Navigation – Plan du site
Lectures

Jean-Michel SALAÜN et Christian VANDENDORPE (dir.), Les défis de la publication sur le Web : hyperlectures, cybertextes et méta-éditions, actes des Quinzièmes entretiens du Centre Jacques Cartier

Paris, Presses de l’enssib, Coll. « Référence », 2002
Guy Pelachaud
p. 351-361
Référence(s) :

Jean-Michel SALAÜN et Christian VANDENDORPE (dir)(2002), Les défis de la publication sur le Web : hyperlectures, cybertextes et méta-éditions, actes des Quinzièmes entretiens du Centre Jacques Cartier, Paris, Presses de l’enssib, Coll. « Référence ».

Texte intégral

1Cet ouvrage se présente sous la forme d’un livre collectif divisé en parties et chapitres. Il a été réalisé à l’issue du colloque franco-canadien qui s’est tenu à Lyon, à l’École nationale supérieure des sciences de l’information et des bibliothèques, du 8 au 11 décembre 2002.

2L’objet du colloque était de confronter les points de vue relatifs aux défis de la publication sur le Web. Comme beaucoup d’actes de ce type, la multiplicité des sujets à traiter et la pluridisciplinarité des approches (anthropologique, historique, littéraire, sociolinguistique, cognitiviste, économique) auraient pu déboucher sur un ensemble disparate. Au terme de notre lecture, nous avons pu constater qu’il s’agit d’un ouvrage homogène aux multiples facettes. Le mérite en revient aux auteurs et coordinateurs mais surtout aux procédures utilisées. Les communications ont fait l’objet de débats en ligne, avant et après le colloque et elles sont encore accessibles, ainsi que les débats qu’elles ont occasionnés, sur le site « Interdisciplines » (sous des formes parfois différentes).

3Chaque chapitre reflétant l’opinion d’un intervenant, nous n’avons pas cherché à les résumer dans leur ordre chronologique. Ce travail a d’ailleurs été réalisé par les coordinateurs de l’ouvrage dans leur introduction. Nous avons préféré tenter de rendre compte de l’intérêt de l’ouvrage en présentant les idées qui ont été débattues autour de quelques grands thèmes.

Vers une nouvelle structure d’acquisition des connaissances ?

4Si tous les auteurs s’accordent à constater que le texte s’est émancipé du papier et qu’il s’est doté de nouveaux attributs (ubiquité, fluidité, connectivité, indexation intégrale), un débat s’est instauré sur la nature de la production de sens et de la communication entre l’auteur et le lecteur. Pour David Olson (chapitre 1 « Manière d’écrire, manière de lire »), au lieu de s’en remettre à un auteur à qui il fait confiance — attitude qu’appelle la lecture d’un livre —, le lecteur sur le Web prend la direction des opérations. Il cherche dans les documents ce qu’il lui faut, ce qui l’intéresse. L’information est décontextualisée, libérée de l’expression de l’intention de l’auteur à l’image des recueils de maximes. Dès lors, comment communiquer si auteurs et lecteurs élaborent leurs propres significations ?

5Dans le même ordre d’idées, Jean Michel Salaün (chapitre 10 « L’édition entre biens et services ») constate qu’Internet favorise la lecture de consultation plutôt que la lecture séquentielle (lecture longue) car le lecteur est tenté de multiplier les accès, préférant changer de document plutôt que d’engager un effort de lecture. L’arrivée du Web sémantique risque d’accentuer cette tendance en rendant plus performante encore la recherche documentaire.

