Navigation – Plan du site
Lectures

Jocelyne ARQUEMBOURG-MOREAU (2003), Le temps des événements médiatiques

Paris, INA/De Boeck
Philippe Viallon
p. 161-162
Référence(s) :

Jocelyne ARQUEMBOURG-MOREAU (2003), Le temps des événements médiatiques, Paris, INA/De Boeck

Texte intégral

1L’objectif de Jocelyne Arquembourg est ambitieux. Il s’agit de rendre compte de ce qui se passe dans un espace qui se trouve à l’intersection de trois champs : le temps, l’événement et les médias, chacun constituant, on en conviendra facilement, un monde en soi. Malgré la relative brièveté de l’ouvrage, une centaine de pages, le but est atteint à la satisfaction du lecteur. La pratique assidue de la télévision dont l’auteure fait preuve, — les autres médias étant peu évoqués —, l’analyse équilibrée entre l’image et le son et l’étude détaillée d’événements souvent tragiques font de cet ouvrage une étape essentielle dans l’étude de cette relation triadique éminemment complexe. Une étape, car comment supposer qu’une question comme le temps qui agite la pensée depuis des siècles puisse être définitivement réglée ? L’auteure elle-même qui fait remonter sa réflexion à Saint-Augustin n’hésite pas à évoquer à plusieurs reprises le futur qui jugera. À partir des recherches menées en France ou dans les pays anglo-saxons — le cas n’est pas si fréquent pour les chercheurs français qu’il mérite d’être signalé —, elle développe son point de vue en trois temps.

2Elle commence par l’incontournable analyse des rapports entre faits, événements et événements médiatiques. Pour elle,

un événement est une rupture dans l’ordre des choses, une déchirure qui bouleverse l’organisation de nos existences et de nos futurs.

3 Elle bâtit sa réflexion à partir de l’ouvrage de Daniel Dayan et Elihu Katz (1996) et de leur notion de « valeur suspensive de l’événement ». Son approche historique est bien construite. Elle reprend la distinction entre télévision d’enquête et télévision d’examen d’Hervé Brusini et Francis James (1982) ; elle rappelle également que « le direct a dans son histoire d’abord été un instrument visant à supprimer les distances, à créer le temps d’ubiquité ». On la suit facilement sur les différentes valeurs du présent qu’elle développe, notamment à partir de l’émergence des chaînes d’information en continu comme CNN. Elles ont modifié notre expérience des événements et du temps en supprimant la médiation qui faisait partie de l’expérience télévisuelle des téléspectateurs. Jocelyne Arquembourg en arrive à la conclusion justifiée que le régime du direct est incompatible avec celui de l’événement.

4Dans un style qui frôle parfois la philosophie, l’auteure s’interroge ensuite sur ce qu’est une expérience publique. Elle émet une idée réellement novatrice en proposant de considérer « une temporalité publique ». Elle propose dès lors d’envisager le temps des faits, celui des interprétants, celui de l’expérience directement liée à l’événement et celui de l’expérience liée aux événements qui ont suivi.

5La troisième partie de l’ouvrage rend compte des liens entre le temps et les publics dont l’analyse se base sur de nombreuses recherches récentes. L’auteure arrive à une double conclusion : d’une part, cette notion de temps a une conséquence sur l’émergence et le rôle des publics et sur la forme unique donnée aux événements par les médias. D’autre part, « le temps du public est celui du présent, généralement orienté vers l’avenir ». Quant au direct et à l’attrait qu’il conserve pour le public, il renvoie directement au paradoxe de l’incompatibilité entre le temps circulaire et l’écoulement de la vie.

6La richesse de cet ouvrage fait cependant naître un regret : Jocelyne Arquembourg aurait pu élaborer une grille ou tout autre dispositif pratique d’analyse qui permettrait à des lecteurs moins avertis, des étudiants par exemple, de décoder plus facilement la complexité des événements qu’ils doivent analyser. Ce sera peut-être l’objet d’une future publication…

Haut de page

Bibliographie

DAYAN, Daniel et Elihu KATZ (1996), La télévision cérémonielle, Paris, Presses Universitaires de France

BRUSINI, Hervé et Francis JAMES (1982), Voir la vérité : le journalisme de télévision, Paris, Presses Universitaires de France

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Philippe Viallon, « Jocelyne ARQUEMBOURG-MOREAU (2003), Le temps des événements médiatiques », Communication, Vol. 24/2 | 2006, 161-162.

Référence électronique

Philippe Viallon, « Jocelyne ARQUEMBOURG-MOREAU (2003), Le temps des événements médiatiques », Communication [En ligne], Vol. 24/2 | 2006, mis en ligne le 22 août 2012, consulté le 21 octobre 2017. URL : http://communication.revues.org/3425

Haut de page

Auteur

Philippe Viallon

Philippe Viallon est enseignant-chercheur à l’Université de Lyon 2 en sciences de l’information et de la communication. Courriel : philippe.viallon@univ-lyon2.fr.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org