Navigation – Plan du site
Articles

Les significations majeures du mot « éthique » dans les journaux québécois

Alain Létourneau
p. 177-208

Résumés

Le but de cette recherche vise à déterminer les sens du mot « éthique » parus dans un échantillon de titres et de sous-titres publiés dans trois quotidiens québécois de langue française de 2000 à 2003. L’auteur se questionne sur les espaces de communication à partir desquels un citoyen est susceptible de former son opinion. L’approche privilégie une analyse de contenu contextuelle, qui lie des éléments quantitatifs (statistique des occurrences, fluctuations annuelles) et des éléments qualitatifs (construction des catégories sur la base d’une préanalyse).

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Voir l'ouvrage important de P.-J. Brunet et M. David-Blais (2004). Alors que P.-J. Brunet probléma (...)

1Quels sens prend le mot « éthique » dans les médias, de manière générale ?1 Ces sens, une fois repérés et situés dans des usages itérés et identifiables, ne permettent-ils pas de mieux comprendre l'opinion publique, les attentes publiques en matière d'éthique, ou du moins de saisir à partir de quelles sources cette opinion se nourrit ? Nous présenterons ici les objectifs de nos recherches, l'approche méthodologique, les raisons du choix de notre corpus, les données et, pour terminer, nos commentaires sur les tendances du traitement du terme par la presse écrite et notre conclusion.

Le sens de la démarche

  • 2  Voir à ce sujet Létourneau (2003). Sur la distinction d'éthique et morale, reportons-nous aux dist (...)
  • 3  Nous rejoignons ainsi ce que Gauthier (1991) appelait déjà une éthique descriptive. Voir aussi Lét (...)
  • 4  Sans nous y restreindre, nous reconnaissons la valeur du courant de recherches d'agenda setting en (...)
  • 5  Voir Signorielli et Morgan (1990), même si nous pouvons nuancer le mainstreaming par le recours au (...)
  • 6  Sur la notion de cadre, voir bien sûr Goffman (1974), mais aussi Schön et Rein (1994).

2L'éthique peut sans doute être comprise comme une réflexion sur les fins visées par les personnes ou les groupes, quitte à articuler cette réflexion sur les valeurs et les normes (morales ou réglementaires) jugées appropriées par les personnes2. Nous cherchons à savoir quel est le sens de « l'éthique » effectivement véhiculé par les médias dans leur usage du terme. Nous passons ainsi du génitif subjectif au génitif objectif, si nous prenons au sérieux les usages sociaux du terme, dans toute leur richesse et leur fluidité3. Nous voulons considérer le rôle actif que jouent les médias dans la définition publique de ce qu'est l'éthique, qui ne sera certes pas celle du dictionnaire. Leurs usages seront sans doute multiples comme le sont tous les autres usages sociaux de ce terme et seront largement laissés à l'interprétation des lecteurs, des auditeurs et des téléspectateurs (Machor et Goldstein, 2001 ; Frow, 2001 ; Eco, 1979). Ainsi, savoir quels sens le terme « éthique » prend n'est pas indifférent si nous estimons que l'usage médiatique des mots renferme une certaine charge normative, dans la mesure où il fixe les thèmes de discussion4. Cette charge existe puisque les médias l'inscrivent dans l'air du temps et l'expriment tout à la fois. Ils structurent notre pensée en nous offrant non seulement des termes, mais aussi en nous suggérant des usages et des sens à notre compréhension5. Ils cadrent6 la question éthique de façon toujours contextualisée et jamais de façon formelle.

3Nous ne voulons pas occulter notre position de quelqu'un qui est confronté régulièrement au problème de la « réception » des discours en éthique dont les attentes à cet égard sont fortes et dont le sens n'est pas d'emblée évident. Au-delà des perceptions ou des idées préconçues que nous pouvons partager avec un public forcément limité, la question qui se pose est la suivante : quelle est la situation d'un plus large public eu égard à l'éthique ? Comment se situe-t-il dans la pratique ? Comment mieux cerner l'opinion publique à ce sujet ? Nous avons pour hypothèse que la presse écrite, bien qu'elle ne soit pas le seul, est l'un des lieux privilégiés pour découvrir ses fluctuations.

  • 7  Nous pouvons ici reprendre avec profit la métaphore du flux, développée entre autres dans Gitlin ( (...)
  • 8  On ne posera pas ici la question de savoir si les journalistes (et les organisations ou entreprise (...)

4La question éthique est d'avance habitée par une vie sociale qui précède les usages éventuellement critiques du mot « éthique ». Il s'avère que les journaux, documentés ou documentarisés, sont l'un des lieux intéressants pour étudier ce que nous nommons la « demande d'éthique » dans la société. Comme récepteurs, nous sommes toujours plus ou moins touchés par cette série de termes, d'images et de concepts qui sont communiqués par les médias, y compris sur cette question de l'éthique7. Et parmi ces médias, le journal livre à ses lecteurs des significations du terme « éthique », différentes mais peu distinguées entre elles, et qui sont reconnues par les utilisateurs comme des usages acceptables et valables avant toute discussion. Ce plan sémantique, à distinguer du plan pragmatique mais qui lui est intimement lié, passe inaperçu dans l'évidence même de ces usages. Le terme « éthique » intervient dans les médias pour y être pourvu d'un sens déterminé, qui est immanent à l'usage, le plus souvent non réfléchi et qui se comprend par le contexte. Nous voulons savoir quelles sont les balises principales ou majeures de ce sens usuel, avant toute justification théorique chez ses utilisateurs8.

5Il s'agit ici de traiter un segment de la production médiatique sur la question de l'« éthique », en travaillant sur des productions concrètes et un corpus délimité. Nous voulons savoir comment, dans la presse écrite, les textes comprennent-ils, ou du moins utilisent-ils, eu égard à leur public, le mot « éthique » ? Quel(s) sens donne-t-on à ce mot ? S'agit-il d'usage avec un ou des sens principaux, et quels sont-ils ? Quelle est l'importance pratique de ces sens et pouvons-nous la documenter quantitativement ?

  • 9  Nous nous situons bien sûr dans la foulée des critiques de l'opinion publique, qui ont montré comb (...)
  • 10  Voir Milner (2004 : 156). Il nous explique toutefois, données à l'appui, que les lecteurs adultes (...)
  • 11  Faut-il le préciser, la notion de lieu est centrale en théorie de l'argumentation, depuis les Topi (...)

6Le présent travail s'insère dans une interrogation que nous menons depuis quelques années sur la construction et les caractéristiques évolutives de l'opinion publique ; rappelons ici quelques grandes lignes d'une théorie critique de l'opinion publique9. L'opinion publique n'est pas un tout cohérent, mais plutôt un ensemble épars et disparate d'éléments soutenus par des personnes, des groupes ou des organisations. Il s'agit d'une série d'opinions éclatées, sans substrat commun, en évolution et en déplacement. Les opinions sont plus ou moins réfléchies par leurs émetteurs, et il ne faut surtout pas transformer les résultats sur lesquels nous travaillons ici en autant d'opinions ou en expression de « l'opinion publique » ! D'autant que nous savons bien que la majorité des gens ne puisent pas dans la presse écrite le principal de leurs informations : il ne saurait être question de prendre ce qui s'exprime dans la presse comme un reflet exact de « l'état de l'opinion10 ». Nous nous situons en deçà d'une telle reconstruction, estimant seulement que la presse est l'un des lieux privilégiés de l'expression de l'opinion réfléchie. Le public en général, comme les journalistes et les lecteurs qui publient leur opinion dans la page éditoriale, ne partagent pas les mêmes rythmes de vie. L'opinion des personnes est portée par les langues, les valeurs, les idéologies, les croyances et les cultures qui composent les courants historiques et culturels de fond. Il n'en demeure pas moins que les contenus des médias ne peuvent pas être indifférents, non pas à la question de savoir ce qu'est l'opinion publique, mais bien à celle de savoir à partir de quoi pouvons-nous, comme récepteur et comme agent, former notre opinion individuelle. Enquêter donc sur les usages médiatiques du mot « éthique », c'est chercher à établir à partir de quels « lieux » notre opinion comme citoyen est susceptible de se former11.

  • 12  Breton et Proulx (2002 : 243) soulignent aussi l'autorité conservée des médias.

7Parmi les institutions qui contribuent à construire et à modifier continûment l'opinion des personnes, des groupes et du public en général, les médias jouent un rôle clé à cet effet étant donné qu'ils leur fournissent un accès important aux sources de nouvelles, travail qui est également relayé et réverbéré par la rumeur publique. Sans compter que les médias se font écho les uns aux autres : la nouvelle diffusée au point A est relayée aux points B ou C, en passant des médias écrits aux médias électroniques et informatiques. Selon notre hypothèse, et malgré la baisse de ses chiffres de circulation depuis plusieurs années, la presse écrite joue un rôle clé dans ce processus, car elle permet une expression plus détaillée des opinions et sert également de « source » et de point de référence aux autres médias, ainsi qu'aux décideurs. D'ailleurs, les médias écrits ont aussi leur tribune sur Internet, ce qui facilite leur accessibilité12.

8Comme élément clé de l'opinion, le mot « éthique » n'échappe pas à ce phénomène de diffusion et de réverbération médiatique pas plus d'ailleurs que les autres termes du langage. Il est « parlé » et mis en scène d'une certaine manière qui, pour être multiple et diversifiée, n'en est pas moins descriptible.

Méthode et procédure

  • 13  Voir Muchielli (1996 : 38-40), en référence à l'exemple d'Authier.

9Nous menons ici une analyse de contenu quantitative, portant sur une période historique rapprochée, mais en prenant en compte plusieurs aspects qualitatifs13. Nous avons classé notre corpus en utilisant une grille catégorielle de type herméneutique que nous avions élaborée dans le cadre d'une préanalyse, en fonction des contextes d'usage des termes et des expressions. Par la suite, nous avons noté, sur le plan du commentaire des corrélations et des correspondances entre les parties du corpus (Bardin, 2002 : 245  sqq).

