Navigation – Plan du site
Articles

Les déclarations de Journée internationale des femmes, entre récit, occultation et performativité

Simone Bonnafous
p. 49-73

Résumés

Consacré à l'histoire des déclarations de Journée des femmes, de 1908 à nos jours, cet article d'analyse du discours s'inspire d'un certain nombre de notions développées par Michel Foucault. Il commence par mettre en lumière le lien entre les différentes versions « historico-politiques » et les significations successives données à la JIDF. Reprenant ensuite chaque épisode supposé ou réel de « déclaration du 8 mars », il montre que les phénomènes d'occultation, voire de déni, qui accompagnent ces déclarations permettent de parler d'« ordre du discours ». Il se clôt enfin par une interrogation sur la nature performative de ces déclarations.

Haut de page

Texte intégral

1Cet article est à situer dans le cadre plus général d'une recherche actuellement menée en France sur la Journée internationale des femmes (JIDF) et sa médiatisation. Cette recherche en cours depuis plus de deux ans comprend aussi une dimension internationale, puisque 14 pays sont engagés dans l'analyse comparée de la médiatisation du 8 mars 2005.

2Le texte que nous présentons ici se situe en amont de ces recherches et porte sur les actes de déclaration qui sont présentés comme étant à l'origine de la « célébration » de cette journée, en lien éventuel avec des événements non discursifs, tels que des manifestations. Lorsque nous avons décidé de travailler sur cette journée internationale, nous pensions en effet que cette journée nous permettrait d'observer différentes mises en scène et mises en parole de la place des femmes dans la société. Mais nous n'imaginions pas à quel point l'histoire du 8 mars était complexe et révélatrice des enjeux politiques qui entourent la « question des femmes ». D'une part, en effet, il n'y a pas accord sur le ou les événements que pourrait commémorer le 8 mars, si tant est que cette date commémore un événement, et, d'autre part, les différentes déclarations qui instituent la Journée internationale des femmes (ou « de la femme ») sont toutes plus difficiles à trouver les unes que les autres. La seule qui soit relativement facile à se procurer est celle de l'ONU, adoptée en 1977, mais qui n'est jamais citée « dans le texte ».

  • 1  Au sens que nous donnons en analyse du discours à ce terme, c'est-à-dire au sens d'« énoncés produ (...)
  • 2  « Les représentations, en tant qu'elles construisent une organisation du réel à travers des images (...)

3Notre propos ici est celui d'une analyste du discours qui lie analyse des textes1, des représentations2 et des contextes institutionnels et historiques.

4Il ne s'agira donc pas d'une analyse de la médiatisation du 8 mars, analyse que nous poursuivons par ailleurs et qui est également réalisée au Québec pour ce qui concerne le début du XXIe siècle (Reed, 2004).

5Il ne s'agira pas non plus d'une étude sur la contribution du mouvement des femmes à la « célébration » du 8 mars, contribution que nous n'ignorons évidemment pas et à laquelle nous ferons allusion, mais qui n'est pas notre propos direct.

  • 3  La notion d'« archive » en analyse du discours prend son origine dans Foucault, (1977 : 171) : « E (...)
  • 4  « Faire la généalogie des valeurs, de la morale, de l'ascétisme, de la connaissance, ne sera donc (...)
  • 5  Sur la notion de « discours historico-politique », certaines pages de Foucault (1997) sont éclaira (...)

6Il ne s'agira pas enfin d'un travail d'historienne puisque nous ne le sommes pas, mais plutôt d'un travail d'« archiviste du discours3 ». Cela signifie que nous ne partirons pas à la recherche des « vrais faits et des vraies dates des mystérieuses origines4 du 8 mars, jusqu'ici embrouillées, truquées, oubliées », pour reprendre le sous-titre haut en couleur d'un livre au demeurant passionnant (Côté, 1984 : couverture), mais que nous nous intéresserons aux discours « historico-politiques5 » du 8 mars, c'est-à-dire aux différentes versions historiques du 8 mars en tant qu'elles manifestent et expriment des cohérences idéologiques fortes.

7Nous analyserons donc les déclarations du 8 mars sous trois angles successifs :

  • comme objets de récits historico-politiques,

  • comme manifestations d'un « ordre du discours », tendant dans chaque société à contrôler, à limiter, à sélectionner, à organiser la production du discours (Foucault, 1971 : 10),

  • comme actes performatifs, c'est-à-dire comme des énoncés prétendant obtenir certains effets, dans certains contextes institutionnels et historiques.

Les déclarations de JIDF comme objets de discours historico-politiques

  • 6  Pour rendre compte de ces « récits », nous avons accumulé des matériaux de nature hétérogène : art (...)

8Les récits6 sur les actes déclaratifs du 8 mars et sur l'origine de la date constituent autant de sémantisations de l'événement et de versions « orientées » argumentativement qu'on peut organiser schématiquement en trois ensembles.

La version communiste d'avant-guerre : Clara Zetkin et les ouvrières de Petrograd de 1917

9Dans une première période qui va approximativement jusqu'à 1950, la JIDF est surtout célébrée en URSS et par les partis communistes. D'après Kandel et Picq, qui ont écrit le premier article documenté sur cette question, les références à un événement originel sont alors rares (1982 : 71 sqq.). Reviennent cependant à intervalles réguliers, d'une part, la mention d'une déclaration inaugurale par la socialiste féministe Clara Zetkin à la deuxième Conférence internationale des femmes socialistes en 1910, d'autre part, la mention d'une grande manifestation d'ouvrières à Petrograd le 8 mars 1917. Cette manifestation aurait marqué le premier jour de la révolution soviétique et aurait justifié que plus tard, en 1921, la Troisième Internationale ait choisi le 8 mars (23 février dans le calendrier russe de l'époque) comme date définitive de la JIDF. Pourquoi ces femmes manifestaient-elles ? De façon spontanée ou à l'appel des Bolcheviks ? Pour la paix et contre la misère ? N'était-ce pas aussi pour des revendications plus féministes, comme le droit de vote ou l'égalité des salaires entre hommes et femmes, dans la lignée des quelques JIDF déjà célébrées les années précédentes en Europe par les militantes socialistes à la suite de l'appel de Clara Zetkin ? Les versions diffèrent, mais peu importe : les images de Clara Zetkin et des ouvrières de Petrograd convergent pour symboliser la conjonction parfaite des luttes des femmes et du communisme. Et pendant des décennies, l'URSS, les pays communistes et les partis communistes donneront un grand retentissement à cette journée, qui est l'occasion de célébrer l'ouvrière et la mère, la paix et l'amitié entre les peuples, la lutte contre la misère, etc. (Lezziero, 1999 : 103 sqq.).

La version communiste de la guerre froide : Clara Zetkin et les chemisières new-yorkaises de 1857

  • 7  On trouve des variantes sur le lieu (Boston, Chicago ou New York), la date (1857, 1848 ou 1908) et (...)
  • 8  Parmi bien d'autres, voir les Monde du 9 février 1982 (p. 10) et du 9 mars 1982 (p. 2).
  • 9  « En 1911, Clara Zetkin obtenait de la Deuxième Internationale de faire du 8 mars la « Journée int (...)
  • 10  Voir la note 5322 de l'ONU du 4 mars 1996 intitulée « Note to correspondents ; International Women (...)
  • 11  Il s'avère qu'elle est née en 1857… Coïncidence ou explication de ce mythique « 8 mars 1857 » ?

