Navigation – Plan du site
Lectures

Danielle MAISONNEUVE, Catherine SAOUTER et Antoine CHAR (dir.) (1999), Communications en temps de crise

Actes du colloque tenu à l’Université du Québec à Montréal les 28 et 29 janvier 1999, organisé sous l’égide du Département des communications de l’Université du Québec à Montréal, Québec, Les Presses de l’Université du Québec
Jean-Michel Rampon
p. 192-195
Référence(s) :

Danielle MAISONNEUVE, Catherine SAOUTER et Antoine CHAR (dir.) (1999), Communications en temps de crise, Actes du colloque tenu à l’Université du Québec à Montréal les 28 et 29 janvier 1999, organisé sous l’égide du Département des communications de l’Université du Québec à Montréal, Québec, Les Presses de l’Université du Québec.

Texte intégral

  • 1  Mathieu Brugidou, Jérôme Cihuelo et Hélène Y. Meynaud (dir.) (2002), Tempête sur le réseau. L’enga (...)

1Si la communication, ainsi que le titre l’indique, est bien déclinée ici sur le mode pluriel, autant dire d’emblée que l’objet de ce colloque est davantage singulier : la tempête de verglas qui a « sévi » sur le Québec en 1998. À ce titre, on pourrait être tenté de mettre cet ouvrage en regard d’un autre qui porte sur la tempête qui a touché la France et quelques autres pays européens en décembre… 1999, tempête qu’un film de type « docu-fiction » diffusé sur une chaîne française fin 2004 n’hésite pas à qualifier « du siècle » (sic)1.

2Après un propos introductif de Danièle Maisonneuve, du Département des communications à l’UQÀM, qui a le mérite de questionner l’expression même qui sert ici de titre à l’ouvrage et de poser les bases d’« une approche théorique des communications s’appliquant à la notion de crise en général » (p. 4), s’enchaînent vingt chapitres qui correspondent pour chacun à la retranscription du texte d’un orateur. Viennent ensuite trois annexes de taille différente, dont l’une permet au lecteur d’avoir accès aux résultats d’une étude commandée à l’occasion du colloque. Autant le dire d’emblée, le parti pris de disposer les uns à la suite des autres des textes aux statuts générique (témoignages, recommandations, théorisations…) et auctorial (universitaires, élus, journalistes, relationnistes, ingénieurs…) fort inégaux plutôt que de les intégrer dans des grandes parties qui porteraient sur un thème dominant, ou autant que possible fédérateur, déroute quelque peu.

3Certes, on pourrait ici faire l’hypothèse que cette mise en forme est fidèle à deux des idées-forces contenues dès l’introduction. Tout d’abord, « qu’elles soient médiatiques, organisationnelles ou interpersonnelles, les communicationsreprésentent le principal vecteur de prévention ou de résolution d’une crise » (p. 4), ce qui tend à faire apprécier le rapport à la crise de chaque catégorie d’acteurs ici représentés d’un point de vue holistique, donc de façon à chaque fois autonome et sans lien avec les autres. Ensuite,

[…] l’importance de mettre en place une approche glocale des communications durant une crise, soit des communications à la fois globalisantes, en ce qu’elles s’adressent à l’ensemble de la population, et locales, parce que conçues spécifiquement à l’intention des sinistrés (p. 19).

4Là encore, ce genre d’énoncé laisse transparaître le sentiment que le tout est dans l’un et vice-versa, ce que l’économie générale du livre ne manquerait pas de dénoter. Mais alors, qu’en est-il de l’aspect « forum d’échanges » annoncé dans l’introduction ? Je ne prendrai ici qu’un exemple pour illustrer mon propos. Dans le chapitre 8 intitulé « Les crises sont toujours celles des autres », René-Jean Ravault, de l’UQÀM, se montre favorable à ce que les relationnistes s’engagent davantage dans la voie de la « globalisation ascendante » dépeinte en son temps par Robert Reich dans The Next American Frontier et The Work of Nations :

De spécialistes de « l’image » ou de « la visibilité », de la manipulation symbolique, de la communication descendante postdécisionnelle, ils devraient donc devenir, comme nous nous efforçons de le faire dans notre programme de baccalauréat en relations publiques, des spécialistes en information ascendante, en information destinée aux patrons-décideurs et ce, afin d’anticiper les crises et d’éviter les dommages qu’elles engendrent (p. 96).

5Il aurait été intéressant qu’une telle position radicale… intéressée soit discutée dans une table ronde au contenu répercuté dans l’espace même du livre.

6En dépit du caractère parfois redondant du propos induit par le parti pris éditorial, il n’en reste pas moins que Communications en temps de crise permet au lecteur de disposer de différentes entrées pour tenter d’apprécier au mieux l’ère post-industrielle dans laquelle l’humanité se trouve aujourd’hui et dont l’essor jamais rassasié de la communication est consubstantiel. On l’aura compris, l’un des intérêts majeurs de cet ouvrage, à la suite d’autres il est vrai, est de montrer combien la réflexion en cours nécessite d’interroger ce que peut être et ce que peut faire (y compris avec des effets néfastes) la communication face au risque et à la crise. Pour autant, présenter les choses ainsi ne suffit pas ou, pour être plus exact, peut représenter une véritable aporie. À lire les témoignages, propositions et autres théorisations de ce livre, on perçoit assez vite combien la difficulté réside dans les multiples combinaisons à l’œuvre dès lors que l’on cherche à articuler crise et communication. Autrement dit, ce n’est pas parce que les acteurs auront tendance à « sectorialiser » leurs pratiques et leurs discours, à les figer une bonne fois pour toutes dans une grammaire institutionnelle et professionnelle (encore une fois, figements auxquels participe un tant soit peu la mise en forme du présent ouvrage), qu’ils viendront nécessairement à bout d’une situation de crise, c’est-à-dire selon les effets attendus de leur ligne de conduite prédéfinie. Cette idée en contient une autre, plus ou moins bien appréciée selon le point de vue adopté et la place occupée : ce n’est pas parce qu’il y aura maîtrise des opérations de communication pour affronter une situation de crise donnée que la répétition — dans le même ordre — des règles d’action pour une crise postérieure (perçue en tous points comme) identique à la première aboutira nécessairement aux mêmes effets.

