Navigation – Plan du site
Lectures

Béatrice GALLINON-MÉLÉNEC (dir.), Homme/Animal : Quelles relations ? Quelles communications ?

Dieppe, Publications des Universités de Rouen et du Havre, 2003
Sophie Gingras
p. 318-322
Référence(s) :

Béatrice GALINON-MÉLÉNEC (dir.) (2003), Homme/Animal : Quelles relations ? Quelles communications ?, Dieppe, Publications des Universités de Rouen et du Havre.

Texte intégral

1Les animaux, comme les humains, communiquent à l’aide de langages et de codes, innés ou acquis, qui leur sont spécifiques. L’étude de la communication homme/animal relève de la problématique plus générale de la communication inter-espèces et, plus spécifiquement, de la communication non verbale qui préside à certains contacts humains avec des animaux. Mais quelles conditions régissent cette relation et quels sont les enjeux qui s’y rattachent ?

2La directrice de cet ouvrage collectif est responsable de l’unité de recherche travaillant sur la Communication et le Développement des Hommes, des Entreprises et des Territoires (CDHET) qui réunit plusieurs chercheurs d’horizons géographiques et culturels différents et qui s’inscrivent dans une démarche exploratrice visant la « compréhension de la communication Homme/animal et de la logique du vivant conçue comme une approche systémique » (p. 13). Partant du postulat de Paul Watzlawick (1972) qu’« on ne peut pas ne pas avoir de comportement, on ne peut pas ne pas communiquer », plusieurs chapitres du livre appliquent une approche sémiotique à l’analyse de la réception des divers signaux perçus au fil des échanges entre les hommes et les animaux. Leurs auteurs s’intéressent au contexte de réception ainsi qu’au réseau de significations pour mieux connaître et interpréter le sens donné aux signes qui composent cette communication.

3L’ouvrage contient, outre l’avant-propos et l’introduction rédigés par Béatrice Galinon-Mélénec, neuf textes traitant le sujet sous des aspects aussi variés qu’originaux. La diversité des postures intellectuelles témoigne de l’intérêt que portent un grand nombre de disciplines à cet objet d’étude.

4Dans « Approches humaines de la relation Homme/animal : l’exemple de la communication Homme/cheval », Martine Hausberger et Marie-Annick Richard-Yris privilégient une approche éthologique pour étudier le lien qui unit les humains et les chevaux ; par exemple la relation plus ou moins perturbée entre la jument et le poulain que peut entraîner une intervention humaine à la naissance du petit. Le texte de Jean-Jacques Boutaud, « De l’anthropomorphisme du goût en zoosémiotique », porte sur l’étude du goût chez les animaux ; ses formes d’expression, sa connotation culturelle et la difficulté d’étudier le goût chez les animaux en raison de notre résistance de penser l’autre en dehors de nous-même. Dans « De l’enracinement de la raison dans l’intelligence animale », André Cauty tend à démontrer que les créations de la raison humaine s’enracinent dans les productions de l’intelligence animale. Les espèces animales agissant dans différents mondes de représentations, l’auteur analyse entre autres comportements les interactions animales et cherche à observer comment naissent et circulent les savoirs et les connaissances et comment se distinguent et s’unissent les cultures animales et humaines. Aussi utilise-t-il l’exemple de la chasse pour illustrer la différence entre les représentations du monde des humains et celles des animaux et pour établir l’importance des symboles identitaires. Dans son texte, « Internet : espace éditorial pour la communication Homme/animal », Lise Vieira cherche à mettre au jour les liens de contiguïté entre la notion d’espace informationnel et la relation homme/animal. Elle ajoute à son étude une analyse qualitative de certains sites Web traitant de la communication homme/animal afin de démontrer le caractère novateur d’Internet pour la diffusion des connaissances sur ce sujet par rapport à l’imprimé.

