Navigation – Plan du site
Articles

La référence à l'autorité dans la conversation

Réflexions sur le jeu avec la force des assertions
Martin David-Blais et Christian R. Bellehumeur
p. 150-176

Résumés

L'objectif du présent article est d'analyser la fonction indicielle de la référence à l'autorité jouxtée des actes assertifs dans la conversation. Il s'agit de prolonger le travail de l'école polyphonique qui a mis en lumière la fonction de modulation et de paramétrisation des énoncés de la référence à l'autorité, et ce, en allant davantage du côté de l'action au sens fort. On fera valoir que la référence à l'autorité peut permettre à un locuteur expérimenté de gérer un certain nombre d'enjeux psychosociaux en intervenant de manière discrète sur le terrain des inférences. L'article situera cette proposition théorique dans le champ des travaux sur l'argumentation et la développera en étudiants trois cas d'enjeux.

Haut de page

Texte intégral

1L'exposé qui suit apportera une contribution à la théorie pragmaticienne de la communication argumentative naturelle. Il traitera des fonctions de la référence à l'autorité lorsqu'elle est jouxtée à un acte assertif P dans la conversation.

2Pour situer le lecteur, voyons un cas d'entrée de jeu, à savoir une déclaration de feu Yasser Arafat à un journaliste du journal montréalais La Presse (août 2002). Ce dernier évoquait le reproche, fréquemment formulé à l'époque par le gouvernement israélien, selon lequel l'Autorité palestinienne ne cherchait nullement à contrôler les actions terroristes du Hamas. Le président Arafat a répondu ceci :

  • 1  La Presse, 10 août 2002 : A7

Vous devez prendre en considération que le Hamas est un produit d'Israël, il a été établi par les Israéliens à l'époque, soit en 1988, pour faire concurrence à l'Organisation de libération de la Palestine (OLP). Et ce n'est pas moi qui le dis. Ce sont les leaders israéliens qui l'on dit, et pas seulement devant moi. Devant les leaders arabes aussi1.

3Voilà le genre de cas que nous avons à l'esprit en avançant la proposition qui suit.

Proposition générale

4On pense généralement que l'appel à l'autorité consiste à recourir à l'opinion d'une autorité (un expert, un témoin, etc.) pour appuyer le contenu d'une assertion P : le contenu de P est fondé (vrai ou très plausible) parce que garanti par cette autre voix plus compétente, mieux placée. Nous croyons au contraire qu'il n'en va pas toujours ainsi dans le cadre de la conversation, encore que ce soit souvent le cas. Il sera d'abord soumis que ce procédé prend deux formes distinctes, soit (1) l'« argument d'autorité » qui a une fonction de véridiction et (2) la « référence à l'autorité » qui a une fonction indicielle. Cette position théorique n'est pas absolument nouvelle. Elle reprend la distinction entre les « procédés argumentatifs » qui interviennent directement dans la production de conclusions et les « procédés rhétoriques » qui permettent de moduler des énoncés (Martel, 2000). Elle s'inscrit en fait dans le sillage de l'école polyphonique franco-scandinave qui, après le travail pionnier de Ducrot et d'Anscombre (dans les années 1970 et 1980), a accompli passablement de travail en montrant qu'un locuteur peut effectuer divers jeux de voix, dont des voix en autorité, à des fins de modulation rhétorique d'énoncés. Notre proposition consiste à aller au-delà du seul cas de modulation d'énoncés. Il arrive fréquemment dans la conversation (au sens large) que le locuteur effectue des références à l'autorité en tant qu'indices lui permettant de gérer l'interaction qui se déroule avec un alter-locuteur. C'est ce qui se passe dans la réplique de Yasser Arafat.

5Il nous a semblé que la position traditionnelle (« l'appel à l'autorité sert à fonder P ») est, face à des cas comme celui-là, en posture difficile. D'abord, parce qu'il paraît délicat d'ignorer les enjeux d'action qui se posent ici,

en l'occurrence : la reconnaissance verbale par le président Arafat ne fût-ce que d'un minimum de responsabilité de l'Autorité palestinienne aurait eu, en 2002, des conséquences immédiates.

6Mais il y a plus problématique d'un point de vue théorique : dès lors que l'on accepte la grande fréquence de cas comme celui-là dans la conversation, c'est-à-dire des cas apparemment défectueux, se pose le problème de la réussite. On peut difficilement penser ici que s'est opéré, dans la réponse d'Arafat, un transfert de confiance réussi qui permettrait la concrétisation d'une opération de véridiction. Il est en tout cas difficile de penser que le destinataire va le considérer comme tel ; il est plutôt probable que lui viendront à l'esprit toutes sortes d'objections. La question pour nous n'est pas qu'adviennent sporadiquement des opérations de véridiction que l'on peut juger défectueuses, mais bien la fréquence de tels appels à l'autorité (1) dont on se dit qu'ils sont loin de satisfaire aux fameuses maximes gricéennes de quantité et de qualité sans pour autant (2) être contestées. Nous ne viderons pas la question, mais nous soumettons qu'il se passe autre chose dans un tel jeu de voix : le locuteur cherche à intervenir sur un mode indiciel dans l'action et, dans bien des cas, le destinataire (qui est aussi alter-locuteur) est à même de repérer et de comprendre l'intention locale du procédé.

7Nous proposons d'envisager la possibilité analytique que, dans un tel cas, la référence à l'autorité n'est ni un procédé de véridiction ni un élément de modulation, mais bien un indice fort qui, bien que jouxté à P (« le Hamas est un produit d'Israël »), porte sur un enjeu de communication politique large et lourd. Le lecteur de l'article de La Presse sent tout de suite que le leader palestinien n'entend pas s'en laisser imposer et qu'il est prêt, sur cette question précise du contrôle du Hamas, à donner un tour musclé à la discussion — notamment en ayant recours à des opinions appartenant à tous les camps politiques, dont celui de l'ennemi. Mais il y a probablement plus : le jeu polyphonique (« ce sont les leaders israéliens qui l'ont dit ») lui permet de jouer sur le terrain des inférences concernant son intention globale de communication et ainsi éviter la disqualification immédiate de sa position.

8Le présent article ne pourra traiter de tout cela en profondeur. Il poursuit plus modestement les objectifs suivants : situer notre proposition, en expliciter les fondements théoriques et faire valoir la plausibilité générale au moyen d'exemples de la vie courante.

Définir l'appel à l'autorité

  • 2  Il peut s'agir aussi d'un expédient cognitif : A prend pour acquis que B s'y entend plus en telle (...)

9Commençons avec quelques clarifications conceptuelles. L'appel à l'autorité doit être distingué de certains procédés et processus connexes. Il faut notamment le distinguer du « parler d'autorité ». Cette autre notion désigne l'effort d'un individu pour contraindre une interaction à son avantage en vertu de son propre statut (Breton, 1996 : 50). Dans le cas de l'appel à l'autorité, le locuteur soumet P à l'appréciation du destinataire et P se trouve ostentatoirement associé à l'avis d'un individu en situation d'autorité cognitive, laquelle autorité est par ailleurs contingente. L'appel à l'autorité ne désigne pas davantage une « attribution spontanée d'autorité » par le destinataire au profit du locuteur au moment du traitement de P. Cette opération d'attribution est certes des plus courantes dans la communication naturelle (l'« effet halo » en est une forme2), mais il ne s'agit pas d'un procédé argumentatif mis en place par un locuteur ; il s'agit là plutôt d'un phénomène inférentiel spontané qui advient du côté du destinataire.

