Navigation – Plan du site
Articles

Manipulation et information fictionnelle

Jean-Paul Dufiet
p. 133-149

Résumés

Le 13 décembre 2006, la Radio Télévision Belge Francophone (RTBF) annonçait, dans un vrai journal télévisé spécial, la fausse nouvelle que la Flandre venait de déclarer son indépendance. Par l’analyse des caractéristiques du journal télévisé, l’auteur décrypte le rapport entre mise en scène linguistique et sémiotique d’une part, et manipulation médiatique d’autre part.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Comme dans le cas des faux charniers de Timisoara en 1990 (Breton, 2000).

1Le 13 décembre 2006 à 20h45, une émission spéciale du journal télévisé (JT) de la première chaîne de la Radio Télévision Belge Francophone (RTBF) annonce solennellement une nouvelle, tout à fait fausse1 : la Flandre déclare son indépendance, et la Belgique n’existera plus comme État.

2Même si la vérité sera rétablie au cours de l’émission, la diffusion volontaire d’une nouvelle fausse est absolument prohibée dans les médias, en particulier sur une chaîne nationale de la RTBF, qui est au service de la démocratie citoyenne (Charaudeau, 2005). Cette émission spéciale du journal télévisé entache la crédibilité professionnelle du média (Charaudeau, 2005) et survalorise un autre paramètre essentiel de la communication de l’information : la captation de l’intérêt du public. En outre, une telle mise en scène d’une nouvelle fausse exhibe de manière hyperbolique le pouvoir demanipulation des médias (Charaudeau, 2005).

La manipulation

Les caractéristiques de la manipulation

  • 2  Ce qu’on appelle également « désinformation » (Breton, 2000).

3La manipulation accomplie dans cette retransmission comporte trois caractéristiques principales. La première concerne la véracité de l’événement rapporté. En général, les médias manipulent leur destinatairepar la sélection des informations réelles, par la construction qu’ils leur donnent, ainsi que par l’effet qu’ils recherchent. En revanche, l’annonce de l’indépendance de la Flandre est une manipulation exceptionnelle puisqu’elle repose sur l’invention complète de l’information2. La deuxième caractéristiquetient à la forme de la diffusion de cette fausse nouvelle.En effet, le journal télévisé opère une véritable mise en scène audiovisuelle de la nouvelle puisque, comme nous le verrons, la nouvelle fausse est traitée exactement selon les codes audiovisuels d’une nouvelle vraie. Enfin, la troisième caractéristique de ce journal télévisé est de mettre en scène la fin de la manipulation, en révélant que la nouvelle de l’indépendance de la Flandre est fausse. Toutefois, la fin de cette manipulation n’entraîne pas un retour simple à la vérité des faits puisque le journal télévisé désigne ensuite cette information par le terme de « fiction », et qu’il continue à se dérouler selon les mêmes modalités, comme si la nouvelle était authentique.

La mise en scène médiatique

  • 3  Les commentaires ont été brutaux et très critiques.

4Cette véritable mise en scène médiatique, au sens premier de l’expression, appelle l’analyse de trois points. Tout d’abord, la présentation du journal télévisé, qui met en scène la fausse nouvelle, exhibe à outrance les règles du spectacle quotidien de l’information télévisuelle. Toutes les procédures du journal télévisé — structures, images, prises de parole —, sont utilisées (Soulages, 2007). Nous verrons, plus particulièrement, comment la parole participe à ce code audiovisuel de la manipulation. Deuxièmement, dès que la manipulation est reconnue, le journal télévisé change de genre télévisuel et devient, de manière oxymorique, de l’information fictionnelle. Nous commenterons le statut et les caractéristiques énonciatives de ce genre paradoxal. Le troisième point met en cause l’image de la RTBF ; en effet, cette chaîne télévisuelle n’a pas voulu créer un canular douteux qui la discrédite aux yeux de ses téléspectateurs et des professionnels de l’information3. Cette dramatisation spectaculaire était destinée, de son point de vue, à provoquer une réflexion politique sur la Belgique ; mais l’effet visé et l’effet produit sont tellement divergents (Charaudeau, 2006) que nous examinerons également la pragmatique du journal télévisé et sa relation avec le téléspectateur (Kerbrat-Orecchioni, 2001).

Les conditions de vraisemblance de la manipulation

5Trois facteurs extérieurs au langage audiovisuel permettent à cette fausse indépendance de la Flandre d’être crédible : la situation extramédiatique belge, la qualité de l’instance médiatique et le producteur du discours (Charaudeau, 2005).

