Navigation – Plan du site
Recherches

Communication participative et appropriation du Nouveau partenariat pour le développement de l’Afrique (NEPAD)

Charles Moumouni

Texte intégral

1Le Nouveau partenariat pour le développement de l’Afrique (NEPAD) est né, en octobre 2001, de la fusion de deux plans de développement de l’Afrique : le Millenium African Plan (MAP) et le Plan Oméga. Dans son texte constitutif, les chefs d’État africains ont affirmé que le NEPAD « ne réussira que si les peuples africains, unis dans leur diversité, se l’approprient ». Les dirigeants africains se disent « convaincus que le continent dont le processus de développement a toujours été caractérisé par de faux départs et des échecs, sera couronné de succès avec la présente Initiative ».

2Pourtant, les critiques du NEPAD ne se sont pas fait attendre. Certains universitaires africains (NEPAD Scholars’ Forum, 2002) pensent qu’il est trop axé sur les exigences d’une économie néolibérale et sur le financement extérieur. On lui reproche notamment de fonder sa mise en œuvre essentiellement sur la volonté politique des chefs d’État et dirigeants africains, sans faire une grande place aux mécanismes par lesquels la société civile et les populations africaines peuvent y participer activement. On regrette ainsi l’absence, au stade actuel de gestion du NEPAD, de réelles stratégies de communication conçues par ses promoteurs. Or, le NEPAD, qu’on peut assimiler à une sorte de Plan Marshall pour l’Afrique, fait l’objet d’une importante mobilisation des bailleurs de fonds. Le Canada y a déjà engagé 500 millions de dollars, dont 3 millions en appui aux activités de sensibilisation des populations africaines. Toutefois, l’appropriation du NEPAD par les populations africaines est restée jusqu’ici dans l’ordre des déclarations d’intention et il est souhaitable de développer une réflexion poussée en ce sens.

  • 1  Ce projet de recherche est financé par le Conseil de recherches en sciences humaines du Canada (CR (...)

3Le présent projet1 répond à un tel souhait. Il se propose, par une analyse documentaire, des entretiens en profondeur et des séminaires de validation dans trois pays africains (le Bénin, le Sénégal et le Cameroun), d’examiner les approches communicationnelles mises en œuvre pendant les cinq premières années du NEPAD pour le faire connaître et permettre aux populations africaines de se l’approprier. Cet examen se fera notamment à la lumière de deux modèles de communication pour le développement. Le premier est le modèle diffusionniste unidirectionnel associé à la théorie de la modernisation, qui était le paradigme dominant dans les années 1950 et 1960 (Lerner, 1958 ; Rogers, 1962 ; Schramm, 1966). Le deuxième est le modèle participatif lié à la théorie de la communication participative pour le développement, qui est devenue la norme depuis les années 1970 (Melkote et Steeves, 2001 ; Alexandre et Bessette, 2000 ; Bessette et Rajasunderan, 1996 ; Paquet-Sévigny, 1996). Outre la caractérisation des activités de sensibilisation au NEPAD, la contribution la plus importante du présent projet de recherche portera sur l’exploration d’une approche de communication qui puisse faire de cette initiative de chefs d’État africains un projet des populations et des acteurs du développement africain. Le modèle adapté au NEPAD devra tenir compte du rôle clé joué par les leaders africains et de la nécessité d’un soutien populaire au plan. Le modèle ne doit être ni élitiste ni populiste. Dans cette optique, il serait, par exemple, intéressant de voir dans quelle mesure l’approche communicationnelle du leadership participatif, développé en management (Gordon, 1995 ; Hermel, 1988), pourrait être explorée aux fins de la connaissance, de l’acceptation et de l’appropriation du NEPAD.

4Le projet pourrait générer des contributions importantes tant sur le plan de l’évolution de la discipline de la communication pour le développement que sur le plan du développement de stratégies de communication qui favoriseraient le succès de programmes de coopération conçus dans le cadre du NEPAD. C’est pour cela que la diffusion des résultats de la recherche se fera, après des séminaires de validation, d’abord en direction des partenaires africains y ayant participé : milieux des affaires, membres de la société civile, responsables engagés dans les discussions et l’élaboration des politiques conçues dans le cadre du NEPAD et agents responsables de leur mise en œuvre. Les résultats de la recherche seront aussi diffusés dans les milieux académiques, par des conférences et des publications.

