Navigation – Plan du site
Articles

Réflexions autour de l'institutionnalisation des disciplines

Sciences de l'information et de la communication versus économie ?
Robert Boure
p. 9-37

Résumés

À partir de la mise en perspective des discours tenus sur l'institutionnalisation de deux disciplines que tout semble opposer — les sciences de l'information et de la communication et l'économie —, cet article remet en cause une vulgate largement répandue dans le champ scientifique français : il existe un mode « normal » d'institutionnalisation des disciplines qui permet de délivrer un label de scientificité. Puis, il propose une autre « manière de faire » susceptible de déboucher sur un programme de recherche dont certaines dimensions peuvent être rapidement mises en œuvre dans les sciences de l'information et de la communication françaises.

Haut de page

Texte intégral

1Il s'agira ici de montrer qu'un travail réflexif sur les discours relatifs à la légitimité scientifique et à la reconnaissance académique des sciences de l'information et de la communication, par-delà l'intérêt que représente l'examen des modalités d'émergence et de légitimation propres à cette discipline, permet de poser de façon pertinente la question de l'institutionnalisation des disciplines académiques relevant des sciences humaines et sociales (SHS).

2L'expression « discipline académique » renvoie à cinq dimensions tellement complémentaires qu'il peut paraître arbitraire de les isoler :

  1. la revendication d'un découpage du réel résultant de la spécialisation et de la professionnalisation croissantes du travail scientifique ;

  2. un ensemble de savoirs, de langages et de manières de faire plus ou moins spécialisés fonctionnant comme normes scientifiques et sociales ;

  3. une « communauté scientifique » dont les membres sont en concurrence, s'affirmant comme collège invisible susceptible, par des formes reconnues, de produire des connaissances et d'exercer un contrôle sur leur production, leur circulation et leur enseignement ainsi que sur la reproduction des chercheurs et l'attribution de gratifications symboliques ;

  4. une autoréférentialité, expression particulière de la connivence scientifique, largement répandue (recours aux concepts et théories spécifiques, accord sur les lexiques, citations de pairs, lecture des revues et des ouvrages de la discipline…) ;

  5. une onction académique donnée en France par l'État, à un moment du processus d'institutionnalisation, pour des raisons qui renvoient au contexte cognitif et sociétal.

3On peut ajouter, et ce n'est sans doute pas le hasard, que de nombreux auteurs, sociologues pour la plupart, ont proposé des analogies ou des parallélismes avec d'autres types de constructions collectives et de divisions sociales : les classes sociales ou les ethnies (Solla Price, 1963 ; Merton, 1973), et plus récemment les États-nations (Recherches-La Revue du MAUSS, 1997).

Les disciplines scientifiques ressemblent à des États-nations mobilisés dans la production de certains produits particuliers destinés au marché mondial et obtenus à partir de ressources naturelles, de techniques, de tours de main, de savoir-faire et de traditions culturelles également spécifiques. Ainsi s'explique que le chauvinisme disciplinaire et bien souvent la xénophobie y soient si exacerbés (Caillé, 1997 : 11).

4Il s'agissait, chaque fois, de rendre compte de pratiques, de discours ou de processus d'institutionnalisation disciplinaires.

5On appellera « institutionnalisation » le processus complexe et à certains égards conflictuel de transformations sociales par lequel une activité sociale est érigée en institution, et plus précisément en activité organisée contraignante et relativement autonome par rapport à sa sphère d'origine et à d'autres sphères, ce qui suppose a minima :

  • l'émergence, puis le développement de formes organisationnelles, de normes spécifiques et d'un imaginaire fonctionnant à la reconnaissance et à la légitimation ;

  • l'adhésion et la participation croissante des acteurs individuels et collectifs concernés, ce qui n'exclut pas les conflits.

6Étant entendu que l'on peut raisonner en termes soit d'habitus, soit de simples dispositions, soit d'identités plurielles. En d'autres termes, on se réfère aussi bien aux travaux de Bourdieu (1984, 1994), de Lahire (1998) et de Giddens (1987), qu'à ceux, plus anciens, de Lourau (1970) et de Castoriadis (1975), du moins dans leurs dimensions compatibles.

7S'agissant des disciplines académiques, la distinction opérée par Whitley (1974, 1984) entre l'institutionnalisation cognitive (il emploie aussi le terme d'« intellectuelle ») et l'institutionnalisation sociale paraît heuristique à partir du moment où, d'une part, l'on admet que l'institutionnalisation est fondamentalement un processus, d'autre part, l'on ne se situe pas dans le cadre d'une opposition bipolaire. Par institutionnalisation cognitive, il faut entendre la formulation des questions de recherche, des problématiques, des concepts et des théories, le travail sur les méthodes, la construction des objets, l'acceptabilité des résultats et la délimitation du champ épistémique, autrement dit la définition des frontières avec les autres disciplines, les frontières étant en même temps des barrières et des interfaces. Quant à l'institutionnalisation sociale, elle fait référence aux modes d'organisation de la recherche et de l'enseignement, aux structures sociales de reproduction, de légitimation et d'allocation des ressources, à l'agenda des programmes de recherche, aux systèmes de publication…

  • 1  Plus que les sciences de la nature dont l'universalité s'appuie sur de forts points d'ancrage, les (...)
  • 2  Pour une analyse des effets de réalité des théories de la communication, voir Neveu et Rieffel (19 (...)

8Cela étant, il est évident qu'il n'existe pas de cloison étanche entre le cognitif et le social : le social est présent dans le cognitif et le cognitif1 agit sur le social (on peut, dans une perspective bourdieusienne, parler « d'effets de théories »)2. Mais alors, pourquoi maintenir une distinction entre deux formes d'institutionnalisation manifestement en relation dialectique ? En dehors de celui au demeurant (trop ?) commode de la clarté d'exposition, nous retiendrons deux autres arguments. D'une part, cette différenciation permet de mettre en évidence l'importance du rôle joué par le social dans le processus d'institutionnalisation des disciplines et donc de faire porter l'accent sur les processus les moins étudiés, en tout cas en France, les analystes manifestant une nette préférence en faveur de l'histoire intellectuelle, peut-être parce qu'ils considèrent qu'elle est plus noble. D'autre part, elle rappelle que le cognitif et le social ont un point commun : ce sont aussi des institutions. C'est évident s'agissant du second terme, c'est beaucoup plus rarement signalé s'agissant du premier ; or« le choix et la mise en relief des grands textes fondateurs et des grands noms n'est pas seulement un effet d'institution ou un enjeu d'institution : c'est aussi une institution » (Schlanger, 1992 : 296).

9En fait, cognitif et social peuvent être observés dans plusieurs entrées à la fois séparées et reliées, étant entendu que les entrées « plutôt » cognitives (théories, méthodes, langages…) n'épuisent pas l'acte de penser et que les dimensions sociales ne résument pas à elles seules le social. Étant aussi entendu que, à un moment donné de l'histoire d'une discipline, il n'y a pas nécessairement corrélation entre les degrés d'institutionnalisation sociale et cognitive : l'une peut être « en avance » sur l'autre. Bien souvent, l'autonomie est d'autant plus forte que l'institutionnalisation cognitive et sociale est importante et largement corrélée.

10À partir d'une comparaison dans le contexte français entre l'institutionnalisation cognitive et sociale de deux disciplines qui semblent, et sans doute sont, éloignées l'une de l'autre — les sciences de l'information et de la communication (SIC) et l'économie —, nous tenterons de remettre en cause une vulgate largement répandue dans la « communauté scientifique », surtout lorsque ses ressortissants versent dans l'épistémologie ou l'histoire des sciences spontanée : il existe un mode « normal » (en gros décliné sur celui de la physique) d'institutionnalisation qui permet, quand certaines conditions sont remplies, de conférer le label de scientificité aux disciplines. Mais qu'il soit bien clair que l'on n'entend pas ici comparer l'histoire des SIC et celle de l'économie. Le format même de l'article rendrait d'ailleurs cette ambition vaine et ridicule. Il s'agit uniquement de mettre en perspective des discours qui sont tenus sur leur institutionnalisation au nom d'une philosophie affirmée ou implicite qui pourrait se reconnaître dans le positivisme logique du premier Cercle de Vienne. Puis, nous proposerons une autre manière de faire susceptible de déboucher sur des travaux empirico-théoriques que nous espérons féconds pour les sciences de l'information et de la communication françaises.

11Pour dire les choses autrement : l'objectif de cet article n'est pas de produire des résultats nouveaux s'appuyant sur un travail empirique inédit. Ce texte n'est donc pas un article scientifique au sens communément admis par le champ, mais une controverse au sens philosophique et polémique (horresco referens…) du terme débouchant sur une réflexion sur les conditions de possibilité d'un programme de recherche pour les SIC. Ses évidentes limites découlent de cet objectif. Aussi, celui qui y cherchera des apports permettant de mieux appréhender l'histoire de l'économie et des SIC ou d'éclairer tel ou tel développement historique resté obscur, en sera pour ses frais. L'histoire des disciplines est ici à la fois une entrée dans un débat — mais d'autres entrées sont possibles —, ainsi qu'un outil, parmi d'autres outils comme la sociologie et la philosophie des sciences (qui seront également convoquées). Quant à celui qui pense que la science peut se passer d'une réflexion de type philosophique, l'auteur de ces lignes l'abandonne volontiers à ses certitudes.