  • 14  Parce qu'il n'est pas accessible à partir des moteurs de recherche usuels, le Journal de Montréal (...)

10Cette recherche sur l'occurrence du mot « éthique » dans les principaux journaux québécois a utilisé le moteur de recherche Biblio Branchée. Nous avons cherché des articles qui contenaient ce mot dans leurs titres ou sous-titres. Nous avions d'abord retenu les quotidiens La Presse, Le Devoir, Le Soleil, Le Droit ainsi que l'hebdomadaire Voir et le magazine L'Actualité14. Ce dernier n'a livré aucun article pour les quatre années de la recherche et Voir n'a fourni qu'un nombre négligeable de textes (six en tout). Notre corpus est donc constitué de journaux quotidiens. Les textes de l'agence Presse Canadienne, qui n'ont pas été repris par l'un ou l'autre journal, ont été retirés du corpus.

11Une période de quatre années (de 2000 à 2003) nous est apparue intéressante en raison de la polémique durable soulevée en 2002 autour du conseiller à l'éthique du gouvernement fédéral. Au total, notre corpus comprend 342 articles avec une moyenne de 85 textes par année, en excluant les doublons du même texte, répartis assez uniformément sur les 52 semaines.

  • 15  Encore une fois, un bon exemple d'analyse spécifique d'un genre journalistique particulier se trou (...)

12Notons-le d'emblée : ce n'est pas la pratique des journalistes professionnels qui nous intéresse en tant que telle, mais bien l'analyse de ce qui est publié dans la presse. Dans les faits, il est clair que l'immense majorité de nos textes sont écrits par des journalistes. Toutefois, nous avons retenu aussi les écrits des lecteurs et des collaborateurs externes pour la simple raison que de telles tribunes d'opinion ont une importance aussi grande que les textes proprement journalistiques. Nous nous intéressons aux récurrences des positions de problèmes et de leurs cadrages et non aux caractéristiques des divers types de producteurs de messages. Pensons aux textes d'opinion dans la colonne des lecteurs ou dans les tribunes ouvertes aux experts de La Presse ou du Devoir, pour ne donner que ces exemples. Ces textes n'ont pas à priori moins d'autorité pour le lecteur que ceux des journalistes réguliers. Une autre recherche pourra interroger les caractéristiques spécifiques de divers types de productions, leur degré relatif d'autorité auprès de tel ou tel public, mais ici notre objet est la presse en tant qu'organe de formation possible des opinions individuelles15.

  • 16  Depuis Gadamer (1992, 1960), l'approche herméneutique a consisté à montrer comment les présupposés (...)

13L'étape de la préanalyse a consisté en une double lecture herméneutique16 effectuée par l'auteur et un doctorant, sur un échantillon du corpus. Elle a permis d'identifier six catégories de sens majeurs attribués au mot « éthique ». Les sens ont été déterminés par les associations récurrentes du mot « éthique » avec d'autres termes. C'est l'usage du terme et ce à quoi il est associé dans le texte — ses cooccurrences (Bardin, 2003 : 254-256) — qui permettent de dégager son sens, c'est-à-dire son groupement avec des syntagmes et la proximité d'autres opérateurs de sens pertinents sur le plan sémantique (Benveniste, 1974).

  • 17  C'est la distinction classique entre la quoddité et la quiddité, en allemand le dass et le was, br (...)

14Les sens que nous avons dégagés ne sont pas des définitions de ce qu'est l'éthique : ce sont des usages intelligibles de ce terme, pourvus de sens mais non précisés par une définition lexicale qui émanerait des auteurs des articles. Ce sont les « sens immédiats », non les sens réfléchis. C'est dire que l'analyse menée ici se situe sur le plan sémantique. Comme chercheurs, nous nous sommes demandé : parlant d'éthique, de quoi les gens parlent-ils ? Et non pas la question de la définition : comment les gens définissent-ils cette chose dont ils parlent ?17 Il s'est agi ensuite de classer les articles selon ces six catégories, et en même temps de vérifier la capacité qu'avaient les catégories de les classer effectivement de manière heuristique.

15Le fait que le mot paraisse au titre ou au sous-titre est un indicateur de son importance selon le point de vue des auteurs ou des responsables du titrage. Le libellé ne suffit évidemment pas pour identifier et regrouper chacun des articles selon ces six catégories. Pour cela, nous avons repéré l'usage que faisait l'article du terme « éthique » dans l'ensemble du texte afin de l'assigner dans une catégorie. Certains articles employaient ce terme de plusieurs façons, ce qui a donné lieu à une double classification : en termes d'occurrence majeure ou d'occurrence mineure selon que ce sens était dominant ou second. Alors que l'« occurrence majeure » renvoie à l'usage principal, l'occurrence mineure rend compte de ces usages moins importants, mais tout aussi explicites, dans le texte. Il est arrivé que des textes renfermaient de manière égale deux usages et deux sens différents du mot « éthique ». Nous avons simplement indiqué les deux usages comme des occurrences majeures. En outre, nous n'avons pas pris en compte les sens indirects des usages, car ceux-ci auraient eu pour conséquence notamment de gonfler considérablement le nombre de textes de la catégorie 1 (le sens comportementaliste), étant donné qu'indirectement l'éthique renvoie toujours de près ou de loin à un certain agir.

16Une fois que l'ensemble des textes ont été classés et l'exercice du classement contrôlé, nous avons pu ensuite effectuer un calcul des occurrences. Le contrôle correctif a fourni un taux d'écart d'occurrences majeures et mineures acceptables, dans la mesure où les écarts entre le premier classement et sa correction intervenaient de manière aléatoire autour d'une normale prévisible, de moins de 2,5 % en moyenne sur chaque groupe concerné.

  • 18  À ce sujet, voir Rieke et Sillars (2001 : 137-141). Ceci étant dit, pour penser l'élément statisti (...)

17Nous avons tenté d'éviter un usage purement rhétorique de la statistique : les nombres donnent un ordre de grandeur et permettent de compacter les données, ils ne renferment ni jugement critique, ni jugement de valeur, ni considération sur l'aspect qualitatif des données. Nous avons tâché d'éviter notamment ce que nous appelons le sophisme de la statistique partielle ou incomplète18. Il n'est ni nécessaire ni souhaitable d'inférer, à partir de données comme celles-ci, des « états mentaux » quelconques chez ceux et celles qui écrivent pour un journal qui, en tant qu'organisation, possède déjà une certaine idée des attentes de son public. La production d'un journal est, en soi, un phénomène complexe qui tient compte lui-même des attentes supposées du public.

18La présente recherche a quelques limites. Elle ne se déploie ni sur le plan rhétorique ni sur le plan pragmatique, mais sur le seul plan sémantique du texte. Elle n'analyse pas en profondeur le rôle des journalistes et elle ne prend pas en compte l'usage du sarcasme, du ridicule et des formules humoristiques dans le traitement de l'« éthique » des divers acteurs publics, bien qu'il s'agisse là d'une arme redoutable dans des plaidoyers à forte teneur polémique et rhétorique et qu'on retrouve assez souvent dans le contexte du sens comportementaliste (catégorie 1).

  • 19  Sur le recoupement des classes, voir Collingwood (1933). Voir aussi Sproule (1980) sur ce qu'il ap (...)

19Les six catégories représentent chacune un usage sémantique différent du mot « éthique », bien qu'il y ait parfois des recoupements. Qu'un tel recoupement existe ne devrait ni surprendre ni offusquer : dans la pratique, quand il y a plusieurs sens attribués à un même terme, ceux-ci se recoupent, ce qui fait d'ailleurs leur force et leur attraction. La notion d'éthique n'étant pas un objet empirique, le sens doit se comprendre forcément dans un contexte discursif et intersubjectif. Il s'agit forcément d'une notion complexe, dotée de plusieurs sens qui, bien que distincts, sont pourtant compatibles les uns avec les autres. Ils ne se retrouvent donc pas en situation de pouvoir mutuellement s'exclure. Certes, une règle de méthode connue veut que les catégories de classement soient exclusives (Laramée et Vallée, 1991 : 260). S'il fallait s'en tenir stricto sensu à cette règle, aucune analyse de contenu concernant le mot « éthique » ne serait possible. En effet, penser qu'un terme comme celui-là peut renfermer des sens tout à fait étanches les uns aux autres serait ignorer ce que le philosophe R. G. Collingwood a montré : les catégories philosophiques, dont forcément le mot éthique fait partie puisqu'il ne s'agit pas là d'un objet simple réductible à des descriptions « objectives », supposent ce qu'il appelle « an overlap of classes ». Ces classes ou catégories philosophiques ne sont pas étanches alors que, dans le cas d'un objet empirique, nous avons le choix entre voir ou ne pas voir l'objet en question — par exemple, voir ou ne pas voir une automobile. Cela ne veut pas dire que l'usage du sens dominant ne soit pas repérable. Qu'un objet soit classé comme une table ou une chaise se décide sur une base perceptuelle et catégorielle, mais une notion comme celle de l'éthique est forcément variable selon les contextes, les traditions, les sociétés et les courants de pensée dans lesquels on se situe. Il n'y a pas d'éthique « en soi »19.

20Quant à la règle de l'exclusion mutuelle des catégories, je la modifierais de la façon suivante : les catégories de classement doivent être distinctes et tendre le plus possible vers des usages exclusifs. Les occurrences sont classées selon le sens dominant de l'usage, repérable par les termes associés et le contexte sémantique. Les opérateurs de sens immédiatement situés dans l'entourage du terme permettent d'en livrer le sens contextuel, celui que l'usage commande et requiert. À l'épreuve de la lecture et de la relecture, le classement et la typologie sont soutenus par les textes : tout lecteur critique contemporain peut reproduire le corpus en utilisant le même moteur et les mêmes termes clés.

21Un portrait cohérent se dégage de l'ensemble de notre analyse et nous commenterons brièvement les variantes qui se reproduisent d'année en année. Nous énumérerons et expliquerons d'abord les six sens et ensuite nous présenterons les tableaux et graphiques qui permettront de saisir l'ensemble du regard. Enfin, nous ferons des commentaires sur les fluctuations et sur les constantes repérées dans le corpus tout en formulant des hypothèses.

