Navigation – Plan du site
Articles

Observer l’autoscopie

Stéphane Olivesi

Résumés

Enjeu stratégique, la communication paraît aux représentants syndicaux conditionner l’efficacité de l’action militante dans ses diverses déclinaisons. L'auteur s'interroge sur les usages et l’efficacité d'un dispositif de formation professionnelle continue, l'autoscopie, qui transpose des contenus pédagogiques et des méthodes d’apprentissage sans trop se préoccuper des particularités de cette population et des spécificités de l’action syndicale. S’il apparaît que l’exercice permet d’acquérir une très relative maîtrise de soi, il conduit aussi à promouvoir un idéal d’expression qui, durablement, fait des représentants syndicaux des sortes de mauvais élèves de la communication.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  On trouve une première trace de ce terme dans le domaine de la psychologie au début du XXe siècle (...)

1La formation professionnelle se focalise souvent sur ce que l’on appelle communément des « savoir-être ». La tripartition usuelle en « savoir / savoir-faire / savoir-être » reflète, à elle seule, la prégnance des logiques sociales de division du travail en mettant sur le même plan que les savoirs et les savoir-faire, les manières de se comporter, les aptitudes relationnelles, les compétences communicationnelles. Ce que d’aucuns ont pompeusement nommé « autoscopie »1 s’inscrit dans cette dynamique. Pour en donner une définition très générale, on peut retenir qu’il s’agit de travailler les manières d’être et de s’exprimer au moyen d’un dispositif d’enregistrement vidéo permettant aux personnes en formation de se voir et d’expérimenter leur propre communication afin de s’améliorer dans le sens d’une mise en conformité de leur paraître avec les exigences comportementales émanant de leur univers professionnel. Largement utilisée pour tout type de public, depuis le cadre supérieur jusqu’au simple agent de maîtrise chargé de la coordination d’un petit groupe de salariés, sans omettre évidemment la diversité des métiers de service, basés sur des activités relationnelles, l’autoscopie s’impose comme un dispositif didactique incontournable à l’ère de « la société de communication » (Neveu, 1997). Par son efficacité, réelle ou supposée, mais aussi par sa dimension ludique, elle répond parfaitement aux enjeux normatifs de la formation professionnelle. Elle participe, à ce titre, à diverses évolutions des mondes du travail : redéfinition des logiques de division sociale du travail autour d’enjeux communicationnels, importance accrue des compétences relationnelles, acculturation managériale des salariés, rationalisation de la gestion des savoir-être, développement de « technologies de soi » ajustées aux nouvelles injonctions de la production et aux nouvelles formes de coopération. (Olivesi, 2006).

L’autoscopie en milieu syndical

2Le monde syndical semble avoir largement subi ces évolutions, sans véritablement parvenir à y résister et sans laisser entrevoir d’alternatives à l’emprise de la communication managériale (Olivesi, 2012). L’évolution de la formation syndicale (Ethuin et Yon, 2011) dans ce domaine l’atteste. La demande récurrente de stages émanant directement des représentants syndicaux (élus des comités d’entreprise [CE] et d’hygiène, de sécurité et des conditions de travail [CHSCT], délégués du personnel [DP], délégués syndicaux [DS]…) reflète la nécessité pour ces acteurs de prendre en compte la communication, de mieux se former pour répondre aux sollicitations croissantes de leur environnement. Enjeu stratégique, la communication leur paraît en effet conditionner l’efficacité de l’action militante dans ses diverses déclinaisons : information des salariés, représentation de ceux-ci, mobilisation, négociation, dialogue social, gestion symbolique des rapports de force avec les employeurs… L’analyse de l’offre de formation révèle cependant la difficulté pour les organisations syndicales de répondre à cette attente et la relative inadaptation des solutions proposées (Olivesi, 2011).

Un dispositif de formation incontournable ?

3Ce constat général explique en partie que l’on trouve l’autoscopie régulièrement utilisée dans les formations de représentants syndicaux. Analogues à ceux qui peuvent en être faits dans des formations destinées à du personnel d’encadrement, les usages de ce dispositif de formation laissent entrevoir une même nécessité qui s’imposerait ainsi uniformément à tous les acteurs. S’il n’y a rien d’original à constater que la formation syndicale s’inspire souvent des recettes de la FPC (formation professionnelle continue), il reste néanmoins à interroger à la fois l’efficacité et les implications de ces formations qui transposent des contenus pédagogiques et des dispositifs d’apprentissage sans trop se préoccuper des particularités de cette population et des spécificités de l’action syndicale. Le problème qui en découle se résume à vouloir transformer des syndicalistes en communicants, à ce que cela à la fois présuppose comme dispositions et implique sous l’angle des manières d’être et d’agir…

4L’analyse de l’offre de formation en communication destinée aux représentants syndicaux au sein des trois principales confédérations (Confédération générale du travail [CGT], Confédération française démocratique du travail [CFDT] et Confédération générale du travail – Force ouvrière [CGT-FO]) laisse entrevoir trois cas de figure : une offre proposée par quelques « grosses » fédérations, éventuellement adossées à des structures interprofessionnelles locales ; une offre de stage élaborée par les unions départementales (CGT et CGT-FO) ou régionales (CFDT) elles-mêmes, animée par les cadres syndicaux de ces mêmes structures (Siblot, 2009) ; et, plus fréquemment pour certains stages à caractère technique, une offre de formation en communication coélaborée avec les instituts du travail (Tanguy, 2006 ; Olivesi, 2011), chargés ensuite de sa réalisation.

5Dans ce dernier cas de figure, l’animation de stages se présente non seulement comme un observatoire privilégié de la population des représentants syndicaux et comme un lieu d’enregistrement de la réalité du dialogue et des luttes sociales dans les entreprises, mais aussi comme un véritable laboratoire en raison de la nature même de l’autoscopie. L’exercice permet en effet de mettre artificiellement en situation des acteurs, de recomposer des situations de la vie sociale, de faire surgir des vécus et des histoires personnelles. Il laisse parfois entrevoir les raisons de l’engagement syndical, permettant aussi de cerner les problèmes auxquels se confrontent quotidiennement les syndicalistes dans leur entreprise. Mieux qu’un traditionnel dispositif d’enquête à base d’entretiens ou d’observations, ce dispositif permet de recueillir un nombre important de données de manière à comprendre les problèmes locaux de l’action militante, les besoins des acteurs les plus impliqués dans la vie syndicale au sein des entreprises, leur identité sociale, leur vécu et les formes de violence qui le modèlent, leurs interrogations aussi.

6Mais la raison initiale du recours à l’autoscopie ne réside pas dans la belle logique d’une pure démarche scientifique. Elle traduit bien davantage l’irrépressible nécessité à laquelle le formateur est soumis, le conduisant à recourir à l’autoscopie moins par choix d’une méthodologie parmi d’autres que par l’impossibilité de ne pas y recourir sans prendre quelques risques. Deux types d’enseignements en découlent : le premier porte sur la force même de cette impérieuse nécessité ; le second concerne le rapport contradictoire du formateur à ce dispositif et, parallèlement, du chercheur à ce même dispositif.

7Sans même afficher quelques velléités savantes, il eut été inenvisageable de proposer l’animation de stages en communication sans autoscopie tant celle-ci s’impose avec la force de l’évidence. Par routine, par facilité, mais aussi par crainte de ne pas répondre aux attentes des personnes en formation et, à terme, d’être sanctionné négativement, le formateur inscrit mécaniquement celle-ci à l’ordre du jour. C’est dire à quel point sa liberté d’action en matière de choix pédagogiques est limitée par le contexte institutionnel ; au mieux s’exprime-t-elle en de modestes aménagements qui relèvent de sa logique d’animation et de son savoir-faire. Ce constat permet aussi de mesurer l’emprise de la communication à la fois comme valeur de société et comme injonction pour les agents de se conformer, dans leur comportement et dans leurs relations, à des normes conditionnant leur reconnaissance au sein de leurs univers sociaux.

Un dispositif d’enquête opportuniste

  • 2  D’autres instituts du travail proposent des formations comparables (Olivesi, 2011). Nous remercion (...)

8Proposés aux organisations syndicales dans un cadre universitaire (Institut de formation syndicale de l’Université Lumière Lyon 2)2, les modules de formation à la communication réunissent des syndicalistes (idéalement entre 10 et 15) du secteur privé bénéficiant d’un congé de formation. Venant d’horizons professionnels divers, mais appartenant à une même confédération (CGT, CFDT ou CGT-FO), ils se présentent sans exception comme des militants impliqués dans la vie syndicale, assumant des mandats divers et des fonctions variées (DP, délégués suppléants, DS, élus de CE ou de CHSCT, conseillers prud’homaux, secrétaires d’unions locales…). La durée des stages varie de deux à cinq jours selon les objectifs de la formation, codéfinis par la direction de l’institut et les responsables d’unions syndicales interprofessionnelles (départementales pour la CGT et la CGT-FO, régionales pour la CFDT). Les stages couvrent ainsi des thématiques diverses selon les cas : communication et stratégie syndicale, négociation sociale, animation de la vie syndicale, développement de l’action syndicale, écrits syndicaux, affirmation de soi et prise de parole publique, etc.

9L’exercice d’autoscopie s’inscrit dans ce cadre. Susceptible d’être décliné sous différentes formes, il se déroule en deux ou trois étapes, selon la durée et la nature de la formation. Il comporte un premier atelier présenté aux participants comme un exercice de libre présentation de soi, du moins pour une grande partie des formations traitant des thèmes évoqués ci-dessus. Il s’agit, après une courte préparation (15 à 20 minutes), de se présenter en un temps limité, variant d’un minimum de deux minutes à un maximum de quatre minutes. Il est possible de dire qui l’on est, d’où l’on vient, quelle est son activité professionnelle, comment on en est venu à adhérer, à militer, à exercer des responsabilités syndicales, et d’évoquer également certains aspects de sa personnalité ou de sa vie privée. Bref, il s’agit de parler de soi, de se présenter, de se raconter, de s’expérimenter dans la prise de parole devant la caméra et les autres participants.

10La deuxième et la troisième étapes reproduisent l’exercice, mais sous d’autres angles en s’inspirant directement de situations de la vie syndicale : prise de parole publique en réunion, devant des salariés ; prise de parole en présence de journalistes. C’est évidemment le premier exercice qui s’avère le plus délicat, le plus déstabilisant aussi, car il invite les participants à se mettre en jeu « gratuitement », à se confronter à leur image et aux réactions du groupe, sans pouvoir s’abriter ne serait-ce qu’imaginairement derrière les nécessités de l’action militante ou de leur fonction syndicale. La mise à distance de soi et l’expérimentation de sa propre image se heurtent à la difficulté de se déprendre de soi et de faire comme si son image et son identité sociale n’étaient au final que des artifices, se résumant en un rôle que l’on pourrait mettre en scène et sur lequel on pourrait librement jouer.

11Consistant à instrumentaliser une situation de formation pour en faire un dispositif d’enquête alliant observation et recueil de données, la démarche scientifique revendique donc une part d’opportunisme. Cet opportunisme rend possible les rencontres et les échanges avec un nombre important de représentants syndicaux venant de secteurs et d’entreprises différents par leur taille comme par la nature de leur activité. On imagine mal pouvoir matériellement organiser des entretiens de groupe réunissant un tel nombre d’acteurs, dispersés géographiquement (au moins à l’échelle du département, voire de la région) et économiquement (venant de divers secteurs d’activité), pour confronter leurs expériences et leurs vécus. On imagine moins encore pouvoir observer ces acteurs durant des heures, s’immiscer dans leurs conversations et échanger de manière informelle avec eux au moment du café ou du déjeuner afin de mieux cerner leur identité, la culture syndicale qui les lie, leur vécu, ce qui les oppose aussi parfois et les divise à l’intérieur de leurs organisations respectives. En outre, on imagine difficilement pouvoir, au moyen de questionnaires, recueillir des données exploitables sur les problèmes de communication et d’action syndicales et, moins encore, pouvoir recouper des renseignements relatifs aux parcours scolaires, professionnels, puis militants en les adossant à leur vécu. Et l’on se gardera d’évoquer la difficulté de positionnement de l’enquêteur qui se présenterait à eux comme un entomologiste scrutant l’espèce syndicale avec la délectation de celui qui découvre un monde infiniment étrange. Toutes ces limites éclairent en négatif l’intérêt d’un tel dispositif d’enquête en ce qu’il permet de n’ériger en objet rien de moins que l’expérience syndicale telle qu’elle est vécue par les syndicalistes eux-mêmes (Olivesi, 2004).

