Navigation – Plan du site
Recherches

« C’est un best-seller ! »

Meilleures ventes de livres en France de 1984 à 2004
Lylette Lacôte-Gabrysiak
p. 187-216

Entrées d’index

Keywords :

bestsellers, books, France, genre

Palabras claves :

bestseller, Francia, géneros, libros
Haut de page

Texte intégral

1Les mutations du marché du livre au cours de ces 20 dernières années sont bien connues : de plus en plus de titres, tirés en un nombre de plus en plus limité d’exemplaires et des ventes en augmentation constante sinon régulière. En 2003 et 2004, on compte plus de 5 000 nouveautés ou nouvelles éditions pour les romans avec un tirage moyen à moins de 8 000 exemplaires par titre. D’autres tendances ont été remarquées : la montée en puissance de la littérature jeunesse et de la bande dessinée, la multiplication des livres de bien-être, la diminution des lecteurs de livres de sciences humaines et les rumeurs sur la « tyrannie des best-sellers ». Or, très peu d’études ont pour objet ces « meilleures ventes ». Effet d’annonce et argument de vente, les forts tirages sont largement cités dans les médias, ce que n’obère en rien la pauvreté des études exhaustives sur le sujet. Il est intéressant de noter l’existence de ce sujet de recherche au Québec, même si les chercheurs déplorent le peu d’intérêt porté aux best-sellers. « Au total, les best-sellers sont l’objet de beaucoup de préjugés et d’assez peu d’études réfléchies » (Saint-Jacques et al., 1994 : 8).

2Il semble donc utile de recenser ces best-sellers afin de connaître leurs caractéristiques, leurs évolutions, et de pouvoir comparer les tendances observées avec l’évolution de l’ensemble des secteurs de l’édition.

Un « best-seller », c’est quoi au juste ?

3Avant d’entreprendre un tel travail, il était nécessaire de définir la notion même de « meilleure vente » ou de « best-seller ». Les sources officielles n’existent pas pour le livre comme elles existent pour les disques ou les entrées en salle de cinéma. En fait, pour la France, deux sources anciennes seulement sont disponibles : L’Express et Livres Hebdo. L’Express communique des listes de « meilleures ventes » depuis 1961, bimensuellement. Ce classement a d’abord été établi d’après les ventes d’un panel de librairies, puis s’est appuyé sur un sondage SOFRES. Il n’a d’abord regroupé que deux catégories d’ouvrages, « Romans » et « Essais », et ne concernait que les cinq titres les plus vendus dans chacune de ces catégories sans, toutefois, donner de chiffres. La prise en compte des autres domaines de l’édition, par exemple les dictionnaires, souvent générateurs de meilleures ventes, ne viendra que plus tard. Cette source, très intéressante, est la plus ancienne et l’une des seules disponibles. Elle présente néanmoins certains inconvénients pour une exploitation à long terme : il n’existe pas de cumulatifs.

4Livres Hebdo, revue professionnelle des métiers du livre existe, sous sa forme actuelle, depuis 1974. Un classement des « meilleures ventes » est disponible, toutes les semaines, depuis 1984. Un cumulatif annuel est publié au mois de janvier. La détermination hebdomadaire des « meilleures ventes » a été fondée sur les ventes d’un panel représentatif de librairies. Les catégories de documents pris en compte, le nombre de documents recensés et le panel de librairies ont considérablement évolué au cours du temps. Les cumulatifs annuels prennent en compte les classements hebdomadaires corrigés en fonction des informations données, ou non, par les éditeurs. Un nombre d’exemplaires vendus ou tirés est signalé pour certains titres (il est difficile de faire la différence entre vendus et tirés le plus souvent). Parfois, c’est uniquement dans le commentaire des listes de « meilleures ventes » que l’on peut avoir une idée du nombre d’exemplaires vendus (ou tirés), il arrive même que les ouvrages soient simplement regroupés dans des catégories (plus de 100 000 exemplaires par exemple). Le Point fait également une liste des meilleures ventes, mais celle-ci est plus récente et donc ne nous intéressait pas.

5Enfin, la société Tite-Live assure depuis le 1er janvier 2004, par l’intermédiaire de sa filiale Edistat, un service de suivi des ventes en temps réel auprès d’un panel représentatif de 1 200 points de vente en France métropolitaine (hors Corse). La représentativité des points de vente est établie selon les données du DEP-ministère de la Culture (TN-Sofres pour l’Observatoire de l’économie du livre). L’Express utilise actuellement cette source. Edistat permet à la fois d’obtenir des statistiques sur les meilleures ventes (toutes les semaines, plus des cumulatifs annuels des meilleures ventes en France tous secteurs éditoriaux confondus) et de suivre les ventes d’un ouvrage en temps réel. Le Bulletin critique du livre en français s’est associé à Tite-Live pour communiquer les 1 000 meilleures ventes de l’année 2005. Il s’agit là d’une étude quasiment exhaustive fondée sur les ventes enregistrées aux caisses des librairies, des grandes surfaces spécialisées et des grandes surfaces (Bulletin critique du livre français, 2006). Tite-Live poursuit cette constitution de listes depuis, même si aucun autre ouvrage récapitulatif n’est paru à ce jour. Ainsi, depuis 2004, il existe une source beaucoup plus fiable et exhaustive qui pourra être utilisée pour des études ultérieures.

6L’outil le plus utilisable pour une comparaison à long terme est donc constitué par les cumulatifs de Livres Hebdo. Il restait à trouver un critère fixe, valable de 1984 à 2004, même si les données de base présentaient assez peu de similarité pour une exploitation à cette fin. En plus de tenir compte des contraintes liées aux données disponibles, il fallait trouver un critère qui ait un sens. Les annonces liées à la qualité de « best-seller » d’un ouvrage sont généralement fonction de son classement, « n° 1 en Angleterre », ou du nombre d’exemplaires vendus, « déjà vendu à plus de 150 000 exemplaires ». Le critère du rang dans le classement ne pouvait être exploité en raison de l’évolution des dits classements dans le temps d’autant que les catégories de livres classés augmentent au fil des années ainsi que le nombre de livres classés. Restait donc exploitable le nombre d’exemplaires vendus. Ce critère a pour avantage la simplicité, la validité puisqu’il ramène toutes les catégories éditoriales sur un même plan et la stabilité, surtout si l’on fixe la barre suffisamment haut. La barre devait être fixée de manière arbitraire, afin de correspondre à un nombre suffisant de titres sans entraîner un dépouillement par trop fastidieux. Elle a été fixée à 100 000 exemplaires vendus au cours d’une année civile, ce qui nous a permis de retenir 1 326 titres sur une période de 21 ans.

7Le choix d’un seuil aussi élevé explique que certaines catégories éditoriales ne figurent pas ou pratiquement pas dans notre corpus : les beaux livres par exemple font rarement l’objet de ventes supérieures à 100 000 exemplaires. Nous aurions pu fixer des seuils différents en fonction des catégories éditoriales, mais alors la notion de « best-sellers » ou de livres « phénomènes » devenait relative.

8Ainsi, l’unité de traitement est bien un ouvrage dans une édition pour une année civile ayant enregistré des ventes supérieures à 100 000 exemplaires. Nous avons accepté comme variable l’année civile, bien qu’elle introduise un biais, parce que notre source, Livres Hebdo, l’utilise pour comptabiliser ses bilans cumulatifs. Ainsi, un livre paru en septembre, ayant vendu 80 000 exemplaires jusqu’en décembre et 50 000 au cours de l’année suivante ne sera pas pris en compte. Cette limite explique l’absence de certains titres. En revanche, un ouvrage qui se vend à plus de 100 000 exemplaires plusieurs années de suite sera cité autant de fois que d’années et ses ventes ne seront pas cumulées : c’est le cas pour les ouvrages de J. K. Rowling par exemple.

9Un ouvrage peut être cité plusieurs fois dans des éditions différentes : il s’avère souvent qu’un ouvrage qui a été meilleure vente en grand format le soit également lors de sa sortie en poche. Les rééditions de France Loisirs et du Grand Livre du Mois sont souvent ajoutées, de manière plus ou moins explicite dans Livres Hebdo, à l’édition initiale. Il est donc probable que le chiffre donné pour certains titres corresponde à un cumul.

10Les limites de l’étude sont donc importantes :

  • Fiabilité. Les chiffres, parfois arrondis, sont toujours fournis à la suite de sondages ou par les éditeurs eux-mêmes.

  • Ambiguïté. Les notions du nombre d’exemplaires tirés ou vendus ne sont pas étanches.