10À partir de 1955, une origine jusque-là très peu mentionnée est mise en avant dans les appels communistes à célébrer le 8 mars : celle d'une manifestation d'ouvrières de New York, chemisières ou couturières, qui aurait eu lieu en 18577. Kandel et Picq (1982 : 71) y voient la volonté, en pleine guerre froide, de montrer que la tradition du 8 mars n'est pas une diabolique invention communiste. Agrémenté de nombreux ajouts et variantes au fil du temps, ce récit demeure un incontournable des historiques politiques et médiatiques jusque dans les années 19808. Le Mouvement de libération des femmes (MLF) français le reprend à son compte9, lorsqu'en 1981 il demande à François Mitterrand, président de la République, de déclarer le 8 mars jour férié et chômé. L'ONU elle-même y fait encore allusion dans sa documentation officielle des années 199010. Selon cette version, la journée du 8 mars aurait donc été proposée par Clara Zetkin11, la dirigeante social-démocrate allemande, en souvenir d'un 8 mars 1857 américain. On devine l'avantage symbolique d'un tel récit. « Internationale » parce que célébrée par les partis et les pays de la Troisième Internationale, la JIDF le serait aussi originellement du fait de sa naissance en Amérique puis de son adoption en Europe. Décidée et organisée par les partis communistes, la JIDF aurait néanmoins son origine dans une manifestation spontanée, née en dehors de tout appareil. Enfin, et ce n'est pas le moindre avantage de ce récit, la JIDF est clairement ancrée dans une vision ouvrière, pour ne pas dire ouvriériste, de la lutte des femmes.

La version féministe : réhabilitation des féministes socialistes américaines

11La troisième période débute avec les années 1980 lorsque apparaissent en France et au Canada les premiers travaux féministes qui contestent le récit de 1857 et valorisent les luttes des femmes socialistes américaines du début du XXe siècle. En France, ce sont surtout les écrits de Kandel et Picq qui ouvrent la voie. Au Québec, une féministe publie en 1984 le seul ouvrage entièrement consacré à la JIDF et conclut :

Le féminisme qui a été à l'origine du Woman's Day américain a été étouffé, réprimé et nié par le Parti socialiste, puis par le parti communiste. Même la lutte pour le droit de vote des femmes a été écartée de l'histoire du 8 mars ; et à plus forte raison, les luttes plus globales contre le patriarcat et les idées pernicieuses comme celle de la lutte des sexes (Côté, 1984 : 201).

12Dépouillant les journaux socialistes américains du début du siècle et la thèse de Buhle (1981) consacrée au rapport des femmes et du Parti socialiste américain, elle constate en effet que le premier Woman's Day officiel a eu lieu en 1909 à l'initiative des femmes socialistes féministes organisées depuis 1908 dans un Woman's National Committee, afin de faire avancer leur cause au sein du Parti socialiste. Citant, entre autres, un article d'une des femmes de ce comité, Theresa Melkiel, qui parle de « lutte des sexes » et déclare que le but de cette journée est « d'exiger le droit de vote pour la femme et l'abolition de son esclavage sexuel » (New York Evening Call, 23 janvier 1909, cité par Côté, 1984 : 40), elle montre qu'on ne peut dissocier ce premier « Jour de la femme » des rapports tourmentés entre socialisme et féminisme, d'une part, et de la rivalité/coopération avec les suffragistes dites « bourgeoises », de l'autre. Les origines du 8 mars seraient donc bien américaines, mais beaucoup plus complexes dans leur signification que ce que donnent à comprendre les récits socialiste et communiste traditionnels. Car une partie des socialistes américaines qui assurèrent aux États-Unis le succès des premiers Woman's Day continuèrent à travailler avec les sociétés suffragistes locales et nationales (Buhle, 1981 : 222-223), plusieurs années après qu'en 1907 le congrès de la Seconde Internationale eut condamné toute alliance avec les féministes bourgeoises.

Aujourd'hui : nuances d'accentuation

13Aujourd'hui, le récit de 1857 est abandonné de tous, y compris de l'ONU, mais ce n'est pas pour autant que les différentes versions se recouvrent complètement. D'un côté, les féministes insistent sur le lien entre suffragisme et 8 mars. Elles soulignent les difficultés et les résistances auxquelles se sont heurtées les luttes des femmes au sein des partis socialistes et communistes, lorsqu'elles affirmaient la spécificité de leurs revendications et réclamaient des organisations de femmes autonomes. En France, certaines lient clairement leur refus d'une histoire ouvriériste de la JIDF à leur vision de la lutte des femmes :

Nous refusons que cette version féminine du premier mai soit célébrée pour mieux être démarquée des luttes féministes pour l'égalité juridique ou le suffrage des femmes, de l'acharnement des intellectuelles forçant l'entrée des carrières interdites aux femmes, de la résistance des suffragettes anglaises torturées et gavées de force dans les prisons (Kandel et Picq, 1982 : 73-74).

14À l'inverse, Madeleine Rebérioux, dans la revue de la Ligue française des Droits de l'Homme, propose encore en 1984 une version purement socialiste et européenne de la JIDF :

C'est une initiative des femmes socialistes allemandes, proposée dès le départ dans une perspective internationale, qui donne forme, à la veille de la Grande Guerre, à l'idée d'unir chaque année les femmes autour de revendications jugées fondamentales (1984 : 13).

15Quant au site Internet actuel de l'ONU, il attribue l'entière « paternité » du premier Woman's Day au Parti socialiste américain, alors que les féministes insistent plutôt sur le rôle déterminant du Woman's National Committee dans cette prise de décision. Bref, chacun choisit dans les faits aujourd'hui considérés comme avérés les aspects qui « cadrent » le mieux avec sa propre vision idéologique. Signalons pour finir qu'on peut très bien aujourd'hui « célébrer » le 8 mars sans référence aucune au passé, ce qui en soi est déjà significatif.

Les déclarations de JIDF comme manifestations de l'« ordre du discours »

  • 12  Contrairement à la partie précédente qui portait sur un corpus volontairement hétérogène, cette pa (...)

16Au vu de ce panorama des « histoires » du 8 mars12, nous pouvons affirmer que les actes déclaratifs instituant la JIDF illustrent parfaitement la notion d'« ordre du discours » au sens de Foucault (1971).

17Rappelons que dans sa leçon inaugurale prononcée au Collège de France, le 2 décembre 1970, et publiée ultérieurement dans L'ordre du discours, le philosophe défend l'idée que

[…] dans toute société la production du discours est à la fois contrôlée, sélectionnée, organisée et redistribuée par un certain nombre de procédures qui ont pour rôle d'en conjurer les pouvoirs et les dangers, d'en maîtriser l'événement aléatoire, d'en esquiver la lourde, la redoutable matérialité (1971 : 10).

18Parmi ces procédures de contrôle et de délimitation du discours, les institutions et les doctrines qui leur sont liées jouent un rôle décisif :

La doctrine lie les individus à certains types d'énonciation et leur interdit par conséquent tous les autres, mais elle se sert, en retour, de certains types d'énonciation pour lier des individus entre eux, et les différencier par là même de tous les autres (1971 : 45).

Les premières déclarations comme ruptures dans un « ordre du discours » préétabli

  • 13  Sowerwine cite les propos du dirigeant socialiste belge Vandervelde, s'opposant en 1891, lors du c (...)
  • 14  Dont « No sympathy for woman's suffrage », Chicago Daily Socialist, 17 avril 1909 (Côté, 1984 : 63 (...)