Le chercheur derrière le formateur

  • 3  La problématisation de l’action du dispositif en termes de norme s’inspire directement des analyse (...)

12On cerne l’ambivalence du chercheur jouant d’un dispositif de formation qui présente simultanément l’intérêt d’être une source considérable de données et le défaut d’être intrinsèquement normatif3 en raison de la surdétermination des usages qui en sont faits par les militants. Les personnes en formation (les syndicalistes au même titre que de simples salariés) viennent pour « formater » leur communication, la rendre « efficace », intérioriser les « bonnes » normes d’expression. Par son fonctionnement, malgré toutes les mises en garde et les précautions du formateur, le dispositif génère donc de la normalisation : on se juge et l’on s’évalue à l’aune de quelques normes (imaginaires) d’excellence. Le dispositif produit ainsi la réalité étudiée non sans introduire quelques risques pour le chercheur travaillant sur un matériau qui n’a rien d’une matière « brute », inconditionnée qu’il suffirait d’observer à distance en toute neutralité. L’ambivalence du formateur n’en est donc pas moins grande. Acteur, il doit se résoudre à l’évidente nécessité du dispositif tout en cherchant laborieusement à en déjouer les effets normatifs les plus négatifs auprès d’une population qui, très souvent, attend précisément de la formation l’acquisition de normes d’excellence communicationnelle ou, à défaut, la maîtrise de techniques de communication « efficaces », véritables gages de succès à peu de frais.

13Le phénomène est suffisamment prégnant pour être souligné avec insistance. Quelle que soit sa longueur, le stage débute toujours par un atelier consistant en une discussion d’apparence informelle autour de la communication et des problèmes de communication qui se posent aux syndicalistes, les invitant notamment à préciser ce qu’est pour eux une « bonne communication » et ce que c’est que « bien communiquer ». L’objectif est simple : les inviter à mettre au jour collectivement leurs présupposés sur la communication de manière à neutraliser leurs préjugés dans la mesure où ils entravent leur apprentissage et peuvent constituer de véritables obstacles pour eux, se traduisant par des formes d’inhibition ou de dépréciation de soi. Le formateur en communication, « sujet-supposé-savoir » ce qu’est une « bonne » communication et ce que c’est que « bien » communiquer, opte pour une posture d’ignorance feinte (Lacan, 1991). Cette atopicité socratique induit une mise en doute, invitant ainsi les participants à mesurer la relativité (sociale) de l’excellence communicationnelle et de ce qu’ils croyaient être de bonnes manières universelles de communiquer. L’exercice heurte d’ailleurs souvent des préjugés tenaces.

14Le plus surprenant est de retrouver parfois au terme de la formation, dans les évaluations de certains participants, ce même souci de parvenir à la maîtrise de l’excellence communicationnelle, regrettant qu’on ne leur ait pas prescrit une liste de conseils normatifs et qu’on ne leur ait pas clairement dit comment il faut se comporter, ce qu’il faut dire ou ne pas dire, ce que sont les bons gestes et les mauvais gestes, etc. Une précision sur ce point : durant la formation, le formateur n’intervient jamais sur un registre normatif et prescriptif, mais invite les autres participants à réagir, à conseiller, à suggérer après avoir indiqué qu’ils étaient meilleurs juges que lui-même pour la simple raison qu’il n’appartient pas à leur monde social et qu’il est en conséquence moins bien placé qu’eux pour juger de la justesse de leurs performances communicationnelles. On cerne néanmoins, en ce point, un des ressorts de l’attractivité de ce type de dispositif. Il réside dans ce souci (de normalisation) de soi, de mise en adéquation de son être avec les exigences de l’univers professionnel. On comprend aussi l’engouement pour les pseudosciences managériales (Olivesi, 1999 ; Lardellier, 2008) dont tout l’art consiste à satisfaire à bon compte ce type d’attente. Ce souci normatif révèle chez certains militants des attentes très personnelles, éloignées de la volonté d’améliorer et de renforcer l’efficacité de l’action syndicale. Il s’explique une nouvelle fois par l’emprise de la communication comme valeur de société et comme injonction à s’y conformer.

La population syndicale étudiée

15Deux points appellent encore éclairages et précisions : les logiques d’instrumentalisation de la formation dans le but d’en extraire des données et les principales caractéristiques des acteurs en formation, autrement dit la population étudiée.

16Pour faire simple, il suffit de rappeler que le dispositif de formation n’a pas été initialement conçu et mis en œuvre en fonction de la stratégie de recherche, mais que cette dernière s’est greffée sur celui-ci pour exploiter l’ensemble des données produites dans le cadre du dispositif, ainsi qu’en amont et en aval de ce dernier. En amont, le rôle de concepteur puis d’animateur de la formation permet en effet de disposer de renseignements sur le statut des syndicalistes au sein de leur entreprise, leur secteur d’activité, leur rôle de représentant syndical, leurs préoccupations militantes aussi (recueillies durant le traditionnel tour de table par lequel débute tout stage de formation). Les moments de convivialité que sont les pauses et les repas permettent au formateur de recueillir d’autres données, de manière plus informelle encore, relevant de leur mode de vie, de leurs valeurs, de leurs engagements associatifs et militants extrasyndicaux, parfois de leurs convictions sociales et politiques, mais aussi de la manière dont ils vivent la formation et, en particulier, l’exercice d’autoscopie. En aval, au terme du stage, l’évaluation de la formation par les participants complète ces données ; souvent, elle laisse entrevoir l’importance de l’autoscopie pour les syndicalistes, l’exercice leur paraissant à la fois difficile, utile et éclairant. Enfin, l’enregistrement vidéo offre des traces durables et des documents pour analyser à froid leurs expérimentations de soi. Il permet de déceler des éléments qui, comme pour les entretiens de recherche, n’apparaissent pas spontanément à l’auditeur et à l’observateur, mais s’imposent lors du visionnage ou de l’écoute, effectués ultérieurement.

17Les populations « expérimentées » dans le cadre de ce dispositif présentent quelques caractéristiques qui se laissent expliciter, mais qui interdisent toute généralisation hâtive. Les analyses se fondent essentiellement sur l’exploitation systématique de données recueillies dans le cadre de six stages réalisés entre 2008 et 2011 (sur un total de 16 stages réalisés entre 2008 et 2012) auprès d’unions interprofessionnelles : trois pour la CGT, deux pour la CGT-FO et un pour la CFDT. Le dispositif permet d’abord de disposer d’indicateurs sur la population en formation : le sexe, l’âge (approximatif), l’entreprise, le statut, les mandats et les responsabilités syndicales exercées, l’ancienneté dans l’engagement syndical, mais aussi parfois le parcours scolaire, l’origine sociale, le parcours professionnel. On voit par conséquent se dessiner des caractéristiques de ces populations qui incitent à la généralisation. Cette dernière est à la fois possible et risquée. Si la sélection des participants ne répond à aucun critère de représentativité, les stages réalisés tendent pourtant à corroborer les études sociologiques sur la composition sociale des confédérations syndicales (Andolfatto et Labbé, 2007a ; Andolfatto et Labbé, 2007b).

18On soulignera une présence ouvrière et à une culture ouvrière plus prononcée à la CGT (en tout cas, pour deux des trois stages), une présence plus affirmée des employés pour la CGT-FO et, pour le seul stage auprès de la CFDT, des militants issus du secteur sanitaire et social ainsi que d’Air France. La liberté de se former offerte aux militants par les unions interprofessionnelles et les caractéristiques locales de l’activité économique introduisent des biais qui rendent très hypothétique la généralisation à partir de ces échantillons de population, si ce n’est de constater que la moyenne d’âge est relativement élevée. Très rares sont les représentants syndicaux de moins de 35 ans, voire de moins de 40 ans dans le cadre de certains stages. On relèvera simplement que, pour les six stages retenus comme objet des analyses, la population de la CGT s’est avérée à dominante masculine, marquée par une culture de la contestation plus affirmée, comportant des personnes ayant parfois un faible, voire un très faible niveau d’études et de formation. À la CFDT, la population a comporté plus de femmes que d’hommes et, pour la CGT-FO, ce rapport s’est équilibré. Pour la CFDT et la CGT-FO, le niveau d’études s’est avéré en moyenne plus élevé qu’à la CGT, les représentants syndicaux bacheliers, voire de niveau bac + 2, étant majoritaires.

L’identité mise à l’épreuve

19Il serait vain de critiquer la normalisation des comportements dans le cadre de la formation pour la simple raison que tout univers social présuppose, de la part de ceux qui y participent, d’intérioriser les manières d’être et de se comporter, garantes de leur appartenance et de leur adéquation à cet univers. C’est dire que le problème ne provient pas de la normalisation de soi, du double point de vue psychologique et social, qui a lieu au travers de n’importe quel processus de socialisation, mais de la normalisation communicationnelle qui se joue pour des représentants syndicaux et, plus particulièrement, au moyen de l’autoscopie.

L’inquiétante épreuve de soi

20Cette critique repose sur l’observation et l’enregistrement de réactions de militants syndicaux confrontés à l’image qu’ils donnent à la fois au groupe et à eux-mêmes au moyen de l’enregistrement vidéo. Une première série d’observations permet de prendre la mesure de ce qui se trouve affectivement mis en jeu. Lors du premier module de formation proposé à des représentants syndicaux (CGT), sur les 14 membres inscrits (huit hommes et six femmes), deux femmes exprimèrent les plus grandes réticences à réaliser l’exercice. La première s’enferma dans un refus pur et simple malgré les encouragements des autres participants (répartis en sous-groupes de sept membres) et les incitations de l’animateur ; au final, elle développa devant ses pairs un discours d’autoculpabilisation, se présentant comme une mauvaise militante ne disposant pas des qualités humaines et des ressources requises par l’action. La seconde militante accepta de jouer le jeu, mais, quelques secondes après le lancement de l’enregistrement vidéo, fut prise d’une crise de larmes.

21L’erreur initiale commise par le formateur se résumait à présupposer que les expériences militantes des syndicalistes les avaient en quelque sorte immunisés contre la violence symbolique qui s’exerce dans le cadre d’un tel dispositif. D’autres expériences similaires de formation auraient pourtant dû le conduire à mieux anticiper ce genre de risque. Cette erreur révèle en tout cas que les militants syndicaux, y compris ceux qui exercent des responsabilités syndicales au sein de leur entreprise (DS, DP, élu de CE…), peuvent être particulièrement sensibles aux formes d’interpellation symbolique qui se trouvent mises en jeu dans l’exercice d’autoscopie et que l’on retrouve dans des situations très diverses de la vie professionnelle (prise de parole publique, négociation, situation d’échanges tendus entre acteurs…) au sein desquelles il s’agit de se mettre en jeu et en scène.

22Ces cas paroxystiques, peu représentatifs, ne doivent pas dissimuler qu’un même sentiment de gêne, d’embarras, d’anxiété s’observe chez la plupart des acteurs en formation. Les hommes, notamment les militants syndicaux de la CGT, issus de milieux populaires (Schwartz, 1990/2002 ; Beaud et Pialoux, 1999/2004), et quelques militants de la CGT-FO au profil social similaire mettent en œuvre des stratégies adaptatives visant à canaliser leur angoisse ou, du moins, les affects qu’ils ressentent et qui entravent leur expression. La première de ces stratégies est bien souvent l’humour : on se tourne en dérision, on fait comme si l’on ne se prenait pas au sérieux. Fréquemment observée, elle consiste d’une certaine manière à signifier à des tiers que jouer un tel jeu et le prendre au sérieux est tout simplement impossible ; cela supposerait une sorte de duplicité, quelque chose d’immoral au regard de leur propre ethos (Bourdieu, 1979), c’est-à-dire de leur prédisposition à juger de ce qu’il est bien de faire ou de ne pas faire. On ne joue donc le jeu qu’à condition de le déjouer, de ne pas trop le prendre au sérieux. Dans ce monde, pour cette catégorie de syndicalistes, on est comme on est, du moins l’espère-t-on et cherche-t-on à (se) le faire croire. On ne peut donc pas faire semblant. Celui qui fait semblant, celui qui se prend au sérieux, c’est l’ennemi de classe : le patron, le chef… en un mot, le « taulier ». Certains syndicalistes ne manquent d’ailleurs pas de suggérer qu’un tel dispositif de prise de parole n’est pas fait pour eux, mais pour des acteurs qui acceptent de jouer des rôles imposés, qui se renient, qui disent non pas ce qu’ils pensent, mais ce que leur intérêt leur dicte de dire au gré des circonstances.

