pas moins l’échange de paroles et donc, en amont, le questionnement.

29Existe-t-il une « mise en scène » spécifique du questionnement de ce lieu de paroles ? En analysant le mode de questionnement des deux talk-shows sélectionnés, nous nous baserons sur les paramètres mis en place par Kerbrat-Orecchioni (2001) pour la classification des actes de questionner :

  • la nature des marqueurs de la valeur illocutoire ;

  • les raisons qui font que l’on sollicite d’autrui telle ou telle information et les conditions de réussite auxquelles est soumise la question ;

  • la nature particulière de l’information demandée et la fonction conversationnelle de la question.

  • 21  La question totale, à laquelle on peut répondre par oui ou non (et peut-être même par « oui et non (...)

30Selon Mosegaard-Hansen (2001), l’alternance des trois variantes de la question totale21 : inversion/est-ce que/intonation ascendante ne dépend pas uniquement du registre. Le degré de « formalité » ne constituerait qu’un épiphénomène derrière lequel se cacheraient d’autres paramètres sémantiques et pragmatiques plus solides. Deux grandes propriétés sont attribuées aux questions totales :

  • Le locuteur signale à l’interlocuteur qu’il est pertinent de se poser une question sur la validité du contenu propositionnel exprimé ;

  • Le locuteur demande une réaction de l’interlocuteur au sujet de cette proposition.

31Les questions avec inversion et avec « est-ce que » ont grammaticalisé la première de ces propriétés, avec en plus pour « est-ce que » une construction plus « emphatique ». Pour la troisième variante, c’est l’intonation ascendante qui signale l’incertitude et entraîne une ouverture, un appel vers l’interlocuteur. Ce dernier type de question renferme donc plus systématiquement la deuxième des propriétés.

32Le statut des participants ainsi que leur relation d’égalité ou d’inégalité dans l’interaction sont également susceptibles d’influer sur la forme des questions (Mosegaard-Hansen, 2001). Les interrogations avec inversion et avec « est-ce que » se prêteraient mieux à la relation de « déférence » entre les partenaires, étant donné qu’elle codifie explicitement l’incertitude sur le contenu de la proposition. En revanche, l’interrogation intonative serait plus prévisible dans un contexte informel où les participants sont à égalité dans l’interaction.

Questionnement et rôle de l’animateur dans Vie privée, vie publique

33Au début de son émission, Mireille Dumas, l’animatrice, introduit ainsi la problématique de celle-ci.

(10)

Bonsoir. La famille serait-elle en pleine révolution ? De grands enfants qui ont du mal à quitter le domicile familial ou qui reviennent. Des parents âgés dont il faut s’occuper. Serions-nous en train de devenir des enfants et des parents à vie ? Que faire pour concilier amour et besoin d’indépendance vis-à-vis de ceux qui nous ont mis au monde ? Alors, réponses à ces questions qui nous concernent tous. Alors, Franck de la Personne, cinéma théâtre euh ou télévision. On vous voit partout.

34Le sujet de l’émission est présenté comme une véritable « question de société » avec des mots forts (« en pleine révolution »), une société qui serait en mutation (« Serions-nous en train de devenir... »). Mireille Dumas enchaîne très rapidement des questions totales avec inversion,
et des questions partielles (« Que faire pour concilier amour et besoin d’indépendance... ») en assertions venant renforcer l’acte de questionnement. La fonction de la question ici est de lancer le macrothème de l’émission. Les deux premières questions, de type « rhétorique », sont orientées vers une réponse positive et rappellent les questions introduisant le thème de débats télévisés.

35L’énonciation très articulée de Mireille Dumas ainsi que la réalisation de toutes les liaisons facultatives (« serions-nous en train ») renforcent l’effet « didactique » du mode de questionnement. Le ton est magistral. Le rôle des invités est clair dès l’accroche : les invités de Mireille Dumas viennent témoigner sur un sujet touchant la société entière (« questions qui nous concernent tous »).

36Au delà de cette introduction monologale de Mireille Dumas, le reste de l’émission se déroule sur le mode dialogal. Les échanges se déroulent quasi continuellement sur le mode de questions-réponses de l’animatrice vers les invités, bien qu’il y ait aussi des interactions spontanées entre les participants.

37Le mode de questionnement le plus fréquent se fait par la prosodie, selon un schéma mélodique ascendant. Il s’agit de questions appelant une confirmation (« semi-questions »/« semi-assertions »), comme dans les exemples (11) et (12), où l’acte d’assertion prime, mais appelle une réaction de Renée (Re), mère de Gérard (GB).