Le contexte extramédiatique

6Quelle que soit l’habileté manipulatrice de ce journal télévisé, il est évident que la fausse nouvelle de l’indépendance de la Flandre n’est crédible qu’en raison de la situation extramédiatique belge, dans laquelle les tensions entre les communautés flamande et wallonne sont fortes et récurrentes. Aux divisions géographiques et linguistiques des deux provinces, s’ajoutent des rivalités économiques et des désaccords politiques qui s’expriment surtout dans les revendications sécessionnistes du nationalisme flamand. Par conséquent, si l’annonce de l’indépendance de la Flandre surprend par son improvisation institutionnelle et médiatique, la possibilité même de cette indépendance est au contraire très plausible puisqu’elle est un préconstruit du débat politique et culturel belge.

L’instance médiatique

7Dans le cas présent, l’instance médiatique (Charaudeau, 2005) est représentée par la RTBF, qui, en tant que service public, possède une réputation nationale et internationale. Elle est considérée comme une référence, surtout pour les informations qui visent directement la situation de la Belgique. Son éthos préalable de sérieux (Amossy, 2000) garantit l’authenticité et la véracité de toutes les nouvelles que diffusent ses différents services d’information. La RTBF ne peut donc, en aucune manière, passer pour un média qui s’adonne à la désinformation délibérée ou à la provocation politique.

Le producteur du discours

8La rédaction du journal télévisé est la source énonciatrice qui agit dans l’instance médiatique, et qui produit le discours informatif. Elle est incarnée par un présentateur-vedette, et elle garantit dans l’esprit du téléspectateur la véracité de l’information. En fait, selon la perspective dialogique de M. Bakhtine (Adam, 1999), le producteur du discours exploite ici l’idée que les téléspectateurs se font du journal télévisé de la première chaîne de la RTBF, en tant que source d’information. Nul ne peut soupçonner qu’une nouvelle politique fondamentale, dévoilée à une heure de grande écoute, soit fausse intentionnellement, car le contrat de communication (Charaudeau, 2005) entre le téléspectateur et la rédaction de la première chaîne de la RTBF exclut cette hypothèse.

9D’ailleurs, l’instance médiatique et le producteur du discours n’annoncent pas la nouvelle fausse pendant le journal télévisé habituel (Lochard et Boyer, 1995), mais durant une présentation spéciale qui interrompt une émission normalement programmée. La brutalité de cette modalité dramatise l’annonce, et ajoute encore un facteur de crédibilité : en effet, à une prise de parole exceptionnelle ne peut correspondre qu’un contenu extraordinaire. De plus, le procédé de l’émission spéciale permet aussi de séparer la nouvelle fausse des informations authentiques, afin que le mensonge ne contamine pas la vérité des autres nouvelles. Enfin, la sortie du mensonge par la fiction n’est possible, bien évidemment, qu’au cours d’un journal télévisé exceptionnel.

Le journal télévisé exceptionnel

Le savoir télévisuel du téléspectateur

10Pour l’instant, nous laissons de côté la nature mensongère de la nouvelle et nous considérons le fait qu’elle surgit dans un événement audiovisuel d’information : un journal télévisé exceptionnel, en direct. Ce dispositif de retransmission s’appuie sur le formatage audiovisuel du regard du téléspectateur (Soulages, 2007). En effet, pour le téléspectateur, les procédés du langage audiovisuel sont des preuves d’authenticité de la nouvelle. De la sorte, la manipulation se donne une apparence non manipulatrice et transparente (Breton, 2000).

  • 4  Nous appelons direct improvisé une forme de retransmission en direct qui n’a pu être programmée pr (...)

11Le téléspectateur reconnaît les procédures suivantes comme constitutives du code des événements audiovisuels d’information : l’interruption du programme, le générique du journal télévisé, la prise de parole du présentateur, la forme de la révélation de la nouvelle, le direct improvisé4, les différentes sources de parole à l’intérieur du journal télévisé exceptionnel et les reportages (Charaudeau, 2005). Ces différents éléments ne sont pas des unités sémiotiques audiovisuelles, mais bien des procédures de mise en scène de l’événement audiovisuel d’information.

Le générique de présentation

12L’importance du générique de présentation réside dans le moment de son apparition et dans sa fonction. Il surgit tel un signal d’alerte et impose un pathos préalable à l’information qui suivra (Amossy, 2000). Cette dernière devra nécessairement avoir un contenu exceptionnel, et comporter des conséquences immédiates et graves pour le citoyen. Ce générique conditionne donc la prise de parole en ouvrant un espace discursivo-sémantique extraordinaire, mais surtout dysphorique. En outre, l’heure choisie est essentiellement médiatique puisqu’elle correspond très exactement au moment de plus grande écoute de la journée.

Énonciation et prise de parole du journaliste

  • 5  Comme nous n’analysons pas systématiquement les faits d’oralité, nous nous contentons d’une transc (...)

13L’énonciation du présentateur authentifie la nouvelle et entretient la tension dramatique, comme on le voit dans la transcription suivante5.

  • 6  C’est le nom de l’émission en cours.