19Or, tous les travaux des spécialistes du rapport entre féminisme et socialisme convergent pour montrer que les premières déclarations visant à instituer une journée des femmes, aux États-Unis en 1908 (texte 1 de l'annexe), puis en Europe en 1910 et en 1921 (textes 2 et 3 de l'annexe), furent le résultat de luttes farouches menées pendant des années par des groupes de femmes, pour obtenir que les partis révolutionnaires américains, puis européens, reconnaissent la légitimité et la spécificité de leurs revendications. En ce sens, ces déclarations ont constitué, au moment de leur énonciation, des « ruptures » d'un ordre politique et discursif préétabli. À lire les travaux de Badia (1980), Buhle (1981), Heinen (1978) et Sowerwine (1978), on voit en effet combien la prise de parole des femmes revendiquant le droit de vote — et plus largement l'égalité entre hommes et femmes — heurtait la doctrine de la primauté de la lutte des classes assurément, mais tout autant les conceptions traditionnelles des rapports de sexe13. Buhle (1981) souligne qu'un essai d'organisation autonome des femmes socialistes fut combattu par les instances du parti américain. À sa suite, Côté (1984) cite plusieurs articles de journaux socialistes américains faisant état des oppositions au suffrage universel14 d'un certain nombre de dirigeants, oppositions que Heinen (1978) mentionne aussi chez les dirigeants socialistes, espagnols, anglais, etc. Ni en 1908, ni en 1910, ni en 1921, la déclaration en faveur d'une journée des femmes ne fut donc le résultat d'une évolution paisible et consensuelle. Chaque fois, la déclaration fut proposée par une instance spécifique aux femmes : Woman's National Committee en 1908, conférence internationale des femmes précédant de quelques jours le congrès de la Deuxième Internationale en 1910 et de la Troisième en 1921. Et les congrès qui suivirent sont loin d'avoir fait un accueil chaleureux à ces propositions, comme le relate Heinen (1978 : 169-170), en se fondant sur les procès-verbaux du troisième congrès de la Troisième Internationale.

  • 15  « Que faut-il entendre par événementialisation ? Une rupture d'évidence, d'abord […] Rupture des é (...)
  • 16  « Dans le cas où entre les objets, les types d'énonciation, les concepts, les choix thématiques, o (...)

20Pour ces trois premiers moments fondateurs de la JIDF, on peut donc parler d'« événementialisation15 » au double sens que Foucault donne à ce mot. D'une part, au sens où ces déclarations représentaient une « discontinuité interne » dans la formation discursive16 révolutionnaire du début du XXe siècle (Foucault, 1977 : 46), d'autre part, au sens où elles sont en même temps le produit de leur « extériorité » (Foucault, 1971 : 55), c'est-à-dire qu'elles ne peuvent pas être comprises en dehors de la pression que les féministes socialistes et le suffragisme dit « bourgeois » ont exercé conjointement sur les institutions et les pratiques discursives révolutionnaires.

21Il est en revanche impossible de parler d'« événement du discours » pour la résolution 32/142 de l'ONU adoptée en 1977 (texte 4 de l'annexe) et pour le texte qui a officialisé la célébration du 8 mars en France (texte 5 de l'annexe), comme nous allons le voir maintenant.

Cinq déclarations « occultées », « contrôlées », « limitées »

22Si les déclarations qui sont le sujet de cette étude ont toutes émergé dans les instances socialiste ou communiste (y compris celle de l'ONU, nous le montrerons plus tard), il n'en est pas moins vrai que l'expression d'intérêts spécifiques aux femmes a toujours paru à ces instances comme une menace potentielle sur un ordre normal du monde où la lutte des classes (version marxiste) et les « forces du changement » (version socialiste française en 1981) devaient apporter une solution suffisante aux « problèmes des femmes ». C'est cette menace potentielle qui explique, d'après nous, la série d'« occultations » historique, matérielle ou juridique qui les a frappées, bref, toute une série de procédures de contrôle et de limitations qui semblent s'être exercées sur elles.

23La première occultation est historique, comme nous l'avons signalé dans la première partie de cet article. C'est celle qui a affecté pendant des décennies la déclaration de l'exécutif national du Parti socialiste américain de 1908, à l'initiative du Woman's National Committee. Longtemps effacée et oubliée au profit d'une version social-démocrate ou communiste purement européenne, ou remplacée par une autre version américaine, plus ouvriériste, cette déclaration n'est en outre jamais donnée dans le texte. À une exception notable, celle de Côté (1984 : 39) qui cite en traduction un article du Chicago Daily Socialist du 28 décembre 1908 contenant cette première déclaration officielle de Woman's Day (texte 1 de l'annexe).

24Autant l'existence d'une déclaration américaine en 1908 tarde à faire consensus, autant la deuxième semble indiscutée : c'est à Copenhague, dans le cadre de la Deuxième Internationale, et à l'initiative de Clara Zetkin, que serait née véritablement la Journée internationale des femmes, puisque de toute façon le premier Woman's Day n'avait pas la prétention de dépasser le cadre des États-Unis. Badia (1980 : 44) et Dornemann (1974 : 232) citent d'ailleurs le même texte, l'un en français et l'autre en allemand, comme une résolution de la conférence de Copenhague et qui, selon celle-ci, fut votée à l'unanimité.

25Mais curieusement, l'on ne trouve aucune trace de cette déclaration dans le compte rendu analytique du huitième congrès socialiste international tenu à Copenhague du 28 août au 3 septembre 1910. Ces comptes rendus ont été publiés sous forme de fac-similés par Haupt (1981 et 1982) à partir de l'édition rédigée par le secrétariat du Bureau Socialiste International. Or, dans ces trois tomes, dont l'un comprend les résolutions de la Conférence internationale des femmes, parmi lesquelles se trouve une résolution en faveur du suffrage des femmes, il n'est nulle part question d'une JIDF. Et comment comprendre que le texte déclaratif de cette conférence de Copenhague soit par ailleurs présenté par Côté (1984 : 134) comme un extrait d'article de Die Gleichheit, le journal des femmes socialistes allemandes, signé « Clara Zetkin, Käte Duncker et autres camarades », paru le 29 août 1910 (texte 2 de l'annexe) ? En fait, c'est en nous procurant nous-même l'intégralité de ce numéro de Die Gleichheit que nous nous sommes aperçue que ce qui est présenté par tous les historiens comme « la déclaration de Copenhague » est en fait la conclusion d'un long texte intitulé « Demandes présentées par des camarades allemandes à la conférence socialiste internationale de Copenhague au sujet du droit de vote des femmes ». Notre hypothèse est donc la suivante : en imaginant que cette proposition de célébrer une journée des femmes ait bien été adoptée à la Conférence des femmes socialistes, comme les historiens le disent, elle n'aurait pas été retenue pour les actes du congrès en raison des réticences d'une grande partie des dirigeants de la Deuxième Internationale pour toute action autonome publique des femmes socialistes. Cette déclaration n'aurait donc pas eu l'honneur des actes officiels de la Deuxième Internationale et serait simplement parue dans le journal dirigé par Clara Zetkin, sous sa forme initiale de « demande présentée par des camarades allemandes ».

26Quant à la troisième déclaration, presque tous les auteurs s'accordent pour dire qu'elle fut celle du choix de la date définitive de la JIDF, les dates de célébration étant jusque-là très variées, entre février et mai, selon les pays et les années. Les informations dont nous pouvons faire état à ce jour sont pourtant beaucoup plus imprécises encore que sur la déclaration précédente.

C'est l'Union soviétique, semble-t-il, qui sera le premier pays à fixer, en 1921, au 8 mars la Journée Internationale des femmes : il est difficile de ne pas voir dans ce choix le fruit de la rencontre entre Clara Zetkin, dont on connaît l'adhésion à la Troisième Internationale, et l'anniversaire de la première manifestation de masse devant le siège de la Douma, le 8 mars 1917 (Reberioux, 1984 : 16).

  • 17  « Lénine fixe au 8 mars la Journée Internationale des femmes qui devient ensuite dans le monde une (...)