(11)MD

[vous le vou-] vous le voulez pour vous toute seule votre fil[s]/

Re

[n]on mais eu:h

GB

ça dépend si si

Com

(rires des participants)

MD

[non ou oui] /

(12)MD

euh Gérard donc on parle de vous comme si euh vous n’étiez que le : le fils de Renée mais vous êtes père /

GB

[ah oui c’est vrai je suis père oui ah je

MD

[vous êtes mais mais parce que c’est parce que on a] vous n’êtes pas vous [euh célibataire

38Une autre caractéristique de la formulation de la question chez Mireille Dumas est le marqueur hein en fin d’énoncé, marqueur de familiarité. Il s’agit ici aussi davantage d’une demande de confirmation que de celle d’une information. Signalons d’ailleurs que Mosegaard Hansen (2001) n’inclut pas les « tags » du type non ou hein dans ses 247 exemples. Elle considère en effet que la question avec hein (ou non) ne possède pas les mêmes caractéristiques que les trois questions par inversion/est-ce que/intonation. Ces questions avec « tags » sont orientées vers le positif. En voici un exemple dans la production de Mireille Dumas :

(13) MD

[donc]à ce moment-là vous serez obligés d’être a[dulte]

FDLP

[bien s]ûr bien sûr

MD

sortir du rôle d’enfant [hein]

FDLP

[tout]à fait oui mais je c’est pour ca que je profite au maximum des moments euh de : de : moi je fais le bébé avec ma mère hein [je]

39Les quelques occurrences de questions avec « est-ce que » se trouvent, en grande partie, en fin d’émission :

(14) MD

alors c’est vraiment euh Mia votre votre mère qui est aussi arrière-grand-mère des des petits-enfants qui incarne cette maison malheureusement quand elle disparaîtra est-ce que vous continuerez à vivre de la même manière est-ce que ce sera la même chose

An

ça remettra pas les choses en cause mais ça sera autre chose

40Au cours de cet entretien entre Mireille Dumas, Barbara (jeune femme adoptée) et sa mère adoptive, les échanges sont beaucoup plus longs, ce qui dénote une plus grande réflexion et engendre des questions « de fond » sur un sujet plus « sérieux ». Mireille Dumas n’est pas toujours aussi « directe », elle prend des précautions oratoires, ce qui peut entraîner, comme en (15), une formulation « filée » de la question.

(15) MD

alors j’aimerais quand même vous poser une dernière question Gérard Berliner on parle de vous là en tant que fils

GB

oui

MD

bon il faut dire que votre maman euh (là) c’est une vraie vraie maman

Re

c’est trop

MD

presque trop

Re

ah

MD

oui presque trop on peut vous le dire vous le savez Renée

Com

(rires des participants)

Re

non

MD

non (RIRE)

Com

(rires des participants)

MD

alors je [disais donc]

GB ?

[xxx]

MD

euh Gérard donc on parle de vous comme si euh vous n’étiez QUE le : le fils de Renée mais vous êtes père /

GB

[ah oui c’est vrai je suis père oui ah je]

41Dans cet échange, Re se prend au jeu de la « thérapie » et cherche à savoir si elle « est trop ». Elle est donc demandeuse d’une explication sur son comportement, ce qui entraîne un certain retardement de la question de Mireille Dumas adressée à Gérard Berliner. La mère de Gérard (Re) « revient à la charge » douze répliques plus tard :

(16) MD

(et) cette relation père-fils ne vous manque pas vous ne vous dites pas maintenant euh finalement ça serait bien d’introduire cette relation-là

GB

bien sûr que je me le dis puisque ce que je souhaitais à tout prix c’est c’était de ne pas reproduire le même schéma bien entendu

Re

vous trouvez que c’est trop /

42Elle fait perdre la face à l’animatrice et l’oblige à justifier son jugement après coup.

(17) MD

c’est à moi de (de) poser des questions

com

(rires des participants)

Re

non mais [xxx ]

FLDP

[non mais laisse] non mais laisse-la parler attends non [arrête]

MD

[non je vous] trouve merveilleuse voi[là je vous trouve merveil]leuse

43Pour les questions partielles aussi, la forme la plus fréquente est celle sans inversion sujet-verbe. Les mots interrogatifs les plus employés sont « pourquoi », « qu’est-ce que » et « comment ». Ceux-ci sont employés au début des échanges lorsqu’il y a une « vraie » demande d’information et d’explication.

(18) MD

alors pour leur dire quoi pourquoi vous les appelez aussi souvent à quarante-deux [ans]

FDLP

[mais] c’est-à-dire que dans (les) bons alors dix-sept fois je ne fais pas je ne compose peut-être pas dix-sept fois le numéro

  • 22  Animatrice de Psyshow interviewée dans le documentaire télévisuel Les pionniers de l’intime.

44Par son questionnement, l’animatrice opère une « fusion » des rôles de confidente et de « thérapeute cathodique ». Mireille Dumas se place ainsi dans une certaine tradition féminine de la télévision française : Eliane Victor, Les femmes aussi (1965) ; Denise Glazer, Discorama ; Pascale Breugnot, Psyshow (1983), France Roche, Sexy Folies (1986), où les animatrices, par un mode de questionnement intimiste, font parler les gens d’eux-mêmes. Comme le souligne Breugnot22, « Les femmes sont moins préoccupées du qu’en-dira-t-on », surtout dans les années 1960 où la télé est encore bridée par le politique et le moral.