Sur et sous la vulgate de la one best way

12Le physicien François Lurçat (1997 : 163), à partir du cas de la physique ou plutôt d'une vulgate de l'histoire de la physique, décrit brièvement — mais pourquoi s'étendre alors que cela est bien connu ? — le processus « normal » d'émergence : « d'abord des travaux fondateurs, ensuite des institutions qui les encadrent et les promeuvent »… avant de contester ironiquement la scientificité trop rapidement octroyée par l'État aux « sciences qui s'écrivent au pluriel » apparues au cours des années 1960-1970, parmi lesquelles figurent les sciences de l'information et de la communication.

13C'est en tout cas sur le modèle de la physique que semble s'être institutionnalisée l'économie, du moins si l'on se réfère à ses histoires officielles qui ont en commun de privilégier une conception rétrospective, celle-là même qui consiste à ramener le passé au présent. Et c'est de ce modèle que semblent s'éloigner les SIC.

Les origines roturières des SIC comme élément de contestation de leur scientificité

14Si l'on s'en tient à leurs origines, les SIC ne doivent rien, ou pas grand-chose, à la noblesse de toge des juristes ou de paillasse des biologistes. Elles sont créées comme discipline académique par un arrêté du 20 janvier 1975 sous la forme de la 52e section du Comité consultatif des universités (71e section du CCU en février 1983, puis du Comité national des universités — CNU — en janvier 1987). Leur création s'inscrit en fait dans un processus de reconnaissance étatique entamé dans les années 1960 et qui concerne plutôt des sciences qui s'écrivent de facto ou de jure au pluriel, des « ensembles pluriels […] et flous » (CNE, 1993 : 12) : sciences de l'éducation (1967), gestion (1969), science politique (1971), urbanisme et aménagement, sciences et techniques des activités physiques et sportives (1984). En conformité avec le constat dressé par le Comité national d'évaluation (1993), les auteurs de l'ouvrage Les origines des sciences de l'information et de la communication. Regards croisés (Boure, 2002a) sont unanimes pour montrer, preuves à l'appui (voir en particulier Meyriat et Miège, 2002), que les SIC sont fondamentalement nées de la création rapide de cursus universitaires et de diplômes spécialisés qui présentent au moins deux caractéristiques relativement inédites dans les années 1970 :

  1. ils sont innovants, car centrés sur l'information-communication, domaine alors peu enseigné et peu étudié en France ;

  2. ils sont soit très professionnalisés (Départements Carrières de l'information des IUT), soit relativement professionnalisés (voir par exemple les MST des universités Bordeaux 3, Grenoble 2 et 3, Paris 13, Strasbourg 3 créées de 1972 à 1974), dans un contexte où la professionnalisation est suspectée, voire rejetée, alors que les attentes de certains milieux professionnels se sont exprimées et qu'une demande étudiante commence à se manifester dès que les premières offres de formation sont connues.

15En ce sens, ils s'inscrivent dans deux types de débats relatifs à la « modernisation » des universités : ceux qui agitent l'université française à partir de la fin des années 1960 autour de la réforme des enseignements et des modes d'organisation universitaire, et de façon plus générale, ceux qui opposent depuis longtemps les tenants des disciplines traditionnelles à ceux des disciplines émergentes, ce dernier débat recoupant partiellement celui sur la « scientisation » des disciplines (voir la vieille Sorbonne contre la Sorbonne nouvelle au début du XXe siècle). Une des questions centrales est : l'université doit-elle répondre, et si oui comment, aux attentes et aux interrogations sur des objets et des pratiques sociales ayant de fortes dimensions professionnelles, ou faut-il laisser à d'autres lieux le soin de le faire ? Mais alors, si « les autres lieux » ne sont pas de grands établissements tournés vers la recherche (École pratique des hautes études, par exemple), ne peut-on craindre une disjonction pour le moins gênante entre enseignement et recherche ?

16Circonstance aggravante, la reconnaissance officielle des SIC est précédée d'un fort travail de lobbying auprès des plus hautes autorités de l'Éducation nationale, ainsi que cela ressort d'entretiens avec Robert Escarpit et Jean Meyriat (SFSIC, 1994), travail entrepris par un groupe de pression largement autoproclamé créé en 1972, le Comité des SIC, conduit par Escarpit. Enfin, ce qui ne semble guère arranger les affaires scientifiques des SIC, leur appellation est loin de faire l'unanimité dans les rangs mêmes des « fondateurs » : sont en effet évoquées des appellations qui ne renvoient pas exactement aux mêmes objets ni aux mêmes traditions de recherche telles que « sciences des significations » ou « sciences des représentations ». Cela traduit, d'une part, un désaccord sur le ou les objets de la nouvelle discipline académique, d'autre part, une impossibilité à s'entendre sur une définition relativement consensuelle de l'information et de la communication qui serait plus ou moins calée sur des concepts et des théories. De l'aveu de Jean Meyriat, l'expression « sciences de l'information et de la communication » est retenue en fonction de son efficacité pratique et de son intérêt stratégique : 

le sentiment prévaut que le mot plus concret d'information précise un peu la notion vague de communication ; ce couplage permet en même temps de servir les intérêts de plusieurs groupes distincts de spécialistes, sans prendre une position définitive sur l'épistémologie du domaine (SFSIC, 1994).

17Force est donc de constater que, envisagées sous cet angle, les origines des SIC ne sont guère nobles, du moins si on les met en rapport sinon avec celles de l'économie ou de la sociologie, du moins avec les discours dominants sur la « fondation » qui traversent ces disciplines.

18La plus forte critique « épistémologique » que l'on puisse adresser aux SIC n'est pourtant pas celle que l'on a souvent entendue, plus spécialement de la part de disciplines concurrentes, en tout cas jusqu'au milieu des années 1990 : pourquoi créer une discipline, alors que les thématiques, les théories, les méthodes, mais aussi les cursus et les communautés de chercheurs existent déjà ou peuvent se développer rapidement dans des disciplines déjà reconnues (sociologie, sciences du langage) ou en passe de l'être (science politique) ? Ne vaut-il pas mieux constituer des sous-communautés s'ancrant sur leurs disciplines d'origine, tout en jouant l'ouverture vers d'autres champs, en prenant exemple sur la sociologie qui a essaimé en sociologies du travail, de la ville, des loisirs, de la famille, de la science, de la culture… et des médias ?

19C'est en fin de compte celle qui vient de champs plus éloignés et que l'on peut résumer ainsi : mais quelle est donc cette science qui doit davantage sa création à une décision étatique qu'à la construction préalable de corpus théoriques et méthodologiques reconnus ? Qui n'a pas de Pères fondateurs (qui a lu Escarpit ou Moles, qui les cite encore, en dehors des cours d'histoire des théories de la communication ?), voire de véritables précurseurs, en dehors de ceux que toute SHS revendique ? Et qui n'a pas, en 1975, véritablement entamé le processus d'institutionnalisation sociale (peu de lieux d'enseignement et de recherche, d'enseignants, de revues et d'ouvrages — pas de manuels, de dictionnaires —, de congrès et de colloques, et même pas de société savante — la SFSIC est créée en 1978 —, de sorte qu'il n'existe pas, à proprement parler, de vraie « communauté scientifique » et que la professionnalisation est loin d'être achevée ? En fait, cette critique rejoint en partie la précédente. En effet, si rien ne justifie cognitivement et socialement la création d'une discipline, ne vaut-il pas mieux rester dans le cadre des disciplines existantes, quitte à inventer des sous-disciplines ?

20Cette critique, qui semble s'imposer avec la force d'une évidence prenant à témoin l'histoire des sciences, contient une proposition centrale qu'il est nécessaire de discuter.

Proposition à discuter : il existe un mode « normal » d'institutionnalisation des disciplines

21Pourquoi choisir l'économie, alors

  • qu'elle est très éloignée des SIC tant en ce qui concerne les objets qu'elle entend construire que les manières dont elle s'y prend pour les construire (quantification, formalisation mathématique, modélisation…) ?

  • qu'elle est, dans ses corpus théoriques et méthodologiques, une des plus anciennes des « nouvelles » disciplines qui ont progressivement émergé en Europe à partir du XVIIIe siècle ?

  • qu'elle s'est largement institutionnalisée cognitivement, voire socialement, en fonction d'une scientificité imitée de celle que l'on présente souvent comme la plus « dure » des « sciences dures », c'est-à-dire la physique ?

  • qu'elle a depuis longtemps revendiqué une dimension internationale forte non seulement en raison de la circulation des connaissances produites, mais encore de la prétention à l'universalité de ses principaux résultats ?