Les six catégories et leur sens

  • 20  Nous avons choisi de donner deux exemples pour chaque type de textes. Nous donnons des échantillon (...)

22Voici les sens qui sont documentés et qui ont servi de catégories de classement20.

    • 21  À titre d'exemples : Jean-Claude Leclerc, « Notre démocratie passe-t-elle encore avec succès le te (...)

    Sens comportementaliste. L'éthique est synonyme du bon comportement, d'une conduite exemplaire, et en revanche un comportement non éthique (et les expressions équivalentes) est un comportement jugé mauvais. L'éthique est ici utilisée souvent comme adjectif (comportement éthique, gestion éthique, crise éthique, tourisme éthique) afin de souligner l'importance d'un modèle à suivre ou à construire. Le terme est ainsi un qualificatif, mais il peut se retrouver comme substantif. Nous avons alors une multitude d'expressions allant de l'« éthique du travail » à l'« éthique capitaliste ». Mais toutes ces expressions renvoient à l'éthique en tant que comportement juste, respectueux, honnête21.

    • 22  Exemples : La Presse canadienne, « Génétique des populations. Il faut adopter un code d'éthique, p (...)

    Sens régulatoire. L'éthique est une notion qui renvoie directement et spécialement à des règles ou à un code. L'expression la plus connue et la plus utilisée ici est celle de « code d'éthique ». Le sens du terme se définit dans le contexte du paragraphe ou de l'article par le recours immédiat au code, qui est déclaré suivi, manquant, souhaité, désiré, absent, etc. L'éthique est donc un ensemble de règles et de directives que nous devons suivre ; éthique et code s'expliquent alors l'un par l'autre. Si ce code est présent pour d'autres fins comme promouvoir des valeurs ou une mission, celles-ci sont presque absentes des textes22.

    • 23  (AFP), « Présidence du CIO : Un-Yong savait. Un rappel à l'ordre éthique coûteux », Le Soleil, 17 (...)

    Sens expert. L'éthique en tant qu'expertise. Ces textes font référence à ces personnes censées être des experts en éthique ou à leurs instances ou groupes de travail. Cet usage se réfère aux conseillers ou aux commissaires à l'éthique, mais il renvoie aussi aux comités et aux commissions d'éthique. C'est un usage qui est bien attesté dans la pratique et qui s'impose aux journalistes23. Nulle raison de penser qu'il en va autrement pour le lecteur ou le commentateur non journaliste.

    • 24  La possibilité de créer une catégorie « consommation éthique » à l'intérieur de laquelle on pourra (...)
    • 25  Voir Hélène Baril, « L'investissement éthique se répand », La Presse, 27 novembre 2001 : D5 ; Char (...)

    Sens financier. Des chroniques financières régulières présentent à leurs lecteurs des produits étiquetés « éthiques ». Quand il est question d'éthique, on parle de l'investissement éthique ou des fonds éthiques24. Certes, cet usage recoupe la première catégorie (comportementaliste), puisque l'éthique est utilisée pour identifier les bons placements, ceux qui garantissent la promotion de certaines valeurs (environnement, justice, équité). Ce n'est toutefois pas toujours le cas, puisqu'une bonne part de la discussion, quand elle existe, porte en fait sur les critères de sélection appliqués (qui sont variables), ce qui nous rapproche du sens de la catégorie 2. À certains égards, tous les sens sont convoqués quand il est question d'investissements éthiques (l'expertise, la morale et le réflexif). Il s'avère préférable de créer une catégorie pour ce domaine qui n'est pas banal puisqu'il lie intimement éthique et pratique financière sur le marché des valeurs mobilières. Dans l'usage du journal écrit, il constitue une catégorie à part, qui d'ailleurs revient régulièrement (voir plus loin) et se distingue donc des autres catégories25.

    • 26  Rappelons que nous ne comptons pas que les usages proprement « journalistiques » mais bien tout ar (...)

    Sens moral. L'éthique en tant que sens moral, la préoccupation pour les valeurs sociales qui forment un tout et pour la moralité publique. Ici, on parle souvent d'éthique publique, d'éthique commune ou de sens profond de l'éthique, dans un usage du terme qui n'est pas celui des spécialistes qui enseignent l'éthique. Toutes les expressions de cette catégorie renvoient à des valeurs qui ont pour caractéristique de transcender les comportements individuels afin de mieux les guider. Certains articles de cette catégorie se réfèrent à des théories éthiques ou à des fondements et pointent quelque peu vers la catégorie suivante, quoiqu'ils soient moins discursifs que ces derniers26.

    • 27  Voir Stéphane Baillargeon, « Œil pour œil. <La souffrance ne disparaît pas dans l'acte de vengeance>, dit le professeur d'éthique Denis Jeffrey », (...)

    Sens réflexif. L'éthique en tant que questionnement social, réflexion critique. Cette catégorie comprend les expressions « enjeux éthiques » et « débats éthiques », dont les principaux sujets relèvent souvent du domaine de la bioéthique (embryons congelés, décryptage du génome humain), mais pas uniquement ; par exemple, le domaine de l'éthique des médias notamment. Nous y trouvons aussi les positions des éthiciens qui insistent pour définir l'éthique comme une activité réflexive et non comme une nouvelle normativité27.

Tableau 1a. Répartition des occurrences selon les années, année 2000

Catégories

Occurrence Majeure

Occurrence Mineure

Comportementaliste

38 (43,2 %)

10 (26,3 %)

Régulatoire

05 (05,7 %)

11 (29,0 %)

Expert

11 (12,5 %)

10 (26,3 %)

Financier

05 (05,7 %)

0

Moral

08 (09,1 %)

03 (07,9 %)

Réflexif

21 (23,8 %)

04 (10,5 %)

TOTAL

88

38

Tableau 1b. Répartition des occurrences selon les années, année 2001

Catégories

Occurrence Majeure

Occurrence Mineure

Comportementaliste

22 (31,9 %)

14 (35,9 %)

Régulatoire

12 (17,4 %)

07 (17,9 %)

Expert

16 (23,2 %)

11 (28,2 %)

Financier

03 (04,3 %)

0

Moral

08 (11,6 %)

03 (07,7 %)

Réflexif

08 (11,6 %)

04 (10,3 %)

TOTAL

69

39

Tableau 1c. Répartition des occurrences selon les années, année 2002

Catégories

Occurrence Majeure

Occurrence Mineure

Comportementaliste

32 (27,1 %)

35 (41,2 %)

Régulatoire

31 (26,3 %)

26 (30,6 %)

Expert

32 (27,1 %)

18 (21,1 %)

Financier

05 (04,2 %)

03 (03,5 %)

Moral

12 (10,2 %)

02 (02,4 %)

Réflexif

06 (05,1 %)

01 (01,2 %)

TOTAL

118

85

Tableau 1d. Répartition des occurrences selon les années, année 2003

Catégories

Occurrence Majeure

Occurrence Mineure

Comportementaliste

38 (48,8 %)

06 (19,3 %)

Régulatoire

12 (15,4 %)

10 (32,2 %)

Expert

15 (19,2 %)

08 (25,8 %)

Financier

03 (03,8 %)

02 (06,5 %)

Moral

05 (06,4 %)

01 (03,2 %)

Réflexif

05 (06,4 %)

04 (12,9 %)

TOTAL

78

31

23Nous proposons maintenant d'examiner ce qui caractérise, année après année, chaque sens repéré et de commenter ses usages les plus fréquents à l'aide de quelques exemples d'usages types.

Le sens comportementaliste

24C'est la catégorie la plus importante pour l'ensemble de notre corpus et son usage est très diversifié. En 2000, il est employé comme qualificatif, avec des expressions comme « la diplomatie éthique », « la crise éthique », « la gestion éthique », « le jugement éthique ». En tant que substantif, nous avons surtout les expressions comme « les questions d'éthique », « la formation en éthique », « l'éthique de travail », « le manquement à l'éthique », « l'éthique et santé ». Toutes ces expressions renvoient au bon comportement, à une pratique professionnelle exemplaire. L'expression « le manquement à l'éthique » se retrouve dans quelques articles politiques. Gilles Duceppe, chef du parti souverainiste à Ottawa (le Bloc québécois), s'en sert pour qualifier le mauvais comportement du Parti libéral, particulièrement celui du premier ministre de l'époque, Jean Chrétien.

25Pour l'année 2001, le pourcentage est moins élevé, mais nous observons encore une très grande diversité d'expressions. Plusieurs sont identiques à celles de l'année précédente dont voici un échantillonnage où le mot « éthique » est utilisé comme qualificatif — « le problème d'éthique », « la question d'éthique », « en matière d'éthique », « le tourisme éthique » – et comme substantif — « l'éthique gouvernementale », « l'éthique capitaliste », « l'éthique de Jean Chrétien », « l'éthique journalistique », « le contraire de l'éthique », « sur le plan éthique », « le manquement à l'éthique », « l'éthique de travail ». Les domaines où sont utilisées ces expressions sont très variés : sport, culture, politique, journalisme mais les expressions les plus usuelles, soit « le manquement à l'éthique » et « le problème d'éthique », se trouvent le plus souvent dans le domaine politique (politique fédérale, Loto-Québec).

26Cette catégorie occupe une part moins importante en 2002 et se trouve à égalité avec la catégorie 3 (l'expert). Le débat autour de la question d'un conseiller fédéral en éthique est alors vraiment focalisé, ce qui explique cette convergence. La diversité des expressions et des domaines demeure toujours aussi grande, sinon davantage. Quelques nouvelles expressions manifestent d'ailleurs assez bien cette diversité. En voici quelques exemples : « l'éthique gouvernementale », « les firmes éthiquement indésirables », « le manque d'éthique », « l'éthique et le lobbying », « la question d'éthique », « l'éthique scientifique », « chasser de façon éthique », « l'éthique municipale », « l'éthique élastique », « la consommation éthique », « l'éthique du tourisme », « l'éthique informatique ». Le domaine politique domine légèrement les autres, surtout lorsqu'il est question de l'éthique des politiciens par rapport au lobbying. Nous remarquons aussi quelques articles qui traitent des exigences d'une bonne gouvernance d'entreprise dans le monde des affaires, notamment à cause de l'affaire Enron.

