Navigation – Plan du site
Articles

La Journée internationale des femmes à la télévision française : 1982-2002

Cartographie des programmes et stratégies éditoriales des chaînes : observations liminaires
Marlène Coulomb-Gully
p. 29-48

Résumés

Pour subtile qu’elle soit, l’appréhension de la dialectique entre médias et société n’en est pas moins centrale dans la compréhension de notre univers contemporain. Cette analyse de plus de vingt ans de programmation télévisuelle autour du thème de la Journée internationale des femmes le confirme, qui permet à la fois d’entrer dans les stratégies éditoriales des diverses chaînes du « Paysage audiovisuel français », d’approcher les relations entre agenda médiatique et politique et d’émettre quelques hypothèses sur le regard que notre société nationale porte sur les femmes.

Haut de page

Texte intégral

La situation des femmes n’est pas particulière, elle est révélatrice.

J. Laufer et al., Masculin-féminin : questions pour les sciences de l’homme.

  • 1  Les divers documents que nous avons pu consulter parlent tantôt de la « Journée internationale des (...)
  • 2  Ce réseau international réunit plusieurs dizaines de chercheurs spécialistes des médias et des étu (...)

1Précisons d’entrée de jeu quelques éléments permettant de contextualiser ce travail1. Ces observations liminaires sur la représentation de la Journée internationale des femmes à la télévision française de 1982 à 2002 constituent une première approche d’une recherche collective sur la représentation de la JIDF dans les médias (presse et télévision) de 15 pays d’Europe, d’Afrique du Nord et d’Amérique du Nord2. Le retentissement médiatique accru ces dernières années de la Journée des femmes nous a conduite à nous intéresser à cette manifestation, convaincue que nous étions qu’elle pouvait nous faire bénéficier d’un effet de loupe intéressant sur les représentations et le statut des femmes dans des sociétés et des cultures variées. Cette Journée internationale des femmes est en effet l’occasion de prises de parole, de mises en images et plus globalement de mises en scène multiples et diversifiées émanant d’acteurs sociaux très différents (féministes et plus largement mouvements de femmes, politiques, syndicalistes…). Cette question interpelle d’autant plus la recherche en sciences humaines et sociales aujourd’hui que, quinze ans après l’effondrement des régimes communistes, le contexte actuel est caractérisé par la progression de mouvements intégristes divers, tous hostiles à l’émancipation des femmes.

2En même temps qu’ils « informent », dans tous les sens du terme, la société dans laquelle ils sont intégrés, les médias en sont aussi le miroir (Charaudeau, 1997). Ce jeu complexe nous paraît d’autant plus intéressant à analyser s’agissant de la question de la représentation des femmes lors de la JIDF que les déclarations officielles sur la nécessaire égalité entre hommes et femmes ne masquent pas les contradictions qui travaillent le social à cet égard ; les débats sur la parité politique en France en sont un récent exemple. L’analyse de la médiatisation télévisuelle de la JIDF depuis son instauration par François Mitterrand en 1982 jusqu’au début des années 2000, soit pendant plus de vingt ans, doit permettre une première appréciation de la question.

3Mais — et nous y insistons — il s’agit là d’observations liminaires à caractère exploratoire sur la programmation des chaînes à cette occasion, d’éléments de cadrage général, qui devront impérativement être complétés par le visionnement des émissions repérées — en tout cas de certaines d’entre elles — et par leur analyse fine, par des entretiens avec des responsables de programmation, des réalisateurs, voire par des données sur la représentation des femmes à la télévision en général.

4Notre présentation s’effectuera en deux temps : après avoir fait le point sur un certain nombre de notions (cadrage théorique, méthode d’analyse, accès aux sources et corpus) qui, loin d’être annexes ou contextuelles, structurent fondamentalement notre approche et notre propos, nous tenterons une première synthèse de la programmation relative à la JIDF durant les vingt années écoulées.

Cadrage théorique, méthode, sources, corpus

Études de genre et problématiques communicationnelles

5S’il est impossible de ne pas faire référence aux études de genre lorsqu’on travaille sur la représentation des femmes dans les médias, précisons d’entrée de jeu notre rapport à cette problématique. Nous adhérons totalement à l’idée selon laquelle poser la question du rapport social des sexes est central à une compréhension générale de notre société. Nous faisons nôtre l’idée selon laquelle « [l]a situation des femmes n’est pas particulière, elle est révélatrice » et que, par conséquent, s’interroger sur la représentation des femmes dans les médias permet d’opérer un décentrement du regard dont bénéficiera la compréhension du social dans son ensemble et, en ce qui nous concerne, des médias en particulier. Nous sommes en effet convaincue que revisiter la problématique disciplinaire à la lumière de la variable « sexe » permet le renouvellement des problématiques, la valeur heuristique des études de genre nous paraissant incontestable (Laufer et al., 2001). De fait, l’analyse des médias a longtemps occulté les rapports sociaux de sexes, alors qu’il n’est à l’évidence pas indifférent que, par exemple, les grands médias soient aux mains de responsables de sexe masculin et que plus largement l’information soit principalement produite par des hommes. La sélection, la présentation, l’analyse de l’information sont forcément tributaires de cette réalité propre à la sociologie du journalisme. L’analyse de la médiatisation télévisée du 8 mars permettra, nous l’espérons, de mettre au jour quelques-unes de ces spécificités (Debras, 2003 ; Neveu, 2000).

6Mais si la paternité (la maternité ?) des études de genre est évidente, elle constitue surtout pour nous, chercheure en information-communication, un cadrage général, qui donne perspective et profondeur à cette étude.

  • 3  Rappelons que Habermas, sollicité sur la question de la représentation des femmes dans l’espace pu (...)

7L’insertion dans une problématique communicationnelle constitue quant à elle l’ancrage théorique immédiat de ce travail. Étudier la représentation des femmes dans les médias suppose à la fois une théorie de l’espace public et une référence à la problématique plus spécifique de l’agenda, notamment en ce qui concerne la représentation de la JIDF à la télévision. Rappelons que pour Habermas (1978 et 1987)3, initiateur du concept d’espace public, celui-ci constitue une sphère intermédiaire entre la société civile et l’État, un espace où sont débattues entre personnes privées les questions pratiques et politiques qui intéressent les membres de la cité. La « publicité », qui assure que la connaissance des points de vue sur une question est généralisée, et les organes de « publicisation » sont donc centraux dans sa réflexion qui intègre une étude sur les moyens et les lieux qui permettent le fonctionnement de cette « arène ». Après la presse et la radio, la télévision — si tant est que l’on puisse en parler au singulier quand les stratégies des chaînes deviennent centrales — constitue l’un des principaux organes de publicité de l’espace public contemporain.

