Navigation – Plan du site
Lectures

Pascal MARCHAND (dir.) (2004), Psychologie sociale des médias

Rennes, Presses universitaires de Rennes, Coll. « Didact Psychologie sociale »
Eric Champagne
p. 196-200
Référence(s) :

Pascal MARCHAND (dir.) (2004), Psychologie sociale des médias, Rennes, Presses universitaires de Rennes, Coll. « Didact Psychologie sociale ».

Texte intégral

1Les médias, c’est une évidence pour tous, exercent une forte influence sur les opinions du public. Journaux, radio, télévision, publicités; nous sommes gavés d’informations sur tous les sujets, du contenu des tiroirs de Michael Jackson au carnet de commandes de tel président d’agence de publicité. Devant la profusion de ces informations, certains vont crier à la manipulation; les médias ne seraient pas aussi objectifs qu’ils veulent bien le dire. Va pour la publicité, mais qu’en est-il des sources qui se vantent de ne relater que les faits crus? « Peut-on regarder objectivement, voire scientifiquement les médias et leurs effets? Peut-on trouver, dans les connaissances et les attitudes des spectateurs, les traces de ces <manipulations>? » (p. 19).

2Pascal Marchand et ses collaborateurs parient que oui. Selon eux, la psychologie sociale est à même de mettre le doigt sur les processus induisant un effet chez une personne soumise à un bombardement d’informations. La méthode sera expérimentale et tentera de mettre en évidence « […] des processus psychologiques impliqués dans la prise d’information médiatique, en isolant des causes possibles pour mesurer leurs effets » (p. 23).

3En résulte un ouvrage divisé en deux parties, la première consacrée à un survol historique et théorique des études de psychologie sociale sur les médias, et la seconde constituée de sept chapitres expérimentaux. On observe ainsi un heureux équilibre entre la théorie et la pratique.

4Pascal Marchand, auteur de la première partie, reconnaît que « […] tous les messages émis par les médias ne sont pas d’une importance telle, ou tout simplement ne nous intéressent pas au point que nous acceptions d’y consacrer d’intenses ressources cognitives » (p. 34).

5En effet, ce ne sont pas tous les messages qui réussissent à nous faire suivre tel point de vue — qu’il soit directement transmis ou sous-entendu. Divers éléments, tels la distraction, la fatigue et la connaissance du sujet traité, peuvent faire en sorte qu’un récepteur soit en quelque sorte fermé à la transmission des informations contenues dans un message donné. C’est pourquoi les tenants de la psychologie sociale privilégient l’expérimentation; en contrôlant les éléments extérieurs à la transmission du message, on sera plus à même de mesurer ses effets réels. À partir du thème de la violence et d’une idée voulant que l’exposition à la violence par le biais des médias provoquerait des comportements violents, Marchand explore trois manières de définir l’impact de cette exposition: direct et immédiat, différé et indirect.

6La première avenue explorée est celle où l’impact de l’exposition à la violence médiatique serait direct et immédiat (je vois de la violence et j’en deviens violent). Si l’on observe un accroissement des réactions violentes peu après l’exposition à des scénarios violents, celui-ci ne vient pas seul mais dépend de certains stimuli qui seraient à même de l’éveiller. Pour ce qui est de la pornographie, elle doit être très crue et violente pour susciter des réactions du même genre chez les spectateurs; la porno soft a le plus souvent l’effet contraire. En somme, Marchand avance que

[…] les images ou les récits auxquels nous sommes soumis activent des réseaux associatifs antérieurement acquis en mémoire, qui mettent en saillance des pensées et des expériences de signification proche et stimulent des programmes comportementaux cohérents. (p. 66)

7Les conclusions des recherches sur l’impact direct sont tirées d’expérimentations dans des environnements contrôlés; on pourrait penser qu’un tel impact serait plutôt différé dans un contexte plus quotidien. Ici, deux opinions contraires s’affrontent; pour les uns, l’exposition à la violence pourrait amener à la longue une augmentation des gestes violents, tandis que pour les autres, elle mènerait à une certaine désinhibition. Mais, comme on le remarquera souvent dans ce livre, les résultats des tests ne permettent de conclure ni dans un sens, ni dans l’autre. Les différences individuelles semblent trop grandes pour qu’on puisse arriver à un modèle explicatif satisfaisant. Mais aussi, et il est bien de se le faire rappeler,