27L'année 2003 ressemble à l'année 2000, puisque la catégorie du « sens comportementaliste » occupe, là aussi, une proportion très élevée (48,8 % en 2003 et 43,2 % en 2000). Cette catégorie accapare la plus grande partie des occurrences, avec la même diversité : une « grosse fatigue éthique », « le comportement éthique », « la dérive éthique », « les problèmes d'éthique », « manque d'éthique », « des leçons d'ordre éthique », « les décisions éthiques », « la recherche éthique », « éthiquement répréhensible », « les accrocs à l'éthique », « l'éthique de vente », « l'éthique ministérielle ». Les seuls domaines qui se démarquent sont la politique et l'économie, où plusieurs scandales ont de nouveau défrayé les manchettes.

28Les textes évitent, le plus souvent, de nous préciser en quoi consistent les comportements souhaitables ou condamnables. Ce sont surtout des généralités, comme « le conflit d'intérêts », qui sont dénoncées. Les articles n'élaborent pas sur ce qui constitue le bon ou le mauvais comportement ; ils allèguent seulement leur existence et s'appuient sur des descriptions de faits souvent complexes.

Le sens régulatoire

29En 2000, les occurrences majeures des règles d'éthique se situent dans plusieurs domaines : la Sûreté du Québec, le code d'éthique des médecins, les règles d'éthique de la recherche. Les occurrences mineures se retrouvent surtout dans les domaines de la bioéthique, de l'éthique de la recherche et de l'éthique clinique. Notons que l'usage de cette catégorie se manifeste toujours dans une situation qui pose problème, c'est-à-dire dans des cas où des intervenants ont transgressé, ou sont accusés d'avoir transgressé, certaines règles. Le domaine de la vie politique concrète des gouvernements et des partis de l'opposition domine largement cet usage en raison du débat autour du conseiller à l'éthique du gouvernement fédéral. En deuxième position viennent les comités d'éthique biomédicale.

30Trois fois plus présente en 2001 qu'en l'an 2000, cette catégorie se compose principalement de l'expression « le code d'éthique » en référence surtout au domaine politique (celui de la politique fédérale principalement). On évoque aussi la nécessité d'introduire des codes d'éthique dans le milieu du travail ou dans le milieu sportif en vue de diminuer certains écarts de conduite ou de promouvoir une attitude plus respectueuse. Les expressions « les règles d'éthique » et surtout « le code de déontologie » apparaissent beaucoup moins souvent que l'expression « le code d'éthique », qui a la faveur des rédacteurs, et ce, malgré qu'ils n'établissent pas de distinctions claires entre les trois.

31En 2002, le nombre d'occurrences de cette deuxième catégorie est le plus élevé (27,1 % en 2002, 17,4 % et 5,7 % en 2001 et 2000 respectivement). Comment expliquer ce saut quantitatif ? Les raisons renverraient largement au débat politique sur la requête d'une plus grande indépendance du conseiller à l'éthique, les scandales dont celui des commandites et du ministre MacAuley et la question du lobbying. Que ce soit aux niveaux provincial, fédéral ou même municipal, les politiciens sont soupçonnés de conflits d'intérêts ou de favoritisme. Plusieurs comportements des politiciens font les manchettes, ce qui oblige les différents gouvernements à réagir en promettant des règles plus sévères. D'autres domaines connaissent aussi des problèmes d'ordre éthique. Il s'agit plus particulièrement des domaines du sport (le hockey mineur) et de la recherche en génétique. C'est encore l'expression « le code d'éthique » qui est la plus usuelle, suivie de « les règles d'éthique ».

32En 2003, cette catégorie accuse une baisse de 30 % de ses occurrences. Les discussions qui ont eu lieu en 2002 à propos des différents codes d'éthique introduits par les différents gouvernements expliquent cette baisse des occurrences en 2003. Il reste toutefois que la plus grande partie des articles de cette catégorie traite des codes d'éthique en milieu politique, parce qu'ils sont transgressés, créés, changés ou abolis. Nous remarquons aussi quelques articles qui traitent des codes d'éthique dans le domaine du sport. C'est toujours l'expression « le code d'éthique » qui conserve le haut du pavé, loin devant les expressions comme « les règles d'éthique » ou « les directives en matière d'éthique ».

33Une fois qu'on affirme dans ces articles qu'un code d'éthique est requis, utile ou indispensable, le lecteur ne sait toujours pas, du moins de manière générale, de quoi il sera fait, ni en quoi et comment sa seule mise en vigueur aura pour effet de régler la situation et de changer l'agir, apparemment déplorable, des agents concernés.

Le sens expert

34En 2000, les expressions les plus courantes sont surtout « le conseiller en éthique », « le commissaire en éthique », « le comité d'éthique » ou encore « la commission d'éthique ». Les positions prises par le conseiller en éthique du gouvernement fédéral, Howard Wilson, et les critiques qui suivirent constituent le sujet vedette. Ce débat, déjà bien présent en 2000, s'intensifie dans les années à venir.

35En 2001, la très grande majorité des occurrences se réfèrent encore au conseiller en éthique fédérale. Ses décisions créent beaucoup de remous à la Chambre des communes. L'indépendance et la pertinence de son rôle sont souvent remises en question. Les autres expressions, dont « le comité d'éthique » et « la commission d'éthique », sont beaucoup moins usuelles et se réfèrent le plus souvent au domaine sportif (le hockey mineur, les Jeux olympiques).

36La proportion de la catégorie 3 est moins forte que celle de la catégorie 2, mais elle suit la même courbe ascendante (27,1 % en 2002, 23,2 % et 12,5 % en 2001 et 2000 respectivement). Comme pour les années précédentes, une très forte majorité des articles traitent de façon critique le conseiller à l'éthique du gouvernement fédéral. Ils attribuent aux liens de dépendance qu'il entretient avec le bureau du premier ministre et au fait qu'il a blanchi tous les élus impliqués dans les scandales, la source de tous ses problèmes. Les autres expressions, qui demeurent peu fréquentes, sont « les professionnels de l'éthique » et « le spécialiste de l'éthique ».

37En 2003, l'usage du sens expert, comme pour celui du sens régulatoire, subit une baisse relative. Cette baisse s'explique surtout par une diminution des scandales politiques au gouvernement fédéral28. Toutefois, si, en très forte majorité, les articles sont encore consacrés à ce sujet, près de la moitié des textes traite du projet de loi qui remplacerait le conseiller à l'éthique par un commissaire à l'éthique qui serait indépendant. Ce projet de loi a d'ailleurs été adopté au cours de l'année 2003.

38Le simple fait d'alléguer, de recourir, de discuter, de réclamer et de critiquer le conseiller ou la commission à l'éthique a plusieurs effets notables. D'une part, de manière générale, cela confirme l'existence et la légitimité de ces institutions, dont on réclame seulement un meilleur usage. D'autre part, au point de vue sémantique, il est clair, compte tenu des événements concernés (les scandales et requêtes diverses à tous les niveaux), que le principal problème est celui des conflits d'intérêts. Ce phénomène occupe une partie imposante du corpus, au point d'éclipser par son importance tout autre thème.

Le sens financier

39En 2000, lorsque le sujet de « l'investissement éthique » est abordé, c'est surtout pour en montrer les bienfaits et souligner sa popularité croissante auprès des investisseurs. Très peu présents en 2001, comme avant et après, ces articles considèrent toujours que ces investissements sont avantageux et sont de plus en plus populaires auprès des investisseurs. En 2002, un seul des cinq articles manifeste un certain scepticisme par rapport au rendement de ce type d'investissement. En 2003, deux des trois articles répertoriés sont plus critiques et tendent à montrer que les fonds éthiques ne sont pas plus rentables que les fonds traditionnels. Ces fonds ne sont pas une panacée et un certain laxisme règne dans les procédures pour vérifier l'intégrité des compagnies qui font partie des listes éthiques.

40De manière générale, les articles ne relèvent aucune contradiction dans le terme de « investissement éthique ». Tout au contraire, c'est un leitmotiv que de chercher un tel investissement. Le capitalisme éthique est possible, il faut s'en réjouir. La question de savoir comment on le vérifie, de quelle manière et ce que valent les vérifications est peu traitée puisque les journalistes ou commentateurs financiers qui sont concernés s'occupent bien plus de la valeur économique et de la rentabilité du produit que du détail de certaines situations comme des sweatshops ou de l'environnement.

Le sens moral

41Les différents usages de la cinquième catégorie renforcent une même tendance, qui est d'associer l'éthique au sens moral, à la générosité, aux valeurs fondamentales. Aucun sujet ne se démarque particulièrement. Il y a cependant certains usages qui se rapprochent de la catégorie « comportementaliste », par exemple les expressions « éthique publique » et « crise éthique ». La première expression se réfère à l'identification au bien commun que doivent manifester les fonctionnaires, tandis que la seconde se rapporte à une crise profonde du sens moral dans l'attribution de certains soins de santé.

  • 29  Il s'agit de l'annonce (bidon) d'un clonage humain par Advanced Cell Technology. Voir Michèle Ouim (...)

42En 2001, alors qu'on atteint le sommet de la courbe, cette catégorie renvoie le plus souvent à la morale ou au sens moral. Quelques particularités méritent d'être notées. Par exemple, l'expression « long frisson éthique » dans un article traitant du clonage reproductif fait appel à un sens moral fondamental29.

43En 2002, le pourcentage de ces textes est plus faible qu'en 2001. Voici les expressions les plus caractéristiques : « l'éthique du cybercitoyen », « éthique commune », « sens profond de l'éthique », « sens éthique » et « fibre éthique ». Quelques articles prennent comme référence des courants de pensée en philosophie ou une personnalité particulière ; par exemple, le photographe Josef Koudelka (Guerrin, 2002).