22Précisément en raison de cet éloignement cognitif et social, car si l'on parvient à montrer que la voie royale qu'est censée avoir suivie l'économie n'est ni inéluctable ni partout identique et qu'elle ressemble beaucoup à une reconstruction rétrospective, on sera fondé à douter de l'existence d'une one best way dans le processus d'institutionnalisation des disciplines.

Le discours « normal » des origines et de l'évolution

23S'agissant de l'économie, le discours dominant est très brièvement le suivant. Entre le XVIIe siècle qui voit l'invention de l'expression « économie politique » par Antoine de Montchrestien et les années qui suivent la Seconde Guerre mondiale qui consacrent les sciences économiques dans l'université et le système de la recherche (1946 : création d'une section au Comité national du CNRS ; 1948 : doctorat autonome par rapport au droit ; 1958 : licence autonome…), on observe un long processus d'institutionnalisation cognitive marqué, d'un côté, par des travaux inédits dus à des pionniers européens dont le rôle est peu contesté (des physiocrates à Keynes, puis aux économètres, en passant par Adam Smith, Ricardo, Walras et les marginalistes anglo-saxons), d'un autre, par la construction progressive d'un objet spécifique, la « scientisation » de l'étude de cet objet (objectivation des faits économiques, recours aux statistiques, formalisation mathématique, appel réitéré à la logique, formulation de lois…) et l'affirmation de plus en plus vive, sur la base des résultats obtenus, de l'autonomie cognitive de l'économie.

24L'institutionnalisation sociale monte en puissance à partir du XIXe siècle avec

    • 3  En fait, si l'on prend en compte les professeurs sans chaire et les agrégés du supérieur, ce sont (...)

    les premiers cours d'économie politique donnés dans des écoles périphériques de l'université (grandes écoles d'ingénieurs, écoles de commerce, École libre des sciences politiques, École pratique des hautes études…), puis la création des premières chaires dans les facultés de droit (1877), chaires dont le nombre augmente progressivement dans la première moitié du XXe siècle : 11 en 1877, 32 en 1931, 43 en 1945 (Marco, 2001)3 ;

  • la création de sociétés savantes (très impliquées sur le plan sociétal) : Société d'économie politique (1847) liée au courant libéral, sociétés créées par les émules, puis les dissidents solidaristes de Le Play, Société d'économie politique fondée en 1887 par Charles Gide (liée au socialisme réformiste) ;

  • l'occupation de positions dans des organisations prestigieuses, notamment le Collège de France (Jean-Baptiste Say, Michel Chevallier) et l'Institut, à l'Académie des sciences morales et politiques (Jean-Gustave Courcelle-Seneuil, Michel Chevallier, Adolphe Blanqui, Léon Say, Paul Leroy-Beaulieu) ;

  • la création d'un nombre important de revues (parmi lesquelles le Journal des économistes, L'Économiste français, la Revue d'économie politique) et de collections d'ouvrages (chez l'éditeur Guillaumin pour les économistes libéraux), la tenue régulière de congrès nationaux et internationaux.

25Bref, les économistes se professionnalisent peu à peu, à un rythme qui suit tant bien que mal celui de la construction cognitive de l'économie. De sorte que quand elle survient (1945-1960), l'onction étatique est vécue comme l'achèvement d'un processus dont la longueur excessive par rapport aux pays anglo-saxons est attribuée par nombre d'économistes à la résistance des juristes soucieux de préserver leurs territoires et leurs pouvoirs dans les facultés de droit. Cet adoubement apparaît en tout état de cause inévitable, et il est d'ailleurs présenté comme tel par les économistes qui pratiquent une épistémologie ou une sociologie spontanée de leur discipline et qui, à ce titre, ont une vision de l'histoire confortant son establishment contemporain.

Un discours enchanté

  • 4  Voir sur ce point les collections des Cahiers de l'ACGEPE,puis des Cahiers Charles Gide qui leur o (...)

26Avec certains économistes qui la trouvent quelque peu enchantée4, on peut objecter que cette vision justifie sans doute un peu trop sur le plan cognitif le rabattement de l'économique sur la microéconomie et l'économie mathématique aujourd'hui dominants tant en France qu'à l'étranger, et sur le plan social, légitime le fonctionnement contemporain de la discipline, voire le rôle des économistes dans la société. On le montrera grâce à deux exemples.

Les économistes s'accordent-ils sur le ou les moment(s) essentiel(s) de l'institutionnalisation ?

27Sur le plan cognitif, quelles périodes, quelles dates faut-il retenir par rapport à l'autonomisation de la discipline ? Celle de l'invention de l'expression « économie politique » par Montchrestien (XVIe siècle) ? C'est sans doute trop tôt… Celle à partir de laquelle son usage sémantique se répand dans une sphère commençant à se spécialiser (XVIIIe siècle) ? Mais alors, faut-il renvoyer au milieu du XVIIIe siècle avec les physiocrates ou à son dernier tiers avec la publication de l'œuvre majeure d'Adam Smith (Essai sur les causes de la richesse des nations, 1776), c'est-à-dire au moment où la pensée économique semble s'émanciper de la morale ? Il semble, car Smith, également auteur de la Théorie des sentiments moraux (1759), est autant philosophe (au sens donné par les Lumières) qu'économiste au sens contemporain du terme. À moins qu'il ne s'agisse de 1817, année de la publication des Principes de l'économie politique et de l'impôt de Ricardo, qui s'éloigne de la philosophie tout en annonçant la macroéconomie moderne ainsi que le raisonnement marginaliste. Voire de l'affermissement de la mathématisation et de l'avènement du marginalisme avec Veblen et surtout Walras et son « économie pure » car non « politique » (années 1870). Et pourquoi pas les années 1930-1940, avec, au choix, la révolution keynesienne, l'invention de l'économétrie et l'émergence d'une nouvelle macroéconomie ? Il n'est pas certain que l'économiste orthodoxe contemporain dont le prototype dominant est l'économètre et son homologue hétérodoxe (et minoritaire) qui se reconnaît davantage dans la socioéconomie (à supposer que l'on puisse utiliser chaque fois le singulier) retiennent les mêmes périodes ou dates… Ce qui semble accréditer la thèse selon laquelle si le point de vue ne crée pas à lui seul l'histoire, il y contribue néanmoins largement.

28Sur le plan social, et pour s'en tenir au seul exemple français, faut-il prendre en compte le début d'institutionnalisation dans l'enseignement supérieur non universitaire dans les grands établissements, le Collège de France et les écoles de commerce (début du XIXe siècle), la création de chaires d'économie dans toutes les facultés de droit (1877), la mise en place d'un doctorat autonome par rapport au droit, mais partagé avec les sciences politiques (1895), le premier jury de cette agrégation réellement composé d'économistes (années 1920) ou alors carrément la seconde moitié du XXe siècle avec la reconnaissance d'une section au CNRS et la création d'une licence et d'un doctorat autonomes ? Mais peut-être faut-il aller au-delà du cas du français et considérer que, tout comme la plupart des sciences « dures », l'économie est devenue scientifique en même temps qu'elle commençait à devenir internationale sur le plan cognitif et se dotait des institutions sociales nécessaires ?

29La réponse dépend de la conception que l'on a de l'institutionnalisation et surtout de la discipline, et donc d'un regard particulier (Caire, 1995). Circonstance aggravante : la (re)construction historique de la discipline n'est le plus souvent pas conçue comme relevant des méthodes historiques et à ce titre réalisée sinon par des historiens, du moins par des chercheurs qui prennent au sérieux les méthodes historiennes, mais en tant que dimension particulière et marginale d'une démarche disciplinaire que tout chercheur peut à la limite assumer

30À partir du moment où les dates sont frappées d'incertitude et où le processus d'institutionnalisation n'apparaît ni linéaire ni inéluctable, l'on est conduit non pas à nier l'importance de la chronologie cognitive et sociale, mais à la relativiser. Et donc à se méfier d'une caractérisation de la scientificité des disciplines largement fondée sur une chronologie naturalisée, présentée à la fois comme « évidente » et « normale » car commune à toutes les « vraies » sciences. Ce constat devrait conduire à reconnaître que les chemins de l'institutionnalisation peuvent être multiples, ce qui, bien entendu, ne saurait signifier qu'ils sont équivalents…

Objet invariant ou discours sur un objet construit ?

  • 5  Pour sa part, la science politique, qui s'autonomise définitivement en France dans la même période (...)
  • 6  Mais on a pu aussi définir l'économie comme la science des échanges (elle serait une science « cat (...)

