Navigation – Plan du site
Recherches

Observer le consensus idéologico-politique

Propagande pédagogique et infographie de presse durant les guerres du Golfe
Laurent Béru
p. 234-251

Texte intégral

1Les travaux du politologue américain Timothy Cook (1990 et 1998) démontrent qu’outre-Atlantique, lors de débats nationaux ou internationaux, une convergence s’affirme entre les médias et les instances politiques du pays. Cette convergence, qui laisse penser que la gouvernance d’une nation est autant la résultante des orientations politiques que des lignes éditoriales, s’exprime dans la sélection des intervenants et autres experts invités à livrer une parole autorisée, et dans le choix des faits d’actualité développés sous couvert d’une réflexion objective. Le discours des rédactions journalistiques, s’attachant à suivre et à rendre compte de l’actualité politique qu’elles concourent à déterminer autant qu’elles tendent à subir, est ainsi peu ou prou annexé aux politiques législatives, et aux stratégies gouvernementales et diplomatiques. De manière générale, l’agenda setting des médias et celui des politiques — l’un se servant de l’autre afin de publiciser et d’objectiver un discours consensuel dit officiel et institutionnel — se rejoignent plus qu’ils s’affrontent.

2Élément permettant d’exposer le contexte d’une situation donnée, le document infographique émet principalement des points informatifs de base. Issue des techniques graphiques de l’ingénierie militaire (Poinssac, 1994), l’infographie de presse consiste à répondre à des interrogations simples, claires et précises : que s’est-il passé ? Que se passe-t-il ? Que se passera-t-il ? Un texte simplifié à l’extrême est certainement loin d’être aussi accessible qu’un schéma simplifié ; plus que l’information textuelle, l’information graphique est plus accessible aux enfants comme aux adultes. Le grand avantage avec la plupart des schémas infographiques publiés dans la presse quotidienne, hebdomadaire ou mensuelle, c’est que de simples balayages visuels effectués par le lecteur permettent à celui-ci de « comprendre rapidement et facilement l’information qui lui est proposée » (Chappé, 1995 : 13). Si l’illettrisme, qui pousse certains à lire entre les lignes en parcourant principalement les photographies, est un important frein pour saisir et se faire une opinion sur un événement ou un discours, le peu de temps disponible — qui force certains à survoler leur(s) quotidien(s) — réduit la faculté de déchiffrer et de raisonner sur tel fait ou telle affirmation. Avec l’émergence des visuels infographiques, c’est un peu de la subjectivité de l’imagination artistique qui tend à être apparentée à l’objectivité de la raison journalistique.

  • 1  Ce fut notamment le cas de L’Humanité (Arboit, 2002) et de Libération (Rimbert, 2005).

3De manière générale, les sociétés (post)modernes croient avant tout à la preuve algébrique et sont particulièrement conditionnées par ce qui est imagé (Ellul, 1980). En effet, avec l’importance considérable prise par le média télévisuel dans le quotidien des individus, le média écrit traditionnel éprouve les plus grandes difficultés à capter l’attention et à fidéliser de possibles lecteurs. Du fait que l’information visuelle et instantanée domine le marché médiatique par son attractivité, l’information écrite et différée a tendance à en être influencée. Dans un souci commercial, la presse en est venue à imiter de plus en plus les qualités descriptives et (dé)monstratives propres à la télévision (Champagne, 1996). Souvent, à cause de cette situation financière délicate, plusieurs journaux sont contraints à prendre des tournants, particulièrement idéologiques, en contradiction avec leur histoire fondatrice1.

4De ce fait, affirmations et témoignages oraux subissent les conséquences de cet attrait pour l’image. Dans une société où l’image prend le dessus sur le texte, la fabrication de l’information par l’intermédiaire de l’infographie a tendance à prendre pour modèle la production des œuvres de divertissement ; principalement la pré-production cinématographique entre storyboard et scénario. De là, tout ce qui concourt à pourvoir à la compréhension immédiate est privilégié au détriment du temps requis pour parfaire la réflexion ; l’explication journalistique qui prend en compte la complexité du monde n’est pas toujours retenue par les rédactions (Watine, 1997). Toutefois, il y a bien évidemment des exceptions : l’exigence intellectuelle et l’effort pédagogique du Monde ou du Figaro ne sont pas les mêmes que ceux de France-Soir ou du Parisien. La majorité des infographies publiées dans la presse se veut l’inverse — presque l’antithèse — de la plupart des graphiques publiés dans les articles qui paraissent dans les revues scientifiques (Agnes, 2002). L’infographie, intelligible par le jeune public novice comme par le public plus âgé et expérimenté, s’apparente à une expression universelle.

  • 2  Celle-ci fut pro-guerre lors du premier conflit et anti-guerre lors du second conflit (Bourdon, 20 (...)

5D’après l’étude de quatre titres de la presse française — deux dits référentiels (Le Monde et Le Figaro) et deux dits populaires (France-Soir et Le Parisien) — lors des pics événementiels relatifs aux deux guerres du Golfe (août 1990 et janvier-février 1991, et janvier-avril 2003), nous arguerons que la pédagogie des médias hexagonaux, réalisée à travers la représentation infographique, a été certes employée pour informer et expliquer les tenants et les aboutissants des deux conflits, mais tout en l’accompagnant d’une propagande insidieuse favorable à la position officielle du pouvoir français2. Ainsi, nous verrons que, suivant le contexte (inter)national, le lecteur est amené à apprendre un idéal bien-pensant et à intérioriser un parti pris.

Un outil rédactionnel hybride

6Comme l’explique le professeur Jacques Gonnet (1997 et 2004), l’éducation aux médias renvoie à une initiation critique à la lecture de la presse, à l’écoute de la radio et à la vision de la télévision ou de l’affichage publicitaire, et cela, afin de mettre à distance ce qu’écrivent, disent et montrent les médias de masse. En un mot, les lecteurs, auditeurs et téléspectateurs doivent constamment avoir à l’esprit les logiques de fonctionnement qui sous-tendent la production des contenus des divers organes d’information et de communication. Pour une part non négligeable du lectorat de la presse quotidienne, la lecture de la presse se réalise généralement à partir du survol de quelques articles.

