Navigation – Plan du site
Lectures

Denis RUELLAN (2007), Le journalisme ou le professionnalisme du flou

Grenoble, Presses de l’Université de Grenoble
Pierre Gosselin
p. 360-363
Référence(s) :

Denis RUELLAN (2007), Le journalisme ou le professionnalisme du flou, Grenoble, Presses de l’Université de Grenoble.

Texte intégral

1Dans l’introduction, l’auteur précise : « Cet ouvrage est pour l’essentiel une réédition de celui qui fut publié une première fois en 1993 ». Seul le dernier chapitre rend compte de l’évolution de ses recherches, mais au fil de la lecture, on perçoit que la thèse défendue reste toujours d’actualité.

Le flou, le doute, l’erreur, l’imprécis, l’indécis, l’indicible, l’incongru, voire le mensonge — tout ce que les annonciateurs perpétuels renvoient à l’anormalité et au dysfonctionnement — me semblent des champs conceptuels bien plus passionnants que tous les régimes de vérité, dès lors qu’on veut les croire productifs dans le sein même des fonctionnements dits normaux (p. 9).

2Il poursuit : « […] le flou est en soi une culture de production, une manière d’être et de faire propre au journalisme, une modalité fondamentale de l’identité […] » (p. 28).

3Au cours des six chapitres du livre, Denis Ruellan définit cette profession par l’intermédiaire de différentes approches.

4Tout d’abord, la mythologie du journalisme. L’auteur la décrit en prenant l’exemple de ce que nous en montre le cinéma, mais dont il souligne la limite, sachant que « le cinéma ne définit pas le professionnalisme en termes de normes, de contrôles de processus de formation, de listes de compétences, de règles déontologiques » (p. 28).

5Le deuxième chapitre pose la question de la « profession et du professionnalisme » en critiquant l’influence des auteurs « étatsuniens » qui se contentent d’une approche fonctionnaliste dans l’« analyse des professions [et qui postulent] l’existence d’un type idéal de profession fondé sur un ensemble de valeurs partagées par une communauté de travail […] » (p. 35). L’auteur montre que le profil du journaliste est plus complexe et il conclut avec Boltanski qui, dans une étude sur les cadres, remarquait déjà que : « […] c’est justement l’indéfinition des limites du groupe, le flou des règles de ses accès […] qui lui évitent l’éclatement. — et d’ajouter — Ainsi l’imprécision serait productive, l’incertitude profitable » (p. 52).

6Cette notion de flou n’est pas le privilège de cette profession.

7L’espace professionnel des journalistes français. La profession se réglemente au fil du temps et définit son espace. On passe du simple coupe-file distribué parfois sans discernement, à « la carte de journaliste [qui] est donc sur le plan juridique un mur de paille pour marquer les limites d’un domaine mal défini, et ce d’autant moins qu’il se trouve aujourd’hui encerclé par de multiples professions nouvelles nées de la montée en force des activités de communication » (p. 79). Certes, cette carte ne suffit pas à définir la profession, mais elle en est tout de même un élément constitutif permettant, par exemple, de distinguer, dans la presse de province, « les journalistes salariés et les collaborateurs, correspondants locaux et pigistes […] » (p. 81). Se pose également le problème du qui contrôle qui ? Avec Wolton, l’auteur s’interroge : faut-il un cinquième pouvoir pour réglementer le quatrième en référence aux différents « dérapages » de Timissoara à la guerre du Golfe ?

8Aux origines du journalisme, le reportage. Dans ce chapitre, l’auteur propose une approche historique du métier et de la mythologie du reporter. On apprend que « [l]e mot reporter fut, semble-t-il introduit par Stendhal en 1829, et la fonction apparaît en 1866 dans […] Le Figaro et La Liberté. » (p. 93-94). Et à propos de la fameuse règle des cinq W : « […] who, what, when, where, why […] on a coutume de considérer qu’elle fut établie par le rhéteur du premier siècle chrétien Quintilien, redécouverte par la Renaissance européenne au xvie avant d’être baptisée invention américaine au xixe. » (p. 96-97).

9Il décrit les sciences constitutives du métier — la sociologie, la littérature et la contribution des naturalistes comme Zola —, et il conclut sur le reportage comme « pratique journalistique adulte […] » (p. 115) en notant qu’« […] aujourd’hui : ce n’est plus tant la littérature qui alimente la presse et l’enrichit, que le journalisme qui se répand en romans, documents et autres essais » (p. 118). On pourrait ajouter que la majorité des principales plumes de la presse française ont comme ambition la réussite dans la littérature avec parfois des dérapages conséquents.

