Navigation – Plan du site
Lectures

Patrick CHARAUDEAU (2005), Le discours politique. Les masques du pouvoir

Paris, Vuibert
Bernard Lamizet
p. 188-191
Référence(s) :

Patrick CHARAUDEAU (2005), Le discours politique. Les masques du pouvoir, Paris, Vuibert.

Texte intégral

1Dans cet ouvrage, l’auteur nous propose une réflexion sur les formes et les pratiques de la communication politique, en choisissant de travailler plus précisément sur le discours, ses formes et sa rhétorique, ainsi que sur la façon dont le discours politique, finalement, crée les masques qui constituent les identités confrontées les unes aux autres dans l’espace politique. Sa réflexion se situe, ainsi, dans une longue tradition qui, dans notre culture, remonte aux recherches et aux réflexions de Platon sur le fait politique et à ses critiques de la rhétorique, ou à celles d’Aristote sur la rhétorique politique. Mais le grand intérêt de l’ouvrage est d’articuler ensemble la rhétorique, la sémiotique et l’analyse du discours, pour mieux nous faire comprendre l’apport contemporain des sciences du langage à la compréhension et à l’interprétation du discours politique.

2Mais puisqu’il s’agit de « masques », la réflexion de Charaudeau va aussi poser, et cela en constitue le second volet, le problème de l’identité et de la façon dont le jeu politique va structurer la façon dont les identités des acteurs se confrontent les unes avec les autres. C’est ainsi qu’à la fin de l’ouvrage, l’auteur évoque le discours politique, qui est « un jeu de masques auquel nous participons tous, élites et peuples, et qui nous lie par un contrat de solidarité réciproque » (p. 246), tandis que ce qu’il évoque « le mentir vrai », nom qu’il donne au « discours du rêve des hommes, de leur quête d’infini, auquel ils donnent des masques successifs » (p. 246).

3Nous sommes donc devant un ouvrage de réflexion sur les identités politiques et la façon dont elles sont à la fois instituées et diffusées dans l’espace public.

4L’ouvrage qui entend « fonder une nouvelle éthique du discours politique », suit une progression en quatre étapes. Il commence par une définition du discours politique et des conditions dans lesquelles il est élaboré et énoncé. Le livre se poursuit par une recherche sur les imaginaires de vérité, inscrits par les acteurs politiques dans leurs stratégies, dans leurs actes et dans leurs discours. Puis il évoque une forme de dégénérescence du discours politique dans les brouillages dont il fait l’objet, par exemple dans les dérives populistes qu’il peut connaître. Enfin, l’ouvrage montre le chemin d’une désacralisation du discours politique à l’élaboration et à la mise en œuvre d’une « nouvelle éthique ».

5Commençons donc par parler du masque, notre « être-là », pour reprendre l’expression de l’auteur (p. 5). En effet, dès l’avant-propos, nous voilà prévenus : l’auteur va remettre en question la nature et le fondement mêmes des identités qui s’affrontent et se débattent dans l’espace politique. Il ne va pas s’agir de parler de la communication politique en évoquant seulement des savoir-faire ou des modalités de pratique de la représentation ; il va bien s’agir de débattre de ce qui fonde la représentation et la communication politique dans l’espace public, l’identité des acteurs qui s’y rencontrent. L’étude entend bien « se représenter la communication humaine comme un théâtre, une vaste scène sur laquelle se jouent entre les êtres humains, à travers leurs actes de langage, des jeux relationnels divers » (p. 39).

6Ainsi se trouve expliquée la figure du masque : le pouvoir est un jeu de masques, justement parce que le politique est « une scène ». Cette dramaturgie que l’étude de Charaudeau nous invite à penser consiste, pour les acteurs du politique, à « se constituer en effigie » (p. 65). Il s’agit, en fait, ici, de penser « l’ethos » des politiques, que l’auteur identifie à « l’image de soi » (p. 70, 87), visible et reconnaissable dans « le miroir citoyen » (p. 66).

7Mais ces identités dont est fait l’espace de la communication politique se pensent aussi dans leur rapport à l’imaginaire ; on ne peut pas construire l’identité politique sans, dans le même temps, fonder « l’imaginaire de vérité » sur lequel elle repose (p. 147), tant il est vrai que, selon Castoriadis (1975), cité par Charaudeau « […] le rôle des significations imaginaires est de fournir une réponse de toute évidence, que ni la <réalité> ni la <rationalité> ne peuvent fournir ».

8 Les masques qui se croisent dans l’espace politique sont aussi ce qui permet de comprendre que les identités politiques articulent le politique à de l’imaginaire. Pas de politique sans imaginaire, que celui-ci porte le beau nom d’utopie ou celui, moins beau, de crise, de menace ou d’insécurité.

9Dans ces conditions, il importe de bien comprendre le rôle du langage dans l’espace politique, de penser ce que l’on pourrait appeler une rationalité des faits de langage dans le champ politique. Charaudeau suggère une approche du discours politique faite de l’articulation du logos, de l’ethos et du pathos, dans une réflexion sur « les contenus du discours » et sur « les mécanismes de la communication ». Pour comprendre la parole, dans le politique, il convient de connaître la « légitimité d’être social » de celui qui l’énonce, construisant et donnant à voir ainsi l’image de soi en même temps que la lettre de ce que dit son discours, dans ce que Charaudeau appelle sa « vocalité ».