23Une déléguée syndicale de la CGT, manifestement plus à l’aise que d’autres participants, ira jusqu’à se présenter sous le nom de « Marie Lénine », en référence à son enfance au sein d’un milieu militant très politisé (Contamin et Delacroix, 2009). Prolongeant sa présentation d’elle-même et de son parcours, elle indiquera qu’en raison de l’importance des activités militantes, sa famille s’apparentait à une véritable cellule dont l’horizon se résumait aux luttes sociales. Mais ce cas d’autodérision reposant sur une sorte de mise en abîme de soi, jouant de la stigmatisation du militant inféodé au parti, est rare. On cherche plus souvent à faire rire en tentant de tourner en ridicule les stigmates d’une origine sociale peu valorisante. On parvient ainsi à faire face à la caméra et à l’auditoire tout en exprimant une sorte de gêne diffuse qui se reflète dans le caractère haché de l’expression, dans des maladresses gestuelles, dans d’autres phénomènes facilement identifiables (rougeurs, sudations…), traduisant une émotivité mal contrôlée.

24Une autre stratégie adaptative, moins fréquente, encore moins contrôlée, consiste à compenser la mise en jeu identitaire de soi par le développement d’une forme d’agressivité dont on peut supposer qu’elle est un ressort habituel du comportement de la personne dans les situations parfois tendues de la vie syndicale. D’autres comportements adaptatifs consistent, par exemple, à s’effacer derrière le discours, à fortement s’investir dans ce que l’on dit au point de se couper en quelque sorte du monde et de ne plus réagir normalement aux sollicitations de l’environnement, qui deviennent immédiatement très déstabilisantes. Autre attitude similaire : délaisser les données personnelles pour développer une argumentation générale à caractère militant, voire politique. De telles postures traduisent une forme d’anxiété à l’égard d’une performance vécue sur le mode de l’évaluation scolaire.

25Pour un nombre important de militants chez qui les traits identitaires les rattachant à des milieux populaires sont plus prononcés, le développement d’une stratégie de contournement et d’esquive s’impose comme un impératif pour éviter deux écueils :

  • donner l’image d’une trop grande sensibilité, d’une sorte de faiblesse ou d’une quelconque peur, signe d’un manque d’aptitude à la lutte, à l’épreuve de force, voire d’un manque de vertu virile, y compris chez les militantes ;

  • donner l’impression que l’on prend (trop) au sérieux le jeu, que l’on cherche vraiment à maîtriser son image, signe d’une faute éthique.

Les déterminations du vécu

26L’anxiété qui se manifeste à cette occasion n’épargne d’ailleurs pas certains militants expérimentés. Ainsi, une secrétaire d’union départementale de la CGT participant au stage en qualité de coordonnatrice manifestait une connaissance explicite des règles à suivre en pareilles circonstances. À l’épreuve, son discours témoignait d’un fait : elle savait ce qu’il fallait dire et ne pas dire, comment personnaliser son discours dans une juste proportion, comment évoquer des éléments de sa vie privée connotant positivement son image, comment présenter son activité militante. Mais ce savoir-faire, vraisemblablement acquis dans le cadre d’un stage fédéral ou confédéral antérieur, ne dissimulait pas un sentiment de malaise que le corps (posture et voix) exprimait à son insu au point de priver sa présentation de la cohérence et de l’attrait que ce savoir-faire aurait pourtant dû lui apporter.

27Si, pour les personnes en formation, le problème réside dans le contrôle de l’affectivité, pour l’observateur, il réside dans l’explication d’une telle charge émotive dans le cadre d’un dispositif à la fois didactique et, en apparence, ludique, puisqu’il repose sur les principes du jeu de rôle. En d’autres termes, comment expliquer que les personnes en formation, en l’occurrence les militants syndicaux, éprouvent si fortement cette expérience ? En premier lieu, avant d’engager des éléments de réponse, il faut élargir le spectre de ces premières observations, car, manifestement, certaines personnes en formation vivent sur un mode plus ludique et plus constructif cette expérience. C’est notamment le cas d’un nombre important de représentants de la CFDT et, dans une moindre proportion, de la CGT et de la CGT-FO. Quels sont leurs profils ? À la différence des cas de figure précédemment évoqués, il s’agit de représentants syndicaux dont le niveau d’études est en règle générale supérieur à la moyenne, ayant par exemple un niveau bac + 2. À cette première variable, la plus importante, s’ajoute également une seconde variable liée à la nature de l’activité et à la trajectoire sociale. En tout cas, certains parviennent à introduire plus facilement, dans le rapport à leur propre image, une dimension expérimentale qui n’exclut certes pas le stress, mais qui en fait une sorte de stimulant. Ce phénomène s’exprime aussi en amont dans l’expression des attentes à l’égard de la formation. Ces représentants indiquent plus souvent que d’autres le besoin de mieux se maîtriser, de mieux contrôler leur image, de donner une image plus satisfaisante d’eux-mêmes.

28L’exemple de la précédente stagiaire de la CGT (« Marie Lénine »), particulièrement à l’aise dans le cadre du dispositif et l’ayant réellement mis à profit pour s’aguerrir, pour s’expérimenter, l’atteste. Si l’on y regarde de plus près, cette stagiaire n’avait certainement pas des revenus financiers supérieurs aux autres participants, mais sa situation professionnelle (vendeuse dans une grande entreprise de distribution de produits culturels, après avoir exercé dans le secteur de la publicité) laisse entrevoir une formation initiale (études universitaires) et, surtout, le capital culturel bien réel que requiert cette même activité. C’est ce capital culturel et, par extension, symbolique très supérieur à la moyenne qui explique la manière très affirmative et l’aisance avec lesquelles elle appréhenda le dispositif. Il explique aussi en partie son engagement militant. Réduite au statut de smicarde de la distribution tout en ayant quelques raisons objectives d’aspirer à une position et à un statut plus enviables (études supérieures, expériences professionnelles antérieures plus valorisantes, aptitude à la réalisation de différentes missions et à l’exercice de responsabilités…), le sentiment d’injustice qu’elle a pu ressentir a vraisemblablement renforcé ses convictions et surtout sa capacité à « faire face », à se mettre en jeu personnellement dans les luttes syndicales comme dans le cadre de l’autoscopie.

Une éloquence plébéienne

  • 4  Ce qu’interdit de percevoir la culture scolaire, c’est qu’il existe non pas une, mais des excellen (...)

29Pour compléter ce point, il faut également ajouter des facteurs culturels qui peuvent interférer. Le cas d’un délégué syndical d’origine étrangère ayant eu une première expérience de syndicaliste dans son pays d’origine avant de venir en France, de travailler dans le secteur du bâtiment, de renouer avec le syndicalisme et de disposer d’une rare légitimité de représentant syndical y invite. Ce dernier, malgré de très sérieux handicaps tels qu’une maîtrise approximative de la langue et une origine sociale pour le moins modeste, ne paraissait guère déstabilisé par l’épreuve de l’autoscopie, s’y révélant à l’occasion un orateur très performant, du moins à l’intérieur du monde syndical4.

30Les trajectoires sociales des personnes peuvent connoter fortement le rapport à leur propre vécu ; ce qu’elles ressentent au travers de ce qu’elles vivent varie très sensiblement en raison de cette surdétermination du rapport à soi. À position sociale comparable ou identique, des vécus strictement opposés, positif pour l’un (trajectoire ascendante), négatif pour l’autre (trajectoire descendante ou, du moins, disqualification relative), prédéterminent l’appréhension de l’autoscopie et imposent une signification particulière au rapport à l’image de soi. La dépréciation de l’image de soi sous l’effet d’une succession de sanctions négatives ayant façonné le vécu associé au rapport à cette image expliquerait les difficultés de certains militants à faire face et, inversement, l’aisance relative dont certains peuvent faire preuve. Cet élément d’explicitation des difficultés à affronter l’autoscopie ne se substitue pas à une explication plus traditionnelle s’attachant à l’origine sociale ou à la trajectoire scolaire des militants, mais il permet d’en affiner les termes par la prise en compte de la manière dont ces déterminations initiales sont amenées à jouer un rôle progressif dans le façonnage de la subjectivité des militants.

31On serait même tenté de considérer que certains de ces militants, notamment à la CGT, où la culture syndicale autorise l’affirmation de traits identitaires plus prononcés, font preuve d’une aptitude à l’éloquence nettement supérieure à la moyenne. Évidemment, cette éloquence plébéienne, très présente chez certains syndicalistes « forts en gueule », n’a rien de commun avec l’éloquence des élites, liée à la culture bourgeoise sanctifiée par le système éducatif. Elle en serait même l’exact opposé. Intériorisée à l’école de la vie, elle déroge aux règles de la bienséance oratoire. Si elle a une valeur bien réelle sur le marché des biens linguistiques populaires, à l’extérieur de celui-ci, démonétisée, elle fonctionne à l’inverse comme un stigmate dépréciatif (Bourdieu, 1982). Ce constat n’appellerait pas de longs commentaires s’il n’était pas resitué à l’intérieur d’un contexte d’apprentissage qui suppose l’inculcation de quelques normes et, par conséquent, de partis pris consistant à rejeter un modèle au profit d’un autre. Et c’est évidemment le modèle de l’éloquence scolaire qui est promu comme référence exclusive, disqualifiant toute forme d’éloquence populaire.

Comment expliquer les performances oratoires de certains représentants ?

32Quelques profils de militants aguerris laissent transparaître des éléments d’explication permettant de comprendre la relative aisance dont disposent ces acteurs.

33Le premier, âgé de plus d’une quarantaine d’années, issu du monde ouvrier (son père « faisait les chantiers »), indique avoir eu une enfance durant laquelle il a beaucoup bougé. De ce fait, sa scolarité, sur laquelle il ne s’étend guère, a été écourtée. Il a exercé différents métiers (« vente d’aspirateurs, porte-à-porte ») avant d’être embauché en qualité d’assistant de gestion dans une grande entreprise industrielle au sein de laquelle il travaille encore aujourd’hui. L’aisance avec laquelle il présente son parcours révèle une émancipation paradoxale à l’égard du monde ouvrier (Terrail, 1990) au sens où, issu de cet univers, il a certainement tenté d’y échapper sans réellement y parvenir, comme le reflète son parcours. En tout cas, cette volonté d’émancipation associée à différentes expériences de la vie, professionnelle et militante, l’a prédisposé à prendre la parole sans trop de stress ni d’hésitation, à acquérir des dispositions corporelles et oratoires, requises par l’exercice de la prise de parole en public, qui ne traduisent plus une origine sociale disqualifiante ou une formation initiale trop limitée.

34Le second commence par se définir comme un divorcé ayant deux enfants et surtout comme le produit d’une trajectoire atypique et, en premier lieu, d’un parcours scolaire « pas forcément brillant », comme il le définit lui-même, jouant de l’euphémisme en esquissant un sourire complice qui en dit long. Engagé dans la marine, il se fait renvoyer au bout de six ans « pour conduite pas très orthodoxe ». Il travaille ensuite dans une usine pour la DGA (Direction générale de l’armement) en qualité de technicien, puis se fait embaucher dans l’entreprise pour laquelle il travaille encore aujourd’hui avec le même statut. Il s’est syndiqué à la CGT dès qu’il a quitté l’armée, mais n’exerce un mandat syndical que depuis peu de temps. Il développe un discours très politisé avec une assurance qui n’est pas sans évoquer la manière dont un militaire sait faire face avec détermination, quels que soient le public ou l’autorité qui l’interpellent. Il en joue tout en recherchant dans l’auditoire des signes d’acquiescement, visant à s’assurer que ses propos passent bien. Il est vrai qu’évoquer des luttes et des injustices sociales devant des militants déjà conquis ne peut que susciter l’adhésion même si l’assurance de cet acteur, à la tonalité martiale quelque peu atypique, suscite des réserves, décelables chez des militants d’un naturel plus discret et, surtout, chez des militants confrontés à des situations au sein de leur entreprise qui n’incitent guère à l’exubérance élocutoire.