  • 4  Voir les travaux fondateurs de Shaw et MacCombs (1972/73) et, sur les questions de cadrage, ceux d (...)

8Ceci nous conduit à poser la question de l’agenda4. L’agenda est une hiérarchie des priorités, une liste d’enjeux classés par ordre d’importance, et concerne tant les médias que les citoyens ou les hommes politiques, la divergence entre les priorités de ces diverses instances pouvant être riche d’enseignements. De façon plus restreinte, nous nous intéresserons ici au seul agenda médiatique, l’agenda setting, envisagé non seulement sur le plan de la visibilité que les médias peuvent conférer à une thématique donnée — la JIDF en ce qui nous concerne — mais aussi dans la façon dont les médias choisissent de traiter cette question, contribuant ainsi à la définition générale de cette thématique. Il s’agira donc d’analyser à la fois « combien » mais aussi « comment » les chaînes de télévision mettent en scène la JIDF.

  • 5  J’ai développé ailleurs et plus largement ces considérations méthodologiques (2002).

9Sur le plan méthodologique, nous postulons que la saisie d’un objet communicationnel, quel qu’il soit, ne peut s’effectuer que dans le cadre d’une logique pragmatique ; d’une part associer dans un même geste production, émission et réception et d’autre part considérer que le texte et le contexte de communication sont intimement liés, le contexte n’étant pas simplement « posé » autour du texte mais le structurant en profondeur. C’est ainsi que les conditions de production des émissions, la chaîne sur laquelle elles sont programmées, l’heure à laquelle elles sont diffusées et leur contexte de diffusion, mais aussi (et ceci est tributaire de cela) la question de l’audience, non seulement en termes quantitatif mais aussi qualitatif, constituent pour nous des éléments de structuration du sens du message télévisuel5. La visibilité que chaque diffuseur entend donner à la JIDF est tributaire de ces éléments.

Sources et corpus

  • 6  Le visionnement des émissions sera indispensable en un second temps pour permettre l’étude approfo (...)

10Il s’agit ici de cerner l’offre de programmation des chaînes et par conséquent de « positionner » la télévision par rapport à la question de la représentation du 8 mars et peut-être plus largement des femmes dans l’espace public. En première instance, la simple évaluation du nombre d’émissions repérées sur cette thématique, ses fluctuations selon les années, leur répartition en fonction des chaînes, des heures de diffusion, du genre des émissions, etc., constituent un bon baromètre de l’importance accordée à ce thème6. Mais ceci ne va pas sans soulever nombre de questions pratiques concernant la constitution du corpus, en lien avec l’accès aux sources.

La presse spécialisée

11L’étude des programmes de télévision, tels qu’ils apparaissent dans la presse TV,constitue une première approche possible,ceci permettant d’analyser en outre la façon dont ces magazines choisissent de mettre en valeur ou non les émissions diffusées dans le cadre de la JIDF. Le programme de télévision, qu’il s’agisse d’un supplément courant à un journal quotidien ou à fortiori d’une publication exclusivement consacrée à la programmation télévisuelle, est comme un guide touristique : devant le nombre des émissions de télévision, accru au fil des ans par l’augmentation de la durée de programmation et du nombre de chaînes, le téléspectateur ne peut espérer se repérer et faire ses choix sans cet outil, cette boussole qui lui permet de se repérer dans la jungle télévisuelle, si l’on peut se permettre de filer cette métaphore éculée. Il est clair par ailleurs que la mise en valeur de telle ou telle émission (nombre d’étoiles, de carrés, ou tout autre signalétique, encart spécial dans la mise en page, photos de l’émission…) est un indicateur de l’attention que le magazine souhaite attirer sur tel ou tel programme. L’équivalent, en quelque sorte, des étoiles du guide Michelin distinguant un site digne d’intérêt. La ligne éditoriale du magazine de télévision, l’image qu’il se fait de ses lecteurs, mais aussi l’importance accordée à un problème particulier par une société et à un moment précis justifient l’attribution de ces signes distinctifs et sont pour nous le meilleur outil permettant d’évaluer l’importance accordée à la JIDF.

  • 7  Pour que l’étude soit pertinente, il fallait que le journal considéré existât au moins depuis 1982 (...)

12Pour des questions de disponibilité et de longévité, mais aussi pour leur complémentarité éditoriale, le choix s’est porté sur Télérama et Télé 7 Jours7, sur lesquels nous avons travaillé en prenant en compte les programmes de la quinzaine englobant le 8 mars (du 1er au 15 mars). Ce choix d’une période assez large a été effectué pour limiter l’arbitraire lié à la date du 8 mars et permettre que ne soient pas exclues des émissions hebdomadaires qui auraient choisi d’évoquer la JIDF.

  • 8  Le paysage audiovisuel français (PAF) a considérablement évolué durant les deux dernières décennie (...)

13Parmi les difficultés rencontrées, notons que plus les chaînes sont nombreuses (trois en 1982, date du début de notre étude, sept en 20028), plus il est difficile de faire ce travail de dépouillement avec la certitude de ne rien laisser passer. Les premières limites sont celles du chercheur et de ses capacités de repérage. Difficulté accrue par le fait que plus les chaînes sont nombreuses, moins les programmes sont détaillés, pour des raisons de place et de lisibilité ; parfois, le programme mentionne simplement « magazine d’actualité ». Le recours à d’autres sources d’information s’impose alors d’où le recours aux bases de données de l’INA, la confrontation des deux sources devant permettre une approximation correcte des programmes concernés.

Les bases de données de l’INA

  • 9  Organisme public, l’INA (Institut national de l’Audiovisuel) peut être considéré, toutes proportio (...)

14Notre corpus démarrant en 1982, il s’agit pour nous de consulter à la fois la base Archives, pour les émissions antérieures à 1995, et le Dépôt légal pour les émissions diffusées à partir de cette date et jusqu’à nos jours. La même fourchette temporelle ayant été choisie pour le dépouillement des programmes de télévision (du 1er au 15 mars), et pour les mêmes raisons, les mots clés à partir desquels nous avons effectué ce repérage sont les suivants : femme(s), féminisme(s), sexisme ; journée de la femme, journée des femmes, journée internationale de la femme, journée internationale des femmes ; libération féminine, émancipation féminine ; parité (le terme n’apparaît dans la base INA9 qu’à partir de 1994).

  • 10  Notons, à titre anecdotique, l’implication de certains documentalistes chargés de rentrer ces donn (...)