10En des termes plus spécifiques maintenant, on dira que la notion d'« appel à l'autorité » (qui inclut à la fois l'« argument d'autorité » et la « référence à l'autorité ») désigne un procédé argumentatif au cours duquel le locuteur introduit explicitement une autre voix dans un segment de discours. L'opinion (explicitée ou non) de cette seconde voix est associée à un acte assertif P et cette voix se voit conférer (explicitement ou non) un statut de supériorité cognitive en contexte (elle « sait plus que… parce que… », elle « peut plus que… et donc sait plus que… »). Le plus souvent, AUTORITÉ est un individu ou un groupe d'individus (telle équipe de recherche, par exemple) bien qu'il puisse aussi s'agir d'une entité institutionnelle. Ce procédé met en place un double rapport (Martel, 2000) :

  • premier rapport : le locuteur associe explicitement une assertion P à l'opinion (explicitée ou non) d'AUTORITÉ ;

  • second rapport : AUTORITÉ se verra conférer, explicitement ou implicitement, un statut de supériorité par le locuteur dans un rapport asymétrique entre AUTORITÉ et une personne ou des personnes présentes dans la situation de communication.

11Ces deux mises en rapport sont liées. Si la pertinence argumentative de l'opinion (explicitée ou évoquée) attribuée à AUTORITÉ et associée à P tient pour une bonne part à la pertinence argumentative du « qui est » AUTORITÉ, il reste que l'effet de communication recherché tient aussi à l'asymétrie entre AUTORITÉ et telle autre personne présente en contexte. Le second rapport est très souvent une question ouverte lorsqu'il n'y a pas un haut niveau d'explicitation : le destinataire peut supposer qu'il y a appel à l'autorité dans l'esprit du locuteur alors que ce n'est pas forcément le cas et il arrive probablement souvent que le destinataire ne perçoive nulle dimension d'autorité dans un acte pourtant désiré comme tel.

12Apportons tout de suite une précision qui deviendra plus claire par la suite. Le concept d'appel à l'autorité n'est pas qu'un jeu de voix (à celle du locuteur s'ajoute une voix rapportée) ; c'est aussi un jeu avec une asymétrie des statuts. Cette conception n'est pas partagée par tout le monde (Ducrot, 1984a ; Perrin, 2000). Pour Oswald Ducrot, l'appel à l'autorité (distingué du raisonnement par autorité) constitue souvent un moyen utilisé par le locuteur pour faire intervenir une opinion commune. Nous soumettons pour notre part qu'un locuteur (politique ou autre) peut tantôt faire intervenir une opinion commune, tantôt faire intervenir une opinion en autorité, mais il s'agit de procédés différents bien qu'il s'agisse dans les deux cas de faire intervenir une autre voix.

Situer la discussion

13Notre proposition allègue que, si l'on peut utiliser l'appel à une voix en autorité pour fonder P (argument d'autorité) ou pour moduler le sens de P (référence à l'autorité), on peut aussi faire une référence à l'autorité qui, bien qu'elle soit jouxtée à P, a pour fonction de gérer des enjeux relatifs à l'ensemble de l'interaction. Cette proposition présente le locuteur comme étant d'abord un acteur et, partant, accorde beaucoup d'importance aux enjeux psychosociologiques de l'action. Il importe cependant de voir qu'une telle proposition est rendue possible sur le terrain de l'analyse pragmaticienne des procédés langagiers grâce au travail qui a été fait, depuis une trentaine d'années, par Ducrot et Anscombre de même que par l'école polyphonique dite franco-scandinave. Les prochaines sections du texte sont consacrées à la mise en question de la position traditionnelle.

La position classique : la fonction de véridiction de l'appel à l'autorité

14L'on a, pendant longtemps, tenu pour acquis que la seule fonction de l'appel à l'autorité était la véridiction d'énoncés. Et cela demeure une idée très commune encore aujourd'hui. On a pensé que ce procédé servait exclusivement à assurer la validité de P au moyen d'un transfert de confiance envers un individu AUTORITÉ qui « sait mieux que d'autres » et qui, partant, « peut mieux juger P ». Il s'agissait pour le locuteur de contourner deux problèmes classiques, soit (1) un problème d'accès à de l'information rare ou difficile à obtenir, soit (2) un problème de manque de compétence. Le locuteur propose le recours à l'avis de celui qui a l'expérience nécessaire ou qui a une formation académique ou professionnelle appropriée, voire les deux. Dans les deux cas de figure, la pertinence de l'opinion d'AUTORITÉ tient à la quantité d'informations mises en garantie de même qu'aux circonstances et aux conditions qui font de l'opinion d'AUTORITÉ une solution au problème posé. Voyez Plantin :

L'argument d'autorité est un argument de confirmation. Il soutient une conclusion P, dans une argumentation dont la forme canonique est la suivante :

Proposant : - P, car X dit que P, et X est une autorité en la matière.

Il y a argumentation d'autorité quand le Proposant donne pour argument en faveur d'une affirmation le fait qu'elle ait été énoncée par un locuteur particulier autorisé, sur lequel il s'appuie ou derrière lequel il se réfugie. La raison de croire (de faire) P n'est donc plus recherchée dans la justesse de P, son adéquation au monde tel qu'il est ou qu'il devrait être, mais dans le fait qu'il est admis par une personne qui fonctionne comme garant de sa justesse (1996 : 88).

15Voyez Breton au sujet des arguments d'autorité :

Leur forme est constante : le réel décrit est bien le réel acceptable parce que la personne qui le décrit a l'autorité pour le faire. Cette autorité elle-même doit bien évidemment être acceptée par l'auditoire pour qu'il accepte du même coup comme vraisemblable ce qu'elle lui propose (1996 : 49).

16Nous pourrions ajouter une quantité importante de références, dont Johnson et Blair (1983 : 144) ; Rieke et Sillars (1984 : 77) ; Walton (1989 : 172) ; Déry (1990 : 103) ; Woods et Walton (1992 : 40).

17La prévalence de cette conception s'explique en partie, selon nous, par le fait que le regard sur les pratiques argumentatives a été pendant longtemps de nature essentiellement normative. L'on s'est surtout préoccupé de réfléchir aux moyens de produire des conclusions valables ainsi qu'aux moyens de s'assurer de la validité d'assertions par lesquelles on parvient aux conclusions. Dit autrement, même si l'argument d'autorité a souvent eu très mauvaise presse, l'on s'est efforcé d'en faire valoir la légitimité sous certaines conditions. D'une part, comme personne ne peut tout savoir ni être compétent sur tout, on aura admis qu'il est parfois nécessaire, en discussion, d'appuyer des énoncés sur l'avis d'autrui. D'autre part, comme on sait qu'un locuteur habile peut manipuler fallacieusement l'asymétrie des statuts à des fins de persuasion, l'on aura jugé essentiel de réfléchir aux conditions permettant la légitimité d'une telle pratique argumentative.

L'arrivée des pragmaticiens

18L'intérêt de certains pragmaticiens pour l'argumentation a changé bien des choses. De notre point de vue, la contribution de Ducrot et d'Ancombre a été (et demeure) très importante. Ces auteurs ont, entre autres contributions, développé l'idée de modulation des énoncés à des fins de communication persuasive. Ce qui a donné lieu à la distinction, aujourd'hui commune, entre les procédés véridictifs et les énoncés rhétoriques ; la distinction entre l'argument d'autorité et la référence à l'autorité procède de cette première distinction. Voyons cela de manière un peu plus approfondie.

19En formulant les choses de manière quelque peu synthétique, nous distinguerons trois moments théoriques.

20Premier moment. Il y a une trentaine d'années, Ducrot et Anscombre ont commencé à penser l'argumentation dans le cadre interactif, et souvent éclaté, de la conversation. Le concept de conversation est un concept large qu'il n'est pas nécessaire de circonscrire plus avant ici si ce n'est que pour dire (1) qu'il désigne ici toutes sortes d'interactions verbales plus ou moins spontanées entre deux ou quelques interlocuteurs et (2) qu'il insiste sur la proximité dans le temps des allers et retours entre participants. En prenant un tel objet, les analystes ont entre autres choses vu que le sens de P n'est pas qu'affaire d'énonciation par le locuteur mais aussi affaire d'inférences et de microraisonnements de la part du destinataire. On a dès lors véritablement pris acte des processus de co-construction des énoncés. On a remarqué dans la foulée que des locuteurs tant soit peu expérimentés peuvent faire intervenir toutes sortes de procédés rhétoriques pour jouer avec les processus d'inférence qui adviennent dans le traitement d'actes de langage.

