Navigation – Plan du site
Lectures

Arthur Asa BERGER (2003), Media and Society : A Critical Perspective

Lanham, Rowman & Littlefield
Martin David-Blais
p. 179-181
Référence(s) :

Arthur Asa BERGER (2003), Media and Society : A Critical Perspective, Lanham, Rowman & Littlefield.

Texte intégral

1Voici un petit manuel qui procède d’objectifs très précis. Il s’agit d’un livre pédagogique destiné aux étudiants américains (ou canadiens-anglais), des première et deuxième années d’université et qui est consacré au thème, aussi vaste que classique, des rapports qui existent et qui se développent entre les médias et la société. Puisqu’il existe divers types de manuels d’introduction, on dira plus spécifiquement qu’il s’agit d’un primer qui cherche par ailleurs à présenter une certaine tradition critique dans le domaine des médias.

2Le choix par un enseignant d’un manuel de classe est, au départ, un acte éminemment personnel ; c’est pourquoi il m’a semblé que la façon la plus juste de juger un tel ouvrage est de l’évaluer à l’aune de ses prétentions. En gros, on attend d’un primer qu’il offre ce qui suit :

  • qu’il couvre un champ très vaste en peu de pages ;

  • qu’il présente une vaste gamme de sujets tout en touchant plusieurs éléments essentiels d’un curriculum classique ;

  • qu’il contienne une suite de chapitres courts et bien découpés ;

  • qu’il soit rédigé dans un style direct et accessible ;

  • qu’il offre une combinaison de références classiques et actuelles ;

  • qu’il aborde des sujets polémiques d’une actualité relativement indémodables (la violence des médias ou les effets de la pornographie) ;

  • qu’il se termine avec une bibliographie à la limite de l’encyclopédique ;

  • et peut-être aussi qu’il soit saupoudré d’imagerie « pop ».

3À mon sens, l’ouvrage de Berger est excellent puisqu’il respecte presque intégralement cette formule. Un enseignant qui, à quelques semaines d’avis, a la tâche de monter un cours intitulé Médias et société peut difficilement espérer meilleur ouvrage de base. Il aura en main l’outil parfait pour construire un cours de 12 ou 13 séances pertinent, cohérent, varié et bien calibré.

4Le livre de Berger n’est pas qu’un produit élaboré à partir d’une formule de marketing éprouvée, on sent très nettement aussi qu’il est l’œuvre d’un auteur d’envergure. La qualité de la rédaction est une indication : le style est non seulement simple et certes accessible, comme il se doit en ce type de livre, il est aussi fluide, élégant, subtil. Fait plus important, on sent tout au long du texte une vaste culture et une profonde maîtrise de l’auteur des divers courants et paradigmes qu’il présente, ce qui lui permet d’aller constamment à l’essentiel avec une aisance consommée. On pourra en juger à la lecture du passage consacré à Saussure, Pierce et Propp (chapitre 3) : le propos m’est apparu d’une clarté et d’une efficacité remarquables. Dans le même ordre d’idées, Berger a poussé très loin l’art d’élaborer des exemples percutants. En plus d’être toujours concis et précis, les exemples choisis ou forgés par l’auteur sont en général formulés de manière étonnante et inattendue. Soit dit au passage, Arthur Asa Berger est professeur émérite à la San Francisco State University spécialisé dans ce que l’on nomme en anglais le Media Criticism ; il est aussi un auteur prolifique. Une visite de son site Internet personnel permet de lire plusieurs de ses articles dont certains sont franchement puissants1.

5Cela dit, le manuel comporte des choix auxquels l’utilisateur n’est pas obligé de souscrire. Le choix le plus évident concerne la prédominance de la préoccupation littéraire ou, pour être plus précis, herméneutique qui ne cesse de transparaître. Ce dont il est le plus question dans ce livre finalement, c’est de textualité médiatique et de son corollaire, soit le problème de la re-construction du sens par les consommateurs et utilisateurs. Pour Berger, il y a texte et sens à co-construire peu importe qu’il s’agisse d’un feuilleton, d’une partie de football, ou d’un quelconque événement médiatique. Il s’agit toutefois d’une herméneutique au sens large puisque l’auteur y intègre certains apports de la sémiologie tout en laissant paraître un penchant pour le décloisonnement théorique et culturel ainsi que pour la pratique de l’inter-discursivité. À mon sens, ce choix est heureux car le livre y trouve son fil directeur. Il va de soi que plusieurs n’y trouveront pas leur compte : les tenants de l’économie politique par exemple ou encore les sociologues des organisations médiatiques ou les psychologues sociaux. Non pas que les considérations sociopolitiques soient absentes mais elles ne constituent pas l’intérêt premier de Berger.

6Il est un autre choix que l’on pourra questionner, à savoir l’usage du mot « critique » (un terme que l’on retrouve jusque dans le titre du livre) pour qualifier l’intention générale de l’auteur. Tout dépend de ce que l’on entend par ce qualificatif. Si l’on attend de l’auteur qu’il affiche, disons, des positions clairement anti-capitalistes ou qu’il prenne le parti de causes telles le féminisme, on sera forcément déçu. Il en ira de même si l’on espère que l’auteur fasse preuve de médiaphobie, qu’il plonge à fond dans le thème des industries culturelles, ou encore qu’il fasse de Foucault ou de Bourdieu des hérauts de la résistance à la domination. Le terme « critique » désigne en fin de compte, pour Berger, une attitude (bien post-moderne) de distance vis-à-vis les « méta-narrations » et un anti-élitisme tous azimuts (typique, lui, des cultural studies).

Haut de page

Notes

1 Notamment :« What’s in a joke. A micro-analysis ». Cet article, bref et brillant, fut publié dans Elementa.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Martin David-Blais, « Arthur Asa BERGER (2003), Media and Society : A Critical Perspective », Communication, Vol. 24/2 | 2006, 179-181.

Référence électronique

Martin David-Blais, « Arthur Asa BERGER (2003), Media and Society : A Critical Perspective », Communication [En ligne], Vol. 24/2 | 2006, mis en ligne le 22 août 2012, consulté le 21 octobre 2017. URL : http://communication.revues.org/3429

Haut de page

Auteur

Martin David-Blais

Martin David-Blais est professeur à l’Université Saint-Paul, à Ottawa. Courriel : mblais@ustpaul.ca

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org