31Les économistes sont-ils parvenus à se mettre d'accord sur l'objet de l'économie et sur le statut scientifique de cet objet5 ? Jérome Lallement (2002 : 11-12) soutient que l'objet le plus fréquemment évoqué pour définir l'économie est l'étude de la richesse6, définie par la valeur et l'utilité, même si le vocabulaire a beaucoup évolué depuis le XVIIe siècle (« richesse » pour Say, « richesse comme valeur échangeable » pour Cournot, « richesse sociale comme ensemble de choses rares, utiles, appropriables et échangeables » pour Walras, « biens » pour Samuelson, « ressources rares » et « biens » pour Malinvaud…). Or on ne compte plus les travaux d'histoire de la pensée économique qui montrent que l'utilité et la valeur ne sont pas des universaux, mais des notions « flottantes », historiques et relatives (à la subjectivité des chercheurs, à l'état des disciplines, à la situation de la société, aux mentalités) et que les économistes eux-mêmes ont flotté dans leur activité définitoire. De sorte que l'on peut se demander si ce n'est pas le point de vue des économistes qui, en définissant tel ou tel objet matériel ou telle activité concrète comme producteur de richesse, de valeur, d'utilité a créé l'objet de l'économie en affirmant que l'on pouvait étudier cette réalité en dehors d'autres dimensions tout aussi « réelles » mais abandonnées à d'autres disciplines : politiques, techniques, psychologiques, juridiques, communicationnelles ou religieuses.

32On peut soutenir en même temps que c'est l'économie en tant que réalité sociale qui a inventé l'économie en tant que façon de penser cette réalité. Serge Latouche relève que cette interpénétration est impensable dans les sciences de la nature : « La réalité naturelle ne se confond jamais avec l'étude intellectuelle de celle-ci, quel que soit le degré de manipulation de la matière par le savant et de son invention de la nature» (1995 : 153).

33On retrouve d'une certaine manière la thématique chère à Piaget de la « science projet de connaissance », et non objet de connaissance, le projet étant porté par le sujet connaissant afin de donner un sens ou des sens à ses représentations du monde.

  • 7  Cette justification par les procédures est contestée par les économistes hétérodoxes qui, schémati (...)
  • 8  Nous ne soutenons pas ici la thèse selon laquelle l'économie se réduirait à des discours et les tr (...)

34En forçant quelque peu le trait, on peut se demander si le clivage fondateur avec la « connaissance pratique », d'une part, et avec les disciplines existantes, d'autre part, ne passe pas par une sorte d'OPA cognitivo-socio-discursive au long cours, tâtonnante et non linéaire, sur l'étude d'une partie de la réalité sociale, autrement dit par un discours que l'on peut résumer comme suit : désormais, ce qui relève de l'étude de cette sphère particulière d'activité et de ces phénomènes spécifiques peut et doit être pensé scientifiquement de façon autonome par la science économique. Scientifiquement, cela veut dire par des procédures — des méthodes et des techniques — qui, en raison de leur ressemblance avec celles des « sciences dures », leur confèrent une autonomie par rapport à d'autres façons de penser le social7. Il s'agit fondamentalement d'un discours de délimitation des frontières avec la connaissance ordinaire et avec les autres savoirs sur l'homme et la société visant à présenter ces limites comme quasi naturelles. Bien entendu, ce discours ne peut fonctionner que s'il remplit les conditions cognitives et sociales de crédibilité, telles qu'elles sont posées au moment où il est prononcé. Il lui reste ensuite à s'imposer cognitivement et socialement, autrement dit à montrer qu'il n'est pas que du discours ou qu'un artefact (version soft), ou qu'il est le plus socialement légitime des discours (version hard). Pour dire les choses autrement, à montrer la pertinence des articulations qu'il propose entre l'histoire des théories, l'histoire des régimes de vérité et l'histoire des formes sociales qui ont contribué et contribuent encore à faire exister une sphère autonome8.

Retour sur les SIC

  • 9  De façon significative, une des premières décisions du Comité consultatif des universités, organe (...)

35Mais alors, en quoi l'OPA sur certaines dimensions de l'information et de la communication réalisées dans la première moitié des années 1970 sous l'égide du Comité des SIC est-elle moins légitime que celle des économistes ? En quoi le tracé des frontières proposé par le lobby susmentionné, puis imposé socialement par l'État et rapidement précisé par les instances légitimes de la nouvelle discipline9, est-il susceptible d'être frappé de plus d'indignité que celui qui a été lentement dessiné par les économistes qui, pour les plus influents d'entre eux, n'ont de toute façon jamais négligé le travail de lobbying ?

36Or si le coup de force des SIC a été effectivement réalisé dans un temps très court et en tout état de cause avant que les corpus cognitifs ne soient véritablement portés par une communauté scientifique (auto)légitimée, cela ne signifie pas pour autant que de tels corpus n'existent pas. Dans ce cas précis, ils présentent les traits suivants, caractéristiques des contrées du savoir non seulement émergentes, mais aussi dominées :

  • ils sont éclatés dans plusieurs champs (études littéraires, sciences du langage et du discours, sociologie des médias, sociologie de la culture…), mais en même temps, ils sont pris en compte dans les premières définitions du périmètre des SIC établies très vite par le Comité éponyme (Meyriat et Miège, 2002) ;

    • 10  Souvent, mais pas toujours. Ainsi, par exemple, Robert Escarpit est un spécialiste de réputation i (...)

    ils sont réputés peu nobles par rapport aux questions traditionnellement traitées par les disciplines mères, ce qui ne contribue guère à leur visibilité et à celle de leurs auteurs qui sont souvent marginalisés10 dans leur discipline ou dans leur établissement ;

  • ils sont encore mal articulés avec ce que l'on qualifie aujourd'hui de « problématiques informationnelles ou communicationnelles », c'est-à-dire de manières relativement spécifiques de poser des questions et d'apporter des réponses (même si l'on rencontre chez certains auteurs, tels Edgar Morin et Roland Barthes, une réelle volonté d'articuler des niveaux et des problématiques que l'on prétend alors le plus souvent séparés) ;

    • 11  Il faut également signaler les nombreux travaux français sur la presse écrite et le cinéma, sans o (...)
    • 12  Dans les années 1950-1960, Edgar Morin est l'auteur d'ouvrages importants dans le champ de l'étude (...)
    • 13  Ce professeur à la Sorbonne, membre de l'Institut et ancien vice-président de l'Association des so (...)

    ils font l'objet de débats, parfois très vifs, mais ces derniers sont couverts par d'autres discussions plus audibles depuis le champ scientifique. On peut néanmoins les repérer dans les publications (revues, actes de colloque, ouvrages…) de l'époque, publications dont on note la lente montée en puissance, surtout à partir du moment où les travaux nord-américains11 (Laswell, Lewin, Lazarsfeld, Berelson, Mac Luhan, Shannon et Weaver, Adorno et Horkheimer exilés à l'Université de Colombia, Boorstin, Reisman…) commencent à être diffusés et commentés en France, notamment grâce à la revue Communications (Georges Friedmann, Edgar12 et Violette Morin, Roland Barthes…) et aux séminaires de la VIe section de l'École pratique des hautes études qui deviendra l'École des hautes études en sciences sociales (EHESS) en 1975 ; mais aussi à l'activité de jeunes politistes (Francis Balle, par exemple) ou de sociologues (Jean Cazeneuve13) et des premiers spécialistes français de la publicité qui découvrent le psychologue Hovland et l'École de Yale, la sociologie fonctionnaliste nord-américaine ou l'essayiste Packard (voir notamment les travaux de G. Lagneau et J. Marcus-Steiff).

  • 14  Sur tous ces travaux, on peut se reporter à Recherches en Communication (1999), Ollivier (2000), T (...)

37Les débats sont également vifs dans les études littéraires, champ hétéroclite où se retrouvent plusieurs acteurs, souvent importants, de la naissance des SIC : bibliologie et sociologie du livre (Robert Estivals), travaux sur la lecture, les lecteurs, la production (auteurs, financement…), les circuits de distribution (Robert Escarpit — Sociologie de la littérature, 1958 —, Nicole Robine…), travaux sur l'écriture (Barthes, avec Le degré zéro de l'écriture, 1953)14.

38In fine, ces discussions tournent autour de plusieurs questions significatives de l'époque, parmi lesquelles celle de la nécessité d'ancrer les travaux dans une théorie générale (la théorie mathématique de l'information ? la cybernétique revisitée par la systémique ? le fonctionnalisme nord-américain ? le structuralisme ? la théorie critique ?). Ou celle de la méthodologie, au moment où les SHS françaises, encore peu empiriques, se posent souvent des questions que l'on qualifierait aujourd'hui de « naïves ».

39En fait, une des ambiguïtés essentielles des SIC est qu'elles n'ont jamais revendiqué et ne revendiquent pas une autonomie totale ou importante, puisqu'elles se sont toujours voulues ouvertes à plusieurs traditions de recherche et fortement importatrices, de sorte que l'on peut d'emblée les inclure parmi les sciences des échanges disciplinaires. Or lorsque l'on observe de plus près l'histoire des SHS, on se rend rapidement compte que toutes sont redevables à d'autres SHS et certaines aux sciences de la nature. Pour dire les choses autrement, toutes sont issues cognitivement et socialement de plusieurs branches du savoir et ont été influencées par elles à des degrés divers selon les disciplines et les époques. Ce qui n'interdit pas de penser que toutes n'ont pas les mêmes référents privilégiés.