15Le croisement entre ces mots clés et la période choisie a permis un nombre de réponses certes variable selon les années — et cette variabilité même est intéressante à étudier —, mais a révélé dans tous les cas des réponses infiniment plus nombreuses que lorsqu’on effectuait ce même test sur d’autres périodes de l’année, ce qui confirme l’hypothèse selon laquelle le 8 mars donne lieu à des manifestations télévisuelles spécifiques10.

Corpus

  • 11  Près de 90 % encore en 2004 (chiffres Médidamétrie).

16S’agissant du corpus à présent, précisons d’entrée de jeu que nous avons restreint cette étude à la programmation hertzienne, et ce, pour diverses raisons ; d’abord et surtout parce que les chaînes hertziennes concentrent aujourd’hui encore l’essentiel de l’audience11 ; ensuite parce qu’elles étaient les seules à exister en 1982 et que cela permet une continuité dans l’observation ; enfin parce que nous avons nos propres limites et que prendre en compte la seule programmation hertzienne suppose en soi un travail assez important et complexe. Ceci n’exclut pas l’étude ultérieure de la programmation des chaînes câblées.

17Par ailleurs, certaines difficultés d’arbitrage ont été rencontrées dans la constitution de notre corpus, concernant les émissions qu’il était souhaitable ou non d’y intégrer. Pas de problème lorsque le lien était explicitement fait avec la JIDF par les chaînes elles-mêmes ou la presse spécialisée ; mais dans le cas inverse, comment être sûre que l’émission, bien que traitant d’une problématique qui nous paraissait liée à la question des femmes, doive bien être intégrée dans le corpus ? On peut sans doute régler assez facilement la question des séries types Femme d’honneur et Julie Lescaut ou l’émission actuelle de téléréalité sur M6 On a échangé nos mamans, en considérant que ces émissions ne sont pas spécifiquement programmées pour la JIDF et que seuls les hasards de la programmation les font apparaître dans notre viseur.

  • 12  « 20 ans de 20 heures – La représentation de la JIDF au journal télévisé », étude en cours.

18Ont été en revanche intégrées dans le corpus des épisodes de séries en général sans lien avec les femmes mais qui, dans la fourchette temporelle qui est la nôtre, ont programmé, probablement à dessein, un épisode dont on peut considérer qu’il relève de notre problématique ; ainsi par exemple un épisode de la série Tribunal, diffusé sur TF1 le 13 mars 1990 et consacré au règlement d’un divorce à la suite d’une accusation de viol d’un mari par sa femme. Précisons aussi que ce corpus n’intègre pas les JT (journaux télévisés) qui tous, pour le 8 mars, consacrent un ou plusieurs sujets à la JIDF et qui feront l’objet d’une étude en soi12.

19Doit être enfin posée la question de la représentativité de la programmation liée à la JIDF par rapport au positionnement général de la chaîne face à la thématique « femme ». Si seule une analyse exhaustive de la représentation des femmes dans la programmation globale de chaque chaîne pour ces vingt ans pris en compte peut répondre à cette question avec certitude, le suivi précis pour les années 2003 et 2004 (par conséquent hors du corpus ici analysé) de la programmation globale des chaînes, ainsi que l’analyse détaillée des émissions en lien avec la JIDF, nous permettent de penser que la programmation effectuée à l’occasion de la JIDF est en parfaite continuité avec la ligne éditoriale de chaque chaîne et par conséquent représentative de la politique générale de la chaîne sur le thème de la femme.

20Ainsi délimité, notre corpus est composé d’un peu moins de 200 émissions pour les deux décennies prises en compte et l’ensemble des chaînes, sachant que ce chiffre est à prendre avec les réserves qu’on a signalées (nécessité de visionner les émissions) et qu’il doit être modulé par la durée, très variable, des émissions.

Heurs et mécomptes de la JIDF à la télévision. Premiers éléments de synthèse

21La JIDF à la télévision, c’est d’abord de la télévision.

22Étudier la JIDF à la télévision, c’est d’abord retrouver l’histoire de la télévision, avec l’émergence et la disparition de certaines émissions qui font désormais partie du patrimoine télévisuel. Ainsi par exemple les magazines Aujourd'hui la vie et Féminin présent, diffusés dans les années 1980 et destinés aux femmes, Bouillon de culture, La marche du siècle ou Droit de réponse, 30 millions d’amis ou Stade 2, Super sexy ou Bas les masques.

23Cela permet aussi de souligner le rôle précurseur de certaines personnalités dans la promotion de ce thème, avant qu’il ne soit en voie d’institutionnalisation, au milieu de la deuxième moitié des années 1990. Ainsi

  • Frédéric Mitterrand ; L’œil en coin sur la première chaîne au début des années 1980, puis Étoiles et toiles au milieu des années 1980 et Du côté de chez Fred sur Antenne 2 à la fin de la même décennie,

  • Bernard Rapp ; Caractères sur Antenne 2 puis Jamais sans mon livre sur France 3, deux émissions du début des années 1990,

  • Christine Bravo à la même période ; Mille bravos sur France 3 et sur France 2 Frou-Frou,

  • Mireille Dumas ou Serge Moati.

24Citons aussi quelques émissions particulièrement en pointe sur la question, toutes diffusées sur France 3, comme Mosaïques dans les années 1980, Mascarines ou Français si vous parliez, dans les années 1990.

25Dans tous ces cas, il s’agit de chaînes publiques et l’on retrouve, avec la prééminence de France 3 dans ce palmarès, quelque chose du statut longtemps expérimental de la chaîne en matière de programmation. Comme si accueillir des émissions sur les femmes relevait d’un risque que des chaînes plus « installées » pouvaient plus difficilement se permettre de prendre.

26Étudier la femme à la télévision, y compris dans le cadre restreint de la JIDF, c’est aussi entrer de plain-pied dans le paysage audiovisuel français dans la mesure où avec la très relative popularisation du thème au fil des années, chaque émission va l’aborder en fonction de la thématique qui lui est propre : ainsi des émissions religieuses, philatéliques, sportives, humoristiques, voire animalières ou autres, qui pour le 8 mars, s’efforcent d’infléchir le contenu de leur programmation de sorte à pouvoir être en phase avec l’actualité du jour.

