Navigation – Plan du site
Lectures

Laurent JULLIER, Star Wars. Anatomie d’une saga

Paris, Armand Colin Cinéma, 2005
Isabelle Roblin
p. 326-329
Référence(s) :

Laurent JULLIER (2005), Star Wars. Anatomie d’une saga, Paris, Armand Colin Cinéma.

Texte intégral

1Cet ouvrage est un travail universitaire de grande qualité sur un « phénomène de société », celui de la saga Star Wars qui, affirme l’auteur, « est sur le point de gagner le statut d’objet transculturel » (p. 110). C’est bien cet objet qu’il s’agit ici de décortiquer avec le plus grand soin. Pour ce faire, de très (parfois trop ?) nombreux critiques sont convoqués, des incontournables Roland Barthes et Michel de Certeau à Max Weber, Pierre Bourdieu et Jean-François Lyotard en passant par Max Horkheimer, Theodor Adorno et Hanna Arendt. Mais Laurent Jullier donne également la parole aux fans et la confrontation des deux mondes est souvent très révélatrice, les critiques les plus pertinentes n’étant pas toujours nécessairement celles des auteurs les plus illustres.

2L’œuvre est divisée en deux parties comprenant en tout cinq chapitres : la première se concentre sur l’analyse interne pour « définir le style de Star Wars » (p. 4) qui elle-même se subdivise de manière classique entre histoire (« les péripéties qui nous sont racontées », p. 8) et récit (la manière dont ces péripéties nous sont racontées). La seconde consiste en une analyse externe « qui traite des connexions entre le film et le monde qui l’a vu naître » (p. 4), privilégiant l’intertextualité (ce à quoi la saga fait penser, car comme le souligne l’auteur, elle ne cite pas directement). Jullier analyse ensuite le discours public, c’est-à-dire « les traces éventuelles d’idéologies plus ou moins clairement inscrites » (p. 81) dans les films mais également les présupposés de leurs détracteurs comme de leurs partisans ou fandom et termine par une description de certains produits dérivés de la saga.

3Les annexes sont très utiles. Il convient en particulier de saluer le travail colossal de découpage en séquences de la structure narrative des épisodes IV, V, VI et I, II. L’index des noms est également bienvenu. Les sites Internet consacrés au phénomène Star Wars sont rapidement mais pertinemment commentés. Par contre, la bibliographie est classée uniquement par ordre alphabétique ; articles et ouvrages de référence y sont mélangés — ainsi par exemple, un article de Umberto Eco sur « Innovation et répétition/Entre esthétique moderne et post-moderne » voisine-t-il avec l’ouvrage de Paul Du Breuil sur Le Zoroastrisme. Le même mélange, parfois surprenant, peut être observé dans le Glossaire des termes anglo-saxons puisqu’y sont définis et classés alphabétiquement les termes techniques spécifiques au monde imaginaire de la saga, par exemple padawan (« apprenti-Jedi ») ou X-Wings (« astronef des rebelles »), mais aussi au monde réel du cinéma, comme goof (« bévue, petite erreur de raccord ou de vraisemblance dans un film ») ou pitch (« idée de base de l’histoire ») ou même plus généralement des médias, comme jingle (« indicatif sonore ») ou teasing (« action publicitaire de dévoilement partiel, destinée à allécher le consommateur »).

4Dans la première partie, Jullier propose donc en deux chapitres une « analyse interne » de la saga.

  • 1  Schématisés de manière assez peu éclairante pages 13 et 14 : l’auteur aurait-il succombé — brièvem (...)
  • 2  « Épisode/film dont l’histoire se déroule avant le Temps zéro donné par un épisode/film déjà sorti (...)