  • Exclusion et surreprésentation. Le découpage en année civile exclut certains titres et entraîne une surreprésentation de certains autres. La prise en compte des différentes éditions engendre également une surreprésentation.

  • 1  Je souhaite remercier les étudiants de l’IUT Information et Communication, Métiers du livre, secti (...)

11Afin de pouvoir travailler sur ces meilleures ventes, une base de données a été constituée1. Celle-ci se compose de différents champs (nom de l’auteur, nationalité, titre du livre, édition ou réédition, etc.). Pour compléter les données contenues dans les cumulatifs annuels de Livres Hebdo, nous avons consulté le catalogue de la Bibliothèque nationale de France, la BN-Opale Plus. Afin d’établir un lien possible entre un ouvrage cité dans les meilleures ventes et des événements extérieurs, nous avons également retenu la sortie d’un film tiré du livre, l’attribution d’un prix littéraire, etc. Le remplissage de ces différents champs n’a pas été sans difficulté et a imposé de nouvelles limites. Dans certains cas, des données sont peu fiables parce que périmées ou difficiles à vérifier. Nous les avons quand même enregistrées, car elles étaient les seules disponibles.

12Si la base constituée ne peut pas prétendre à une totale objectivité pas plus qu’à une, même relative, exhaustivité, elle donne néanmoins une image de ce qu’ont été les « meilleures ventes » en France au cours des années 1984 à 2004 et permet de dégager de grandes tendances.

13Avant d’aborder la question des meilleures ventes, il nous est apparu indispensable de soulever l’interrogation suivante : « Y a-t-il trop de livres ? ». L’étude des meilleures ventes nous permettra de toucher aux critères définissant une meilleure vente et de poser la question : « Achète-t-on un best-seller par hasard ? ». Ensuite, nous tenterons de vérifier si, comme semblent le penser certains libraires, « on ne lit plus les mêmes choses » et s’il y a « une montée de la culture anglo-saxonne ». Et pour terminer, nous nous interrogerons sur le poids de l’édition de poche et sur le nombre de rééditions.

Y a-t-il trop de livres ?

Mais supposons qu’enfin Tout change ! Qu’arrive l’âge d’or et que se constitue un système bibliothécaire universel (une grande bibliothèque de Babel) contenant tout ce qui est publié sur la planète : plus de cent cinquante millions de titres. Que tout être humain puisse être payé uniquement à lire des livres. Et que, dans ces conditions, chaque lecteur puisse lire quatre livres par semaine, deux cents par an, dix mille en un demi-siècle. Ce ne serait rien. Si plus aucun autre livre n’était publié désormais, cela nous prendrait 250 000 ans pour prendre connaissance des livres déjà écrits. […]. Quand nous pensons que les livres devraient être lus par tout le monde, nous ne pensons pas. La simple limitation physique rend impossible la lecture de plus de 99 % des livres déjà écrits (Zaid, 2005 : 27).

14L’auteur de ce passage met l’accent sur le faible coût de production des livres par rapport aux autres productions culturelles et donc sur l’accroissement continuel du nombre de livres publiés, livres qui ne pourront être tous lus. Le paradoxe étant qu’il l’affirme dans un livre, lui-même publié, dont le bandeau sur fond rouge en bas de la couverture annonce « un nouveau livre toutes les 30 secondes ! ». Pourtant, l’on peut constater que sur l’ensemble des livres publiés, seul un nombre restreint est disponible dans la langue maternelle du lecteur (les lecteurs multilingues constituant une minorité dans de nombreux pays, notamment en France). Ensuite, si l’on étudie les ouvrages publiés à plus de 100 000 exemplaires en France au cours des 21 dernières années, on s’aperçoit que l’on connaît la plupart des titres à la condition d’avoir été, en 1984, suffisamment âgé pour s’intéresser un tant soit peu à la production éditoriale. On ne les a pas forcément lus, mais on en a, au moins, entendu parler. C’est en cela que cette étude des meilleures ventes est presque rassurante : si elle donne de la production éditoriale une image limitée, voire trompeuse, elle montre, à défaut de prouver, la puissance des best-sellers et leur retentissement dans l’ensemble de la société.

15Le nombre de titres ne cesse d’augmenter, et même si le nombre d’exemplaires par titre diminue, il n’en reste pas moins que le nombre de livres achetés est en augmentation depuis 20 ans (Syndicat national de l’édition, publication annuelle).

16Le nombre d’exemplaires vendus est ainsi passé de 308 016 000 exemplaires en 1986 à 388 449 000 en 2003, soit une hausse de 26 %. Le nombre de titres publiés a connu une hausse plus importante : de 28 974 titres en 1984 à 65 727 en 2003, soit une hausse de 130 %, hausse régulière, mais qui a connu une nette accélération à partir de l’an 2000 (51 837 titres en 2000 pour 65 727 en 2003). Dans l’ensemble, les nouveautés connaissent une hausse plus régulière, soit 160 % de 1984 à 2003 (12 100 en 1984, 24 514 en 1997 et 30 949 en 2003). Parallèlement, le tirage moyen chute de 12 835 exemplaires par titre en 1984 à 8 110 en 2003, soit une baisse de 37 %.

17Ainsi, la multiplication des titres est bien une réalité que les libraires ressentent et qui se traduit par une présence en librairie de plus en plus réduite pour nombre de titres. Comment repérer et choisir les ouvrages d’auteurs inconnus ou peu connus et édités par de petits ou moyens éditeurs qui connaîtront le succès parmi les 650 titres des romans de la rentrée ? Les retours sont rapides et laissent peu de place au bouche-à-oreille et donc au succès potentiel de ce type d’ouvrages.

18Néanmoins, une tendance générale peut être dégagée. Le nombre d’ouvrages vendus ou tirés à plus de 100 000 exemplaires est en augmentation forte à partir des années 2000 puisque l’on passe de 242 titres entre 1984 et 1988 à 423 titres de 1999 à 2003.

Tableau 1. Nombre de titres vendus ou tirés à plus de 100 000 exemplaires par rapport à l’ensemble des meilleures ventes, 1984-2004

Années

Nombre de titres

% par rapport à l’ensemble des meilleures ventes

1984-1988

242

18,3 %

1989-1993

264

20,0 %

1994-1998

308

23,3 %

1999-2004

509

38,4 %

On n’achète pas un best-seller par hasard

19Qu’est-ce qui détermine l’achat d’un livre en général et qu’est-ce qui fait que certains deviennent des best-sellers ? Un sondage Livres Hebdo/TNS Sofres réalisé en février 2006 (D. G., 2006) fournit quelques éléments de réponse à cette question.

20À la question « Pourquoi achète-t-on un livre ? », ce serait la connaissance de l’auteur — « parce qu’on l’apprécie » — qui constituerait le premier motif d’achat (38 % des personnes interrogées contre 11 % en 1994). Viennent ensuite, par ordre décroissant, les prescriptions des enfants, les conseils de l’entourage, un besoin pour les études, la lecture d’une critique, une publicité, une émission littéraire, un besoin professionnel et enfin, une émission de télévision (3 % contre 5 % en 1994).

21Un autre sondage, celui de Ipsos/Livres Hebdo paru en novembre 2005, donne des résultats différents puisque la question « Qu’est-ce qui vous incite le plus à acheter un livre ? » offre la possibilité de réponses multiples. La majorité des personnes sondées (57 %) ont répondu « le bouche-à-oreille, les conseils de [notre] entourage ». Viennent ensuite le résumé de la quatrième de couverture, les critiques presse, les interviews des auteurs, la personnalité et l’œuvre de l’auteur (à 16 % seulement, en baisse par rapport à une enquête précédente de 2003 où le pourcentage était de 27 %).

22La même enquête révèle que 61 % des sondés se déclarent d’accord avec l’assertion suivante : « La télévision est de plus en plus un moyen de promotion du livre ». Les auteurs de best-sellers seraient-ils les auteurs les plus télégéniques ? « En caricaturant à peine, Sartre serait encore de ce monde, il suffirait qu’il ait été mauvais deux fois de suite chez Ardisson pour être renvoyé aux poubelles de l’histoire » (D. G., 2006).

23La réception des best-sellers a fait l’objet d’études au Québec. Celle de Bonnassieux et al. (1991) porte sur le ressenti des lecteurs, ce qui explique peut-être certains décalages entre ce que disent les personnes interrogées et nos propres conclusions sur la prédominance de l’auteur et l’importance des films dans la best-sellarisation d’un ouvrage.