5Écrit par Hubert Montagner, le texte « La relation enfant-animal » est particulièrement intéressant. L’auteur y introduit, dans un premier temps, quelques catégorisations de la relation homme/animal qui annoncent plusieurs aspects traités dans l’ensemble de l’ouvrage : la relation avec l’animal utilitaire, la relation avec l’animal de compagnie et la relation avec l’animal familier. L’auteur élabore plus longuement sur cette dernière catégorie et identifie cinq espèces animales qui remplissent particulièrement bien cette fonction d’animal familier : les chiens, les chats, les chevaux, les dauphins et les perroquets. La relation qui se développe entre l’animal et l’enfant d’une part libère chez ce dernier tout un éventail d’émotions et d’autre part structure et régule son fonctionnement cérébral et corporel. Elle joue notamment un rôle fondamental dans le déploiement des aptitudes des compétences-socles qui fondent le développement individuel : l’attention visuelle soutenue, les imitations, l’organisation structurée et ciblée du geste, etc. Est également mise en lumière l’importance du rôle que peuvent jouer les animaux, un

[…] rôle non négligeable, parfois essentiel, dans le déverrouillage du monde intérieur d’un enfant, et ainsi dans la levée de ses blocages ou inhibitions(p. 55).

6Dans un second temps, l’auteur fait valoir les bienfaits de la relation entre l’enfant et l’animal familier sur le plan cognitif. Selon lui, la sécurité affective qui découle de cette relation fournit à l’enfant

[…] les clés essentielles du savoir et de la connaissance qui permettent non seulement de décrypter le livre de la nature, mais aussi de solliciter les différentes formes de l’intelligence animale et humaine, quel que soit le milieu (ville, campagne…). Ils lui apprennent à apprendre (p. 62).

7Enfin, bien que le texte porte d’abord sur la relation enfant-animal, il offre des perspectives éclairantes sur la relation entre l’adulte et son animal familier.

8Dans son texte « Place de la relation hommes et animaux dans l’organisation du travail en élevage », Jocelyne Porcher fait un retour sur plusieurs notions historiques de la relation entre l’homme et l’animal utilitaire. Au-delà de l’aspect organisationnel que suppose l’élevage, l’auteure s’intéresse aux dimensions relationnelles homme/animal qu’elle considère comme partie intégrante de l’activité productrice du travail. Les liens entre les éleveurs et les animaux d’élevage sont étudiés en prêtant une attention particulière aux sentiments et aux comportements des éleveurs dont la tâche se soldera fatalement par la mort des animaux. L’auteure identifie des relations d’affectivité positive (compassion et empathie) ou d’affectivité négative (pouvoir) qui peuvent lier les éleveurs aux animaux. Elle mène une analyse quantitative des attitudes des éleveurs pour mieux comprendre l’articulation entre l’implication affective et la satisfaction au travail ainsi que les conséquences du travail sur leur santé physique et psychique. Elle en conclut que

[…] la relation aux animaux d’élevage, à l’échelon de l’exploitation ou des pouvoirs publics, est aujourd’hui, « bien-être animal » ou pas, profondément irrespectueuse. […] Le lien social que dix siècles d’histoire commune avec les animaux d’élevage ont construit est en train de disparaître(p. 100).

9Dans son étude, « L’empathie Homme/animal : réflexions sur les spécificités de la communication corporelle », Fabienne Martin-Juchat s’intéresse à la communication non verbale et, tout particulièrement, aux processus d’encodage et de décodage qui sous-tendent la communication entre les humains et les animaux. L’auteure explore les limites des théories et modèles du non-verbal lorsque ceux-ci sont appliqués à la communication homme/animal.

Dans des situations où la communication verbale n’est pas facile (manque ou absence de compétence d’un des deux sujets en présence) nous nous rendons vite compte de la complexité des modes de communication du corps (p. 112).

10C’est alors qu’entre en jeu la capacité d’empathie qui sollicite des aspects du corps qui, selon l’auteure, ne sont pas suffisamment pris en compte par les chercheurs en communication non verbale.

L’empathie est le naturel du vivant et consiste en une capacité à ressentir simultanément les émotions d’autrui (p. 114).

11L’auteure note que cette capacité d’empathie est particulièrement remarquable chez les enfants et se manifeste davantage quand la volonté d’imposer un mode de communication à l’animal est absente, ce qui est souvent le cas dans les relations entre les enfants et les animaux. Les conclusions de cette étude invitent à une plus grande considération du processus empathique, qui échappe en partie au modèle du code, dans les recherches sur la communication non verbale puisqu’il offre, entre autres avantages, une meilleure compréhension des fonctions et significations des systèmes de signes corporels.