27D'après Côté (1984 : 164), citant un numéro de la revue Die Kommunistische Fraueninternationale dirigée par Clara Zetkin de 1922 à 1925, ce sont des déléguées bulgares présentes à la seconde Conférence internationale des femmes communistes qui se tint à Moscou du 9 au 15 juin 1921, qui furent à l'origine de ce qui semble une nouvelle « résolution » (texte 3 de l'annexe). Mais Heinen (1978) n'évoque pas la JIDF dans les pages qu'elle consacre à la question des femmes dans les premiers congrès de la Troisième Internationale. Elle précise même que les thèses sur la question des femmes, rédigées avant le débat général, sont « loin de rendre compte de toutes les interventions qui furent effectuées durant la Conférence des femmes » (1978 : 170). Quant aux journaux et écrits militants, si tous font état de la manifestation des ouvrières de Petrograd et de son rôle dans le choix du 8 mars comme date de la JIDF, ils varient beaucoup sur le rôle du congrès de 1921 et sur celui de Lénine17. Nous n'avons donc pas été étonnée de constater que les thèses et résolutions du troisième congrès de l'Internationale communiste tenu en 1921 à Moscou ne mentionnent pas plus de résolution sur la JIDF que celles du huitième congrès socialiste international de Copenhague de 1910. Certes, cela ne signifie pas qu'une résolution n'ait pas été votée lors de la conférence des femmes qui précéda le congrès. Mais, si elle a existé, elle n'a en tout cas pas été reprise par le congrès ; ou les dirigeants de l'Internationale communiste n'ont pas souhaité qu'elle figurât dans les textes entérinant pour l'histoire les résolutions officiellement adoptées à ce congrès. Ce qui n'est pas très surprenant quand on lit les thèses de ce congrès relatives à la question féminine et qu'on y voit la méfiance proclamée à l'égard de toute espèce de collaboration et de cohabitation avec les féministes bourgeoises.

Le 3e congrès de l'Internationale Communiste confirme les principes fondamentaux du marxisme révolutionnaire suivant lesquels il n'y a point de questions « spécialement féminines » : tout rapport de l'ouvrière avec le féminisme bourgeois, de même que tout appui apporté par elle à la tactique de demi-mesures et de franche trahison des social-coalitionnistes et des opportunistes ne fait qu'affaiblir les forces du prolétariat et, en retardant la révolution sociale, empêche en même temps la réalisation du communisme, c'est-à-dire l'affranchissement de la femme (Rakosi, 1978 : 144).

28Il faut donc attendre la quatrièmedéclaration officielle de la JIDF, celle qui a été votée par l'ONU le 16 décembre 1977 (texte 4 de l'annexe), pour enfin avoir accès aisément à un acte déclaratif. Le texte de cette déclaration peut en effet être lu sur le site Internet de l'ONU, à partir de la liste des « Conférences et célébrations ». Dans ce cas, la surprise vient plutôt du texte lui-même et de son titre. « La journée des Nations Unies pour les droits de la femme et la paix internationale » (titre officiellement donné en français à cette journée par l'ONU) est en effet le résultat d'une déclaration proposée par les pays communistes et apparentés, intitulée « Participation des femmes au renforcement de la paix et de la sécurité internationales, et à la lutte contre le colonialisme, le racisme, la discrimination, l'agression et l'occupation étrangères et toutes les formes de domination étrangère ». Au vu de ce titre et du contenu même de la déclaration, qui parle beaucoup plus de « racisme » et de « discrimination raciale » (six occurrences), d'« apartheid » (deux occurrences), de colonialisme (cinq occurrences), de « paix » (six occurrences) que des « discriminations » spécifiques envers les femmes (une occurrence) ou des « droits de la femme » (une occurrence), rien d'étonnant à ce que ce texte et son titre ne soient quasiment jamais cités intégralement, mais seulement mentionnés. À lire la résolution 32/142 de l'ONU, les droits des femmes n'ont en effet pas d'intérêt en soi, parce que par nature les femmes seraient les égales des hommes (le mot d'« égalité » n'apparaît d'ailleurs pas dans le titre), mais seulement en tant qu'ils permettent aux femmes, si elles exercent bien ces droits, de faire avancer des causes plus générales : celles de la paix, du développement, de l'anticolonialisme, etc.

29Nous reviendrons plus loin sur le contexte de l'adoption de cette déclaration, mais nous pouvons déjà noter le parallélisme du raisonnement avec celui de la Troisième Internationale en 1921.

L'intérêt de la classe ouvrière exige en ce moment avec une force particulière l'entrée des femmes dans les rangs organisés du prolétariat combattant pour le communisme […] Ces deux tâches [révolution sociale et édification d'une société communiste] seront d'autant plus facilement réalisées que les femmes y prendront une part plus active, plus consciente et plus volontaire (Rakosi, 1978 : 143).

30Quant à la décision de célébrer la JIDF en France, elle est en général attribuée au président socialiste François Mitterrand, qui aurait lui-même répondu à l'initiative du MLF ou d'Yvette Roudy, ministre socialiste des droits de la femme. Mais le 8 mars 1982, première occurrence officielle de célébration de cette journée, à laquelle le gouvernement socialiste et les médias donnent beaucoup d'éclat, personne ne fait référence à un décret ou à une déclaration institutive du président de la République. La seule personne à mentionner un texte officiel est la dirigeante du MLF, dans une lettre ouverte au président de la République datée du 3 mars 1982 et publiée intégralement dans l'hebdomadaire du MLF. Refusant de se rendre à l'invitation du président de la République le 8 mars 1982, elle écrit : « La circulaire du conseil des ministres concernant le 8 mars, en date du 27 janvier dernier, oublie délibérément de faire mention de la proposition du MLF du 3 décembre 1981, et en octroie abusivement l'initiative à votre ministre des Droits de la Femme » (Fouque, 1982 : 13). Notons au passage que cette querelle autour de la « paternité » de l'initiative n'est pas sans rappeler celle qui entoure le premier Womans' Day américain, tantôt attribué au Womans' National Committee, tantôt au parti lui-même. Mais notons surtout que cette circulaire dont Picq (1993 : 322) parle à son tour en citant Fouque n'existe pas. D'une part en effet, le conseil des ministres ne produit pas de circulaire mais simplement des communiqués, ce qui n'a pas la même valeur juridique. Et d'autre part, ce n'est pas le 27 janvier, mais le 20 janvier 1982 que, selon le communiqué officiel du conseil des ministres reproduit dans Le Monde du 22 janvier 1982, page 6, il a été « décidé, sur la proposition du ministre des droits de la femme, qu'une journée des femmes sera célébrée le 8 mars prochain ». Ni déclaration solennelle, ni loi, ni décret, ni circulaire, la décision de fêter en France la JIDF s'incarne dans le texte le plus modeste qui soit et ne semble porter, de surcroît, que sur l'année 1982. L'effacement institutionnel, juridique et scriptural est ici à son comble : il n'y a pas de « texte » véritable instituant la célébration en France de la JIDF.

31Oubliées par les récits historiques (1908), effacées dans la matérialité des actes de congrès (1910 et 1921), reléguées dans l'article 4 d'une résolution qui ne dit pas son nom (1977) ou réduites en France à un banal communiqué du conseil des ministres (1982), les déclarations de Journée des femmes n'auraient-elles en commun que leur occultation ? Et quelle est en définitive la valeur performative de ces textes soumis à « l'ordre du discours » masculin ?

Les déclarations de Journée des femmes comme actes performatifs

Des actes de langage…

  • 18  Par « acte performatif », nous entendons l'acte que le locuteur d'un énoncé accomplit du fait même (...)

32Pour examiner cette question, nous ne pouvons bien sûr nous limiter à une approche linguistique de la performativité18, mais celle-ci est un préalable.

33La nécessité de s'attarder sur la forme de ces déclarations tient en effet à l'importance des considérations lexicales et syntaxiques dans ce type de texte. « [L]es grandes disputes politiques au sein du système n'ont cessé de porter sur des mots et des phrases, dont le sens peut constituer les éléments d'une autorité symbolique » (De Senarclens, 2002 : 136).

34Et il suffit d'avoir un peu fréquenté les organisations partisanes pour savoir que les résolutions de congrès sont âprement discutées et négociées et incarnent toujours des compromis politiques. Quant aux textes produits par les instances gouvernementales, ils sont le fruit de toutes les attentions, dans la mesure où ils sont ensuite médiatisés et commentés, au moins par ceux que ces textes concernent (associations, syndicats, partis politiques, etc.).

