Navigation – Plan du site
Lectures

Sandy TORRES (2004), Les temps recomposés du film de science-fiction

Québec/Paris, Presses de l’Université Laval/L’Harmattan, (Coll. « Cinéma et société »)
Sylvain Quidot
p. 226-227
Référence(s) :

Sandy TORRES (2004), Les temps recomposés du film de science-fiction, Québec/Paris, Presses de l’Université Laval/L’Harmattan, (Coll. « Cinéma et société »)

Texte intégral

1L’ouvrage de Sandy Torres d’une rigueur exemplaire, examine à partir d’un corpus d’une quarantaine de longs-métrages, les représentations du voyage temporel propres au genre science-fictionnel dans leur rapport aux « visions du monde » des sociétés occidentales. L’étude en détermine des normalités intimement liées à une connaissance diachronique du temps. La signification du temps est entreprise comme système de référence cohérent par légitimation au réel. Cette transposition en « réalité filmique » est traitée en tant qu’étude des mécanismes de légitimation et d’appropriation par le biais de la mise en scène.

2Le premier chapitre est une synthèse proposant « une ontologie du temps au temps social ». Comme nous signale l’auteure en introduction, la lecture de ce chapitre est facultative, mais cependant vivement conseillée comme prologue incontournable à l’ouvrage. Du temps cosmologique à la relativité du temps, le chapitre invite à nous familiariser avec l’aporétique question « qu’est ce que le temps ? », et propose un panorama conséquent de réponses. De Saint Augustin à Kant, de Newton à l’inévitable Einstein, dont la théorie de la relativité a beaucoup donné au genre ; une (re)mise à niveau des connaissances tout à fait justifiée donne matière à situer l’importance du temps dans son rapport à l’humanité. La diversité des réponses ou des questions suscitées, peut laisser perplexe, comme en témoigne cette approche de Saint Augustin : « Quand personne ne me le demande, je le sais ; dès qu’il s’agit de l’expliquer je ne le sais plus. »

3Le positionnement méthodologique doit être souligné comme fondamental à l’étude. L’auteure justifie avec précision son approche des films qui cherche à « […] mettre en évidence les représentations qui la traversent et, ainsi, esquisser une définition des correspondances qui s’établissent entre un univers fictif et le monde de la vie » (p. 114).

4Cet axe de réflexion est tout à fait pertinent par rapport à la problématique envisagée à laquelle l’ouvrage apporte de nombreuses réponses. Le travail, situé au niveau épistémologique, propose une position novatrice issue de la tradition en sociologie du cinéma, mais dont la distinction fondamentale se fait au niveau du processus d’interprétation : « Ainsi, plutôt que de s’inscrire dans une sociologie du cinéma, notre recherche est davantage orientée vers une sociologie de la connaissance par le cinéma et les œuvres en général » (p. 120).

5Cette position, indique Torres avec clarté, nous éloigne des conceptions structuralistes, sémiologiques ou narratologiques.

6Comment et pourquoi voyage-t-on dans le temps ? Le troisième chapitre met en évidence le travail de reconstruction du réel « si…..alors » au travers de la mise en scène, dans les actions et les buts des personnages. L’étude minutieuse de « la mise en représentation » du monde tel qu’il est conçu offre un véritable panel d’extrapolation du réel. C’est ainsi que les voyages dans le temps évoluent en fonction des époques, et que les buts de ces voyages se modifient en fonction de leur présent de production. Dans cette optique, c’est logiquement plus sur les possibilités offertes par le voyage que sur le voyage en lui-même que s’attarde la mise en scène. Le quatrième chapitre insiste sur les modalités d’application du voyage dans le temps, voyage qui, même accidentel, trouve une justification allant de la résolution de problèmes de filiations au sauvetage de l’Humanité, ou du moins à la mise en garde des dangers auxquels elle s’expose. Maîtriser le temps, outre avoir le pouvoir de la matérialiser, donne à l’Homme le pouvoir d’agir et de convenir comme bon lui semble. Voyager dans le temps, reste une expérience fantasmagorique à laquelle les films de science-fiction ont tenté de répondre en ouvrant la plupart du temps une nouvelle boîte de Pandore. Le présent ouvrage nous révèle avec adresse qu’au travers du voyage dans le temps, n’est possible que ce que l’on veut bien concevoir comme tel.

Haut de page

Bibliographie

Augustin (Saint) (1954), Confessions, tome 2, traduction de Pierre de Labriolle, Paris, Les Belles Lettres.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sylvain Quidot, « Sandy TORRES (2004), Les temps recomposés du film de science-fiction », Communication, Vol. 24/2 | 2006, 226-227.

Référence électronique

Sylvain Quidot, « Sandy TORRES (2004), Les temps recomposés du film de science-fiction », Communication [En ligne], Vol. 24/2 | 2006, mis en ligne le 23 août 2012, consulté le 18 août 2017. URL : http://communication.revues.org/3458

Haut de page

Auteur

Sylvain Quidot

Sylvain Quidot est doctorant en Sciences de l’information et de la communication GERICO/Université Charles de Gaulle, Lille 3. Courriel : sylvainquidot@yahoo.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org