12Les textes « La place de l’animal dans le spectacle de cirque » de Hugues Hotier et « Nom d’un chien, nom(s) de Dieu(x) » de Jean Devèze mettent en évidence l’importance du statut social accordé à l’animal dans sa relation avec l’homme. Le premier texte, se basant sur une recension d’articles dans divers quotidiens, relatant des faits divers mettant en cause certains animaux, formule l’hypothèse que

[…] le statut de l’animal dans nos sociétés occidentales est moins une question de principe que d’opportunisme (p. 170).

13L’auteur examine cette hypothèse en étudiant le sort réservé aux animaux de cirque et les critiques formulées à l’endroit du cirque au cours des débats publics sur la cruauté à leur endroit par les différentes associations protectrices des animaux. Qu’ils soient animés par une motivation politique, écologique ou encore simplement par un certain attachement aux animaux, l’auteur constate que ces groupes ont tendance à s’attaquer au maillon faible, le cirque, plutôt que de s’en prendre aux lobbies jugés trop puissants ; par exemple, les associations des chasseurs. De plus, il note que la tendance forte à établir une hiérarchie entre les animaux influence notre perception de leur traitement. Ainsi, un cheval exécutant des prouesses sera admiré alors qu’on considérera le dressage d’un éléphant comme un geste plutôt cruel et même dégradant. L’auteur conclut en faisant valoir la complicité qui unit l’homme et l’animal de cirque dans un contexte de dressage.

Bref, c’est une véritable communication entre des êtres vivants. L’animal ne saurait être considéré comme une machine, il a sa part dans l’établissement de la communication aussi bien que dans la construction du sens tant au niveau du dialogue entre artistes d’un même numéro qu’à celui du système que constitue le spectacle de cirque (p. 180).

14Le texte de Devèze qui compte 12 pages d’annexes (sur 17) met en évidence le lien entre le nom qu’un maître donne à son chien et le statut social que ce même nom confère au chien et, par extension, au maître. Après avoir fait un rappel historique du développement et de la nature particulière de la relation entre les hommes et les chiens, l’auteur fouille des banques de données à la recherche des noms de dieux qui ont été attribués aux chiens. Le sujet est attrayant et certains noms inusités titillent la curiosité du lecteur.

15En ce qui concerne le travail d’édition, un certain manque de rigueur est perceptible dans la facture de cet ouvrage. Plusieurs textes comportent des fautes ou des coquilles et il y a un manque d’uniformité quant aux références bibliographiques qui sont parfois citées en notes de bas de page et parfois renvoyées en fin de texte. Aussi, un soin particulier aurait pu être apporté à la présentation d’une figure illustrant les types d’interactions « animales » : elle comporte des symboles et une calligraphie plutôt difficiles à décoder.

16Tel qu’annoncé dans son introduction, ce collectif se veut une première réflexion sur la communication homme/animal. Plusieurs aspects constituent un intérêt particulier pour qui sait tirer profit de cette relation sur plusieurs plans ; la communication homme/animal réduit le sentiment d’isolement chez les êtres humains, leur assure une plus grande autonomie motrice et leur procure un sentiment de sécurité. La force de cet ouvrage réside dans l’originalité du sujet, dans son traitement pluridisciplinaire ainsi que dans la prise de conscience qu’elle provoque chez le lecteur à l’égard de ses propres relations et communications avec les animaux. Plusieurs questions demeurent, mais ces contributions scientifiques permettent de mieux connaître les mécanismes qui régissent la communication inter-espèces.

Haut de page

Bibliographie

Watzlawick, Paul (1972), Une logique de la communication, Paris, Éditions du Seuil.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sophie Gingras, « Béatrice GALLINON-MÉLÉNEC (dir.), Homme/Animal : Quelles relations ? Quelles communications ? », Communication, Vol. 25/1 | 2006, 318-322.

Référence électronique

Sophie Gingras, « Béatrice GALLINON-MÉLÉNEC (dir.), Homme/Animal : Quelles relations ? Quelles communications ? », Communication [En ligne], Vol. 25/1 | 2006, mis en ligne le 26 janvier 2010, consulté le 24 juin 2017. URL : http://communication.revues.org/322

Haut de page

Auteur

Sophie Gingras

Sophie Gingras est chargée de cours, département d’information et de communication, Université Laval (Québec). Courriel : Sophie.Gingras@com.ulaval.ca

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org