  • 19  Les manières de construire les catégories de discours sont extrêmement diverses d'un auteur à l'au (...)
  • 20  Ce texte de journal décrit deux actes performatifs (un acte de proposition attribué aux femmes bul (...)

35Certes, les textes que nous fournissons en annexe relèvent de contextes historiques et institutionnels différents et aussi de « genres »19 différents. Un communiqué du conseil des ministres français ne se rédige pas comme une résolution de l'ONU ou comme une déclaration d'Internationale socialiste ou communiste. Cependant, le texte de 192120 mis à part, le point commun des quatre autres textes est qu'ils contiennent tous un énoncé qui se caractérise par le fait qu'une instance légitimée à le faire « dit quelque chose tendant à instituer » une journée comme journée « nationale » (1908, 1982) ou « internationale » (1910, 1977). Notons toutefois qu'aucun n'est explicitement « déclaratif », au sens où il contiendrait une formule du type « nous déclarons » ou « nous instituons », qui permettrait au locuteur collectif d'instituer lui-même un état de fait en même temps qu'il le décrirait. Trois de ces textes ont en fait recours à des verbes directifs (« recommandons », « invite » et « souhaite », par force décroissante) visant à placer l'allocutaire dans la situation de célébrer la Journée des femmes. Le sémantisme de ces verbes indique par ailleurs un niveau d'injonction assez modeste, et d'autant plus modeste qu'on s'adresse à un public universel : le Parti socialiste américain « recommande » ainsi à « toutes les sections locales » de manifester, alors que l'ONU se contente d'« inviter » « tous les États » à proclamer une journée. C'est la déclaration de 1910 qui, malgré l'absence d'une marque illocutoire directe, apparaît comme la plus contraignante grâce à son futur jussif et à la répétition d'une formule et d'un verbe déontiques (« il convient » et « doit ») : est-ce un hasard si en même temps les allocutaires sont circonscrits aux « femmes socialistes de tous les pays » ? Ajoutons que la portée temporelle de deux de ces « déclarations » peut paraître limitée à une seule année : à 1909 pour celle du Parti socialiste américain et à 1982 pour celle du gouvernement français.

36Cette timidité performative paraît cohérente avec les phénomènes d'occultation dont nous avons parlé précédemment et ne peut être attribuée au seul fonctionnement des institutions porteuses. Certaines résolutions de l'ONU sont plus comminatoires que la résolution 32/142 et il eût suffi au président français de faire adopter un décret pour que l'appel à célébrer la JIDF fût plus contraignant.

… aux mobilisations

  • 21  Rappelons que même dans la théorie classique des actes de langage, un énoncé ne peut prendre de va (...)
  • 22  Nous prenons ici « mythe » au sens de Barthes : « Ce que le monde fournit au mythe, c'est un réel (...)
  • 23  Intervention 34 de la séance du 9/12/1977 à 15 h 45.
  • 24  Intervention 18 de la séance du 9/12/1977 à 15 h 45.

37En rester là serait cependant une erreur dans la mesure où il n'y a pas de performativité hors d'un contexte historique et sociologique21. Si l'on se situe donc non plus sur le plan des énoncés, mais sur celui des conséquences effectives de ces énoncés, il est clair que les « déclarations » de Journée des femmes ont eu plus de retentissements historiques que ce que leur seule forme pourrait présager. Et de surcroît il peut n'y avoir aucun rapport entre les effets immédiats et les effets différés. La déclaration du Parti socialiste de 1908 est suivie dès 1909 de différents Woman's Suffrage Demonstrations, Woman's Suffrage meetings et Woman's Days à Chicago, à New York et dans plusieurs autres villes américaines en 1909 et 1910. Les déléguées américaines à la conférence internationale des femmes de la Seconde Internationale sont même mandatées pour « proposer le dernier dimanche de février comme Journée internationale de la femme » (Côté, 1984 : 129). Cela n'a pas empêché cette déclaration et les événements qui l'ont suivie de disparaître très longtemps de la mémoire du 8 mars et de n'exercer plus aucune fonction symbolique jusqu'aux années 1980. À l'inverse, la déclaration de 1910, bien qu'effacée des actes du huitième congrès de la Seconde Internationale, d'une part, s'est réellement concrétisée dès l'année suivante par des manifestations en Allemagne, en Suisse, en Autriche et au Danemark (Badia 1980 : 44) et surtout est devenue, en association avec le personnage mythique de Clara Zetkin22, la déclaration du 8 mars, unissant dans un seul moment, une seule figure et une seule détermination la lutte des femmes et la lutte des classes. La résolution onusienne a eu, quant à elle, un destin historique curieux qui tient à son contexte d'adoption. Ce fut en effet la seule des sept résolutions relatives aux femmes à ne pas avoir été votée à l'unanimité par l'Assemblée générale du 16 décembre 1977. De fait, alors que les six autres résolutions se présentaient comme des conséquences techniques de résolutions adoptées dans les années précédentes, le projet de résolution 32/142, présenté par la RDA, la Hongrie, la Mongolie, la Tchécoslovaquie et l'URSS, reprenait l'ensemble du discours du bloc communiste sur la paix, le désarmement, le colonialisme, etc. Lors des débats de la troisième commission qui précèdent le vote, Israël s'insurgea donc contre le préambule évoquant « la déclaration de Mexico de 1975 où il est demandé que le sionisme soit éliminé23 », l'Albanie dénonça « de la part de la délégation de l'Union Soviétique, une nouvelle tentative de présenter des résolutions uniquement conçues pour servir ses propres objectifs de propagande24 » et le Canada résuma la position de la plupart des pays occidentaux en déclarant que le projet en question « […] n'a pas grand-chose à voir avec l'amélioration de la condition de la femme dans le monde. Un tel texte, à son avis, ne peut avoir d'autre résultat que de provoquer des controverses au lieu de favoriser un consensus » (ONU, 1977a, intervention 28 de la séance du 9/12/1977 à 11 h : 7).

  • 25  Citons la Journée météorologique mondiale, la Journée mondiale du livre et du copyright, la Journé (...)
  • 26  Sur la logique symbolique de ces revendications, voir Des femmes en mouvements hebdo no 70, p. 25 (...)

38Adoptée grâce au vote de l'ensemble des pays communistes et « apparentés », la résolution fut rejetée par les pays « occidentaux » tandis que la plupart des pays du Sud s'abstenaient. Du coup, alors qu'il s'agissait de la première déclaration relative à la JIDF pleinement internationale, émanant d'une organisation censée représenter tous les États et non plus comme précédemment d'organisations socialistes ou communistes, cette déclaration a aussitôt été occultée dans les pays occidentaux, au moment où par ailleurs divers groupes féministes reprenaient la tradition du 8 mars, indépendamment des forces communistes, en Amérique et en Europe. Aujourd'hui que la « guerre froide » a pris fin, cette résolution n'est plus citée dans sa littéralité, tant ce texte est daté et connoté. La Journée internationale de la femme onusienne « vit donc maintenant une vie autonome », détachée politiquement de la résolution qui a permis son instauration et banalisée idéologiquement par la célébration de 50 autres journées mondiales ou internationales25, établies, selon le site de l'ONU, « afin d'attirer l'attention sur différents enjeux internationaux de première importance », et dont la très grande majorité date des quinze dernières années. La JIDF est ou n'est pas célébrée, au gré de chaque État et surtout en fonction des mobilisations féministes, associatives, syndicales, etc., de chaque pays qui, à défaut de se référer au texte même de 1977, peuvent du moins se réclamer de l'existence d'une Journée de l'ONU, ou renvoyer à des origines jugées plus mobilisatrices (voir première partie). C'est d'ailleurs le cas en France où le texte déclaratif du conseil des ministres n'a jamais appartenu à la mémoire historique du 8 mars. À l'opposé de ce que réclamait le MLF (un décret pour l'année 1982, puis une loi votée au Parlement pour instituer définitivement « un jour férié, chômé, payé pour toutes », qui aurait été l'équivalent, pour les femmes, du 1er mai pour les travailleurs26), le gouvernement socialiste a en effet réussi à lancer la célébration officielle du 8 mars en France, avec un texte déclaratif parfaitement anodin et transparent. Cela permet par conséquent à chaque parti, à chaque institution, à chaque association de se réclamer des origines et des déclarations qui lui conviennent le mieux en fonction des préférences idéologiques de chacun : qui l'initiative de François Mitterrand, qui l'ONU, qui la Deuxième Internationale, qui les femmes américaines. Et cela a empêché tout parallèle possible entre la lutte des femmes et celle des travailleurs…

  • 27  « Quatre notions doivent donc servir de principe régulateur à l'analyse : celle d'événement, celle (...)