Problématique

5Le développement de l’Afrique est un problème récurrent depuis la vague des indépendances nationales du début des années 1960. Les premières recherches sur le développement africain ont pris un accent sinon catastrophique, du moins pessimiste. Ainsi, sur le plan du développement et de la démocratie, on trouvait que les Africains, qui font partie des « damnés de la terre » (Fanon, 1961), ont pris un mauvais départ (Dumont, 1962). À un moment donné, on se demandait même si l’Afrique ne refusait pas le développement (Kabou, 1991). D’autres recherches expriment, par contre, des visions plus optimistes et proposent des moyens de transformer la pauvreté en richesse (Tévoédjrè, 1978) et de vaincre l’humiliation imposée par cette pauvreté (Leonard, 2002 ; Tévoédjrè, 2001). Il faut souligner que plusieurs plans ont été mis en place ces deux dernières décennies pour sortir l’Afrique du sous-développement. Le Plan d’action de Lagos, qui a été adopté avec beaucoup d’enthousiasme au début des années 1980 (Centre africain de recherche appliquée, 1983), n’a malheureusement pas eu les retombées prévues. La Commission économique pour l’Afrique, antenne régionale de l’ONU en Afrique, a aidé avec plus ou moins de succès à mettre en place le Programme d’action du Caire pour la relance du développement socioéconomique de l’Afrique2. Le Japon prend actuellement des initiatives dans le cadre de la Conférence internationale de Tokyo sur le développement en Afrique (TICAD)3. C’est dans ce contexte qu’a été lancé le Nouveau partenariat pour le développement de l’Afrique, plus communément appelé NEPAD (New Partnership for Africa’s Development).

6Le NEPAD est né de la fusion, d’une part, du Millenium African Plan (MAP), proposé par les présidents Thabo Mbeki de l’Afrique du Sud, Olusegun Obasanjo du Nigéria et Abdel Aziz Bouteflika de l’Algérie et, d’autre part, du Plan Oméga, proposé par le président sénégalais Abdoulaye Wade. L’objectif principal du NEPAD est d’enrayer la pauvreté en Afrique et de combler le fossé de développement qui sépare l’Afrique des pays développés, en lui donnant la part qui devrait lui revenir dans la mondialisation de l’économie, tout en la sortant du binôme crédit-aide qui caractérise ses programmes de développement. Dès sa conception, le NEPAD a suscité beaucoup d’enthousiasme dans les milieux des partenaires au développement, notamment lors des sommets des chefs d’État du G8 à Gênes (Italie en 2001) et à Kananaskis (Canada en 2002). Le Canada a même engagé immédiatement 500 millions de dollars dans un Plan d’action du G8 pour l’Afrique. Dans le domaine de la communication, le Canada prévoie

  • 4  Voir le document « Nouvelles initiatives canadiennes pour l’Afrique » sur le site consacré au Somm (...)

[…] trois millions de dollars sur trois ans pour appuyer les initiatives visant à faire mieux connaître aux Africains les principes et les objectifs du NEPAD, à promouvoir le dialogue public sur le partenariat et le programme de réformes exposés dans le NEPAD et à favoriser, de manière générale, les échanges entre les Africains et leurs gouvernements4.

7Il est important que la société civile et les acteurs économiques africains, notamment, se reconnaissent dans le NEPAD, qui est dit être « […] l’expression de l’engagement des dirigeants africains à traduire en actions concrètes les aspirations profondes des peuples africains » (point 53 du NEPAD).

8Le développement nécessite la participation effective des populations bénéficiaires à la conception et à la réalisation des programmes et des projets qui les concernent (Aïdam, 2003). Le manque d’appropriation (Makolo, 1990) de ce plan-cadre de coopération par les acteurs clés du développement de l’Afrique pourrait résulter en une sorte de rejet ou de boycott des programmes et des projets qui en découlent (Culpeper, 2003 ; Ben Mammouda et Kassé, 2002 ; Bebbe-Njoh, 2002). Certains responsables d’organisations non gouvernementales parlent d’un « NEPAD des chefs d’État, fait par les chefs d’État et pour les chefs d’État » et proposent même un programme alternatif fondé sur les contributions réelles des peuples africains : « Programme de l’Afrique pour le Salut » (Origbede, 2003). Dans ces conditions, le sort du NEPAD risque de ressembler à celui des autres plans de développement de l’Afrique qui sont morts dans l’œuf. La collaboration des populations africaines à la réalisation des objectifs du NEPAD est aussi importante pour les pays bailleurs de fonds, dont le Canada, qui ont besoin de légitimer leur contribution devant leur opinion publique. Au Canada, le NEPAD n’a pas toujours bonne presse ; quelques titres sont évocateurs : « Développement de l’Afrique. Le NEPAD souffre d’un manque de crédibilité. Le G8 et les dirigeants africains ont négligé d’informer les citoyens » (Le Devoir, 2 mai 2002 : A2) ; « Des militants africains contre le NEPAD » (La Presse, 18 juin 2002 : A9) ; « Le G8 à Kananaskis. Le <sommet des pauvres> rejette le NEPAD » (Le Devoir, 27 juin 2002 : A2) ; « Much-touted reform plan means little to Africans » (The Globe and Mail, 27 juin 2002 : A7) ; « Où est passé le fameux NEPAD ? » (Le Droit, 30 mai 2003 : A19).