Plus ouvertes semble-t-il, aux conseils extérieurs, les femmes concèdent plus d’autorité aux critiques (journaux-radio-télé) et aux recommandations de proches quand vient le temps de sélectionner leurs lectures. Les hommes soutiennent quant à eux miser d’abord sur leur propre capacité de discernement en choisissant surtout d’après le genre ou le sujet. De même, le nom de l’auteur et le texte de présentation au dos du livre représentent des indices plus déterminants pour les femmes que pour les hommes. Au chapitre des facteurs qui n’influencent que faiblement le choix d’un livre notons d’abord le titre ou la couverture de l’ouvrage, le fait qu’il ait été présenté en série télévisée ou en film et enfin sa présence sur une liste de bestsellers (p. 90-91).

Qui sont les auteurs de best-sellers ?

24En fait, le profil de l’écrivain de best-sellers tous genres confondus est celui d’un homme (à 69 %), français (à 56 %), de plus de 40 ans (à 62,5 %) et écrivain de profession (57,5 %) même s’il n’est pas toujours facile de déterminer l’activité principale de l’auteur. Pourtant, ce profil ne correspond pas aux auteurs les plus cités.

25Voici la liste des auteurs qui reviennent le plus souvent dans notre corpus.

Tableau 2. La liste des auteurs selon le nombre d’apparitions de leurs titres sur les listes de best-sellers, 1984-2004

Auteur

Nombre de titres (N)

Zep

53

Mary Higgins Clark

44

Jean Van Hamme

35

Stephen King

28

Joanne K.Rowling

27

Michelin

22

Dominique Frémy

21

Michèle Frémy

21

Paulo Coelho

20

Patricia Cornwell

20

Christian Jacq

20

San Antonio

17

Paul-Loup Sulitzer

17

Morris

16

Amélie Nothomb

16

Bernard Werber

16

26Le nombre de mentions est parfois plus élevé que le nombre de titres publiés en raison de la présence sur les listes des mêmes titres pendant plusieurs années.

27Ainsi, l’auteur qui a généré le plus de best-sellers en France de 1984 à 2004 est Suisse et il écrit des BD, plutôt à destination des enfants. Ensuite, vient la reine américaine du polar international. Jean-Claude Van Hamme, Belge, est un autre auteur de BD (Largo Winch, XIII, Les Aventures de Blake et Mortimer).

28Il est suivi par Stephen King, auteur américain au succès international, et par Joanne K. Rowling, romancière anglaise, mère de Harry Potter (les cinq tomes, parus en grand format et en poche sont listés 27 fois). Le seul livre, d’ailleurs, en langue étrangère qui se soit vendu en plus de 100 000 exemplaires est le tome IV des aventures du jeune sorcier (Harry Potter and the Order of the Phenix).

29Vient ensuite la part belle aux guides Michelin et au Quid dont Dominique et Michèle Frémy sont les coauteurs. Le premier auteur de littérature générale, l’auteur brésilien Paulo Coelho, est cité 20 fois. Patricia Cornwell, une autre auteure américaine, cette fois de romans policiers, affiche le même score ainsi que Christian Jacq, auteur bien connu de romans historiques situés principalement en Égypte antique. L’auteur français de policiers San Antonio et le romancier Paul-Loup Sulitzer suivent avec 17 mentions alors que Morris, l’auteur belge de Lucky Luke, Amélie Nothomb, auteure belge de littérature générale et l’auteur français de romans fantastiques Bernard Werber ferment la marche avec 16 mentions chacun.

30Que peut-on retenir de cette liste ? Que le nom de l’auteur fait vendre ? Le doute est difficilement permis. Les lecteurs sont fidèles à leurs auteurs favoris, ils attendent les nouveautés. Sur ce plan, on peut penser que cette fidélité est d’autant plus importante que les lecteurs attendent la suite d’une histoire à rebondissements et qu’ils prennent plaisir à retrouver leurs personnages favoris. Dans le cas de Harry Potter ou des séries BD comme XIII, cela ne fait pas de doute. L’effet est-il le même quand il s’agit de nouvelles aventures d’un personnage central ? Il semble que non. Par exemple, Patricia Cornwell écrit des romans policiers autour d’un personnage récurrent, le Dr Kay Scarpetta. Si l’on consulte la liste de ses meilleures ventes, on constate que trois des quatorze romans à succès parus au cours de la période étudiée ne mettent pas en scène Kay Scarpetta. De même, les romans de Stephen King deviennent pratiquement tous des best-sellers sans, pour autant, mettre en scène des personnages récurrents. Il en va de même des romans de Paulo Coelho, d’Amélie Nothomb ou de Paul-Loup Sulitzer.

31L’évolution dans le temps est assez remarquable. Entre 1984 et 1988, l’auteur le plus cité est Paul-Loup Sulitzer (six mentions) ; entre 1989 et 1993, ce sont Stephen King et Mary Higgins Clark (10 mentions chacun) ; entre 1994 et 1998, Stephen King domine toujours (13 mentions) et entre 1999 et 2004, ce sont Zep (47), Joanne K. Rowling (27) et Mary Higgins Clark (17). C’est donc au cours de la dernière période que l’on constate une inflation du nombre de mentions par auteur. Inflation d’autant plus importante que plus d’une vingtaine d’auteurs sont mentionnés plus de quatre fois. Il ne s’agit donc pas d’un phénomène isolé, mais bien d’un mouvement plus profond qui marque l’avènement d’une concentration des ventes sur quelques noms ou quelques titres. Si le nombre de titres ayant dépassé le seuil des 100 000 exemplaires vendus (ou tirés) a pratiquement doublé, le nombre d’auteurs atteignant ces ventes n’a augmenté que d’environ 50 %.

32Quel est l’effet des prestations télévisées des auteurs sur les meilleures ventes ? Il est difficile de répondre à cette question en utilisant le corpus établi. Néanmoins, on peut remarquer que des auteurs non médiatisés comme Christian Jacq vendent très bien leurs livres alors que d’autres auteurs de best-sellers sont fortement médiatisés (par exemple Bernard Werber, Philippe Labro, Jean d’Ormesson et Alexandre Jardin). Enfin d’autres auteurs, souvent présents dans les émissions télévisées ou radiophoniques, voient leurs titres peu mentionnés.

33La notoriété d’un auteur, si elle est un gage indéniable de succès en librairie, ne passe donc pas forcément par une médiatisation directe. Si la forte médiatisation d’un Stephen King ou du nouvel Harry Potter peut expliquer leur succès, il n’en va pas de même pour les romans de Mary Higgins Clark ou de Patricia Cornwell qui, pourtant, totalisent des chiffres de vente impressionnants. Est-ce le genre de ces romans qui accroîtrait la fidélité des lecteurs ? Difficile de trancher. Un effet de la notoriété des auteurs est la réédition, la traduction et l’entrée dans les listes de meilleures ventes d’anciens romans qui n’avaient connu qu’un succès de librairie très mitigé. Un bon exemple est Dan Brown et son Da Vinci Code, qui a entraîné la réédition et la traduction de ses trois premiers romans.

34Deux genres méritent un traitement à part : les BD et les dictionnaires. Si les Guides Michelin, le Quid et le Petit Larousse apparaissent très souvent dans les listes des meilleures ventes, on ne peut parler ni d’effet auteur, ni d’effet série, mais de la notoriété de ces titres qui demeurent, du moins jusqu’en 2004, des ouvrages de référence.

35En termes de nombre d’exemplaires vendus, les plus forts tirages correspondent aux bandes dessinées. L’effet série joue ici à plein. Sur les 13 titres ayant été vendus à plus d’un million d’exemplaires, on trouve les cinq aventures d’Astérix parues au cours de cette période. Des séries comme Lucky Luke, Dragon Ball Z, Largo Winch, Thorgal, XIII, Le Petit Spirou ou Les Tuniques bleues font systématiquement ou, au moins régulièrement, l’objet de meilleures ventes. Si l’effet série est très important pour les BD, l’effet auteur peut aussi être observé : ainsi, William Vance est l’auteur de plusieurs séries présentes dans le corpus (Largo Winch, XIII, Les aventures de Blake et Mortimer). Il est toutefois difficile de trancher à ce sujet, les exemples étant insuffisamment nombreux.

36Une autre donnée vient confirmer l’idée que les lecteurs, dans une certaine mesure, attendent un ouvrage (le nouveau roman de…) : 65,7 % des titres des meilleures ventes sont des livres grand format contre 26,3 % de poche et 1,3 % de Librio (essentiellement les titres correspondant à la sortie en feuilleton de La ligne verte de Stephen King). Ainsi les livres sont-ils achetés dans leur édition originale. Il faut également préciser que les livres de poche tirés à plus de 100 000 exemplaires sont souvent des titres qui ont déjà été des meilleures ventes lors de leur sortie en grand format.