35Décrit par Piotet (2009), le processus conduisant à la syndicalisation de Gilles Durand, un représentant de la CGT évoluant dans le secteur de la grande distribution, complète et prolonge ces analyses. Souvent, en effet, les militants de la CGT ont eu dans leur entourage familial et amical des liens avec d’autres militants qui les ont en quelque sorte prédisposés à s’orienter, le moment venu, vers cette organisation. Souvent aussi, ils sont « tombés » dans le syndicalisme de manière conjoncturelle en raison d’un sentiment de révolte, d’exaspération, de ras-le-bol lié à une situation particulière. Mais l’intérêt de ce témoignage réside surtout dans les quelques caractéristiques apparemment atypiques de ce personnage que l’on retrouve pourtant chez certains militants aguerris, susceptibles de s’imposer dans le monde syndical. Durand est en effet un homme qui ne doit pas s’en laisser compter. Professionnel de bar et de boîte de nuit avant de se « ranger » et de devenir ouvrier, mais aussi boxeur amateur, il présente la double particularité d’être prédisposé à encaisser la violence mieux que d’autres (la violence des rapports sociaux dans un univers tel que celui de la grande distribution n’étant pas purement symbolique…) et de ne pas être inhibé socialement. Il n’a certainement pas fréquenté la grande bourgeoisie dans les boîtes de nuit au sein desquelles il a travaillé, mais il a côtoyé des individus venant de différents horizons sociaux. Il maîtrise de ce fait l’envers du décor, le monde légal des illégalismes nocturnes offrant une inversion utopique des rapports sociaux de domination qui en dévoile la vérité. Ces caractéristiques en font certainement un « client » redouté par ses interlocuteurs patronaux, car, à la différence d’autres militants, il dispose de ressources qui le prédisposent à l’action syndicale, ne serait-ce que par son aptitude à faire face à toute forme de violence sociale.

36Les différences sociales dans la composition des groupes étudiés, avec d’un côté la CGT, de l’autre la CFDT et en quelque sorte à mi-chemin la CGT-FO, expliqueraient que l’on n’observe pas les mêmes phénomènes. L’éloquence populaire et les valeurs « viriles » qui s’y rattachent sont moins fréquentes à la CFDT et, surtout, culturellement peu prisées par les militants. Par comparaison avec la CGT, quand des luttes sociales sont évoquées, elles le sont moins souvent sur le mode d’un affrontement violent que sur celui d’une élaboration stratégique puisant dans les ressources du droit et de la négociation les armes de la lutte. S’il importe de ne pas rechercher une très illusoire homogénéité sociale et culturelle dans les confédérations au risque de finir par croire en son existence, on peut toutefois relever que les groupes de la CGT-FO laissent entrevoir de manière plus précise l’existence d’une sorte de cohabitation et de juxtaposition entre différentes formes de sensibilités syndicales selon les métiers (fédérations), selon les niveaux d’études et de compétences, selon des cultures extrasyndicales (militantes, associatives et politiques).

Une socioanalyse du rapport à soi

37Pour expliciter la nature de l’efficacité symbolique du dispositif (Lévi-Strauss, 1949/1958/1985), il faut prendre en compte d’une part sa fonctionnalité et d’autre part les dispositions de ceux qui s’y confrontent. Le premier atelier place le représentant syndical dans une position inconfortable. Il lui est demandé de se présenter et de parler de lui, autrement dit de ne pas s’abriter derrière l’évocation de faits ou de fonctions, mais de jouer avec son image et sur celle-ci. Cette injonction à parler de soi, à se manifester à la fois face à un public de pairs et face à la caméra redouble la pression ressentie. Composé d’autres représentants syndicaux, le public fonctionne comme principe de réalité, mais aussi comme instance d’évaluation. La caméra s’apparente à un œil énigmatique d’où ça le regarde et qui voit le sujet d’une manière telle qu’il ne se verra jamais lui-même (Lacan, 1949/1966/1987). À ce titre, elle porte sur le sujet un regard objectivant. Ce dernier se sait vu, mais il ne sait pas d’où ça le regarde. Le dispositif ne génère que des doutes au moyen de l’intentionnalité énigmatique de ce regard qui saisit l’image que le sujet produit. Est ainsi expérimentée une forme de dépossession de soi sous l’effet de la captation de son image par le regard-caméra, signifiant au sujet à quel point sa propre image lui échappe, étant irrémédiablement celle d’un autre, d’une figure sociale qu’il produit et dont il reste sous la dépendance (Lacan, 1949/1966/1987).

Autocontrôle et normalisation de l’affectivité

38La particularité de ce jeu de rôle se résume à devoir tenir son propre rôle, à faire de soi l’objet d’un travail sur soi. Par sa force d’induction, le dispositif vidéo interpelle directement le sujet sur l’image qu’il donne et qu’il se donne. C’est la raison pour laquelle il provoque parfois quelques émotions fortes. Les représentants syndicaux ne disposent pas toujours d’une faculté très développée de distanciation. Ils s’avèrent dès lors particulièrement sensibles à l’objectivation scopique. La violence symbolique qu’ils subissent transparaît dans les mécanismes de défense précédemment évoqués. Seule la mise à distance de l’image de soi confère une maîtrise nécessaire à l’appropriation du jeu et à l’expérimentation de soi sur un mode ludique.

39Le rapport à soi et à l’image de soi n’obéit pas à quelques structures mentales intangibles comme le supposent les formateurs qui recourent à l’autoscopie sans trop s’interroger sur les profils des personnes en formation. Il varie en fonction des expériences de la vie, de l’origine sociale puis de la socialisation de l’individu. Sainsaulieu (1977/1996) avait bien montré dans sa thèse de doctorat à quel point l’individu et ses manières de raisonner, d’échanger, de se penser s’avéraient conditionnés par la nature du travail et des rapports sociaux qui y sont attachés. Focalisées sur le mode de vie ouvrier et sur la manière dont ces individus vivent leur rapport à eux-mêmes et aux autres, ses analyses permettent de mieux comprendre les réactions et les attitudes des personnes en formation présentant des caractéristiques sociales identiques.

40Si l’aptitude à travailler son image, à prendre pour objet le rapport à soi, à chercher à agir sur soi pour se transformer varie beaucoup d’un individu à un autre, ces variations traduisent l’emprise de déterminations sociales sur le rapport psychologique à soi. Plus les salariés ont un niveau d’études élevé, plus ils exercent des activités de service (supposant d’ailleurs une formation initiale et une origine sociale les prédisposant à cela), plus ils ont eu au fil de leur parcours professionnel l’occasion de tourner le dos à une origine sociale populaire pour s’émanciper du mode de vie et de pensée ouvrier, et plus ils manifestent cette aptitude à se prendre pour objet, à travailler sur leur propre image comme on travaillerait sur une matière relativement neutre. Le travail sur soi suppose par conséquent qu’ils se différencient de leur propre image, comme si cette image spéculaire était avant tout celle d’un autre, d’un individu socialisé auquel leur être ne se réduit pas. Ainsi, quelle que soit la confédération à laquelle ils se rattachent, les représentants remplissant des activités de service appréhendent avec plus d’aisance et moins d’anxiété l’exercice ; inversement, ceux dont l’activité recouvre essentiellement des tâches et des missions directement liées à la production de biens marchands se montrent nettement moins à l’aise.

41Le principal ressort expliquant les variations de cette aptitude à établir un rapport instrumental à l’image de soi réside dans la capacité plus ou moins grande d’autocontrôle des individus. Comme l’a montré Elias (1939/1991) au fil de ses analyses du processus de civilisation, la maîtrise des pulsions et, par extension, la maîtrise de soi conditionnent l’aptitude de l’individu à entrer dans des jeux sophistiqués d’échanges qui requièrent la capacité de ne pas répondre aux sollicitations parfois violentes de l’environnement par une violence symétrique et incontrôlée. L’individu doit s’impliquer tout en restant pleinement maître de lui-même. Cela suppose qu’il exerce un contrôle affectif et effectif sur lui-même lui permettant de prendre son image sociale pour une donnée partiellement désincarnée avec laquelle on peut jouer et, ainsi, de ne pas prendre des attaques contre ce qu’il représente pour des mises en danger de son être. C’est en ce sens que l’image de soi lui permet ou ne lui permet pas de « faire face » aux situations parfois tendues de la vie sociale, à l’épreuve de la violence symbolique qui irrigue les rapports sociaux. L’autocontrôle est synonyme de faculté de distanciation à l’égard de l’image de soi.

42Ce qui se joue au travers de l’épreuve de l’autoscopie, de l’expérimentation de l’image de soi, ce n’est rien de moins que le renforcement de l’autocontrôle, en d’autres termes de la maîtrise de soi. Dans un tel dispositif, toute forme d’expression triviale et incontrôlée de ses affects doit idéalement s’effacer au profit de nouvelles dispositions à la fois corporelles et mentales qui rapprochent le représentant syndical du gestionnaire et qui l’éloignent en conséquence de ceux qu’il représente. On ne minimisera pas les effets sélectifs qui peuvent accompagner indirectement ce genre d’exercice. Ce dernier fonctionne comme un moment de vérité pour les militants ; ceux-ci se sentent ou ne se sentent pas aptes à se vivre comme porte-parole en leur qualité de représentants syndicaux parce qu’ils manifestent ou ne manifestent pas le goût de la mise à l’épreuve de soi, de l’engagement distancié et du jeu sur son image.

Une division communicationnelle du travail syndical

43Localement, la division du travail syndical résulte de processus informels qui reviennent à opérer une sélection des militants en fonction de leur appétence communicationnelle. Le phénomène explique à la fois l’importance qu’ils accordent à la communication et le rôle prépondérant que celle-ci est amenée à jouer. Elle contribue à faire des représentants syndicaux des dominants parmi les dominés parce qu’ils maîtrisent mieux que ceux qu’ils représentent les ressorts psychologiques et sociaux de l’action symbolique. Cette division communicationnelle se résume en une forme déniée de division sociale du travail. La communication prise comme compétence et comme critère de différenciation permet ainsi de réaliser cette opération qui, sans elle, passerait pour une forme arbitraire de sélection. La promotion des militants, que l’on résume trop souvent à d’aveugles processus de cooptation interne dans les arcanes des fédérations et des confédérations, s’opère, du moins à la base, selon une logique analogue à celle de l’encadrement. Déclinée en compétences communicationnelles, aptitudes relationnelles et savoir-être, la communication permet de naturaliser les déterminants sociaux de la division du travail et de neutraliser les formes de violence résultant d’une domination sans légitimité. Dans le monde du travail en général comme dans l’univers syndical, le sentiment d’injustice et d’arbitraire deviendrait insupportable sans cette dénégation de tous les instants que permet d’opérer la communication, à la fois vecteur de la violence symbolique et garante de l’acceptation de la domination (Olivesi, 2005).

44On comprend aussi que, si les manifestations de la difficulté à appréhender sereinement l’exercice diffèrent en apparence chez les hommes et chez les femmes, la difficulté en elle-même concerne indistinctement les individus de sexes différents. En d’autres termes, la différence sexuelle compte peu alors que les différences sociales (origine, niveau d’études, socialisation professionnelle) constituent le facteur déterminant la structuration du rapport à soi et, en conséquence, l’appréhension et le vécu qui se rattachent à l’épreuve de l’autoscopie. L’aptitude à jouer le jeu, c’est-à-dire à se présenter en cherchant à produire une image de soi (relativement) maîtrisée, s’avère très inégalement répartie. Cela ne signifie pas qu’il puisse y avoir des individus n’éprouvant ni stress ni anxiété, mais plutôt que l’interpellation du sujet dans le cadre du dispositif est tout simplement vécue sur un mode différent. Dans un cas, le sujet se différencie de l’image de soi qu’il met en jeu et qui devient l’objet d’un travail sur soi, alors que dans l’autre cas, le sujet ne manifeste pas cette faculté de distanciation à l’égard de sa propre image. En l’absence de distanciation, il vit sur un mode violent le fait d’être ainsi interpellé, objectivé, menacé directement dans son être.