7Mis à part les photographies et leurs légendes, les titres et leurs sous-titres, qui sont appréciés pour leur explication condensée des faits et dits relatés, les articles concis sont principalement observés ; la lecture dite intégrale, c’est-à-dire lire pratiquement tout un journal, demeure plus exceptionnelle qu’ordinaire. Les lectures sélectives effectuées sont en grande partie conditionnées par la hiérarchisation de l’information déterminée par la direction rédactionnelle de chaque média. Comprendre pleinement la pensée et le point de vue dissimulés derrière une image ou un mot, un graphique ou une légende, c’est décoder les sens socialement et culturellement codés (Hall, 1994) L’apparition (relativement) récente de nouveaux types de récits journalistiques, comme l’infographie, redouble la nécessité de l’éducation aux médias.

  • 3  Selon certains universitaires et essayistes français (Baudrillard, 1991 ; Ferro, 1991), il apparaî (...)

8Au sein des rédactions journalistiques, le procédé infographique rend floue la ligne de partage entre le travail du col blanc et celui du col bleu (Underwood, 1993). Il aurait pour conséquence de créer une profession journalistique lestée des prédispositions issues du management et du marketing. Bien que lors des deux conflits dans le Golfe, les images furent rarissimes et les propos officiels peu éclairants — du fait de la censure militaire et de la propagande d’État3 —, chaque média écrit dut cependant proposer des informations à son public, ne serait-ce que pour proposer un produit (le journal) dans le but de satisfaire aux exigences de la clientèle potentielle (le lectorat). Pour ce faire, et donc montrer « le mécanisme et les effets grandeur nature des armées présentées », la réalisation de dessins schématisés et légendés, parsemés de flèches et d’étoiles, « tels que nous les trouvons traditionnellement dans les bandes dessinées », participa à entretenir le flux médiatique (Bernard-Putz, 1992 : 51-53).

  • 4  Très évocateurs, les titres de cette rubrique ressemblèrent fortement à des titres de film : « Psy (...)

9En effet, à l’instar des BD françaises, des comics américains ou des mangasjaponais, certaines infographies de presse réussirent le tour de force de mettre en scène du mouvement à l’intérieur d’un cadre fixe (Gervereau, 1996). Se détachant de son immobilité naturelle et tendant vers la mobilité des images audiovisuelles (cinématographiques ou télévisuelles), l’infographie permit de prévenir l’ennui et l’exaspération du lecteur. D’ailleurs, lors du premier conflit du Golfe, dans Le Monde, la rubrique centrale du dispositif rédactionnel accompagnant l’infographie journalière fut nommée « Le film des événements »4. Pour sa part, France-Soir, proposant à ses lecteurs de connaître chaque « Jour de guerre en un clin d’œil » (18 janvier 1991) afin d’accroître l’accessibilité et la compréhension des informations diffusées, produisit également des titres reflétant l’écriture cinématographique et laissant apparaître les techniques marketing ; par exemple, « J + 4 : À l’assaut des plates-formes pétrolières » (20 janvier 1991).

10Bien plus qu’un court article, l’infographie autorisa la synthétisation d’une situation complexe, notamment à destination d’un public peu ou pas au fait de la complexité historique et géopolitique des relations internationales. En l’occurrence, les deux guerres du Golfe admirent l’introduction pédagogique d’un des points stratégiques des montées de tension que connaissent régulièrement le Proche-Orient et le Moyen-Orient : le contrôle des bases pétrolifères… Maintes fois reproduite en août 1990, la carte des oléoducs koweïtiens et irakiens démontra que les gisements de l’or noir sont nombreux dans la région (Le Monde, 3, 4, 8 et 14 août 1990). De plus, les titres de la presse étudiée s’appliquèrent à faire comprendre aux lecteurs que la crise au Moyen-Orient eut de fortes incidences sur le sol européen, et principalement français. En effet, cette tension, créée principalement autour des discordes pour la maîtrise des puits de pétrole et générée notamment là-bas — c’est-à-dire hors de France, d’Europe et d’Occident —, eut des répercussions directes et indirectes ici — c’est-à-dire en France, en Europe et en Occident —, ne serait-ce que du point de vue de la hausse des prix du baril de pétrole et donc du prix de l’essence. Ainsi, les rédactions françaises relièrent les derniers épisodes du conflit aux cours de la Bourse ; pour dire la situation géoéconomique, l’usage de graphiques fut régulier pour mettre en évidence l’influence des fluctuations boursières. Ce fut notamment le cas du Parisien (7 et 21 août 1990).

11Dans la majorité des cas, l’infographie de presse, qui délivre diverses nouvelles d’actualité, pourvoit des notes d’informations capitales, voire des pense-bêtes, pour mieux comprendre un contexte événementiel donné. Au cours des deux conflits du Golfe, de petites notions pédagogiques portant sur la géopolitique mondiale furent présentées. Par exemple, le 6 août 1990, Le Figaro publia une grande infographie constituée d’une carte du monde étalée sur deux pages, d’encadrés comportant des articles très concis et des petites photographies montrant les principaux chefs d’État engagés dans le pré-conflit. Ainsi, à partir de l’expansionnisme irakien, le quotidien a notamment abordé la voie menant au postapartheid en Afrique du Sud ou encore les liens antagonistes entre le Pakistan et l’Inde (Bellenger, 2005). Autre exemple, le 17 janvier, Le Figaro proposa une infographie fournie, rassemblant photographies miniatures et textes courts, pour représenter la chaîne d’autorité hiérarchique au sein de diverses nations (Royaume-Uni, Arabie saoudite, France, États-Unis) : du chef d’État au général des armées en passant par le ministre de la Défense. Hormis la description des opérations militaires menées la veille, l’infographie favorisa la description, avec plus ou moins de précision, des lieux certes éloignés des champs de bataille, mais tout aussi présents dans l’actualité : ce fut le cas des successives cachettes investies par Saddam Hussein et sa garde rapprochée (France-Soir, 22 mars 1991 et Le Figaro, 23 janvier 1991). En effet, des coupes schématisées du bunker du raïs irakien détaillèrent les nombreuses pièces (quartiers généraux, salles de bains, pièces à manger…) et les divers étages mis à leur disposition.