9La recherche sur l’appropriation du NEPAD par les populations africaines soulève des problèmes théoriques qui doivent être situés dans les écrits scientifiques portant sur la communication pour le développement des pays dits du tiers-monde. À notre connaissance, aucune étude n’a encore été consacrée à la dimension communicationnelle du tout nouveau plan panafricain de développement qu’est le NEPAD.

10Rappelons que trois principales théories de communication pour le développement ont été élaborées depuis les années 1950 : la théorie de la modernisation, la théorie de la dépendance et celle de la communication participative pour le développement. Ces trois théories peuvent-elles nous aider à comprendre la stratégie de vulgarisation du NEPAD ? Peuvent-elles aider à atteindre l’objectif de son appropriation ? N’y a-t-il pas lieu de recourir à un modèle plus adapté à la réalité du NEPAD ? C’est l’intérêt de l’approche communicationnelle que nous voulons explorer, celle du leadership participatif pour le développement en Afrique. Dans cette optique, nous écartons tout de suite la théorie de la dépendance, car bien qu’elle pose le diagnostic du sous-développement et dénonce les facteurs qui retardent le développement du Tiers-Monde (Baran, 1957 ; Freire, 1968 ; Dos Santos, 1970 ; Cardozo, 1972), elle ne débouche pas sur une proposition concrète ayant trait à l’approche de communication à privilégier pour résoudre les problèmes de développement. Il reste alors la théorie de la modernisation et celle de la communication participative pour le développement. Ces théories expriment trois niveaux de préoccupation : premièrement, elles proposent un modèle de développement ; deuxièmement, elles définissent le rôle que peut jouer la communication dans le développement ; troisièmement, elles indiquent la façon de communiquer ou de vulgariser les plans, programmes ou projets de développement. Dans le cadre du présent projet, nous ne nous intéresserons qu’au troisième niveau de préoccupation. Les deux premiers seront abordés dans une recherche ultérieure, mais il convient d’en parler brièvement ici afin qu’on puisse bien comprendre les modèles susceptibles de favoriser l’appropriation du NEPAD par les populations cibles.

11Dans la théorie de la modernisation, qui est le paradigme dominant dans les milieux universitaires dans les années 1950 et 1960, le développement est perçu essentiellement comme un processus linéaire de croissance économique (Smith, 1776), qui doit se réaliser par étapes (Rostow, 1960) et par l’industrialisation, l’urbanisation et les investissements. On pense que le développement des technologies et des infrastructures conduirait à la croissance du revenu per capita. Soutenue par des chercheurs américains tels que Daniel Lerner (1958), Everett Rogers (1962) et Wilbur Schramm (1966), la théorie de la modernisation a donc pour postulat le transfert massif des capitaux, des technologies, du savoir-faire, de l’idéologie et de la culture sociopolitique des sociétés modernes occidentales développées vers les sociétés traditionnelles du Tiers-Monde sous-développées (Melkote et Steeves, 2001 ; Servaes, 1995).

12Le NEPAD semble avoir abondé partiellement dans le sens de cette approche économique du développement. On trouve dans le texte constitutif adopté par les chefs d’État africains en octobre 2001 des références explicites à la théorie économique néolibérale et aux postulats de la théorie de la modernisation. Le NEPAD met l’accent sur la croissance économique (7 % par an sur 15 ans pour l’ensemble du continent), les infrastructures physiques (y compris l’industrialisation et surtout les nouvelles technologies de l’information et de la communication), les capitaux et les investissements directs étrangers. Le NEPAD compte notamment sur un « partenariat » équilibré avec l’OCDE, le G8 et les institutions financières internationales. La philosophie économique et l’économie politique du NEPAD ont d’ailleurs été vivement critiquées par des chercheurs africains réunis au sein du NEPAD Scholars’ Forum, tenu à Nairobi du 26 au 29 avril 2002 (Tandon, 2002).