44En 2003, la cinquième catégorie a connu une faible baisse dans ses occurrences. Même si cette catégorie ne contient que cinq articles, il est intéressant de remarquer que presque tous abordent le même sujet : proposer une nouvelle éthique pour les sociétés en perte de sens. Les expressions suivantes manifestent d'ailleurs très bien ce souci : « une éthique de l'espèce humaine », « une éthique pour le Québec et pour la Terre », « en quête d'une éthique spirituelle », « changement de paradigme en éthique ». Cette catégorie embrasse des thèmes plus généraux faisant appel à des problématiques plus fondamentales.

45À la lecture, ce « sens moral » prend une signification fort large, englobante, stimulante et même spirituelle, même si son contenu est assez vague. Il soulève l'intérêt du lecteur en revivifiant son sens des valeurs, son altitude d'esprit, son courage et ses autres vertus également. Il vient déplacer vers la philosophie personnelle et l'engagement social la perspective de l'éthique, bien loin des questions de conflits d'intérêts. En fait, ces articles sont des appels au sens moral mais puisqu'ils sont en quelque sorte détachés de tout contexte d'action particulier, l'appel demeure très général.

Le sens réflexif

46Ce sens présente différentes expressions dont les plus courantes sont « débats éthiques », « enjeux éthiques » et « questions d'éthique ». Nous avons regroupé dans cette catégorie les articles qui présentent les différents aspects d'une question, mais après analyse du contexte, nous constatons qu'elle renvoie à un questionnement, à une réflexion de fond, plutôt qu'à un problème de comportement. Les principaux débats éthiques dont il est question en 2000 touchent le décryptage du génome humain, le clonage et les embryons congelés. Nous remarquons aussi quelques textes de philosophes et d'éthiciens qui insistent pour défendre une conception de l'éthique qui soit axée sur la réflexion critique. Dans cette catégorie, nous regroupons aussi les articles où l'on fait voir différents aspects d'une question, souvent en faisant appel à plusieurs « experts ». On notera que le pourcentage de la catégorie 6 atteint un sommet en l'an 2000 pour ensuite décliner. Si nous cumulons les catégories 5 et 6, nous obtenons presque 33 % du corpus pour cette seule année.

47En 2001, les occurrences sont nettement moins élevées. Il s'agit d'une baisse de 50 %. Aucune autre catégorie ne se démarque de cette façon. Quelques-unes des expressions apparaissent plus couramment, par exemple « dimension éthique », « faire de l'éthique », « réflexion éthique », ou encore l'éthique en tant que « discipline philosophique » et « enjeux éthiques ».

  • 30  Sauf quelques textes réclamant un code d'éthique en génétique des populations, septembre 2002.

48La sixième catégorie représentait 23,8 % des articles en 2000, 11,6 % en 2001 et seulement 5,1 % en 2002. On remonte à 6,4 % en 2003. C'est donc une chute jusqu'en 2002. Les trois articles de l'année 2002 interpellent des éthiciens ou professeurs d'éthique qui sont amenés à présenter leurs propres conceptions de l'éthique, mais nous ne trouvons aucun article présentant des débats de société importants comportant une dimension éthique incontournable. L'espace éthique semble monopolisé par le scandale Wilson, au point d'occulter une partie de l'espace de réflexion. En 2002, on délibère largement de la question de la loi sur le lobbying. Mais les thèmes habituels de discussion que sont la bioéthique, le génie génétique et les problèmes de biotechnologies ont été peu présents cette année-là30.

49Enfin, la sixième catégorie n'est guère plus présente en 2003 qu'en 2002, même si elle a connu une légère hausse. Nous y retrouvons les mêmes expressions que par le passé comme « enjeux éthiques », « débat éthique », « dilemme éthique », « réflexion éthique ». Chacune d'elles renvoie à la nécessité de la réflexion, de l'analyse des composantes du problème et de l'exercice du jugement.

50Ce sens délibératif et réflexif est forcément le sens préféré des philosophes et des théoriciens de l'éthique. Son seul défaut est qu'il n'est accessible qu'à des personnes lectrices qui veulent réellement se mettre en frais de « réfléchir » et de « peser le pour et le contre » tout en considérant les diverses théories disponibles en éthique. Il suppose un niveau élevé de réflexion plutôt qu'un sentiment d'affection devant des comportements immoraux ou amoraux. Il permet aux diverses personnes réputées de se prononcer sur le sujet de l'éthique et de se faire entendre, usage qui nous rapproche, mais à bien plus faible échelle, des « philosophes médiatiques » en France.

Vue d'ensemble

51Nous proposons maintenant de considérer les éléments dans une vue d'ensemble pour opérer les regroupements pertinents de nos données. À la suite des cumuls chiffrés, nous pourrons donner une représentation graphique de l'ensemble de la production écrite.

Tableau 2. Cumul des occurrences majeures et mineures 2000-2003

Catégories

Occurrence Majeure

Occurrence Mineure

Comportementaliste

130 (40,0 %)

65 (33,7 %)

Régulatoire

60 (16,1 %)

54 (28,0 %)

Expert

74 (20,7 %)

47 (24,4 %)

Financier

16 (04,5 %)

05 (02,6 %)

Moral

33 (09,1 %)

09 (04,6 %)

Réflexif

40 (09,6 %)

13 (06,7 %)

TOTAL

353

193

52En cumulant les occurrences des quatre années, nous obtenons une distribution quantitative par ordre décroissant :

  1. le sens comportementaliste (bon comportement) ;

  2. le sens expert (conseiller ou comité) ;

  3. le sens régulatoire (codes de déontologie ou d'éthique) ;

  4. le sens réflexif (critique et questionnement théorique) ;

  5. le sens moral (éthique et valeurs communes) ;

  6. le sens financier (investissements éthiques).

53Nous obtenons la même distribution si nous regroupons toutes les occurrences pour les mêmes années.

Tableau 3. Cumul de toutes les occurrences, 2000-2002

Catégories

NOMBRE D'OccurrenceS (MajeureS ET MINEURES)

Comportementaliste

195 (35,7 %)

Régulatoire

114 (20,9 %)

Expert

121 (22,2 %)

Financier

21 (03,8 %)

Moral

42 (07,7 %)

Réflexif

53 (09,7 %)

TOTAL

546

54L'enseignement universitaire de l'éthique donne souvent l'impression que ce sont les codes qui représentent le sens le plus important quand nous parlons d'éthique. Or notre corpus infirme cette impression. Si nous regroupons les catégories 1, 2 et 3, réparties sur les quatre années, nous obtenons un pourcentage élevé, 78,8 %. En ajoutant la catégorie 4, assez mineure somme toute, nous obtenons au total 82,6 %. Les occurrences plus réflexives ou axées sur des valeurs sociales ne représentent que 17,4 %.

55Le graphique 1 permet de visualiser l'importance relative des catégories d'usage et de présenter une vue d'ensemble de leur évolution. L'année 2002 se démarque puisque c'est l'affaire Wilson qui éclate avec la contestation de plus en plus ouverte de son rôle et la réclamation d'une plus grande indépendance du conseiller.

Graphique 1. Pourcentage des catégories par année, de 2000 à 2003

Graphique 1. Pourcentage des catégories par année, de 2000 à 2003

56Le sens moral (catégorie 5) et le sens réflexif (catégorie 6) présentent une progression similaire, tout particulièrement de 2001 à 2003. Ce parallélisme suggère que la réflexion plus profonde sur les valeurs et l'éthique sociale occupe une place analogue à la délibération de nature plus diacritique sur les théories éthiques et leurs options. Le graphique 1 révèle aussi un parallélisme entre la catégorie 1, la plus importante en nombre, et la catégorie 6, à teneur diacritique et réflexive. Le graphique 2 fait ressortir plus clairement ces caractéristiques.

Graphique 2. Mouvement des pourcentages par année, de 2000 à 2003

Graphique 2. Mouvement des pourcentages par année, de 2000 à 2003

57Arrêtons-nous au contraste principal révélé par les graphiques, entre les sens 2 et 3, d'une part, et 5 et 6, d'autre part : la progression de ceux-ci est contraire à la progression de ceux-là. Corrélativement, on sera peu surpris de découvrir que le recours aux codes d'éthique et le recours aux conseillers et aux comités d'éthique vont de pair dans les textes de la presse écrite.

58Risquons une interprétation de ce mouvement d'ensemble. Il semble que leurs auteurs hésitent entre le vœu d'une réflexion plus approfondie et le traitement des scandales. Au début de la période, soit avant la montée du traitement des scandales, la réflexion sur les valeurs et les théories occupe une place qui équivaut au tiers des productions, nombre qui va chuter par la suite. Les scandales, qui arrivent ensuite, appellent les codes et les officiers à la barre ou au banc des accusés (celui de l'opinion, et non nécessairement devant le juge), alors que l'accalmie appelle la réflexion seconde, plus sereine (la catégorie 6 remonte en 2003 par rapport à 2002). En d'autres termes, l'espace disponible dans le journal pour les réflexions profondes ou pour la discussion des théories éthiques et la présentation des options en présence, semble inversement proportionnel à l'espace monopolisé par les scandales (bien réels) qui affectent la vie sociale et politique !

  • 31  Voir Elster (1999) sur la question des compensations.

59On note une croissance marquée de la catégorie 2 (régulatoire) de la première année (2000) jusqu'à la troisième (2002) pour voir une décroissance l'année suivante. Ce vœu déontologique croissant aurait-il été satisfait par la « résolution » du cas Wilson ? Notons que les catégories 2 et 3 (expert) ont des courbes parallèles. On le voit très bien, la catégorie 4 (financier) est constante, mineure et relativement indépendante, elle ne « bouge » que très peu. Elle n'obéit pas à la logique de déplacement et de compensation que nous avons relevée entre les sens plus événementiels et scandaleux, d'une part, et les sens plus réflexifs ou philosophiques, d'autre part31.

  • 32  Il en a été question d'abord dans le Globe and Mail. Voir ensuite André Pratte, « L'éthique rouge  (...)