45L’idéal de contrôle de l’affectivité et de maîtrise de soi s’exprime ouvertement dans les jugements portés par les participants eux-mêmes sur leur prestation et sur celle des autres militants. Il traduit la prise en compte par les représentants syndicaux de la nécessité pour eux de se mettre en quelque sorte à la hauteur (sociale) de leurs interlocuteurs (gestionnaires) et de ne pas se contenter de leur manière de s’exprimer au quotidien s’ils veulent être convaincants et, surtout, pris au sérieux. Le jeu institutionnel suppose l’acquisition de certaines dispositions ou aptitudes communicationnelles si l’on veut y être pleinement intégré comme un acteur à part entière et non pas comme un agent à qui l’on fait trop souvent ressentir, non sans condescendance, que l’on veut bien faire semblant de jouer le jeu pour sauver la face, mais qu’il n’a pas les ressources suffisantes pour en être pleinement acteur.

46On rejoint sur ce point le constat de Rimbert (2004) soulignant l’importance croissante de compétences sociales et scolaires dont l’effet est d’éloigner de l’exercice de responsabilités tout militant insuffisamment formé (scolairement) ou prédisposé (socialement) à maîtriser certains ressorts sociaux de l’action syndicale.

Le travail syndical ordinaire est une activité d’analyse, d’écoute et de parole, de lecture et d’écriture qui nécessite, outre une certaine abnégation, un savoir technique pointu pour mémoriser et assimiler (conventions collectives, Code du travail, jurisprudences, règlements d’établissements), mettre en forme (des tracts et des affiches), étudier et interpréter (les comptes du comité d’entreprise, la presse syndicale), etc. L’institutionnalisation contemporaine des relations syndicats-employeurs confère à cette composante « scolaire » du travail syndical une importance croissante (45).

47Ce constat appelle deux séries de remarques. En premier lieu, il faut souligner que les représentants syndicaux disposent rarement des compétences juridiques, économiques et communicationnelles qu’évoque l’auteur. Seuls quelques militants particulièrement aguerris, issus en règle générale de grandes ou de très grandes entreprises, lieu d’une division sociale affirmée du travail syndical et d’une concentration de moyens, présentent ces qualités, mais ils sont dans ce cas souvent éloignés de la base sous l’effet de leur « professionnalisation militante ».

48Au sein des PME, il existe évidemment des militants particulièrement impliqués dans l’activité syndicale qui, prenant la mesure de leur manque de ressources, s’investissent très fortement dans leur propre formation, par des lectures à caractère technique et militant, par la sollicitation fréquente des ressources disponibles au sein des UL (unions locales). Mais ils sont rares et leur vie privée en pâtit souvent. Un grand nombre de représentants syndicaux paraissent donc démunis par rapport à la technicisation managériale du jeu social qu’impose le fonctionnement des institutions représentatives du personnel, bénéficiant ainsi aux directions d’entreprise. Jouer le jeu du dialogue social sur le terrain du droit et de l’économie, c’est jouer un jeu perdu d’avance parce que seules les directions disposent des ressources (matérielles et humaines) pour optimiser l’efficience du recours à des règles du jeu dont elles sont indirectement productrices et, plus essentiel, qu’elles appliquent à des contextes qu’elles ont elles-mêmes préalablement façonnés.

49En second lieu, l’importance accordée aux exercices d’autoscopie par les militants eux-mêmes s’appréhende comme l’expression de ces évolutions. Les syndicalistes participent ainsi indirectement à l’affirmation de critères de sélection des militants selon des compétences sociales déniées. En s’exerçant, ils engagent l’image qu’ils ont d’eux-mêmes, mais aussi l’idée qu’ils se font du militantisme syndical, de ce que doit être un « bon » militant et de la manière dont il doit communiquer. La population des représentants syndicaux de la CGT laisse certes entrevoir, sur ce point, quelques nuances avec des tendances et des postures contradictoires : les adeptes de la chaise vide et du conflit ouvert comme arme de négociation s’opposent aux amateurs de dialogue social.

Une rationalisation limitée de la communication

50Dans un contexte d’effacement voire de disparition de tout modèle d’action susceptible d’être utilisé pour contrer la culture managériale, la rhétorique de lutte des représentants syndicaux paraît parfois désuète, voire périmée aux yeux même de ceux qui en furent les principaux promoteurs (Olivesi, 2012). S’opposent néanmoins ceux qui optent pour une action syndicale maîtrisée, plus contrôlée, en un mot « rationalisée », et ceux, peu nombreux, qui restent nostalgiques d’une culture de l’opposition « frontale » dans laquelle apprendre à communiquer relève en partie d’une hérésie ou, en tout cas, revient à jouer un jeu perdu d’avance avec les armes de l’adversaire. Ce genre de position tend à s’effacer, témoignant d’une évolution sociale et intellectuelle des représentants syndicaux sous l’effet de deux séries de facteurs convergents liés, d’une part, à l’institutionnalisation de leur rôle et, d’autre part, à l’emprise de la communication au sein d’une société qui l’a érigée en valeur suprême comme pour mieux occulter les formes antérieures de lutte et la réalité des rapports de classe.

51Cette tension se manifeste exemplairement dans les propos se rapportant au monde social. Invités dans le cadre des autres volets de l’exercice d’autoscopie à faire des déclarations destinées soit aux salariés de l’entreprise, soit à un large public lors de la médiatisation d’un conflit, les représentants syndicaux reproduisent ces deux types d’attitude. La difficulté à s’adresser à des interlocuteurs en comprenant leurs préoccupations, voire leur système de représentations, pour ne pas les heurter ou les laisser indifférents a souvent pour contrepartie la capacité de communier avec un petit groupe de militants en se fondant sur des valeurs communes. Cette limite transparaît chez des représentants syndicaux qui font pourtant l’effort de la communication, cherchant à se mettre à la place de leurs interlocuteurs pour les interpeller à partir des préoccupations qu’ils reconnaissent chez ceux-ci. D’autres représentants syndicaux se refusent au jeu social de la communication et, dans ce cas, l’expression de leur position rompt brutalement avec le « politiquement correct ».

52Propos à caractère sexiste, assimilation des journalistes à de simples laquais du patronat, dénigrement des interlocuteurs patronaux et de l’encadrement en des termes triviaux surprennent parfois par leur schématisme et leur radicalité. Il n’est pas exceptionnel que des militants de la CGT et de la CGT-FO tiennent ouvertement des propos que d’aucuns jugeraient « sexistes », renforçant jusqu’à la caricature les différences de genre, en rigidifiant les rôles sociaux impartis aux individus de sexes différents. L’origine sociale des militants et, surtout, la culture professionnelle ne sont pas étrangères à ce type de phénomène. Au sein même de leur organisation, de tels propos font parfois réagir les militants, qui, en raison de leur formation, de la nature de leur activité, de leur culture, se désolidarisent de telles représentations stigmatisantes. En fait, ces propos iconoclastes en regard du « politiquement correct » révèlent les contradictions dans lesquelles sont pris certains militants. S’impliquant dans le syndicalisme, cherchant à affirmer leur identité, ils doivent renoncer à leur propre représentation du monde du travail et de la société pour se conformer à des représentations plus acceptables, plus proches aussi du mode de représentation dominant. Enfin, ces représentations qu’un regard étranger — l’observateur universitaire — jugera bêtement « sexistes » ne sont pas l’apanage des seuls hommes ou d’un machisme primaire, mais relèvent avant tout d’une culture populaire qui suppose une division sexuelle du travail et des rôles afférents particulièrement marquée, expliquant qu’hommes et femmes puissent indistinctement communier en elles.

53Objectivés, certains traits langagiers tels que celui qui consiste à classer tous les individus de sexe féminin sous la désignation générique de « La maman » prêteraient à sourire, mais, dans des situations de formation, ils induisent des risques d’incompréhension voire de tension entre militants aux profils fort éloignés. L’animation de stages suppose, à ce titre, l’aptitude à gérer des plaisanteries grivoises. Comment faire semblant de partager cet humour qui pousse le distingué formateur-universitaire au désespoir tout en s’assurant qu’aucune participante ne se sent embarrassée, choquée ou blessée par de tels propos ? Dans le cadre des six stages retenus pour objets d’étude, seule une représentante syndicale de la CGT-FO (DP venue sur le tard au syndicalisme au sein d’une PME en raison d’injustices de plus en plus insupportables à ses yeux, mais ne partageant que très moyennement la culture syndicale en général et celle de son propre syndicat en particulier) a signifié ouvertement son agacement par rapport aux « bonnes blagues » de l’un de ses camarades. Dans la plupart des cas, les participantes paraissent accepter ce genre de plaisanteries non pas en raison d’une quelconque peur grégaire ou contrainte collective qui s’exercerait sur elles, mais parce que, pour certaines syndicalistes, ces « bonnes blagues » participent d’un monde syndical qui reste populaire, quelque peu machiste et parce que, pour d’autres, elles relèvent plus simplement encore de leur quotidien social et professionnel.

54Cette même véhémence dans les propos, cette même inaptitude à se plier au principe communicationnel d’euphémisation des points de vue se traduit également par quelques formules donnant à entendre la violence des rapports sociaux. Un jeune délégué syndical de la CGT (29 ans) travaillant sur un site de production industrielle terminait ainsi sa présentation : « Aux yeux des patrons, on est des merdes, mais on est des merdes dont il n’est pas facile de se débarrasser. » De tels propos traduisent la volonté de ne pas minimiser les antagonismes dont le monde du travail est le théâtre, voire de révéler les valeurs de ceux qui savent communiquer et ne pas laisser entrevoir le mépris qu’ils portent aux ouvriers, aux exécutants, à tous ceux dont il s’agit d’exploiter la force de travail.

L’intériorisation de la domination

55Mais comment les acteurs jugent-ils les représentations d’eux-mêmes ? Et pourquoi sont-ils parfois si surpris, si décontenancés ou si sévères à l’égard de leur image ? Ce qui caractérise le plus souvent l’attitude des participants aux stages de formation lorsqu’ils expérimentent l’autoscopie, ce sont des sentiments ou des impressions oscillant entre étonnement et étrangeté à l’égard de leur image, comme s’ils découvraient celle-ci à cette occasion ou quelque chose de nouveau dans leur identité qui leur aurait jusqu’alors échappé. Il est vrai que, pour la quasi-totalité d’entre eux, se regarder, s’éprouver visuellement ne relève pas des tâches quotidiennes les plus routinières. On peut donc supposer qu’il y a un effet lié à la nouveauté, mais il semblerait plus juste d’insister sur le sentiment d’étrangeté qui accompagne et connote le rapport à l’image de soi. Ce que découvrent les syndicalistes, ce n’est rien de moins qu’une image qui n’est jamais totalement la leur ni celle d’un autre…

Se voir, se juger

56Entretenir avec sa propre image un rapport distant d’observation, d’objectivation, d’appréciation ne relève nullement d’une routine. On ne scrute pas son image et on ne l’évalue pas comme s’il s’agissait d’un quelconque objet. L’idéalisation de soi conduirait d’ailleurs à s’identifier à quelques modèles d’excellence sans trop confronter ce moi idéal à une quelconque réalité désenchanteresse. L’exercice d’autoscopie, parce qu’il suppose une restitution collective des images captées, introduit la nécessité du jugement pour les témoins comme pour celui qui s’est livré à l’œil de la caméra. Les commentaires exprimés au terme de la restitution témoignent de l’existence et de l’engagement de critères d’évaluation implicites qui tendent à se confondre avec ceux du sens commun.