21Second moment. On a entrepris de conceptualiser les actes assertifs en contexte de conversation au moyen de la notion de « force », en donnant toutefois à cette notion une dimension d'interaction ouverte.

22Vue du côté du destinataire, la notion de « force » désigne ceci : le sens que confère le destinataire à un acte illocutoire P est construit sur la base de l'ostentation de P, mais il procède aussi des hypothèses que fait le destinataire à la fois (1) sur la nature de l'acte illocutoire et (2) sur les qualités et les intentions de communication du locuteur. Précisons un peu plus. Vue du côté du locuteur, la notion de « force » désigne le jeu du locuteur avec les possibles inférences du destinataire recevant P. À cet égard, le locuteur peut faire plusieurs choses. Il arrive très souvent qu'il n'éprouve aucune nécessité d'orienter la réception et que, non seulement énonce-t-il P de manière spontanée, mais aussi qu'il laisse de facto au destinataire une grande marge de manœuvre dans son interprétation de P du fait du haut degré d'implicité. À l'inverse, il arrive parfois que le locuteur produise non seulement des énoncés mais qu'il précise en outre directement la nature voulue de l'acte énonciatif. Le locuteur peut aller jusqu'à faire des énoncés assertifs relatifs à l'énonciation de l'énoncé P. Entre ces deux extrêmes, le locuteur peut choisir de jouxter à P avec plus ou moins de discrétion et d'habileté un appareil indiciel. Il pourra par exemple anticiper la réaction qu'est susceptible de provoquer auprès d'un interlocuteur polonais l'assertion « l'économie de la Pologne se porte mal » (une demande de garanties sur la valeur de P, voire carrément des questions sur sa capacité à asserter P). Il jouxtera des clauses modulatrices comme celle-ci (ce qu'il ne ferait sans doute pas avec un collègue de travail) :

  • formulation ! : « l'économie de la Pologne semble mal se porter. »

23Voilà un procédé rhétorique de modulation qui ne change rien au contenu même de P mais qui néanmoins est susceptible d'en modifier le sens dans l'esprit du destinataire (il s'agit d'un procédé d'atténuation de valeur).

24Troisième moment. On comprend qu'assez naturellement, l'appel à l'autorité se soit vu conférer une seconde fonction par-delà celle de véridiction, soit une fonction de modulation. Nous trouvons cet apport dans le cadre du travail de l'école polyphonique qui s'intéresse aux jeux de voix dans le dispositif de modulation des énoncés. Comme on va le voir dans la section qui suit, il existe divers types de jeux de voix. Le locuteur peut explicitement mettre en scène sa voix comme il peut faire intervenir d'autres voix. La référence à l'autorité est un cas de figure parmi d'autres.

25Notre proposition est que l'on peut aller plus loin en reprenant ces principes analytiques de co-construction de sens, d'inférence et d'orientation des processus inférentiels par le recours à des procédés argumentatifs. Il s'agit de considérer cette fois ce qui peut être fait par le locuteur par rapport au dispositif indiciel jouxté à P pour gérer des enjeux qui vont au-delà de P. Notre proposition ne fait pas du locuteur un analyste et un stratège au sens fort ; il s'agit plutôt d'avancer que certains patrons inférentiels sont suffisamment classiques et typiques pour permettre des anticipations rapides de la part d'un locuteur quelque peu expérimenté et, partant, la mise en place de possibles parades. C'est ce qui paraît se passer dans le cas de la déclaration de Yasser Arafat présentée en introduction.

La valeur de P et l'apport de l'école polyphonique

26Voyons maintenant de plus près l'apport de l'école polyphonique sur la question des jeux de voix dans la modulation de la valeur des énoncés. Cela permettra d'exposer l'essentiel du programme de cette école que nous cherchons à prolonger.

27Le point de départ de la théorie est le suivant : toute assertion P est reconstruite par le destinataire. Cela s'explique pour une bonne part par le principe d'économie communicationnelle qui conduit le locuteur à restreindre le plus possible l'ostentation. Dans la théorie courantes des actes de langage (Vanderveken, 1992), on considère que le destinataire fait spontanément des hypothèses (même si, bien entendu, il n'utilise pas le vocabulaire technique) sur les points suivants (la liste est indicative et non exhaustive) :

  • recevant P, le destinataire se demandera « est-ce un acte illocutoire ? » ;

  • voyant un acte illocutoire, le destinataire recevant P se demandera « de quel type ? » (assertif ? expressif ?) ; 

  • s'il s'agit d'un acte assertif, il s'interrogera sur la valeur de P (c'est-à-dire : est-ce que P est vrai ou plausible ?).

28On le voit, dans cette approche théorique, le destinataire se trouve à prendre plusieurs décisions pour ce qui est de la reconstitution du sens d'un énoncé.

  • 3  Par exemple, un individu A dit à un nouveau collègue B que « la cantine ferme à 15 h 30 ». A sait (...)

29La théorie polyphonique suppose qu'en d'innombrables circonstances, ce processus se passe naturellement, c'est-à-dire que rien de problématique n'advient de part et d'autre3. La théorie considère toutefois qu'il existe de nombreux cas où advient inopinément un hiatus. Comme dans le cas d'un professeur de science politique de l'Université d'Ottawa, spécialiste de politique européenne, qui lançait sans trop réfléchir lors d'une soirée :

    • 4  L'actuel premier ministre du Canada et ancien ministre des Finances.

    formulation 2 : « Que voulez-vous ? Paul Martin4 n'était pas assez préparé lors de la dernière campagne… »

30Aux fins de l'exemple, disons que le professeur réitérait un lieu commun (commun en tout cas dans son entourage) ; il se trouve qu'il fut interrogé et contesté précisément sur la solidité de cette assertion par un journaliste qui, lui, avait suivi la campagne électorale de très près. Il y a là un hiatus, car le destinataire voyait devant lui un acte assertif ayant des prétentions de vérité (et pouvant être soutenu par des raisons clairement formulées) alors que, pour le locuteur, il s'agissait d'une sorte de monstration, ou plus précisément d'un acte assertif de type « doxatique » (énoncer une assertion que l'on tient pour vraie parce que beaucoup de gens pensent ainsi mais que l'on ne pourrait soutenir et je ne ferais pas vraiment l'effort pour le faire). La réussite d'un acte comme celui-là, tout comme la non-réussite, est pour une large part une affaire d'inférences de la part du destinataire relatives à la paramétrisation de P. En termes plus spécifiques, on dira qu'il s'agit de concordance (ou non) entre la reconstitution de l'acte à coups d'hypothèse et les visées communicationnelles plus ou moins précisées du locuteur qui asserte P. Parfois, la non-réussite est rendue patente par la contestation.

31La théorie pose alors la nécessité de la rhétorique. Il arrive souvent qu'un locuteur pressente que P ne passera pas comme une lettre à la poste ou qu'il ne sera pas en mesure de soutenir P jusqu'au bout ou encore qu'il n'ait pas envie de faire face aux objections du destinataire. Il arrive aussi souvent que le locuteur pressente que le traitement de P, réussi ou non, posera des enjeux importants et que la contestation ouverte de P aura des conséquences importantes (blessure d'amour propre ; voir s'écrouler un effort de conviction ; perdre le fil d'un argumentaire). De tels enjeux peuvent être anticipés. Des locuteurs expérimentés savent qu'ils peuvent parer à ces difficultés et que, souvent, ils ont des options devant eux :

  • ils peuvent souvent — mais pas toujours — s'abstenir ;

  • ils peuvent élever radicalement le degré d'explicitation relatif à ce qu'ils disent, ce que font les savants ;

  • ils peuvent intervenir plus discrètement sur l'appareil indiciel, paramétrisant l'acte au moyen de procédés rhétoriques.

32Cela nous amène à considérer brièvement les procédés rhétoriques pour moduler P et tenter de réduire la valeur.