6Dans l’histoire des textes, note Jean Clément (chapitre 4 « Hypertexte et fiction : une affaire de liens »), la littérature fragmentaire est souvent le résultat d’une perte ou d’un inachèvement, reflet d’une pensée en mouvement ou impuissante à produire un discours organisé. Mais cette non-linéarité peut aussi être le signe d’une volonté délibérée comme dans le cas des slogans, des proverbes, des aphorismes ou des maximes, autant de formes littéraires à part entière en marge des modèles rhétoriques discursifs dominants. Le refus de la tentation du sens peut être aussi, dans certains cas, le signe d’une contestation de l’ordre institué par la tradition littéraire et par la langue elle-même. Tel a été le cas des dadaïstes mais aussi de Roland Barthes (1972) dénonçant le « fascisme de la langue ». Dans la culture américaine, cette non-linéarité obtenue grâce à l’hypertexte a accompagné le mouvement libertaire et servi d’étendard à une contestation de l’ordre établi. Dans ce contexte, le lien est apparu comme la délégation au lecteur d’une partie des pouvoirs de l’auteur. Cet effacement n’est pas sans inconvénient pour le lecteur ni sans frustration pour l’auteur. L’hypertexte n’est pas une libération des contraintes textuelles, il en crée au contraire de nouvelles. En effet, l’écriture du lien est un art difficile et complexe, elle ouvre à la littérature de nouveaux horizons. Quant aux hyperlecteurs, ils auraient tort de croire que la lecture de l’hypertexte s’apparente au zapping. L’hyperfiction exige au contraire une attention non seulement au texte, mais aussi au dispositif énonciatif, elle ne procure de plaisir que par l’exploration de formes nouvelles et par la tension cognitive qu’elle exige.

7Pour Christian Vandendorpe (chapitre 2 « La lecture au défi du virtuel »), il serait prématuré d’annoncer la disparition prochaine de la lecture continue, même si celle-ci est en train de devenir secondaire par rapport à la lecture émiettée que sollicite l’hypertexte. Il fait remarquer, reprenant la métaphore de Mark Heyer (1986), qu’il existe trois grands types de lecture : le broutage dans le cas du roman qui exige une lecture longue et séquentielle, la cueillette qui est mieux adaptée pour survoler un journal et choisir son information et l’encyclopédie, qui requiert une démarche de chasseur. Le Web grâce aux moteurs de recherche est devenu une gigantesque base de données. Il en découle un type de textualité particulièrement adapté au mode de la chasse. Sans discussion possible, l’ambition de totalité longtemps incarnée par le livre a maintenant migré vers le Web. Ce dernier est sans aucun doute l’apothéose du Livre, la finalité même de l’écriture à des fins de communication.

8Nous habitons un monde devenu trop rapide et fiévreux pour que nous puissions le comprendre avec nos outils cognitifs classiques. C’est pourquoi, note Ollivier Dyens (chapitre 11 « Le Web et l’émergence d’une nouvelle structure des connaissances »), une nouvelle structure d’acquisition des connaissances a fait son apparition. Elle cherche à percevoir et à comprendre les mouvements (et non leurs causes), elle se nourrit de perceptions globales, sonde le glissement plutôt que l’approfondissement, elle est capable de gérer l’éphémère, l’évanescent et l’instable temporel. Mais pour ce faire, la nouvelle structure d’acquisition des connaissances utilise la superficialité. Face aux sollicitations (sociales, physiques et informationnelles) de plus en plus nombreuses de notre environnement, cette superficialité n’est pas un signe de paresse mais d’intelligence, car la vitesse à laquelle nous devons absorber et réagir à l’information est beaucoup trop importante pour que nous puissions utiliser les stratégies cognitives plus anciennes que sont la réflexion, la contemplation et l’analyse systématique. D’ailleurs, un intrigant parallèle peut être établi entre la structure informationnelle du Web et la structure neuronale du cerveau. L’un comme l’autre sont des volumes variables dont nous ne connaissons pas la complexité et dont l’essence n’est pas l’accumulation mais le chemin. Le nomadisme intellectuel que le Web impose n’appauvrit pas la pensée, bien au contraire. Voilà pourquoi la narration et l’écriture linéaire et analytique se perdent. La connaissance actuelle s’acquiert dans le voyage, elle se dévoile dans le départ, elle se transforme dans l’exode. Comme le dit Rifkin (2000), nous voilà au pied d’une nouvelle culture qui gère de façon efficace l’aléatoire, l’incertain et le passager ; une culture qui comprend les mouvements et les courants et pour laquelle la stabilité n’est pas un but à atteindre mais simplement un état précaire dont l’équilibre est nourri par le chaos.