37Dans la même logique, le prix du livre n’est pas un facteur déterminant. Il l’est peut-être d’une manière plus globale : les beaux livres par exemple, qui sont des livres chers, sont très peu présents dans notre corpus hormis, bien sûr, La terre vue du ciel de Yann Arthus-Bertrand, immense succès de librairie. Les autres livres se vendent à un prix généralement inférieur à 180 f, soit environ 27,50 €, ce qui correspond effectivement à la grande majorité des ouvrages recensés.

38Nous avons également étudié le nombre de pages pour conclure qu’il n’est pas un facteur déterminant.

L’incidence des prix littéraires

39Nous avons également voulu savoir si les prix, prix littéraires ou prix publics, étaient des agents vendeurs.

40Dans l’une des enquêtes susmentionnées de Livres Hebdo, à la question à réponses multiples « Qu’est ce qui vous incite le plus à acheter un livre ? », 5 % des personnes interrogées en 2005 ont répondu « l’attribution d’un prix littéraire » contre 3 % en 2003. Dans notre corpus, nous avons constaté la part peu importante d’ouvrages ayant reçu des prix littéraires.

Tableau 3. Nombre et pourcentage d’ouvrages à grand succès ayant reçu un prix, 1984-2004

Prix littéraire

(N)

(%)

Inconnu

464

34,9

Aucun prix

798

60,0

Goncourt

19

01,5

Goncourt lycéen

2

00,2

Renaudot

9

00,7

Femina

6

00,5

Interallié

6

00,5

Autre

26

02,0

TOTAL

1 333

100,0

41Ainsi, seul le prix Goncourt s’avère réellement influent. En 20 ans, 18 titres ayant obtenu le Goncourt ont été vendus à plus de 100 000 exemplaires. Les noces barbares de Yann Queffélec s’affiche deux fois dans la liste, car ce titre s’est vendu à plus de 100 000 exemplaires en 1985, année de sa sortie, et en 1986. Le Goncourt des lycéens a couronné La joueuse de Go de Shan Sa deux ans après sa sortie et c’est dans sa version poche qu’il est passé dans les meilleures ventes. L’un des neuf titres du prix Renaudot a également reçu le Goncourt des lycéens ; il s’agit de Allah n’est pas obligé d’Ahmadou Kourouma.

42Quatre titres se partagent les six prix Femina. Le zèbre d’Alexandre Jardin a été meilleure vente en grand format et, deux ans plus tard, en poche ; Sans la miséricorde du Christ d’Hector Bianciotti a été meilleure vente deux années de suite.

43Le prix Interallié a été attribué à cinq titres différents : L’étudiant étranger de Philippe Labro a été consacré meilleure vente lors de sa sortie en grand format, puis lors de sa sortie en poche deux ans plus tard.

44L’influence des prix littéraires serait moins déterminante que ne le laisse supposer la médiatisation qui suit l’attribution de ces prix, à l’exception possible du prix Goncourt. En retour, on peut se demander ce qui, de l’attribution du prix ou de la médiatisation de l’ouvrage à cette occasion, a le plus d’influence.

45Les prix publics semblent avoir encore moins d’influence sur les ventes. Seul le prix RTL-Lire apparaît sur notre liste. Trois titres se partagent les cinq mentions puisque Je voudrais que quelqu’un m’attende quelque part d’Anna Gavalda a atteint le plateau des meilleures ventes deux années en grand format et une année en format poche.

L’effet cinéma

46L’influence du cinéma sur la vente des livres est intéressante à étudier, mais il s’agit d’un phénomène complexe. Au total, 154 de nos titres ont connu une adaptation cinématographique.

47Dans certains cas, l’adaptation cinématographique est, sans conteste, une forte incitation à l’achat du livre correspondant. Par exemple, le film Liaisons dangereuses a entraîné la vente à plus de 200 000 exemplaires de l’ouvrage de Choderlos de Laclos paru au XVIIIe siècle. Il en fut de même pour La ferme africaine de Karen Blixen, paru en 1942, à la suite de la sortie du film Out of Africa ; Le hussard sur le toit de Jean Giono et Germinal d’Émile Zola ont également profité d’un regain des ventes. L’exemple le plus frappant reste Le seigneur des anneaux dont les trois tomes se sont partagé huit mentions des meilleures ventes en 2001 et 2002 (dont deux mentions pour le premier tome de la série en Folio Junior). Au total, plus de 1 870 000 exemplaires ont été vendus. À l’inverse, il arrive que le livre sorte à la suite du film ; c’est le cas du roman Les nuits fauves de Cyril Collard.

48Dans un troisième cas de figure, c’est le succès du livre qui entraîne son adaptation cinématographique, comme Dors ma jolie de Mary Higgins Clark.

49Enfin, la série Harry Potter représente le cas type de la « spirale » : le succès des romans a entraîné leur adaptation cinématographique, qui a contribué à l’augmentation des ventes de livres.

50La littérature jeunesse est très sensible à ce phénomène. L’influence du cinéma y est particulièrement importante. Sur 56 titres recensés dans la catégorie Littérature jeunesse, 25 ont connu une adaptation cinématographique. Il faut bien sûr tenir compte de la série des Harry Potter, mais nous devons rappeler que, à trois occasions, la sortie concomitante d’un film de Walt Disney et du livre éponyme a entraîné des ventes qui ont dépassé les 100 000 exemplaires. Il faut également ajouter Kirikou dont la publication a profité du succès cinématographique. Les séries télévisées (Dragon Ball Z, Titeuf) contribuent également à l’augmentation des ventes des ouvrages correspondants.

51Ainsi, le cinéma, ou plutôt le succès d’un film tiré d’un roman, contribue-t-il à augmenter les ventes de l’ouvrage.

52On achète donc un best-seller de moins en moins par hasard et de plus en plus en fonction de son auteur. Ce phénomène s’accroît puisqu’il émerge nettement à partir des années 2000. Les prix littéraires, hormis le Goncourt, ont une influence moindre, ainsi que les prix publics. L’adaptation cinématographique est un formidable outil de vente, si la notoriété du film est suffisante. Ce sont les films blockbusters qui font vendre le plus de livres.

On ne lit plus les mêmes choses

53Il semble indispensable de s’intéresser, pour la période étudiée, à l’évolution des différentes catégories éditoriales (le genre) au sein des meilleures ventes.

Tableau 4. Répartition des meilleures ventes selon le genre, 1984-2004

Genre

(N)

(%)

Littérature générale

493

37,2

BD

192

14,5

Essais/documents

166

12,6

Policiers

119

09,9

Dictionnaires

67

05,1

Littérature jeunesse

56

04,2

SF/Fantasy/Fantastique

50

03,8

Témoignages/biographies

46

03,5

Guides

44

03,3

Livres pratiques

29

02,2

Humour

23

01,7

Beaux-livres

13

01,0

Mangas

13

01,0

Documentaires jeunesse

8

00,6

Cartes et plans

4

00,03

Autres/érotique

3

00,03

54Afin d’éviter la double ou triple classification d’un même titre, nous avons apporté une correction afin de déterminer le genre principal de l’ouvrage. Ce ne fut pas une tâche facile. La notice des ouvrages, même celle établie, recommandée par la BN-Opale Plus, ne permet pas toujours de trancher avec certitude. Si Le seigneur des anneaux de J. R. R. Tolkien est un roman de fantasy, doit-on également le ranger en littérature jeunesse, notamment pour sa parution dans la collection Folio Junior de chez Gallimard ? Cette édition étant minoritaire par rapport aux autres éditions, nous avons choisi de classer l’ouvrage dans la catégorie « SF, fantasy ». Doit-on classer les romans de Bernard Werber en SF ? Doit-on classer les BD à destination des enfants (Titeuf, Les Tuniques bleues) en BD ou en Jeunesse ? Nous avons fait le choix de classer les BD uniquement dans la catégorie BD. Il est apparu particulièrement ardu de différencier, pour certains titres, les « témoignages » des « documents » et les romans de littérature générale des ouvrages de fiction inspirés ou relatant des faits réels.

55Puisque des catégories n’avaient pas été prévues au départ — comme l’humour, alors qu’elle regroupe tout de même 23 titres —, nous les avons ajoutées.

  • 2  Au Québec, ces ouvrages ne sont pas vendus en librairie alors qu’en France, certaines librairies l (...)