33On peut par exemple atténuer la valeur de P au moyen d'un marqueur indiquant le caractère plausible de l'assertion au lieu de son caractère avéré. Cas simple d'atténuation :

  • formulation 3 : « Il semble que l'économie de la Pologne se porte mal. »

34au lieu de 

  • formulation 4 : « L'économie de la Pologne se porte mal. »

35Dans ce petit exemple, P est énoncé par un journaliste canadien qui ne vit pas en Pologne et qui ne parle pas polonais ; le destinataire est un haut fonctionnaire polonais de passage. La formulation (3) ne suscitera vraisemblablement pas la même réaction en situation que (4). L'atténuateur « semble » permet au locuteur de gérer la réception au moyen d'une clause « ceci n'est pas une assertion vraie mais une conjecture plausible » tandis que (4) laisse une marge d'évaluation plus grande au destinataire.

36Regardons un autre exemple de modulation :

  • formulation 5 : « Il semble que l'économie de Pologne se porte moins bien depuis quelques temps. »

37On cherche à provoquer un effet de cadrage temporel (portée de P dans le temps) qui induit un microraisonnement : on n'attribue pas en (5) un état permanent à l'économie de Pologne, ce que pourrait induire (4). L'énoncé (5) peut même laisser entendre au destinataire que le locuteur sait bien qu'il y a une sorte de miracle économique après l'instauration de la politique dite du Big bang au début des années 1990. Pour Anscombre (1995 a et b), l'argumentation dans la vie courante consiste pour beaucoup à chercher à induire des microraisonnements qui neutralisent des schèmes cognitifs ou idéologiques forts. Dans un cas comme celui-ci, c'est-à-dire lorsque deux individus se trouvent à représenter anonymement deux groupes sociaux distincts (en l'occurrence, la Pologne et l'Occident), des schèmes dispositionnistes sont constamment susceptibles d'intervenir.

38On peut aussi moduler un énoncé P avec des jeux de voix. C'est là le véritable propos de l'école polyphonique (Ducrot, 1984 : 191 ; Nolke, 1994 : 149). Par exemple, le locuteur peut se mettre en scène :

  • formulation 6 : « l'économie de Pologne, je crois, se porte mal. »

39Le locuteur montre sa voix et dit implicitement que c'est une croyance (au sens large) : on a alors une monstration et non pas une énonciation véridictive (Ducrot, 1984 : 127). Le locuteur montre une proposition qui pourrait être soutenue mais qui, dans les circonstances, ne l'est pas. Il existe une autre forme très fréquente de jeu de voix : faire intervenir une voix commune :

  • formulation 7 : « À ce qu'on dit, l'économie de Pologne se porte mal. »

40Ce faisant, le locuteur change de statut : il rapporte un acte assertif. En disant sans plus que P est rapporté, il indique que P est une opinion qui court.

41La référence à l'autorité est un autre cas de jeux de voix. On peut jouer avec le statut de la personne dont on rapporte l'opinion pour moduler P et non pas pour fonder l'énoncé. Parmi les cas de figure que l'on peut concevoir, deux sont particulièrement saillants : (1) la déresponsabilisation du locuteur et (2) le jeu sur la scalarité.

La fonction de déresponsabilisation

42Le locuteur peut, en assertant P, faire usage de la référence à l'autorité pour se départir de la responsabilité de P (Nolke, 1994 : 150 ; Norén, texte Internet) et ainsi contourner une éventuelle demande d'explicitation de garanties (« ce n'est pas moi qui le dis, c'est plutôt… »). Voici, par exemple, le cas d'un ministre des Transports qui, à la suite d'un accident ferroviaire considérable (tant du point de vue du nombre de victimes et des dégâts matériels), doit donner à chaud une première conférence de presse. Il est tout à fait vraisemblable qu'en de telles circonstances, il utilisera l'appel à l'autorité tantôt pour garantir P (argument d'autorité), tantôt pour ne pas prendre la responsabilité de tel autre P (référence à l'autorité) :

  • formulation 8 : « Voilà un très grave accident. Selon le rapport final de la police, le nombre des victimes est de 153, dont 34 personnes tuées et 47 blessées dans un état critique »

  • formulation 9 : « selon le Président de la compagnie ferroviaire, le matériel roulant est inspecté très régulièrement. »

  • 5  Mais bien sûr, cette assertion pourrait être modulée de diverses manières et ainsi atténuée. Par e (...)

43Dans le cas de (8), l'appel à l'autorité de la police garantit l'assertion puisque l'on sent bien que les conditions nécessaires à la validation de P ont été remplies5. C'est un argument d'autorité. Dans le cas de (9), le ministre utilise l'appel à l'autorité (« selon le Président de la compagnie ferroviaire ») pour marquer que s'il est plausible que P soit juste, il n'en prend toutefois pas la responsabilité et qu'il se dissocie de P. Il y a référence à l'autorité.

44Nous ne pouvons nous empêcher de remarquer dès à présent qu'en (9) le locuteur pourrait chercher à intervenir sur un terrain inférentiel plus large, et ce, pour suggérer qu'il a fait son travail en ayant pris contact avec le sommet de la hiérarchie de la compagnie de transport en question. Ce que n'aurait pas permis une formulation plus générale et ostentatoirement moins détaillée (comme celle-ci : « dans notre pays, le matériel ferroviaire est inspecté très régulièrement »). Le fait de ne pas prendre la responsabilité d'une assertion n'a pas le « perdre la face » comme seul enjeu ; on se doute bien qu'en des circonstances comme celles-là interviennent pêle-mêle dans l'esprit du ministre devant faire face à une foule de journalistes, des considérations légales et politiques.

Un jeu avec le principe de scalarité

45Une seconde fonction de la référence à l'autorité est le jeu avec le principe de scalarité. On a vu qu'il est loisible pour le locuteur de présenter un énoncé, soit dans la catégorie des « énoncés vrais », soit dans la catégorie des « énoncés plausibles » ; cependant, le degré de plausibilité ne peut être précisé par un léger surcroît d'ostentation.

46Le locuteur peut certes, en étant laconique, laisser le positionnement de P au jugement du destinataire. Mais il peut aussi tenter de l'orienter par une intervention dans le dispositif de force. La clause « on a dit » (un procédé polyphonique consistant en un recours à l'opinion commune) précise quelque peu l'interprétation du destinataire en déplaçant ostentatoirement P depuis le pôle « vrai » vers le pôle « plausible », mais elle demeure passablement imprécise en laissant l'énoncé quelque part entre le « assez plausible » et le « très plausible ». La référence à l'autorité peut élever le niveau de plausibilité.

47Reprenons un exemple commencé plus haut. Lors d'une réception, un journaliste d'Ottawa rencontre un très haut fonctionnaire polonais de passage. Quittant le terrain des aménités, le journaliste entreprend de le questionner sur l'opinion courante selon laquelle l'économie de la Pologne a perdu l'élan de croissance des années 1990. Il se pourrait bien qu'il ne se sente pas en mesure de justifier pleinement l'assertion « l'économie de la Pologne se porte mal » (après tout, il a un sous-ministre devant lui). Le journaliste pourra dès lors atténuer la valeur de l'assertion en la formulant comme suit :

  • formulation 10 : « L'économie de la Pologne semble mal se porter depuis deux ans. »

48Le locuteur pourrait cependant jouxter à P une référence à l'autorité :

  • formulation 11 : « Selon The Economist, l'économie de la Pologne se porte mal depuis deux ans. »

49ou mieux

  • formulation 12 : « Lors d'une récente déclaration, Leszek Balcerowicz disait que l'économie de la Pologne se porte mal depuis deux ans. »

50Dans des cas comme ceux-là, on atténue P en lui donnant le statut épistémique d'opinion, ce qui est à l'évidence très différent d'une prétention à la vérité ; toutefois, citer The Economist ou Leszek Balcerowicz a pour effet d'élever le degré de plausibilité de P. The Economist est, dit-on souvent, le magazine d'information le plus prestigieux du monde occidental ; cela permet de suggérer en même temps « voici une opinion que l'on saurait rejeter de suite » tout simplement parce que le célèbre magazine londonien a une formidable réputation dans les milieux économiques et politiques. Citer Leszek Balcerowicz, c'est jouer avec l'opinion d'un individu qui est particulièrement bien informé puisqu'il a occupé, entre autres postes, celui de ministre des Finances et qu'il est présentement président de la Banque centrale polonaise.