13Les approches communicationnelles qui sont liées au paradigme de la modernisation, sur le plan de la vulgarisation ou de la mise en œuvre des programmes de développement, sont essentiellement de type top-down ou unidirectionnel (Melkote et Steeves, 2001 ; Wilkins, 2000 ; Servaes, 1995 ; Miège, 1995 ; Weaver et Shannon, 1975 ; Schramm, 1966 ; Lerner, 1958), qu’il s’agisse de la diffusion des innovations (Rogers, 1962) ou même du two-step flow of communication (Katz et Lazarsfeld, 1955). Nous avons constaté, lors de nos observations directes tant à Libreville, au Gabon (fin mai 2002) à Cotonou, au Bénin (juin-août 2002), qu’à Yaoundé, au Cameroun (novembre et décembre 2004), que le NEPAD signifie différentes choses pour différentes personnes. Pour les uns, c’est un nouveau programme d’ajustement structurel. Pour les autres, c’est un produit de la mondialisation. Le NEPAD peut alors être perçu comme un plan de développement élaboré en conclave par les chefs d’État africains, imposé aux Africains et diffusé selon les modèles de la communication unidirectionnelle. Quoi qu’il en soit, même si la théorie de la modernisation peut être utilisée pour caractériser la politique et les stratégies de communication du NEPAD, elle ne peut pas permettre d’atteindre l’objectif de son appropriation.

14Il restera à voir si la théorie de la communication participative pour le développement est celle qui est indiquée pour favoriser l’appropriation du NEPAD. Cette théorie définit le développement notamment en termes de satisfaction des besoins fondamentaux de l’être humain (se nourrir, se soigner, se loger, s’éduquer, se vêtir). Tout en reconnaissant le caractère interdépendant et varié des expériences de développement, elle prône cependant un processus de développement endogène et durable (Huesca, 2002 ; Servaes, 1995 ; Williamson, 1991). Elle opte pour une approche communicationnelle de type participatif bottom-up et non top-down (Melkote et Steeves, 2001 ; Bessette et Rajasunderan, 1996 ; Paquet-Sévigny, 1996 ; Mody, 1991 ; Mowlana, 1990 ; Bessette, 1993 ; Nair et White, 1987 ; Jayaweera, 1987), de type horizontal, interactif (Joshi, 2002) et bidirectionnel symétrique (Grunig, Grunig et Dozier, 2002). Il y a deux types de participation : la « participation as a means to achieve an end approach » et la « participation as an end in itself approach » (Melkote et Steeves, 2001). Dans la première approche, la participation n’est qu’un simple moyen pour atteindre des objectifs de développement déjà fixés. Il s’agit, en fait, de faire le marketing social de programmes ou de projets de développement presque coulés dans le béton. La communication est bidirectionnelle, mais asymétrique. La deuxième approche de participation, par contre, tient grand compte de l’identité culturelle, des besoins, des expériences et des contributions des populations locales tant dans la vulgarisation, la mise en œuvre et l’évaluation des programmes de développement, que dans leur conception et leur élaboration. La participation ici n’est pas un simple moyen, mais une fin en soi. Le besoin pour un individu d’avoir son mot à dire dans les décisions importantes qui touchent sa vie est tout aussi essentiel pour son développement que le fait pour lui de manger, de boire et de dormir. Dans ce cas, la participation devient une mesure du développement lui-même.

15Lorsqu’on considère les premières réactions des divers acteurs de la société civile africaine par rapport au NEPAD, on pourrait penser que la démarche communicationnelle qui accompagne l’élaboration et le lancement du NEPAD ne semble pas être celle de la vraie communication participative pour le développement. Cette approche supposerait une implication réelle des populations en amont (dès la phase de conception) et en aval (mise en œuvre) des programmes de développement. Ce qui n’est pas le cas du NEPAD, qui demeure une initiative de chefs d’État africains que les populations doivent s’approprier. Le NEPAD, dans son état actuel, ne peut faire l’objet que de la deuxième approche de participation, celle qui ressemble au marketing social. Il est fort douteux qu’une telle approche conduise à son appropriation par des acteurs qui n’étaient pas associés à sa conception.

  • 5  Le développement participatif a été déjà utilisé par un chercheur de l’Université de Guelph (Ontar (...)

16C’est pour cela que nous voulons explorer une autre piste théorique, celle dite du leadership participatif (Mahone, 2001) pour le développement. L’expression « leadership participatif » n’est pas nouvelle ; on l’employait déjà dans le domaine du management (Axley, 1996 ; Gordon, 1995 ; Hermel, 1988). Mais à notre connaissance, c’est la première fois qu’elle pourrait être utilisée pour le développement en contexte africain5. Il s’agit donc d’un domaine de recherche inexploré, d’une nouvelle approche qui n’existe pas encore dans les écrits scientifiques sur la communication et le développement. L’approche du leadership participatif pour le développement africain ne serait ni élitiste ni populiste. Elle ne consisterait pas à « inviter la base à se lever et à rencontrer le sommet », selon les termes d’un chef d’État africain. Il s’agirait plutôt pour le sommet du NEPAD de descendre à la base, pour engager une véritable communication avec les populations (jeunes, travailleurs, agriculteurs, syndicats, femmes, hommes), sans faire du NEPAD un fait accompli, une parole d’évangile. De notre point de vue, le NEPAD est une sorte de « Constitution du développement africain ». Sa légitimité est fonction du rôle qu’y joueront les peuples africains.