27Ainsi, par exemple,

  • des émissions religieuses, aujourd’hui présentes dans le seul cahier des charges du service public : La source de vie (TF1, années 1980), Le jour du Seigneur (TF1 puis France 2), Présence protestante (A2 puis F2), Islam (F2) ;

  • des émissions sur les animaux (!) : 30 millions d’amis (TF1 et aujourd’hui France Télévision) ;

  • des émissions philatéliques : Philatélie Club (TF1, années 1980) ;

  • des émissions consacrées au sport : Stade 2 (F2), au rugby (Rencontres à XV, F2), à la pêche, Au bon coin (F3, années 1980), au cheval, Cheval 2-3 (A2, années 1980) ;

  • des émissions humoristiques : Le nouveau théâtre de Bouvard (A2, années 1980), Dimanche Martin (TF1, années 1980), On a tout essayé (F2) ;

  • des émissions culturelles et notamment consacrées au livre, qui constituent une spécificité de la télévision française. Qu’on en juge plutôt : la mythique Bouillon de culture (F2, années 1980), Étoiles et toiles (années 1980, TF1), Du côté de chez Fred (A2, années 1980), Ex libris (TF1), Droits d’auteur (La 5, années 1990), Caractères (A2, années 1990), Jamais sans mon livre (F3, années 1990), On aura tout lu (La 5, années 2000), Trois minutes pour faire lire (A2, années 1990). Les noms les plus illustres de la télévision s’y distinguent : B. Pivot, M. Polac, B. Rapp, PPDA, F. Mitterrand et P. Amar, la quête de la légitimité culturelle passant toujours par le livre, pour les médias comme pour leurs promoteurs ;

  • des émissions de découverte : Faut pas rêver (F3, années 1990), Grand format (La 5, années 2000), Des racines et des ailes (F3) ;

  • des émissions d’actualité, citoyennes ou politiques : Mosaïques (F3, années 1980), Français, si vous parliez (F3, années 1990), Saga-Cités (F3, années 1990), Ripostes (La 5), Mon kanar (F3, années 2000), C’est mieux ensemble (F3, années 2000).

28La fin des années 1990 et les années 2000 voient se multiplier les émissions de « vie quotidienne » (Matin bonheur sur F2, Les beaux matins sur F2, C’est au programme sur F2, C’est dans l’air sur La Cinq), sur la santé (Le magazine de la santé sur La Cinq, Sida mag sur F3), sur l’économie (Ecomatin sur La Cinq) qui toutes déclinent à leur manière la thématique « femme » lors de la JIDF.

29Nous voyons ainsi se dérouler sous nos yeux le quotidien télévisuel des chaînes.

30Si l’on accepte le procédé consistant à concentrer vingt ans de programmation en quelques lignes — procédé qui n’a rien de scientifique mais dont l’objectif est de concrétiser autant que faire se peut les émissions auxquelles on fait référence, d’incarner au mieux notre propos —, on peut imaginer un téléspectateur « accro », zappant d’une chaîne à l’autre au fil des heures et des jours de la semaine. Il va commencer sa journée en regardant (sur France 3) les championnats de France féminins de pêche dans Au bon coin ; poursuivre vers 10 h avec Les beaux matins (France 2) consacrés… aux violences conjugales ou se plonger dans les nombreuses émissions médicales qui se multiplient dans les années 1990 comme Le magazine de la santé (France Cinq) sur « La sexualité féminine sans la pilule ». En début d’après-midi, il pourra suivre sur Féminin présent (TF1 encore publique) une émission sur les femmes dans l’armée sous le titre de « Aux armes citoyennes » ou Aujourd'hui la vie (sur Antenne 2) avec « Fille, 20 ans, la vie devant soi » ; à 15 h, Philatélie Club (TF1 encore publique) lui proposera une réflexion sur la représentation de la femme sur les timbres, à moins qu’il ne préfère Cheval 2-3 de Pierrette Bres (sur Antenne 2), où il apprendra tout sur B. Marie, seule femme jockey d’obstacles, tandis que dans Du côté de chez Fred (Antenne 2), notre téléspectateur aura un aperçu du festival de films de femmes de Créteil.

31L’access prime time et le prime time posent plus de problèmes, aucune émission en lien avec la JIDF ne semblant programmée avant la fin des années 1990 — il pourra en profiter pour aller dîner —, et il lui faudra en général attendre 22 h pour pouvoir renouer avec sa thématique préférée. En seconde partie de soirée en effet, on n’a que l’embarras du choix : Droit de réponse de Polac (TF1) sur « Être une femme, est-ce un handicap ? » ou Ex Libris (TF1 toujours) de Patrick Poivre d’Arvor sur l’amour au féminin ; Le cercle de minuit (Antenne 2) de L. Adler présentera un « Vive les femmes » consacré… aux femmes violées, tandis que Du fer dans les épinards de Ch. Dechavanne (A2) lui proposera « 50 ans et plus : les femmes au top ». Il pourra enchaîner, vers 2 h du matin, sur Frou Frou de Christine Bravo qui présentera des mannequins masculins. Le dimanche matin, s’il ne regarde pas Présence protestante sur les femmes pasteures ou Le jour du Seigneur consacré à une conférence de presse de la Vierge Marie sur la difficulté d’élever ses enfants, il pourra choisir Rencontre à XV sur le rugby féminin. L’après-midi, Dimanche Martin lui proposera « Incroyable mais vrai : Elisabeth pilote de ligne » et il suivra les résultats sportifs du week-end en regardant Stade 2 qui lui permettra en outre de rencontrer des sportives de haut niveau en compagnie de Marie-George Buffet.

32Mais ce sentiment d’abondance, dû à la concentration en quelques phrases de deux décennies de programmation, ne vaut réellement que pour ces toutes dernières années et pour quelques chaînes seulement : rapportées à l’ensemble de la programmation de toutes les chaînes, les émissions spécifiquement consacrées à la question des femmes restent peu nombreuses, comme on pourra le constater ci-dessous.

Une très lente montée en puissance

  • 13  Il s’agit là d’une spécificité française : si dans les pays anglo-saxons la prise de conscience de (...)

33Intuitivement, il nous semblait que si cette manifestation avait connu un succès très limité dans les premières années qui avaient suivi son instauration en France par F. Mitterrand, les années 1990, avec notamment la question récurrente de la sous-représentation des femmes dans la vie politique, lui avaient donné une visibilité particulière, le vote de la loi sur la parité en 2000 ayant achevé d’instituer le 8 mars comme une date repère, ou ayant à tout le moins permis de le repérer dans la vie publique, au même titre que le 8 mai par exemple (bien que le 8 mars ne soit pas chômé, étant en cela à l’image de la réalité du vécu quotidien des femmes…). L’observation des programmes confirme cette intuition, ainsi que l’hypothèse d’un agenda médiatique à la traîne de l’agenda politique13.