57Il s’avère quelque peu difficile d’approfondir les analyses sur ce point. On constate en effet que, dans le cadre de ce dispositif, les représentants syndicaux mobilisent et engagent des critères de jugement, mais comment savoir d’où ceux-ci proviennent et à quels modèles initiaux ils font référence sans risquer de se méprendre sur leur origine et leur nature ? Comment ne pas induire la réponse en questionnant ces acteurs qui, habituellement, ne s’interrogent guère sur leur manière de juger et, encore moins, sur les sources et les principes de celle-ci ? Il en ressort en tout cas qu’une forme d’excellence expressive préside au jugement de l’image de soi. C’est ainsi que les signes d’appartenance à un milieu populaire sont considérés par les représentants syndicaux comme des stigmates négatifs, alors qu’au quotidien, ils s’avèrent en règle générale assumés sans trop d’inquiétude. Ils tendent même à conditionner favorablement les relations interpersonnelles, fonctionnant comme des gages d’appartenance à une culture commune.

58L’intériorisation de la domination symbolique par les militants issus de milieux populaires explique en partie ce phénomène. Ces derniers savent, sous l’effet de sanctions négatives récurrentes, qu’il faut éviter de manifester certains stigmates linguistiques mais aussi corporels qui trahissent un manque d’éducation au double sens scolaire et social. C’est la raison pour laquelle ils se jugent eux-mêmes et jugent ceux qui présentent les mêmes défauts qu’eux d’une manière sévère, rejetant paradoxalement leur propre identité sociale. Ce phénomène ne nécessite nullement que le formateur ou les personnes présentes lors de la formation interviennent longuement. Il suffit de laisser faire les militants, de les confronter à leur propre image sous le regard des pairs pour qu’ils réactivent des critères de jugement qui sont l’expression même de la domination qu’ils subissent.

59Le formateur peut chercher à prévenir ce genre de réaction en indiquant aux participants qu’il ne s’agit pas de se juger à l’aune de critères indigènes. Cette précaution n’a en règle générale que peu d’effets. Les personnes issues de milieux populaires se jugent au moyen de normes d’excellence en matière de communication qui les desservent d’autant plus qu’elles s’apparentent à des armes symboliques légitimant la domination sociale. L’intériorisation des sanctions encourues les conduit donc à se juger avec les armes dont se servent les dominants pour asseoir leur domination. Ainsi peut-on enregistrer de manière récurrente des jugements dépréciatifs, reflétant la difficulté pour le représentant syndical issu d’un milieu populaire de faire avec son image, c’est-à-dire de l’engager positivement dans des situations de la vie professionnelle au sein desquelles la confiance en soi et l’estime de soi constituent des atouts stratégiques. Le sentiment de légitimité naturelle qui découle de cette assurance narcissique est précisément ce qui vient à manquer au militant syndical lors de prises de parole et de séquences de luttes au sein desquelles tout indice dépréciatif risque de se traduire immédiatement en soupçon d’illégitimité.

60Cette dépréciation de soi, particulièrement nette chez certains militants, transparaît dans les réactions provoquées par la restitution vidéo. Elle repose sur l’identification de traits, liés à l’expression orale et corporelle, que n’assume pas la personne en formation et contre lesquels il paraît parfois difficile de lutter tant ils font partie de l’identité, subjectivement et objectivement, en raison de leur matérialisation dans les corps. Le dispositif tend à amplifier ce genre de réaction pour une raison technique liée à l’effet de miroir grossissant de l’image vidéo qui met particulièrement en relief certains traits, mais aussi pour une autre raison liée à son efficacité propre. Il tend à abstraire le militant de son milieu pour le situer en un lieu social utopique au sein duquel il doit s’exprimer non plus selon les normes de communication de ce même milieu, mais selon des normes d’excellence expressive, du moins telles qu’il se les représente par anticipation d’éventuelles sanctions. Le trouble identitaire qui résulte de la restitution vidéo exprime ainsi le sentiment de malaise qui peut naître dès la perception d’indices expressifs dérogeant à la fois à l’image idéalisée de soi et à l’image de ce qu’il faudrait être.

De l’image au récit

61Cette difficulté à se mettre en scène ne se dissocie pas de la difficulté à se raconter, à mettre en récit son identité. Divers indices le prouvent. On retrouve chez ceux qui ont de grandes difficultés à faire face à la caméra une même difficulté à parler de soi, comme si les deux dimensions de l’exercice ne pouvaient se dissocier. Ces difficultés s’expriment de diverses manières : dans l‘aspect souvent décousu des récits proposés, dans leur caractère négatif, dans l’absence de maîtrise de la durée et de l’intensité du discours, dans sa faible structuration, dans la difficulté à impliquer l’auditoire. Ce dernier point, contrairement aux deux précédents, n’est certes pas le plus essentiel. Il ne reflète jamais qu’un déficit de savoir-faire et de pratique en la matière.

62Deux exemples relativement typiques des présentations enregistrées illustrent cette double difficulté à faire face à la caméra et à se raconter positivement. Le premier se rapporte à un délégué syndical de la CGT-FO, fort d’une longue expérience militante, évoluant dans une grande entreprise du secteur de l’énergie. Plutôt sûr de lui en apparence, l’épreuve de l’autoscopie révèle un tout autre personnage.

Je suis actuellement en formation « communication et stratégie d’action ». Et le but de l’exercice d’aujourd’hui est de se présenter. Alors c’est pas toujours facile de se présenter mais je vais essayer. Je m’appelle Norbert B., né le XX.XX.XX. Et… c’est déjà pas mal… (silence) Je suis marié. J’ai trois enfants, trois filles (silence) une qui est mariée… (silence) oui bien je vais quand même parler de ma carrière professionnelle. Je suis chargé « sécurité » (silence) dans l’entreprise XXX qui fait partie du groupe XXX. Je suis également délégué syndical (silence) On en est à combien ? (rires) Bien j’espère qu’après cette présentation de soi qui est pas facile pour moi, mes camarades feront des remarques pour que je progresse (sourire).

63Le second exemple retenu concerne également un représentant de la CGT-FO, mais évoluant dans une très grande entreprise du secteur pharmaceutique.

Je m’appelle Laurent D. J’ai bientôt 40 ans. Je suis marié avec 4 enfants, ça va de 7 ans à 14 ans.

Voilà en fait mon parcours scolaire, j’ai commencé par un CAP, BEP, Bac Pro de compta. Bien, petit à petit l’a fallu que je travaille. Donc je suis parti dans le monde du travail en tant qu’aide-comptable dans un garage et puis après je suis parti de là pour aller — j’ai perdu le fil… — dans une autre entreprise aussi en comptabilité Candia. Et puis toujours pareil, je suis parti toujours en CDD dans une autre entreprise. Je vendais des voitures aux enchères. Je citerai pas le commissaire priseur, un des plus gros de XXX. Et puis… Après je suis parti aussi faire du ramassage de déchets pharmaceutiques. Donc c’était pas un super métier, très très intéressant et assez risqué on va dire. Bon mais faut bien manger… Et après ça m’a amené petit à petit chez XXX. Ça fait onze ans que je suis chez XXX. Voilà…

64Ces deux exemples présentent les traits typiques précédemment indiqués. Le second témoigne notamment d’un des phénomènes relativement récurrents parmi les plus marquants qui réside dans le caractère négatif d’un grand nombre de récits personnels (ce phénomène ne s’observe ni chez les permanents syndicaux ni chez des représentants au statut de cadre). Libres d’évoquer des aspects de leur vie privée, de leur trajectoire professionnelle et militante ou de leur engagement syndical, un nombre important de représentants syndicaux, tout particulièrement à la CGT, proposent de véritables loser stories. Le phénomène s’exprime sous des formes évidemment diverses, mais il est fréquent et se résume en quelques grandes étapes : histoire d’échecs scolaires, histoire d’expériences professionnelles très dures, marquées par l’exploitation et le désenchantement, histoire de petits boulots sans lendemain, histoire de conflits avec des employeurs…

65Il faut toutefois souligner que ces histoires d’échecs ne revêtent une tonalité désespérée que très rarement, chez certains acteurs dont la destinée sociale est vécue douloureusement. C’est le cas de rares phénomènes de déclassement ou d’acteurs qui n’ont pas trouvé dans l’action syndicale quelques motifs de réenchantement de leur propre trajectoire. Il est possible et il est même vraisemblable que la situation collective de formation conduise à surévaluer l’importance de l’engagement syndical et, surtout, de l’exercice de responsabilités syndicales, mais ils apparaissent comme une importante source de gratification de nature à redonner à ces acteurs, existentiellement meurtris, des raisons de vivre favorablement leur rapport à soi et au monde social.

66D’étranges opérations d’alchimies sociales et psychologiques s’accomplissent d’ailleurs. Elles consistent par exemple à renverser l’emprise de toute détermination pour affirmer sa liberté non sans une ironie qui laisse entrevoir quelques tonalités désespérées : « Les études, indiquait une représentante de la CGT-FO tout en esquissant une moue connotant fortement son propos, n’étaient pas du tout ce que je souhaitais faire. » Une autre opération revient à connoter favorablement les échecs. Au sein d’un groupe soudé par de communes valeurs, oppositionnelles au regard des valeurs dominantes, l’échec — scolaire, professionnel — apparaît parfois comme un signe d’appartenance, de reconnaissance, voire de consécration militante. Se dessine alors une sorte d’utopie sociale inavouée consistant à renverser les valeurs dominantes pour promouvoir leur contraire. Ne pas être en adéquation avec les critères d’excellence et les valeurs de l’école bourgeoise, ne pas souscrire aux principes de l’ordre managérial ne témoignerait pas d’une quelconque déficience ou de handicaps sociaux, mais, au contraire, prouverait une inadéquation « normale » au regard de ce que sont les normes du système éducatif et de l’organisation du travail.

67Il demeure que l’échec scolaire reste très présent chez certains représentants syndicaux, notamment à la CGT à la différence de ceux de la CFDT. Il constitue une sorte de ciment entre eux qui se manifeste par des sourires complices à l’évocation d’un passé scolaire entaché de glorieux échecs. Les plaisanteries expriment le souvenir de la violence sociale exercée par le système éducatif, illusoirement transmuée en un rejet volontaire de ce système. Machine à dévaloriser ceux dont l’origine sociale ne prédispose pas à satisfaire aux critères de l’excellence, l’école n’est donc guère en odeur de sainteté. Si elle parvient à rendre acceptable la division sociale du travail, la violence qu’elle exerce sur ceux qu’elle rejette laisse d’importantes blessures qui ne s’estompent jamais et reparaissent parfois à l’insu des blessés eux-mêmes.

68La situation de formation, parce qu’elle s’apparente en partie à un contexte scolaire, contribue parfois à raviver ces souvenirs douloureux. Le dispositif d’autoscopie concourt à la réactivation de ces affects en interpellant les sujets, en leur demandant de dire qui ils sont et, par conséquent, en les renvoyant au moment où s’est nouée leur destinée sociale. Ce n’est donc pas un hasard si, dans les récits de présentation de soi, la scolarisation est fréquemment évoquée et, plus encore, si elle est présentée parfois comme un moment fondateur de l’identité sociale, véritable origine, point de départ de la trajectoire qui conduit à ce qu’est l’individu aujourd’hui, à savoir un militant syndical.

69L’enregistrement de ces récits, livrés à l’œil perçant de la caméra vidéo, fait clairement ressortir ce point pour un nombre important de représentants syndicaux, de la CGT en particulier et dans une moindre mesure de la CGT-FO. Le moment de l’échec scolaire (total, avec la sortie du système sans diplôme, ou partiel, avec un diplôme peu valorisant), c’est-à-dire le moment où le système a exercé la plus grande violence symbolique sur l’individu en le destinant à des tâches ou à un métier peu valorisés, quand ce n’est directement au chômage, constitue ou s’apparente à un moment initial de la vie sociale et professionnelle d’une grande partie de ces acteurs. La destinée professionnelle mais aussi syndicale s’éclaire rétrospectivement par une sorte de translation existentielle conduisant de l’échec scolaire ou de l’opposition au système scolaire jusqu’au militantisme syndical.

70Les présentations de soi que proposent certains représentants syndicaux de la CGT donnent parfois l’impression que l’échec scolaire expliquerait l’engagement syndical ultérieur. Leurs propos suggèrent qu’un tel départ dans la vie ne pouvait que les conduire à adhérer à une organisation militante contestant un ordre social particulièrement injuste. Le dispositif d’autoscopie permet, à ce titre, de recueillir des récits de vie quintessenciés, comme si les personnes avaient eu pour consigne de dire l’essentiel en un minimum de temps, de n’évoquer que les moments déterminants de leur existence. Ce phénomène s’explique par l’intensité dramatique qui résulte de la mise en scène de soi devant l’énigmatique regard de la caméra et devant le public des pairs. L’interpellation symbolique qu’opère le dispositif porte les individus à dire ce qui relève de l’essentiel dans la construction de leur identité sociale.