7En fait, cet ouvrage prend toute sa mesure au moment où il donne le sentiment de se raccrocher à sa raison d’être, autrement dit à ce qui a prévalu à la tenue de ce colloque de janvier 1999 : être situé, pour reprendre les expressions de Danielle Maisonneuve, entre « une crise climatologique » et « une crise technologique », sous la forme du « bogue de l’an 2000 » que l’on sait. À cet égard, la première et la plus fournie des trois annexes (p. 267-333) opère une sorte de dédoublement à l’intérieur de l’ouvrage. Cette annexe correspond à des extraits du rapport de la Commission scientifique et technique chargée d’analyser les événements relatifs à cette tempête de verglas de janvier 1998, dont elle porte du reste le même titre : Pour affronter l’imprévisible. Or, les 65 pages qui composent cette annexe font précisément écho aux passages qui concernent les communications et, plus spécifiquement, les médias de masse et les relations publiques. Cette annexe correspond en soi à un livre dans le livre et donne un assez bon aperçu des enjeux propres à une telle crise. Mieux, le lecteur est ici en mesure de voir à l’œuvre une manière de balancement entre discours de type retour sur expérience (parfaitement délimitée dans le temps et dans l’espace : la grande région de Montréal courant janvier 1998) et discours à teneur programmatique, « préceptes » dont on pourrait se demander s’ils ne sont pas produits depuis la société du risque globalisé, pour paraphraser le sociologue allemand Ulrich Beck.

8Comme en écho à ce qui vient d’être dit, précisons que le dernier chapitre avant les annexes est réservé à Patrick Lagadec, de l’École polytechnique de Paris, et à son « examen plus distancié », selon ses propres termes, de l’événement à l’origine du colloque de 1999. Je me contenterai simplement ici de mentionner l’écart existant dans la façon qu’a cet auteur de décliner le terme « crisogène » dans le cadre de ce colloque et dans celui d’un autre, qui s’est tenu quelques mois plus tôt à la Cité des Sciences et de l’Industrie de Paris et qui avait pour titre Risque et société. À Paris, Patrick Lagadec (1999) fait le constat d’« un système médiatique lui-même crisogène » et termine son exposé de la façon suivante : « Les prochaines crises pourraient fort bien être des crises pour les médias eux-mêmes : non préparés, ils risqueraient d’en être les premières victimes ». À Montréal, le même auteur déplace son propos vers les « inerties organisationnelles », selon lui « incompatibles avec un traitement des crises » :

En raison de cette inertie, tout terrain nouveau hors du cœur traditionnel d’activité est un champ qui expose particulièrement à la crise. D’où le caractère éminemment crisogène des problèmes de santé publique, le plus souvent « extérieurs » aux activités centrales des organisations (p. 259).

9Ce glissement d’une crise de type endogène à une crise de type exogène vient d’une certaine façon corroborer le caractère mouvant, sinon instable, de la réalité des crises et la difficulté d’en catégoriser les situations selon un protocole fixe. C’est pourquoi in fine, on pourra être tenté d’élargir le cadre de la réflexion en convoquant un auteur comme Jean-Pierre Dupuy, professeur à l’École polytechnique et à l’Université Stanford, dont on regrettera au passage que n’apparaisse dans la bibliographie pourtant dense du présent volume que la référence d’un rapport de 1990. Cet auteur développe (2002) une proposition stimulante par son caractère paradoxal même : les catastrophes ne se produiront pas si nous agissons selon la certitude qu’elles se produiront fatalement.

Haut de page

Bibliographie

LAGADEC, Patrick (1999), « Communication de crise, communication en crise » dans Maurice Tubiana et al. (dir.) Risque & société, Gif-sur-Yvette, Éditions Nucléon, p. 197-206.

DUPUY, Jean-Pierre (2002), Pour un catastrophisme éclairé, Paris, Éditions du Seuil.

Haut de page

Notes

1  Mathieu Brugidou, Jérôme Cihuelo et Hélène Y. Meynaud (dir.) (2002), Tempête sur le réseau. L’engagement des électricien(ne)s en 1999, L’Harmattan, Paris (voir note de lecture de Géraldine Jannin, Questions de communication, n° 3, 2003, accessible sur le site de la revue http://ques2com.ciril.fr). Il est à noter que ce livre contient la contribution d’un expert d’Hydro-Québec, distributeur, transporteur et producteur d’électricité en Amérique du Nord,aux premières loges en ce janvier 1998…

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Michel Rampon, « Danielle MAISONNEUVE, Catherine SAOUTER et Antoine CHAR (dir.) (1999), Communications en temps de crise », Communication, Vol. 24/2 | 2006, 192-195.

Référence électronique

Jean-Michel Rampon, « Danielle MAISONNEUVE, Catherine SAOUTER et Antoine CHAR (dir.) (1999), Communications en temps de crise », Communication [En ligne], Vol. 24/2 | 2006, mis en ligne le 22 août 2012, consulté le 27 mars 2017. URL : http://communication.revues.org/3437

Haut de page

Auteur

Jean-Michel Rampon

Jean-Michel Rampon est professeur à l’Institut d’Études Politiques de Lyon. Courriel : jean-michel.rampon@sciencespo-lyon.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org