Méthodologie

17L’appropriation du NEPAD sera au cœur de notre démarche méthodologique. L’appropriation peut se définir ici comme le fait pour les Africains de percevoir le NEPAD comme un plan de développement élaboré par les Africains pour les Africains, de connaître les caractéristiques clés du NEPAD, de s’y reconnaître, d’en être fiers et d’accepter d’œuvrer pour son succès. Pour évaluer cette appropriation, nous distinguerons entre deux catégories de répondants : d’une part, ceux que nous appellerons les initiateurs ou « émetteurs » du NEPAD et, d’autre part, les « récepteurs du NEPAD », c’est-à-dire les publics susceptibles de s’approprier le NEPAD (société civile et monde des affaires). Notre recherche sera essentiellement de type qualitatif. Elle pourrait être complétée plus tard, dans d’autres cadres, par des sondages de firmes spécialisées.

18Du côté des « émetteurs » du NEPAD, nous procéderons par triangulation de méthodes de recherche (Yin, 2003 ; Laramée, 1991). Nous ferons une analyse documentaire (textes fondamentaux, discours officiels, etc.) et vingt entretiens en profondeur avec des informateurs clés (décideurs politiques et hauts fonctionnaires) dans trois pays africains (voir plus loin). Compte tenu du rôle de leadership joué par le Canada dans le NEPAD (mais le Canada doit plutôt être vu comme un accompagnateur du NEPAD), nous rencontrerons quelques hauts fonctionnaires du ministère des Affaires étrangères, de la Coopération et du Commerce international, ainsi que les responsables du NEPAD à l’Agence canadienne de développement international (ACDI). L’observation documentaire et les différents entretiens en profondeur que nous réaliserons nous permettront de prendre connaissance de la politique et des stratégies de communication que les initiateurs du NEPAD ont adoptées tant au niveau national, régional que panafricain. Nous allons pouvoir les caractériser à la lumière de la théorie de la modernisation, de la théorie du développement participatif et de l’approche communicationnelle que nous voulons explorer, celle du leadership participatif en matière de développement.

19Du côté des « récepteurs » du NEPAD, nous ferons aussi de l’analyse documentaire et des entretiens en profondeur. L’analyse documentaire portera, notamment, sur les critiques du NEPAD dans les écrits savants, les écrits institutionnels, les rapports statistiques et les articles publiés dans les médias. Nous catégoriserons ces critiques et dégagerons celles qui posent implicitement ou explicitement les problèmes de communication du NEPAD. En outre, nous ferons 45 entretiens en profondeur (à raison de 15 par pays) avec des informateurs clés, choisis dans le monde des affaires et dans la société civile. En ce qui concerne le monde des affaires, nous mènerons nos enquêtes auprès des responsables de chambres de commerce et d’associations professionnelles. En ce qui concerne la société civile, nous mènerons nos enquêtes surtout auprès d’informateurs clés des organisations non gouvernementales (ONG) et des milieux universitaires. Mentionnons que les difficultés d’enquête de terrain dans certains pays africains nous obligeront peut-être à envisager l’utilisation d’Internet pour joindre et consulter certains informateurs. Les questions que nous poserons aux répondants de la catégorie « récepteurs » seront de nature à vérifier leur appropriation du NEPAD. Ainsi, elles viseront à déterminer leur implication dans l’élaboration du NEPAD, leur degré de connaissance de ce plan (comment en ont-ils été informés, ont-ils recherché des informations supplémentaires, quelle compréhension en ont-ils ?), leur opinion sur ses objectifs, leur volonté de participer à sa mise en œuvre et leur opinion sur les retombées du NEPAD dans leur vie quotidienne. Ces répondants seront choisis en fonction de leurs intérêts par rapport à deux secteurs stratégiques du NEPAD : le secteur du commerce international et des investissements et le secteur des nouvelles technologies de l’information et de la communication. C’est pour cette raison que nous allons faire des entretiens en profondeur dans le monde des affaires et avec des informateurs clés qui sont des spécialistes de ces secteurs. Les premiers résultats de notre recherche devront être validés dans chacun des trois pays africains choisis par 10 experts réunis dans le cadre d’un séminaire de validation d’une journée.

20Par ailleurs, il faut préciser que le NEPAD est un vaste programme concernant tous les pays africains. Il ne serait pas réaliste de mener d’un seul coup une étude sur toute l’étendue du continent. C’est pourquoi nos recherches sur le terrain se dérouleront seulement dans deux pays de l’Afrique de l’Ouest (le Bénin et le Sénégal) et dans un pays de l’Afrique centrale (le Cameroun). Une enquête auprès des acteurs du développement en Afrique du Sud, pays qui accueille le secrétariat du NEPAD, serait tout aussi intéressante, mais cela nous paraît trop ambitieux en termes de budget de recherche. Ce pays pourrait être pris en compte dans une autre étude prolongeant la présente recherche.