39À l'issue de cette recherche, nous pouvons dire que chaque « déclaration du 8 mars » est à l'intersection d'au moins deux « séries27 » discursives qui lui donnent sens. D'une part, le paradigme historique des déclarations relatives à la Journée des femmes, qui court de 1908 à 1982 pour la France. De l'autre, le paradigme discursif institutionnel dans lequel chacune s'inscrit au moment de son apparition. Comprendre la déclaration de 1910 par exemple, c'est

  1. la situer dans le dépassement de celle de 1908,

  2. l'apprécier comme référent — implicite ou explicite — de toutes les déclarations qui vont suivre et

  3. la mesurer à l'aune des autres déclarations de la Conférence des femmes socialistes qui figurent dans les actes du congrès de Copenhague.

40Chaque déclaration est enfin à l'origine de deux autres séries de discours, qui sont ceux des récits historico-politiques du 8 mars (voir la première partie de cet article) et ceux des différentes formes de célébration et de médiatisation qui, selon les pays et les périodes, marquent la journée du 8 mars.

41Sans se confondre pour autant, la série des déclarations de JIDF et « l'événement 8 mars » se nourrissent l'un de l'autre et constituent un ensemble pluridimensionnel de strates discursives en perpétuelle évolution et reconfiguration.

Haut de page

Bibliographie

BADIA, Gilbert (dir.) (1980), Clara Zetkin, batailles pour les femmes, textes traduits et préface de G. Badia, Paris, Éditions sociales.

BADIA, Gilbert (1993), Clara Zetkin, féministe sans frontières, Paris, Les Éditions ouvrières.

BARTHES, Roland (1957/1970), Mythologies, Paris, Points Seuil.

BONNAFOUS, Simone (2004), « La journée internationale des femmes entre revendication et commémoration », Actes du 14e congrès de la SFSIC, Montpellier 3, p. 41-47.

BUHLE, Mari-Jo (1981), Women and American Socialism 1870-1920, Champaign (Ill.), University of Illinois Press.

CHAPERON, Sylvie (2001), « Qui a inventé la Journée de la femme ? », L'Histoire, no 252, p. 21-22.

CHARAUDEAU, Patrick (1997), Le discours d'information médiatique, la construction du miroir, Paris, Nathan-INA.

CÔTÉ, Renée (1984), La journée internationale des femmes, Québec, Éditions du Remue-ménage.

DE SENARCLENS, Pierre (2002), « Contraintes politiques et institutionnelles du discours des Nations Unies », dans G. RIST (dir.), Les mots du pouvoir, sens et non-sens de la rhétorique internationale, Genève, Presses universitaires de France.

DORNEMANN, Luise (1974), Clara Zetkin : Leben und Wirken, Berlin, Dietzverlag.

FOUCAULT, Michel (1971), L'ordre du discours, Paris, Gallimard.

FOUCAULT, Michel (1976/1997), Il faut défendre la société, Paris, Gallimard.

FOUCAULT, Michel (1977), L'archéologie du savoir, Paris, Gallimard.

FOUCAULT, Michel (1994), Dits et écrits 1954-1988, tomes I, II et IV, Paris, Gallimard.

FOUQUE, Antoinette (1982), Des femmes en mouvement hebdo, no 82, 5 au 12 mars, Paris.

HAUPT, Georges (1981 et 1982), Huitième congrès socialiste international tenu à Copenhague du 28 août au 3 septembre 1910, fac-similé du compte rendu analytique, publié en première édition par le secrétariat du BSI, Gand, 1911, tomes 19, 20 et 21, de l'Histoire de la Seconde Internationale, Genève, Minkoff Reprint.

HEINEN, Jaqueline (1978), « De la 1ère à la 3ème Internationale, la question des femmes », Critique communiste, p. 109-181.

KANDEL, Liliane, et Françoise PICQ (1982), « Le mythe des origines à propos de la journée internationale des femmes », La Revue d'en face, n°12, p. 67-80.

LEZZERIO, Monique (1999), « Le 8 mars, Journée internationale des femmes, entre Féminisme et Socialisme ». Mémoire de l'IEP de Grenoble.

MAINGUENEAU, Dominique (1991), L'analyse du discours, introduction aux lectures de l'archive, Paris, Hachette.

MOESCHLER, Jacques, et Anne REBOUL (1994), Dictionnaire encyclopédique de pragmatique, Paris, Seuil.

ONU (1977a), Documents de la 32ème session de l'Assemblée générale, 3ème commission, en version française, dépôt BNF.

ONU (1977b), 105ème session plénière de la 32ème session de l'Assemblée générale du vendredi 16 décembre 1977, en version française, dépôt BNF : 1821-1849.

PICQ, Françoise (1993), Libération des femmes : les années-mouvement, Paris, Seuil.

RAKOSI, Mathyas (1978), Thèses, manifestes et résolutions adoptées par les I, II, III et IV congrès de l'Internationale communiste, 1919-1923, textes complets, reprod. en fac-sim. de l'éd. de Paris, Librairie du travail, 1934, Maspéro.

RÉBERIOUX, Madeleine (1984), « Aux origines de la journée du 8 mars », Hommes et Libertés, 1984/3, p. 13-16.

REED, Judith (2004), Le mouvement des femmes et la presse au Québec : messages et revendications autour du 8 mars, Alliance de recherche IREF/Relais-femmes de l'UQAM, à paraître sur http://www.unites.uqam.ca/arir/arir/htm

SOWERWINE, Charles (1978), Les femmes et le socialisme, Paris, Presses de la Fondation Nationale des Sciences Politiques.

Haut de page

Annexe

Textes connus des déclarations

1) Déclaration du premier Woman's Day officiel américain datant de 1908

« Nous recommandons à toutes les sections locales du Parti Socialiste de réserver le dernier dimanche de février 1909 pour l'organisation d'une manifestation en faveur du suffrage féminin. » Citation en traduction d'un article du Chicago Daily Socialist du 28 décembre 1908 (Côté, 1984 : 39). Voir aussi, mais sans citation précise, Buhle (1981 : 223).

2) Déclaration de la seconde Conférence internationale des femmes précédant le huitième congrès de la Seconde Internationale à Copenhague, en 1910

« En accord avec les organisations politiques et syndicales du prolétariat de leur pays et animées par leur conscience de classe, les femmes socialistes de tous les pays organiseront chaque année une journée de la femme destinée prioritairement à faire campagne pour le droit de vote des femmes. Conformément à la conception socialiste, cette revendication doit se situer dans le contexte global des problèmes de la femme. La journée de la femme doit revêtir un caractère international et il convient d'accorder à sa préparation la plus grande attention. » Texte traduit par Françoise Barthélemy-Toraille à partir d'un article de Die Gleicheit (L'égalité) du 29 août 1910, numéro 24 : 378. Ces lignes sont la fin d'un document signé « Klara Zetkin, Käte Dünker et autres camarades » et titré de la façon suivante : « Demandes présentées par des camarades allemandes à la conférence socialiste internationale de Copenhague au sujet du droit de vote des femmes ».

