Navigation – Plan du site
Lectures

Jacques LEPRETTE et Henri PIGEAT (2004), Éthique et qualité de l’information

Paris, Presses universitaires de France, (Coll. « Cahier des sciences morales et politiques »)
Marc-François Bernier
p. 218-220
Référence(s) :

Jacques LEPRETTE et Henri PIGEAT (2004), Éthique et qualité de l’information, Paris, Presses universitaires de France, (Coll. « Cahier des sciences morales et politiques »)

Texte intégral

1Ce petit ouvrage sans prétention (128 pages) se veut une synthèse non exhaustive des textes déontologiques consacrés au journalisme, surtout au journalisme écrit, mais aussi un puissant plaidoyer en faveur des mécanismes d’autorégulation que les journalistes français boudent depuis trop longtemps selon les auteurs.

2Leprette et Pigeat le présentent comme « le troisième et le dernier volet d’une étude sur la presse quotidienne » (p. 1). Cela explique sans doute que la conception de l’information et du journalisme qui y est développée ignore la presse électronique, ce qui est un peu déroutant compte tenu de l’importance majeure que les citoyens accordent à l’information télévisée qui déclasse la presse écrite au chapitre de l’impact social.

3Les auteurs ne cachent pas leur préférence quand ils affirment à plusieurs reprises que le journalisme est au service de la démocratie et déplorent du même souffle, comme bien des commentateurs du reste, la commercialisation de l’information sous la pression de la télévision et en raison des exigences de rentabilité des actionnaires des médias privés. Ils réaffirment les « fonctions historiques » du journal quotidien à titre de « chien de garde de la démocratie » (p. 1). De même, leur éloge de la presse écrite leur permet de dire que le journal « est moins pardonnable que la radio ou la télévision » s’il diffuse des informations dont la fiabilité n’est pas suffisante (p. 4).

4Sans le dire aussi explicitement, les auteurs veulent légitimer l’éthique et la déontologie du journalisme comme sources de l’autorégulation de la presse en France. Ils vont donc se livrer dans un premier temps à un vaste survol de ce qui se fait en la matière dans de nombreux pays puis critiqueront la situation en France.

5Pour eux, il ne fait pas de doute que la qualité de l’information est « […] clairement faite d’éthique à tous les échelons de la recherche, du choix ou de l’écriture » (p. 5) et le journal serait mieux placé que les autres médias à ce chapitre parce que « […] plus ouvert à la réflexion, plus disponible pour les nuances et peut-être aussi plus responsable vis-à-vis de son public » (p. 5).

6Comme de nombreux autres auteurs, Leprette et Pigeat considèrent que la légitimité sociale du journal repose sur le public et qu’il doit rendre des comptes à ce public et à la société (p. 7).

7Les références bibliographiques des auteurs sont très largement francophones, certes, mais leur connaissance de nombreux ouvrages publiés en langue anglaise les convainc que la France a accumulé un sérieux retard en matière de réflexion et de recherche consacrées aux questions éthiques et déontologiques du journalisme (p. 34). À ce sujet, le chapitre consacré au fait que les journalistes français ont peu formalisé leur encadrement déontologique est sans doute le plus critique et le plus original du livre.

8De leur point de vue, le journalisme français se caractérise par « […] la combinaison d’un dispositif légal de réglementation parmi les plus lourds, joint à l’absence d’une éthique professionnelle formalisée et de mécanismes d’autorégulation » (p. 79).

9Ce serait pourquoi, en France, les « […] juges n’ont fait qu’assumer la nécessité dans le vide laissé par les journalistes et les éditeurs » (p. 92).

10Les auteurs croient que l’incursion des juges dans l’information pourrait être freinée par l’adoption de mesures d’autocontrôle de la part des journalistes (p. 94).