51Une dernière remarque pour compléter notre survol de l'approche polyphonique. Celle-ci suppose la capacité du destinataire à distinguer les procédés argumentatifs et les procédés rhétoriques de modulation. Cela signifie qu'il est habitué à ce que ces jeux existent et qu'il a la compétence pour en détecter, ce qui, bien évidemment, ne veut pas dire qu'il n'y a jamais de cas de hiatus ni de contestation.

Plus avant sur notre proposition

52Nous partons du programme polyphonique qui nous a éloigné considérablement de la représentation classique de l'appel à l'autorité par un recadrage du côté de l'analyse de la conversation et par son idée d'effet rhétorique de modulation. Nous entendons toutefois nous déplacer vers une conception plus interactionniste de la conversation ; nous soumettons qu'il arrive que le locuteur introduise dans l'appareil de paramétrisation de P une référence à l'autorité dont la fonction n'est pas la modulation de P mais de chercher à induire, en tant qu'indice, un effet concernant l'interaction au sein de laquelle P prend place. Autrement dit, les enjeux que peut concevoir le locuteur ne se limitent pas au cas de l'impact d'une contestation de P.

53Lorsque nous discutons, c'est une banalité que de le dire, nous nous contentons rarement de décrire le monde. Nous interagissons certes avec divers moyens de communication, mais nous sommes mus par des finalités que l'on qualifiera approximativement de finalités sociopsychologiques, comme faire plaisir à des amis, convaincre notre supérieur que notre proposition est astucieuse, encourager un collègue hésitant ou encore ne pas reconnaître de responsabilité directement sur les actions terroristes du Hamas (Bromberg et Trognon, 2000).

54Dans la palette des moyens de communication à la disposition d'un locuteur-acteur figurent les actes de langage dont les actes assertifs. Telle madame Kowalska, qui travaille pour un concessionnaire de voitures japonaises et qui veut vous vendre une voiture, vous offrira un thé, vous proposera de vous asseoir dans divers modèles et vous décrira forcément les modèles :

  • formulation 13 : « Malgré sa faible consommation, ce moteur a une grande capacité d'accélération, ce qui est pratique pour monter sur une autoroute. »

55Yasser Arafat a dit au journaliste de La Presse :

  • formulation 14 : « Le Hamas est un produit d'Israël, il a été établi par les Israéliens à l'époque, soit en 1988, pour faire concurrence à l'Organisation de libération de la Palestine (OLP). »

56Non seulement les actes assertifs ne sont-ils pas indépendants de l'action en situation, mais ils participent aussi à sa construction. Partant de là, nous reprenons cette idée vue plus haut d'un jeu bidirectionnel avec les inférences du destinataire que le locuteur-acteur anticipe et tente d'orienter, souvent sur le mode indiciel. Les processus spontanés d'inférence viennent de la rencontre intersubjective d'individus qui sont autant d'entités socio-cognitivo-psychologiques à la fois capables de mind reading et d'anticipation d'inférences (Charaudeau, 1995 ; Bromberg, 2004). Seulement, et c'est là notre proposition, les processus indiciels vont au-delà de P et de sa paramétrisation.

57Nous soumettons plus spécifiquement qu'un locuteur quelque peu expérimenté peut faire sur un mode indiciel des références à l'autorité (des jeux de voix où l'on joue sur l'asymétrie des statuts) pour tenter d'influer sur des processus inférentiels cruciaux qu'il anticipe chez le destinataire. Ces processus concernent un enjeu important en situation d'interaction ouverte (Ghiglione et Trognon, 1993 ; Trognon, Musiol et Kostulski, 1999). Pour développer cette proposition, nous allons considérer trois types d'enjeux :

  • le coût d'une interaction pour la personne qui est sollicitée ;

  • l'interprétation des intentions d'action du locuteur par le destinataire ;

  • l'interprétation des intentions de communication du locuteur par le destinataire.

Premier enjeu : gérer le problème des coûts d'interaction

58Il s'agit d'un cas où le locuteur utilise la référence à l'autorité pour solliciter une interaction. En termes plus précis, on dira que le locuteur introduit dans le dispositif jouxté à P une référence à l'autorité afin de conférer à ce qu'il ostente une charge de pertinence suffisante pour solliciter efficacement l'interaction. Nous partons du principe selon lequel toute proposition d'interactions venant d'un inconnu est estimée par le destinataire en termes de coûts (effort, énergie et de temps) et de risque. Étant donné la récurrence de ce cas de figure, un locuteur peut mobiliser des indices — que l'on peut qualifier d'indices d'invitation — pour tenter d'orienter dans l'esprit du destinataire les processus inférentiels relatifs à l'évaluation des coûts et des bénéfices à court terme. Un acteur peut aussi modifier la configuration de la situation en se plaçant d'entrée de jeu en position d'obligation par un geste de don et ainsi manipuler la norme de réciprocité, ce que font les démarcheurs lorsqu'ils nous offrent une petite documentation (Joule et Beauvois, 2002 : 97 sqq.).

59Reprenons une autre fois l'exemple du journaliste et du fonctionnaire en le modifiant encore un peu plus. Lors d'une réception officielle, A, qui est journaliste à la section économique au journal The Citizen d'Ottawa, veut obtenir un entretien avec tel haut fonctionnaire polonais de passage dont il semble manifeste par ailleurs qu'il aspire à se retirer dudit cocktail. Le journaliste aurait bien besoin d'une ou deux « histoires » pour l'édition du week-end et une entrevue un peu substantielle sur l'état de l'économie polonaise dans le contexte de l'entrée dans la CEE ferait tout à fait son affaire. Dans une telle situation, l'appel à l'autorité peut servir d'indice d'invitation. Voici donc que notre journaliste, après un bref échange d'aménités, énonce (15) ou (16) :

  • formulation 15 : « selon une enquête du quotidien de Varsovie Rzeczpospolita, l'économie de la Pologne se porte moins bien depuis deux ans… »

  • formulation 16 : « Leszek Balcerowicz déclarait récemment, au New York Times je crois, que l'économie de la Pologne se porte moins bien depuis deux ans. »

  • 6  Rzeczpospolita est à peu près l'équivalent du Globe and Mail canadien.
  • 7  Leszek Balcerowicz fut aussi le leader du parti libéral Unia Wolnosci avant d'être nommé président (...)

60Nous avons ici un journaliste qui veut et doit se poser en interlocuteur au sens fort. En faisant référence au grand quotidien Rzeczpospolita6 ou aux opinions de Leszek Balcerowicz (qui fut le premier ministre des Finances de la Pologne postcommuniste7), il cherche à indiquer à son interlocuteur qu'il s'y connaît passablement ou qu'il s'est sérieusement documenté.

61Examinons d'un peu plus près l'enjeu. En reprenant avec un peu de liberté la problématisation de Sperber et Wilson (1989), nous dirons que le locuteur inclut une référence à l'autorité dans le dispositif indiciel jouxté à P afin de lui conférer une charge de pertinence suffisante pour solliciter efficacement une décision d'allocation. Car cette décision est lourde d'implications pour le destinataire/interlocuteur. Celui-ci doit décider d'accorder ou non l'entrevue, ce qui est une allocation de temps et d'énergie ; advenant une décision positive, il doit en outre décider soit de s'en tenir à des généralités, soit d'aller au-delà, ce qui, derechef, commande une dépense de ressources cognitives. Qui plus est, le destinataire doit envisager le risque de trop parler et celui d'être mal interprété. Un journaliste chevronné sait tout cela et aura forcément développé tout un répertoire de manières discrètes et subtiles de se mettre en scène et de créer une invitation efficace.