45Nous nous sommes intéressés à la nature morphosyntaxique des questions posées, à leur fonction conversationnelle et au type d’information demandée par l’animatrice de Vie privée, vie publique. Passons à présent à l’étude de ces mêmes paramètres dans On ne peut pas plaire à tout le monde.

Questionnement et rôle de l’animateur dans On ne peut pas plaire à tout le monde

46Contrairement à Mireille Dumas, Marc-Olivier Fogiel ne fait pas d’introduction avec l’annonce d’un thème privilégié. Au contraire, l’accent est mis tout de suite sur la diversité des sujets (« Il y en aura pour tous les goûts ») et sur l’interactivité. On est d’emblée dans le divertissement et la diversité, une émission de variétés avec des applaudissements du public à chaque entrée en scène.

  • 23  Guy Carlier a coanimé l’émission On ne peut pas plaire à tout le monde de septembre 2004 à juin 20 (...)

(19) MOF

Bonsoir, bonsoir. (applaudissements dans la salle)

Il y en aura pour tous les goûts avec Guy Carlier. Bonsoir Guy.

 GC23

Bonsoir Marc. Bonsoir.

 MOF

Merci d’accueillir le recordman de l’audience télé Patrick Sébastien. L’excellent Corneille et Marie Anne Chazel. Patrick Sébastien, Corneille, Marie Anne Chazel. (applaudissements)

 MOF

merci merci Corneille

47Les questions de Marc-Olivier Fogiel sont souvent aussi des « entre-deux » : assertion-question. Pourtant, il adopte, nettement plus que Mireille Dumas, une posture d’asserteur. Cet effet assertif est d’autant plus fort que l’animateur lit à de nombreuses reprises, à un très haut débit, certains propos tenus par ses invités ou sur eux dans la presse, ce qui tient lieu de déclencheur d’échanges. Marc-Olivier Fogiel demande alors à ses invités de réagir. L’effet interrogatif est déclenché par l’arrêt brutal du débit de l’animateur. Les tours de parole sont extrêmement rapides.

48À plusieurs reprises, comme ici, le discours rapporté direct parataxique constitue une manière pour l’animateur de lancer l’échange. La citation lue dévoile un aspect très personnel de la vie de l’invité interrogé. La fonction de ce discours rapporté suivi d’une question totale intonative ou d’une question partielle, déclarative avec interrogatif postposé (quoi) est celle d’une demande de confirmation et/ou d’explication, comme ici, au début de l’interview avec le chanteur Corneille24 (Co).

(20) MOF

et vous écrivez vous dites j’ai compris qu’il peut y avoir des morts gratuites être survivant ne l’est jamais vous vouliez dire quoi Corneille en disant [ça] \

Co

[pardon] j’ai rien compris

MOF

vous avez dit j’ai compris qu’il peut y avoir des morts gratuites

Co

[Ouais]

MOF

[êt]re un survivant ne l’est jamais vous voulez dire quoi qu’aujourd’hui quand vous écrivez quand vous chantez vous le faites euh

Co

eu:h oui c’est-à-dire [que (j’ai) eu:h)

49La confession de l’invité passe donc ici d’abord par une confrontation de celui-ci à ses propres propos antérieurs.

50Dans les deux talk-shows, l’acte de questionnement se fait le plus souvent sous la forme d’une assertion-question, avec un schéma intonatif ascendant, encore qu’à des degrés différents. Ce résultat correspond tout à fait au postulat de Mosegaard Hansen (2001) qui considère qu’en interaction, cette syntaxe de la question est plus pertinente dans la mesure où elle constitue un « appel » à réagir plutôt qu’une demande d’information.

Séquences narratives, descriptives et argumentatives

  • 25  À savoir les adjectifs suivants : attaché, bon, compliqué, différent, dur, effroyable, égoïste, év (...)

51Sur le plan des activités discursives, l’on trouve dans Vie privée, vie publique, à part le questionnement, surtout du narratif, alors que dans On ne peut pas plaire à tout le monde, le descriptif est largement présent. Un indice pointant dans cette direction est le fait que les deux émissions se distinguent considérablement en ce qui concerne l’emploi d’adjectifs : alors que l’on réunit dans Vie privée, vie publique une maigre quinzaine d’adjectifs différents25, cette partie du discours abonde dans On ne peut pas plaire à tout le monde — environ 135 adjectifs différents ! Il faut évidemment veiller à ne pas tirer de conclusions hâtives à partir d’une seule émission de chaque type ; toutefois, il ne semble pas déraisonnable de supposer une corrélation entre ce relevé et les activités discursives respectives.

52En ce qui concerne l’argumentatif, on trouve dans nos deux émissions une majorité de connexions causales. En effet, non moins de 219 des 318 connexions notées se trouvent appartenir à cette catégorie. Constatons cependant tout de suite qu’il s’agit surtout de connexions en « parce que » (117 sur 219), notamment des « parce que » justificatifs ou énonciatifs. Parmi les occurrences notées de ce connecteur dans les deux émissions, il n’y en a, sauf erreur, qu’une seule représentant clairement le « parce que » canonique, i. e. explicatif. Nous la trouvons dans Vie privée, vie publique.