Bonsoir à tous / l’heure est grave / excusez-nous pour cette interruption / événement exceptionnel / nous devons interrompre Questions à la une6 pour vous présenter une page très spéciale du journal télévisé / La Flandre va proclamer unilatéralement son indépendance / vous l’avez compris le moment est important / en clair / la Belgique en tant que telle n’existerait plus / les différentes rédactions de la RTBF sont ce soir bien sûr mobilisées / [sonnerie du téléphone] / excusez-moi /.

14Le journaliste, un des présentateurs-vedettes des journaux télévisés normaux, exploite d’emblée son éthos préalable de sérieux pour définir la nature extraordinaire de l’événement, dans la formule « La Flandre va proclamer unilatéralement son indépendance ». Sa déclaration emploie aussi quelques rituels d’interaction conversationnelle (Kerbrat-Orecchioni 2005). Ainsi l’ouverture du journal télévisé se fait-elle par la très normale routine de politesse, « bonsoir ». De plus, la nécessaire captatio benevolentiae (Barthes, 1970) envers le téléspectateur se réalise avec la formule « excusez-nous », qui reconnaît explicitement que l’interruption du programme en cours est un dérangement. Mais la déclaration utilise aussi des formes énonciatives (Kerbrat-Orecchioni, 1999) qui caractérisent et présentent un événement médiatique exceptionnel. Dès le début, on rencontre une énonciation collective, « nous », qui est consacrée par les journaux télévisés ordinaires, mais qui incarne ici cette entité collective, unie par « les différentes rédactions de la RTBF [qui] sont […] mobilisées ». En outre, cette énonciation est sous la domination d’un impératif catégorique : « nous devons interrompre » ; c’est donc bien la gravité de l’événement qui commande l’irruption dans le flux audiovisuel. Cette construction énonciative s’appuie sur la relation dialogique avec le téléspectateur (Charaudeau et Maingueneau, 2002) qui est immédiatement présente dans l’énonciation du journaliste avec l’expression « vous l’avez compris » ; ainsi sont entérinés la reconnaissance et le partage du code audiovisuel de l’événement d’information. Mais l’énonciation du journal télévisé repose aussi sur le pathos. En effet, elle exprime de la stupeur, comme si la rédaction était en train de découvrir la nouvelle en direct, en même temps que le téléspectateur. Cette posture énonciative de découverte stimule chez le destinataire une tension dramatique constante, et, au-delà, permet au journal télévisé d’afficher une connaissance faible de l’événement lui-même ; on en veut pour preuve l’utilisation de formules du langage journalistique télévisuel — comme « réagir à la décision » — afin de suggérer un état d’alerte et d’incertitude constant par rapport à la nouvelle. Enfin, le journaliste oriente lui-même la réception du journal : grâce, en particulier, au syntagme « retour à l’actualité », il réactualise le discours dans le présent du journal télévisé après la diffusion d’un bref reportage, et, par l’intermédiaire de l’expression « je rappelle à ceux qui prennent en marche », il réactive le lien phatique avec le public et répète la nouvelle.

15Le journal télévisé met donc en œuvre un véritable scénario énonciatif et discursif.

La langue « orale » du présentateur

16À l’instar des effets d’énonciation, la langue du présentateur produit une illusion d’improvisation par des caractéristiques orales préparées. On constate donc que les énoncés sont brefs, que la syntaxe est saccadée, avec de nombreuses constructions en parataxe, que les subordonnées sont absentes, que les substantifs dominent, et que peu de verbes sont utilisés. On note, en outre, que le texte oral est fondé sur une forte cohérence sémantique, mais sur une faible cohésion, puisque les connecteurs logiques et temporels sont absents, et qu’on ne trouve aucune reprise anaphorique. L’intervention est donc totalement préparée pour produire un effet d’oral improvisé. Mais, à cette parole du présentateur manquent beaucoup d’autres traits de l’authentique oral improvisé : aucune trace d’hésitation, point de répétition, toutes les pauses sont suivies d’un enchaînement logique rigoureux, et la voix est assurée, sans émotion ni tremblement. Il s’agit donc bien d’une scène de la langue orale.

17Sur le plan du lexique et du style, les hyperboles et les superlatifs expriment la portée de l’événement et constituent une isotopie de l’extraordinaire orienté négativement « l’heure est grave », « événement exceptionnel », « le moment est important ».

18Si l’on considère maintenant le plan de la structure logique du discours, on constate que la nouvelle (P) est formée d’une unique proposition logique qui articule une cause à son effet.

19(P) = indépendance de la Flandre (P1) > fin de la Belgique (P2).