Du bon usage des couleurs

  • 5  Référence au sous-titre de l’ouvrage de Lionel Bellenger (2005).

12Renfermant un langage particulier, les couleurs5 ont un pouvoir symbolique (Bellenger, 2005). L’emploi d’une certaine couleur plutôt qu’une autre n’est pas tout à fait innocent, car chaque couleur a une signification particulière. Les couleurs jouent un rôle non négligeable dans la vie quotidienne des individus : agissant « sur notre esprit, sur notre état d’âme » (Déribéré, 1964 : 85-91), elles ont le pouvoir de rendre adorable ou détestable, agréable ou désagréable quelque chose ou quelqu’un. Les conventions socioculturelles, émanant pour beaucoup du manichéisme religieux entre le Bien et le Mal, avalisent une séparation entre le blanc et le noir : l’un notifiant la pureté et la chasteté, l’autre l’impureté et le péché. Cette conception religieuse, ancrée dans l’habitus socioculturel, prévaut dans les codes infographiques (Chappé, 1995). Par exemple, dans une bande dessinée ou un roman, un personnage bienfaisant et altruiste est généralement décrit avec des traits clairs et des termes liés à une attitude bien-pensante, de même, un personnage malfaisant et égoïste est plutôt dépeint avec des traits sombres et des termes relatifs à une attitude mal-pensante.

  • 6  Comme ce fut également le cas après les attentats aux États-Unis que revendiqua Al-Qaida ; le jour (...)

13Dans les infographies réalisées par la presse française lors de la couverture des deux conflits du Golfe, le choix d’attribution des couleurs blanche et noire pour notifier les troupes américaines et irakiennes a répondu, dans la majorité des cas étudiés, à une identification ethnoculturelle : d’abord des journalistes et des infographistes, puis des lecteurs. C’est-à-dire que le service de l’infographie des quotidiens étudiés a généralement dessiné en blanc les soldats, les mouvements et les offensives américains, et en noir ceux de l’Irak. Cependant, pour la presse française, l’identification aux Américains6, et aux Occidentaux de manière générale, ne peut être (re)conduite que si les positions du pouvoir politique français ou les volontés de l’opinion publique française coïncident avec celles des États-Unis. Si d’une guerre du Golfe à l’autre, les intérêts et la décision de mener la guerre ne varièrent pas du côté américain, ce ne fut pas le cas du côté français.

14Au mois de février 2003, au moment où les pays membres de l’Organisation des Nations unies (ONU) décidaient du sort de l’Irak — soit poursuivre les inspections des contrôleurs onusiens (position soutenue par la France), soit mettre en branle une action militaire (position soutenue par les États-Unis) —, chaque quotidien français réalisa des schémas infographiques reproduisant le tour de table du Conseil de sécurité. Le code de couleurs employé par la majorité des journaux étudiés, notamment Le Monde (16 et 17 février 2003) et Le Figaro (14 et 21 février 2003), pour désigner les représentants des pays siégeant au Conseil de sécurité fut presque immuable : les nations soutenant la posture française furent représentées en couleur blanche et celles soutenant la posture américaine, en couleur noire. Lors du début de cette année 2003, marqué par la scission entre les camps pacifiste et belliciste, la dualité des couleurs blanche (pour désigner la meilleure décision/solution possible, ou la moins mauvaise) et noire (pour signifier la mauvaise décision/solution possible, ou la pire) fut très récurrente dans la presse française.

  • 7  Nous pouvons remarquer que, le même jour, une carte similaire fut proposée par le quotidien Le Fig (...)

15À la fin du mois de janvier 2003, une infographie du journal France-Soir (31 janvier 2003 ; voir aussi 22 février 1991)7, articulée autour d’une carte de l’Europe et titrée « L’Europe se déchire sur la guerre en Irak », départagea les nations du Vieux Continent en trois : les blanches, invitant à la non-violence et à la poursuite des pourparlers diplomatiques ; les noires, appelant à la fin de la voie diplomatique et au début de l’action militaire ; et les grises, ne se prononçant pas. L’idée de cet affrontement idéologique par couleurs interposées fut reprise pour signifier bien d’autres choses, exposer d’autres logiques internationales.

16Ainsi, sur une carte de la région du Proche-Orient et du Moyen-Orient (Le Monde, 18 février 2003), il a été fait état des nations majoritairement et traditionnellement musulmanes où, à cause du conflit en germe, les dangers étaient potentiellement soit peu élevés ou faibles (donc en blanc), soit très élevés ou extrêmes (donc en noir). Toutefois, soulignons quelques petites dissemblances, bien que rares, d’un quotidien à l’autre. Avant le premier conflit, Le Figaro (16 janvier 1991) utilisa quelques fois la couleur noire pour les positions irakiennes et le gris pour les positions alliées. Dans d’autres cas, certes moins fréquents, les réalisations infographiques désignèrent les deux camps opposés de la même couleur. Par exemple, dans l’édition du 23 et du 24 janvier 1991 du Figaro, les missiles et les blindés des troupes américaines et irakiennes ont été coloriés en noir puis en blanc — très certainement par commodité ou par besoin de lisibilité.

Du bon usage des symboles

  • 8  Référence au sous-titre de l’ouvrage de Bellenger (2005).
  • 9  Par exemple, pour représenter l’opposition présente sur l’échiquier politique française, la presse (...)
  • 10  Que ce soit pour transmettre un moment de tristesse —  — ou un instant de bonheur — .

17Les infographies de presse publiées lors des deux conflits du Golfe consacrèrent une place prégnante aux croix et aux flèches. L’utilisation de certains symboles8 renvoie à des significations bien précises. En effet, l’introduction de flèches et d’étoiles dans un schéma correspond à des idées prédéfinies et se traduisent par des connaissances culturelles qu’a acquises et intériorisées le lecteur lambda depuis longtemps ; essentiellement depuis son enfance, et notamment lors de l’apprentissage de tout un chacun de la vie culturelle ou politique9. L’écriture usitée par les adeptes du clavardage sur Internet est un parfait exemple du langage des signes, en admettant la présence de multiples formes nommées smileys ou émoticônes (Bellenger, 2005) ; ceux-ci sont employés par les internautes pour faire part de leur état d’esprit ou état d’âme à leurs correspondants10.