56Nous avions prévu la catégorie « roman sentimental » qui, selon la nomenclature du Syndicat national de l’édition, regroupe des « romans sentimentaux s’intégrant dans des séries populaires à large diffusion ». Son exclusion tient au fait que les listes des meilleures ventes dans cette catégorie sont établies à partir des ventes de collection ou de maisons d’édition et non de titres2. Nous avons également choisi de ne pas retenir la catégorie des romans d’amour. On considère souvent les romans de Marc Levy comme des romans d’amour, mais qu’en est-il de ceux d’Anna Gavalda ? De L’amant de Marguerite Duras ? Et pourtant, il est incontestable que le genre sentimental-roman d’amour est générateur de best-sellers. À titre d’exemple, Danielle Steel fait partie des auteurs les plus vendus dans le monde et deux de ses romans sont effectivement présents dans nos listes. Cependant, nous les avons classés dans la catégorie « littérature générale ».

57Si certaines catégories contiennent bon nombre de titres, il peut s’agir d’un effet multiplicateur de certains titres qui sont vendus à plus de 100 000 exemplaires en plusieurs éditions ou plusieurs années de suite. En littérature jeunesse, par exemple, sur 56 titres, il y a 27 Harry Potter (pour cinq tomes parus).

58La catégorie des mangas (11 titres) a été jumelée aux BD ; il s’agit des différents tomes de la série Dragon Ball Z.

Tableau 5. Répartition des titres des meilleures ventes, par genre, 1984-2004

Genres

1984-88

1989-93

1994-98

1999-04

Titre

PdM

Titre

PdM

Titre

PdM

Titre

PdM

(N)

(%)

(N)

(%)

(N)

(%)

(N)

(%)

Littérature générale

113

46,7

122

46,4

101

32,9

157

30,8

Polar

2

0,8

22

08,4

32

10,4

62

12,2

SF/fantasy/fantastique

6

02,4

7

02,7

19

06,2

17

03,4

Humour

5

2,1

9

3,4

7

02,3

2

00,4

Essais/documents/témoignages

58

24,0

43

16,3

54

17,6

57

11,2

Livres pratiques/beaux-livres

8

03,3

7

02,7

3

01,0

24

04,8

Cartes et plans

3

01,2

1

00,4

0

0

BD

9

03,7

14

05,3

48

15,6

120

23,6

Manga

0

0

11

03,6

2

00,4

Jeunesse (roman et documentaire)

3

1.2

2

0,8

8

2,6

51

10,0

Dictionnaires

23

09,5

19

7,2

13

4,2

12

02,4

Guides

12

05,0

17

06,4

11

03,6

4

00,8

TOTAL

242

100

263

100

307

100

508

100

PdM = part du marché des meilleures ventes

59D’année en année, le pourcentage de romans de littérature générale est de plus en plus faible par rapport à l’ensemble. Ce mouvement de recul est particulièrement sensible depuis le milieu des années 1990, même si sa part du marché des meilleures ventes demeure la plus importante.

60Les polars occupent de plus en plus de place dans le marché des meilleures ventes puisque, sur une période de 21 années, le nombre de titres s’est multiplié par 30 (de 2 à 62) et sa part du marché, par 15 (de 0,8 à 12,2 %).

61Si les littératures de l’imaginaire sont en forte progression, celles-ci ont eu peu d’effet sur les ventes à grand tirage. Il est vrai que, de 1984 à 2004, le nombre de titres a triplé (de 6 à 17), mais leur part du marché est demeurée sensiblement la même. Le pic des années 1995 à 1998 est attribuable à la publication chez Librio de La ligne verte de Stephen King : ce roman ayant été publié en feuilleton (six livraisons), chaque chapitre a passé le cap des 100 000 exemplaires vendus. Dans ce genre, on constate la prédominance de deux auteurs : Stephen King et Bernard Werber.

62Sont regroupés parmi les essais, les documents, les témoignages et les biographies : les écrits du pape, du dalaï-lama ainsi que les biographies d’hommes politiques et le livre de Thierry Meyssan. Cette catégorie se maintient en valeur absolue au cours de la période (53 titres en moyenne), mais ses parts de marché diminuent, passant de 24 à 11,2 %, en raison, principalement, de la montée fulgurante en popularité de certains genres (le polar, la BD, la jeunesse et à un degré moindre, la fantasy et les livres pratiques/beaux livres).

63Aucun titre de la catégorie « cartes et plans » n’a atteint le plateau des meilleures ventes depuis 1995. La baisse est encore plus notable pour les dictionnaires (de 23 à 12 titres) et pour les guides (de 12 à 4). Leur part respective du marché des meilleures ventes est également en chute libre. Sans doute le recours à Internet à haut débit et la présence sur le Web de la version électronique des dictionnaires et des encyclopédies ont-ils été déterminants. À titre d’exemple, l’édition imprimée du Quid a cessé de paraître en 2008. Seul, désormais, le site Internet fera l’objet des mises à jour.

64Les BD, en revanche, ont connu une progression presque fulgurante, passant de 9 à 120 titres et de 4 % à 24 % du marché, pendant la période étudiée. Le « phénomène » des mangas est surtout celui d’une série, Dragon Ball Z.

La littérature jeunesse a le vent en poupe.

65Sur le plan des meilleures ventes, le nombre de romans jeunesse est limité puisque 27 des 56 titres correspondent à la série des Harry Potter. La liste compte huit titres de Titeuf parus dans la Bibliothèque Rose et quatre mentions du Petit Prince d’Antoine de Saint-Exupéry. Les dix-huit titres restants regroupent des auteurs aussi variés que Philipp Pullman, Stephen King, Luc Besson (Arthur) et Daniel Pennac. On retrouve également quatre albums faisant suite à des films, dont trois de Walt Disney et celui de Michel Ocelot, Kirikou et la sorcière.

66Ainsi, Harry Potter demeure non seulement le phénomène du genre, mais le phénomène éditorial des 20 dernières années.

67Les documentaires jeunesse n’ont pas fait l’objet d’une étude spécifique étant donné leur faible poids au sein du corpus. En 21 ans, seuls huit titres ont été repérés. Parmi eux, nous retrouvons le Guide du zizi sexuel de Zep dont le succès est sans doute lié au nom de l’auteur et à la présence de Titeuf, deux ouvrages d’Alain Decaux (Alain Decaux raconte l’histoire de France aux enfants et Alain Decaux raconte la Révolution française aux enfants). Il s’agit peut-être ici davantage de cadeaux, notamment en ce qui concerne le second titre dont les années de meilleures ventes correspondent au bicentenaire de la Révolution française. On y trouve également L’ours de Daniel Heymann, qui a fait suite au film de Jean-Jacques Annaud en 1988 et La Terre racontée aux enfants, qui est dérivé de La terre vue du ciel de Yann Arthus-Bertrand. Enfin L’album officiel des Pokémons et Le guide officiel des Pokémons complètent cette liste.

68Leur succès résulte toujours d’un succès préalable, qu’il s’agisse de celui de l’auteur, d’un film, d’un jeu vidéo ou d’un autre livre. Dans ce domaine, comme dans beaucoup d’autres, les enfants sont de plus en plus prescripteurs, comme le montre l’enquête de Livres Hebdo de mars 2006. À la question « Avant d’acheter ce ou ces livres, qu’est-ce qui vous avait guidé dans vos choix ? », 19 % des personnes interrogées répondent « vos enfants », comparé à 6 %, en 1994.

La montée de la culture anglo-saxonne

69Un récent article de Livres Hebdo (n° 634, 24 février 2006) confirme le succès planétaire d’auteurs anglo-saxons, comme Stephen King (350 millions d’exemplaires pour 40 romans), Danielle Steel (550 millions d’exemplaires vendus pour 68 romans), Joanne K. Rowling (300 millions d’exemplaires pour six romans) et Mary Higgins Clark (250 millions pour 27 titres). Paolo Coelho, s’il n’est pas anglo-saxon, connaît lui aussi le succès international.

70Si les auteurs français, au total des 21 années des meilleures ventes, sont majoritaires (56,4 %), leur part du marché est en chute : 72,3 % en 1984-1988 et 46,2 % en 1999-2004. Ce sont les auteurs européens et étatsuniens qui ont accru leurs parts du marché : les Européens (autres que Français et Britanniques) ont multiplié par 3,5 (de 7 % à 23,4 %) leur part, les Étatsuniens par quatre (de 3,7 % à 13,8 %) et les Britanniques par 10 (de 1,2 % à 10,6 %). Les auteurs du reste du monde, qui représentent plus de 80 % des terres habitées, voient leurs parts plafonner à environ 5 %.

71Il faut cependant relativiser ces chiffres.