40La question est peut-être alors de savoir à quel moment commence à se construire un « noyau dur » relativement cohérent dans lequel les SIC se reconnaissent plus ou moins. Mais comment penser ce noyau dur, ce topos, nécessaire pour la construction des cartes mentales indispensables pour qu'émerge, puis se développe, une connivence cognitive (Boure, 1999) ? En termes de domaines ? Ce serait risqué, en raison des effets de mode et des sollicitations extérieures au champ de la recherche. En termes de théories ? C'est peu probable, compte tenu du nombre de théories locales, à moyenne portée ou sociales (au sens de social theories) en circulation. En termes d'objet(s), quitte à reconnaître que les SIC sont davantage une science des objets (au double sens d'objets matériels et d'objets construits) que des phénomènes ou des processus (Davallon, Le Marec et Brochu, 2000) ? Cela mérite d'être explicité… avec prudence (voir les réserves exposées supra). En termes de manières de faire ? Il semble qu'un relatif consensus se construise peu à peu autour de ce point. Brièvement, les SIC seraient sciences :

  • de l'inter, de la médiation, de la mise en perspective, de l'articulation, des relations […], de concepts, de théories, de problématiques, d'instances (émission/production et réception), de dimensions (économiques, techniques, politiques, langagières…), d'échelles (micro, meso, macro), de dispositifs, d'enjeux sociaux… ce que les autres disciplines ne font pas, en tout cas de façon systématique ;

  • du temps long, dans la mesure où la contextualisation historique des objets, des dispositifs, des acteurs […] est de plus en plus réalisée sur une longue période, ce qui permet des rapprochements inédits et féconds ;

    • 15  « Naturellement », car nous avons à ce jour repéré davantage de pétitions de principe que de démon (...)

    où la question du sens, dans ses diverses dimensions, est omniprésente, compte tenu de l'importance récente donnée aux « approches sémio », voire à la posture compréhensive qui semble désormais « naturellement » dominante15.

Autre proposition : les voies de l'institutionnalisation sont multiples et observables

41Les propositions qui suivent peuvent constituer les premiers éléments d'un programme de recherche au triple sens de :

  1. travaux théorico-empiriques à entreprendre et moyens à mettre en œuvre, le tout étant structuré autour de questionnements « vifs » à défaut d'être « forts » au sens de Bloor (1982) ;

  2. défi nécessaire : contribuer à décomplexer les ressortissants des disciplines récentes, parmi lesquelles les SIC, sur la question centrale de la scientificité ;

    • 16  Passeron distingue deux types de SHS : les disciplines à objet large et à ambition synthétique (so (...)

    prise de position épistémologique forte : reconnaître aux SHS un régime de scientificité et un objectif différents de ceux des sciences « dures », tout en admettant avec Passeron (1986) que certaines d'entre elles ont quelques arguments pour se rapprocher de ces dernières16.

42Étant par ailleurs entendu que les SHS sont aussi des sciences dans la mesure où, d'une part, elles se proposent de construire des faits, c'est-à-dire de leur donner du sens par rapport à d'autres faits situés dans d'autres contextes spatio-temporels et dans le cadre de théories, en utilisant des méthodes et des techniques d'investigation se voulant rigoureuses, d'autre part, elles s'efforcent d'aller du particulier vers le général pour organiser une (difficile et très souvent inachevée) montée en généralité.

43Certaines propositions que l'on pourra estimer banales — quoique… — comme la prise en compte des différences de temporalités ou l'analyse des effets d'institution, nécessitent, pour être opératoires dans le cas des SIC, d'être partiellement reformulées et en tout état de cause contextualisées. D'autres, plus inédites ou moins connues (toute nouveauté n'est pas nouvelle de la même façon. Quid des grilles d'analyse contemporaines élaborées par la sociologie des sciences pour les sciences « dures » ?…), mériteraient des développements que le format de cet article ne permet guère. Enfin, est-il besoin de le préciser, un tel programme de recherche, en raison de son ambition et des moyens intellectuels et matériels qu'il appelle, ne saurait être l'œuvre d'un chercheur isolé. Par contre, un groupe de travail de la Société française des sciences de l'information et de la communication comme Théories et pratiques scientifiques (TPS) — que l'auteur anime depuis sa création en 1997 — pourrait, en le discutant, le critiquant et le complétant, s'emparer de telle ou telle de ses dimensions.

La prise en compte de l'espace et du temps

  • 17  Ainsi, sur le plan cognitif, la tradition allemande laisse une grande place à l'analyse historique (...)

44Les historiens de l'économie ont montré que l'institutionnalisation cognitive et sociale de leur discipline, sans doute la plus (rapidement) internationale des SHS, n'a pas suivi les mêmes voies selon les pays17, ce qui n'empêche pas l'économie d'être partout considérée comme une discipline académique à part entière et nombre d'économistes de prétendre à l'universalité de l'économie. On peut sans doute formuler la même remarque à propos d'autres disciplines bien établies : sociologie, psychologie, linguistique… L'histoire sociétale, intellectuelle, savante et organisationnelle de chaque discipline est en fait fortement articulée sur l'histoire de chaque pays, et plus précisément sur plusieurs histoires qui tantôt se télescopent, tantôt s'entrelacent. La contextualisation et l'analyse comparative sont donc méthodologiquement nécessaires pour comprendre l'ensemble des processus.

45En même temps, il faut admettre que les progrès de l'institutionnalisation d'une discipline dans un pays, et qui plus est un pays « phare » (variable selon les disciplines), sont susceptibles d'accélérer le processus dans d'autres pays, surtout si les échanges internationaux se multiplient, ce qui est le cas depuis les années 1960 (davantage en ce qui concerne la circulation que la production des connaissances, ce qui limite la portée de l'internationalisation). De la même façon, dans un même pays, l'institutionnalisation « aboutie » d'une et à fortiori de plusieurs disciplines peut accélérer celle des disciplines qui émergent plus tard. Ce qui tendrait à accréditer trois thèses qu'il convient d'affiner et de tester à partir de travaux :

  1. les temporalités ne sont pas les mêmes selon les périodes historiques et selon les disciplines, le temps s'accélérant par ailleurs fortement depuis une cinquantaine d'années ;

  2. l'existence d'effets d'institution, si l'on veut bien donner à cette expression un sens plus large que celui de Bourdieu (1984), le cognitif pouvant aussi être une institution. Dès lors, il pourrait s'avérer heuristique pour une meilleure compréhension à la fois des disciplines étudiées et des SHS en général, de mettre en œuvre ce cadre d'analyse pour comparer la généalogie de telle ou telle discipline (économie, sociologie, psychologie…) dont l'émergence est relativement ancienne et l'institutionnalisation plus ou moins tardive, avec celle de branches du savoir qui se sont institutionnalisées rapidement à partir des années 1960 (SIC, sciences de l'éducation, sciences de gestion…).

  3. Tout ce qui s'institutionnalise « n'est pas nouveau de la même façon ».

46Cette citation, empruntée à Judith Schlanger, suggère que

il y a des différences dans la nouveauté et peut-être des degrés dans la nouveauté selon qu'il s'agit de la création conceptuelle d'un domaine, de son lieu et même de son nom, ou de la reprise et de la transformation d'une préoccupation antérieure (1992 : 289).

47Dans le premier cas, il y a « fondation », et donc triple novation : statut, traitement et emplacement du domaine (cas de l'économie et de la sociologie). Dans le second, il y a « mutation », car le domaine est déjà reconnu comme discours savant, la nouveauté venant de son statut et de son traitement (cas SIC et de la science politique). Bien entendu, on peut contester le caractère « radical » attribué aux novations fondatrices, et regretter l'insuffisante définition des notions de « statut » et de « traitement ». Ou, s'agissant des exemples de mutation fournis par Judith Schlanger, considérer que la linguistique, telle qu'elle se développe à partir du dernier tiers du XIXe siècle, est davantage que la poursuite, sous une autre forme, d'un « vieil investissement bien reconnu dans sa légitimité et son histoire » (entre autres autour de la philologie).

48Ce qui importe, c'est l'idée qu'il faudrait développer dans des études multidimensionnelles de cas significatifs — et les SIC semblent en faire partie — que le neuf « ne se rapporte pas toujours au passé de la même façon ». Et c'est cette invitation à explorer diachroniquement et comparativement les « façons » qui nous paraît féconde. À condition que l'on accepte de s'écarter des légendes des origines et de la vulgate de la one best way, ce qui revient peut-être à accepter sinon de « faire de l'histoire » (il faut plus de dix ans pour former un historien), du moins de prendre au sérieux les approches, les méthodes et les techniques que l'histoire nous propose, ainsi que les débats sur son statut, ce qui n'arrange pas les affaires de l'historien par surcroît qu'est souvent celui qui se penche sur les origines de sa discipline (sur ces points, voir Boure, 2002b).