20Toutefois, la proposition logique (P) est formulée avec subtilité puisque la cause (P1) est au futur proche (« va proclamer ») alors que la conséquence (P2) est au conditionnel (« la Belgique […] n’existerait plus »). Ces deux modalités temporelles induisent un détachement énonciatif, ou une connotation autonymique (Charaudeau et Maingueneau, 2002) vis-à-vis de la nouvelle. La nouvelle est présentée comme vraie, elle n’est pas dite ou énoncée comme vraie.

21Toutefois, ce détachement énonciatif, qui introduit adroitement un doute sur la véracité de l’événement et sur l’adhésion du journal télévisé à son annonce, est tout à fait inaudible pour le téléspectateur, en raison de la force du pathos que produit le surgissement même de la nouvelle.

La mise en scène du langage audiovisuel

Le direct improvisé

22La retransmission en direct, qui accentue la crédibilité de l’événement audiovisuel d’information, est d’autant plus signifiante qu’elle semble improvisée. Le journal télévisé est donc un véritable théâtre du direct jusque dans les moindres détails, comme lorsque le présentateur est interrompu par sa régie : « / [sonnerie du téléphone] / excusez-moi / ». En accord avec la relation dialogique, cette saynète audiovisuelle utilise une technologie de communication surannée pour toucher le téléspectateur. En effet, si la communication entre le présentateur et sa régie s’effectuait avec une oreillette, selon la technique actuelle, le téléspectateur ne percevrait pas ce théâtre audiovisuel du direct improvisé. La signification symbolique des effets de direct est donc au centre des procédés de la mise en scène du journal télévisé.

Les sources de parole dans le journal télévisé

23À l’instar d’un journal télévisé normal, cette présentation spéciale multiplie les sources de parole. Hormis le présentateur, quatre autres sources de parole très différentes créent une polyphonie sémantiquement homogène. Tout d’abord, le directeur de la chaîne de la RTBF apporte l’autorité incontestable d’un représentant institutionnel de l’information. Ensuite,le réel extramédiatique belge intervient directement dans le discours du journal télévisé, par exemple à travers un reporter qui confirme l’imminence de la proclamation d’indépendance, devant le Palais royal de Bruxelles, et en compagnie d’un attroupement de Flamands. Troisièmement, le journal télévisé insère également des locuteurs institutionnels, nationaux et internationaux, qui furent enregistrés au préalable, comme le président du parlement de Wallonie, un sénateur flamand indépendant, des hommes politiques proches du parlement européen, et des fonctionnaires de la Commission européenne et de l’OTAN. Chacun exprime sa surprise quant au moment de la proclamation de l’indépendance, mais non pas relativement à la proclamation elle-même : « je ne m’y attendais pas si vite », dit très précisément l’un d’entre eux. Enfin, le journal télévisé utilise, comme dans la publicité, des témoins de notoriété en interviewant des chanteuses populaires, incrédules et résignées, ainsi qu’un auteur connu de bandes dessinées qui, en proposant ironiquement de rattacher la France à la Wallonie, interrompt quelque peu le pathos dominant.

24À l’évidence, les locuteurs des trois premiers groupes sont complices du journal télévisé et savent que la Flandre ne proclamera pas son indépendance. Ils ont donc une énonciation fictionnelle. En revanche, le dernier groupe, celui des artistes, semble piégé de bonne foi. Mais son discours n’est pas fondamentalement différent, quand bien même son énonciation est authentique.

25La polyphonie du journal télévisé mélange donc les énonciations authentiques et fictionnelles, comme si ces deux positions énonciatives se situaient au même niveau d’information et renforçaient la sémantique et la pragmatique du discours.

Reportages d’archives… en direct

26Ce mélange des énonciations que nous venons de souligner s’accompagne d’un brouillage générique entre la retransmission en direct et le reportage différé. Il s’avère en effet très difficile de comprendre si certains reportages sont diffusés en différé, car ils sont réalisés de telle sorte que leur énonciation ne contienne aucune marque temporelle d’antériorité ou de contemporanéité par rapport à l’instant du journal télévisé et de la fausse déclaration. Dès lors, le téléspectateur perçoit automatiquement le reportage dans le moment présent de la déclaration d’indépendance, et l’instant d’énonciation du journal télévisé substitue le moment de locution et d’enregistrement du reportage. Cet exemple permet de mettre en évidence que pour capter l’effet de vérité et la force de pathos qui s’attachent à la retransmission en direct, le journal télévisé construit un flux audiovisuel qui mélange direct et différé et qui ressemble à un unique direct continu. Ainsi, voit-on, en vrai direct, des images d’allégresse dans lesquelles des citoyens agitent des drapeaux jaunes et noirs devant le Palais royal de Belgique. Mais à l’inverse, le téléspectateur voit, en faux direct, de grosses voitures officielles, grises ou noires, aux vitres fumées, entrer et sortir rapidement du Palais royal, comme pour montrer l’histoire qui est commentée à la seconde où elle se fait. En fait, le journal télévisé diffuse ici des images intemporelles, vides de sens politique, et qui ne sont sémantisées que par le commentaire du reporteur. De même, on assiste à la création d’une nouvelle frontière, entre la Wallonie et la Flandre, par l’intermédiaire d’un véritable scénario fictionnel, puisque le chef d’une police locale téléphone à son supérieur afin d’avoir une confirmation officielle sur l’indépendance : « pas un canular/vous confirmez », l’entend-on dire, comme si tout se déroulait in vivo. Enfin, le journal télévisé montre également un tramway qui s’arrête à cette nouvelle frontière, afin de permettre aux policiers de se comporter en douaniers, et de contrôler l’identité des voyageurs.

