Navigation – Plan du site
Lectures

François BRUNET et al., Effets de cadre : de la limite en art

Saint-Denis, Presses universitaires de Vincennes, 2003
Annette Beguin-Verbrugge
p. 294-297
Référence(s) :

François BRUNET et al. (2003), Effets de cadre : de la limite en art, Saint-Denis, Presses universitaires de Vincennes.

Texte intégral

1Le titre de ce livre collectif pourrait apparaître comme une interrogation sur la collection des Presses universitaires de Vincennes qui l’accueille (« esthétiques : hors cadre »). La réception esthétique est ici envisagée dans ses aspects phénoménologiques : cadre, délimitation, contexte sont les trois concepts centraux dont les variations perpétuelles, mobiles et interférentes sont soumises comme un défi aux dix auteurs de l’ouvrage. Chacun dans son domaine de prédilection se livre à une réflexion brillante, appuyée sur des exemples aussi différents que Bartleby de Hermann Melville, le Voyage d’hiver de Schubert, les ready made de Marcel Duchamp ou le travail de la chorégraphe Odile Duboc. On aborde aussi bien les arts plastiques et la photographie que la littérature, la danse, la musique voire l’architecture. Paradoxalement, la peinture est assez peu présente dans cet ensemble éclectique.

2La suture entre les textes est très souple et se résume à une courte présentation collective de deux pages. Des tendances d’ensemble se dessinent pourtant : les références relèvent plus souvent de l’esthétique philosophique que de la sémiotique ou de l’anthropologie, même si ces disciplines sont également évoquées. Proust est omniprésent. Walter Benjamin, Gilles Deleuze, Jacques Derrida sont souvent cités. Merleau-Ponty est plusieurs fois interrogé.

3L’ensemble est structuré en trois sous-parties selon les termes de la trilogie mais aussi selon la nature des exemples principalement examinés : « Du cadre et de son image » (consacrée à la photographie), « Promenade de la limite » (consacrée à la musique et à la danse), « Paysage contextuel » (ensemble à portée plus générale sur la notion de contexte).

4Un article de Marie-Laure Hurault, intitulé « Mise en série », est isolé en tête d’ouvrage. Il sert, au moins dans ses premières lignes, de justification au projet collectif. C’est l’assemblage des trois termes « cadre, délimitation, contexte » qu’elle propose comme « organisation sérielle où les termes associés nouent des rapports intimes tout en instituant un écart qui les sépare ». Ces trois termes associés disent plus que chacun d’eux séparément, du fait même de leur association. Malheureusement, l’article revient très vite à une réflexion sur le texte fictionnel (en l’occurrence Bartleby). Il peut difficilement fonctionner comme introduction et sa position dans l’ensemble crée, chez le lecteur, des attentes qui ne sont pas entièrement remplies.

5Signalons l’intérêt particulier des textes consacrés à la photographie. François Brunet s’intéresse à sa fonction métaesthétique, la photo étant à la fois « signe et produit d’une déréalisation esthétisante ». Comparant la photographie aux ready made, Catherine Perret décèle dans les deux types d’œuvres « un décollement entre fonction indicielle et fonction iconique », obligeant à une dialectique entre interprétation (qui relève du collectif) et regard (qui concerne l’individu).

6La partie qui concerne plus spécialement la musique et la danse s’intéresse surtout aux limites et plus particulièrement aux limites de l’art concerné, la plupart du temps pour en nier l’existence ou pour souligner les formes de contestation qui les atteignent.

7L’article d’Estelle Jacoby définit la danse comme art des limites et de l’instabilité, à la frontière de plusieurs arts. Elle se refuse tout autant à « stabiliser » cadre, délimitation et contexte. Les cadres, dès lors, prolifèrent, se gonflent de polysémie : création du plasticien fournissant un appui au corps des danseurs, espace précaire du danseur, lieu d’échange entre un corps et le monde qui l’entoure, bord de la scène enfin, soumis à toutes les modifications, cadre « permettant de faire travailler des espaces entre eux ».

8Jean-Jacques Nattiez, s’appuyant sur les thèses anthropologiques de Jean Molino sur l’art, se donne le projet ambitieux de définir la notion de musique. Selon lui, chaque culture découpe ses formes symboliques dans un continuum sonore à partir de possibilités génétiques inscrites en tout homme et liées à sa corporéité.

9Christian Doumet montre le paradoxe de la délimitation musicale : se référant à Proust et à la petite phrase de Vinteuil, il rappelle que c’est « sa récurrence même, portée par le flux de l’illimité, qui la délimite comme motif ». À travers un vaste panorama historique, il avance une théorie de l’illimité en musique. À l’illimité romantique d’un temple musical fait d’échos et de correspondances et par conséquent renvoyant à l’unité du monde (Wagner), s’oppose l’infini « ouvert » d’un univers en expansion, sans unité transcendantale (Debussy).