3) Déclaration de la seconde Conférence internationale des femmes communistes précédant le troisième congrès de la Troisième Internationale, en 1921

« Des tempêtes d'enthousiasme accueillirent la proposition de nos camarades bulgares et la résolution de la seconde conférence internationale des femmes communistes, à Moscou, de tenir uniformément la Journée Internationale des femmes le 8 mars, jour où les camarades russes la célèbrent. […] La détermination et la volonté des 82 représentantes des femmes communistes de 28 nationalités s'unirent alors pour exprimer une seule et vigoureuse détermination. Notre actuelle journée internationale de la femme doit devenir une prise de position puissante des masses en faveur du communisme. Elle doit être aussi un appel irrésistible à la lutte contre l'ordre bourgeois et à la conquête du pouvoir par le prolétariat. Elle doit apporter la preuve que nous autres femmes communistes voulons mais aussi pouvons agir. Il s'agit maintenant de tenir le serment « silencieux » que nous avons prêté et qui nous lie : faire que la volonté devienne action… » Texte traduit par Françoise Barthelémy-Toraille à partir d'un article de Die Kommunistiche Fraueninternationale de janvier/février 1922 cité en allemand et partiellement en français par Côté (1984 : 164). Nous n'avons trouvé aucune autre attestation précise de cette déclaration.

4) Résolution 32/142 adoptée par l'ONU le 16 décembre 1977

« Participation des femmes au renforcement de la paix et de la sécurité internationales et à la lutte contre le colonialisme, le racisme, la discrimination raciale, l'agression et l'occupation étrangères et toutes les formes de domination étrangère.

L'Assemblée générale,

Rappelant ses résolutions 3519 (XXX), 3520 (XXX) et 3521 (XXX) du 15 décembre 1975 et 34/136 du 16 décembre 1976,

Prenant en considération que la participation active des femmes, leur égalité avec les hommes et leur progrès sont nécessaires pour assurer la paix et le progrès social, instaurer le nouvel ordre économique international et garantir pleinement la jouissance des droits de la personne humaine et des libertés fondamentales,

Se félicitant de la contribution des femmes au renforcement de la paix et de la sécurité internationales et à la lutte contre le colonialisme, le racisme, la discrimination raciale, l'agression et l'occupation étrangères et toutes les formes de domination étrangère,

Soulignant sa grave préoccupation due au fait que dans certaines régions du monde le colonialisme, l'apartheid, la discrimination raciale et l'agression étrangère continuent d'exister et que des territoires sont encore occupés, ce qui constitue une violation très grave des principes de la Charte des Nations Unies et des droits de la personne humaine, tant pour les hommes que pour les femmes, ainsi que du droit des peuples à l'autodétermination,

Réaffirmant les objectifs de la Décennie des Nations Unies pour la femme, de la Déclaration de Mexico sur l'égalité des femmes et leur contribution au développement et à la paix et du Plan d'action mondiale en vue de la réalisation des objectifs de l'Année internationale de la femme,

1. Prend acte du rapport du Secrétaire général sur l'application de la résolution 3519 (XXX) de l'Assemblée générale ;

2. Demande à tous les États de ne pas cesser de s'efforcer de créer des conditions favorables à l'élimination de la discrimination à l'égard des femmes et à leur pleine participation, sur un pied d'égalité, au développement social, et d'encourager la participation massive des femmes au renforcement de la paix et à l'intensification de la détente internationale, à la limitation de la course aux armements et à la prise de mesures en faveur du désarmement ;

3. Saisit l'occasion de l'Année internationale pour la lutte contre l'apartheid qui sera observée en 1978 pour inviter tous les États à soutenir pleinement les femmes victimes du colonialisme, du racisme et de l'apartheid dans leur lutte légitime contre les régimes racistes en Afrique australe ;

4. Invite tous les États à proclamer, comme il conviendra en fonction de leurs traditions et coutumes historiques et nationales, un jour de l'année Journée des Nations Unies pour les droits de la femme et la paix internationale, et d'informer le Secrétaire général à ce sujet ;

5. Prie la Commission de la condition de la femme d'envisager, à titre de contribution à la préparation de la Conférence mondiale de la Décennie des Nations Unies pour la femme qui doit se tenir en 1980, l'élaboration d'un projet de déclaration sur la participation des femmes au renforcement de la paix et de la sécurité internationales et à la lutte contre le colonialisme, le racisme, la discrimination raciale, l'agression et l'occupation étrangères et toutes les formes de domination étrangère, et de présenter un rapport à cet égard au Conseil économique et social lors de sa soixante-quatrième session ;

6. Invite le Secrétaire général à présenter un rapport sur l'application de la résolution 3519 (XXX) à l'Assemblée générale lors de sa trente-quatrième session ;

7. Décide d'inscrire à l'ordre du jour provisoire de sa trente-quatrième session, au titre du point « Décennie des Nations Unies pour la femme : égalité, développement et paix » un alinéa intitulé « Applications de la résolution 3519 (XXX) de l'Assemblée générale : rapport du Secrétaire général ».

105e séance plénière

16 décembre 1977 »

Version française disponible sur le site Internet de l'ONU.

5) Communiqué officiel du conseil des ministres français du 20 janvier 1982

« Le conseil des ministres ayant décidé, sur la proposition du ministre des droits de la femme, qu'une journée des femmes sera célébrée le 8 mars prochain, le Président de la République et le gouvernement souhaitent qu'elle marque un moment important partout en France, où les femmes doivent participer pleinement à l'activité économique du pays et voir leurs droits dans le travail reconnus.

Cette journée sera célébrée de manière officielle. Une exposition photographique sera inaugurée par le premier ministre dans le nouvel immeuble qu'occupera alors le ministre des droits de la femme et les associations de femmes et des délégations de travailleuses salariées provenant des différentes régions de France seront reçues à l'Elysée par le Président de la République, qui prononcera à cette occasion un important discours.

Le même jour paraîtra au Journal Officiel une promotion spéciale dans l'ordre de la légion d'honneur destiné à des femmes travailleuses. » Le Monde du 22 janvier 1982 : 26.

Haut de page

Notes

1  Au sens que nous donnons en analyse du discours à ce terme, c'est-à-dire au sens d'« énoncés produits dans la cadre d'institutions qui contraignent fortement l'énonciation, inscrits dans un interdiscours serré et qui fixent des enjeux historiques, sociaux, intellectuels… » (Maingueneau, 1991 : 17).

2  « Les représentations, en tant qu'elles construisent une organisation du réel à travers des images mentales elles-mêmes portées par du discours […] sont incluses dans le réel, voire sont données pour le réel lui-même » (Charaudeau, 1997 : 47).

3  La notion d'« archive » en analyse du discours prend son origine dans Foucault, (1977 : 171) : « Entre la langue qui définit le système de construction des phrases possibles, et le corpus qui recueille passivement les paroles prononcées, l'archive définit un niveau particulier : celui d'une pratique qui fait surgir une multiplicité d'énoncés comme autant d'événements réguliers, comme autant de choses offertes au traitement et à la manipulation […] C'est le système général de la formation et de la transformation des énoncés. » Voir aussi sur ce point : « Tel qu'il se détermine ici, l'objet de l'AD pourrait être dénommé une archive, laquelle regroupe un ensemble d'« inscriptions » référées à un même positionnement » (Maingueneau, 1991 : 22).