18Le symbole permet ainsi une description significative mais allégée d’un contexte situationnel donné pour l’interpréter et le comprendre d’une manière plus ou moins élémentaire, et donc plus accessible. Par exemple, la flèche est le symbole de la pénétration par l’intermédiaire d’un passage, en force ou en douceur, qui apporte autant la pensée délivrant le raisonnement lumineux que l’élément fondateur conduisant à la transformation créatrice. De ce fait, quand les infographistes utilisent des flèches, ils émettent peu ou prou l’idée, consciemment ou inconsciemment, qu’un « trait de lumière […] éclaire l’espace clos parce qu’on l’ouvre » (Chevalier et Gheerbrant, 1969 : 445-446). Dans une logique similaire à la flèche, le symbole de l’étoile est un signe caractérisant une source de lumière. De plus, l’étoile a une très forte connotation religieuse liée à l’intervention divine. Que ce soit pour les communautés de confession catholique ou judaïque, elle est décrite, dans l’Ancien Testament et la Torah, comme étant un signe qui « obéi[t] aux volontés de Dieu et les annonc[e] éventuellement » (1969 : 416-417). Par l’intromission de cet élément descriptif qu’est le symbole, la coopération entre l’émetteur (journal/journaliste) et le récepteur (lectorat/lecteur) se réalise dans un espace de co-construction (Lechuga Panella, 1999) mais surtout de co-compréhension (Peraya et Rickenmann, 1998) des significations. Ce n’est qu’à partir de là que les propos introduits par l’émetteur (l’informateur) sont déchiffrables et interprétables par le second (l’informé).

19Avant le premier conflit, dans Le Parisien (3 et 4 août 1990), certaines incrustations de dessins sur la carte de la région du Moyen-Orient montrèrent des soldats et des chars irakiens deux fois plus imposants que ceux du Koweït. Quand on sait que ce sont principalement « les critères d’esthétisme qui guident le lecteur dans sa découverte de l’information contenue dans une image » (Chappé, 1995 : 39), on comprend que, en face d’une représentation infographique dans laquelle est représenté un soldat sombrement vêtu et hautement armé — ou un signal de mort ou un crâne décharné ou un masque à gaz (Le Monde, 22 août 1990) —, le texte d’un article a de très fortes chances d’être dominé, voire éclipsé, par les éléments du visuel. L’échelle des éléments d’une infographie peut déformer le discours : par exemple, en août 1990, les titres de la presse française, dans leur tendance à surévaluer la puissance de frappe et le savoir-faire de l’armée irakienne, prirent pour habitude de décrire l’Irak comme étant un géant intouchable et invulnérable. D’abord, pour exposer l’affrontement irako-koweïtien, la métaphore religieuse du petit fluet (David) contre le grand robuste (Goliath) fut introduite à de nombreuses reprises (France-Soir, 3 août 1990). Moins présente dans les infographies de la presse dite de référence, l’inégalité démesurée fut surtout visible dans la presse dite populaire. Dans le contexte de l’opposition américano-irakienne, les titres des infographies allèrent également dans ce sens évocateur : ainsi, la guerre annoncée se définit surtout par le fait que « vingt-neuf pays [faisaient] face à une forteresse », pour Le Monde (16 janvier 1991), ou que le « combat [se réalisait] à 50 contre 1 », pour Le Parisien (3 août 1990).

Le chauvinisme et le patriotisme, producteurs du « Nous » et des « Autres »

20L’argumentation visuelle renvoie à celle de l’écrit ; la description informative, rarement non orientée, correspond au cadrage relatif d’un accord préalable (Breton, 1996). Selon la philosophie libérale de John Rawls (1971), pour que des individus tendent vers un même but, le principe d’unanimité doit être de mise. Tel un contrat signé initialement entre toutes les parties, l’addition des accords et des désaccords doit permettre d’atteindre une position consensuelle. D’autre part, les études psychologiques sur l’éducation menées par Jérôme Bruner soulignent que les individus « se font une idée de ce qui est normal et de ce qui ne l’est pas, toile de fond sur laquelle ils peuvent interpréter et donner un sens aux récits » (1991 : 79).

  • 11  Dans la théorie de la justice rawlsienne, le concept de « position originelle » représente le stat (...)

21Tout processus de médiation est la résultante de la relation entre cognition et affection (Piaget, 1967) : les connaissances intériorisées et convoquées pour les besoins d’un quelconque raisonnement intellectuel sont, directement ou indirectement, connectées à des sentiments spécifiques d’une appartenance. Parallèlement, l’histoire culturelle imprègne les représentations d’une société ; au sein de celle-ci, pour qu’un individu comprenne autrui, des modèles de base servent de références normatives communes. Chacun se définit et définit l’autrui, ou l’Autre, à partir de ces balises conceptuelles et identitaires. L’histoire ethnoculturelle a une incidence déterminante sur le consensus national édifié. Comme le rappelle Edward Saïd (1980), des croisades moyenâgeuses à la campagne d’Égypte napoléonienne, de nombreux épisodes historiques marquent des points d’ancrage mémoriels grâce auxquels est réaffirmée ce que Rawls (1971) nomme la « position originelle »11 ; en l’occurrence, celle de la culture judéo-chrétienne.

  • 12  Référence au titre de l’ouvrage de Tzvetan Todorov (1989).
  • 13  Samuel Huntington, politologue conservateur américain, affirme, dans l’un de ses ouvrages phares, (...)