Production et réception des disciplines

49L'étude de la production des disciplines doit s'accompagner de l'étude de leur réception sociale, thématique très peu abordée aujourd'hui, pas seulement dans les SHS (Bouilloud, 2000), et qui ne saurait se réduire à celle de l'ainsi nommée « demande sociale » ou des effets de théorie chers aux bourdieusiens. Cela suppose que l'on mette en relation entre eux, en les contextualisant, les discours, les pratiques cognitives et sociales et les formes organisationnelles des disciplines, puis cet ensemble avec les activités, les discours, les pratiques et les formes organisationnelles des sociétés. Si l'on veut risquer une métaphore économique, il s'agit de comprendre comment, quand et pourquoi l'offre s'articule (ou ne s'articule pas, car il y a des échecs) sur des demandes savantes et sociétales. Si l'on s'en tient à une formulation plus proche de l'herméneutique, on peut chercher à comprendre comment les SHS comprennent la société et comment la société comprend les SHS et tire les conséquences de cette compréhension. Ou si l'on veut parler comme Hans Robert Jauss (1978), en transposant métaphoriquement ses propos dans un domaine auquel il n'avait pas songé, se demander comment les horizons d'intérêt des SHS exprimés, éventuellement de façon contradictoire, par leurs ressortissants rencontrent les horizons d'attente, possiblement divergents, de la société et donc comment la seconde commence à prendre au sérieux les formes cognitives et sociales proposées par les premières.

  • 18  Très schématiquement, ces auteurs opposent deux modes de production des connaissances désormais co (...)

50Au passage, cela permettrait sans doute de mieux comprendre les raisons pour lesquelles certaines branches du savoir, parfois anciennes ou relativement avancées dans le processus d'institutionnalisation, n'ont pas réussi à obtenir l'onction académique (science régionale, science administrative…). Ou alors pourquoi elles l'ont obtenue dans un pays et pas dans un autre, pourtant voisin et aux caractéristiques en apparence proches. Sur un autre plan, on pourra aussi vérifier si l'hypothèse testée par le sociologue Franck Cochoy (1999) à propos du marketing selon laquelle il y aurait une relation entre la nouveauté et surtout les dimensions « application » et « ancrage dans les milieux professionnels » de cette discipline et l'existence d'inattendues poches de liberté. Sur le plan méthodologique, on peut aussi penser que cela permettra de vérifier, pour les SHS, la pertinence des grilles de lecture de l'évolution des formes cognitives et sociales de la production scientifique établies pour les « sciences dures » : nous pensons plus spécialement à celle de Michael Gibbons et al. (1994)18.

51Formulé de façon aussi générale, ce questionnement est sans doute difficilement opérationnalisable, et il faudrait le décliner en niveaux intermédiaires partant de questions plus circonscrites à partir desquelles le travail d'objectivation est envisageable. Par exemple, en retenant quelques domaines au sein desquels des pratiques d'échanges directs et indirects existent entre chercheurs en SIC et professionnels, on pourrait interroger les lexiques des uns et des autres, analyser la façon dont ils sont ignorés, repris, déformés dans les discours professionnels généraux ou en situation de travail et les discours savants, mais aussi dans les enseignements (on pense ici plus particulièrement à des domaines comme le journalisme ou la communication organisationnelle). Ou alors se demander comment tel ou tel programme de recherche national ou international concernant les SIC est construit implicitement et explicitement, par quelles autorités, en fonction de quelles attentes ? Comment, par qui et en direction de qui (équipes, chercheurs, réseaux) a-t-il été mis en œuvre ? Quid des publications auxquelles il a donné lieu ? On fera d'ailleurs ici volontiers l'hypothèse que les disciplines qui travaillent empiriquement et théoriquement sur la relation production/réception ne sont pas les plus mal placées pour engager le processus réflexif sous cet angle. Pour une fois, les SIC peuvent se trouver aux fauteuils d'orchestre, pour peu que leurs ressortissants veuillent bien s'en donner la peine.

52On peut également s'interroger sur des types de réception autres que la réception sociétale. Par exemple, la réception par une ou des disciplines de théories produites dans une autre discipline ou un autre pays. Ainsi l'auteur de ces lignes est-il en train d'étudier la réception des théories nord-américaines sur la communication de masse dans la période comprise entre le milieu des années 1960 et le milieu des années 1970 (et donc avant la création des SIC) à partir d'un corpus d'ouvrages publiés par des universitaires français. Schématiquement, il s'agit de se demander qui cite qui et quoi et comment les auteurs font usage des théories (la plupart les présentent partiellement, quelques-uns mettent plus ou moins certaines d'entre elles en perspective, peu les discutent véritablement). On voit également se dessiner trois groupes d'usagers : ceux qui sont préoccupés ou intéressés par la création d'une nouvelle discipline, ceux qui se situent fondamentalement dans le cadre d'une discipline existante et ceux qui, agissant en braconniers du savoir, se positionnent dans les interfaces avec l'intention de ne pas se laisser annexer par un quelconque champ disciplinaire.

Prendre en compte « l'après » onction académique

53Les interrogations formulées supra relativisent fortement la querelle sur la noblesse des origines, sans pour autant tomber dans deux excès :

  1. le pragmatisme vulgaire : l'important, c'est en fin de compte d'avoir réussi ; autrement dit, doit être considérée comme discipline académique celle qui a su et pu en obtenir le statut ;

  2. le relativisme absolu : toutes les origines se valent et toutes les SHS sont in fine équivalentes au regard de leurs régimes de scientificité, de leur rapport à l'interdisciplinarité, de leur rôle social…

54Une fois qu'on a interrogé les origines des disciplines récentes, il importe de mettre en évidence ce qui s'est passé cognitivement et socialement dans les années qui ont suivi leur sacre académique. Sont-elles parvenues, et dans l'affirmative jusqu'à quel point, à répondre au pari accepté souvent à la hâte par l'État au nom de la société ? Sur le plan cognitif, cela suppose que l'on établisse, domaine par domaine, des cartographies et des bilans précis et raisonnés des questions vives dont on s'est prétendu porteurs et de leur traitement en explicitant les apports spécifiques, c'est-à-dire ceux qui auraient été impossibles ou plus aléatoires, plus lents ou plus difficiles si l'on était resté dans les anciennes configurations disciplinaires. Au passage, on aura sans doute apporté des éclairages utiles sur la façon « concrète » (car observable et observée) dont on pratique la multidisciplinarité ou sur les tensions entre recherche et professionnalité. Sur cette dimension cognitive, et malgré les réserves exposées par l'auteur (voir supra), on peut se reporter à l'esquisse de cartographie dressée par Yves Jeanneret à partir des résumés des contributions au douzième Congrès de la SFSIC (Jeanneret, 2001-2002). On peut aussi renvoyer aux travaux entrepris ici ou là par quelques revues, et en particulier au numéro thématique d'Hermès intitulé « Les sciences de l'information et de la communication. Savoirs et pouvoirs» (2004). Chacun comprendra aisément que ce travail est un exercice au long cours, par ailleurs difficilement programmable. Il est par contre possible, dans un terme relativement rapproché, d'amorcer — même de façon volontariste – la réalisation d'une cartographie dans deux ou trois domaines au sein desquels les chercheurs sont suffisamment nombreux et mobilisables car sensibilisés à cette thématique. Or de tels travaux pourraient donner des idées à d'autres…

  • 19  Cette expression, au demeurant peu usitée, désigne aussi bien les manifestations sociales du corpo (...)

55Sur le plan social, cela implique que l'on dresse des cartes et des bilans des systèmes de publication, des lieux et des réseaux de recherche, des lieux et des programmes d'enseignement, des systèmes d'allocation des ressources, de l'activité des sociétés scientifiques, du fonctionnement du CNU et de l'évolution de ses critères de choix… En dehors de la production d'information précise que l'on pourrait opposer aux approches impressionnistes qui traversent régulièrement le champ et de la mise en évidence de phénomènes peu traités comme les effets sociaux de discipline19, nul doute que de tels travaux permettraient de mieux comprendre le processus complexe d'institutionnalisation sociale qui reste largement une terra incognita. Si elle est sans doute moins délicate à réaliser que la cartographie cognitive, cette mise en carte du social se heurte néanmoins à un obstacle de taille : le faible intérêt des chercheurs français — en dehors des sociologues, et encore — pour l'étude des dimensions sociales de leur propre discipline.

Conclusion

56En résumé, l'institutionnalisation n'est pas un processus linéaire et monolithique, identique d'une discipline à l'autre, dans lequel des invariants ou des universaux abstraits joueraient un rôle déterminant. Bien que l'épistémologie dominante (car spontanée ?) fournisse un ciment commode pour toutes les reconstructions rétrospectives, les études historiques font apparaître que chaque discipline est d'une certaine façon un cas, même si des voisinages peuvent et doivent être pointés. Le processus d'institutionnalisation varie selon les disciplines suivant l'emplacement de chacune sur l'axe fondation/mutation suggéré par Judith Schlanger, mais aussi selon les modes d'articulation entre le cognitif et le social, l'espace et le temps, les formes et l'intensité de leur réception sociale. De sorte qu'il n'est pas en tout lieu et en tout temps nécessaire d'atteindre un « certain » niveau, toujours délicat à dater et à définir, pour que la reconnaissance de la communauté scientifique et de la société puisse être qualifiée de « légitime ». Mais alors, il est de la responsabilité collective et individuelle de la « communauté » ainsi mise en visibilité de faire en sorte que l'adoubement étatique soit le catalyseur de l'accélération du processus de construction sociale et cognitive. La définition, puis la mise en œuvre d'un programme de recherche autour de l'institutionnalisation cognitive et sociale peuvent, en raison des débats que celui-ci suscite inévitablement et à condition d'être porté par une fraction significative du champ, accélérer la dynamique instituante.