Tableau 6. Répartition des auteurs en fonction de leur nationalité pour l’ensemble de la période 1984-2004

Nationalité

1984-88

1989-93

1995-98

1999-04

TOTAL

(N)

(%)

(N)

(%)

(N)

(%)

(N)

(%)

(N)

(%)

France

175

72,3

173

65,3

164

53,1

235

46,2

747

56,4

Europe

17

07,0

13

04,9

38

12,3

119

23,4

187

14,1

États-Unis

9

03,7

34

12,8

47

15,2

70

13,8

160

12,1

Inconnu

26

10,7

32

12,1

23

07,4

9

01,8

90

06,8

Angleterre

3

01,2

7

02,6

10

03,2

54

10,6

74

05,6

Monde

12

05,0

6

02,3

27

08,7

22

04,3

67

05,1

TOTAL

242

100,0

265

100,0

309

100,0

509

100,0

1325

100,0

72En effet, 42 des 70 auteurs étatsuniens sont des auteurs de policiers, dont Mary Higgins Clark (16 titres) et Patricia Cornwell (14 titres), auxquelles s’ajoute Stephen King (quatre titres dans les policiers). C’est donc la popularité du policier sur la dernière période et, plus particulièrement, des auteures prolifiques (Higgins Clark et Cornwell) qui explique en partie cette plus grande visibilité de la littérature étatsunienne. Dans des genres autres que le polar, nous retrouvons Katherine Kressman Taylor (Inconnu à cette adresse), Paul Auster, Philip Roth (La tache), Armistead Maupin (Les nouvelles chroniques de San Francisco), Jim Fergus (Mille femmes blanches) et J. M. Auel.

73La plupart des auteurs sont des auteurs de fiction auxquels il faut ajouter, dans le genre « essai », le très grand succès mondial de John Gray et Anne Lavédrine : Les hommes viennent de Mars, et les femmes viennent de Vénus.

74Parmi les auteurs britanniques, 27 des 54 mentions reviennent à Joanne K. Rowling pour sa série des Harry Potter, à qui s’ajoutent Philip Pullman et ses Royaumes du Nord (deux mentions) et J. R. R. Tolkien avec sa série du Seigneur des anneaux (huit mentions). On retrouve également, selon les genres, John Le Carré, Isabelle Wolff, Patricia MacDonald, Phyllis Dorothy James, Ken Follet (Le réseau Corneille) et George Orwell pour 1984. Les auteurs de littérature générale sont peu présents : David Lodge, Joseph Connolly (Vacances anglaises, adapté au cinéma l’année suivante par Michel Blanc sous le titre Embrassez qui vous voudrez) et Nicholas Evans (Le cercle des loups, deux mentions). L’auteure la plus présente est Helen Fielding (cinq mentions) pour Le Journal de Bridget Jones et L’âge de raison. Deux titres des meilleures ventes ne relèvent pas du domaine de la fiction : Pour en finir avec la cigarette d’Allen Carr et Da Vinci Code décrypté de Simon Cox. La très grande majorité des auteurs de la catégorie « pays européens sauf la France » écrivent en français (164 des 188 titres) alors que 24 des titres (13 %) sont écrits dans une langue européenne autre que l’anglais et traduits en français. Parmi eux, signalons Umberto Eco, Primo Levi (Si c’est un homme), Suzanna Tamaro, Patrick Süskind (Le parfum), Stefan Zweig, Fred Uhlman, Frantz Kafka, Günter Wallraff (Tête de Turc), Lech Walesa et quelques auteurs danois et suédois.

75Parmi ces auteurs francophones, il faut signaler l’importance des auteurs de BD (127 mentions), dont le Suisse Zep et le Polonais Rosinski, ainsi que de plusieurs Belges vivant en France depuis longtemps (Amélie Nothomb, Christine Ockrent).

Tableau 7. Répartition des auteurs francophones de la catégorie « autre Europe » selon les genres.

Genre

Citations (N)

Fréquence (%)

BD

127

77.4

Roman adulte

19

11,6

Roman jeunesse

8

04,9

Témoignage

3

01,8

Document

3

01,8

Essai

3

01,2

Polar

1

00,6

Document jeunesse

1

00,6

Littérature de genre

0

-

Fantastique

0

-

Science fiction

0

-

Fantasy

0

-

Érotique

0

-

Dico

0

-

Guide

0

-

Livre pratique

0

-

Beau livre

0

-

Manga

0

-

Autre

0

-

Humour

0

-

Biographie

0

-

Cartes plan

0

-

Total

164

100,0

76Parmi les 67 titres dans le genre fiction d’auteurs non européens et non francophones, nous trouvons Paulo Coelho (20), Akira Toriyama, l’auteur du manga Dragon Ball Z, (13), Tahar Ben Jelloun (quatre), Amin Maalouf (cinq) et Ahmadou Kourouma. La littérature sud-américaine, outre les écrits de Paulo Coelho, est également représentée par Gabriel Garcia Marquez et Isabelle Allende. La littérature australienne ne compte que deux auteurs. La présence d’auteurs asiatiques de littérature générale est très marginale, sauf celle de Sijie Dai (Balzac et la petite tailleuse chinoise).

77Les romans traduits de l’anglais mais dont les auteurs ne sont ni britanniques, ni étatsuniens, sont très peu nombreux : le Polonais Wladyslaw Szpilman (Le pianiste), trois auteurs australiens et le dalaï- lama.

78Deux auteurs français ont écrit quelques-uns de leurs romans dans leur langue d’origine pour ensuite être traduits en français : il s’agit de Milan Kundera et de Gao Xingjian (au total, quatre mentions).

79Ainsi, la majorité des livres vendus en France sont écrits par des francophones. Pour les autres titres, il faut nuancer et relativiser. Les mangas, représentés par un seul auteur, sont un cas isolé. Ils connaissent un énorme succès au Japon et en France et contribuent à la popularité de la BD en France.

80Les auteurs étrangers qui vendent beaucoup en France connaissent d’abord un succès mondial. Outre le cas de Paulo Coelho, la plupart de ces auteurs sont anglo-saxons, Stephen King constituant ici le cas type.

81Les auteurs britanniques occupent surtout le domaine de la fantasy. Les plus connus sont Philip Pullman et J. R. R. Tolkien. Néanmoins, on peut se demander s’il ne s’agit pas plutôt d’un mouvement plus vaste qui serait celui d’une vague de popularité de la fantasy qui déferle à travers le monde et plus particulièrement en France. Dans ce cas, le succès des films et des autres produits appelle et renforce le succès et les ventes du livre.

  • 3  Plus d’inscrits mais moins de jeunes. Voir Santantonios (2006).

82Les Anglo-Saxons dominent depuis longtemps le genre du policier et les listes des meilleures ventes. Serait-ce en lien avec le cinéma et la télévision qui proposent de nombreuses séries policières souvent anglo-saxonnes elles aussi ? Toujours est-il que la hausse des ventes correspond aux préférences de plus en plus marquées pour ce genre si l’on se fie aux enquêtes. À la question portant sur « les genres de livres préférés », 8 % des personnes interrogées répondaient « romans policiers ou d’espionnage » lors de l’enquête sur les pratiques culturelles des Français de 1989 ; 9 % lors d’une enquête équivalente menée en 1997 et 17 % lors d’une enquête du Centre de recherche pour l’étude et l’observation des conditions de vie (CREDOC) intitulée « Fréquentation, usages et images des bibliothèques municipales en 2005 »3. En moins de 20 ans, le pourcentage a doublé. On voit de plus en plus en librairie se développer d’autres littératures policières. Aux classiques anglo-saxons s’ajoutent des auteurs d’autres nationalités et des romans policiers historiques, ésotériques, voire fantastiques. Il sera intéressant de suivre au cours des prochaines années l’évolution de leur part du marché des meilleures ventes.

Et plus encore…

83L’étude de notre corpus des meilleures ventes, de 1984 à 2004, nous livre des informations sur les tirages, notamment sur les tirages moyens par genre, l’influence du format des livres vendus, et le nombre de rééditions.

Les ventes par catégorie

Tableau 8. Ventes/tirages des titres des meilleures ventes, 1984 à 2004

Vente/tirage

(N)

Entre 100 000 et 150 000

570

Entre 150 000 et 200 000

225

Entre 200 000 et 400 000

334

Entre 400 000 et 1 million

86

1 million et plus

10

84Trois titres de la série Astérix : Le Fils d’Astérix, La rose et le glaive et La galère d’Obélix ont vendu plus de deux millions d’exemplaires, le plus gros tirage étant celui de La galère d’Obélix, avec pratiquement trois millions d’exemplaires vendus l’année de sa sortie.