27Le journal télévisé exceptionnel crée donc un flux informatif continu et indistinct tant sur le plan de la vérité que sur le plan temporel : il actualise le passé dans le présent, et diffuse comme actualité en temps réel la fiction des scénarios joués et filmés préalablement. Il utilise l’énonciation et le temps audiovisuels en vue de créer une continuité d’informations qui feint d’être exclusivement en direct. Le genre de l’information immédiate phagocyte le genre du reportage.

28Le langage audiovisuel n’est donc pas employé ici comme forme du contenu, mais essentiellement pour lui-même, comme force de persuasion, en raison de sa seule intervention. Les procédés du langage audiovisuel convergent dans un direct généralisé, un direct absolu pourrait-on dire, qui est en réalité souvent un faux direct et qui agit comme une preuve de la vérité du contenu, et non point comme un vecteur de la transmission du contenu.

Du journal télévisé à l’information fictionnelle

Le scénario du journal télévisé

29Comme nous l’avons déjà dit, le scénario du journal télévisé dénonce son propre mensonge, sans pour autant retourner à la vérité des faits. Il passe du mensonge (la Flandre est indépendante) à la fiction (le journal télévisé se poursuit comme si la Flandre était sur le point d’être indépendante), par l’intermédiaire d’une traversée de la vérité (la Flandre ne proclame pas son indépendance). Cette séquence triple évite la rupture et le choc entre la nouvelle fausse et la vérité. Dès lors, la révélation de la manipulation ne se réalise pas sur le mode de l’excuse, de la justification, voire du reniement. Ainsi, le scénario adopté bouleverse-t-il la situation énonciative et discursive de l’événement audiovisuel, en préservant, ou en espérant préserver, le potentiel de prise de conscience politique que le mensonge de l’indépendance provoquait chez le téléspectateur. Le scénario sort donc complètement de l’énonciation mensongère mais, grâce à la fiction, il sauvegarde, ou devrait sauvegarder, une forte part de son effet illocutoire (Kerbrat-Orecchioni, 2001). Bien évidemment, les modalités discursives de ce passage de la séquence mensongère à la séquence fictionnelle sont particulièrement importantes.

Les modalités discursives de la transformation générique

30La vérité sur l’indépendance de la Flandre se manifeste grâce à des marqueurs de transformation du discours et de l’énonciation. Ils sont utilisés aussi bien par les reporteurs hors studio que par le présentateur en studio, de sorte que la transformation générique est accomplie par l’ensemble du dispositif du journal télévisé. On trouve d’ailleurs aussi bien des marqueurs écrits que des marqueurs oraux.

31Trois marqueurs écrits s’imposent particulièrement. Le premier, paradoxalement, était présent avant le début du générique du journal télévisé, dans cette inscription très furtive : « Ceci n’est peut-être pas une fiction ». Cette formule très sibylline, en raison de la tournure négative et de la modalité de doute, induit l’idée que le journal télévisé est une fiction. Elle produit une déresponsabilisation énonciative (Schepens, 2006) qui passe totalement inaperçue, et qui, par conséquent, n’éclaire pas le téléspectateur. Le deuxième marqueur écrit est en fait une reprise de la même formule — « Ceci n’est peut-être pas une fiction » —, sous la forme d’une bande annonce qui défile rapidement en bas de l’écran, à quatre reprises. Ces apparitions sont bien plus perceptibles que la première occurrence, et elles amorcent la transformation, progressivement. Le troisième marqueur écrit de la transformation générique est constitué par la forme assertive de l’énoncé précédent : « Ceci est une fiction ». D’abord mobile de droite à gauche sur l’écran, puis intermittente et enfin fixe, cette indication générique s’insinue progressivement dans le discours de l’indépendance, sans que le journaliste ne la considère comme contradictoire avec le journal télévisé et avec son propre discours. En dépit des marqueurs écrits de transformation générique, le journaliste continue à présenter la nouvelle comme vraie.

  • 7  Après 27 minutes d’émission.
  • 8  Après 28 minutes d’émission.
  • 9  C’est donc bien la fiction qui dépasse la réalité.