5Le premier chapitre (« les personnages ») étudie en reprenant les catégories de Propp (adjuvants et opposants) les rapports entre les différents personnages1en termes de relations de « filiation, de tutelle et de [tentative de] meurtre » (p. 13). Il établit une distinction capitale entre les deux trilogies en faisant remarquer qu’une vingtaine d’années séparent l’épisode IV de l’épisode I. Alors que la première (épisodes IV, V et VI) était rassurante puisqu’elle « montrait logiquement des anciens à qui l’on pouvait se fier » (p. 15), la deuxième (épisodes I et II) est celle d’un « monde incertain » (p. 14) où les valeurs morales sont ébranlées : ainsi, « la seule certitude morale que présente SW2, c’est la pérennité du mal absolu » (p. 18). Le fait que la seconde trilogie est le « prequel2 » de la première soulève des paradoxes qui sont rapidement examinés. Pour l’auteur, le « gros avantage (de la solution du prequel) consiste à corriger les éventuels défauts de logique causale des épisodes réalisés plus tôt » (p. 20), comme les différentes bévues de Darth Vador qui, par exemple, laisse Leia en vie (épisode IV). Sont ensuite analysés les rapports de la saga avec le serial, défini dans le glossaire comme « feuilleton cinématographique, prisé aux États-Unis dans les années 1910 (The Perils of Pauline) puis dans les années 1930-1940 (Flash Gordon, Ace Drummond, The Lone Ranger…) ».

6Le chapitre 2 (« Le style ») est plus technique puisque, outre les effets spéciaux et l’utilisation de l’imagerie numérique (« les acteurs de SW3 sont filmés sans pellicule », p. 57), il analyse « le langage audiovisuel de Star Wars » (p. 39). L’auteur y révèle la manière dont les différents épisodes sont montés en s’appuyant tout particulièrement sur une étude très fouillée de l’utilisation des « volets » pour marquer le passage d’une séquence à l’autre (volets qui « dans les années 1970 et 1980 » étaient devenus « une curiosité stylistique », p. 44) ainsi que sur des raccords, des partitions et des bruitages. Il propose également une comparaison entre Star Wars et les grands classiques du cinéma par exemple le Scaramouche de George Sidney (1952) pour les duels et Ben Hur pour la course de modules de SWI.

7La seconde partie, qui concerne l’analyse externe de la saga, est divisée en trois chapitres.

8Le chapitre 3 est consacré à l’intertextualité ou encore au « recyclage », « c’est-à-dire une forme d’emprunt, qui ne se confondrait pas avec la citation, ni le détournement, ni le clin d’œil, mais qui ressortirait plutôt de l’allusion » (p. 84). Du Capitaine Fracasse à Flash Gordon en passant par La prisonnière du désert de John Ford, Tarzan et… Chantons sous la pluie, les exemples abondent et il s’agirait ici d’une sorte de jeu postmoderne ironique. Est également discutée la ressemblance entre la force et l’effet du Mescalito tel qu’il est décrit dans le récit d’apprentissage de Carlos Castaneda (1968), « qui passe selon plusieurs témoignage pour avoir inspiré George Lucas lorsqu’en 1972 il jeta les bases de l’histoire de Star Wars » (p. 106). Cependant, « non seulement la saga Star Wars emprunte aux fictions qui l’ont précédée » mais « elle s’inspire de la réalité » (p. 101) et les parallèles sont nombreux entre l’univers des Jedi et celui des chevaliers du Moyen-Âge (chevaliers de la Table ronde et Templiers) et des samouraï.

9Le chapitre 4 (« Visions du monde et idéologies ») propose quatre niveaux de décodage de Star Wars : littéral, moral, allégorique et anagogique, selon le modèle classique de l’herméneutique, notamment augustinienne. Les raisons du colossal succès commercial de la saga sont analysées et les présupposés idéologiques élitistes de ses détracteurs, qui l’assimilent aux « arts de masse » (p. 124) nécessairement inférieurs, sont démontés. Jullier replace ensuite la saga dans le contexte culturel américain et en analyse « les aspects mystiques et religieux » (p. 124), notamment le thème de l’élu/initié. Il met en lumière, dans la dernière partie au titre provocateur (« Star Wars comme saga xixe siècle »), les contradictions entre le monde censément très « high tech » des trilogies et leur côté « catalogue d’objets regrettés » (p. 150) ; par exemple, les sabres (même s’ils sont laser), les documents secrets et cachés (plans de l’Étoile Noire), ou même le fer à souder et la clé à molette maniés par Han Solo et Chewbacca, « cambouisés comme des réparateurs de cyclomoteurs » (p. 151) quand ils réparent le Millenium Condor (ou Faucon Millenium, les traductions étant assez aléatoires comme le fait remarquer l’auteur, par ailleurs). On ne s’étonne alors plus, conclut-il « que la saga se déroule, certes dans une “lointaine galaxie”, mais surtout “il y a bien longtemps” » (p. 152).