Second enjeu : construire un acte au moyen d'indices

62Il s'agit cette fois d'un cas où la référence à l'autorité sert d'indice permettant la co-construction du sens général de l'interaction en orientant les processus inférentiels de reconnaissance d'intention. Nous partons cette fois du principe, classique depuis George Herbert Mead (1962 : 77) et repris par l'école de Palo Alto, selon lequel les co-acteurs cherchent, pour interagir, à se doter d'une compréhension des finalités d'ensemble d'autrui, soit pour s'ajuster, soit pour réagir autant que possible de manière idoine. Il existe certes d'innombrables cas où les finalités d'action du locuteur sont limpides. Par exemple, lorsque vous déposez vos livres au comptoir du prêt à la bibliothèque de l'université, l'énoncé perlocutoire « votre carte d'usager, s.v.p. » qui suit votre geste procède d'un scénario connu de tous les utilisateurs (Schank et Abelson, 1977), lequel scénario est lui-même associé au rôle de préposé du prêt. Il est cependant de nombreux cas aussi où l'intention n'est pas du tout donnée, ou bien parce que l'action est relativement inusitée, ou bien parce que le destinataire peut difficilement choisir entre diverses voies d'interprétation (Kerbrat-Orecchioni, 1987). L'acteur qui prend l'initiative de l'interaction n'a alors pas le choix que de donner une quantité suffisante d'indications pour rendre explicite une certaine intention et dissiper les ambiguïtés les plus prévisibles. Il peut le faire de manière directe ou de manière indirecte par usage d'indices. Imaginez que, par exemple, vous marchiez lentement dans le voisinage et regardiez par-dessus les clôtures. Au regard vaguement suspicieux d'un passant vous pourrez lancer :

  • formulation 17 : « Louis ! Où es-tu ? Il est temps de manger ! »

63Ajoutez à cela :

  • formulation 18 : « Ça fait trois fois que je t'appelle, Louis ! Ça suffit ! Viens ! »

64Le passant aura sûrement reconnu votre intention d'action et, comme il a autre chose à faire que de vous observer, il continuera son chemin et ne mettra pas en doute votre sincérité. S'il a de jeunes enfants, il pourrait même y aller d'un « ils sont tous pareils ».

65Voici maintenant un cas où la référence à l'autorité sert d'indice de ce type. Au moment du réveillon de Noël, Alain donne à Laurence, sa belle-sœur, un enregistrement CD du célèbre Concerto pour orchestre de Bela Bartok et ajoute ceci :

  • formulation 19 : « Selon le critique du New York Times, c'est la version enregistrée la plus fidèle à la partition. »

66Décomposons la situation qui comporte les cinq éléments suivants : (1) Alain n'a vraiment aucun intérêt pour la musique dite sérieuse (il n'a d'oreille que pour les groupes du type Radiohead) ; (2) Laurence a une affection soutenue pour la musique classique de Russie et d'Europe centrale ; (3) Alain et Laurence connaissent très bien leurs préférences musicales respectives ; (4) il est connu dans toute la famille qu'Alain a l'habitude de faire ses achats de cadeaux en quelques heures le 22 ou le 23 décembre et sans trop y mettre de soin ; (5) Laurence a rendu un grand service à Alain dans une démarche professionnelle récente. Dans un cas comme celui-là, il n'y a rien d'incongru de penser que la référence à l'autorité ne sert nullement à soutenir l'assertion « cette version est la plus fidèle à la partition ». Il est su par les deux interlocuteurs qu'Alain n'a aucune capacité de juger P ni de procéder à une délégation de confiance sérieuse, fût-ce le critique du New York Times. La référence à l'autorité sert plutôt de marqueur d'intention d'action : le beau-frère utilise ce procédé simple pour indiquer discrètement à sa belle-sœur qu'il a, cette année, soigné son choix de cadeau, et ce, pour un motif connu des deux.

67La reconnaissance psychologique de l'intention de faire particulièrement plaisir (plus qu'à l'habitude) est rendue possible par le traitement inférentiel de l'acte assertif. La référence à l'autorité qui s'y trouve jouxtée n'est peut-être pas absolument nécessaire à la reconnaissance de l'intention, mais elle a une fonction d'aiguillage (Bromberg, 2004).

Troisième enjeu : l'intention de communication

68Il s'agit cette fois d'un cas où la référence à l'autorité sert d'indice relatif à l'intention de communication. Cet indice doit permettre la formulation par le destinataire d'une hypothèse concernant l'intention de communication distinguée de l'intention d'action. Considérez le cas de notre vendeuse de voitures, madame Kowalska : autant l'intention de l'action vous paraîtra-t-elle limpide en vous assoyant dans son bureau (on le sait d'entrée de jeu : elle est là pour vendre), autant la reconstitution de l'intention de communication peut être problématique. Est-elle sincère ou tentera-t-elle une manipulation psychologique ? Ou encore : procédera-t-elle à un exercice de dissimulation et de duperie ? Dans un cas de vente comme celui-là, nous sommes souvent sur nos gardes ; toutefois, un locuteur-vendeur minimalement expérimenté anticipera de telles interrogations. Il ou elle pourra avoir recours à une foule d'indices environnementaux (mettre en évidence quelques photos des enfants), vestimentaires (des vêtements ostentatoirement de qualité mais classiques, nullement extravagants), non verbaux (regarder dans les yeux) et verbaux (parler furtivement des parents âgés dont on s'occupe). Ces indices combinés en un petit dispositif suggèrent la respectabilité et l'honnêteté afin d'induire une interprétation favorable des intentions globales de communication. Nous soumettons ici que la référence à l'autorité peut servir à orienter le processus de production d'hypothèse.

69Un cas simple et bien connu consiste à susciter la sympathie et la confiance par des marqueurs de similitudes avec le destinataire. Les acteurs politiques font régulièrement cet usage de la référence à l'autorité. L'ancien premier ministre du Québec Lucien Bouchard, on s'en souvient peut-être, n'avait de cesse de citer René Lévesque, cofondateur du Parti québécois et premier chef d'un gouvernement indépendantiste, sur le mode de l'épinglage (« comme le disait Monsieur Lévesque… ») dans le but probable de réitérer (par petites touches) à sa base militante son adhésion au projet souverainiste bien qu'il fût (dans un passé nullement ancien) ministre fédéral d'un gouvernement conservateur sous la direction de Brian Mulroney. Les leaders socialistes français ont souvent fait des références du même type à l'œuvre de feu François Mitterand. Dans un cas comme celui-là, le jeu avec l'autorité est minimaliste.

70L'on peut aussi tenter de déjouer une objection du genre « bien sûr qu'Untel parle ainsi car il est totalement dans son intérêt de dire ça !» ou « il ne peut dire que ça ! ». C'est ce qui nous semble se passer dans la réplique du président Arafat présentée en ouverture. Le locuteur peut essayer de désamorcer un microraisonnement comme celui-là en opposant un contre-raisonnement offrant la même structure : il fait intervenir des voix qui, de prime abord, devraient avoir intérêt à tenir l'opinion P et qui, en fait, se trouvent à tenir l'opinion contraire. L'asymétrie des statuts tient alors au fait que l'individu cité « ose » aller à l'encontre de ce qu'il « devrait naturellement » dire ou penser.

71Voici un autre exemple de ce cas de figure. Il est tiré d'un débat électoral télévisé de chefs politiques canadiens, soit le débat en français de 1988. On se souvient que la proposition d'Accord de libre-échange nord-américain (ALENA) constituait l'objet de discussion premier de l'élection fédérale de 1988. On se souviendra aussi qu'au cours de cette période s'était opérée une polarisation de l'opinion (le projet a suscité en gros deux types de positions, les tenants enthousiastes et les opposants féroces) et que la polémique a, comme il arrive souvent, surtout portés sur les conséquences dudit accord. Bien entendu, le premier ministre conservateur du temps, Brian Mulroney, se fit un ardent promoteur de l'ALENA.

