Navigation – Plan du site
Lectures

Daniel BOUGNOUX (2006), La crise de la représentation

Paris, Éditions La Découverte
Philippe Viallon
Référence(s) :

Daniel BOUGNOUX (2006), La crise de la représentation, Paris, Éditions La Découverte

Texte intégral

1Cet ouvrage fait partie de ces petites perles que l’on découvre avec un réel plaisir. En quelque 180 pages d’un caractère qui permet une lecture d’abord détendue, puis passionnée, il réussit à emporter l’adhésion de ses lecteurs. Avec la sensibilité et la finesse de réflexion qu’on lui connaît, l’auteur s’empare du concept mou, fourre-tout, de « représentation » et dévide peu à peu l’écheveau. Celui-ci renvoie bien sûr d’abord à une répétition exprimée par le « re », mais aussi à une substitution, avec l’avantage majeur que comporte la mise à distance du réel ou, selon le terme de Derrida, la « différance ». « La fonction principale de la représentation […] serait ainsi de nous sauver ou de nous purger de la terreur. » Daniel Bougnoux ne fait pas partie de ces critiques permanents des médias, qui échappent donc au présent ; il cherche d’abord à les comprendre. Il voit la scène, qu’elle soit de théâtre, de cinéma ou de télévision, comme un espace « bon à prendre ». C’est avec humour qu’il fait avancer sa réflexion, en mettant par exemple dans la bouche de Silvio Berlusconi un récit autobiographique à la Machiavel, un vrai morceau d’anthologie !

2Mais l’analyse va plus loin pour constater que la représentation est, d’une part, augmentation, emphase et, d’autre part, modification du réel, notamment afin de le rendre plus accessible au plus grand nombre. L’analyse est développée, comme l’indique le titre, dans la perspective d’une crise qui est pour l’auteur « moins un accident qu’un risque structurel, inscrit dans la logique du signe ». Ce sont les domaines de l’art et des médias qui sont privilégiés dans le travail, la politique étant prévue dans un prochain ouvrage. Cette crise se manifeste par le fait que le public a de plus en plus de mal à faire la différence entre l’original et la copie, entre la carte et le territoire, entre le public, le privé et l’intime, à s’y retrouver dans la multiplication des scènes qui lui sont proposées.

3Parmi les thèmes abordés, trois ont retenu l’attention : la photographie, la presse et l’effondrement symbolique. La première est passée rapidement du statut de très humble servante à celui de modèle ou de paradigme. Pour Daniel Bougnoux, ce sont quatre dimensions qui sont à prendre en compte pour la comprendre. Pour l’indice, après l’évocation de Peirce, il rappelle que Barthes fait la différence entre le studium, l’intérêt qu’inspire une image, et le punctum, la preuve qu’elle apporte. C’est toute la différence entre une peinture et une photographie. Il évoque ensuite « l’instant décisif », expression de Cartier Bresson, l’immanence et l’allographie, cette caractéristique des productions qui ont plusieurs étapes de construction, qui forment des séries.

4Daniel Bougnoux s’intéresse également à la presse, au sens large, c’est-à-dire aux médias. Il leur reproche de subir l’impératif de vitesse. Pourtant, l’information n’a pas été toujours une valeur, voire elle a été très critiquée. Il cite Breton, mais on pourrait rajouter Voltaire ou Diderot. De plus, selon lui, l’histoire du journalisme montre que le commentaire a autrefois prévalu sur l’information — il faudrait restreindre ce point à la presse française — et la fonction éditoriale sur l’enquête de terrain. L’auteur constate à juste titre que le direct supprime la coupure sémiotique : l’événement tend à s’imprimer directement sur les écrans et dans les têtes, sans médiation. Il rend la critique difficile alors que le spectacle, par sa mise à distance, nous protège quelque part. L’auteur constate aussi que « les médias ne se contentent pas de constater un état du monde, ils rajoutent au monde un état ». Il relève également la fonction identitaire des médias qui entretiennent notre sentiment d’appartenance et émet le souhait qu’ils nous réunissent « par l’émotion » et nous séparent « par l’exercice critique de la pensée ».

5L’auteur constate enfin un recul de l’ordre symbolique, des médiations traditionnelles, de la place de l’histoire et de la transmission de valeurs. La société réagit en se repliant sur le vécu, sur l’émotion et la proximité. Tous ces éléments ne peuvent que favoriser le glissement vers les médias et le renforcement de leur influence. La perte de contenu accroît le poids de la relation, de la communication. Les médias occupent cet espace laissé libre par les anciennes instances. Pour anticiper les réactions du public, notamment le zapping, ils organisent un zapping interne qui ne laisse plus de temps au message et multiplient les possibilités d’individualiser les messages textuels ou visuels. Internet ne fait que renforcer cette accélération de la décomposition d’un monde commun.

6Dans sa conclusion, Daniel Bougnoux prône une éthique de la représentation, une « politesse de la représentation » comme il l’appelle élégamment. Il voudrait une représentation « qui se défusionne de la présence et qui ne s’impose pas, mais s’oppose, se discute, se confronte ». Il refuse donc tout dogmatisme.

7La forme du texte est encore à ajouter au crédit de l’auteur. Les jeux avec les mots et jeux de mots sont fréquents : ils marquent un rapport très complice avec la langue, il est à la recherche de tous les sens, même les plus inattendus. Par ailleurs, on n’est pas toujours d’accord avec ce qui est écrit, mais comment l’être quand tant d’idées sont abordées ? Par exemple, quand l’auteur évoque le chauvinisme des programmes télévisuels — il oublie le succès que peuvent avoir les séries télévisées étrangères — ou bien quand il affirme que l’on voit mieux Madame Bovary par le livre qu’au cinéma, c’est le médiologue et sa préférence bien connue pour la graphosphère qui parlent. On pourrait aussi lui reprocher d’abandonner une ou deux fois (notamment dans le chapitre sur « le toucher et l’immersion ») son lecteur pour aborder un monde des Idées pures où philosophie, esthétique et psychanalyse discutent entre elles sans trop se soucier de leur réception. Mais cela n’empêche pas La crise de la représentation de faire partie de ces rares ouvrages qui réussissent la synthèse entre la science raisonnée du chercheur et l’intuition créatrice de l’intellectuel. S’il fallait résumer son intérêt en une phrase, on pourrait citer l’auteur lui-même, lorsqu’il dit, parlant de l’œuvre de Proust, « qu’elle constitue une réserve de sens plus intelligente et plus savante que son auteur ou chacun de ses lecteurs. »

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Philippe Viallon, « Daniel BOUGNOUX (2006), La crise de la représentation », Communication [En ligne], Vol. 27/2 | 2010, mis en ligne le 06 septembre 2013, consulté le 23 septembre 2017. URL : http://communication.revues.org/3224

Haut de page

Auteur

Philippe Viallon

Philippe Viallon est enseignant-chercheur à l’Université de Lyon 2 en sciences de l’information et de la communication. Courriel : philippe.viallon@univ-lyon2.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org