9Pour Stevan Harnad (chapitre 13 « Retour à la tradition orale : écrire dans le ciel à la vitesse de la pensée »), la lecture et l’écriture présentent d’énormes avantages, surtout depuis l’invention de l’imprimerie, notamment du point de vue de la transmission de la mémoire et de l’accumulation des connaissances humaines. Toutefois, dans le cadre d’une réflexion cognitiviste consacrée aux avantages comparés de l’oral et de l’écrit, il estime que l’écrit a eu un effet négatif dramatique sur la dimension temporelle, interactive du discours linguistique. Il a transformé en un lent monologue asynchrone le dialogue pour lequel nos cerveaux et notre faculté de penser étaient optimisés. L’écrit sur le Web retrouvera la vitesse de pensée qu’il avait à l’âge de pierre parce qu’il est accessible à tous de façon asynchrone, hors le temps et l’espace, comme s’il était écrit dans le ciel. À certains égards le courrier électronique condense le meilleur de la tradition orale et écrite : tout en étant potentiellement presque aussi rapide que les échanges verbaux synchrones, il préserve la possibilité de conserver une trace écrite et ménage au besoin un temps de réflexion hors ligne entre les réponses, ce qui n’est pas le cas du dialogue spontané en temps réel. Il facilite et améliore enfin le dialogue. Cette capacité instantanée à citer et à commenter des textes d’auteurs accessibles ou non, voire disparus, peut même restituer une part de l’interactivité vivante de la tradition orale. Il y a toutes les raisons de croire que nos têtes locutrices et leurs esprits intercommunicateurs seront incomparablement plus féconds. Ce n’est qu’une question de temps pour qu’on en recueille les fruits. En effet, dialoguer, ce n’est pas seulement s’informer, échanger des informations existantes, c’est aussi susciter et stimuler des idées singulières interdigitées qui, là encore, auraient pu ne jamais surgir dans une tête solitaire. La pensée n’est-elle pas largement un dialogue, même quand elle prend la forme d’un monologue intérieur adressé à un interlocuteur dont on se souvient ou qu’on imagine ? En ce sens, la cognition interactive peut créer de l’information.

10De ce point de vue, il nous paraît intéressant de rapprocher cette approche théorique de la démarche expérimentale de François Mangenot et de l’approche historique de Benoît Melançon. S’appuyant sur la pratique et l’observation des forums pédagogiques, François Mangenot (chapitre 6 « Analyse sémio-pragmatique des forums pédagogiques sur Internet ») constate que leur principal atout est lié à la permanence et au caractère structuré de l’écrit, ainsi qu’à la modalité asynchrone qui permettent, d’une part, l’expression quasi illimitée des participants à la formation et, d’autre part, une réflexion approfondie. Il a constaté que le caractère public des interactions permet un certain degré de cognition partagée ainsi que la constitution d’une communauté d’apprentissage. Le fait de publier leur contribution amène également les étudiants à être plus attentifs aux dimensions pragmatiques de leur écrit tout en les habituant à respecter la netétiquette.

11À propos de la mise en œuvre d’une version électronique de l’Encyclopédie de Diderot et de d’Alembert, Benoît Melançon (chapitre 8 « Sommes-nous les premiers lecteurs de l’Encyclopédie ? ») fait état des débats très pointus qui partagent les historiens sur la question de savoir comment lisait-on concrètement cet ensemble de 28 tomes, dont la parution s’est étendue sur 21 ans ? Avec l’Encyclopédie électronique, nous ne changeons pas seulement de mode, mais aussi de monde de lecture. Nous ne sommes pas non plus les premiers lecteurs de l’Encyclopédie, car nous ne lisons pas l’Encyclopédie ; nous lisons autre chose : les mots de l’Encyclopédie, pas la collection de livres qui portent ce titre.

Langages et machine textuelle

12L’image a envahi les écrans de télévision et d’ordinateur. Il n’est pas étonnant que ses rapports avec l’écrit aient fait l’objet d’un débat.

13Selon Christian Vandendorpe, si le texte reste un support remarquablement efficace pour la pensée et la communication des idées, il n’est plus en situation de monopole, et doit s’adapter au contexte ouvert par notre entrée dans cette nouvelle période de l’histoire de l’humanité que Régis Debray appelle la « vidéosphère ». CNN et MTV ont participé activement au renversement de notre structure cognitive en proposant un genre d’alphabétisation extrême de l’image constate, de son coté, Ollivier Dyens.