72C'est pourquoi, au cours des deux débats télévisés de la campagne, les intentions de communication du premier ministre Mulroney posaient l'enjeu dès lors qu'il était question des conséquences de l'accord. M. Mulroney a multiplié, tant dans le débat en anglais que lors du débat en français, les références idéologiquement discordantes. Voici un extrait du débat français. Brian Mulroney est appelé à justifier la teneur d'une étude du Conseil économique du Canada au sujet des conséquences prévisibles de l'accord pour ce qui concerne l'intervention de l'État dans l'économie :

[Le Conseil économique du Canada], c'est un conseil indépendant, qui représente toutes les couches de la société, présidé par madame Judith Maxwell. Le Conseil a émis un rapport, je pense objectif, sur, justement, cette question des subventions, des programmes sociaux, etc. Elle mentionne qu'il n'y a rien dans l'Accord de nature à mettre une interprétation, celle que vous venez de donner.

73Dans la foulée, il ajoute :

D'ailleurs, Bernard Landry qui était ministre dans le gouvernement du Parti québécois au Québec, qui est quand même un artisan d'un grand nombre de programmes sociaux, affirme exactement la même chose.

74Que vient faire ici la référence à l'autorité de Bernard Landry ? On doit d'abord préciser aux lecteurs la répétition du procédé. Mulroney et ses conseillers ont, au cours des deux débats, mis en place un dispositif à plusieurs voix indiquant que le gouvernement ne parlait pas seul et qu'il avait avec lui de multiples voix normalement discordantes. L'effet agrégé n'est toutefois possible que par le jeu avec l'autorité de ces autres voix qui « peuvent davantage parler ». À cet égard, la référence à Landry est significative. En 1988, M. Landry était un ministre de longue date du Parti québécois. Son option indépendantiste ne faisait aucun doute et il était en général perçu comme un politicien social-démocrate. Il était au surplus professeur de sciences administratives à l'Université du Québec à Montréal. Nous soumettons que la référence, sur un mode allusif, aux opinions de M. Landry est bien trop maigre du point de vue informationnel pour véritablement se porter sur le contenu de P (à savoir que le rapport du Conseil économique du Canada est valable) ; il tente plutôt d'induire des raisonnements spontanés comme ceux qui suivent (Anscombre, 1995 : 38-39) :

  • Landry est nationaliste et aime le Québec. En raison de son choix idéologique, il s'intéresse forcément aux intérêts du Québec. S'il souscrit à un projet qui, en apparence, va dans une autre direction que celle de son option de base et qu'il entrevoit des conséquences favorables au projet, ce n'est sûrement pas à la légère ;

  • Landry est social-démocrate et assez à gauche. Il est forcément soucieux des intérêts des « gens ordinaires » du fait de son option idéologique. S'il souscrit au projet de libéralisation des échanges, ce n'est pas à la légère.

75Nous soumettons que la référence à Landry procède d'une finalité qui relève d'abord de la maîtrise des interprétations du destinataire des intentions de communication.

Conclusion

76Nous croyons avoir mené à bien les tâches que nous nous étions assignées. Il s'agissait, redisons-le, de situer notre proposition, d'en expliciter les fondements théoriques et d'en faire valoir la plausibilité générale au moyen d'exemples banals comme il est en général de mise en pragmatique. Ces exemples ont permis :

  1. de révéler le caractère opérationnel de la définition de l'appel à l'autorité (l'asymétrie des voix est au cœur des processus décrits) ;

  2. de faire valoir la plausibilité de notre proposition générale ;

  3. de donner à penser qu'il n'est nullement question de mettre en scène un locuteur-acteur improbable qui surinvestirait la réflexivité et la discursivité au détriment de l'action ou, encore, qui serait constamment capable de prouesses stratégiques. Le travail ne fait évidemment que commencer. Le présent exposé ne nous aura pas permis d'explorer en profondeur le répertoire des possibilités que permet la référence à l'autorité. Dès à présent, plusieurs autres cas de figure nous viennent à l'esprit, notamment sur le terrain des interactions politiques.

77Notons cependant que notre exploration a bien fait voir le tour qu'a pris la pragmatique (surtout francophone) : si elle fait de la réussite des actes de langage (c'est-à-dire la reconnaissance des intentions énonciatrices) une condition généralement nécessaire à l'interaction, il reste qu'elle n'est pas plus enferrée dans une logique purement conventionnaliste. La pragmatique actuelle fait de l'inférence le moyen conceptuel pour concilier le principe selon lequel toute interaction est une coopération symbolique et le fait que l'action quotidienne procède d'une immense variété de finalités, dont la compétition ou le désir de vaincre (Chilton, 2004 : 18-29). La réplique de Yasser Arafat au journaliste de La Presse commandait, pour être d'une certaine efficacité tactique, que l'intention rhétorique et non véridictive de la référence à l'autorité des leaders israéliens fût reconnue par le destinataire ; il n'en demeure pas moins que l'on ne comprend pas guère ce que le président de l'Autorité palestinienne a cherché à faire avec ses moyens rhétoriques sans considérer les enjeux énormes d'action qui se posaient à lui.

Haut de page

Bibliographie

AGNOLETTI, M.-F. (1999), « Effet de la force illocutoire et du premier tour de parole dans la réalisation d'un script interlocutoire », Revue internationale de psychologie sociale, 12, p. 79-95.

AGNOLETTI, M.-F (2003), « Variation écoculturelle dans la production d'un script interlocutoire lors d'une première rencontre », Revue canadienne des sciences du comportement, 35(3), p. 185-196.

ANSCOMBRE, J.-C. (dir.) (1995), Théorie des topoï, Paris, Kimé.

ANSCOMBRE, J.-C. (1995a), « De l'argumentation dans la langue à la théorie des topoï » dans Jean-Claude ANSCOMBRE (dir.), Théorie des topoï, Paris, Kimé, p. 11-47.

ANSCOMBRE, J.-C. (1995b), « La nature des topoï », dans Jean-Claude ANSCOMBRE (dir.), Théorie des topoï, Paris, Kimé, p. 49-75.

ANSCOMBRE, J.-C. (1995c), « Théorie des topoï », Hermès, no 15, p. 185-198.

BENTHAM, J. (1824/1954), The Books of Fallacies, Baltimore, John Hopkins University Press.

BLAIR, J.-A., et R.-H. JOHNSON (1983), Logical Self-Defense, Toronto, McGraw-Hill.

BOUGNOUX, D. (2001), « Les sciences du langage et de la communication », dans J.-M. BERTHELOT (dir.), Épistémologie des sciences sociales, Paris, Presses universitaires de France.

BRETON, P. (1996), L'argumentation dans la communication, Paris, La Découverte.

BROMBERG, M. (2004), « Contrat de communication et co-construction de sens », dans M. BROMBERG et A. TROGNON, Psychologie sociale et communication, Paris, Dunod, p. 95-108.

BROMBERG, M., et A. TROGNON (2004), Psychologie sociale et communication, Paris, Dunod.

BUFFON, B. (2002), La parole persuasive, Paris, Presses universitaires de France.

CHARAUDEAU, P. (2004), « Le contrat de communication dans une perspective langagière : contraintes psychosociales et contraintes langagières », dans M. BROMBERG. et A. TROGNON, Psychologie sociale et communication, Paris, Dunod, p. 109-120.

CHILTON, Paul (2004), Analysing Political Discourses, Londres, Routledge.

DÉRY, R. (1990), « De l'information à l'argumentation », dans J.-F. CHANLAT (dir.), L'individu dans l'organisation, Québec, Presses de l'Université Laval, p. 101-115.

DUCROT, O. (1980), Les échelles argumentatives, Paris, Minuit.

DUCROT, O. (1984), Le dire et le dit, Paris, Minuit.

DUCROT, O., et J.-C. ANSCOMBRE (1983), L'argumentation dans la langue, Bruxelles, Mardaga, Bruxelles.

ENGEL, M. (1980), With Good Reason : An Introduction to Informal Logic, New York, St.Martin's Press.

GARCIA NEGRONI, M. M. (1995), « Scalarité et réinterprétation : les modificateurs surréalisants », dans Jean-Claude ANSCOMBRE (dir.) Théorie des topoï, Paris, Kimé, p. 101-144.