  • 14  L’analyse du nombre de sujets en lien avec la commémoration de la JIDF, diffusés au cours des JT d (...)

34En effet, des programmes spéciaux sont consacrés à la JIDF dès 1982 mais de façon irrégulière selon les années et selon les chaînes. La fin des années 1980 et le début des années 1990 correspondent à une véritable traversée du désert et il faut attendre le milieu des années 1990 pour observer une certaine montée en puissance du thème ; la Marche du siècle diffusée en prime time sur F3 le 6 mars 1996 et intitulée « La marche des femmes : un siècle d’aventure », marque un retournement à cet égard. C’est aussi en 1996 que, pour la seule et unique fois de notre corpus, le magazine Télérama fait sa « une » sur la question du rapport homme/femme sous une forme, il est vrai, assez paradoxale, voire tendancieuse ou provocatrice, puisqu’il titre « Pas facile d’être un homme », la photo montrant un père tenant un bébé dans ses bras. L’année 1996 constitue donc une date clé pour notre problématique14.

35Mais avant le milieu des années 1990, il n’est pas excessif de parler de réticence des diffuseurs à ce propos. En effet, très souvent se trouvent programmés pour le 8 mars des magazines portant sur des thèmes d’actualité dont il n’aurait pas été difficile d’infléchir la thématique vers une prise en compte de la JIDF.

Un monopole de service public ?

  • 15  C’est particulièrement méritoire pour Arte puisque l’audience de la chaîne est principalement masc (...)
  • 16  C’est particulièrement sensible dans la programmation en prime time où quatre fois seulement en pl (...)

36Si l’ensemble des diffuseurs semble réticent, les chaînes paraissent néanmoins avoir des lignes éditoriales différentes : le service public, avec notamment Arte à partir de sa création en 1992, puis France 5, est plus enclin à diffuser des programmes consacrés à cette question15 que les chaînes privées, qui craignent sans doute la chute d’audience que cela pourrait entraîner16. Tout se passe donc comme si la question des femmes dans la société contemporaine relevait principalement d’une préoccupation de service public, au même titre que les émissions religieuses, les campagnes officielles pour les élections, ou tout autre espèce à protéger ou en voie de disparition.

Une tendance à la programmation hors du sacro-saint prime time

  • 17  En 1982, année de l’instauration de la JIDF en France, avec un programme de fiction sur Antenne 2 (...)

37Plus globalement, notons les trop rares occurrences où des émissions consacrées à cette question sont diffusées en prime time : de 1982 à 1994, cela ne s’est produit que dix fois pour toutes les chaînes et l’ensemble des quinze jours annuels pris en compte, ce qui démultiplie théoriquement les possibilités de prime time17.

38À partir de 1996, notamment grâce à Arte puis à la Cinq dès sa création en 1998, les programmes en prime time se font plus nombreux. Mais la seconde partie de soirée et surtout la journée sont les horaires de prédilection des émissions en lien avec la JIDF, sans doute parce que les femmes, cible supposée de ces émissions, sont les plus nombreuses à ces horaires, le présupposé de ce type de programmation étant que seules les femmes (ou en tout cas surtout les femmes) peuvent être intéressées par des programmes sur les femmes. Ce « ciblage », on pourrait presque dire ce « parquage » des émissions sur les femmes comme des Indiens dans des réserves, est un signe supplémentaire de leur marginalité.

Des genres mineurs

  • 18  En 1982, le film de C. Serreau, Mais qu’est-ce qu’elles veulent ? sur A2 et Elle voulait faire du (...)

39Peu de fictions pour célébrer la JIDF, fait sans doute lié à la programmation hors prime time qui caractérise la plupart des émissions en lien avec le 8 mars. En effet, la fiction est très présente en première partie de soirée, dans une sorte de cercle vertueux de la programmation18. Huit fictions en tout et pour tout de 1982 à 2000, et en 2003, Arte demande à dix réalisateurs (5 femmes, 5 hommes) de réaliser chacun un petit film sur ce thème. On note qu’à 3 exceptions près, sur 18 (Une fille dans l’équipe, Au nom de toutes les femmes et un épisode de la série Tribunal), toutes sont le fait du seul service public.

40Les programmes sur les femmes diffusés dans le cadre de la JIDF sont en effet principalement des documentaires et des magazines. Notons qu’il s’agit là d’émissions qui sont en règle générale beaucoup moins chères à réaliser que des fictions et que ce sont en outre des programmes plus souples : il est plus facile d’infléchir un magazine d’actualité vers une thématique « femme » que de réaliser une fiction et même un documentaire sur cette question, impossibles à improviser. La JIDF est donc principalement commémorée par des émissions de genres que l’on peut, pour la raison ci-dessus évoquée, qualifier de « mineurs ».

Déprogrammations et rediffusions : un principe d’économie

41De façon assez étonnante, plusieurs émissions diffusées dans le cadre de la JIDF l’ont été à la suite des déprogrammations : en 1990, reportage sur les Nanas Benz diffusé dans le cadre d’Envoyé spécial sur A2 et initialement prévu en février ; 1991, Femmes de Fleury, sur TF1, reportages sur les prisons de femmes et les femmes en prison, initialement programmé en janvier de la même année, etc. Tout semble donc se passer comme si, dans un souci de gestion optimale et d’économie, la JIDF permettait, sans avoir à préparer d’émissions spéciales, de « recaser » des émissions déprogrammées par ailleurs.

42Enfin, notons la rediffusion, en 1985, dans le cadre du magazine Aujourd'hui la vie, à 13 h 45 sur A2, d’une série de reportages diffusés sur la même chaîne le mois précédent en soirée et portant sur les rapports entre femmes et hommes dans cinq pays différents. Là encore, c’est un strict principe d’économie qui semble avoir présidé à ce choix de rediffusion, avec le risque de chute d’audience pour le magazine que cela implique. En effet, si l’on peut supposer que le public féminin est majoritaire dans les programmes de milieu de journée, il fait partie du public plus large qui regarde la télévision le soir et risque donc d’avoir déjà vu ces émissions. À moins que ne soit postulé le fait que lors de la première diffusion en soirée, l’audience familiale du prime time a forcément privilégié d’autres programmes. On sait en effet que les femmes se rallient aux programmes télévisés regardés par l’ensemble de la famille… et que ce sont les hommes qui détiennent la télécommande (Eveno, 2003) !

Quels thèmes privilégiés ?

  • 19  L’analyse par exemple de la programmation de TF1 autour du 8 mars 2004 — une seule émission, de je (...)