(21) CJ

[il y a un moment donné j’avoue] qu’il m’est arrivé de lâcher l’affaire

com

((rires des participants))

MD

[pourquoi]

CJ

[parce que] parce que c’est trop pour moi moi je suis pas la maman de mon fiancé

com

(rires des participants)

53En revanche, l’écrasante majorité des occurrences trouvées de « parce que » sont du type justificatif, comme dans cet exemple de On ne peut pas plaire à tout le monde :

  • 26  « […] <parenthèses explicatives>, souvent en parce que ou puisque, fréquents en conversations ordi (...)

(22) MOF

quand Patrick chante ça dans dans l’album super sympa parce qu’on le passe en boucle avec Guy mais quand Patrick chante ça écoutez par exemple26

54Par ailleurs, il est tout à fait frappant que dans les deux émissions, ce sont, à part l’adversatif « mais » — partout largement majoritaire — le causal parce que, le consécutif donc et le concessif « quand même » qui sont de loin les plus fréquents. Que ce résultat ne soit pas un pur hasard est indiqué par l’enquête effectuée par Norén (1999) : dans ses six heures de conversation informelle enregistrée à la maison chez des particuliers, le haut de la liste est occupé par exactement les mêmes connecteurs. Constatons aussi que ni l’enquête de Norén, ni la nôtre ne répertorient d’occurrences de « cependant », de « néanmoins », de « tout de même », de « toutefois » — et une seule occurrence de « pourtant » (dans On ne peut pas plaire à tout le monde). Avec le causal « car » — totalement absent dans nos matériaux —, tous ces connecteurs semblent appartenir surtout à un registre différent de celui pratiqué ici. Sur ce point donc, nos deux émissions ne se distinguent pas : à en juger par le critère de ces connecteurs, le registre pratiqué semblerait plutôt informel.

Interactivité et tours de parole

55En comparant les deux talk-shows, ce qui frappe d’abord, c’est la différence assez considérable de débit : alors que dans Vie privée, vie publique, celui-ci est en moyenne environ 150 mots/minute, le chiffre correspondant pour On ne peut pas plaire à tout le monde est d’entre 200 et 250 mots/minute !

56On constate ensuite rapidement que nos deux émissions se distinguent tout de suite sur un deuxième point particulier : là où Mireille Dumas maintient fermement la plupart du temps le rôle de distributeur des tours, ainsi que celui de formuler les questions, Marc-Olivier Fogiel apparaît non seulement comme distributeur des tours, mais aussi comme participant actif à une conversation à bâtons rompus. Cette observation est étayée par le fait que dans On ne peut pas plaire à tout le monde, le nombre de chevauchements (entre animateur et invités) est très élevé, alors que dans Vie privée, vie publique, à quelques exceptions près, le fait de parler en même temps est plutôt rare. De plus, Marc-Olivier Fogiel produit beaucoup plus de signes d’écoute (régulateurs/continuateurs/remplisseurs ; backchannels), du type « ouais », « c’est vrai », « euh », etc. Sur ces points interactionnels donc, On ne peut pas plaire à tout le monde se révèle nettement plus près de la conversation quotidienne, alors que Vie privée, vie publique est plus contrainte, plus dirigée, plus éloignée de la discussion spontanée.

Variation registrale (diaphasique)

  • 27  Selon la formule proposée par Blanche-Benveniste (1997), son contraire étant « la langue du dimanc (...)

57En ce qui concerne la pratique registrale, les deux animateurs se distinguent assez radicalement : alors que Marc-Olivier Fogiel n’abandonne pratiquement jamais le registre informel, « la langue de tous les jours »27, Mireille Dumas, elle, fait preuve d’une variation registrale assez considérable. En démarrant l’émission, ou bien en indiquant une nouvelle direction de l’échange ou d’un témoignage, on note chez elle aussi bien des interrogatives en inversion (voir exemple no10) que des liaisons facultatives normalement jugées très formelles.

 (23) MD

dans l’émotion mais pour dire que pendant le reportage finalement vous êtesarrivée ça vous semble vous sa relation vous semble normale

(24) MD

et vousaussi c’est quelque chose eu:h c’est une chose à laquelle vous pensez en permanence

58Elle emploie également des formes comme « ce sont » et « cela dit », la séquence « il est » pour « il y a » ; la mise ou le maintien fréquents du « ne » là ou ses invités ne le font pas (« ce ne sont pas »… là où ses invités emploient « c’est pas »…). D’autre part, elle passe régulièrement, en changeant de rôle, à un registre beaucoup plus informel et spontané, avec interrogations directes suivies d’une dislocation.

(25) MD

Gérard Berliner ça ça vous touche j’imagine ce que ce que raconte Franck ça vous surprend

  • 28  Léon Bertrand a été secrétaire d’État au Tourisme auprès du ministre français de l’Équipement de 2 (...)