32Cette superposition discursive contradictoire s’atténue avec l’apparition des marqueurs oraux. Les marqueurs oraux de transformation générique sont plus variés que les marqueurs écrits. Le premier consiste en une oralisation, à quatre reprises, du marqueur écrit « Ceci n’est peut-être pas une fiction7 », effectuée par le présentateur. Puis, le présentateur enchaîne les énoncés suivants très régulièrement, et très naturellement : « Mais nous sommes en pleine fiction8 », « ces événements fictionnels… », « dans cette fiction », « revenir à la fiction », « réagir à cette fiction », « cette fiction », « cette émission de fiction », « cette émission qui est donc une fiction », « la fiction à laquelle vous assistez ». Le journal télévisé produit même un oxymore entre information et fiction, qui sont prononcées comme des synonymes : « L’indépendance de la Flandre / c’est bien sûr une fiction / l’information se fait en direct ». À compléter ces marqueurs de transformation générique, se trouve également la citation du lieu commun, « la réalité dépasse la fiction », faite avec une orientation ironique puisque le journal télévisé est une fiction, considérée comme une information9. Enfin, relevons un dernier marqueur oral qui joue sur les différents sens de l’adjectif « incroyable » dans un énoncé du présentateur : « au moment où l’incroyable nouvelle est tombée ». Il semblerait en effet que l’adjectif « incroyable » n’ait pas ici le sens très courant de « peu commun ou peu ordinaire », mais plutôt celui, plus étymologique et beaucoup plus rare, de « qu’il est impossible de croire » (Petit Robert, 2007).

33Le passage du genre de l’information au genre de l’information fictionnelle est donc pris en charge par des énoncés écrits et oraux complémentaires et redondants qui, tout en défaisant progressivement le discours d’indépendance de la Flandre, tentent de ne pas détruire l’éthos de sérieux de l’énonciation médiatique et les effets visés par la rédaction du journal télévisé.

Le genre de l’information fictionnelle

34Le journal télévisé change donc de genre médiatique pendant sa diffusion : l’événement d’information audiovisuelle se transforme en information fictionnelle, ou encore en actualité fictive. Dans le même temps, l’information fictionnelle opère une lecture métadiscursive rétroactive de l’événement d’information. À la lettre, d’ailleurs, l’information fictionnelle assume pleinement sa définition générique puisque l’annonce de l’indépendance de la Flandre, tout en étant ouvertement reconnue comme fausse, n’en demeure pas moins vraisemblable (Aristote, 1980). C’est le déplacement sémantique du faux au vraisemblable qui permet au journal télévisé de traiter la nouvelle comme si elle était vraie. Le genre de l’information fictionnelle repose donc sur l’actualisation au présent d’un événement hypothétique pour lequel le discours n’adopte aucune des énonciations qui correspondraient à l’hypothèse : ni l’énonciation potentielle (si la Flandre fait sécession, que se passera-t-il ?), ni l’énonciation irréelle (si la Flandre faisait sécession, que se passerait-il ?). Le faux vraisemblable est avoué, mais traité comme une vérité réalisée, au point d’ailleurs d’entraîner des énoncés contraires qui sont à la limite du non-sens, ou d’un éventuel théâtre de l’information : « Même si c’est une fiction, la tension est palpable » !

35Dès lors, notre analyse nous permet de proposer une définition du genre audiovisuel de l’information fictionnelle, ou de l’actualité fictive, selon six facteurs principaux. Le premier facteur est celui de la production : l’information émane d’une instance médiatique qui possède un éthos de prestige. Le deuxième facteur concerne la vérité : l’information est entièrement fausse, et sa fausseté sera avouée. Le troisième, comme conséquence logique du précédent, porte sur la vraisemblance : l’information a un très fort degré de plausibilité. Le facteur suivant dépend de l’axiologie : l’information concerne un événement grave, dysphorique pour le destinataire principal. Le cinquième facteur s’avère être que la réalisation même de l’événement faux doit être totalement imprévisible et inattendue. Enfin, le sixième et dernier facteur provient de l’énonciation et de l’aspect : l’événement est annoncé au présent, et il est en cours de réalisation.

36À ces facteurs, qui tous, dans le dispositif médiatique, sont indispensables, s’ajoute toutefois la relation du téléspectateur avec le plan pragmatique et le contrat de communication. En effet, c’est en altérant profondément le rapport de confiance et le contrat de communication avec le téléspectateur que l’information fictionnelle de la RTBF provoque une prise de conscience et une réflexion citoyennes.