[…] on pourra montrer des centaines de fois qu’il existe une forte corrélation statistique entre la vente de crèmes glacées et la vente de lunettes. En déduirons-nous que les glaces abîment les yeux? […] Ne doit-on pas recherche (sic) un autre facteur causal qui expliquerait ces corrélations? (p. 82-83, note 11)

8L’impact indirect, quant à lui, n’est pas lié au développement de comportements violents, mais à la représentation de la violence chez ceux qui lui font face à travers les médias. À ce propos, Pascal Marchand, après avoir fait un survol des recherches sur la question, conclut en stipulant que

[…] les gens ont tendance à confondre l’importance qualitative d’un phénomène (la résonance qu’il trouve avec nos propres attentes, besoins et motivations, fortement influencée par la tonalité dramatique qui lui est donnée) et son importance quantitative (ce qu’il représente réellement dans la société et le nombre d’individus concernés). (p. 91)

9Enfin, Marchand évoque le spectre de la pensée unique, en ce que les médias favoriseraient une convergence des vues et des discours, par le biais de diverses stratégies, comme la répétition et l’agenda setting. La diffusion d’informations et d’opinions va mener à la construction de représentations sociales suivant deux processus indépendants, à savoir l’ancrage (un savoir nouveau est comparé puis intégré dans des savoir plus anciens) et l’objectivation (où l’abstrait est rendu concret, les notions transformées en images).

10Les auteurs du premier chapitre de la seconde partie se demandent s’il existe des scripts spécifiques aux journalistes. Le script « […] renverrait à une structure cognitive regroupant une série de connaissances associées à une séquence événementielle se répétant fréquemment et suivant un ordre spécifique » (p. 129).

11Les résultats statistiques de l’expérimentation montrent que les journalistes, de par leur formation et leur propension à s’informer plus que la moyenne des gens, auraient tendance à construire de tels scripts, et que les lecteurs et spectateurs, de leur côté, seraient bien exercés à lire les informations selon de tels scripts, d’autant plus s’ils ont déjà assimilé une telle manière de faire par leur assiduité aux médias. Il faut cependant ajouter que la lecture de ce chapitre sera plus aisée si l’on connaît le « script statistique »; les nombreux chiffres et moyennes émaillant le texte pourraient avoir un côté repoussant pour quiconque n’est pas féru d’un tel type d’enquête.

12Le chapitre suivant s’articule autour de l’idée voulant que « […] nous pouvons avoir fréquemment le sentiment qu’un parti pris non assumé existe dans la couverture des médias et que nous avons de bonnes raisons de penser que ce parti pris n’est pas sans influencer le cours de la justice » (p. 143).

13En effet, le journaliste, plutôt que seulement rapporter les faits, donne souvent son opinion, ou du moins la laisse sentir d’une manière qui peut influencer en retour celle du lecteur ou du spectateur. Plus encore, le seul choix des mots, même si ceux-ci ne comportent pas d’opinion a priori, est souvent biaisé. Les mots ont tous un poids, et les journalistes s’y expriment plus et mieux que la moyenne des gens.

14Le troisième chapitre touche au journalisme de campagne, suivant l’hypothèse qu’une question « […] encode déjà un certain point de vue, une opinion, une attitude qui peut représenter une menace pour l’invité » (p. 169).

15Encore là, le journaliste choisit des mots précis, pose sa question sur un certain ton, suggère tel type de réponse. Une analyse de contenu très fouillée et chiffrée permet de montrer justement une tendance à adopter telle forme, tel mot chargé pour amener les invités (ici des politiciens) à réagir d’une certaine manière. Ici, il faut être très au courant de la politique française pour s’y retrouver, puisque plusieurs partis et hommes politiques sont traités.

16Suit une étude autour de la notion de contrat de communication.