10Rationalisation de l’information. Pour rédiger la première partie de ce chapitre, l’auteur a analysé « trente manuels de journalisme parus depuis un siècle » (p. 119). Il souligne que

[l]es premiers pédagogues du journalisme […] Eugène Dubief (1892) et le baron Tanneguy de Wogan (1898) ont accordé une attention importante au reportage naissant. Ils plaçaient le reporter dans une position de médiateur, un intermédiaire entre des sources et un public […] comme une personne érudite […] capable de traduire les paroles d’autrui (p. 120).

11Mais, plus intéressant, cette remarque sur les profils à définir dans la profession journalistique, nous apprend que (p. 127) :

Un des principaux pédagogues de l’après-guerre […] expliquait ainsi la stratégie de recrutement du CFJ [Centre de Formation des Journalistes] de la rue du Louvre, à Paris : aux candidats brillants disposant de capacités intellectuelles et créatives, on préféra longtemps les profils plus besogneux, moins riches d’esprit […] Aux déboutés de la formation parce que trop originaux et talentueux, on n’hésitait pas à conseiller : formez-vous à l’université, voyagez […] vous n’aurez aucun mal à revenir au journalisme […].

12L’auteur précise qu’il a pu vérifier l’actualité de cette affirmation en recherchant les trajets d’étude de journalistes d’aujourd’hui qui ont brillamment réussi dans leur métier — lauréats du prix Albert-Londres par exemple — sans être passés par une école spécialisée.

13Il termine ce chapitre en introduisant des notions importantes comme celles :

  • d’angle, qui « devient une figure rhétorique majeure, à partir des années 1950 […] l’angle est au cœur du processus de rationalisation de l’information. Il se présente dès le début du travail, dans une phase première de détermination des orientations de l’enquête de terrain […] » (p. 136-138) ;

  • d’objectivité : « […] Dan Schiller […] explique que la notion d’objectivité apparut au cours de la décennie 1830-1840, à une époque où la presse commerciale, délaissant les habitudes partisanes, fit augmenter le tirage global de 187 % alors que la population ne croissait que de 32 % » (p. 149).

14Rhétorique : le terrain et la feuille blanche. Dans ce chapitre, l’auteur, à l’aide de dix portraits de journalistes, distingue une rhétorique de l’amont et une rhétorique de l’aval. Dans la première partie, pour illustrer trois principes (immédiateté, implication, proximité), il interpelle, entre autres, Sorj Chalandon, venu au journalisme par militantisme et goûtant l’« immédiateté de la relation au réel », alors que Chritiane Spengler se reconnaît, elle : impliquée, a concerned photographer (p. 164).

15Les journalistes étudiés dans la seconde partie recherchent : « […] moins d’immédiateté, moins d’émotion capillaire, mais probablement plus d’intensité dans la volonté de séduire » (p. 174). Ils illustrent les quatre notions : demi-certitudes, doute méthodologique, précision, convictions.

16Dans ce livre, l’auteur couvre le champ des interrogations que l’on peut se poser sur ce métier qui connaît, depuis une trentaine d’années, à la fois une fascination chez les jeunes — en France, le niveau de recrutement des écoles de journalisme ne cesse de monter — et une réelle actualité par le développement de la télévision et des radios. En 2007, Denis Ruellan conclut : « le discours professionnaliste […] [dont l’] objectif était de faire accéder les journalistes à la notabilité sociale, à un respect individuel en collectif. Mais, au fond, rien dans la formation du groupe professionnel ne changea tout demeura comme les journalistes souhaitaient qu’il restât : dans le flou […] » (p. 202).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pierre Gosselin, « Denis RUELLAN (2007), Le journalisme ou le professionnalisme du flou », Communication, Vol. 27/2 | 2010, 360-363.

Référence électronique

Pierre Gosselin, « Denis RUELLAN (2007), Le journalisme ou le professionnalisme du flou », Communication [En ligne], Vol. 27/2 | 2010, mis en ligne le 12 septembre 2013, consulté le 26 mai 2017. URL : http://communication.revues.org/3232

Haut de page

Auteur

Pierre Gosselin

Pierre Gosselin est professeur à l’Université catholique de L’Ouest (Angers) et membre de l’Institut supérieur de l’enseignement privé de Polynésie (Papeete). Courriel : pierre_jean.gosselin@orange.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org