22Dans plusieurs réalisations infographiques publiées dans la presse française étudiée au cours des mois de janvier et de février 1991, l’ensemble du monde musulman fut identifié comme une poudrière ennemie prête à venir en aide au pouvoir irakien en combattant à ses côtés. Une certaine rhétorique journalistique binaire, s’inspirant du discours de l’antagonisme entre le Nous (le semblable) et les Autres (l’étranger)12, théâtralisa l’idée du choc des civilisations13 : entre l’Occidental tolérant qui diffuse des idées mesurées et l’Oriental intolérant qui répand des idées démesurées (Sonwalkar, 2005). Ajoutons que cette présentation catastrophiste et ethnocentriste du monde fut bien plus développée par la presse dite populaire que par la presse dite de référence. En effet, dans Le Parisien (21 janvier 1991), une infographie répertoria les « points chauds du monde musulman » ; les lieux où des manifestations organisées contre la guerre eurent lieu furent principalement identifiés à l’aide d’étoiles. Soulignons que le symbole de l’étoile, qui désigne dans cette infographie les divers mouvements antiaméricains dans les pays dits arabo-musulmans, est identique à celui usité dans d’autres infographies pour signifier les lieux de combats (Le Parisien, 31 janvier 1991).

23Que ce soit lors du premier ou du deuxième conflit du Golfe, un certain « narcissisme collectif » (Hallin, 1994) s’est développé autant dans la presse quotidienne française qu’américaine. De ce nombrilisme, un esprit de corps (Hertoghe, 2003) s’est élaboré presque naturellement. Imprégnés d’un certain eurocentrisme à chaque conflit international, les journalistes français ne furent pas épargnés par l’emballement chauviniste que provoquèrent les sentiments patriotiques et nationalistes (Bougnoux, 1999 et 2001). Un discours patriotique s’insinua donc dans les écrits et les images publiés par la presse française. Par exemple, lors du conflit de 1991, France-Soir tint quotidiennement une rubrique infographique appelée « Les étoiles de la guerre », au sein de laquelle fut davantage mis en valeur l’arsenal américain et français qu’irakien (21 et 25 janvier 1991). Soulignant le mode d’emploi des chars ou des avions engagés dans le conflit, cette rubrique, au message plus qu’élogieux pour les techniciens militaires, eut des allures de document publicitaire, voire touristique dans certains cas. Ainsi, d’un chasseur bombardier français, le quotidien (20 janvier 1991) parla de son envol dans les airs « toutes griffes dehors » ; d’un porte-avion français, il évoqua sa « puissance de feu » (11 août 1990) ; d’un pont d’envoi, il soutint la possibilité pour les marins de s’y « adonner aux joies du footing » (11 août 1990).

  • 14  De nombreux chercheurs et essayistes français (De la Haye, 1985 ; Halimi, 1997) ont souligné la pr (...)
  • 15  Au début de l’année 2003, à la suite des dénigrements antifrançais provenant de la classe politiqu (...)
  • 16  Par exemple, du mois de janvier 2003 jusqu’au mois de mars 2003, Le Monde, comme d’ailleurs les au (...)

24En 1990-1991 et en 2002-2003, au-delà du duel américano-irakien, diplomatique puis militaire, la presse française s’intéressa surtout à mettre en lumière les politiciens et les soldats français. Ainsi, principalement lors du premier conflit, de nombreuses infographies furent réalisées non pas seulement pour montrer les positions stratégiques des alliés des États-Unis mais surtout celles des troupes françaises (Le Parisien 8 et 25 janvier 1991 ; France-Soir 10 janvier 2003). Le duel politique le plus visible lors du second conflit fut celui opposant la France aux États-Unis, Jacques Chirac à George Bush fils (Le Figaro, 11 février 2003 ; France-Soir, 12 mars 2003). De même que les titres de la presse française prirent parti pour la décision de l’Élysée d’entrer dans le premier conflit, de même ils prirent fait et cause pour la décision élyséenne de refuser de participer au second14. Le contexte international hérité de la détérioration de la diplomatie transatlantique et transmanche pénétra et gagna certaines salles de rédaction françaises, britanniques et américaines ; toutes proportions gardées, cela suscita plus ou moins anglophilie et anglophobie, américanophilie et américanophobie, francophilie et francophobie15. De plus, l’opinion publique pesa aussi de tout son poids sur l’agenda-setting des médias. Nous en voulons pour preuve le fait suivant : les divers titres de la presse quotidienne française publièrent bien plus d’articles portant sur les manifestations populaires anti-guerres en 2003 qu’en 199116.

  • 17  Comme l’explique Keith Richburg, journaliste du Washington Post présent en Irak durant la seconde (...)

25De la première à la seconde guerre du Golfe, le traitement médiatique occidental de l’actualité conflictuelle impliquant les États-Unis et ses alliés passa d’un « journalisme contrôlé à un journalisme intégré » (Charon et Mercier, 2004). En effet, les reporters présents sur le terrain en 2003 furent moins éloignés du champ de bataille qu’en 1991, mais tout autant « surveillés » par l’administration militaire américaine, car embarqués (embedded) au sein d’escadrons militaires américains pour sillonner des parcours présélectionnés (Bureau, 2004). L’intégration de cet important contingent de journalistes internationaux au sein des convois militaires américains n’a pu qu’engendrer une rétention des informations17, et donc, atténuer le pouvoir d’explication des schémas infographiques. Mais la réalité politique tendue entre les divers États occidentaux lors de la seconde guerre du Golfe, principalement entre la France et les États-Unis, favorisa tout de même l’installation d’un discours journalistique bien plus critique et interrogatif que lors du premier conflit.

  • 18  La veille, 33 morts et 300 blessés irakiens furent recensés.
  • 19  La veille, une maternité irakienne fut bombardée par l’aviation américaine.
  • 20  Voir le slogan du célèbre magazine français Paris Match.

