Navigation – Plan du site
Lectures

Géraldine MUHLMANN (2004), Une histoire politique du journalisme (XIXe–XXe siècle)

Paris, Le Monde/Presses Universitaires de France (Collection « Partage du savoir »)
Nadia Dillenseger-Honoré
p. 214-217
Référence(s) :

Géraldine MUHLMANN (2004), Une histoire politique du journalisme (XIXe–XXe siècle), Paris, Le Monde/Presses Universitaires de France (Collection « Partage du savoir »)

Texte intégral

1Géraldine Muhlmann est agrégée de philosophie et de science politique, et diplômée de l’École de journalisme de la New York University. Elle a exercé le journalisme en France et aux États-Unis, ce qui se ressent avant tout dans le choix de la méthode d’analyse : les penseurs des médias trouveront ici une analyse de la pratique journalistique se focalisant sur certaines figures majeures du journalisme des dix-neuvième et vingtième siècles. La méthode qui consiste à amorcer une réflexion à partir d’une galerie de portraits peut néanmoins surprendre pour qui s’attend à une histoire classique. Elle constitue ainsi, de façon assez paradoxale, un biais, mais aussi la très grande force de l’ouvrage. Géraldine Muhlmann élabore « en quelque sorte une histoire personnelle, politique, du journalisme moderne » (p. 5).

2La réflexion de Muhlmann se décline en sept chapitres. Un premier chapitre, introductif, présente les deux grandes catégories de journalistes identifiées par l’auteure : il s’agit des rassembleurs et des décentreurs. Ces catégories seraient représentatives du journalisme moderne né en Occident dans les années 1880 (p. 2). Les trois chapitres suivants présentent les parcours de cinq rassembleurs célèbres : Séverine, Nellie Bly, Albert Londres, Edward R. Murrow, Lincoln Steffens. Les trois derniers chapitres sont consacrés, quant à eux, au mouvement du New Journalism, aux premières années de Libération, et à quelques figures du décentrement, comme George Orwell, Seymour M. Hersh et Michael Herr. Il aurait été souhaitable d’effectuer un regroupement des chapitres en deux grandes parties : l’une consacrée au rassemblement, l’autre au décentrement, ce qui aurait permis de structurer encore mieux le propos de l’auteure, propos dont l’extrême clarté mérite d’être soulignée.

3Le premier chapitre correspond à un cadrage théorique de l’ouvrage : les notions de vérité, d’objectivité et d’honnêteté journalistique, qui constituent les piliers du code déontologique de la profession, s’inscrivent selon l’auteure dans une perspective de rassemblement (p. 11). La figure du témoin-ambassadeur serait la figure dominante dans l’histoire du journalisme : le journaliste est un « je », c’est-à-dire que son travail se définit au travers de sensations et d’un regard particulier. Il est un témoin légitimé par un « nous ». Le reporter Séverine, qui fait l’objet d’une analyse particulière au chapitre suivant, est présenté comme étant l’archétype du témoin-ambassadeur. Pour ce qui est du décentreur cette fois, il s’agirait pour lui de déranger, voire de dissoudre ce « nous » (p. 29), et de rassembler les dominés en une nouvelle communauté. Selon Muhlmann, la figure emblématique en serait George Orwell, personnage dont le parcours est relaté au sixième chapitre.

4La construction de la figure du témoin-ambassadeur par la « mise en scène de soi » (p. 35) est décrite dans le second chapitre au travers de la carrière de Séverine (1855-1929), reporter lors de l’affaire Dreyfus. Le journalisme du voir aurait une force supérieure au journalisme du dire : la position du témoin serait privilégiée par rapport à celle du rhéteur dans sa capacité à faire ressentir au « nous » une situation particulière, des émotions et des événements singuliers. Le rhéteur serait un témoin partiel ou insuffisant : « encore dans le verbe, pas assez dans la sensation » (p. 39). Le choix de Séverine comme figure emblématique s’explique non seulement par son rôle dans le procès Dreyfus, mais aussi par l’affirmation de sa féminité comme propension à témoigner (p. 47). La capacité du témoin-ambassadeur à rassembler, à constituer un « nous », est liée à son aptitude à générer du conflit en créant une distance entre ce « nous » et un « eux ».

5Le chapitre suivant présente trois cas de mise à l’épreuve du « nous » à partir de trois parcours journalistiques, ceux de Nellie Bly, Albert Londres et Edward R. Murrow. Nellie Bly (1864-1922) fut une figure du journalisme à scandales à l’américaine ou stunt journalism. Nellie Bly donna notamment une vision personnelle des asiles pour femmes en se faisant passer pour malade et en s’y faisant interner. Le regard de Nellie Bly est considéré comme garanti. Le dévoilement des mondes du « nous » et des « autres » (ou « eux ») est possible à l’aide des catégories de la dénonciation et du sentiment définies par le sociologue Luc Boltanski. Pour Muhlmann, « […] la dénonciation vise in fine à désigner un monde d’ « autres », tandis que le sentiment donne chair à un <nous> » (p. 70).