Haut de page

Bibliographie

AXLEY, Stephen R. (1996), Communication at Work : Management and the Communication-Intensive Organization, Wesport, Connecticut, Quorum Books.

BARAN, Paul (1957), The Political Economy of Growth, New York, Monthly Review Press.

BESSETTE, Guy, et C. V. RAJASUNDERAN (1996), La communication participative pour le développement : un agenda ouest-africain, Ottawa, CRDI.

BESSETTE, Guy (1993), « Communication pour le développement et transfert des connaissances : au-delà des pratiques émetteur-récepteur », Communication, 14(2), p. 137-168.

CARDOSO, Fernando Henrique (1972), « Dependency and development in Latin America », New Left Review, no 74 (July-August).

DOS SANTOS, Theotonio (1970), « The structure of dependency », American Economic Review, 60(21), p. 231-236.

DUMONT, René (1962), L’Afrique noire est mal partie, Paris, Éditions du Seuil.

FANON, Frantz (1961), Les damnés de la terre, Paris, Éditions La Découverte.

FOUNOU-TCHUIGOUA, Bernard (2002), « Le Nepad, ou le défi du rattrapage ». Communication au African Scholars’ Forum, Nairobi, Kenya, 26-29 juin.

FREIRE, Paulo (1968), Pedagogy of the Oppressed, New York, Herder and Herder.

G6B PEOPLE’S SUMMIT (2002), « G6B Recommendations for G8 Leaders », Calgary, 25 juin, [En ligne], http://www.g6bpeoplessummit.org/frames/content.html

GORDON, Thomas (1992), Leaders efficaces : communication et performance en équipe, Montréal, Le Jour & L’Actualisation inc.

GRUNIG, James, Larissa GRUNIG et David DOZIER (2002), Excellent Public Relations and Effective Organizations : A Study of Communication Management in Three Countries, New Jersey, Lawrence Erlbaum Associates inc.

HERMEL, Philippe (1988), Le management participatif : sens, réalités, actions, Paris, Éditions d’Organisation.

HUESCA, R. (2002), « Participatory approaches to communication and development », dans W. B. GUDYKUNST et Bella MODY (dir.), Handbook of International and Intercultural Communication, Thousand Oaks, Sage, p. 499-518.

INKELES, Alex (1974), Becoming Modern : Individual Change in Six Developing Countries, Cambridge, Massachusetts, Harvard University Press.

JAYAWEERA, Neville, et Sara AMUNUGAMA (1987), Rethinking Development Communication, Singapore, AMIC.

JOSHI, Ila (2002), « Participatory development communication », article publié sur le site Internet du réseau ORBICOM (Université du Québec à Montréal), le 19 juin 2002. [En ligne], http://www.orbicom.uqam.ca/in_focus/columns/en/archives/1999_mai.html

KABOU, Axelle (1991), Et si l’Afrique refusait le développement, Paris, L’Harmattan.

KATZ, Elihu, et Paul F. LAZARSFELD (1955), Personal Influence : The Part Played by People in the Flow of Communication, Glencoe (Ill.), Free Press.

LARAMÉE, Alain, et Bernard VALLÉE (1991), La recherche en communication : éléments de méthodologie, Sillery, Presses de l’Université du Québec.

LERNER, Daniel (1958), The Passing of Traditional Society : Modernizing the Middle East, New York, Free Press.

MAGREBI, Mouhammed (1980), « Vers un nouvel ordre de l’information : la collaboration entre les agences de presse africaines », Communication, 3(2), p. 57-65.

MASMOUDI, Moustapha (1979), « Third world news and views : The new World information order », Journal of Communication, 29(2), p. 172-185.

MCCLELLAND, David (1961), The Achieving Society, New York, Free Press.

MELKOTE, Srinivas, et Leslie STEEVES (2001), Communication for Development and Empowerment in the Third World : Theory and Practice, New Delhi/Newbury Park/London, Sage Publishers.

MIÈGE, Bernard (1995), La pensée communicationnelle, Grenoble, Presses universitaires de Grenoble.

MODY, Bella (1991), Designing Messages for Development Communication : An Audience Participation-Based Approach, New Delhi, Sages Publications.

MOUMOUNI, Charles (1997a), « Communication et développement : état de la question et enjeux ». Mémoire de maîtrise, Québec, Université Laval.

MOUMOUNI, Charles, et Michel BEAUCHAMP (1997b), « Médias et développement international : de la modernisation à la globalisation », ESJ-Lille, Les Cahiers du journalisme, no 3, p. 160-188.