43S’il nous faut rester prudente tant que les émissions repérées n’ont pas été visionnées, nous pouvons néanmoins, à la lecture de l’intitulé des émissions lorsqu’il est assez détaillé, et des notices, souvent très précises, de l’INA, faire un double constat : d’une part, dans la lignée de ce qui a été dit plus haut, constater que les femmes à la télévision, c’est d’abord de la télévision. En effet, chaque chaîne aborde la JIDF en fonction de la ligne éditoriale qui est la sienne : son évocation sur TF1 privatisée ne ressemble en rien à ce qu’elle est sur Arte ou France 5 ; la femme, les femmes représentées sur TF1 n’ont que peu à voir avec celles d’Arte ou de France 5. Cette identité de chaîne dont procède une identité de femme est sans doute une des pistes les plus intéressantes à explorer19.

  • 20  La première femme aviatrice, la première femme cinéaste, etc. Soulignons le paradoxe, révélateur e (...)

44D’autre part, au-delà des évolutions de la JIDF à la télévision en plus de vingt ans, s’impose le constat de représentations des femmes somme toute assez conventionnelles, voire stéréotypées. On peut observer la permanence, au cours de ces deux décennies, de thèmes comme la femme sujet et objet d’écriture (mais cela tient aussi à une spécificité française, à savoir le nombre important des émissions portant sur l’actualité du livre), la femme artiste, la femme victime, souffrante (Bertini, 2002 : chapitre 6), la femme mère et épouse, la femme œuvrant pour la paix (Israël, Chili, contre la camorra…), le corps des femmes (sexualité, viol, beauté, sida), la place des femmes dans la religion et notamment dans l’islam, en lien avec une autre thématique de plus en plus présente, celle de la femme maghrébine, la montée en puissance des deux thèmes se faisant conjointement. Il s’agit là encore d’une spécificité française, due à l’importance sur le territoire national d’une population en provenance du Maghreb. Du côté des évolutions, notons que le thème de la femme pionnière20, très présent dans les émissions des années 1980 et du début des années 1990, disparaît peu à peu, et qu’il faudra attendre 1999 pour qu’émerge le thème de la femme politique, sous l’impulsion du débat sur la parité.

45Cette émergence tardive du thème de la femme politique atteste quant à elle d’une politique très suiviste de la télévision sur ce plan, l’impulsion venant de la société et en l’occurrence du politique et non des médias.

Conclusion

46Si cette première approche ne permet pas une analyse de l’agenda au sens strict, on peut néanmoins souligner que la JIDF à la télévision porte longtemps toutes les caractéristiques des programmes mineurs, à faible audience et que les chaînes ne veulent pas se risquer à diffuser à des heures de grande écoute : désintérêt de la plupart des chaînes, privées et plus globalement généralistes, tendance à la programmation hors du prime time et de l’access prime time, émissions soumises à la déprogrammation et à la rediffusion, fiction faiblement représentée.

  • 21  Rappelons, pour nous limiter à la seule question politique, que la loi salique est française et, s (...)

47Il convient de souligner l’heureuse exception que constituent Arte et France 5, chaînes plus récentes et dont l’audience reste modeste — autour de 10 % en 2002. Mais le principal constat quant à la représentation télévisée du 8 mars est celui d’une réticence globale, qui traduit la crainte des programmateurs de faire chuter l’audience et fuir les annonceurs face à un thème qui reste perçu comme fondamentalement polémique et politique. Si, selon l’excellent mot d’A. Bazin, la télévision est l’inconscient à ciel ouvert de la société, ce consensus de la plupart des chaînes en dit long sur les pesanteurs de la société française, traditionnellement paternaliste voire machiste ou qui, en tout cas, entérine plus que d’autres — en Europe du Nord par exemple — la prééminence du masculin21. L’évocation de la JIDF ne peut dès lors se faire que sur le mode mineur, voire fonctionner comme un leurre. On est alors en droit de se demander si la médiatisation du 8 mars à la télévision n’a pas, paradoxalement, pour fonction de ritualiser l’invisibilité des femmes dans l’espace public national.

Haut de page

Bibliographie

BERTINI, M. J. (2002), Femmes. Le pouvoir impossible, Paris, Pauvert.

CHARAUDEAU, Patrick (1997), Le discours d’information médiatique. La construction du miroir social, Paris, INA-Nathan.

COULOMB-GULLY, Marlène (2002), « Propositions pour une méthode d’analyse du discours télévisuel », MOTS, no 70, p. 103-113.

DEBRAS, Sylvie (2003), Lectrices au quotidien, Paris, L’Harmattan.

EVENO, Patrick (2003), « Les médias sont-ils sexués ? », Le Temps des médias, no 1 (automne).

GASPARD, F. (1997), L’accès des femmes à la décision, Paris, L’Harmattan.

HABERMAS, Jürgen (1962/1978), L’espace public. Archéologie de la publicité comme constitutive de la société bourgeoise, Paris, Fayard.

HABERMAS, Jürgen (1981/1987), Théorie de l’agir communicationnel, Paris, Fayard.

HABERMAS, Jürgen (1999), L’espace public. Archéologie de la publicité comme constitutive de la société bourgeoise, 1990 pour la deuxième édition originale, Paris, Payot.

IYENGAR, Sh. (1991), Is Anyone Responsible ? How Television Frames Political Issues, Chicago, University of Chicago Press.

LAUFER, J., C. MARRY et M. MARUANI (dir.) (2001), Masculin-féminin : questions pour les sciences de l’homme, Paris, Presses universitaires de France.

NEVEU, Éric (2000), « Le genre du journalisme. Des ambivalences de la féminisation d’une profession », Politix, n°51.

SHAW, D., et M. E. MACCOMBS (1972-1973), « The agenda setting function of mass media », Public Opinion Quarterly, vol. 36, p. 176-187.

THÉBAUD, F. (2002), « Journée des femmes, fête des mères : origines et traditions », La Revue des diplômées, mars, p. 7-14.

Haut de page

Notes

1  Les divers documents que nous avons pu consulter parlent tantôt de la « Journée internationale des femmes », formulation conforme à l’expression originelle où « femmes » est employé au pluriel, mettant l’accent sur les femmes en tant qu’acteur collectif, tantôt de « Journée internationale de la femme », voire de « Journée de la femme », l’emploi du terme au singulier infléchissant le sens de l’expression vers une vision essentialiste où prédominerait une forme d’éternel féminin. Quoi qu’il en soit — et les variations dans la formulation valent aussi pour les intitulés des émissions de télévision ou les articles de presse qui portent sur ce sujet —, la formule sera abrégée dans ce document sous la forme « JIDF ». Rappelons que cette journée, décrétée par l’ONU en 1977, est officiellement instituée en France par François Mitterrand, en 1982. Sur ces points, voir, l’article de Simone Bonnafous dans ce même numéro et Thébaud (2002).