Faute de négociation directe — comme cela se passe dans la communication entre deux individus — le contrat est déterminé par ce que le public attend d’un certain média et par ce que les rédacteurs du média croient que le public attend d’eux. (p. 221)

17Une analyse du type et du temps des verbes utilisés dans 422 articles tirés de différents quotidiens permet aux auteurs de conclure que le contrat d’objectivité et de vraisemblance des informations relatées par les journaux est généralement respecté, sauf dans le cas des textes dits d’opinion.

18Le cinquième chapitre s’intéresse au traitement même des informations. Celui-ci serait facilité par l’éventuelle existence de schémas disponibles en mémoire. Lorsque ceux-ci sont absents, la compréhension serait plus boiteuse, de même que lorsque l’opinion donnée est en contradiction avec celle du récepteur. Selon les auteures, les différents médias ont su créer des normes autour de leur présentation des informations, créant du même coup un public spécifique.

19Dans l’avant-dernier chapitre, on s’interroge sur le fait que les études sur les changements d’attitude des spectateurs s’opèrent après leur exposition aux messages; il faudrait plutôt analyser le processus même de réception des messages et percevoir le changement pendant qu’il se produit. On fait l’éloge d’une nouvelle méthode axée sur la pensée à voix haute, suite à une expérimentation qui permet de conclure que, chez des individus fortement impliqués politiquement, les effets persuasifs d’un discours politique seraient plus grands que chez les gens non impliqués.

20Enfin, on se demande si l’efficacité des publicités réside dans le message comme tel ou dans la réaction au message. Or, ici aussi, on avance l’idée d’un contrat de communication: « […] nous concevons ce type de contrat comme une pré-programmation intériorisée par les lecteurs au cours de leur pratique médiatique » (p. 293).

21Ce contrat, source de certaines normes, ferait en sorte que les lecteurs de publicités accrocheraient ou non au message.

Par exemple, une publicité de voiture conçue avec une accroche complexe (cette situation correspond à la norme de production majoritaire) est lue plus rapidement, mieux restituée et mieux évaluée que la même publicité conçue avec une accroche simple. (p. 292-293)

22L‘ouvrage est intéressant en ce qu’il dresse l’état des recherches dans ce domaine, d’un point de vue à la fois théorique et pratique. Cependant, il est difficile d’arriver à des conclusions, car un résultat d’expérimentation va souvent contrecarrer celui d’une autre étude. Ceci est peut-être inévitable puisque, comme Pascal Marchand le fait remarquer, on a tendance à expliquer des phénomènes par une seule cause, alors que la vie réelle est autrement plus complexe. De plus, le fait de construire des typologies du type noir/blanc (par exemple des gens qui ont un grand besoin de cognition versus d’autres qui en ont un léger besoin) ne rend pas compte de la variété des possibles. Les recherches dont on fait état sont à la fois européennes et nord-américaines, mais les références à la politique et aux faits divers exigent une bonne connaissance de l’actualité française.

23De multiples coquilles, fautes d’orthographe et de syntaxe émaillent le livre. On fait par exemple au « golf persique » (p. 126), à une « baraque ruine » (p. 160) et à un « magasine » (p. 285), alors que « nous avons, d’une part, cherché, d’une part à retrouver […] » (p. 178), quand on ne persiste pas à se désigner comme de minuscules « français ». Un livre édité aux Presses universitaires de Rennes aurait dû comporter moins de fautes; pas du tout, en fait.

24Bref, l’appréciation de ce livre demande un goût certain pour les expérimentations scientifiques forts complexes, menées sur des êtres humains dans le cadre du laboratoire. Les résultats fournissent matière à réflexion et esquissent des tendances, ce qui constitue le principal profit de cet ouvrage.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Eric Champagne, « Pascal MARCHAND (dir.) (2004), Psychologie sociale des médias », Communication, Vol. 24/2 | 2006, 196-200.

Référence électronique

Eric Champagne, « Pascal MARCHAND (dir.) (2004), Psychologie sociale des médias », Communication [En ligne], Vol. 24/2 | 2006, mis en ligne le 22 août 2012, consulté le 29 juin 2017. URL : http://communication.revues.org/3440

Haut de page

Auteur

Eric Champagne

Eric Champagne est inscrit au doctorat en communication à l’Université du Québec à Montréal. Courriel: mandrick98@yahoo.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org