59Marc-Olivier Fogiel, par contre, garde la plupart du temps un registre très informel, avec quelques rares exceptions, comme certaines antépositions de l’épithète (« l’excellent Corneille » ; « un sublime film ») ; le choix du vocable « acquiescer » (au lieu « d’approuver », « être d’accord »). Cependant, lorsqu’il s’entretient avec le ministre Léon Bertrand28, il s’adapte à ce dernier en employant une apposition d’un type appartenant au registre formel (Forsgren, 2000) — ([…] « vous-même, ministre, vous subissez » [….]) —, ce qu’il ne ferait certainement jamais en parlant avec un invité comme Patrick Sébastien.

60En ce qui concerne les invités, on repère parfois des hésitations et des changements, à l’intérieur du même tour, quant à, par exemple, une liaison facultative. Ici, dans Vie privée, vie publique : 

(26) RB

[même si on est préparé mentalement en fait] moi j’avais toujours eu l’habitude de lutter pour mon fils et tous tous les actes justement euh que je faisais avaient un sens parce que c’était par rapport à mon fils et tout à coup je veux dire bon ben okay je vais me battre pour moi alors qu’est-ce que je vais faire mais effectivement c’est un c’est c’estun un un effort parce que c’est tellement plus facile de garder son petit

61Donc, si accommodation il y a, c’est pratiquement toujours, dans Vie privée, vie publique, dans le sens du registre formel vers le registre informel : Mireille Dumas, qui, lorsqu’elle introduit un nouveau thème ou un nouvel invité, se tient la plupart du temps dans un registre formel, passe régulièrement dans l’autre registre lorsqu’elle se trouve au milieu d’une discussion.

62Dans On ne peut pas plaire à tout le monde, par contre, Marc-Olivier Fogiel, qui. à 99 %, maintient le registre informel, fait quelques petites accommodations vers le registre formel, notamment, comme nous l’avons déjà constaté, lorsqu’il s’entretient avec le ministre Léon Bertrand ! (LB). En effet, parmi tous les invités de Marc-Olivier Fogiel, il est la seule personne à employer un registre plutôt formel ; plusieurs indices le démontrent : « ce sont » […] ; mise du « ne » (« je n’excuse pas la violence » ; « personne ne peut excuser la violence » ; « on ne peut pas laisser passer » […] ; « je crois que je n’ai pas du tout envie de donner un point de vue sur euh » […] ; la formule « le concernant » ; certaines tournures concessives.

(27) LB

parce que la solution elle est globale c’est à la fois certes le l’ordre public tout de suite peut-être pour ramener le calme

MOF

mm

LB

mais après c’est d’autres leviers qu’il faut tirer c’est c’est l’école c’est l’éducation c’est la lutte contre le chômage c’est l’habitat c’est autant de sujets qui doivent être en même

(28) LB

[tout à f=] fait les gens de les les jeunes dans la rue et si aujourd’hui nous avons euh euh ce ce ce phénomène qui malheureusement a embrasé la France c’est bien parce que cette (diguini) discrimination prend une euh une ampleur

tout à fait [XXX      ]

63D’autre part, il emploie aussi les formules sans « ne » (« c’est pas c’est pas grave ») ; la formule « y a ».

64Pour ce qui est des termes d’adresse, on note, dans On ne peut pas plaire à tout le monde, un va-et-vient parfois entre le « tu », qui semble être le terme préféré par plusieurs des participants, et un « vous » demandé par le format de l’émission et maintenu sans exception par l’animateur, même en recevant continuellement un « tu » de la part de Patrick Sébastien. Ainsi, entre le chroniqueur Guy Carlier et l’artiste Corneille :

(29) GC

c’est étonnant parce que c’est ce que vient de lire Marc’O ça tranche avec la sérénité ben de ce qu’on a entendu su- sur la première chanson et cetera ou [ou ou  ]

Co

[c’est c’est]

GC

où tu sem- enfin où vous semblez apaisé et [là ]

65On le voit à travers ces quelques exemples, les productions des deux animateurs se distinguent assez radicalement aussi sur le plan de la variation registrale.

Conclusion

66Nous avons commencé cet article par une discussion sur la notion de « genre », celle des genres de l’oral en particulier. En lien avec cette problématique, nous nous sommes posé la question de savoir si le talk-show constitue un genre homogène. L’étude de nos deux variantes du talk-show a montré des différences sensibles à plusieurs égards. Sur le plan du format d’émission d’abord, dans On ne peut pas plaire à tout le monde, ce sont surtout l’interaction, le débit rapide et la parole spontanée qui importent, alors que dans Vie privée, vie publique, dont le but principal est la révélation (la « confession ») d’informations appartenant à la sphère privée, le récit occupe une place de choix. La « mise en scène » de Vie privée, vie publique rappelle celle d’une réunion de « famille », où les participants, autour de la table, livrent des bribes de vie intérieure. Tout le long de l’émission, l’animatrice endosse des rôles divers de pédagogue, de thérapeute, de confidente, voire de juge, bien qu’elle use souvent de formules atténuatrices (« quand même », « hein », « non ? » [...]). La convivialité, inhérente à l’activité discursive qu’est la confession, entraîne donc une parole plus homogène ; chacun des participants contribue à la pleine réalisation du contrat générique. Avec Marc-Olivier Fogiel, on a affaire à un événement de communication « spectaculaire » au cours duquel la « confession » n’apparaît pas comme l’activité discursive essentielle, ou plutôt elle apparaît moins dans la mise en scène. On retrouve l’un des traits génériques accordés par Charaudeau et Ghiglione au talk-show, à savoir le mélange du public et du privé, du sérieux et du divertissement. La singularité de On ne peut pas plaire à tout le monde se trouve dans cette hybridité de la parole mise en scène.