26En effet, de l’entente parfaite liant George Bush (père) et François Mitterrand au désaccord irrémédiable opposant George Bush (fils) et Jacques Chirac, la dégradation des relations diplomatiques entre gouvernements américain et français n’est pas à sous-estimer, car elle explique en grande partie l’évolution de la couverture médiatique française d’un conflit à l’autre. D’une part, en 1991, dans ses infographies, la presse française notifiait surtout le nombre de blessés et de morts du côté américain, alors qu’en 2003, elle s’est de plus en plus mise à souligner le nombre de pertes irakiennes (Le Monde, 3 avril 2003)18 et de bavures commises par l’armée américaine (4 avril 2003)19. D’autre part, des infographies parues dans la presse française en 2003 soulignèrent, en s’appuyant sur des sondages d’opinion, que les citoyens français (Le Monde, 8 février 2003) et de nombreuses populations internationales (14 février 2003) étaient majoritairement opposés à la guerre, alors qu’en 1990, plusieurs infographies diffusées par la presse française étudiée, avec tableaux et graphiques statistiques à l’appui, montrèrent que l’opinion publique française était d’accord pour que soit menée une guerre contre l’Irak (Le Figaro, 18 et 19 août 1990). Souvent, pour donner plus de relief à la dénonciation du chaos qu’aurait généré l’état de guerre en Irak, certaines cartes infographiques, parsemées de flèches et d’étoiles pour notifier combats armés et explosions de bombes, furent associées au « poids des mots » et au « choc des photos »20. Par exemple, en avril 2003, pour accentuer une chronique journalistique portant sur l’ampleur des troubles sociaux subis par la population irakienne, le quotidien Le Monde (14 et 15 avril 2003) incorpora, à l’occasion de plusieurs schémas infographiques, des clichés photographiques montrant les conséquences des pillages et des bombardements incessants des forces américaines, que ce soit à Mossoul ou à Tikrit.

Conclusion

27Des années 1990 aux années 2000, l’évolution dans la fabrication infographique est très visible. Les infographies de presse produites sont de plus en plus sophistiquées. Née en 1982 lors de la création du journal populaire américain USA Today, en opposition au style littéraire et à l’intellectualisation des grands journaux de référence comme le New York Times, l’infographie est aujourd’hui un élément d’information tout à fait banalisé dans les pages de la plupart des titres de la presse internationale. Reprenant la plupart des ingrédients de cette recette éditoriale, la presse gratuite, apparue en France en 2002 (Metro, 20 Minutes, Matin Plus…), privilégie la lecture séquentielle et repose sur des articles brefs, des items omniprésents, des photos nombreuses, la répétition de graphiques et de réguliers encadrés, et donc de l’outil infographique (Hirtzman et Martin, 2004 ; Augey et al., 2005). Les schémas infographiques se sont multipliés à la faveur de la première guerre du Golfe ; le second conflit a définitivement entériné leur présence dans la routine médiatique. L’introduction de couleurs vives et variées ou de signalétiques descriptives perfectionnées concourt fortement à rendre plus lisible/visible ce qui doit être expliqué et diffusé par les médias, et donc compris et intériorisé par leurs consommateurs ; lecteurs, téléspectateurs, internautes.

28Cependant, ces améliorations visuelles, dédiées à la promotion de la pédagogie journalistique, ne peuvent occulter la primauté de la propagande politique et le suivisme politico-idéologique (Bourdieu, 1996 ; Ruffin, 2003) qui résultent de la fabrication de l’information au sein des principaux organes médiatiques. Dans une période d’indécision, comme ce fut le cas lors des deux conflits du Golfe, l’infographie apporta, d’une part, des explications accessibles au plus grand nombre. D’autre part, elle s’accorda parfaitement à la faible proportion des informations que l’administration et l’armée américaines daignèrent livrer aux journalistes présents aux conférences de presse ou sur les champs de bataille. En 1990-1991, de nombreux experts militaires furent interviewés par les journalistes pour déterminer le nombre de soldats engagés dans l’armée irakienne supposée pléthorique ; en 2002-2003, plusieurs autres experts furent chargés par les médias de commenter le nombre et l’emplacement des prétendues « armes de destructions massives » irakiennes.

29D’une période à l’autre, ces experts contribuèrent à alimenter les diverses infographies produites ; pour les médias, ces apports furent les bienvenus car, du côté de l’armée américaine comme de celui du gouvernement américain, très peu d’informations ont filtré. Ainsi, lors des deux conflits, il fut avéré que certains schémas infographiques, à l’image de certaines déclarations militaro-politiques pourtant officielles, reposaient ni plus ni moins sur des preuves incomplètes, voire peu crédibles. Les médias chroniquèrent à partir d’estimations et de théories pour le moins hasardeuses (Maler, 2003). Celles-ci devinrent de quasi-faits authentifiés puisque exposées par des sources officielles ; du général américain Norman Schwarzkopf au premier ministre britannique Tony Blair. Dans certains cas, les données informatives, malgré un défaut de recoupement de l’information et un manque d’accès aux lieux critiques, étaient très souvent véhiculées par les médias dans le seul but de produire de l’information. Les médias étudiés se sont autant comportés en tant que « suiveurs idéologiques » des pouvoirs politiques en place, qu’en tant que garants de la production continue de leur « matière première », c’est-à-dire l’information.

Haut de page

Bibliographie

AGNES, Yves (2002), Manuel de journalisme : écrire pour le journal, Paris, Éditions La Découverte.

ARBOIT, Gérald (2002), « La nouvelle économie politique de L’Humanité : des tribulations du journal communiste à son ouverture au Grand Capital », Annuaire français de relations internationales, vol. 3, p. 822-840.

AUGEY, Dominique, et al. (2005), « Dis à qui tu te donnes : la presse quotidienne gratuite ou le marketing du don », dans Roselyne RINGOOT et Jean-Michel UTARD (dir.), Le journalisme en invention : nouvelles pratiques, nouveaux acteurs, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, p. 89-123.

BAUDRILLARD, Jean (1991), La guerre du Golfe n’a pas eu lieu, Paris, Éditions Galilée.

BELLENGER, Lionel (2005), La force de persuasion : du bon usage des moyens d’influencer et de convaincre, Paris, Éditions ESF.

BERNARD-PUTZ, Chantal (1992), « L’armement et l’information scientifique et technique dans la presse quotidienne », dans Béatrice Fleury-Vilatte (dir.), Les médias et la guerre du Golfe, Nancy, Presses Universitaires de Nancy, p. 51-56.

BERU, Laurent (2005), « La propagande pédagogique dans la presse française : le cas du débat sur Maastricht », dans Élodie DULAC et Delphine ROBIC-DIAZ (dir.), L’Autre en images : idées reçues et stéréotypes, Paris, Éditions L’Harmattan, p. 41-69.