La vie en négatif

71Certains militants proposent ainsi un récit de leur parcours qui laisse entendre que l’engagement syndical résulte d’une série d’échecs qui en seraient la cause inavouée. L’observateur ne peut qu’être surpris par le caractère très négatif d’une telle présentation qui revient à faire de l’engagement syndical un choix particulièrement contraint. Dans ce cas, loin d’être présentées comme l’expression d’un engagement ou d’affinités militantes liés à l’histoire familiale et aux sociabilités professionnelles (Duriez et Sawicki, 2003), l’adhésion syndicale, puis l’implication dans des fonctions de représentant des salariés résulteraient de la nécessité sociale à saisir la seule « perche » possible pour s’en sortir, autrement dit pour ne plus continuer à subir passivement une destinée sociale se résumant en échecs, frustrations et sanctions négatives de toutes sortes.

72Dans certains cas dont il est très difficile d’apprécier la proportion réelle, on décèle une conception utilitariste de l’engagement syndical au sens où l’adhésion à l’organisation s’est faite en réponse à une menace directe (sanction, licenciement, mise à l’écart…). Les représentants syndicaux évoquent avec une certaine retenue ces moments de leur vie où l’engagement leur fut presque imposé par une contrainte externe, pour sauver leur peau. La pudeur peut expliquer cette attitude, mais surtout la crainte de passer aux yeux des camarades pour un militant dont l’engagement repose sur des mobiles peu glorieux et, par conséquent, difficilement avouables. Certains récits laissent pourtant explicitement apparaître de tels mobiles. C’est le cas de certains militants de la CGT, car, pour ces derniers, devenir syndicalistes, puis représentants syndicaux a résulté d’une posture contestataire initiale ou d’actions oppositionnelles à l’égard de la direction, autrement dit d’une forme d’action militante non instituée requérant ensuite son inscription dans un cadre légal. D’autres récits laissent entendre l’existence d’engagements utilitaristes dans une forme plus dissimulée, presque honteuse, car il ne s’agit plus d’instituer une action militante préalable, mais bel et bien de « sauver sa peau » en se tournant vers le syndicat pour bénéficier de sa protection. Retraçant son parcours, une déléguée syndicale de la CGT-FO indiquait en être venue à la syndicalisation en raison des pressions de l’encadrement qu’elle subissait, s’étant tournée vers cette organisation en raison d’une conjoncture particulière au sein de laquelle l’autre organisation syndicale présente dans l’organisation lui paraissait nettement moins combative.

73Évoquant ses premiers contacts de simple salariée avec le monde syndical, une autre représentante de la CGT-FO soulignait le phénomène en des termes plus directs encore : « Tout ce qui était syndicat me sortait réellement par les yeux parce que j’étais entourée de quatre personnes syndiquées […] qui ne l’étaient que pour sauver leurs fesses. » Ces propos ont le mérite de poser le problème récurrent de la légitimité des représentants syndicaux aux yeux des salariés, qui les perçoivent souvent comme des acteurs dont le seul souci est de jouir des privilèges de leur statut. Le problème est d’autant plus prégnant que durant les stages, certaines plaisanteries acides entre délégués appartenant pourtant à une même organisation laissent entrevoir des mises en cause très personnelles autour de l’usage des heures de délégation, de l’implication effective du représentant, de sa combativité, de l’image qu’il donne de son organisation syndicale.

74Souvent émouvants, faisant appel à des souvenirs douloureux pour la personne qui les évoque, y compris quand elle puise dans l’humour la force de les raconter, les récits de vie se laissent appréhender alternativement sous l’angle psychologique du rapport à soi et sous l’angle sociologique des déterminations de ce même rapport. Psychologiquement, ils mettent en lumière les blessures dont sont porteurs ces acteurs en situation d’échecs répétés pour qui seul l’engagement syndical parvient à réenchanter le rapport au monde. L’incohérence manifeste de certains récits constitués par l’évocation de faits et d’événements sans lien entre eux, sans réelle cohérence rétrospective témoigne de la violence sociale subie, de la difficulté à faire signifier sa propre destinée en recollant les morceaux d’une histoire souvent marquée du sceau de l’aléa, de la précarité et de l’absence de toute reconnaissance sociale.

75Le caractère négatif des présentations de soi constitue un trait qui éclaire également la nature du rapport que les militants entretiennent avec l’organisation syndicale à laquelle ils appartiennent. Fréquent chez les militants de la CGT, présent dans les rangs des militants de la CGT-FO, rien de comparable, du moins en nombre et en fréquence, ne s’observe chez les représentants syndicaux de la CFDT. On décèle sur ce point une des explications de l’engagement dans une organisation syndicale déterminée. Indépendamment des formes de sociabilité militante s’opère un processus d’ajustement entre le vécu des militants, associé au rapport à soi, et l’identité de l’organisation syndicale. Ce n’est pas le produit d’un hasard si ceux qui entretiennent un vécu marqué par l’échec se portent plus souvent que d’autres vers une organisation syndicale dont l’image contestataire à l’égard de l’ordre social répond à leur propre besoin d’exprimer un mécontentement radical. Et ce n’est pas un hasard si les militants syndicaux moins marqués par un tel sentiment d’échec, plus capables de produire une présentation de soi cohérente et favorable, du moins en apparence, se détournent d’une offre syndicale jugée trop contestataire, trop négative, et s’orientent vers une organisation à l’image réformiste qui leur paraît plus conforme à ce qu’ils sont.

76Les présentations de soi laissent ainsi entrevoir ce jeu d’ajustement entre les prédispositions sociales des militants et les identités syndicales telles qu’elles apparaissent, se différencient les unes des autres et modèlent l’offre syndicale. Une série de facteurs peuvent brouiller un tel jeu d’ajustement et l’on se gardera de croire que celui-ci fonctionne naturellement sur le mode de l’offre et de la demande. D’autres facteurs, en premier lieu la socialisation professionnelle, interfèrent. Et localement, au sein des entreprises, le positionnement des syndicats ne s’ordonne pas selon les positions, les stratégies et les identités de confédérations qui paraissent souvent bien éloignées des enjeux locaux.

77Les récits recueillis montrent en tout cas que ceux qui adhèrent à une organisation telle que la CGT le font souvent, du moins le déclarent-ils, en se basant sur l’image fortement contestataire de l’organisation. On ne minimisera pas ce que peuvent contenir de reconstruction a posteriori plus ou moins arbitraire, voire de rationalisation au sens freudien, de telles déclarations qui reviennent à méconnaître à la fois que le choix initial est plus souvent contraint par le milieu social qu’il n’apparaît au regard même des acteurs et que l’évidence de ce même choix ne s’est réellement imposée que rétrospectivement, après avoir assumé une identité « marquée » et s’être reconnu en elle (Contrepois, 2003). Toujours est-il que les représentants syndicaux de la CGT excluent de la présentation de leur parcours militant respectif la possibilité même d’appartenir à une autre organisation.

78Si, pour la CGT, sur les trois stages retenus, aucun adhérent n’a indiqué avoir préalablement appartenu à une autre organisation syndicale, pour la CGT-FO, le phénomène de changement d’appartenance syndicale a été enregistré à deux reprises. Les représentants laissent d’ailleurs entendre assez souvent que leur adhésion n’était pas liée à l’image de la confédération, mais à des facteurs conjoncturels locaux, sous-entendant qu’en d’autres circonstances, ils auraient très bien pu adhérer à une autre organisation. On peut supposer que si des représentants syndicaux ont ainsi indiqué avoir initialement adhéré et milité au sein d’une autre organisation, c’est en raison de la plus grande liberté de parole régnant au sein de la CGT-FO ou, ce qui revient au même, en raison du moindre degré de coercition inhérent à l’appartenance à une organisation à l’identité moins prégnante pour ses membres. On peut aussi considérer que, pour certains militants, l’appartenance à la CGT-FO relève moins d’un parti pris militant lié à l’identité de l’organisation syndicale. C’est le cas d’une militante, déléguée syndicale dans une grande structure associative, indiquant : « Je suis entrée vraiment par hasard à la CFTC […] Je me voyais mal rester à la CFTC alors que mon amie allait à FO. » Un autre militant, délégué syndical et conseiller prud’homal, indiquera, quant à lui, être venu à la CGT-FO sur les conseils d’un ami après un passage peu satisfaisant d’une durée de plus de trois ans à la Confédération générale des cadres (CGC). Il ressort de nombreux cas qu’à la CGT-FO, les relations amicales, familiales et professionnelles jouent un rôle, mais cette détermination de fond ne se dissocie ni du jeu global de l’offre syndicale locale dans laquelle elle prend place ni du caractère utilitariste de la syndicalisation.

Éléments pour une analyse critique des effets structurants de l’autoscopie

79Il reste à préciser ce que peut produire l’autoscopie sur ces militants et en quoi le dispositif peut exercer quelques effets structurants dans le rapport à eux-mêmes, dans leur capacité à se présenter, à « faire face ». S’il s’avère impossible de prétendre mesurer ou ne serait-ce que cerner la réalité de ces effets, on peut néanmoins supposer que l’exercice contribue à faire (un peu) évoluer le rapport à soi dans le sens d’une plus grande maîtrise, de plus de distanciation et de réflexivité, d’une aptitude supérieure à l’autocontrôle. Quelques phénomènes directement observables dans le cadre de la formation tendent à le prouver. Les évaluations de la formation par les participants indiquent que, pour eux, le fait d’avoir à se montrer, à se raconter publiquement, à s’expérimenter, à découvrir leur image et, d’une certaine manière, à se découvrir constitue un temps fort, parfois douloureux, ayant induit une modification du rapport à soi. L’attention exceptionnellement accordée à sa propre image et le travail sur soi qui l’accompagne ne sont ni neutres ni indifférents à la manière de se vivre et de se mettre socialement en scène. Pour les moins expérimentés, cette expérience s’avère révélatrice à bien des égards de l’image qu’ils donnent d’eux-mêmes ; pour d’autres, plus expérimentés, cette expérience rare fait de l’image qu’ils donnent d’eux-mêmes l’objet d’une attention individuelle et collective qui les conduit à se focaliser davantage sur l’engagement de cette même image dans les situations de la vie syndicale, à esthétiser en quelque sorte le rapport à soi.

L’enjeu normatif de l’autoscopie

80Au fil de cette expérience variant d’un sujet à l’autre se joue un processus de normalisation au sens où les personnes en formation cherchent à s’améliorer, c’est-à-dire à faire évoluer leur comportement dans le sens d’une mise en conformité avec des normes d’expression. Le statut de ces normes n’a rien d’explicite ni d’univoque et l’on serait tenté de considérer que ce qui norme la norme conserve une grande part d’opacité, renvoyant à ce que chaque acteur pris individuellement se représente être l’excellence communicationnelle, mais aussi à la pression du groupe social auquel ce même individu se rattache et dont il anticipe les sanctions. Il faut donc décomposer le processus de normalisation pour en saisir l’opérationnalité. Ce processus commence en amont dans le simple fait que la prise de parole présuppose que l’expression se conforme à ce que l’individu en formation s’imagine être le modèle d’expression le plus adéquat. En règle générale, cet idéal normatif traduit son imaginaire et les jeux d’identification qui le conduisent à se reconnaître dans un modèle ou dans un type d’expression. Dès lors, la normalisation consiste à s’approcher de ce qui est ainsi conçu comme modèle. Mais cette normalisation ne s’exercerait certainement pas aussi efficacement si le processus n’était pas lui-même inscrit dans un contexte social qui fait que c’est au nom de ce qui est anticipé comme une norme largement reconnue, légitime pour tous et surtout pour les participants au stage, que l’individu s’exprime.