Haut de page

Bibliographie

BALLE, F., et J.-G. PADIOLEAU (dir.) (1973), Sociologie de l'information, textes fondamentaux, Paris, Larousse. (Coll. « Sciences humaines et sociales ».)

BLOOR, D. (1982), Sociologie de la logique ou les limites de l'épistémologie, Paris, Pandore. [Édition originale, 1976, Knowledge and Social Imagery, London, Routledge & Kegan.]

BOUILLOUD, J.-Ph. (2002), « Sciences sociales et demande sociale. Pour une méthodologie de la réception », Sciences de la société, no 49, p. 167-178.

BOURDIEU, P. (1984), Homo academicus, Paris, Éditions de Minuit.

BOURDIEU, P. (1994), Raisons pratiques, Paris, Seuil.

BOURE, R. (1999), « Les SIC à la recherche de la connivence scientifique », Dossiers de l'audiovisuel, no 85, p. 54-56.

BOURE, R. (dir.) (2002a), Les origines des sciences de l'information et de la communication. Regards croisés, Lille, Presses universitaires du Septentrion. (Coll. « Communication ».)

BOURE, R. (2002b), « Quelle histoire pour les sciences de l'information et de la communication ? », dans R. Boure (dir.), Les origines des sciences de l'information et de la communication. Regards croisés, Lille, Presses universitaires du Septentrion. (Coll. « Communication ».)

CAILLÉ, A. (1997), « Présentation », Recherches-La Revue du MAUSS, no 10, p. 5-20.

CAIRE, G. (1995), « D'où venons-nous, qui sommes-nous, où allons-nous quand nous faisons l'histoire de la pensée économique ? », Les Cahiers Charles Gide, no 1, p. 23-56.

CASTORIADIS, C. (1975), L'institution imaginaire de la société, Paris, Seuil.

COCHOY, F. (1999), Une histoire du marketing. Discipliner l'économie de marché, Paris, La Découverte.

COMITÉ NATIONAL D'ÉVALUATION (CNE) (1993), Les sciences de l'information et de la communication, Paris, Service des publications du CNE.

COMMUNICATIONS (1992), « Les débuts des sciences de l'homme », no 54.

DAVALLON, J., J. LE MAREC et D. BROCHU (2000), « Le sens commun des SIC : multiculturalisme ou intégration », La Lettre d'Inforcom, no 58, p. 12-15.

DOSSIERS DE L'AUDIOVISUEL (1999), La recherche en information et communication en France, no 85.

FOURCADE-GOURINCHAS, M. (2002), « Les économistes et leurs discours. Traditions nationales et science universelle », Sciences de la société, no 55, p. 22-39.

GIBBONS, M., et al. (1994), The New Production of Knowledge. The Dynamics of Science and Research in Contemporary Societies, London, Sage.

GIDDENS, A. (1987), La constitution de la société, Paris, Presses universitaires de France. (Coll. « Sociologies ».)

HERMÈS (2004), « Les sciences de l'information et de la communication », no 38, numéro coordonné par Yves JEANNERET et Bruno OLLIVIER.

INGRAO, B., et G. ISRAEL (1990), The Invisible Hand. Economic Equilibrium in the History of Science, Londres, MIT Press.

JAUSS, H. R. (1978), Pour une esthétique de la réception, Paris, Gallimard.

JEANNERET, Y. (2001-2002), « Les sciences de l'information et de la communication : une discipline méconnue en charge d'enjeux cruciaux », La Lettre d'Inforcom, no 60, p. 3-45.

LAHIRE, B. (1998), L'homme pluriel. Les ressorts de l'action, Paris, Nathan. (Coll. « Essais et recherches ».)

LALLEMENT, J. (2002), « À la recherche des objets de l'économie », Sciences de la société, no 55, p. 8-20.

LATOUCHE, S. (1995), « La construction de l'imaginaire économique », Les Cahiers Charles Gide, no 1, p. 149-170.

LEVAN-LEMESLE, L. (1993), « L'enseignement de l'économie politique en France, 1860-1939 ». Thèse de doctorat, Paris, Université Paris 1.

LOURAU, R. (1970), L'analyse institutionnelle, Paris, Éditions de Minuit.

LURÇAT, F. (1997), « Pour une épistémologie négative. Disciplines et frontières », Recherches-La Revue du MAUSS, no 10, p. 155-166.

MARCO, L. (2001), « Le cocotier des économistes français avant la réforme de 1968. Éléments pour l'histoire des 5e et 6e sections du CNU », Les Cahiers de recherche du GRIMM, no 2001/02.

MÉNARD, C. (1981), « La machine et le cœur. Essai sur les analogies dans le raisonnement économique », dans A. LICHNEROWICZ, F. PERROUX et G. GADOFFRE (dir.), Analogie et connaissance, tome 2, p. 137-161.

MERTON, R. K. (1973), The Sociology of Science. Theoretical and Empirical Investigations, Chicago, University of Chicago Press.

MEYRIAT, J., et B. MIÈGE (2002), « Le projet des SIC : de l'émergent à l'irréversible (milieu des années 1960-milieu des années 1980) », dans R. BOURE (dir.), Les origines des sciences de l'information et de la communication. Regards croisés, Lille, Presses universitaires du Septentrion, p. 45-70.

MIROWSKI, P. (1989), More Heat than Light. Economics and Social Physics, Physics as Nature's Economics, Cambrige, Cambridge University Press. [Traduction française (2001), Plus de chaleur que de lumière, Paris, Economica.]

NEVEU, É., et R. RIEFFEL (1991), « Les effets de réalité des sciences de la communication », Réseaux, no 50, p. 11-39.

OLLIVIER, B. (2000), Observer la communication. Naissance d'une interdiscipline, Paris, CNRS Éditions. (Coll. « CNRS communication ».)

PASSERON, J.-C (1986), « Les sciences sociales : unité et diversité », dans M. GUILLAUME (dir.), L'état des sciences sociales en France, Paris, La Découverte. (Coll. « L'état du monde ».)

PERROT, J.-C. (1992), Une histoire intellectuelle de l'économie politique, Paris, Éditions de l'EHESS.

RECHERCHES EN COMMUNICATION (1999), « Un demi-siècle d'études en communication », no 11, Paris.

RECHERCHES-LA REVUE DU MAUSS (1997), « Guerre et paix entre les sciences. Disciplinarité, inter et transdisciplinarité », no 10.

SCHLANGER, J. (1992), « Fondation, nouveauté, limite, mémoire », Communications, no 54, p. 289-298.

SCIENCES DE LA SOCIÉTÉ (2002), « La légitimation du discours économique », no 55.

SCIENCES DE LA SOCIÉTÉ (2002), « Production scientifique et demande sociale », no 49.

SFSIC (1994), Les fondateurs de la SFSIC : Robert Escarpit et Les fondateurs de la SFSIC : Jean Meyriat, Paris, Éditions SFSIC.

SOLLA PRICE, D. J. de (1963), Little Science, Big Science, New York, Colombia University Press. [Traduction française (1972), Science et suprascience, Paris, Fayard.]

TÉTU, J.-F. (2002), « Sur les origines littéraires des sciences de l'information et de la communication », dans R. BOURE (dir.), Les origines des sciences de l'information et de la communication. Regards croisés, Lille, Presses universitaires du Septentrion, p. 71-94.

WITHLEY, R. (1974), « Cognitive and social institutionalization of scientific specialities and research areas », dans R. WITHLEY (dir.), Social Process of Scientific Development, London, Routledge & Kegan, p. 69-95.

WITHLEY, R. (1984), The Intellectual and Social Organization of the Science, Oxford, Clarendon Press.

Haut de page

Notes

1  Plus que les sciences de la nature dont l'universalité s'appuie sur de forts points d'ancrage, les sciences humaines et sociales sont autant dépendantes de leur contexte spatio-temporel d'inscription que des appareillages théoriques et méthodologiques. Ainsi, par exemple, les objets disciplinaires ont été et sont encore, à un degré moindre cependant compte tenu de l'internationalisation croissante de la production et des échanges scientifiques, largement pensés dans un cadre culturel national.

2  Pour une analyse des effets de réalité des théories de la communication, voir Neveu et Rieffel (1991).

3  En fait, si l'on prend en compte les professeurs sans chaire et les agrégés du supérieur, ce sont 59 professeurs ou quasi-professeurs (dont aucune femme) qui exercent dans les facultés de droit en 1945. À la même date, les professeurs de droit — discipline canonique — sont 210 (dont deux femmes), mais il n'y a que quatre chaires de sociologie (deux à la Sorbonne — la troisième ne sera créée qu'en 1955 —, une à Bordeaux — un moment occupée par Durkheim — et une à Strasbourg) et trois chaires d'ethnologie (Paris, Lyon et Bordeaux).