60L'année 2002 se démarque par le nombre d'articles dont la grande partie traite des thèmes autour de « éthique et politique ». Ceux-ci sont abondants, notamment autour de l'éthique municipale, de l'éthique du lobbying, des règles d'éthique pour les députés fédéraux, de l'affaire MacAuslay et des autres questions traitées ou posées autour de M. Wilson. C'est en 2002 que l'expression « scandale des commandites » commence à être repérée significativement, bien qu'on y fasse déjà référence en 2001 (juin 2001)32.

Discussion des résultats

61Certes, l'éthique est populaire à notre époque et on y fait référence dans les journaux comme partout, à propos de tout et de rien. En faisant appel simplement aux titres et sous-titres, on obtient un corpus substantiel avec un nombre d'articles considérable, qui aurait été au moins le double si nous avions pris en compte les articles où ces mots interviennent dans le texte. Le corpus pourrait être élargi dans un second temps pour tester les présents résultats. En tout cas on constate qu'il est possible d'y voir plus clair qu'on ne le pense généralement sur les usages et les sens effectivement pratiqués du mot « éthique ».

62L'éthique demeure un concept large qui recoupe une très grande diversité de sens. Dans la pratique, nous ne savons pas toujours quel sens est supposé par notre interlocuteur. De plus, la charge sémantique est diversifiée selon les domaines de spécialisation. Qu'ont en commun un économiste, un journaliste couvrant la politique, un commentateur sportif, un agent de voyage, un critique de Loto-Québec ou un critique des soins de santé ? Ils peuvent tous en appeler au bon comportement, à un code, à des experts ou à un commissaire. Selon le groupe, la définition précise qui en serait donnée pourrait être fort différente. On peut se permettre de parler de comité d'éthique, ou même d'utiliser le terme comme adjectif, sans qu'une définition préalable soit offerte. L'absence de définitions plus précises permet à ces termes de fonctionner dans leur généralité, ce qui est assez normal quand une chose est tenue en fin de compte pour évidente (c'est comme l'impôt ou l'école, on n'a pas vraiment besoin de définir…)

Les sens dominants et leurs étroits rapports

63Rappelons la quantité plus élevée d'articles pour l'année 2002. Les autres années comportent un nombre comparable d'articles (88 en 2000, 69 en 2001 et 75 en 2003), tandis que l'année 2002 en compte 115. Cela s'explique surtout par les sujets politiques qui y furent très médiatisés.

64On l'a vu, le sens comportementaliste est l'usage le plus populaire pour toutes les années analysées, bien qu'il soit rejoint en 2002 par le sens expert et que le sens régulatoire suit de près. Les trois sens convergent en cette année qui voit le débat autour du conseiller Wilson atteindre son apogée. Tous les domaines de la vie sociale, ou presque, utilisent ce sens à leur façon ; par exemple, la finance (« gestion éthique »), la politique  (« manquement à l'éthique »), le tourisme (« tourisme éthique »), le sport (« éthique de travail »). Le sens dominant est comportemental : on se plaint des manques à l'éthique et on exige plus d'éthique, selon qu'on requiert un agir disons plus moral, plus correct, ou qu'on déplore son absence. Un sens dominant qui atteste d'une préoccupation largement partagée, du moins par les journalistes et les patrons de la presse.

65Le sens comportemental est dominant, mais il est aussi très lié aux deux autres sens dominants. Ces derniers, le sens régulatoire et le sens expert, peuvent facilement s'amalgamer avec le premier, soit dans les textes, soit chez les récepteurs, bien que nous pouvons les distinguer. La connexion peut intervenir entre ces trois sens, selon une théorie de l'amalgame sémantique qui dirait que, par la pure force de la répétition des mêmes termes et des mêmes figures, un contexte sémantique de liaison implicite est mis en place et paraît normal ou « naturel ». Un tel amalgame donnerait l'énoncé suivant.

  • 33  Un des usages rhétoriques abusifs est celui de l'amalgame cognitif, voir Breton (1997 : 126 sqq.) (...)

66L'expert en éthique ou ses instances, avec comme outil principal les règles d'éthique, sont alors au service d'un comportement éthique. D'autres combinaisons de ces éléments sont aussi possibles par amalgame. Du genre suivant, et tant pis pour la redondance : en appliquant les règles d'éthique, le comité d'éthique (ou le commissaire) peut nous dire comment adopter le boncomportement éthique. La question est de savoir si l'horizon d'attente, ou l'espace de réception des personnes dans notre société, ne va pas à priori dans ce sens, conclusion qui suppose que nous reconnaissons dans la presse l'expression de l'opinion publique. Il serait relativement facile d'aller valider cette hypothèse en faisant des études de réception sur des groupes de personnes33.

  • 34  Voir bien sûr Chomsky (1997). Rappelons que dans l'ouvrage Manufacturing Consent, le « propaganda (...)

67Nous avons défendu ailleurs la possibilité d'une « fondation » de telle ou telle idée en deçà de toute argumentation, par la pure répétition des mêmes figures dans les discours ou la communication. Est-il envisageable de penser que le consentement — par exemple à des commissaires à l'éthique et à plus d'éthique — peut s'obtenir sans intention manipulatrice, mais simplement par collusion de significations répétitives ?34 Si une telle fondation (discutable en son contenu évidemment) était envisageable, une étude montrerait qu'un sens largement représenté et doté de redondance par recoupement comme celui que nous venons de présenter pourrait avoir un écho important dans la pensée des personnes.

La compatibilité des divers sens

68Les sens plus minoritaires, les trois dernières catégories, sont aussi intéressants à considérer. On laisse entendre, de manière constante quoique sans insistance démesurée, que l'investissement éthique est une chose possible et une chose rentable. On fait écho, faible mais important, à une conception de l'éthique axée sur un « sens profond » et sur les « valeurs », qui s'incarne parfois dans l'agir des artistes, parfois dans celui des personnes admirées. Ensuite, une partie, tout de même significative certaines années, donne lieu à des débats où l'éthique prend une couleur plus réflexive. Si nous lions ensemble toutes les occurrences, on voit que le sens réflexif est le plus important des sens mineurs. Si nous reprenons notre théorie selon laquelle les médias exercent une certaine force normative en fixant les termes du débat public, selon une tradition bien établie en étude des médias de masse, il appert clairement qu'ils peuvent vraiment favoriser une discussion sur les valeurs ou les théories, bien qu'ils le fassent de façon plus discrète.

69Ainsi, le contenu effectif de la première catégorie, le sens comportementaliste, est plutôt vague. Pourtant, ce qui est frappant, c'est qu'elle soit malgré tout censée aller de soi, au point qu'il n'est pas nécessaire de l'expliquer ! On présume de l'existence indubitable d'un sens moral. En revanche, la catégorie 6 n'est pas très populaire, mais nous pouvons souligner qu'au moins ce sens existe. Cette constatation est d'autant plus importante du fait que cette catégorie représente l'usage du mot « éthique » défendu par plusieurs éthiciens ou professeurs d'éthique (quoiqu'un pluralisme subsiste bien sûr à ce sujet). À l'exception de l'année 2000 où l'éthique entendue comme réflexion critique occupe le deuxième rang des occurrences, cette catégorie fait toujours partie des moins usuelles ; en fait elle occupe le quatrième rang si nous faisons la moyenne. Ainsi, un clivage existe entre l'usage du terme « éthique » dans le journal (première catégorie) et celui des professeurs ou des éthiciens qui insistent pour que l'éthique demeure une réflexion concernant les différentes activités humaines. Là-dessus, nous pouvons raisonnablement penser que l'usage dans la presse écrite ressemble beaucoup à l'usage de la population instruite en général.

70Pourtant, si nous regardons les choses du point de vue pratique, il n'y a pas d'opposition de principe, tout au contraire, à ce qu'une même personne combine les six sens du mot. Cette personne aurait une éthique multidimensionnelle. Elle comporterait une dimension réflexive et critique, une réflexion profonde sur les valeurs ; cette réflexion accepterait les codes, les comités, le bon agir moral et l'investissement (et la consommation) éthiques.

Éthique et politique

71Enfin, nous ne pouvons passer sous silence la présence de la politique dans notre recherche. Au total, 43 % des articles traitent d'éthique et de politique. L'éthique est souvent associée à des problèmes politiques qui se présentent soit comme un manque qui reflète un état de crise, soit comme un ensemble de règles à mettre en place pour contrer cette même crise. Le tableau 4 montre clairement comment la discussion atteint un sommet en 2002.

Tableau 4. Nombre et pourcentage des textes sur « éthique et politique » selon les années 2000-2003

Année de référence

Textes sur éthique et politique

Total des textes

2000

19 (27,5 %)

69

2001

24 (34,8 %)

69

2002

66 (57,4 %)

11

2003

32 (42,7 %)

75

Total

141 (43 %)

328

72Il est évident que la question du conflit d'intérêts allégué, possible ou avéré a largement défrayé les manchettes pendant ces quatre années. Elle est sans cesse discutée quand la question d'éthique et de politique est abordée bien que cette notion de conflit d'intérêts soulève des difficultés. D'une part, on peut tenter d'en défendre une conception positiviste et réduire le conflit à un fait, ce qui n'est pas très éclairant sur le fond. Mais d'autre part, cette notion est complexe et demande qu'on l'interprète. Il faut clarifier ce que sont les intérêts en présence, et comment les intérêts se contredisent dans tels actes particuliers. Cette notion assez complexe se doit de toujours se référer à des règles ou à des critères forcément très généraux dont l'application soulève le problème du classement des faits. Cette dispute sur le classement est très frappante dans le travail de l'opposition officielle par rapport au premier ministre Chrétien et à son conseiller à l'éthique Wilson. Quand on requiert l'indépendance de ce haut fonctionnaire, on le définit négativement comme celui qui, libre de tout conflit d'intérêts, peut en juger sainement, alors que d'autres disent que l'opposition peut utiliser cette indépendance à ses propres fins. Cette notion de conflit d'intérêts est omniprésente dans le corpus, au point de sembler être le principal sujet de préoccupation et la principale raison d'exister des conseillers en éthique.