85Parmi les titres vendus à plus d’un million d’exemplaires, on trouve six BD dont les cinq tomes des Aventures d’Astérix et Les petits Schtroumpfs de Peyo, trois Petit Larousse, Harry Potter et l’ordre du phénix, Ma médecine naturelle de Rika Zaraï, Cent familles de Jean-Luc Lahaye et Adieu Volodia de Simone Signoret.

Tableau 9. Total des tirages moyens des meilleures ventes selon le genre, 1984-2004

Genres

Tirage

Dictionnaire

301 600

BD seule

301 250

BD et manga

288 500

Roman jeunesse

256 700

Guide

225 500

Livres pratiques

188 000

Polar

187 000

Essai/doc/témoignage/bio

186 000

Littérature générale

180 000

Sf/fantasy/fantastique

176 400

Beaux-livres

173 800

86Ainsi, les dictionnaires et les BD sont les genres qui entraînent les plus gros tirages moyens.

Tableau 10. Répartition du tirage moyen des meilleures ventes par genre, 1984-2004

Genres

1984-88

1989-93

1995-98

1999-04

Tirage

Titres

Tirage

Titres

Tirage

Titres

Tirage

Titres

(‘000)

(N)

(‘000)

(N)

(‘000)

(N)

(‘000)

(N)

Littérature générale

208,0

114

174,8

124

172,2

114

168,8

162

Polar

140,0

3

148,8

23

222,7

32

185,3

62

E-D-T-B

211,5

57

163,4

43

216,8

53

151,6

57

BD

900,0

9

636,7

14

308,5

48

227,1

120

Jeunesse

100,0

1

267,0

7

258,7

48

Dictionnaires

302,4

23

370,3

20

212,2

14

299,8

12

TOTAL

352,5

206

265,7

225

233,2

268

215,2

461

E = essai ; D = document ; T = témoignage ; B = biographie

87On constate une baisse régulière du tirage moyen d’exemplaires vendus à partir de 1984, mais en contrepartie, un accroissement du nombre de titres des meilleures ventes ou « best-sellers ». Au total, en multipliant le nombre de titres par son tirage, on aurait vendu de 1984 à 1988 près de 73 millions d’exemplaires et un peu plus de 99 millions entre 1999 et 2004, soit une augmentation de 37 %. Cette tendance est particulièrement forte pour le policier, la BD (236 %) et la littérature jeunesse (564 % entre 1995-98 et 1999-2004). Elle est moins prononcée pour la littérature générale (15 %). La tendance s’est inversée pour les dictionnaires (- 48 %) et le groupe composé des essais, des documents, des témoignages et des biographies (- 28 %).

Les poches

  • 4  Nous avons adopté pour le format poche les critères du Syndicat national de l’édition dans son édi (...)

88Sauf les collections de poche de type Librio qui se situent dans une catégorie particulière de prix et un doute concernant la Bibliothèque rose, que nous avons néanmoins conservée dans la catégorie des poches, nous avons éprouvé peu de problèmes à classer les meilleures ventes selon le format4.

Tableau 11. Répartition des meilleures ventes selon le format, 1984-2004

  • 5  Environ 1.5 € mais ces collections sont passées récemment à 2 €

Format

Titres (N)

Part du marché (%)

Broché

873

65,8

Poche

348

26,2

Inconnu

90

06.8

10 f5

16

01,2

Total

1 327

100,0

89Ces parts du marché sont à relativiser compte tenu des catégories éditoriales : il y a peu de poches en BD, de même que peu de dictionnaires. Si l’on sélectionne les livres de poche et qu’on les répartit sur l’ensemble de la période par genre, on obtient le tableau suivant.

Tableau 12. Répartition des meilleures ventes en format poche par genre, 1984-2004

Genre

Titre (N)

Part de marché (%)

Roman adulte

188

52,4

Polar

59

16,4

Roman jeunesse

35

09,7

Science fiction

16

04,5

Essai

14

04,0

Document

13

03,6

Fantasy

9

02,5

Livre pratique

9

02,5

Témoignage

6

01,6

Manga

6

01,6

Sans réponse

4

01,1

Fantastique

4

01,1

BD

4

01,1

Dictionnaire

3

00,8

Humour

3

00,8

Erotique

1

00,3

Guide

1

00,3

Autre

1

00,3

Littérature de genre

0

-

Beau livre

0

-

Document jeunesse

0

-

Biographie

0

-

Cartes/plans

0

-

TOTAL

359

100,0

90Les romans (pour adultes, policiers, jeunesse, de science-fiction) représentent 83 % des meilleures ventes en format poche. En examinant les auteurs de ces meilleures ventes en poche, on constate qu’il s’agit souvent des auteurs dont les titres ont d’abord été des meilleures ventes en grand format.

  • 6  Syndicat national de l’édition (2003), Statistiques de l’édition, p. 33.

91Dans l’ensemble, cette tendance vers l’édition en format poche est effectivement vérifiable : le nombre de titres est passé de 8 467, dont 3 629 nouveautés et nouvelles éditions, en 1990 à 12 841 titres, dont 6 379 nouveautés et nouvelles éditions, en 20036. Bien que le tirage moyen ait tendance à baisser, le nombre d’exemplaires vendus a augmenté.

92Si la part du marché des meilleures ventes du roman pour adultes en format poche est moins grande que sa part dans le marché grand format, il en va autrement pour les romans jeunesse. Cela s’explique, en partie, par la série des Harry Potter, parus d’abord dans la collection Folio Junior, et des Titeuf, publiés à la Bibliothèque rose.

93Les éditions Librio ont souvent enregistré d’excellentes ventes par rapport au nombre de titres publiés. Outre le feuilleton La ligne verte, ces éditions ont un fort impact en raison des prescriptions scolaires, que ce soit en littérature avec des titres comme Une vie de Guy de Maupassant ou La métamorphose de Kafka ou encore en histoire avec Paroles de poilus, Paroles d’étoiles : mémoires d’enfants cachés, 1939-1945 ou Paroles du jour J.

Les rééditions

94Certains titres connaissent non seulement un regain d’intérêt, mais un nouveau succès inégalé grâce à la réédition. Cela peut s’expliquer de différentes façons : les prescriptions scolaires et les adaptations cinématographiques.

95On trouve, dans la liste des meilleures ventes, un certain nombre d’ouvrages dont la première publication est antérieure, voire largement antérieure, à l’année où ces ouvrages s’inscrivent sur les listes des best-sellers.

  • 7  Meilleure vente en 1984, il est difficile maintenant de savoir ce qui a influé sur ce succès : l’a (...)

96Les ouvrages les plus anciens sont souvent des « classiques », éventuellement des prescriptions scolaires : Le joueur d’échecs de Stephan Zweig, Le petit Prince de Saint-Exupéry, Le colonel Chabert d’Honoré de Balzac, La bande mouchetée d’Arthur Conan Doyle, La métamorphose de Franz Kafka, Une vie de Guy de Maupassant, Électre de Jean Giraudoux… Il peut également s’agir d’œuvres remises au goût du jour à la suite de la réalisation d’un film, comme ce fut le cas pour la trilogie du Seigneur des anneaux de Tolkien, La ferme africaine de Karen Blixen (Out of Africa), Les liaisons dangereuses de Choderlos de Laclos, La reine Margot d’Alexandre Dumas, Jonathan Livingstone le goéland de Richard Bach, Le bossu de Notre-Dame de Victor Hugo, L’eau des collines de Marcel Pagnol, Germinal d’Émile Zola, Les allumettes suédoises de Robert Sabatier, 1984 de George Orwell7, Dune de Frank Herbert et Uranus de Marcel Aymé.

97En 1985, Marguerite Duras reçoit le prix Goncourt pour L’amant et on réédite Un barrage contre le Pacifique, paru en 1977, qui se hisse sur la liste des meilleures ventes de l’année. En 1988, quelques mois après sa mort, Quoi ? L’éternité de Marguerite Yourcenar se situe dans les meil-leures ventes, mais aussi L’œuvre au noir, parue en 1968. En 1985, deux ans après la sortie du film et la diffusion d’un téléfilm, Au nom de tous les miens de Martin Gray paru en 1975 redevient un best-seller.

98Si un nombre relativement significatif des best-sellers (20 %) sont des rééditions, près des trois quarts sont en format poche.

Conclusion

  • 8  Site Edistat, Service d’informations et de statistiques pour l’édition, [en ligne]. http://www.edi (...)