6Albert Londres (1884-1932), quant à lui, révèle l’étrangeté de ce qu’il observe, sans pour autant l’épuiser comme le ferait une Nellie Bly : Albert Londres reste extérieur à la scène qu’il décrit et maintient une certaine distance nécessaire avec les acteurs en refusant toute empathie (p. 86). L’auteure analyse enfin trois documentaires réalisés par Edward R. Murrow (1908-1965) au sujet du maccarthysme et qui ont été diffusés dans l’émission See It Now. Elle définit la démarche du correspondant de CBS comme une usurpation du centre, c’est-à-dire comme un recentrage de l’identité du « nous » et une exposition de l’usurpateur, en l’occurrence Joseph R. McCarthy. Selon Edward R. Murrow, l’américanité se voit, or McCarthy « […] passe[rait] son temps à faire des associations, à interpréter, à accuser, mais sans jamais proposer de preuves visibles » (p. 102).

7Edward R. Murrow penserait le clivage « American / un-American » différemment de l’usurpateur McCarthy en raison essentiellement d’une conception différente de l’anti-communisme.

8Ces trois figures du témoin-ambassadeur ont pour principal point commun de chercher à recentrer, c’est-à-dire à rassembler une communauté, un « nous ». Le quatrième chapitre reconnaît certaines limites à la position de témoin-ambassadeur, à partir d’une analyse du journalisme de révélation de Lincoln Steffens (1866-1936), un « fouille-merde » (muckracker) pour reprendre l’expression de Theodore Roosevelt. Le fouille-merde serait torturé entre une exigence de vérité et la nécessité de plaire à son public, ce qui traduirait l’état de crise dans lequel se trouverait tout journaliste du rassemblement.

9Les chapitres suivants sont consacrés à l’activité de décentrement, à commencer par une analyse du mouvement du New Journalism et des premières années de Libération, deux formes de contestation du journalisme dominant dans les années soixante aux Etats-Unis, d’une part, et dans les années soixante-dix en France, d’autre part. Le New Journalism se caractérise notamment par l’utilisation de la forme narrative, de dialogues, de détails de la vie quotidienne et de la variation des points de vue (p. 134). Pour Norman Mailer, le décentrement permettrait aux journalistes d’être au plus près des faits, au plus près de l’Histoire. Les premières années du quotidien français Libération ont été secouées par un souci de rupture avec le gauchisme. Le journal décida de renoncer à parler au nom du plus grand nombre, et se donna pour priorité de rassembler les dominés.

10Le sixième chapitre est l’occasion pour Muhlmann de préciser ce qui caractérise le journaliste du décentrement. George Orwell (1903-1950) est présenté comme une figure emblématique de cette catégorie, qui se définirait par son désir de défier une vision collective du monde et d’en sortir par son propre regard, lequel serait ainsi à l’origine d’un point de vue singulier. Cette manière de voir serait parfaitement illustrée dans le roman 1984.

11Le décentrement serait donc un travail toujours inachevé (p. 211) et le décentreur serait en perpétuel état de crise (p. 212). L’auteure illustre parfaitement cette idée à partir des récits de la guerre du Vietnam par Seymour M. Hersh et Michael Herr, selon lesquels la représentation du présent de la violence est vouée à l’échec, l’un d’entre eux réussissant néanmoins à donner à voir l’après-violence.

12L’auteure de cette histoire politique du journalisme reconnaît en conclusion la frustration que pourront ressentir certains lecteurs face à cette galerie de portraits. Elle a souhaité par le biais de cette analyse thématique mettre en avant deux enjeux essentiels du journalisme moderne, que sont « […] la nécessité de constituer du commun, de créer du <nous>, et celle de faire vivre le conflit, sans lequel la démocratie se meurt » (p. 242).

13Malgré une éventuelle frustration qui peut être liée au besoin du lecteur de se référer ultérieurement à des travaux historiques plus traditionnels, cette recherche est convaincante de par la multitude de détails particulièrement enrichissants sur les carrières respectives de ces figures marquantes du journalisme, parfois méconnues, et de par la cohérence de sa démarche et la pertinence de sa démonstration. Cette Histoire politique du journalisme est sans nul doute une contribution originale à la critique des médias.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nadia Dillenseger-Honoré, « Géraldine MUHLMANN (2004), Une histoire politique du journalisme (XIXe–XXe siècle) », Communication, Vol. 24/2 | 2006, 214-217.

Référence électronique

Nadia Dillenseger-Honoré, « Géraldine MUHLMANN (2004), Une histoire politique du journalisme (XIXe–XXe siècle) », Communication [En ligne], Vol. 24/2 | 2006, mis en ligne le 22 août 2012, consulté le 29 juin 2017. URL : http://communication.revues.org/3448

Haut de page

Auteur

Nadia Dillenseger-Honoré

Nadia Dillenseger-Honoré est 
Docteure en sciences, technologies, sociétés et rattachée à l’Institut de recherches interdisciplinaires sur les sciences et la technologie (IRIST) à l’Université Louis Pasteur, Strasbourg. Courriel : nadia.dillenseger@gersulp.u-strasbg.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org