BOUGNOUX, Daniel (1999), « Les Balkans comme métaphore », Les Cahiers de Médiologie, n° 8, p. 47-55.

BOUGNOUX, Daniel (2001), « L’indépassable chauvinisme de l’information », dans Michel MATHIEN (dir.), L’information dans les conflits armés : du Golfe au Kosovo, Paris, Éditions L’Harmattan, p. 131-136.

BOURDIEU, Pierre (1996), Sur la télévision, Paris, Éditions Raison d’Agir.

BOURDON, Jérôme (2004), « La télévision globale d’une guerre à l’autre : de la loupe au kaléidoscope », dans Jean-Marie CHARON et Arnaud MERCIER (dir.), Armes de communication massive : informations de guerre en Irak (1991-2003), Paris, Éditions CNRS, p. 41-46.

BRETON, Philippe (1996), L’argumentation dans la communication, Paris, Éditions La Découverte.

BRUNER, Jérôme (1991), … Car la culture donne forme à l’esprit : de la révolution cognitive à la psychologie culturelle, Paris, Éditions Eshel.

BUREAU, Jean-François (2004), « Embedded : Le reportage de guerre live », dans Jean-Marie CHARON et Arnaud MERCIER (dir.), Armes de communication massive : informations de guerre en Irak (1991-2003), Paris, CNRS Éditions, p. 84-87.

CHAMPAGNE, Patrick (1996), « L’influence de la communication visuelle dans le travail de l’information écrite, et la construction télévisuelle de l’opinion », Conférence au Centre régional de documentation pédagogique de Grenoble, 16 octobre.

CHAPPE, Jean-Marie (1995), L’infographie de presse, Paris, Victoires Éditions.

CHARON, Jean-Marie, et Arnaud MERCIER (2004), « 1991-2003 : Les enseignements d’une comparaison », dans Jean-Marie CHARON et Arnaud MERCIER (dir.), Armes de communication massive : informations de guerre en Irak (1991-2003), Paris, CNRS Éditions, p. 1-4.

CHEVALIER, Jean, et Alain GHEERBRANT ([1969] 1982), Dictionnaire des symboles : mythes, rêves, coutumes, gestes, formes, figures, couleurs, nombres, Paris, Éditions Robert Laffont.

COOK, Timothy (1990), Making Laws and Making News : Media Strategies in the U.S. House of Representatives, Washington, Brookings Institution.

COOK, Timothy (1998), Governing the News : The News Media as a Political Institution, Chicago, University of Chicago Press.

DE LA HAYE, Yves (1985/2005), Journalisme, mode d’emploi : des manières d’écrire l’actualité, Paris, Éditions L’Harmattan.

DÉRIBÉRÉ, Maurice (1964/1989), La couleur, Paris, Presses universitaires de France.

ELLUL, Jacques (1980), La parole humiliée, Paris, Éditions du Seuil.

FERRO, Marc (1991), L’information en uniforme, Paris, Éditions Ramsay.

GERVEREAU, Laurent (1996), Voir, comprendre, analyser les images, Paris, Éditions La Découverte.

GONNET, Jacques (1997), Éducation et médias, Paris, Presses universitaires de France.

GONNET, Jacques (2004), « Produire des médias », MédiaMorphoses, n° 10, p. 92-97.

HALIMI, Serge (1997), Les nouveaux chiens de garde, Paris, Éditions Raisons d’Agir.

HALL, Stuart (1994), « Codage/Décodage », Réseaux, n° 68, p. 27-39.

HALLIN, Daniel (1994), We Keep America on Top of the World : Television Journalism and the Public Sphere, Londres, Routledge.

HERTOGHE, Alain (2003), La guerre à outrances : comment la presse nous a désinformés sur l’Irak, Paris, Éditions Calmann-Lévy.

HIRTZMANI, Ludovic, et François Martin (2004), Le défi des quotidiens gratuits, Québec, Éditions MultiMondes.

HUNTINGTON, Samuel (1997), Le clash des civilisations, Paris, Éditions Odile Jacob.

LECHUGA PANELLA, Maria Cristina (1991), « Créatifs et publics à l’œuvre : la communication publicitaire, une co-construction ». Thèse de doctorat en sociologie sous la direction de Pierre Vergès, Paris, École des hautes études en sciences sociales.

MALER, Henri (2003), « Fragments d’analyse des médias français face à l’invasion de l’Irak », dans Olfa LAMLOUM (dir.), Irak : les médias en guerre, Paris, Éditions Actes Sud, p. 105-141.

PERAYA, Daniel, et René RICKENMANN (1998), « New perspectives for media education, theory and practice », Educational Media International, 35(2), p. 125-132.

PIAGET, Jean ([1967] 1998), Psychologie de l’intelligence, Paris, Éditions Armand Colin.

POINSSAC, Béatrice (1994), L’infographie, Paris, Presses universitaires de France.

RAWLS, John ([1971] 1991), Théorie de la justice, Paris, Éditions du Seuil.

RICHBURG, Keith (2003), « Refuser d’être embedded », dans Olfa LAMLOUM (dir.), Irak : médias, guerre et démocratie, Actes du colloque international organisé par l’Institut Panos le 4 novembre 2003, Paris, Institut Panos, p. 30-31.

RIMBERT, Pierre (2005), Libération de Sartre à Rothschild, Paris, Éditions Liber-Raisons d’Agir.

RUFFIN, François (2003), Les petits soldats du journalisme, Paris, Éditions Les Arènes.

SAÏD, Edward ([1980] 1997), L’Orientalisme : l’Orient créé par l’Occident, Paris, Éditions du Seuil.

SONWALKAR, Prasun (2005), « Banal journalism : The centrality of the <Us-Them> binary in news discourse », dans Allan STUART (dir.), Journalism : Critical Issues, Maidenhead, Open University Press, p. 261-273.

TODOROV, Tzvetan (1989), Nous et les autres : la réflexion française sur la diversité du monde, Paris, Éditions du Seuil.

UNDERWOOD, Doug (1993), When MBAs Rule the Newsroom : How the Marketers and Managers ARE Reshaping Today’s Media, New York, Columbia University Press.