MOWLANA, Hamid, et Laurie WILSON (1990), The Passing of Modernity : Communication and the Transformation of Society, White Plain, New Jersey, Longman.

NAIR, K. S., et Shirley A. WHITE (1987), « Participation Is the key to development communication », dans Chandra SHARMA (dir.), Média, Communication, and Development, Jaipur, Rawat Publications, p. 36-40.

NOLEN, Stephanie (2002), « Much-touted reform plan means little to Africans : More Canadians know about <partnership> among nations than those it’s meant to help », The Globe and Mail, 27 juin, p. A7.

PAQUET-SÉVIGNY, Thérèse (dir.) (1996), Communication et développement international, Québec, Presses de l’Université du Québec.

ROGERS, Everett M. (dir.) (1962), Diffusions of Innovations, New York, Free Press of Glencoe.

ROGERS, Everett M. (dir.) (1969), Modernizing Among Peasant : The Impact of Communication, New York/Montréal, Holt, Rinehart and Winston.

ROGERS, Everett M. (dir.) (1976), Communication and Development : Critical Perspectives, Beverly Hills, Sage.

ROSTOW, Walter Whitman (1960), The Stages of Economic Growth : A Non Communist Manifesto, Cambridge, Massachusetts, Cambridge University Press.

SCHRAMM, Wilbur (1966), L’information et le développement national : le rôle de l’information dans les pays en voie de développement, Paris, Unesco.

SERVAES, Jan (1995), « Development communication – for whom and for what ? », Communicatio, 21(1), University of South Africa Press, [En ligne], http://www.unisa.ac.za/dept/press/comca/211/servaes.html

SMITH, Adam (1776), The Wealth of Nations, Random House, Inc. ; version électronique disponible, [En ligne], www.marxists.org

TANDON, Yash (2002), « NEPAD and FDIs : Symmetries and contradictions ». Communication au NEPAD Scholar’s Forum, Nairobi (Kenya), 26-29 avril. [En ligne], http://www.worldsummit2002.org/texts/YashTandon.pdf

TÉVOÉDJRÈ, Albert (1978), La pauvreté, richesse de mon peuple, Paris, Éditions Économie et humanisme.

TÉVOÉDJRÈ, Albert (2002), Vaincre l’humiliation, 2e éd., Rapport de la Commission indépendante sur l’Afrique et les enjeux du 3e millénaire, PNUD.

WEAVER, Warren, et Claude SHANNON (1975), La théorie mathématique de la communication, Paris, Retz.

WILKINS, K. (dir.) (2000), ReDeveloping Communication For Social Change : Power, Theory, and Practice, Boulder, Rowman & Littlefield Publishers, Inc.

WILLIAMSON, H.A. (1991), « The fogo process : development support communications in Canada and the developing world », dans F. CASMIR (dir.), Communication in Development, Norwood, Ablex, p. 270-287.

YIN, Robert K. (1994), Case Study Research : Design and Methods, 2nd ed, Thousand Oaks (CA), Sage.

Ressources Internet sur le NEPAD (au 8 octobre 2003)

AFRICA ACTION (ONG) – ACCRA DECLARATION ON DEVELOPMENT [En ligne], http://www.africaaction.org/docs02/accr0204.htm [En ligne], http://www.africa.upenn.edu/Urgent_Action/apic-050202.html

AÏDAM, Célestine Akuavi (2003), « NEPAD et genre : quelle contribution des femmes africaines pour une meilleure participation au développement à la base ? ». Rencontres du Réseau africain sur le développement intégré (RADI) à Dakar, 24-26 février [En ligne], http://www.radi-afrique.org/nepad/programme.htm

BAD – STATEMENT BY GOVERNOR FOR Canada [En ligne], http://www.afdb.org/knowledge/speeches2001/statement-gov-canada-am2002e.htm

CANADIAN COUNCIL FOR INTERNATIONAL CO-OPERATION – AFRICA-CANADA FORUM ON NEPAD [En ligne], http://www.web.net/~iccaf/debtsap/nepadafricacdaforum.htm

CHRÉTIEN, Jean, Canada Helps Build New Partnerships with Africa [En ligne], http://www.pm.gc.ca/default.asp?Language=E&Page=newsroom&Sub=NewsReleases&Doc=africa.20020627_e.htm

CHRÉTIEN, Jean, Canada Summary of G8 Kananaskis Summit, [En ligne], http://www.planetark.org/dailynewsstory.cfm/newsid/16626/story.htm

COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L’AFRIQUE [En ligne], http://www.uneca.org/fr/fr_main.htm Page consultée le 8 octobre, 2002.