Conclusion

73Selon toute évidence, sur la base de notre échantillon de quatre années, l'espace de couverture médiatique de la question éthique est important et relativement constant dans la presse écrite francophone québécoise. Si nous faisons les liens qui s'imposent, les significations majeures mises en circulation par la presse concernent trois des sens dégagés : le bon comportement (requis ou jugé absent), la régulation (requise ou défaillante) par les codes et les agents reconnus comme experts de ces questions (qu'ils aient bien fait ou non leur travail). Ce sont là des sens dominants qui sont très liés dans la pratique et peuvent aisément tenir ensemble. Les scandales de nature politique, omniprésents dans la période traitée, renvoient forcément à un tel triptyque. Une autre étude sur une autre période de temps pourra montrer si cette conjonction n'est que circonstancielle ou si elle montre une tendance plus durable. En revanche, deux sens mineurs, concernant le sens moral et la réflexion théorique en éthique, sont aussi présents et bien attestés. Les occurrences de ces sens mineurs se ressemblent également par leur structure de progression et par leur nombre. L'espace couvert par les sens dominants se montre inversement proportionnel à l'espace accordé à la réflexion et aux valeurs morales de société, quoique ces aspects soient liés bien évidemment. Quant à la question de l'investissement éthique, elle est une préoccupation constante bien que d'importance assez faible dans la presse.

Haut de page

Bibliographie

ARISTOTE (1950), Les topiques, traduction de J. Tricot, Paris, Vrin.

BARDIN, Laurence (2003), « L'analyse de contenu et de la forme des communications », dans S. MOSCOVICI et F. BUCCINI, Les méthodes des sciences humaines, Paris, Presses universitaires de France, p. 243-270.

BEAUCHAMP, Michel (dir.) (1991), Communication publique et société. Repères pour la réflexion et l'action, Boucherville, Gaëtan Morin.

BENVENISTE, É. (1974), Problèmes de linguistique générale, t. 2, Paris, Gallimard.

BLONDIAUX, Loïc (2003), « L'opinion publique », dans Anne-Marie GINGRAS (dir.), La communication politique. État des savoirs, enjeux et perspectives, Québec, Presses de l'Université du Québec, p. 138-158.

BOUTIN, M. (1974), Relationalität als Verstehensprinzip bei Rudolf Bultmann, Munich, Kaiser Verlag.

BRETON, Philippe, et Serge PROULX (2002), L'explosion de la communication à l'aube du XXIe siècle, Montréal/Paris, Boréal/La Découverte.

BRETON, Philippe (1997), La parole manipulée, Montréal/Paris, Boréal/La Découverte.

BRUNET, Patrick, et Martin DAVID-BLAIS (2004), Valeurs et éthique dans les médias. Approches internationales, Québec, Presses de l'Université Laval.

CHOMSKY N., et W. MCCHESNEY (2000), Propagande, médias et démocratie, Montréal, Écosociété.

COLLINGWOOD, R. G. (1933), An Essay on Philosophical Method, Oxford, Clarendon Press.

COMTE-SPONVILLE, André (2001), Dictionnaire philosophique, Paris, Presses universitaires de France, p. 218-219 et 389-393.

ECO, Umberto (1985), Lector in fabula. Le rôle du lecteur, Paris, Grasset.

ELSTER, Jon (1999), Alchemies of the Mind. Rationality and the Emotions, Cambridge, Cambridge University Press.

FROW, John (2001), « Economies of value », dans James L. MACHOR et Philip GOLDSTEIN (dir.), Reception Study, New York, Routledge, p. 294-317.

GAUTHIER, Gilles (1991), « Éthique, communication publique et société », dans M. Beauchamp (dir.), Communication publique et société. Repères pour la réflexion et l'action, Boucherville, Gaëtan Morin, p. 57-59.

GAUTHIER, Gilles (2002a), « L'évaluation et l'attribution dans l'analyse éditoriale. Une analyse comparative du quotidien Le Devoir entre 1965 et 1995 », Les Cahiers du journalisme, 10, p. 60-73.

GAUTHIER, Gilles (2002b), « L'analyse éditoriale française et québécoise. Une comparaison entre Le Monde et Le Devoir », Les Études de communication, Université de Lille 3.

GAUTHIER, Gilles (2004), « Les jugements de valeur des journalistes sportifs », dans Patrick BRUNET et Martin DAVID-BLAIS, Valeurs et éthique dans les médias, Québec, Presses de l'Université Laval, p. 65-81.

GITLIN, Todd (2001), Media Unlimited. How the Torrent of Images and Sounds Overwhelms our Lives, New York, Metropolitan Books.

GOFFMAN, Erving (1974), Frame Analysis. An Analysis on the Organization of Experience, New York, Harper & Row.

GUERRIN, Michel (2002), « Joseph Koudelka, le photographe nomade », Le Devoir, 11 juillet, p. B6 (article du journal Le Monde).

HABERMAS, Jürgen (1992), De l'éthique de la discussion, Paris, Cerf.

HABERMAS, Jürgen (1998), L'intégration républicaine, Paris, Fayard.

HACKING, Ian (2001), An Introduction to Probability and Inductive Logic, Cambridge, Cambridge University Press.

HACKING, Ian (2002), L'émergence de la probabilité, Paris, Seuil.

HERMAN, Edward, et N. CHOMSKY (1988), Manufacturing Consent. The Political Economy of the Mass Media, New York, Pantheon Books.

JOHANNESSEN, Richard L. (1998), Ethics in Human Communication, Prospect Heights, Waveland Press.

KLINE, Morris (1953), Mathematics in Western Culture, Londres/Oxford, University Presss.

LARAMÉE, Alain, et Bernard VALLÉE (1991), La recherche en communication. Éléments de méthodologie, Québec, PUQ-Télé Université.

LECLERC, Bruno, A. LÉTOURNEAU et LE BLANC (2005), « Advanced cell technology ou un cas de communication promotionnelle », dans Ch. BOUFFARD et R. DROUIN (dir.), Communication scientifique et génétique, Québec, Presses de l'Université Laval.

LÉTOURNEAU, Alain (1997), « Un lexique pour l'éthique, applicable à l'analyse des contenus médias », Ethica, 9 (2), t. II, p. 343-360.

LÉTOURNEAU, Alain, (2001a), « Éthique, religion et perspectives d'interprétation globales », Éthique publique, 3(2), p. 145-165.

LÉTOURNEAU, Alain (2001b), « Remarques sur le journalisme et la presse au regard de la discussion dans l'espace public », dans Patrick J. BRUNET (dir.), L'éthique dans un monde d'information, Québec/Paris, Presses de l'Université Laval/L'Harmattan, p. 47-71.

LÉTOURNEAU, Alain (2003), « L'environnement et le génome du point de vue d'une éthique philosophique de la communication », dans A. LACROIX et J.-F. MALHERBE (dir.), L'éthique à l'ère du soupçon, Montréal, Liber, p. 67-92.

LÉTOURNEAU, Alain (2005), « Vers une éthique de la fréquentation citoyenne des médias », dans A. DUHAMEL et F. JUTRAS (dir.), Pour une éducation à la citoyenneté, Québec, Presses de l'Université Laval.

MACHOR, James L., et Philip GOLDSTEIN (dir.) (2001), Reception Study. From Literary Theory to Cultural Studies, New York/Londres, Routledge.

MILNER, Henry (2004), La compétence civique. Comment les citoyens informés contribuent au bon fonctionnement de la démocratie, Québec, Presses de l'Université Laval.

MISRAHI, Robert (1997), Qu'est-ce que l'éthique ?, Paris, Armand Colin.

MOSCOVICI, Serge, et Fabrice BUCCINI (2003), Les méthodes des sciences humaines, Paris, Presses universitaires de France.

MUCCHIELLI, Alex (1996), Dictionnaire des méthodes qualitatives en sciences humaines et sociales, Paris, Armand Colin.

RIEKE, Richard D., et Malcom O. SILLARS (2001), Argumentation and Critical Decision Making, Londres, New York.

SCHÖN, Donald A., et Martin REIN (1994), Frame Reflection. Toward the Resolution of Intractable Policy Conflicts, New York, Basic Books.

SIGNORIELLI, Nancy, et Michael MORGAN (1990), Cultivation Analysis. New Directions in Media Effects Research, Newbury Park, Sage.

SPLICHAL, Slavko (1999), Public Opinion. Developments and Controversies in the Twentieth Century, Lanham/Boulder, Rowan & Littlefield.

SPROULE, John Michaël (1980), Argument. Language and its Influence, New York, Mc Graw-Hill.

TREMBLAY, Gaëtan, (1991), « L'opinion publique », dans M. Beauchamp (dir.), Communication publique et société, Boucherville, Gaëtan Morin, p. 149-181.

Haut de page

Notes

1  Voir l'ouvrage important de P.-J. Brunet et M. David-Blais (2004). Alors que P.-J. Brunet problématise la question de la spectacularisation de l'information notamment à la télévision, J. Rivet renseigne sur la question des valeurs journalistiques québécoises. Gilles Gauthier regarde en particulier les jugements de valeur des columnists de sport, et M.-D. Blais traite de la nouvelle religieuse d'un point de vue sociologique et épistémologique. Les autres textes présentent des réflexions intéressantes sur les cas d'Amérique du Sud, d'Europe et d'Asie, mais si plusieurs de ces textes prennent une position normative, seul Gauthier fournit une analyse de contenu serrée, limitée à un type de pratique journalistique donné. Sauf ses analyses pointues (voir Gauthier, 2002a et 2002b notamment), nous devons constater que les écrits en éthique journalistique prennent très rarement une approche descriptive comme nous tentons de le faire ici. Nous n'avons pas trouvé d'analyses de contenu qui soient des lectures transversales axées sur une période de temps et sur une série de publications. Une recherche bibliographique dans Eric, Francis, ProQuest, ISI Web of Knowledge, Public Opinion Quarterly et Human Communication Research ne fournit aucun résultat. La discussion est abondante, mais elle porte sur les problèmes éthiques substantiels qui sont posés et traités, soit en éthique du journalisme, en analyse du traitement de la presse de telle question ou de tel débat, mais non sur une analyse d'occurrences du terme « éthique » lui-même.

