Navigation – Plan du site
Lectures

François-Bernard HUYGHE, Comprendre le pouvoir stratégique des médias

Paris, Eyrolles, 2005
Martin David-Blais
p. 323-325
Référence(s) :

François-Bernard HUYGHE (2005), Comprendre le pouvoir stratégique des médias, Paris, Eyrolles.

Texte intégral

1Voici un petit livre que l’éditeur nous présente comme un manuel destiné tout autant aux étudiants qu’aux professionnels mais qui, somme toute, tient davantage du petit lexique ou du dictionnaire personnel. L’ouvrage est divisé en cinq parties, chacune étant consacrée à une question large (par exemple : « Comment se propagent les idées », « Comment fonctionnent les médias ») et se trouve composée d’une suite de dix à vingt courts articles portant sur un mot spécifique. Chaque rubrique comporte, en outre, une citation et une suggestion de lecture.

2On peut remettre en question le choix des mots retenus car me semble-t-il l’ouvrage connaît un problème d’équilibre dans la mesure où il retient trop de mots à la mode (on rencontre en abondance des termes tels « altermondialisme », « technophilie », « politiquement correct », « victimisation ») alors que manquent de nombreux concepts tout à fait classiques. Prenons par exemple la troisième partie, intitulée « Comment fonctionnent les médias », et qui renferme les rubriques suivantes :

  • Cyberculture

  • Cyberespace et infosphère

  • Information

  • Mass media

  • Média

  • Médiologie

  • Numérique

  • Réseau

  • Virtuel

3Je veux bien que l’on retienne comme un phénomène majeur l’arrivée assez récente d’Internet ainsi que le suggèrent les mots « cyberculture », « cyberespace » et « virtuel », mais on remarque trop de manques. L’on peut suggérer tout de go : « marketing », « audimat », « propriété », « structure de décision », « culture d’entreprise »… Cela dit, discuter du choix des termes retenus demeure par définition un exercice purement intellectuel : le genre « petit lexique » comporte une bonne part d’arbitraire – ce dont du reste est très conscient l’auteur.

4Le travail de Huygue a néanmoins de quoi provoquer l’admiration. Chaque rubrique est d’une concision absolue (au maximum 350 mots) et d’un style alerte. Plusieurs d’entre elles (« persuasion » par exemple) sont particulièrement brillantes et l’on se dit que, pour préciser tel ou tel concept auprès d’une classe de premier ou de second cycle, il suffira de citer in extenso la rubrique qui lui est consacrée. Certaines sont essentiellement des exercices de style, ce qui est quelque peu inévitable. Et, bien entendu, il y a des cas où le lecteur s’étonnera du traitement réservé à tel concept clé. Celui de « stratégie » par exemple n’est aucunement arrimé à la pratique des campagnes de communication et semble conserver un sens uniquement militaire. Mais là encore, il s’agit d’une question sur laquelle l’on ne saurait trop insister puisque, d’une part, la polysémie des mots est pour ainsi dire un fait inéluctable en sciences sociales et que, d’autre part, le genre « petit lexique » s’accorde aux préférences de son auteur.

5L’ouvrage de Huygue est nettement plus décevant lorsqu’on l’aborde comme un manuel, ce qu’annoncent pourtant les divers titres de section (« Comment se propagent les idées » ; « Comment nous luttons »). Je ne trouve guère de théorie par-delà la collection de termes. Tout dépend évidemment de ce que l’on entend par théorie. On pourra certes arguer que tout concept contient en soi un noyau théorique et évoque de facto tout un réseau de concepts qui tient lieu de théorie. Dit autrement, tout effort conceptuel, même minimaliste, serait théorique puisqu’il appelle implicitement un ensemble de concepts et de liens. À mon sens cependant, un effort théorique au sens fort commande un travail d’explicitation. Un auteur ne saurait se contenter de suggérer des liens entre les concepts ; il doit au contraire les expliciter à des fins analytiques tout en réduisant les possibles ambiguïtés. Considérons la section « Comment les idées se propagent ». L’auteur nous dit succinctement que la circulation d’idées est un processus où interviennent des « acteurs », des « pratiques », des « ordres du jour » (agenda), des « stocks d’idées reçues ». Soit. On comprend dans la foulée qu’il importe, selon Huygue, de procéder à des distinctions de processus (« propagande », « rumeurs », etc.) et qu’au surplus, certains mots ont plus d’effet que d’autres dans une certaine conjoncture donnée. Mais en définitive, Huygue ne va pas plus loin. Il est alors difficile de voir comment, équipé d’un tel livre, un militant (écologiste, nationaliste, peu importe) face à une sorte de creux de vague idéologique pourrait mieux s’expliquer ce qui inhibe conjoncturellement la réception du discours qu’il cherche à propager. Je ne vois pas davantage, dans le petit livre de Huygue, une esquisse de théorie pratique. Difficile de trouver dans la section « Comment nous luttons » l’esquisse d’une méthode de guérilla des idées en contexte d’asymétrie des moyens de diffusion idéologique, ce qui pourtant se pratique.

6J’éprouve deux autres regrets. Le premier concerne la référence aux auteurs actuels. Il me semble que lorsque l’on prétend faire un manuel, on doit se référer quelque peu aux auteurs contemporains qui font progresser le champ — ne fût-ce que ceux de son pays. Parmi les contributions françaises contemporaines, je note beaucoup trop d’oublis majeurs : Miège, Mucchielli, Wolton, Trognon, Bauvois. Le second regret concerne la médiologie, école dont se réclame peu ou prou Huygue. J’aurais aimé trouver dans l’ouvrage une présentation brève et synthétique du programme de recherche des médiologues que l’on a grand-peine à cerner dans les livres de Debray. Ce dernier reproche reste toutefois très secondaire.

7Bref, ce petit livre, lorsque pris comme un lexique, se révèle souvent excellent. Un enseignant n’aura jamais trop d’outils, y compris lexicaux. Si en revanche l’on cherche un manuel d’introduction ou un manuel pratique, il est bien décevant pour les raisons qui viennent d’être formulées.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Martin David-Blais, « François-Bernard HUYGHE, Comprendre le pouvoir stratégique des médias », Communication, Vol. 25/1 | 2006, 323-325.

Référence électronique

Martin David-Blais, « François-Bernard HUYGHE, Comprendre le pouvoir stratégique des médias », Communication [En ligne], Vol. 25/1 | 2006, mis en ligne le 07 mai 2010, consulté le 27 mars 2017. URL : http://communication.revues.org/325

Haut de page

Auteur

Martin David-Blais

Martin David-Blais est professeur à l’Université Saint-Paul (Ottawa). Courriel : mblais@ustpaul.ca

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org