10Dans la troisième partie, l’ambiguïté, la fluidité de la notion de contexte est à de nombreuses reprises soulignée en particulier par Laurent Zimmermann et Bernard Vouilloux. Le premier de ces auteurs est celui qui s’attaque le plus résolument, dans son introduction, à la définition des concepts initiaux de cadre et de contexte dont il retrace rapidement l’historique et la variation d’usages. La référence à Derrida est récurrente : « le contexte est toujours déjà dans la place et non seulement autour d’elle. » Le contexte est construit par l’œuvre. Le sujet même de la réception se trouve donc transformé, perpétuellement déplacé, mis en question dans son unité, par l’expérience esthétique. Bernard Vouilloux, quant à lui, s’interroge sur l’ontologie de l’œuvre d’art et, en deçà de la « clôture muséale », sur l’importance de son lieu d’insertion pour la lecture qui en est faite. Pour lui, le contexte est par définition commutable. C’est une série de fonds successifs qui permet de reconstituer l’histoire de la production et de la réception d’une œuvre.

11Si dans l’ensemble de l’ouvrage la notion de contexte est abordée de manière directe, les notions de cadre et de limite sont trop souvent prises dans un jeu métaphorique peu explicite qui facilite les glissements conceptuels : plutôt que de bordures matérielles, il est question de cadres culturels et mentaux, d’horizon d’attente de la perception, de ligne de partage qui sépare la réalité triviale de l’œuvre d’art… Peut-être eût-il fallu examiner de plus près ces usages divers et pas toujours compatibles. De plus, le cadre comme limite concrète méritait d’être interrogé y compris dans son rapport avec les métaphores précitées. Une seule étude, celle de Sophie Charlin, s’intéresse de manière centrale aux cadres « réels », signes dont la fonction sémiotique interroge à la fois la perception, la communication avec l’Autre et le statut anthropologique de l’image (en l’occurrence l’image photographique). Le cadre, selon elle, n’est pas une constante de l’image, mais au contraire « une limite que l’image tend à déplacer, voire à évincer ».

12Or, il s’agit d’un ouvrage et non d’un numéro de revue. On peut donc regretter que le cœur théorique de la réflexion ne soit pas abordé avec plus de netteté et que les définitions n’émergent pas plus clairement, y compris pour montrer leur caractère problématique. Parfois, un seul terme de la triade est exploré, contrairement au projet initial qui mettait en avant les relations entre les trois termes. Le mot « contexte », pourtant central, a d’ailleurs été évacué du titre.

13Il manque à l’ensemble un article de synthèse plus conséquent qui affirmerait la direction d’ensemble du collectif. L’article de Marie-Claude Lambotte, qui termine l’ouvrage, n’a pas vraiment la portée d’une conclusion. L’auteur se propose, dans une perspective lacanienne, d’envisager la réception du « paysage » par le « sujet mélancolique ». Elle entend réfléchir ainsi sur la question de l’objet esthétique et le rapport entre expression et communication. Il est difficile de mettre en rapport cet article, chargé de références psychanalytiques, avec les articles qui précèdent. Le caractère très particulier du thème choisi demande une grande coopération du lecteur pour établir un lien avec la réflexion collective qui s’exprime dans le reste du livre.

14On peut s’interroger également sur l’absence de réflexion, dans l’ensemble du livre, sur le versant cognitif de la réception. La notion de contexte renvoie à la notion d’inférence. Les limites sont transgressées par un sujet qui tisse des relations entre les zones disjointes. Texte et contexte s’interpénètrent dans la construction du sens. Se pose alors la question du contrôle de l’attention dans la communication esthétique, de la genèse et de la transgression des normes. Un cadre à tracer ou à franchir est aussi un enjeu de pouvoir. Les « effets du cadre » peuvent-ils être maîtrisés, au moins partiellement ?

15Cet ouvrage est à bien des égards très stimulant. Il aborde avec finesse différents points de vue sur le statut de l’œuvre d’art dans le monde contemporain et engage une réflexion de portée générale où tous les arts trouvent place. Chacun en fonction de ses goûts et de sa culture artistique y puisera les analyses qui trouveront en lui des échos. On regrettera cependant qu’en voulant donner l’idée de fluidité des limites, de commutabilité des contextes et d’indécision des cadres, les auteurs ne soient pas vraiment parvenus à donner une force théorique décisive à leur projet collectif.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Annette Beguin-Verbrugge, « François BRUNET et al., Effets de cadre : de la limite en art », Communication, Vol. 25/1 | 2006, 294-297.

Référence électronique

Annette Beguin-Verbrugge, « François BRUNET et al., Effets de cadre : de la limite en art », Communication [En ligne], Vol. 25/1 | 2006, mis en ligne le 07 mai 2010, consulté le 27 mars 2017. URL : http://communication.revues.org/310

Haut de page

Auteur

Annette Beguin-Verbrugge

Annette Beguin-Verbrugge est professeure émérite en Sciences de l’Information et de la Communication, laboratoire du Groupe d’Études et de Recherche Interdisciplinaire en Information COmmunication (GERIICO), Université Charles-de-Gaulle, Lille 3. annette.beguin@univ-lille3.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org