10Mais rappelons-nous que nous ne sommes pas dans la conversation ni dans la littérature : nous sommes dans le politique, par conséquent dans ce que Charaudeau entend comme « une dialectique du débat d’idées et du faire » (p. 17). Il ne s’agit pas seulement de communication, il s’agit bien, aussi, d’articuler la communication et le langage à de l’action, à des stratégies, à ce jeu complexe entre trois instances, que l’auteur (p. 43-47) identifie comme « l’instance politique », « l’instance citoyenne » et « l’instance médiatique ». L’imaginaire social ne construit pas seulement des utopies et des représentations, il fonde, aussi, des principes de légitimité, sur lesquels repose tout le politique.

11La politique est définie par l’auteur comme « […] un domaine de pratique sociale où se jouent des rapports de force symboliques pour la conquête et la gestion d’un pouvoir » (p. 60).

12Ainsi, le discours politique s’inscrit-il dans les stratégies des acteurs qui l’énoncent, inscrivant, ainsi, leur activité symbolique dans l’ensemble des pratiques et des activités par lesquelles ils s’opposent les uns aux autres. Nous sommes dans un espace de violence symbolique. Dans ce champ, pour reprendre les termes de l’auteur, « […] entrent en collision une vérité des apparences mise en scène par le discours et une vérité des actions mise en œuvre par des décisions » (p. 83). Et il poursuit : « Dans le discours politique, les deux s’entre-mêlent en un <vrai-semblant>, sans lequel il n’y aurait pas d’action possible dans l’espace public. C’est peut-être là l’un des fondements de la parole politique » (p. 83).

13Cela donne une signification particulière à la référence finale à l’éthique. Si Charaudeau nous convie, au terme de son livre, à une réflexion sur une « nouvelle éthique » du discours politique, c’est que l’ethos fonde le langage politique. L’ethos constitue la fusion entre l’identité discursive (crédibilité) et l’identité sociale (légitimité). C’est dans la formulation de l’ethos et dans sa mise en œuvre que se définit l’identité politique du sujet dans l’espace de la communication politique, ainsi que la façon dont il est représenté par les médias dans leurs stratégies et dans leurs activités d’information et de communication, à la fois comme image de soi, comme ethos de crédibilité et comme ethos d’identification. C’est cette multiplicité de formes différentes et complémentaires de l’ethos qui fonde l’identité politique dont le sujet est porteur et qui fait, pleinement, de lui un acteur politique. Charaudeau donne, ainsi, quelques exemples de formation symbolique de personnages dans l’espace public : par exemple, l’ethos de sérieux, ou l’ethos de compétence, caractérise un personnage comme Raymond Barre, tandis que l’ethos de vertu caractérise un autre personnage comme Jean-Pierre Chevènement, ou celui de Michel Rocard, ce dernier se situant, de plus, à la limite de l’actance du « raisonneur ».

14Mais les identités sociales en formation dans l’espace public ne sont pas seulement fondées sur l’ethos qui caractérise ceux qui en sont porteurs, elles sont aussi fondées sur l’imaginaire. Celui-ci est défini par Charaudeau de la façon suivante : « Aussi , dit-il, voudrions-nous nous situer là où l’analyse du discours peut apporter sa pierre à cet immense édifice, et de façon opératoire » (p. 157). Et de poursuivre :

Ce lieu est celui de l’organisation des savoirs dans lequel il s’agit de repérer les idées et les valeurs qu’ils mettent en exergue sans préjuger du système de pensée auquel ils pourraient correspondre. Dans la mesure où ces savoirs, en tant que représentations sociales, construisent le réel en univers de signification, selon un principe de cohérence, on parlera d’imaginaires. (p. 157).

15Penser l’espace de la communication politique, penser une sémiotique des représentations mises en œuvre dans le fait politique, c’est donc, finalement, si l’on suit P. Charaudeau, construire l’espace sémiotique d’intelligibilité des logiques de constitution des identités dont sont porteurs les acteurs politiques et dans lesquelles ils se font reconnaître, dans leur conflictualité et dans leur activité symbolique, entre légitimité et crédibilité. En construisant la « scène médiatique » dans laquelle se joue la théâtralisation des identités politiques, Charaudeau nous invite à penser le fait politique dans la visibilité nouvelle du discours politique, en lui reconnaissant, toutefois, deux limites. Il désigne la première comme la montée de l’individualisme, qui va jusqu’à une « prédominance de l’affectif sur l’idéologique », tandis que la seconde est le « brouillage » des acteurs et de leur identité dans lequel, selon lui (p. 229), « les médias ont quelque responsabilité ».

16Pour finir, il s’agit d’un ouvrage dont la logique majeure est, sans doute, le rappel de l’importance de la communication, de la représentation et du fait symbolique dans la constitution d’une rationalité du politique. Il s’agit d’une tentative importante de réintégrer la sémiotique et les sciences de l’information et de la communication au sein des sciences du politique.

Haut de page

Bibliographie

CASTORIADIS, C. (1975), L’institution imaginaire de la société, Paris, Éditions du Seuil.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bernard Lamizet, « Patrick CHARAUDEAU (2005), Le discours politique. Les masques du pouvoir », Communication, Vol. 24/2 | 2006, 188-191.

Référence électronique

Bernard Lamizet, « Patrick CHARAUDEAU (2005), Le discours politique. Les masques du pouvoir », Communication [En ligne], Vol. 24/2 | 2006, mis en ligne le 22 août 2012, consulté le 29 juin 2017. URL : http://communication.revues.org/3435

Haut de page

Auteur

Bernard Lamizet

Bernard Lamizet est professeur à l’Institut d’études politiques de Lyon. Courriel : bernard.lamizet@univ-lyon2.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org