2  Ce réseau international réunit plusieurs dizaines de chercheurs spécialistes des médias et des études de genre. Pour la France, cette recherche est menée conjointement avec Simone Bonnafous, professeure en SIC à l’Université de Paris XII. Concernant cette étude sur 20 ans de programmation à la télévision française, je tiens à la remercier tout particulièrement de s’être ici chargée du dépouillement concernant le magazine de télévision Télé 7 Jours ainsi que pour sa relecture critique de cet article. Je remercie aussi Chantal Delmont, documentaliste à l’INA, centre de Toulouse, pour son aide efficace et chaleureuse.

3  Rappelons que Habermas, sollicité sur la question de la représentation des femmes dans l’espace public, précise dans cet extrait de la seconde préface (1990) de L’espace public : « L’exclusion des femmes a été un élément constitutif de la sphère publique politique, au sens où celle-ci n’était pas seulement dominée par les hommes de façon contingente mais déterminée, dans sa structure et son rapport à la sphère privée, selon un critère sexuel. De façon différente de l’exclusion des hommes défavorisés (ouvriers, paysans…), celle des femmes joue un rôle constitutif dans la formation des structures de la sphère publique. » (1999 : viii).

4  Voir les travaux fondateurs de Shaw et MacCombs (1972/73) et, sur les questions de cadrage, ceux d’Iyengar (1991).

5  J’ai développé ailleurs et plus largement ces considérations méthodologiques (2002).

6  Le visionnement des émissions sera indispensable en un second temps pour permettre l’étude approfondie de la façon dont la télévision et ses différentes chaînes s’approprient — ou non — cette journée. Il faudra alors procéder à un échantillonnage des émissions à visionner (en tenant compte, précisément, de la chaîne sur laquelle elles sont diffusées, de leur genre — magazine, documentaire, fiction, sujet de JT —, de leur heure de diffusion...). Il s’agira alors, par une analyse détaillée de ces émissions, de tenter de cerner les approches suscitées par cette commémoration, de repérer des constantes, des thèmes privilégiés, d’éventuelles différences dans les lignes éditoriales des chaînes, etc.

7  Pour que l’étude soit pertinente, il fallait que le journal considéré existât au moins depuis 1982, date de l’instauration en France de la JIDF et qu’il soit susceptible d’être consulté aisément, c’est-à-dire disponible en bibliothèque, ce qui n’est pas le cas de tous les magazines de télévision, rarement jugés dignes de ce travail de conservation (signe du peu de légitimité de la télévision au regard du public cultivé ?). S’agissant de la complémentarité éditoriale des deux magazines, rappelons que Télérama appartient au groupe de presse La Vie-Le Monde. Vendu au prix de 1,60 euros le numéro en 2000, il est alors fort de près de trois millions de lecteurs. Son lectorat est principalement parisien, de catégories socio-professionnelles moyenne et supérieure et composé d’hommes à 48 %. Magazine des pratiques culturelles, il consacre des pages à l’actualité du cinéma, du théâtre, du livre, de la musique, à côté de celles réservées à la télévision et à la radio. L’éditorial de Marc Lecarpentier consacré aux 50 ans du magazine —Télérama n°2647 du 7 octobre 2000 — dit assez son positionnement : sous le haut patronage d’une citation d’H. Arendt — « Je veux partager. Je ne veux pas endoctriner. Je ne veux pas que quiconque accepte tout ce que je pense. » —, il définit comme suit son objectif : « Dire haut et fort que la culture peut et doit être un formidable outil de résistance dans un monde où le marché se voudrait la seule loi… ». Télé 7 Jours se situe tout différemment. Il appartient au groupe Lagardère et concentre son information sur la seule télévision. Avec près de huit millions de lecteurs et un prix de vente au numéro de moins d’un euro, son lectorat est beaucoup plus populaire, comme en témoigne la définition de sa ligne éditoriale sur son site Internet : « Chaque semaine, sur plus de 150 pages, retrouvez avec toute l’expertise et la clarté de présentation de Télé 7 Jours vos programmes de télévision […] Mais aussi, rencontrez dans vos pages magazines les stars d’aujourd’hui et de demain, informez-vous sur les dernières nouvelles en provenance des chaînes, détendez-vous avec les rubriques pratiques […] et bien sûr avec les pages jeux ! Avec Télé 7 Jours, réunissez toute votre petite famille pour passer une agréable soirée ! ». La détente, les jeux, les stars, les rubriques pratiques, la « petite famille » brossent le portrait d’un lecteur-téléspectateur très différent de celui dessiné par Télérama.

8  Le paysage audiovisuel français (PAF) a considérablement évolué durant les deux dernières décennies du 20ème siècle, notamment suite à l’arrivée au pouvoir des socialistes en 1981, qui ont mis fin au monopole public de la télévision. Quelques dates pour se repérer dans l’évolution du PAF à cette période : 1982, le PAF compte trois chaînes, toutes publiques (TF1, A2, FR3) ; 1984, naissance de Canal Plus, chaîne privée cryptée ; 1986, La Cinq, chaîne privée commerciale et TV6, chaîne privée musicale, commencent à émettre ; 1987, privatisation de TF1 et en même temps qu’elle change de propriétaire, TV6 devient M6 ; 1991, La Cinq cesse d’émettre et création de La Sept, chaîne publique culturelle ; 1992, La Sept devient Arte, chaîne publique culturelle franco-allemande ; 1998, lancement de La Cinq, chaîne publique du savoir. À l’heure actuelle, le PAF est donc composé de deux groupes de chaînes : trois chaînes privées, TF1, première de par l’audience (environ 30 %), M6 (environ 6 %) Canal Plus (environ 4 %) ; et les chaînes publiques, celles du groupe France Télévision, F2 (environ 20 % d’audience aujourd’hui), F3 (15 % environ), F5 (environ 6 %), cette dernière émettant jusqu’à 19 h sur un canal commun avec Arte (4 % d’audience environ), la chaîne publique franco-allemande, qui émet, elle, à partir de 19 h sur ce même canal.

9  Organisme public, l’INA (Institut national de l’Audiovisuel) peut être considéré, toutes proportions gardées, comme l’équivalent pour l’audiovisuel de la Bibliothèque nationale pour le livre ; fondé en 1974, et issu d’une des sociétés constitutives de l’ORTF (Office de Radiodiffusion -Télévision française), il a pour fonction la conservation et la valorisation du patrimoine audiovisuel français.