67Comme le dit Ravazzolo (2007) pour l’animateur de radio, l’une des principales fonctions de l’animateur des productions médiatiques est, entre autres, de mettre en doute et de commenter les réponses des invités. Tout en employant des formes de questions assez identiques, les animateurs de nos deux talk-shows déploient des stratégies de questionnement sensiblement différentes. L’animateur de On ne peut pas plaire à tout le monde entame presque systématiquement l’échange avec ses invités en les confrontant à des propos tenus par ou sur eux-mêmes dans un autre média, exigeant ainsi d’eux une réaction immédiate d’acquiescement ou de rejet. Cet emploi du discours rapporté pour stimuler l’échange est aussi présent dans le show de Mireille Dumas, mais de manière moins systématique et sous la forme d’une reformulation explicative du discours de l’interlocuteur.

68Pour ce qui est des autres types de séquences observées, nous avons pu noter que dans On ne peut pas plaire à tout le monde, le descriptif est largement présent, ce qui s’explique raisonnablement par le fait qu’aussi bien l’animateur que les invités s’adonnent volontiers à des appréciations, des prestations, professionnelles et privées, de l’un comme de l’autre. Par contre, dans Vie privée, vie publique, où le descriptif est étonnamment absent, les participants sont invités par l’animatrice surtout à raconter, sur eux-mêmes et des événements — c’est donc le domaine principalement du narratif. Sur le plan argumentatif, finalement, les deux émissions ne se distinguent pas de façon notable, le causal — articulé surtout par « parce que » — qui est majoritaire dans les deux émissions, à côté de deux autres connexions, également très fréquentes, en « donc » et en « quand même ». Par contre, en ce qui concerne la variation registrale, les deux animateurs se distinguent radicalement : là où l’un pratique presque sans discontinuer un registre informel, avec quelques rares incursions dans un registre plus formel, l’autre fait pratiquement l’inverse : son registre pour ainsi dire « normal » étant le formel, elle accommode parfois dans l’interaction vers le plus informel.

69Guylaine Martel a sans doute raison lorsqu’elle affirme, en ce qui concerne le genre « information », que les chaînes de télévision ambitionnent de « rattacher de plus en plus leurs productions à l’intérieur d’une interaction sociale authentique qui rejoint la manière naturelle, humaine de communiquer » (2007: 51). Cependant, dans le genre talk-show, qui a parfois été caractérisé comme un genre relativement homogène, il s’est avéré que, selon nos critères linguistico-discursifs, les deux émissions se distinguent autant du point de vue de la variation registrale, du type de séquences produites que du rôle de l’animateur dans l’interaction.

Haut de page

Bibliographie

BLANCHE-BENVENISTE, C. (1997), Approches de la langue parlée en français, Paris, Éditions Ophrys.

BLANCHE-BENVENISTE, C. (1998), « L’usage prédicatif secondaire des participes passés », dans M. FORSGREN, K. JONASSON et H. KRONNING, Prédication, assertion, information, Actes du colloque d’Uppsala en linguistique française, 6-9 juin 1996, p. 43-56.

BLANCHE-BENVENISTE, C. (2007), « Normes anciennes et nouvelles dans le langage des médias », dans M. BROTH, M. FORSGREN, C. NORÉN et F. SULLET-NYLANDER, Le Français parlé des médias, Acta universitatis stockholmiensis 24, Actes du colloque tenu à Stockholm, 8-12 juin 2005, p. 31-48.

CHARAUDEAU, P., et R. GHIGLIONE (1997), La parole confisquée. Un genre télévisuel : Le talk-show, Paris, Éditions Dunod.

CHARAUDEAU, P. (2001), « Visées discursives, genres situationnels et construction textuelle » dans Analyse des discours, Actes du colloque de Toulouse, 2-5 décembre 1998, Éditions Universitaires du Sud.

CHARAUDEAU, P., et D. MAINGUENEAU (2002), Dictionnaire d’analyse du discours, Paris, Éditions du Seuil.

FORSGREN, M. (2000), « Apposition, attribut, épithète : même combat ? », Langue française, n° 125, p. 30-45.

FORSGREN, M. (2002), « Le français parlé des médias (FPM) : programme pour une recherche variationniste pluri-dimensionnelle », dans DÖRUM et al. (dir.), Actes du XVe Congrès des Romanistes Scandinaves, Oslo 12-16 août, p. 351-358.

FRADIN, B. (1990), « Approche des constructions à détachement. Inventaire », Revue romane, n° 25, p. 3-34.