La pragmatique du journal télévisé exceptionnel

Les effets de la stratégie argumentative

37La stratégie argumentative du journal télévisé consiste à sortir de la nouvelle fausse en basculant dans la fiction, afin de ne pas annuler les enjeux et les effets que provoque, chez le destinataire, la peur de la division de la Belgique. De cette manière, le journal télévisé impose une contre-argumentation qui prévient le reproche d’avoir diffusé un mauvais canular, inutile, ou une désinformation absurde. En ce sens, malgré le pathos de peur et de sidération qu’il entraîne, le journal télévisé exceptionnel veut conserver un rapport d’intelligence politique avec son téléspectateur citoyen, de manière à conjurer la partition de la Belgique. C’est bien pourquoi son argumentation est commune à la nouvelle fausse et à la fiction. Le noyau argumentatif du journal télévisé est en effet très clair, et assez partisan : l’indépendance de la Flandre est désavouée et vue, pour l’essentiel, à travers la crainte des Wallons. La joie flamande et l’éventuelle légitimité politique de cette décision sont totalement au second plan.

38Certes, eu égard à la coexistence très crispée des communautés flamande et wallonne, cette nouvelle fausse pourrait ne pas être sans danger. Elle est même susceptible de provoquer des réactions nationalistes violentes et d’exacerber les contentieux. Ceci explique que le logos argumentatif du journal télévisé évite les discours généraux sur l’identité nationale et sur l’histoire de la Belgique ; il n’évoque d’ailleurs qu’avec une extrême précaution les « tensions idéologiques » qui existent entre les deux nationalismes. Ainsi le nationalisme flamand est-il présenté, sans stigmatisation, comme étant plus militant que le nationalisme wallon. De même, les réactions des différents intervenants sont souvent graves, mais sans agressivité. En outre, si les locuteurs wallons sont tous atterrés, ils ne développent cependant aucun discours insultant ou vindicatif à l’égard de la Flandre. L’expression du conflit des communautés est donc contrôlée, conformément à l’objectif de la stratégie argumentative. Tout en présentant l’indépendance comme une menace, le logos argumentatif prend bien garde de ne pas attiser les passions nationalistes et communautaires. La stratégie argumentative, quoi qu’on pense de la manipulation journalistique qui la met en place, maîtrise les contenus politiques de la nouvelle fausse.

39Toutefois, le journal télévisé ne réussit pas aussi bien à contrôler son pathos et sa force de manipulation sur le destinataire.

Pathos et contrat de communication

  • 10  Aux remarques précédentes sur le détachement énonciatif, on peut ajouter : l’absence des nouvelles (...)

40En raison de la nature de la nouvelle fausse, le journal télévisé s’adresse surtout aux téléspectateurs belges francophones pour provoquer leur réaction d’inquiétude. Sa force de persuasion dépend fortement du pathos qu’il déclenche. D’ailleurs, comme nous l’avons déjà dit, c’est bien cet effet de pathos initial, de choc tétanisant, qui masque certains indices de fausseté qui auraient pu, ou même dû, faire immédiatement douter de la véracité de l’information10.

41Cependant, le scénario du journal télévisé désire orchestrer le pathos sur toute la durée de la diffusion. En effet, au moment où le téléspectateur est détrompé et qu’il se rend compte qu’il a été littéralement manipulé, il est évident que la visée du journal télévisé est de provoquer un pathos de soulagement chez le destinataire. On peut inférer que, puisque la grande frayeur est éloignée et que la division de la Belgique n’a pas lieu, le téléspectateur devrait retrouver la sérénité. Une telle transformation de la peur en soulagement rendrait alors la manipulation acceptable, ou au moins supportable. Il est plus que probable que le journal télévisé souhaite que le téléspectateur reconnaisse que le mensonge de la première partie était justifié par la noble finalité de provoquer une prise de conscience à propos de la situation dangereuse dans laquelle la Belgique se trouve. Mais, en réalité, tel n’est pas l’effet du passage du mensonge à la fiction, car apparaît alors une autre tromperie qui porte sur le contrat de communication. En effet, selon la pratique des genres discursifs, le destinataire est toujours totalement au fait de la règle de la fiction, dès son début. Tel n’est pas le cas ici. Le téléspectateur francophone du journal télévisé se sent donc plus bafoué que soulagé.

42En d’autres termes, si la gravité du sujet peut expliquer l’information fictionnelle, elle ne justifie pas la manipulation du contrat de communication : le journal télévisé se discrédite en devenant sincère. Il y a une contradiction dans le projet de l’instance médiatique et du producteur du discours : on suscite une prise de conscience du téléspectateur en bafouant sa conscience et son intelligence, en lui mentant. Paradoxalement, la mise en scène produit une autodénonciation de la force manipulatrice du média lui-même. À la place de « Ceci est une fiction », le téléspectateur belge wallon perçoit sans aucun doute que « Ceci est une manipulation ».