99Si l’on compare nos résultats avec ceux du marché du livre 2007 fournis par la société Tite-Live par Edistat8, nous constatons une continuité dans les tendances que nous avons décelées : le succès du dernier volume des aventures de Harry Potter, la meilleure vente 2007 avec 1 299 000 exemplaires, la présence aux 10e et 12e rangs des deux derniers volumes de la série XIII, l’influence du cinéma, la bonne tenue des romans policiers, etc. D’autres évolutions semblent émerger : l’importance des romans de Marc Levy, de Guillaume Musso et de Douglas Kennedy (sept titres parmi les 20 meilleures ventes de l’année, toutes catégories éditoriales confondues), l’importance prise par les auteurs scandinaves dans les meilleures ventes de polars et la multiplication des titres de mangas (une quarantaine parmi les 500 meilleures ventes).

100Les livres sont des produits culturels fortement dépendants du contexte général et de l’évolution de la société. L’émergence d’Internet a marqué le déclin des dictionnaires imprimés. La littérature jeunesse suit, précède ou accompagne le développement d’un marché qui cible de plus en plus les enfants. Si les Français achètent encore beaucoup de livres, ils préfèrent de plus en plus les BD et la littérature de genre, surtout les romans policiers ; il serait intéressant d’étudier plus spécifiquement ce point en le mettant en parallèle avec les séries télévisées policières qui envahissent les écrans. De plus en plus d’auteurs accèdent aux meilleures ventes et leurs succès sont de plus en plus internationaux, allant dans le sens d’une culture supranationale.

101Si l’on peut caractériser les best-sellers, les ingrédients d’un succès restent néanmoins flous. Deux exemples paraissent particulièrement intéressants.

102D’abord, Harry Potter. Cette série a profité de nombreux facteurs de succès :

  • un effet série,

  • un effet auteur,

  • un effet cinéma,

  • un effet marketing,

  • un effet de genre : hausse globale des ventes en fantasy,

  • le succès préalable de séries télévisuelles comme Charmed, qui a popularisé les histoires de sorcières auprès des adolescents,

  • le succès croissant de la littérature pour les enfants et les ados,

  • le succès d’un style anglo-saxon (les séries télévisuelles pour les enfants situées dans des collèges américains ou anglais leur rendent cet environnement familier).

  • 9  Pour essayer de cerner ce quelque chose de plus, voir l’ouvrage d’Isabelle Smadja (2001).

103Si ces facteurs expliquent la popularité de cette série, le succès immédiat du premier tome dès sa parution et l’importance particulière du phénomène ne peuvent que découler de causes plus profondes9.

104Un autre cas intéressant est celui du recueil de nouvelles d’Anna Gavalda, Je voudrais que quelqu’un m’attende quelque part. Ce livre représente le contraire de ce qui fait, statistiquement, le succès d’un ouvrage : c’est un premier livre écrit par une jeune femme, il n’a pas été publié chez un grand éditeur et c’est un recueil de nouvelles, genre qui n’est pratiquement pas représenté dans notre corpus de meilleures ventes. Alors, à quoi tient sa réussite ? Un titre porteur, une bonne illustration, de bonnes critiques au moment de sa sortie, l’attribution du prix RTL-Lire ? Nous avons vu que l’effet des prix publics demeure marginal. Il reste une écriture qui fait écho à son époque et qui sait charmer les lecteurs. D’ailleurs, le succès continu de ses autres livres parus ultérieurement montre qu’il ne s’agit pas d’un hasard. Ces succès rappellent l’une des conclusions d’une enquête sur la réception des best-sellers menée par Jacques Lemieux et Dirk Geisen (1994). Les lecteurs définissent un « beau livre » en mettant l’accent sur la qualité de l’intrigue, l’humour, le style d’écriture, mais aussi sur l’importance de pouvoir apprendre sur soi-même en lisant ces romans à travers une lecture « empathique ». L’ensemble de ces caractéristiques se retrouve effectivement dans les romans d’Anna Gavalda.

105Cette première étude demande donc à être poursuivie, en approfondissant certains points soulevés ici, mais également en s’intéressant à la réception de ce type d’ouvrages et en étudiant l’effet des évolutions actuelles de la production éditoriale sur les caractéristiques des nouvelles meilleures ventes.

Haut de page

Bibliographie

BONNASSIEUX, Marie-Pierre, Jacques LEMIEUX, Isabelle L’ITALIEN-SAVARD et Claude MARTIN (1991), « Les best-sellers et leurs lecteurs », Communication, 12(1), p. 75-99.

BULLETIN CRITIQUE DU LIVRE FRANÇAIS (2006), Édition : les 1000 meilleures ventes 2005, Paris, Rue des écoles.

C.C. (2006), « Un retour King Size », Livres Hebdo, n° 634, 24 février, p. 6-9.

D.G. (2006), « Le livre a encore un avenir », Livres Hebdo, n° 637, 17 mars, p. 6-13.

EDISTAT, Service d’informations et de statistiques pour l’édition, [en ligne]. http://www.edistat.com/index.php. Consulté le 18 mars 2008.

LEMIEUX, Jacques, et Dirk GEISEN (1994), « Lecteurs de best-sellers au Québec : comment dit-on lire ? », dans Denis SAINT-JACQUES (dir.), L’acte de lecture, Québec, Nuit blanche éditeur, p. 159-174.

Livres Hebdo, « Utilisation des suppléments concernant les meilleures ventes pour les années 1984 à 2004 ».

MARTIN, Claude (1999), « La sanction du succès sur le marché. Les best-sellers », dans Denis SAINT-JACQUES (dir.), Que vaut la littérature ?, Québec, Éditions Nota bene.

SAINT-JACQUES, Denis, Jacques LEMIEUX, Claude MARTIN et Vincent NADEAU (1994), Ces livres que vous avez aimés : les best-sellers au Québec de 1970 à aujourd’hui, édition revue et mise à jour, Québec, Nuit blanche éditeur.

SANTANTONIOS, Laurence (2006), « Plus d’inscrits mais moins de jeunes », Livres Hebdo, n° 637, 17 mars, p. 90.

SMADJA, Isabelle (2001), Harry Potter : les raisons d’un succès, Paris, Presses universitaires de France.

SYNDICAT NATIONAL DE L’ÉDITION, Statistiques, Publication annuelle, Utilisation des fascicules couvrant les années 1984 à 2004.

ZAID, Gabriel (2005), Bien trop de livres ? Lire et publier à l’ère de l’abondance, Paris, Éditions Les Belles Lettres.

Haut de page

Notes

1  Je souhaite remercier les étudiants de l’IUT Information et Communication, Métiers du livre, section Librairie de l’IUT Nancy-Charlemagne qui ont collaboré avec moi à ce projet.

2  Au Québec, ces ouvrages ne sont pas vendus en librairie alors qu’en France, certaines librairies les proposent. Claude Martin (1999) déplore l’exclusion de ces titres des listes de best-sellers et donc leur non-prise en compte dans les études consacrées à ce sujet.

3  Plus d’inscrits mais moins de jeunes. Voir Santantonios (2006).

4  Nous avons adopté pour le format poche les critères du Syndicat national de l’édition dans son édition 2003 des Statistiques de l’édition : « petite taille, prix modique, publication dérivée, tirage élevé… » (p. 7).

5  Environ 1.5 € mais ces collections sont passées récemment à 2 €

6  Syndicat national de l’édition (2003), Statistiques de l’édition, p. 33.

7  Meilleure vente en 1984, il est difficile maintenant de savoir ce qui a influé sur ce succès : l’année elle-même, les prescriptions scolaires ou la sortie du film de Michael Radford.

8  Site Edistat, Service d’informations et de statistiques pour l’édition, [en ligne]. http://www.edistat.com/index.php. Consulté le 18 mars 2008.

9  Pour essayer de cerner ce quelque chose de plus, voir l’ouvrage d’Isabelle Smadja (2001).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Lylette Lacôte-Gabrysiak, « « C’est un best-seller ! » », Communication, Vol. 27/2 | 2010, 187-216.

Référence électronique

Lylette Lacôte-Gabrysiak, « « C’est un best-seller ! » », Communication [En ligne], Vol. 27/2 | 2010, mis en ligne le 14 août 2012, consulté le 23 mars 2017. URL : http://communication.revues.org/3130 ; DOI : 10.4000/communication.3130

Haut de page

Auteur

Lylette Lacôte-Gabrysiak

Lylette Lacôte-Gabrysiak est est maître de conférences à l’IUT Nancy-Charlemagne, Université Nancy 2, et membre associé de l’Équipe SITE-LORIA. Courriel : Lylette.Lacote@univ-nancy2.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org