GADET, F. (2007), « Mélange des genres dans un JT innovant », dans M. BROTH, M. FORSGREN, C. NORÉN et F. SULLET-NYLANDER, Le Français parlé des médias, Acta universitatis stockholmiensis 24, Actes du colloque tenu à Stockholm, 8-12 juin 2005, p. 221-241.

KERBRAT-ORECCHIONI, C. (2001), Les actes de langage dans le discours. Théorie et fonctionnement, Paris, Éditions Nathan.

KERBRAT-ORECCHIONI, C. (2005), Le discours en interaction, Paris, Éditions Armand Colin.

KERBRAT-ORECCHIONI, C., et V. TRAVERSO (2004), « Types d’interaction et genres de l’oral », Langages, n° 153, p. 41-51.

LEROY, S. (2007), « Alternances diaphasiques dans une chronique radiophonique, matinale et culturelle », dans M. BROTH, M. FORSGREN, C. NORÉN et F. SULLET-NYLANDER, Le Français parlé des médias, Acta universitatis stockholmiensis 24, Actes du colloque tenu à Stockholm, 8-12 juin 2005, p. 433-445.

MAINGUENEAU, D. (2007), Analyser les textes de communication, Paris, Éditions Armand Colin.

MARTEL, G. (2007), « De la conversation dans l’information télévisée », dans M. BROTH, M. FORSGREN, C. NORÉN et F. SULLET-NYLANDER, Le Français parlé des médias, Acta universitatis stockholmiensis 24, Actes du colloque tenu à Stockholm, 8-12 juin 2005, p. 503-515.

MCCANN, R., et H. GILES (2006), « Communication with people of different ages in the workplace :Thai and American data », Human Communication Research, 32(1), p. 74-108.

MOREL, M.-A., et L. DANON-BOILEAU (1998), Grammaire de l’intonation. L’exemple du français, Gap-Paris, Éditions Ophrys.

MOSEGAARD, HANSEN, M.-B. (2001), « Syntax in interaction. Form and Function of yes/no interrogatives in spoken standard French », Studies of language, 25(3), p. 464-520.

NEVEU, F. (2000), « L’apposition : concepts, niveaux, domaines. Présentation », Langue française, n° 125, p. 3-17.

NORÉN, C. (1999), Reformulation et conversation. De la sémantique du topos aux fonctions interactionnelles, Acta universitatis uppsaliensis, Uppsala University Library.

RAVAZZOLO, E. (2007), « Le rôle de l’animateur dans l’émission radiophonique Radiocom, c’est Vous. L’allocation des tours de parole », dans M. BROTH, M. FORSGREN, C. NORÉN et F. SULLET-NYLANDER, Le Français parlé des médias, Acta universitatis stockholmiensis 24, Actes du colloque tenu à Stockholm, 8-12 juin 2005, p. 645-658.

RIEGEL, M., J.-C. PELLAT et R. RIOUL (1994), Grammaire méthodique du français, Paris, Presses universitaires de France.

ROSSI, M. (1999), L’intonation, le système du français : description et modélisation, Gap-Paris, Éditions Ophrys.

ROUBAUD, M.-N. (2000), Les pseudo-clivées en français contemporain, Paris, Éditions Champion.

Documents audiovisuels

Deux documentaires de Marie DESMEUZES et Richard CANNAVO (France 5, 2007) : Les pfonniers de l’intime et Télé-confession : grands prêtres et dérives

Documents électroniques

BACKER, M. (2003), « Les dialogues avec, autour et au travers des technologies éducatives », http://www.vjf.cnrs.fr/umr7114/FichExt/mbaker/publications/Arti-clesBakerPDF/2003/2003b.pdf

Haut de page

Notes

1  Cette définition du talk-show nous est fournie par le Dictionnaire culturel en langue française (2005) sous la direction d’Alain Rey et la direction éditoriale de Danièle Morvan.

2  Selon Backer (2003), « une interaction (« inter-action », « action entre ») est une suite d’actions — verbales ou non verbales — qui sont interdépendantes, qui s'influencent mutuellement. » (http://www.vjf.cnrs.fr/umr7114/FichExt/mbaker/publications/Articles-BakerPDF/2003/2003b.pdf)

3  Cette émission de télévision a été diffusée sur France 3 de septembre 2000 à juin 2006 et était animée par Marc-Olivier Fogiel. http://fr.wikipedia.org/wiki/On_ne_peut_pas_-plaire_à_tout_le_monde

4  « Les usages de la langue ne sont pas les mêmes dans les bulletins d’information, dans les interviews, dans les jeux télévisés, dans les émissions de variétés ou dans les discussions organisées par des animateurs […] Et il arrive bien souvent que, chez une seule et même personne, les normes soient mêlées, des indices de langue soignée, voire sophistiquée, côtoyant des caractéristiques de langue réputée <familière> […] » (Blanche-Benveniste, 2007 : 33). « […] si de nombreux usages médiatiques relèvent de registres plutôt formels, d’autres, comme […] les émissions de typetalk show […] se rapprochent notablement de l’oral conversationnel. » (Leroy, 2007 : 433). Ainsi, on parlera de « accommodation registrale », lorsqu’un locuteur adapte sa manière de parler à celle de son/ses interlocuteur/s/. Voir McCann et Giles (2006).

