Navigation – Plan du site
Lectures

Philippe BOISTEL (2007), Gestion de la communication d’entreprise, aspects théoriques et pratiques

Marianne Kugler
p. 345-347
Référence(s) :

Philippe BOISTEL (2007), Gestion de la communication d’entreprise, aspects théoriques et pratiques, Paris, Éditions Lavoisier

Texte intégral

1Au dire de l’auteur, son ouvrage s’adresse tant aux universitaires qu’aux praticiens des communications en entreprise. Il comporte deux parties, clairement séparées. La première, intitulée « Les bases d’une théorie de la communication des entreprises », a pour objectif ambitieux de proposer de nouvelles perspectives sur les fondements de la communication d’entreprise, sur les spécificités de leurs messages et sur les aspects essentiels de leur diffusion. La seconde partie, plus descriptive et pratique, s’adresse aux « techniques de communication des entreprises ».

2D’entrée de jeu, l’auteur s’appuie sur des références anciennes pour affirmer qu’en 2007, année de publication du livre, « la sémantique de la communication est aujourd’hui confuse » (Regouby, 1988) et que « sa gestion est reconnue comme fondamentale pour le management et la réussite de l’entreprise » (Weiss, 1978). Ensuite, il recense les définitions de la communication d’entreprise, mais malheureusement pas dans un ordre chronologique, ce qui empêche le lecteur de se faire une idée de l’évolution de la discipline. Une définition de Libaert (2005) est suivie de celle de Schwebig (1988), de Weill (1990), d’Utard (1992), de Wesfalen (2002), de Schneider (1990) et de Gayet (1998). Passant à la littérature anglo-saxonne, l’auteur cite les définitions de Dowling (2002), de Van Riel (1995) et d’Ind (1990). Alors que les différentes définitions se réfèrent aux réalités de la communication d’entreprise telles qu’avancées par la discipline d’origine de l’auteur (management, marketing ou info-com), il aurait été intéressant de prendre ces divergences comme point de départ d’une analyse d’ordre « culturel ».

3La première partie comprend aussi deux autres revues des écrits : sur le message des entreprises et sur la diffusion de ces messages.

4Dans la conclusion de cette première partie, l’auteur revient non pas sur ce qui est annoncé dans son introduction — le développement d’une approche systémique et globale des communications de l’entreprise —, mais plutôt sur une matière qui fait l’objet d’un enseignement dans les programmes de communication depuis de nombreuses années, soit le besoin d’une communication stratégique dont le rôle « n’est pas seulement de favoriser la réussite des options stratégiques mais aussi d’influencer les prises de décision à partir de l’audit de la communication. »

5Dans la seconde partie, Philippe Boistel suggère qu’on regroupe les différentes techniques de communication des entreprises en quatre grandes catégories.

[…] les communications repères […] servant à valoriser l’identité et le positionnement de l’entreprise de la marque ou du produit, les communications de développement qui visent à apporter à l’entreprise ou à la marque des ressources, les communications de proximité qui ont pour but d’établir des relations privilégiées avec des cibles déterminées et les communications de légitimité qui ont pour objectif essentiel de défendre le modus operandi de l’entreprise ou de la marque (p. 159).

  • 1  Voir, à titre d’exemples, le numéro spécial de la revue Recherches en communication (2002) et les (...)

6Comme toute typologie, celle-ci a ses avantages et ses inconvénients. D’une part, elle est cohérente et parvient à regrouper de façon logique les techniques de la communication des entreprises les plus courantes. Mais, d’autre part, elle classe la communication de crise, pourtant si importante pour les entreprises en ce XXIe siècle, à la fois dans la sous-catégorie des relations publiques, des communications de proximité et dans la catégorie à part entière des communications de légitimité. Dans la section consacrée aux communications repères, il n’est aucunement question de l’esthétique des entreprises, alors que ce champ d’études est en pleine expansion1.

7Les propos sont souvent très généraux et peu à jour. Dans une discipline qui évolue aussi rapidement et pour un livre qui a comme objectif d’être un outil pour les praticiens, c’est difficilement compréhensible. Par exemple, les références définissant le rôle des relations publiques en entreprise datent de 1970 et dans le sous-chapitre consacré à la communication financière, si importante de nos jours et où Internet a bouleversé la donne, les références datent de 1977 et de 1985. Seulement 16 lignes traitent des «nouveaux médias», qui n’ont plus rien de nouveau en 2007. En ce qui a trait à la publicité, seulement deux des onze références sont plus récentes que 2000 alors que cinq datent d’avant 1990. Quant à la communication de crise, non seulement il manque la référence à l’ouvrage fondamental de P. Lagadec (1993), mais sa seule référence (un article) date de 1986. Sur les 38 notes de bas de page, quatre seulement mentionnent des textes de moins de dix ans et l’excellent portail de la « communication sensible »2, outil indispensable pour un praticien des communications en entreprise, n’est pas mentionné.

8Trop souvent, cette seconde partie ressemble à un collage de notes de cours. Cette impression de collage est renforcée par les différences dans le style de rédaction d’une section à l’autre et le manque de cohérence dans les notes de référence entre la première et la seconde partie.

9Il y a dans ce livre de nombreux irritants. La « bibliographie » est une collection de notes regroupées en fin de volume sans référence aux différents chapitres. Sur les 621 notes, certaines références se trouvent répétées, intégralement, jusqu’à plus de 10 fois. La mention « ouvrage cité précédemment » ou ibid. est trop rarement utilisée. Certaines références bibliographiques sont incomplètes ou erronées comme celle de Une logique de la communication (1972) attribuée au seul Paul Watzlawick, ou encore l’inversion du nom et du prénom d’un auteur. La date de consultation des références Internet n’est pas mentionnée, alors que certaines réfèrent à des « wikis » qui sont régulièrement mis à jour. D’autres URL ne sont accessibles que sur abonnement et plusieurs sont obsolètes.

10En conclusion, l’auteur n’a pas tenu ses engagements annoncés et le travail d’édition est en deçà des attentes légitimes des lecteurs. Cet ouvrage promet plus qu’il ne livre et il n’est pas à recommander aux étudiants en communication.

Haut de page

Bibliographie

LAGADEC, P. (1993), Apprendre à gérer les crises : société vulnérable, acteurs responsables, Paris, Les Éditions d’Organisation.

REGOUBY, C. (1988), La communication globale, comment construire le capital image de l’entreprise, Paris, Les Éditions d’Organisation.

WEISS, D. (1978), Les relations de travail, 4e édition, Paris, Éditions Dunod.

Haut de page

Notes

1  Voir, à titre d’exemples, le numéro spécial de la revue Recherches en communication (2002) et les travaux de Nicole d’Almeida, de Valérie Carayol et d’Axel Gryspeerdt.

2  http://www.communication-sensible.com/portail/ page consultée le 14 novembre 2007.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marianne Kugler, « Philippe BOISTEL (2007), Gestion de la communication d’entreprise, aspects théoriques et pratiques », Communication, Vol. 27/2 | 2010, 345-347.

Référence électronique

Marianne Kugler, « Philippe BOISTEL (2007), Gestion de la communication d’entreprise, aspects théoriques et pratiques », Communication [En ligne], Vol. 27/2 | 2010, mis en ligne le 15 août 2012, consulté le 23 juillet 2017. URL : http://communication.revues.org/3221

Haut de page

Auteur

Marianne Kugler

Marianne Kugler est professeure au Département d'information et de communication à l'Université Laval. Courriel : marianne.kugler@com.ulaval.ca

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org