GHIGLIONE, R. (dir.) (1989), Je vous ai compris ou l'analyse de discours politique, Paris, Armand Colin.

GHIGLIONE, R. (1995), « Opérateurs argumentatifs et stratégies langagières », Hermès, no 15, p. 227-243.

GHIGLIONE, R., et A. TROGNON (1993), Où va la pragmatique ?, Grenoble, Presses de l'Université de Grenoble.

HABERMAS, J. (2001), Vérité et justification, Paris, NRF-Gallimard.

JOULE, R.-V., et J.-L. BEAUVOIS (2002), Petit traité de manipulation à l'usage des honnêtes gens, Grenoble, Presses de l'Université de Grenoble.

KAHANE, H. (1988), Logic and Contemporary Rhetorics. The Use of Reason in Everyday Life, 5e éd., Belmont, Wadsworth.

KERBRAT-ORECCHIONI, C. (1988), « La notion de “place” interactionnelle ou les taxèmes qu'est-ce que c'est ça ? », dans J. COSNIER et C. KERBRAT-ORECCHIONI (dir.), Échanges sur la conversation, Paris, Éd. du CNRS, p. 185-198.

MARTEL, G. (dir.) (2000), Autour de l'argumentation, Québec, Nota bene.

MARTEL, G. (2000a), « Vers un modèle fonctionnel d'analyse du discours argumentatif », dans G. MARTEL (dir.), Autour de l'argumentation, Québec, Nota bene, p. 155-176.

MARTEL, M. (1983), Political Campaign Debates, New York, Longman.

MEAD, George Herbert (1937/1962), Mind, Self and Society, Chicago, University of Chicago Press.

MEY, J. L. (1993), Pragmatics, Oxford, Blackwell.

MOESCHLER, J. (1996), Théorie pragmatique et pragmatique conversationnelle, Paris, Armand Colin.

MOESCHLER, J., et A. REBOUL (1998), La pragmatique aujourd'hui, Paris, Seuil.

MUCCHIELLI, A. (2000), L'art d'influencer, Paris, Armand Colin.

NEL, N. (1990), Le débat télévisé, Paris, Armand Colin.

NØLKE, Henning (1994), « La dilution linguistique des responsabilités », Langue française, 102, p. 84-94.

PERELMAN, C., et L. OLBRECHTS-TYTECA, (1970), Traité de l'argumentation, Bruxelles, Éd. de l'Institut de sociologie de l'Université libre de Bruxelles.

PERRIN, L. (2000), « L'argument d'autorité comme forme de modalité allusive dans la conversation », dans G. MARTEL (dir.), Autour de l'argumentation, Québec, Nota bene, p. 81-106.

PLANTIN, C. (1996), L'argumentation, Paris, Seuil.

RIEKE, R.-D., et M.-O. SILLARS (1984), Argumentation and the Decision Making Process, Glenview, Scott, Foreman.

SALMON, W. (1973), Logic, Englewood Cliffs, Prentice-Hall.

SCHANK, R.C., et R. P. ABELSON (1977), Scripts, Plans Goals and Understanding, Hillsdale, Erlbaum.

SEARLE, J. R. (1969), Speech Acts, Cambridge, Cambridge University Press.

SEARLE, J. R. (1995), The Construction of Social Reality, New York, Free Press.

SHOEMAKER, P. J., et S. D. REESE (1991), Mediating the Message, New York, Longman.

TROGNON, A., M. MUSIOL et K. KOSTULSKI (1999), « Une théorie de la conversation est-elle possible ? », Verbum, XXI(2), p. 378-384.

TOULMIN, S. E. (1958), The Uses of Argument, Cambridge, Cambridge University Press.

VANDERVEKEN, D. (1992), « On the unification of speech act theory and formal semantics », dans P.-R COHEN, J. MORGAN et M.-E. POLLACK (dir.), Intentions in Communication, Cambridge, MIT University Press, p. 195-220.

WALTON, D. (1987), Informal Fallacies : Towards a Theory of Argument Criticism, Amsterdam, John Benjamins.

WALTON, D. (1989), Informal Logic : A Handbook for Critical Argumentation, Cambridge, Cambridge University Press.

WALTON, D. (1997), Appeal to Expert Opinion, University Park, Pennsylvania University Press.

WILLARD, C. (1989), A Theory of Argumentation, Tuscaloosa, University of Alabama.

WILSON, D., et D. SPERBER (1988), La pertinence, Paris, Minuit.

WILSON, D., et D. SPERBER (2002), « Truthfulness and relevance », Mind, 111(443), p. 583-632.

WOODS, J., et D. WALTON (1974), « Argumentation ad Vericundiam », Philosophy and Rhetoric, no 7, p. 135-153.

WOODS, J., et D. WALTON (1992), Critique de l'argumentation : logiques des sophismes ordinaires, Paris, Kimé.

Textes Internet

MOESCHLER, J. (texte Internet no 1), La pragmatique après Grice : contexte et pertinence, [En ligne], http://www.unige.ch./lettres/linge/moeschler/jacques/html

MOESCHLER, J. (texte Internet no 2), Pertinence et conversation, [En ligne], http://www.unige.ch./lettres/linge/moeschler/jacques/html

NØLKE, H., « La polyphonie : analyses linguistiques et littéraires », La Tribune (Bergen), 1999, no 9, [En ligne], http://www.hum.au.dk/romansk/romhn/tribune/htm

NORÉN, C., L'argumentation par autorité dans les répliques de Madame Bovary, [En ligne], http://www.hum.au.dk/romansk/romhn/tribune/htm

REBOUL, A., Pragmatique et cognition : la présupposition, [En ligne], http://isc.cnrs.fr/reb/pressupp.htm

Haut de page

Notes

1  La Presse, 10 août 2002 : A7

2  Il peut s'agir aussi d'un expédient cognitif : A prend pour acquis que B s'y entend plus en telle matière et accepte d'emblée son avis parce que ça le dégage d'une opération de traitement.

3  Par exemple, un individu A dit à un nouveau collègue B que « la cantine ferme à 15 h 30 ». A sait qu'il peut légitimement asserter une telle chose et B se fiera tout naturellement à A (c'est le genre de choses que tout employé régulier sait). Le destinataire complète donc ce qui est ostenté et, pour le sens de l'énoncé, se dit intuitivement qu'il y a là un acte assertif dont le contenu prétend être vrai. De part et d'autre, on éprouve une impression de coopération complète.

4  L'actuel premier ministre du Canada et ancien ministre des Finances.

5  Mais bien sûr, cette assertion pourrait être modulée de diverses manières et ainsi atténuée. Par exemple : « selon le dernier rapport de police qui m'a été soumis, le nombre de victimes est de… ». La présence des indications « dernier rapport » (au lieu de rapport final) et « de police » (au lieu de la police) conduit à une conclusion passablement différente sur la valeur de P (dont la teneur apparaît comme provisoire).

6  Rzeczpospolita est à peu près l'équivalent du Globe and Mail canadien.

7  Leszek Balcerowicz fut aussi le leader du parti libéral Unia Wolnosci avant d'être nommé président de la Banque nationale de Pologne (BNP).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Martin David-Blais et Christian R. Bellehumeur, « La référence à l'autorité dans la conversation », Communication, Vol. 24/1 | 2005, 150-176.

Référence électronique

Martin David-Blais et Christian R. Bellehumeur, « La référence à l'autorité dans la conversation », Communication [En ligne], Vol. 24/1 | 2005, mis en ligne le 14 août 2012, consulté le 24 avril 2017. URL : http://communication.revues.org/3291 ; DOI : 10.4000/communication.3291

Haut de page

Auteurs

Martin David-Blais

Martin David-Blais est professeur de communication à l'Université Saint-Paul, Ottawa. Courriel : mblais@ustpaul.ca

Articles du même auteur

Christian R. Bellehumeur

Christian R. Bellehumeur est étudiant au doctorat en spychologie sociale à l'Université d'Ottawa.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org