10Le dernier chapitre (« Un univers en expansion ») traite d’abord en « quelques instantanés d’un quart de siècle de critique cinématographique » (p. 154), de la réception des deux trilogies par la presse française, de l’épisode IV (Un nouvel espoir, 1977) à l’épisode II (L’attaque des clones, 2002) : le plus souvent très méprisante à l’égard du phénomène Star Wars en général et souvent contradictoire dans ses jugements (de valeur) sur la saga. Puis l’auteur étudie le « fandom Star Wars » tel qu’il se donne à lire en particulier sur le Web et qui, contrairement aux idées reçues et véhiculées notamment par la critique française, est loin d’être infantile et passif. En effet, les fans s’approprient véritablement la saga par leurs commentaires (qui consistent non seulement à « dire combien l’on aime ou non tel aspect de la saga » mais aussi à entreprendre des « activités de compilation, classement » et à établir des « arbres généalogiques, de(s) cartes et de(s) chronologies », p. 169) et par leurs productions (fanfilms souvent très imaginatifs, dont le genre le plus apprécié est le cross-over, c’est-à-dire « l’importation dans l’univers Star Wars d’éléments en provenance d’autres films ou shows TV », p. 174). « L’Univers étendu » de Star Wars fait l’objet de la dernière partie : l’auteur y analyse quelques produits dérivés de la saga dont les romans, les bandes dessinées et les jeux vidéo.

11Même si cet ouvrage, nous l’avons dit d’emblée, est très solide à la fois sur le plan de l’argumentation et de la documentation — on pourrait peut-être regretter tout de même l’absence de photos qui pourraient étayer tel ou tel aspect —, un problème majeur se pose. En effet, même si l’auteur y fait quelques allusions à SW3 (La revanche des Sith, paru en 2005), qui complète la deuxième trilogie, l’ouvrage de Jullier paraît avant sa sortie et il est donc en fin de compte incomplet. Ainsi « l’une des questions centrales de l’histoire de Star Wars, “Qu’est-ce qui pousse Anakin à choisir le Côté Obscur de la Force ?” » (p. 170) est-elle résolue dans cet épisode et les hypothèses évoquées (par les fans) sont donc caduques. L’accueil critique de ce dernier épisode aurait été certainement très intéressant à comparer aux précédents (chapitre 5) et dans les annexes l’analyse de sa structure narrative aurait certainement permis d’achever de manière satisfaisante le travail colossal entrepris pour les autres épisodes. Pourquoi n’avoir pas attendu quelques mois de plus ? Cette « anatomie d’une saga » eût alors pu prendre pour objet d’étude un corpus complet et non pas amputé.

Haut de page

Bibliographie

CASTANEDA, Carlos ([1968] 1984), L’herbe du diable et la petite fumée : une voie Yaqui de la connaissance, traduction de Marcel Kahn et Nicole Ménant, avec la collaboration de Henri Sylvestre, Paris, Soleil Noir.

Haut de page

Notes

1  Schématisés de manière assez peu éclairante pages 13 et 14 : l’auteur aurait-il succombé — brièvement — à la tentation de la modélisation scientifique ?

2  « Épisode/film dont l’histoire se déroule avant le Temps zéro donné par un épisode/film déjà sorti », lit-on dans le glossaire.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Isabelle Roblin, « Laurent JULLIER, Star Wars. Anatomie d’une saga », Communication, Vol. 25/1 | 2006, 326-329.

Référence électronique

Isabelle Roblin, « Laurent JULLIER, Star Wars. Anatomie d’une saga », Communication [En ligne], Vol. 25/1 | 2006, mis en ligne le 08 mai 2010, consulté le 27 mars 2017. URL : http://communication.revues.org/327

Haut de page

Auteur

Isabelle Roblin

Isabelle Roblin est Maître de Conférences en anglais, Unité de Recherche sur l’Histoire, les Langues, les Littératures et l’Interculturel (HLLI), Université du Littoral-Côte d’Opale. Courriel : isabelle.roblin@univ-littoral.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org