10  Notons, à titre anecdotique, l’implication de certains documentalistes chargés de rentrer ces données, souvent des femmes et donc particulièrement sensibles à notre thématique. Ainsi, lors de l’émission Droit de réponse de mars 1982 dont le thème était « Être une femme, est-ce un handicap ? », lit-on : « Higalva, le phallocrate de service, tente avec succès de maintenir le débat au niveau le plus bas . » Ou encore, à propos du téléfilm Lesmalheurs de Malou, diffusé sur TF1 en mars 1984 : « Ce téléfilm met en scène de manière burlesque les <malheurs> de Malou, femme très occupée, divorcée et mère d’une petite fille, journaliste dans un journal minable dont le rédacteur en chef est son amant et qui mène sa vie à un train d’enfer ; qui plus est, l’amant en question va se faire trucider […] Malou se cherche un <homme à crocheter> par petites annonces et tombe sur un séducteur légèrement fêlé[…] ».

11  Près de 90 % encore en 2004 (chiffres Médidamétrie).

12  « 20 ans de 20 heures – La représentation de la JIDF au journal télévisé », étude en cours.

13  Il s’agit là d’une spécificité française : si dans les pays anglo-saxons la prise de conscience de la nécessité de tout mettre en œuvre pour une réelle égalité entre hommes et femmes s’est faite à partir du constat des inégalités économiques, c’est le débat sur la parité en politique qui en France a focalisé l’attention sur cette question (voir Gaspard, 1997 ; Laufer et al., 2001).

14  L’analyse du nombre de sujets en lien avec la commémoration de la JIDF, diffusés au cours des JT de 20 h du 8 mars sur TF1 et Antenne 2, devenue France 2, confirme ces fluctuations : petit intérêt la première année de l’instauration de la JIDF, avec trois sujets sur Antenne 2 et un sur TF1, puis chute du nombre de sujets par JT jusqu’en 1990-95 où les deux chaînes proposent deux à trois sujets par 8 mars et enfin troisième période à partir de 1995 où, avec trois sujets minimum par JT, on peut en dénombrer jusqu’à six ou sept par édition.

15  C’est particulièrement méritoire pour Arte puisque l’audience de la chaîne est principalement masculine. (Sur ces données concernant l’audience des diverses chaînes, voir notamment l’article de Patrick Eveno, 2003.)

16  C’est particulièrement sensible dans la programmation en prime time où quatre fois seulement en plus de vingt ans les chaînes privées ont diffusé un programme en lien avec la JIDF : la Cinq en 1986 (alors privée), avec un programme de variétés intitulé Cherchez lafemme, M6 en 1990, avec un téléfilm sur les prisons de femmes (d’ailleurs qualifié de « racoleur » par Télérama), TF1 en 1997 avec un 7/7 dont les invitées furent Simone Veil et Elisabeth Guigou et Canal Plus, la même année, avec le téléfilm Au nom de toutes lesfemmes.

17  En 1982, année de l’instauration de la JIDF en France, avec un programme de fiction sur Antenne 2 (diffusion du film de C. Serreau Mais qu’est-ce qu’elles veulent ?) ; le 9 mars 1983, avec le téléfilm consacré à la première femme réalisatrice, Elle voulait faire du cinéma, sur A2 ; le 10 mars 1984, avec le téléfilm Les malheurs de Malou sur TF1(encore chaîne publique) ; en 1986, avec Cherchez la femme, émission de variété « people » sur La Cinq (alors chaîne privée) et Via Mala sur TF1 ; 1990 avec un épisode de la série Tribunal sur TF1, Envoyé spécial sur A2 consacré aux Nanas Benz et un téléfilm sur les prisons de femmes sur M6 ; en 1993, avec Frou Frou sur France2 et 1994, avec le magazine Transit sur Arte consacré à des portraits de femmes.

18  En 1982, le film de C. Serreau, Mais qu’est-ce qu’elles veulent ? sur A2 et Elle voulait faire du cinéma sur TF1 ; en 1984, Les malheurs de Malou sur TF1 encore chaîne publique ; en 1986, Via Mala, toujours sur TF1 publique ; en 1990, un épisode de la série Tribunal diffusée sur TF1 et portant ce jour sur le règlement d’un divorce ; Une fille dans l’équipe sur M6 en 1992 ; Au nom de toutes les femmes sur Canal Plus en 1997 ; en 2000, le film de Nadine Trintignant sur F2, Victoire ou la douleur des femmes et en 2003, une série de fictions sur Arte.

19  L’analyse par exemple de la programmation de TF1 autour du 8 mars 2004 — une seule émission, de jeux, en lien avec le sujet — montre que la chaîne confond Journée internationale des femmes et Fête des grands-mères (qui en 2004 « tombait » le 7 mars), la dimension contestataire du 8 mars disparaissant totalement derrière la très conventionnelle Fête des grands-mères. Celle-ci, d’invention récente, a été calquée sur la Fête des mères avec un objectif essentiellement commercial. La subordination de TF1 aux annonceurs explique cette confusion et ce choix, ainsi que l’identité féminine postulée par la chaîne (la fameuse « ménagère de moins de 50 ans »).

20  La première femme aviatrice, la première femme cinéaste, etc. Soulignons le paradoxe, révélateur en soi, des femmes qui constituent un groupe socialement défavorisé, en même temps qu’il est idéalisé, par ce type de représentation.

21  Rappelons, pour nous limiter à la seule question politique, que la loi salique est française et, s’agissant de notre histoire contemporaine, que si les Américaines votent depuis 1914 (celles de l’État du Wyoming votaient depuis 1869), les Allemandes depuis 1918 et les Anglaises depuis 1928, les Françaises ont dû attendre 1946.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marlène Coulomb-Gully, « La Journée internationale des femmes à la télévision française : 1982-2002 », Communication, Vol. 24/2 | 2006, 29-48.

Référence électronique

Marlène Coulomb-Gully, « La Journée internationale des femmes à la télévision française : 1982-2002 », Communication [En ligne], Vol. 24/2 | 2006, mis en ligne le 16 août 2012, consulté le 29 juin 2017. URL : http://communication.revues.org/3358 ; DOI : 10.4000/communication.3358

Haut de page

Auteur

Marlène Coulomb-Gully

Marlène Coulomb-Gully est professeure de communication à l'Université de Toulouse 2, Mirail, et membre du LERASS, Université de Toulouse 3. Courriel : coulomb@univ-tlse2.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org