4  « Faire la généalogie des valeurs, de la morale, de l'ascétisme, de la connaissance, ne sera donc jamais partir à la quête de leur « origine », en négligeant comme inaccessibles tous les épisodes de l'histoire ; ce sera au contraire s'attarder aux méticulosités et aux hasards des commencements […] le généalogiste a besoin de l'histoire pour conjurer la chimère de l'origine, un peu comme le bon philosophe a besoin du médecin pour conjurer l'ombre de l'âme » (Foucault, 1971 : 140)

5  Sur la notion de « discours historico-politique », certaines pages de Foucault (1997) sont éclairantes : « Le sujet qui parle en ce discours, qui dit « je » ou « nous », ne peut pas et ne cherche d'ailleurs pas à occuper la position du juriste ou du philosophe, c'est-à-dire la position du sujet universel, totalisant ou neutre. Dans cette lutte générale dont il parle, celui qui parle, celui qui dit la vérité, celui qui raconte l'histoire, celui qui retrouve la mémoire et conjure les oublis, eh bien, celui-là, il est forcément d'un côté ou de l'autre : il est dans la bataille, il a des adversaires, il travaille pour une victoire particulière » (1997 : 44-45).

6  Pour rendre compte de ces « récits », nous avons accumulé des matériaux de nature hétérogène : articles scientifiques, articles militants (la distinction étant souvent difficile à faire d'ailleurs), journaux, tracts, livres, affiches, mémoires, etc., au point de former un de ces corpus hétéroclites que Foucault appelle de ses vœux (1994, tome I : 499).

7  On trouve des variantes sur le lieu (Boston, Chicago ou New York), la date (1857, 1848 ou 1908) et sur l'événement : certaines versions font état d'un incendie de manufacture ayant fait de nombreuses victimes parmi les ouvrières.

8  Parmi bien d'autres, voir les Monde du 9 février 1982 (p. 10) et du 9 mars 1982 (p. 2).

9  « En 1911, Clara Zetkin obtenait de la Deuxième Internationale de faire du 8 mars la « Journée internationale des femmes », pour célébrer la lutte, le 8 mars 1857, à New York, des couturières qui dénonçaient dans la rue leur surexploitation… » (Des femmes en mouvement hebdo, no 70, 11 décembre 1981 : 25). Cette phrase est extraite d'un communiqué du MLF dont les références historiques sont reprises par tous les articles de presse de la période.

10  Voir la note 5322 de l'ONU du 4 mars 1996 intitulée « Note to correspondents ; International Women's Day to be observed at U.N. headquarters » et indiquant : « International Women's Day, which celebrates women and their struggle for equal rights, is traditionaly observed on 8 March, in commemoration of a strike by women workers in garment and textile factories in New York City on 8 March 1857. »

11  Il s'avère qu'elle est née en 1857… Coïncidence ou explication de ce mythique « 8 mars 1857 » ?

12  Contrairement à la partie précédente qui portait sur un corpus volontairement hétérogène, cette partie de notre recherche a été conçue comme une quête des déclarations en tant qu'actes institutionnels officiels.

13  Sowerwine cite les propos du dirigeant socialiste belge Vandervelde, s'opposant en 1891, lors du congrès unifié de la Deuxième Internationale, à une résolution prônant l'égalité complète des deux sexes : « Je suis partisan de l'égalité des sexes, mais j'estime que la femme doit rester dans son foyer et ne peut être contrainte d'occuper les mêmes travaux que les hommes » (1978 : 249).

14  Dont « No sympathy for woman's suffrage », Chicago Daily Socialist, 17 avril 1909 (Côté, 1984 : 63).

15  « Que faut-il entendre par événementialisation ? Une rupture d'évidence, d'abord […] Rupture des évidences, ces évidences sur lesquelles s'appuient notre savoir, nos consentements, nos pratiques. Telle est la première fonction théorico-politique de ce que j'appellerais l'événementialisation. En outre, l'événementialisation consiste à retrouver les connexions, les rencontres, les appuis, les blocages, les jeux de force, les stratégies, etc. qui ont, à un moment donné, formé ce qui ensuite va fonctionner comme évidence, universalité, nécessité » (Foucault, 1994, tome IV : 23).

16  « Dans le cas où entre les objets, les types d'énonciation, les concepts, les choix thématiques, on pourrait définir une régularité (un ordre, des corrélations, des positions et des fonctionnements, des transformations), on dira, par convention, qu'on a affaire à une formation discursive » (Foucault, 1977 : 53).

17  « Lénine fixe au 8 mars la Journée Internationale des femmes qui devient ensuite dans le monde une fête surtout communiste », affirme Lezziero (1999 : 10), sans citer ses sources.

18  Par « acte performatif », nous entendons l'acte que le locuteur d'un énoncé accomplit du fait même de son énonciation. Nous nous référons aux définitions données à cette notion par Austin, puis par Searle. Pour plus de détails, voir Moeschler et Reboul (1994 : 44-78) et en particulier le classement des actes illocutoires en cinq catégories : les représentatifs, les directifs, les promissifs, les expressifs et les déclaratifs (1994 : 72-73).

19  Les manières de construire les catégories de discours sont extrêmement diverses d'un auteur à l'autre et d'une discipline à l'autre. Compte tenu de notre cadre d'étude, qui n'est ni celui des textes littéraires ni celui des textes médiatiques, nous considérons que les critères situationnels et pragmatiques sont fondamentaux.

20  Ce texte de journal décrit deux actes performatifs (un acte de proposition attribué aux femmes bulgares et un acte de décision attribué à l'ensemble des 82 déléguées présentes), mais ne les réalise pas directement.

21  Rappelons que même dans la théorie classique des actes de langage, un énoncé ne peut prendre de valeur performative sans que soient réunies certaines conditions (parole légitime, moment légitime, lieu approprié, formulation plus ou moins explicite, etc.).

22  Nous prenons ici « mythe » au sens de Barthes : « Ce que le monde fournit au mythe, c'est un réel historique, défini, si loin qu'il faille remonter, par la façon dont les hommes l'ont produit ou utilisé ; et ce que le mythe restitue, c'est une image naturelle de ce réel. Et tout comme l'idéologie bourgeoise se définit par la défection du nom bourgeois, le mythe est constitué par la déperdition de la qualité historique des choses : les choses perdent en lui le souvenir de leur fabrication. Le monde entre dans le langage comme un rapport dialectique d'activités, d'actes humaines : il sort du mythe comme un tableau harmonieux d'essences » (1957 : 230).

23  Intervention 34 de la séance du 9/12/1977 à 15 h 45.

24  Intervention 18 de la séance du 9/12/1977 à 15 h 45.

25  Citons la Journée météorologique mondiale, la Journée mondiale du livre et du copyright, la Journée mondiale de la santé, la Journée mondiale des réfugiés, la Journée internationale du souvenir de la traite négrière et de son abolition, la Journée internationale pour l'élimination de la pauvreté…

26  Sur la logique symbolique de ces revendications, voir Des femmes en mouvements hebdo no 70, p. 25 sqq.

27  « Quatre notions doivent donc servir de principe régulateur à l'analyse : celle d'événement, celle de série, celle de régularité, celle de condition de possibilité. […] Mais l'important, c'est que l'histoire ne considère pas un événement sans définir la série dont il fait partie, sans spécifier le mode d'analyse dont celle-ci relève, sans chercher à connaître la régularité des phénomènes et les limites de probabilité de leur émergence, sans s'interroger sur les variations, les inflexions et l'allure de la courbe, sans vouloir déterminer les conditions dont elles dépendent » (Foucault, 1971 : 55-58).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Simone Bonnafous, « Les déclarations de Journée internationale des femmes, entre récit, occultation et performativité », Communication, Vol. 24/2 | 2006, 49-73.

Référence électronique

Simone Bonnafous, « Les déclarations de Journée internationale des femmes, entre récit, occultation et performativité », Communication [En ligne], Vol. 24/2 | 2006, mis en ligne le 29 août 2012, consulté le 18 août 2017. URL : http://communication.revues.org/3373 ; DOI : 10.4000/communication.3373

Haut de page

Auteur

Simone Bonnafous

Simone Bonnafous est professeure en sciences de l'information et communication, directrice du CEDITEC, Université Paris 12-Val de Marne. Courriel : bonnafous@univ-paris12.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org