4  Voir sur ce point les collections des Cahiers de l'ACGEPE,puis des Cahiers Charles Gide qui leur ont succédé en 1995, ainsi que les articles consacrés à l'histoire de l'économie ou de la pensée économique par la Revue économique,la Revue d'économie politique et Économies et sociétés, sans oublier les travaux français de Ménard (1981), Perrot (1992) ou Levan-Lemesle (1993), ni ceux de chercheurs anglo-saxons qui ont été abondamment discutés (Mirowski, 1989 ; Ingrao, Israel, 1990). On pourra également se reporter à plusieurs numéros des trois séries de la Revue du MAUSS ainsi qu'au numéro 55 de Sciences de la société dédié à La légitimation du discours économique (2002).

5  Pour sa part, la science politique, qui s'autonomise définitivement en France dans la même période que les SIC, n'a jamais réussi à définir de façon précise son objet (le pouvoir ? les institutions politiques ? l'État ? la sphère politique légitime ?). Elle aussi d'ailleurs a des origines cognitives incertaines et plus ou moins lointaines selon les analystes (Bodin ? Montesquieu ? Tocqueville ? Siegfried ?). Et si son institutionnalisation sociale est relativement ancienne (l'École libre dessciences politiques est fondée en 1871, des cours sont créés dans les facultés de droit dès la fin du xixe siècle), elle a été longtemps ralentie par le contrôle exercé par les juristes (l'agrégation du supérieur, élément déclencheur de l'autonomie, n'est créée qu'en 1971).

6  Mais on a pu aussi définir l'économie comme la science des échanges (elle serait une science « catallactique » analysant ce qui se passe entre la main qui reçoit et la main qui donne) ou celle des prix, ou encore celle des choix efficaces ou opportuns (mais alors, on revient sur des dimensions qui renvoient à la richesse : rareté des biens, inadaptation aux besoinshic et nunc…).

7  Cette justification par les procédures est contestée par les économistes hétérodoxes qui, schématiquement, lui reprochent de se référer non pas à la physique (le plus souvent) ou à la biologie, mais à une conception de ces disciplines qui légitime leur propre conception de l'économie. Étant entendu qu'il s'agit dans l'immense majorité des cas d'une physique ou d'une biologie sans expérimentation, que les physiciens et les biologistes sont fondés à ne pas reconnaître.

8  Nous ne soutenons pas ici la thèse selon laquelle l'économie se réduirait à des discours et les travaux des économistes à une succession d'arguments rhétoriques dans lesquels les concepts des sciences de la nature feraient office de métaphores. Nous entendons seulement souligner, d'une part, que la science économique en important — parfois avec bonheur — des manières de faire, des concepts et des théories des sciences de la nature n'a pas pour autant complètement perdu sa dimension « politique », ce qui contribue à la rattacher aux SHS ; d'autre part, que cette importation s'est accompagnée de discours réitérés et assourdissants destinés à emporter la conviction du champ scientifique, économistes compris.

9  De façon significative, une des premières décisions du Comité consultatif des universités, organe chargé principalement de délivrer les visas d'entrée et de gérer les carrières, a été de définir le périmètre des SIC à la fois pour des raisons de fond (établissement de frontières cognitives avec les autres disciplines) et des raisons pratiques (définition des critères permettant de recruter et de promouvoir). Ce périmètre sera par la suite précisé à plusieurs reprises afin de tenir compte de l'évolution des champs scientifiques et de la maturation croissante des SIC.

10  Souvent, mais pas toujours. Ainsi, par exemple, Robert Escarpit est un spécialiste de réputation internationale en littérature comparée. Mais il est vrai que cette discipline ne jouit guère de l'estime des spécialistes français des lettres modernes ou des lettres anciennes, et derrière eux de l'École normale supérieure dont sont issus leurs plus beaux fleurons.

11  Il faut également signaler les nombreux travaux français sur la presse écrite et le cinéma, sans oublier ceux, très différents mais tous fort peu disciplinaires et disciplinés, de Barthes (Mythologies est publié en 1957), Moles et Eco (rapidement traduits en français), qui joueront, à des degrés divers, le rôle de catalyseurs ou d'inducteurs dans les années 1960-1970.

12  Dans les années 1950-1960, Edgar Morin est l'auteur d'ouvrages importants dans le champ de l'étude des médias comme Le cinéma ou l'homme imaginaire (1956), Les stars (1957), L'esprit du temps. Essai sur la culture de masse (1962) et La rumeur d'Orléans (1969). On peut également citer d'autres auteurs, certains ayant joué un rôle dans la création de la SFSIC : Jules Gritti (Mass media, 1966 ; en collaboration avec Michel Souchon, La sociologie face aux médias, 1968), Jean Schwoebel (La presse, le pouvoir et l'argent, 1968), Violette Morin (L'écriture de presse, 1969), Olivier Burgelin (La communication de masse, 1970)… Sans oublier les 24 premiers numéros de Communications parus entre 1961 et 1975, certains ayant marqué durablement le champ.

13  Ce professeur à la Sorbonne, membre de l'Institut et ancien vice-président de l'Association des sociologues de langue française, est également très actif dans le monde des médias : après avoir été administrateur de l'ORTF, il sera le premier président de la chaîne de télévision TF1. On lui doit aussi des ouvrages souvent cités dans les années 1970 comme Sociologie de la radio-télévision (1969), Les pouvoirs de la télévision (1970) et La société de l'ubiquité (1972). Pour mémoire, on rappellera qu'il a toujours été très hostile à la reconnaissance des SIC.

14  Sur tous ces travaux, on peut se reporter à Recherches en Communication (1999), Ollivier (2000), Tétu (2002), Hermès (2004) et pour une bibliographie détaillée sur la période 1945-1972, on consultera le « Supplément bibliographique » de l'ouvrage édité par Francis Balle et Jean-Gustave Padioleau (préface de Jean Cazeneuve) qui réunit pas moins de 710 références, dont le cinquième sont francophones (1973).

15  « Naturellement », car nous avons à ce jour repéré davantage de pétitions de principe que de démonstrations épistémologiques.

16  Passeron distingue deux types de SHS : les disciplines à objet large et à ambition synthétique (sociologie, anthropologie, histoire…) et les disciplines particulières spécialisées (linguistique, démographie, psychologie, économie), les secondes parvenant davantage que les premières à construire des modèles.

17  Ainsi, sur le plan cognitif, la tradition allemande laisse une grande place à l'analyse historique, la tradition anglaise, aux mathématiques, la tradition nord-américaine s'éloigne de plus en plus de l'influence allemande pour aller vers l'empirisme quantitatif, tandis que la tradition française est écartelée entre ces trois modèles (Fourcade-Gourinchas, 2002). Des économistes comme Albert Aftalion ou François Perroux qui ont fortement marqué socialement et cognitivement leur époque symbolisent cette volonté de rattacher l'économie à la fois à la connaissance « pure », car conceptualisée et modélisée, et à la connaissance par rapport à des faits historiques observables. Autre exemple significatif : en France, l'économie politique est, tant au CNRS qu'à l'Université, rattachée à l'économie, alors qu'aux États-Unis, elle est une branche de la science politique.

18  Très schématiquement, ces auteurs opposent deux modes de production des connaissances désormais concurrents : le mode 1, traditionnel, dans lequel la recherche est largement entre les mains de la communauté scientifique, et le mode 2, apparu dans les années 1940, qui implique l'intervention accrue d'acteurs extérieurs au champ scientifique (transformation et accentuation de la demande sociale), le développement de l'interdisciplinarité et la multiplication de sites de production en dehors de l'enseignement supérieur traditionnel, et donc une atténuation de l'autonomie relative des disciplines.

19  Cette expression, au demeurant peu usitée, désigne aussi bien les manifestations sociales du corporatisme disciplinaire que les prises de position, programmes ou décisions qui, par-delà la volonté affirmée de reproduire des professionnels de la communication, de l'économie ont principalement pour objet ou pour conséquence de verrouiller socialement la clôture avec les autres disciplines.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Robert Boure, « Réflexions autour de l'institutionnalisation des disciplines », Communication, Vol. 24/1 | 2005, 9-37.

Référence électronique

Robert Boure, « Réflexions autour de l'institutionnalisation des disciplines », Communication [En ligne], Vol. 24/1 | 2005, mis en ligne le 14 août 2012, consulté le 24 avril 2017. URL : http://communication.revues.org/3236 ; DOI : 10.4000/communication.3236

Haut de page

Auteur

Robert Boure

Robert Boure est professeur de sciences de l'information et de la communication, Laboratoire d'études et de recherches appliquées en sciences sociales (LERASS), équipe Médiapolis, Université Toulouse 3. Courriel : boure@lerass.iut-tlse3.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org