Conclusion

43L’instance médiatique et le producteur du discours n’ont pas construit une retransmission sur la défense de l’unité de la Belgique, mais sur la nouvelle fausse de l’indépendance de la Flandre. Eu égard à son effet visé, cette mise en scène de la parole et de l’information dans les médias échoue, car le langage audiovisuel apparaît comme le langage même de la manipulation. De plus, il ressort que le téléspectateur est considéré comme incapable de penser le réel non déformé, et qu’il est en revanche susceptible d’être instrumentalisé, grâce à la peur. Il y a bien ici une forme d’irrespect du téléspectateur, même si la préservation de l’unité nationale belge est une finalité parfaitement digne et défendable. En d’autres termes, le journal télévisé exceptionnel se heurte à la séparation de l’éthique et de la force de persuasion.

44Dès lors, dans le scénario du journal télévisé, la fin du mensonge ne permet pas de sortir de la manipulation, même en mettant en œuvre ce genre médiatique, si paradoxal, de l’information fictionnelle. Ce genre médiatique n’en reste pas moins original, frappant et spectaculaire : l’information fictionnelle est un dispositif très proche du théâtre et du cinéma, qui joue avec les limites des genres des médias.

  • 11  C’est d’ailleurs pour cette raison que la RTBF se refuse à diffuser des copies de cette émission.

45La mystification que produit l’ensemble du dispositif découle directement de la volonté radicale de toucher, d’influencer et de transformer le point de vue du téléspectateur, jusqu’à prendre le risque d’anéantir durablement la crédibilité du média11.

Haut de page

Bibliographie

ADAM, J.-M. (1999), Linguistique textuelle, Paris, Éditions Nathan.

AMOSSY, R. (2000), L’argumentation dans le discours, Paris, Éditions Nathan.

ARISTOTE, (1980), La poétique, textes, traduction, notes par Roselyne Dupont-Roc et Jean Lallot, Paris, Éditions du Seuil.

BARTHES, R. (1970), « L’ancienne rhétorique », Communications, n° 16, p. 172-227.

BRETON, P. (2000), La parole manipulée, Paris, Éditions La Découverte.

CHARAUDEAU, P. (2005), Les médias et l’information, Bruxelles, Éditions De Boeck.

CHARAUDEAU, P. (2006), Rencontre avec Patrick Charaudeau, http://www.comu.ucl.ac.be/

CHARAUDEAU, P., et D. MAINGUENEAU (2002), Dictionnaire d’analyse du discours, Paris, Éditions du Seuil.

KERBRAT-ORECCHIONI, C. (1999), L’énonciation, Paris, Éditions Armand Colin.

KERBRAT-ORECCHIONI, C. (2001), Les actes de langage dans le discours, Paris, Éditions Nathan.

KERBRAT-ORECCHIONI, C. (2005), Le discours en interaction, Paris, Éditions Armand Colin.

LOCHARD, G., et H. BOYER (1995), Notre écran quotidien. Une radiographie du télévisuel, Paris, Éditions Dunod.

REY-BOVE, J., et A. REY (2007), Le nouveau Petit Robert de la langue française, Paris, Éditions Le Robert.

SCHEPENS, P. (2006), « Médias et responsabilité : Un point de vue bakhtinien », Semen, n° 22, p. 61-75.

SOULAGES, J.-C. (2007), Les rhétoriques télévisuelles, Bruxelles, Éditions De Boeck.

Haut de page

Notes

1  Comme dans le cas des faux charniers de Timisoara en 1990 (Breton, 2000).

2  Ce qu’on appelle également « désinformation » (Breton, 2000).

3  Les commentaires ont été brutaux et très critiques.

4  Nous appelons direct improvisé une forme de retransmission en direct qui n’a pu être programmée préalablement.

5  Comme nous n’analysons pas systématiquement les faits d’oralité, nous nous contentons d’une transcription dans le code écrit courant.

6  C’est le nom de l’émission en cours.

7  Après 27 minutes d’émission.

8  Après 28 minutes d’émission.

9  C’est donc bien la fiction qui dépasse la réalité.

10  Aux remarques précédentes sur le détachement énonciatif, on peut ajouter : l’absence des nouvelles autorités flamandes, le défaut de coordonnées référentielles sur l’acte de déclaration lui-même, le manque évident d’un texte de la déclaration, etc.

11  C’est d’ailleurs pour cette raison que la RTBF se refuse à diffuser des copies de cette émission.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Paul Dufiet, « Manipulation et information fictionnelle », Communication, Vol. 27/2 | 2010, 133-149.

Référence électronique

Jean-Paul Dufiet, « Manipulation et information fictionnelle », Communication [En ligne], Vol. 27/2 | 2010, mis en ligne le 14 août 2012, consulté le 24 juillet 2017. URL : http://communication.revues.org/3099 ; DOI : 10.4000/communication.3099

Haut de page

Auteur

Jean-Paul Dufiet

Jean-Paul Dufiet est professeur à la Facoltà di Lettere, Università di Trento. Courriel : jeanpaul.dufiet@unitn.it

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org