11Ils dressent du reste un bref historique des rendez-vous manqués en matière d’autorégulation des médias en France, puisque de nombreux projets en ce sens ont tous échoué au fil des années. Les auteurs citent à ce chapitre ce qu’ils considèrent être la première esquisse d’un code de déontologie. Ainsi, dès 1765, Diderot consacre dans son Encyclopédie une rubrique où il prescrit différents devoirs au journaliste. On y retrouve certes le devoir de vérité et le progrès de l’esprit humain, mais le philosophe des Lumières ajoute que

[…] ce n’est pas assez qu’un journaliste ait des connaissances, il faut encore qu’il soit équitable. Qu’il ait un jugement solide et profond de la logique […] Son art n’est point celui de faire rire, mais d’analyser et d’instruire. […] qu’il cite avec exactitude et qu’il ne déguise et n’altère rien. (p. 17)

12Ces extraits indiquent clairement que la dimension morale du journalisme n’a rien d’un caprice contemporain.

13Les auteurs critiquent par ailleurs la rareté des rubriques de critiques des médias en France, contrairement à ce qui se voit aux États-Unis, et y perçoivent le « […] dogme d’un journaliste qui ne reconnaît que la <juridiction de ses pairs>, la profession veut rester une corporation fermée, loin des yeux du public » (p. 89).

14Ils trouvent cette situation déplorable car bon nombre d’égarements journalistiques « […] proviennent de l’improvisation, de l’amateurisme et de la faiblesse des connaissances et de l’expérience professionnelle » (p. 43).

15Pour le lecteur spécialisé, la lecture de cet ouvrage génère peu de connaissances fondamentales, mais il y trouvera un bon résumé des normes journalistiques reconnues et des principaux mécanismes d’autorégulation en journalisme (ombudsman, conseils de presse, revues professionnelles). Sa lecture est facilitée par la présence de nombreux encadrés qui font le point sur un sujet précis.

16On peut cependant observer certaines zones de confusion notamment quand les auteurs confondent équité et honesty qui sont en fait des notions différentes, même si on peut dire que l’équité est une composante de l’honnêteté. De même les auteurs errent en affirmant qu’il n’y pas de loi de la presse au Canada (p. 77) puisque le Québec en compte une depuis de très nombreuses années.

17On peut aussi se demander si les auteurs ont raison de limiter au journalisme et à l’information le débat qui porte sur l’éthique et la déontologie. Pour eux, seule l’information journalistique a un rapport étroit avec la morale, l’éthique, le droit et la déontologie, contrairement « à l’infinité d’informations qui ne sont pas le fait des journalistes » (p. 23). En adoptant une telle posture, les auteurs alimentent la suspicion générale à l’endroit, notamment, des relations publiques et de la publicité. Du même coup, ils contribuent à retarder là aussi la recherche et la réflexion que ces champs de la communication publique mobilisent dans le monde anglo-saxon et dans certaines parties de la francophonie, notamment au Québec.

18Les journalistes sont sans doute des communicateurs particuliers, dont les visées peuvent différer beaucoup de celles d’autres communicateurs ; mais nier le poids moral, la réflexion éthique et l’encadrement déontologique qui s’imposent de plus en plus chez les professionnels des relations publiques et de la publicité revient à ignorer la multitude de recherches et de publications qui y sont consacrées depuis 15 ans.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marc-François Bernier, « Jacques LEPRETTE et Henri PIGEAT (2004), Éthique et qualité de l’information », Communication, Vol. 24/2 | 2006, 218-220.

Référence électronique

Marc-François Bernier, « Jacques LEPRETTE et Henri PIGEAT (2004), Éthique et qualité de l’information », Communication [En ligne], Vol. 24/2 | 2006, mis en ligne le 23 août 2012, consulté le 21 octobre 2017. URL : http://communication.revues.org/3450

Haut de page

Auteur

Marc-François Bernier

Marc-François Bernier est professeur au département de communication à l’Université d’Ottawa. Courriel : mbernier@uottawa.ca

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org