Navigation – Plan du site
Lectures

Claude Jean DEVIRIEUX (2007), Pour une communication efficace

Québec, Presses de l’Université du Québec
Karine Collette
Référence(s) :

Claude Jean DEVIRIEUX (2007), Pour une communication efficace, Québec, Presses de l’Université du Québec

Texte intégral

1L’auteur, journaliste de la radio et de la télévision de Radio-Canada, est un professionnel de la communication de masse. Il propose de réunir les principes fondamentaux de la communication et de les appliquer à quatre formes de communication : la communication interpersonnelle « parce que c’est la plus courante » ; la prise de parole en public ; la communication média « qui est à la fois une communication interpersonnelle et une prise de parole publique » et la communication de crise « qui débouche la plupart du temps sur une communication média ». Les chapitres traitent tour à tour :

  1. du b.a.-ba de la communication, c’est-à-dire des principes applicables à toutes les situations de communication ;

  2. de la communication interpersonnelle, avec ses caractéristiques interlocutives, comportementales, la question de l’éloignement (téléphonie) et du différé (communication écrite) ;

  3. de la communication de groupe, en termes de prise de parole publique, de réunions et de communication organisationnelle ;

  4. de la communication média, leur organisation, leurs motivations et celles des journalistes, les pratiques du milieu, les relations médiatiques, etc.

  5. de la communication de crise où l’auteur distingue les catégories de crise, explique la logistique d’une cellule de crise et dégage les règles de gestion d’une telle situation.

2Devirieux adopte une perspective pragmatique et une conception très large de la communication, dont le point de départ est structurel et organisationnel (médias, entreprises et pratiques organisationnelles). Considérée comme essentielle au fonctionnement institutionnel et social, la communication est ici abordée dans sa plus stricte conformité aux systèmes qu’elle dessert. L’ouvrage est enrichi de nombreux exemples et expériences de terrain qui alimentent les descriptions.

3Le chapitre 3 sur la « communication média » est le plus développé, conformément à l’expérience professionnelle de l’auteur. Le plus succinct est le premier, qui pose les principes théoriques généraux de la communication : définition des termes « information » et « communication », présentation de la formule de Lasswell comme règle de base de la communication, description des enjeux, préparation intellectuelle, rapport entre le verbal et le non-verbal, signifiant et signifié de De Saussure, logiques locutoires et illocutoires. Le parti pris d’une certaine efficacité masque un certain flou conceptuel et certains éléments théoriques paraissent parfois caducs au regard des connaissances actuelles.

4Peut-on raisonnablement réduire la communication à la formule de Lasswell, en termes de relation unidirectionnelle et linéaire ? Peut-on vraiment considérer le syllogisme comme un modèle contemporain de l’argumentation ? La communication écrite s’adresse-t-elle vraiment à un seul sens (la vue) ?

5Nous interrogerons particulièrement la représentation dépréciative du langage commun et des publics, véhiculée ici comme dans nombre d’autres ouvrages et discours sur l’efficacité communicationnelle. Trois extraits serviront d’exemples.

  1. « Les argots des banlieues françaises, le joual québécois, les créoles antillais et autres langues vernaculaires enferment leurs utilisateurs dans un monde quasi uniquement affectif et utilitaire peu propice à l’abstraction et à l’échange de concepts » ? (p. 34)

  2. « Les administrateurs et gestionnaires s’expriment volontiers par concepts. Malheureusement, les auditeurs et téléspectateurs n’en ont pas l’habitude et ils ne disposent ni du temps ni de la connaissance du sujet pour se représenter ce que recouvrent ces concepts… » (p. 131)

  3. « Le public, venant de tous les milieux et ne portant qu’une attention moyenne à vos déclarations, est incapable de comprendre les termes techniques ou le langage abstrait des gestionnaires et technocrates. Trouvez les mots que vous utiliseriez si vous vous adressiez à un auditoire d’adolescents. » (p. 130)

6Comme dans le discours ambiant, l’auteur attribue aux récepteurs les défauts d’efficacité communicationnelle : manque d’attention, de connaissances générales et linguistiques.

7Deux autres remarques s’imposent. Contrairement à ce qu’affirme l’auteur, sur le plan théorique, il est délicat d’évaluer le degré d’abstraction et de concrétisation d’un terme. La nature arbitraire des signes et celle symbolique du langage sont des propriétés linguistiques et sociologiques ici étrangères. Les concepts ressortent d’une réalité abstraite, cela est vrai, mais leur représentation est faussée quand les élites hiérarchisent à leur avantage et en termes de difficulté ou d’intelligence les représentations du concret ou de l’abstrait. Quant à l’efficacité de « l’exemple concret », rappelons que c’est le caractère figuratif et explicatif de l’exemple qui donne l’impression de concrétisation. Nombre de travaux à finalité concrète cheminent nécessairement par des conceptualisations et des projections, et l’intellectuel ne peut s’octroyer l’apanage de la conceptualisation.

8En second lieu, l’auteur néglige la dimension persuasive du discours d’autorité. Il est pourtant reconnu, en analyse du discours et en sociologie, que l’expert cautionne indirectement le contenu de son discours par son statut ou son étiquette professionnelle. Si l’efficacité communicationnelle est conditionnée par le fonctionnement du système, cette dimension symbolique devrait alors être considérée. La question des principes communicationnels efficaces rejoint, à notre avis, celle de l’évolution des formes de discours préconisés dans nos sociétés occidentales, plutôt que celle d’une performance absolue.

9L’ouvrage constitue ainsi indirectement une nouvelle occasion d’interroger les passerelles hâtives entre théorie du langage et application. Pourtant, les exemples cités renvoient à des éléments théoriques plus diversifiés et plus nuancés que les principes initialement retenus ; l’auteur aurait eu intérêt à approfondir ceux-ci.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Karine Collette, « Claude Jean DEVIRIEUX (2007), Pour une communication efficace », Communication [En ligne], Vol. 27/2 | 2010, mis en ligne le 06 septembre 2013, consulté le 20 novembre 2017. URL : http://communication.revues.org/3226

Haut de page

Auteur

Karine Collette

Karine Collette est professeure au département des lettres et communications à l'Université de Sherbrooke et membre du Centre d’analyse et de traitement informatique du français québécois (CATIFQ). Courriel : Karine.Collette@usherbrooke.ca

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org