5  Signalons toutefois, entre autres, les travaux de Patrick Charaudeau (1997 et 2001) sur la question, ainsi que la revue Langages qui a publié un numéro (n° 153) en 2004 dans lequel un certain nombre d’articles sont consacrés aux genres de l’oral.

6  Titre de l’article de Kerbrat-Orecchioni et Traverso (2004) paru dans le numéro 153 de Langages.

7  Ces matériaux font partie d’un corpus en cours de construction et de traitement au sein du Département de français, d’italien et de langues classiques de l’Université de Stockholm. Actuellement, il contient environ 70 heures d’enregistrements (téléjournaux, débats, talk-shows, etc.), dont la plus grande partie a été transcrite, une transcription de base pour le moment sans marquage prosodique. Signes particuliers utilisés : […] = chevauchement ; (xxxx) = séquence non décodée ; communication = commentaire du transcripteur ;  = liaison phonétique faite par le locuteur.

8  Vie privée vie publique.

9  Mireille Dumas.

10  On ne peut pas plaire à tout le monde.

11  Marc-Olivier Fogiel.

12  Chanteur, Gérard Berliner a connu le succès avec son album Chien de voyou en 1994. Il a monté un spectacle théâtral et musical Mon alter Hugo et mis au point un tour de chant Hommage à Serge Reggiani. http://www.gerard-berliner.com/bio.php

13  Chez Morel et Danon-Boileau (1998), les éléments disloqués à gauche sont appelés « support lexical disjoint » ou « postrhèmes » pour les dislocations à droite.

14  SV = syntagme verbal ; P = phrase ; SN = syntagme nominal.

15  Depuis 1998, Patrick Sébastien est le producteur et l’animateur de l’émission Le plus grand cabaret du monde.

16  « Les passifs canoniques des petites grammaires scolaires, la souris est mangée par le chat, sont presque totalement absents des conversations et des récits familiers » (Blanche-Benveniste 1997 : 57).

17  Pour une intéressante exception, voir Blanche-Benveniste (1998) : il s’agit de séquences du type Une fois le chat parti, sitôt épaulé par sa femme

18  Prononcé avec une pause intonative entre télé et Patrick. Même chose dans l’exemple suivant.

19  Les pionniers de l’intime et Télé-confession : grands prêtres et dérives présentés sur France 2 en 2006.

20  Termes empruntés à Charaudeau et Ghiglione (1997).

21  La question totale, à laquelle on peut répondre par oui ou non (et peut-être même par « oui et non ») se distingue de la question partielle qui comporte un mot interrogatif (quoi, pourquoi, comment…) et dont la réponse attendue est autre que « oui » ou « non ».

22  Animatrice de Psyshow interviewée dans le documentaire télévisuel Les pionniers de l’intime.

23  Guy Carlier a coanimé l’émission On ne peut pas plaire à tout le monde de septembre 2004 à juin 2006 et occupait la fonction de chroniqueur.

24  Cornelius Nyungura, dit Corneille, est un chanteur canado-rwandais. http://fr.wikipedia.org/wiki/Corneille_(chanteur)

25  À savoir les adjectifs suivants : attaché, bon, compliqué, différent, dur, effroyable, égoïste, évident, formidable, gentil, idéal, meilleur, normal, possible, terrible.

26  « […] <parenthèses explicatives>, souvent en parce que ou puisque, fréquents en conversations ordinaires […] » (Gadet, 2007 : 235).

27  Selon la formule proposée par Blanche-Benveniste (1997), son contraire étant « la langue du dimanche ».

28  Léon Bertrand a été secrétaire d’État au Tourisme auprès du ministre français de l’Équipement de 2002 à 2004. De 2004 à 2007, il est ministre délégué au Tourisme, auprès du ministre de l’Équipement, des Transports, de l’Aménagement du territoire, du Tourisme et de la Mer. http://www.linternaute.com/voyager/interview/leon-bertrand/leon-bertrand. Shtml et http://www.fxgpariscaraibe.com/article-5287458.html

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Mats Forsgren et Françoise Sullet-Nylander, « Genre médiatique, activités linguistiques et degré d’interactivité », Communication, Vol. 27/2 | 2010, 76-101.

Référence électronique

Mats Forsgren et Françoise Sullet-Nylander, « Genre médiatique, activités linguistiques et degré d’interactivité », Communication [En ligne], Vol. 27/2 | 2010, mis en ligne le 14 août 2012, consulté le 20 novembre 2017. URL : http://communication.revues.org/3080 ; DOI : 10.4000/communication.3080

Haut de page

Auteurs

Mats Forsgren

Mats Forsgren est professeur et directeur du Département de français, d’italien et de langues classiques à l’Université de Stockholm. Courriel : mats.forsgren@fraita.su.se

Françoise Sullet-Nylander

Françoise Sullet-Nylander est maître de conférences au Département de français, d'italien et de langues classiques à l’Université de Stockholm. Courriels : francoise.sullet-nylander@fraita.su.se

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org