81La normalisation s’effectue donc par elle-même dans le cadre du dispositif sans que le formateur ait à dire ce qu’il faut faire ou ne pas faire, dire ou ne pas dire. En d’autres termes, la norme n’est pas étrangère et extérieure à celui qui se l’applique. Elle exprime l’intériorisation par ce dernier de modèles incarnant ce qu’il considère comme un idéal d’expression. Et en aval, lors de la restitution vidéo, au moment de se voir en compagnie des autres militants et, par la suite, de commenter sa prestation, c’est au nom des mêmes normes, du même idéal d’expression intériorisé qu’un jugement est finalement formulé. L’efficacité normative du dispositif ne repose nullement sur un quelconque volontarisme du formateur, sur l’inculcation de quelques valeurs ou sur la mise en avant de modèles d’excellence. Pour cette raison, la normalisation par l’autoscopie n’en est que plus efficace : n’imposant rien, le dispositif met en situation les personnes en formation pour qu’elles s’imposent à elles-mêmes un idéal d’expression intériorisé en adéquation avec les buts poursuivis au travers de la formation.

82Paradoxalement, cet idéal d’expression auquel les participants aspirent s’apparente non pas à un modèle militant et populaire, mais à un modèle d’excellence de type scolaire, propre aux groupes sociaux dominants. C’est dire que le travail de formation pour ces militants consiste essentiellement à tenter de se conformer à des normes d’expression qui sont précisément celles utilisées par ceux à qui ils sont quotidiennement confrontés et à qui ils s’opposent directement dans les conflits au travail, mais aussi, structurellement, au travers des antagonismes de classe dont ils sont les vecteurs. La différence est que pour les uns, ces normes sont quasiment naturelles, ayant été intériorisées dès leur enfance dans leur milieu d’origine, puis confirmées, naturalisées, sanctionnées favorablement au fil de la scolarisation et du parcours professionnel, alors que pour les autres, ces mêmes normes s’apparentent à un idéal difficilement accessible au sens où, à l’égal d’une langue étrangère, elles resteront un acquis précaire plus ou moins bien maîtrisé.

Le jeu inégalitaire de la communication

83Un des ressorts de la domination sociale, au sens le plus général, réside précisément dans cette impossibilité pour les représentants syndicaux, souvent issus de milieux populaires ou de milieux peu favorisés, de disposer de modèles propres afin de ne pas recourir à des techniques, à des valeurs et à des systèmes de représentation qui sont les outils mêmes de la domination symbolique qu’ils subissent. C’est qu’à vouloir s’approprier des armes de lutte qui ne sont manifestement pas faites pour eux, ils ne font rien d’autre qu’intérioriser les principes de la domination et se doter d’armes dont ils sont les moins prédisposés à user efficacement. C’est la raison pour laquelle la formation syndicale concourt, à son tour, à la sélection des militants selon des critères sociaux et scolaires déniés. Elle participe, à ce titre, à la logique de professionnalisation de l’activité syndicale (Guillaume et Pochic, 2009) et à la logique de division sociale du travail syndical avec d’autant plus d’efficacité que l’organisation syndicale sollicitant la formation en reconnaît, sans jamais (se) l’avouer, la nécessité.

84Les phénomènes observés dans le cadre du dispositif d’autoscopie s’apprécient donc très diversement. S’il paraît manifeste que l’exercice permet aux militants d’acquérir une certaine maîtrise d’eux-mêmes, de mieux maîtriser le rapport à leur image, de prendre en compte le fait que l’image qu’ils donnent n’est pas forcément ce qu’ils croient qu’elle est, il conduit aussi ceux-ci à reconnaître et à poursuivre un idéal d’expression qui, durablement, fait d’eux les mauvais élèves de la communication. Ce qui échappe le plus souvent à ces militants, pourtant issus du rang, c’est que l’efficacité réelle de leur action militante ne réside certainement pas dans leur aptitude à s’exprimer comme un cadre ou comme un journaliste, mais dans leur capacité à susciter l’adhésion de ceux dont ils sont les représentants. Ce qui leur échappe plus encore, c’est que quel que soit leur degré d’entraînement à l’autoscopie, leur handicap initial est double : il réside dans l’absence de modèle propre à l’action syndicale, susceptible d’être opposé à la domination managériale ; il renvoie à la nature même du jeu communicationnel, jeu social par excellence, auquel ils ne sont guère prédisposés.

Haut de page

Bibliographie

ANDOLFATTO, D. et D. LABBÉ (2007a), Sociologie des syndicats, Paris, La Découverte.

ANDOLFATTO, D. et D. LABBÉ (2007b), Les syndiqués en France, Éditions Liaisons.

BEAUD, S. et M. PIALOUX (1999/2004), Retour sur la condition ouvrière, Paris, Fayard.

BOURDIEU, P. (1979), La distinction. Critique sociale du jugement, Paris, Éditions de Minuit.

BOURDIEU, P. (1982), Ce que parler veut dire. L’économie des échanges linguistiques, Paris, Fayard.

CONTAMIN, J.-G. et R. DELACROIX (2009), « Les transformations des formes d’engagement au prisme du local. L’exemple de la CGT du Nord », Politix, 22(85), p. 81-104.

CONTREPOIS, S. (2003), Syndicats. La nouvelle donne, Paris, Syllepse.

DURIEZ, B. et F. SAWICKI (2003), « Réseaux de sociabilité et adhésion syndicale. Le cas de la CFDT », Politix, 16(63), p. 17-51.

ELIAS, N. (1939/1991), La dynamique de l’Occident, Paris, Calmann-Lévy.

ETHUIN, N. et K. YON (2011), « Les mutations de l’éducation syndicale : de l’établissement des frontières aux mises en dispositif », Le Mouvement Social, 235, p. 3-21.

GUILLAUME, C. et S. POCHIC (2009), « La professionnalisation de l’activité syndicale : talon d’Achille de la politique de syndicalisation à la CFDT ? », Politix, 22(85), p. 48-55.

LABOV, W. (1978/1993), Le parler ordinaire. La langue dans les ghettos noirs des États-Unis, Paris, Éditions de Minuit.

LACAN, J. (1949/1966/1987), « Le stade du miroir comme formateur de la fonction du Je telle qu’elle nous est révélée dans l’expérience psychanalytique » dans J. LACAN, Écrits, Paris, Seuil.

LACAN, J. (1991), Le transfert. Le séminaire, livre VIII, Paris, Seuil.

LARDELLIER, P. (2008), « Pour en finir avec la <synergologie>. Une analyse critique d’une pseudoscience du <décodage du non-verbal> », Communication, 26(2), [En ligne] http://communication.revues.org/index858.html (Page consultée le 24 mai 2012).

LÉVI-STRAUSS, C. (1949/1958/1985), « L’efficacité symbolique » dans C. LÉVI-STRAUSS, Anthropologie structurale, Paris, Plon.

LINARD, M. et I. PRAX (1978), « Microenseignement, autoscopie et travail », Revue française de pédagogie, 43, p. 5-30.

NEVEU, E. (1997), Une société de communication ?, Paris, Montchrestien.

OLIVESI, S. (1999), « Savoirs ignorants, savoirs ignorés. Une critique des usages divers et variés de l’analyse transactionnelle et de la PNL », Réseaux, 98, p. 219-252.

OLIVESI, S. (2004), Questions de méthode. Une critique de la connaissance pour les sciences de la communication, Paris, L’Harmattan.

OLIVESI, S. (2005), La communication selon Bourdieu. Jeu social et enjeu de société, Paris, L’Harmattan.

OLIVESI, S. (2002/2006), La communication au travail. Une critique des nouvelles formes de pouvoir dans les entreprises, Grenoble, Presses Universitaires de Grenoble.

OLIVESI, S. (2011), « La formation en communication des représentants syndicaux. Logiques institutionnelles et enjeux militants », Réseaux, 170, p. 269-289.

OLIVESI, S. (2012 à paraître), « Le syndicalisme à l’épreuve de la communication », Questions de communication, 22.

PILOZ, L. (1983), « Les limites de l’autoscopie dans la formation des enseignants », Revue française de pédagogie, 63(1), p. 33-38.

PIOTET, F. (2009), La CGT et la recomposition syndicale, Paris, Presses Universitaires de France.

RIMBERT, P. (2004), « Devenir syndicaliste ouvrier. Suivi du <Journal > d’un délégué CGT de la métallurgie », Actes de la recherche en sciences sociales, 155, p. 34-75.

SAINSAULIEU, R. (1977/1996), L’identité au travail, Paris, Presses de la Fondation nationale des sciences politiques.

SCHWARTZ, O. (1990/2002), Le monde privé des ouvriers. Hommes et femmes du Nord, Paris, Presses Universitaires de France.

SIBLOT, S. (2009), « Le dispositif institutionnel de socialisation : l’exemple des formations de <premier niveau> » dans F. PIOTET (dir.), La CGT et la recomposition syndicale, Paris, Presses Universitaires de France.

SOLLIER, P. (1903), « L’autoscopie interne », L’année psychologique, 10(1), p. 533-538.

TANGUY, L. (2006), Les instituts du travail. La formation syndicale à l’université de 1955 à nos jours, Rennes, Presses Universitaires de Rennes.

TERRAIL, J. P. (1990), Destins ouvriers. La fin d’une classe ?, Paris, Presses Universitaires de France.

Haut de page

Notes

1  On trouve une première trace de ce terme dans le domaine de la psychologie au début du XXe siècle (Sollier, 1903). Il s’agissait alors de désigner des phénomènes de type hallucinatoire, relatifs au corps et aux parties du corps, tels qu’ils s’observaient dans certains cas d’hystérie et sous hypnose. Mais c’est dans le cadre de la FPC (formation professionnelle continue) que cette pratique se généralisa. Sa genèse et surtout sa généralisation s’expliquent par la convergence de trois types de facteurs : l’institutionnalisation, puis le développement de la FPC à partir des années 1970 dans un contexte de tertiarisation de l’ensemble de l’activité économique ; dans ce cadre, le recours systématique aux jeux de rôle comme principal outil didactique ; par ailleurs, la très large diffusion sociale du matériel d’enregistrement vidéo permettant à tout un chacun de s’exercer à l’égal d’un professionnel de la parole publique. L’autoscopie eut même son heure de gloire scientifique à la fin des années 1970 et au début des années 1980 (Linard et Prax, 1978 ; Piloz, 1983).

2  D’autres instituts du travail proposent des formations comparables (Olivesi, 2011). Nous remercions l’équipe de direction de l’Institut de formation syndicale (tout particulièrement Carole Giraudet) pour sa confiance et pour les nombreuses relations qu’elle nous a permis de nouer à la fois avec des acteurs locaux de la région Rhône-Alpes et avec des acteurs appartenant à d’autres instituts du travail.

3  La problématisation de l’action du dispositif en termes de norme s’inspire directement des analyses que Michel Foucault consacra aux formes de pouvoir (disciplinaire, sécuritaire, pastorale…) présentes dans nos sociétés.

4  Ce qu’interdit de percevoir la culture scolaire, c’est qu’il existe non pas une, mais des excellences oratoires selon les cultures. Il n’est guère utile pour le prouver de mobiliser des travaux tels que ceux de Labov sur le parler ordinaire qui tendent à inscrire ces performances oratoires dans des marges sociales pour en comprendre les ressorts (Labov, 1978/1993). Il suffit de repérer dans des milieux populaires ou dans des milieux culturellement périphériques des formes d’excellence oratoire reconnues par les acteurs eux-mêmes. Ces formes d’excellence n’ont évidemment de valeur qu’à l’intérieur d’une culture donnée. L’hégémonie culturelle et linguistique qu’impose le système scolaire et, au travers de lui, la classe sociale dominante revient à faire de ces éloquences locales ou plébéiennes des sortes de folklores dégénérés, condamnables (et condamnés) au point de les rejeter et de les faire disparaître au même titre que les cultures qui les portent.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Stéphane Olivesi, « Observer l’autoscopie », Communication [En ligne], Vol. 30/2 | 2012, mis en ligne le 29 novembre 2012, consulté le 26 mars 2017. URL : http://communication.revues.org/3501 ; DOI : 10.4000/communication.3501

Haut de page

Auteur

Stéphane Olivesi

Stéphane Olivesi est professeur à la Faculté de droit et de sciences politiques à l’Université Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines. VIP EA n° 3643 Courriel : stephane.olivesi@uvsq.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org