CONFÉRENCE SUR LE FINANCEMENT DU NEPAD [En ligne], http://www.nepadsn.org/french_version/index_french.html

HEINRICH BÖLL FOUNDATION, African Scholar’s Forum – Executive Summary, [En ligne], http://www.worldsummit2002.org/texts/NEPADExecSummaryFinal.pdf

INTER-CHURCH COALITION ON AFRICA, NGOs Statement on NEPAD, [En ligne], http://www.web.net/~iccaf/debtsap/nepad.htm

MAHONE, James P. (2001), « Participatory Leadership in Successful Rural Community », Canadian Society of Extension, July 9-11, [En ligne], http://www.uoguelph.ca/~csext/CSE%202001%20archive/abstracts/jim_mahone.html

MENNONITE CENTRAL COMMITTEE, The Kananaskis G8 Summit, [En ligne], http://www.mcc.org/canada/ottawa/G8/nepad.html

MONEYWEB, ITC and NEPAD [En ligne], http://m1.mny.co.za/mnsbx.nsf/Current/C2256B190030A01742256BA400393BDC?OpenDocument

MWAURA, Peter, « L’Afrique à l’heure de Tokyo », Afrique Relance, Nations Unies, [En ligne], http://www.un.org/french/ecosocdev/geninfo/afrec/vol12no1/ticadfr.htm

NEPAD, Home Page [En ligne], http://www.nepad.org/

NEPAD, Home Page. Action Plan, [En ligne], http://www.nepad.org/pdf/Doc003.pdf

NEPAD, Scholar’s Forum, [En ligne], http://www.worldsummit2002.org/index.htm [En ligne], http://www.worldsummit2002.org/activities/nepadforum.htm

ORIGBEDE, M. O. (2003), « Promotion du développement populaire dans le cadre du NEPAD : stratégie d’appropriation du NEPAD par la société civile ». Rencontres du Réseau africain sur le développement intégré (RADI) à Dakar, 24-26 février, [En ligne], http://www.radi-afrique.org/nepad/programme.htm

PEOPLE’S SUMMIT, G6B Statement of Recommendations, [En ligne], http://www.g6bpeoplessummit.org/

SOMMET DU G8 À KANANASKIS, G8 Africa Action Plan, [En ligne], http://www.g8.gc.ca/kan_docs/afraction-e.pdf

SOMMET DU G8 À KANANASKIS, Nouvelles initiatives canadiennes pour l’Afrique, [En ligne], http://www.g8.gc.ca/statements/20020627-f.asp?id=1 Page consultée le 9 octobre, 2002.

SOUTH AFRICAN PRESS ASSOCIATION, Nepad Not Just About Money, Says G8 Official, [En ligne], http://www.web.net/~iccaf/debtsap/nepadg8official.htm

TÉVOÉDJRÈ, Abert, Millénaire pour l’Afrique, [En ligne], http://www.tevoedjre.net/tevfr/KITINFO.doc

THE GLOBE AND MAIL, Much-Touted Reform Plan Means Little to Africans, [En ligne], http://www.globeandmail.com/servlet/ArticleNews/printarticle/gam/20020627/UNEPAN

THE HILL TIMES, The 800 Million Africans Deserve Better Treatment, [En ligne], http://www.thehilltimes.ca/hilltimes/bhupinder.html

UNICEF CANADA, Statement on NEPAD, [En ligne], http://www.unicef.ca/eng/travail/g8Summit/nepadResponse.html

WHELAN, Susan, Canada and Africa : A New Partnership, [En ligne], http://www.sarpn.org.za/NEPAD/may2002/whelan.pdf

Haut de page

Notes

1  Ce projet de recherche est financé par le Conseil de recherches en sciences humaines du Canada (CRSH), 2004-2007.

2  Voir le site de la Commission économique pour l’Afrique [En ligne], http://www.uneca.org/fr/fr_main.htm Page consultée le 8 octobre, 2002.

3  Voir Mwaura.

4  Voir le document « Nouvelles initiatives canadiennes pour l’Afrique » sur le site consacré au Sommet du G8 à Kananaskis [En ligne], http://www.g8.gc.ca/statements/20020627-f.asp?id=1 Page consultée le 9 octobre, 2002.

5  Le développement participatif a été déjà utilisé par un chercheur de l’Université de Guelph (Ontario) pour décrire le fonctionnement de certaines organisations de communautés rurales : voir Mahone.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Charles Moumouni, « Communication participative et appropriation du Nouveau partenariat pour le développement de l’Afrique (NEPAD) », Communication [En ligne], Vol. 24/1 | 2005, mis en ligne le 09 août 2012, consulté le 23 juillet 2017. URL : http://communication.revues.org/3313 ; DOI : 10.4000/communication.3313

Haut de page

Auteur

Charles Moumouni

Charles Moumouni est professeur au Département d’information et communication, Université Laval, Québec. Courriel : charles.moumouni@com.ulaval.ca

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org