WATINE, Thierry (1997), « Journalisme et complexité », Les Cahiers du Journalisme, n° 3, p. 14-26.

Haut de page

Notes

1  Ce fut notamment le cas de L’Humanité (Arboit, 2002) et de Libération (Rimbert, 2005).

2  Celle-ci fut pro-guerre lors du premier conflit et anti-guerre lors du second conflit (Bourdon, 2004). Pour avoir un aperçu du concept de « propagande pédagogique », voir l’une de nos précédentes études (Béru, 2005).

3  Selon certains universitaires et essayistes français (Baudrillard, 1991 ; Ferro, 1991), il apparaît que, lors de la première guerre du Golfe, propagande et censure étaient loin d’être totalement subies, mais également acceptées par les professionnels de l’information comme une nécessité — voire une légitimité — patriotique.

4  Très évocateurs, les titres de cette rubrique ressemblèrent fortement à des titres de film : « Psychose » (9 février 1991), « Méprise » (15 février 1991) ou « Terre brûlée » (25 février 1991).

5  Référence au sous-titre de l’ouvrage de Lionel Bellenger (2005).

6  Comme ce fut également le cas après les attentats aux États-Unis que revendiqua Al-Qaida ; le journal Le Monde affirma dans son éditorial du 13 septembre 2001 : « Nous sommes tous Américains ». De plus, soulignons qu’après les attentats en Espagne attribués à l’organisation fondée par Oussama ben Laden, le journal américain The New York Times écrivit, à son tour, dans son éditorial du 12 mars 2004 : « Maintenant, nous sommes tous Madrilènes ».

7  Nous pouvons remarquer que, le même jour, une carte similaire fut proposée par le quotidien Le Figaro. Dans l’édition du 7 février de France-Soir, cette fois-ci, c’est une carte du monde — zoomant, cependant, tout particulièrement sur la zone Europe — qui reprend la même codification des couleurs.

8  Référence au sous-titre de l’ouvrage de Bellenger (2005).

9  Par exemple, pour représenter l’opposition présente sur l’échiquier politique française, la presse écrite et la télévision française habituèrent lecteurs et téléspectateurs à distinguer les membres et partis de tradition de droite de ceux de tradition de gauche, en utilisant la Croix de Lorraine (symbole du gaullisme) et la rose (symbole du socialisme).

10  Que ce soit pour transmettre un moment de tristesse —  — ou un instant de bonheur — .

11  Dans la théorie de la justice rawlsienne, le concept de « position originelle » représente le statu quo initial adéquat qui garantit l’équité des accords fondamentaux. Considérer un propos, un événement ou un individu comme normal ou anormal, c’est en effet prendre en compte, consciemment ou inconsciemment, les procédures et les critères décisionnels élaborés au cours de ladite période originelle.

12  Référence au titre de l’ouvrage de Tzvetan Todorov (1989).

13  Samuel Huntington, politologue conservateur américain, affirme, dans l’un de ses ouvrages phares, la nécessité pour l’Amérique du Nord, et plus généralement l’Occident, de « réaffirme[r] sa position de leader, suivi et imité par d’autres civilisations » (1997 : 334).

14  De nombreux chercheurs et essayistes français (De la Haye, 1985 ; Halimi, 1997) ont souligné la prégnance historique du journalisme révérenciel ou de révérence : de La Gazette de France, louant les connaissances intellectuelles du monarque Louis XVIII au début du xixe siècle, au magazine Le Nouvel Observateur, vantant les futurs bienfaits du traité de Maastricht au début des années 1990.

15  Au début de l’année 2003, à la suite des dénigrements antifrançais provenant de la classe politique et des journaux américains et anglais, la majeure partie de la presse française défendit, tant directement qu’indirectement, la position officielle du pouvoir français. Les principaux éditorialistes français critiquèrent les attaques incessantes dont Jacques Chirac et Dominique de Villepin — et plus généralement la France et les Français — furent les cibles. Du Figaro (« Nouvelle charge antifrançaise », 24 février ; « Paris <choqué> par la francophobie britannique », 20 mars) au Monde (« En Grande-Bretagne, le groupe de Rupert Murdoch s’obstine à attaquer la France », 1er mars ; « Les entreprises, première cible de la francophobie américaine », 20 février), cette tension internationale fut souvent teintée d’un nationalisme patriotique très peu dissimulé

16  Par exemple, du mois de janvier 2003 jusqu’au mois de mars 2003, Le Monde, comme d’ailleurs les autres titres de la presse quotidienne française, mit régulièrement à la une, c’est-à-dire en première page ou dans les premières pages, le mouvement pacifiste. Voir les articles suivants du Monde qui sont parus au début de l’année 2003 : « Les réseaux militants préparent la journée de mobilisation du 15 février » (8 février) ; « Calmes colombes à Berkeley » (30 janvier) ; « En Turquie, l’union sacrée pour la paix » (16 février) ; « L’Asie du Sud-Est hostile à une guerre contre l’Irak » (13 février).

17  Comme l’explique Keith Richburg, journaliste du Washington Post présent en Irak durant la seconde guerre du Golfe, « dans une guerre, il y a toujours un décalage entre ce qui se passe sur le terrain d’un côté, et les affirmations des porte-parole de l’armée de l’autre » (2003 : 31).

18  La veille, 33 morts et 300 blessés irakiens furent recensés.

19  La veille, une maternité irakienne fut bombardée par l’aviation américaine.

20  Voir le slogan du célèbre magazine français Paris Match.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Laurent Béru, « Observer le consensus idéologico-politique », Communication, Vol. 27/2 | 2010, 234-251.

Référence électronique

Laurent Béru, « Observer le consensus idéologico-politique », Communication [En ligne], Vol. 27/2 | 2010, mis en ligne le 14 août 2012, consulté le 24 mars 2017. URL : http://communication.revues.org/3162 ; DOI : 10.4000/communication.3162

Haut de page

Auteur

Laurent Béru

Laurent Béru est chercheur au laboratoire Communication, Information, Médias de l’Université Sorbonne Nouvelle-Paris 3. Courriel : laubelolo@hotmail.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org