2  Voir à ce sujet Létourneau (2003). Sur la distinction d'éthique et morale, reportons-nous aux distinctions établies par Rawls (1992) et Habermas (1982, 1998). Nous trouvons aussi une distinction chez Comte-Sponville (2001), alors que c'est beaucoup moins clair chez Misrahi (1997). Le débat se poursuit donc sur la définition juste de ces termes.

3  Nous rejoignons ainsi ce que Gauthier (1991) appelait déjà une éthique descriptive. Voir aussi Létourneau (1997).

4  Sans nous y restreindre, nous reconnaissons la valeur du courant de recherches d'agenda setting en études de la communication.

5  Voir Signorielli et Morgan (1990), même si nous pouvons nuancer le mainstreaming par le recours au narrowstreaming de plus en plus répandu.

6  Sur la notion de cadre, voir bien sûr Goffman (1974), mais aussi Schön et Rein (1994).

7  Nous pouvons ici reprendre avec profit la métaphore du flux, développée entre autres dans Gitlin (2001).

8  On ne posera pas ici la question de savoir si les journalistes (et les organisations ou entreprises de presse qui les emploient) servent vraiment l'intérêt public ou s'ils cherchent plutôt à faire frémir la population dans le but de vendre de la copie. C'est là un débat qui présuppose d'emblée un sens assez usuel du mot « éthique » (comme pratique du repérage des conflits d'intérêts ou des manques à l'équité journalistique). Nous voudrions plutôt contribuer à éclairer la manière même dont le problème de l'éthique se pose, non pas pour les journalistes mais pour le public tel qu'on peut le reconstruire à partir des pratiques journalistiques.

9  Nous nous situons bien sûr dans la foulée des critiques de l'opinion publique, qui ont montré combien cette notion est de part en part construite, et qui ont souligné notamment le rôle abusif souvent joué par les sondages comme instruments de propagande. Pour des analyses nuancées, voir surtout Tremblay (1991), Splichal (1999) et Blondiaux (2003, 1997).

10  Voir Milner (2004 : 156). Il nous explique toutefois, données à l'appui, que les lecteurs adultes de journaux retiennent davantage de ce qu'ils ont lu que ne le font, de manière générale, les consommateurs de la télévision.

11  Faut-il le préciser, la notion de lieu est centrale en théorie de l'argumentation, depuis les Topiques d'Aristote. Ici, toutefois, le lieu est construit par les médias en tant qu'organisations plutôt qu'utilisé par un plaideur isolé. Voir Aristote (1950).

12  Breton et Proulx (2002 : 243) soulignent aussi l'autorité conservée des médias.

13  Voir Muchielli (1996 : 38-40), en référence à l'exemple d'Authier.

14  Parce qu'il n'est pas accessible à partir des moteurs de recherche usuels, le Journal de Montréal n'a pas été traité.

15  Encore une fois, un bon exemple d'analyse spécifique d'un genre journalistique particulier se trouve chez Gauthier (2004), à propos des columnists sportifs. On découvre d'ailleurs dans ses analyses leur forte tendance moralisatrice.

16  Depuis Gadamer (1992, 1960), l'approche herméneutique a consisté à montrer comment les présupposés d'une recherche, loin d'être un obstacle, sont au contraire sa condition de possibilité, même s'ils ne doivent pas prédéterminer le résultat. Des interprètes compétents et agissant de manière indépendante doivent être en mesure de classer des textes selon des catégories : cela est présupposé avant toute opération de codage des textes.

17  C'est la distinction classique entre la quoddité et la quiddité, en allemand le dass et le was, bref le definiendum (chose définie) et le definiens (le définissant). L'idée défendue ici est que sur le plan des usages, c'est la chose définie par l'opération de communication écrite qui importe. Voir là-dessus Boutin (1974).

18  À ce sujet, voir Rieke et Sillars (2001 : 137-141). Ceci étant dit, pour penser l'élément statistique nous utilisons surtout les sources suivantes : Kline (1953 : chapitres XXII-XXIV) et Hacking (2002, 2001).

19  Sur le recoupement des classes, voir Collingwood (1933). Voir aussi Sproule (1980) sur ce qu'il appelle les « termes dialectiques », qui ne peuvent être définis que par appel à d'autres notions.

20  Nous avons choisi de donner deux exemples pour chaque type de textes. Nous donnons des échantillons quand le titre ne confirme pas le sens de manière évidente. L'ensemble de nos données sont disponibles sur demande.

21  À titre d'exemples : Jean-Claude Leclerc, « Notre démocratie passe-t-elle encore avec succès le test de l'éthique ? », Le Devoir, 13 novembre 2000 : B6. À propos des politiciens : « […] la classe politique […] s'en montrerait indigne [du système politique] » dans Olivier Kaestlé, « Une dérive éthique », La Presse, 19 janvier 2003 : A11. Parlant d'une émission de télévision, il écrit : « […] approuvons-nous les valeurs ou le style de vie qu'elles [les émissions] proposent […] ».

22  Exemples : La Presse canadienne, « Génétique des populations. Il faut adopter un code d'éthique, pense le chercheur Claude Laberge », Le Soleil, 9 septembre 2002 : A7. Norman Delisle, « Québec renforce les règles d'éthique pour ses fonctionnaires », Le Droit, 22 novembre 2002 : 33.

23  (AFP), « Présidence du CIO : Un-Yong savait. Un rappel à l'ordre éthique coûteux », Le Soleil, 17 juillet 2001 : E22 ; Louis Tanguay, « Commissaire au lobbyisme : l'idée du ministre Bégin est faite. Pas question d'élargir le mandat pour en faire un conseiller à l'éthique », Le Soleil, 30 mai 2002 : A9.

24  La possibilité de créer une catégorie « consommation éthique » à l'intérieur de laquelle on pourrait faire entrer, en plus des investissements, le tourisme éthique et le commerce éthique aussi appelé équitable a été sérieusement considérée puis rejetée. Il a semblé que l'importance numérique significative et la récurrence de l'investissement éthique lui méritait une mention spéciale ; les autres éléments n'ont qu'une importance très mineure étant donné le nombre très faible des occurrences de la « consommation » si on exclut l'investissement éthique.

25  Voir Hélène Baril, « L'investissement éthique se répand », La Presse, 27 novembre 2001 : D5 ; Charles Côté, « La révolution éthique d'une sœur économe », La Presse, Cahier Affaires, 13 mai 2002 : D1.

26  Rappelons que nous ne comptons pas que les usages proprement « journalistiques » mais bien tout article publié, y compris par les lecteurs. Voir Pierre Vennat, « Marcel Pépin (1926-2000). Une vie consacrée à la moralité publique et à une certaine éthique », La Presse, 7 mars 2002 : A7 ; Pierre Brunet, « Réforme bien amorcée. L'éthique, l'intégrité et l'honnêteté doivent être promues au premier rang des valeurs économiques », La Presse, section opinion/forum, 14 octobre 2003 : A18.

27  Voir Stéphane Baillargeon, « Œil pour œil. <La souffrance ne disparaît pas dans l'acte de vengeance>, dit le professeur d'éthique Denis Jeffrey », Le Devoir, 17 septembre 2001 : A1 ; Pierre Vallée, « Éthique et mondialisation : penser par soi-même », Le Devoir, 20 mars 2002 : G8 (cahier spécial).

28  Ils seront à la hausse en 2004.

29  Il s'agit de l'annonce (bidon) d'un clonage humain par Advanced Cell Technology. Voir Michèle Ouimet, « Un long frisson éthique », La Presse, mardi 27 novembre 2001 : A14. Pour une analyse de ce coup médiatique, voir Leclerc, Létourneau et Le blanc (2005) et Leclerc (2005).

30  Sauf quelques textes réclamant un code d'éthique en génétique des populations, septembre 2002.

31  Voir Elster (1999) sur la question des compensations.

32  Il en a été question d'abord dans le Globe and Mail. Voir ensuite André Pratte, « L'éthique rouge », La Presse, vendredi 22 juin 2001 : A10.

33  Un des usages rhétoriques abusifs est celui de l'amalgame cognitif, voir Breton (1997 : 126 sqq.) Il y a là une technique manipulatoire. Ce que nous relevons ici est quelque peu différent : sans qu'il y ait intention de tromper, la cooccurrence des termes peut produire chez le lecteur ou le récepteur un amalgame pourvu de sens !

34  Voir bien sûr Chomsky (1997). Rappelons que dans l'ouvrage Manufacturing Consent, le « propaganda model » ne fonctionnait pas selon une intention machiavélique délibérée, mais plutôt comme système de filtres produisant ensemble leur effet (sur la base d'une collusion des intérêts). Voir Herman et Chomsky (1988).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Graphique 1. Pourcentage des catégories par année, de 2000 à 2003
URL http://communication.revues.org/docannexe/image/3305/img-1.png
Fichier image/png, 100k
Titre Graphique 2. Mouvement des pourcentages par année, de 2000 à 2003
URL http://communication.revues.org/docannexe/image/3305/img-2.png
Fichier image/png, 243k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alain Létourneau, « Les significations majeures du mot « éthique » dans les journaux québécois », Communication, Vol. 24/1 | 2005, 177-208.

Référence électronique

Alain Létourneau, « Les significations majeures du mot « éthique » dans les journaux québécois », Communication [En ligne], Vol. 24/1 | 2005, mis en ligne le 14 août 2012, consulté le 20 novembre 2017. URL : http://communication.revues.org/3305 ; DOI : 10.4000/communication.3305

Haut de page

Auteur

Alain Létourneau

Alain Létourneau est professeur de philosophie, d'argumentation et d'éthique des communications, Université de Sherbrooke. Il tient à remercier Richard Lair pour son aide à la collecte et au classement des textes. Courriel : alain.letourneau@usherbrooke.ca

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org