14Pour Stevan Harnad, une seule image vaut parfois autant que mille mots, mais l’image se laisse appréhender d’emblée, par maints processus visuels parallèles, alors que les mots ne le sont que de manière sérielle et à la vitesse limitée de l’élocution et de l’audition humaines. Il y a donc de bonnes raisons de croire que la vitesse de la pensée a, à peu de chose près, le même ordre de grandeur que la vitesse du discours.

15S’intéressant aux rôles respectifs de l’écrit et du langage parlé, David Olson constate un regain d’intérêt pour l’iconographie qui tient à l’espoir d’arriver à inventer un système de transcription universel, susceptible d’être lu dans n’importe quelle langue comme les chiffres arabes et certains langages informatiques. Toutefois, il constate que contrairement aux théories des années 1960, nous ne sommes pas passés d’une culture de l’oreille à une culture de l’œil, de même que la culture de l’écrit n’a pas supplanté la culture orale. Maintenant que l’écrit et l’informatique sont intimement liés, Olson estime nécessaire d’abandonner l’étude du discours à la pragmatique linguistique pour s’intéresser au texte en tant que document. Cette démarche permet, en effet, d’inclure les textes, les programmes, les formats et les formulaires utilisés pour gérer l’information.

16Bertrand Gervais (chapitre 3 « Naviguer entre le texte et l’écran. Penser la lecture à l’ère de l’hypertextualité ») s’inscrit dans cette démarche. Il constate que les mots sur la page-écran ne font pas que dire, ils peuvent aussi agir. D’autre part, la numérisation implique la présence d’une écriture invisible, liée à la programmation. Le texte n’existe plus seul ; il côtoie des images, il est intégré à des dispositifs qui l’animent, l’effacent ou l’opacifient à souhait. Ce sont des dispositifs qui en modifient substantiellement la forme ainsi que la texture et qui exigent la création d’un nouveau vocabulaire, voire une nouvelle grammaire. Si, au cours des siècles, la lecture s’est intériorisée, passant de la lecture oralisée à sa contrepartie silencieuse, l’ordinateur provoque un nouveau tour d’écrou, une intellectualisation accrue de cet acte, où le rôle de l’œil est surdéterminé par la technologisation du mot et du texte. Il convient donc de reconfigurer la base de nos pratiques de lecture, de rétablir les rapports de manipulation essentiels à toute progression à travers les textes.

17La fragmentation hypertextuelle privant l’auteur et le lecteur des ressources de la rhétorique discursive textuelle pour assurer le passage d’un fragment à l’autre, le typage des liens ne peut se faire que par l’intermédiaire de la forme que prend leur ancrage dans le fragment source, estime Jean Clément. Dans le domaine littéraire et plus particulièrement la littérature fictionnelle, la linéarité discursive est sévèrement atteinte par le dispositif hypertextuel. L’auteur reporte sur le lecteur l’ordonnancement des unités narratives mais il garde toutefois la prérogative de l’offre des liens qui seront proposés aux lecteurs. Mais cette offre se trouve privée des secours habituels de la rhétorique narrative. C’est pourquoi Clément s’intéresse à la nature des liens proposés aux lecteurs et s’efforce de dresser une typologie des liens existant dans le domaine de la fiction puis dans la théorie hypertextuelle. Dans cette dernière, les liens se divisent en deux classes : celle des liens édités et celle des liens calculés (qui ne s’activent qu’à certaines conditions). Dans le domaine de la fiction, loin de faciliter la navigation, les liens calculés ajoutent une contrainte supplémentaire et favorisent une esthétique de la désorientation et de la déception. À la différence des jeux vidéo fondés sur un répertoire limité d’actions et d’effets rapidement assimilés par le joueur, l’hyperfiction est souvent un jeu intellectuel dont le lecteur ne connaît pas les règles. La désorientation n’est cependant pas toujours souhaitée par les auteurs. La plupart, au contraire, cherchent à remédier à la dégénérescence du récit par un renforcement du sémantisme des liens en ayant recours au typage des liens (note, bibliographie, commentaire, exemple, contre-exemple, argument, contre-argument).

18Se référant aux travaux d’Ivan Illich (1991) qui a montré que le passage de l’oral à l’écrit s’est notamment traduit par un phénomène de sémiotisation visuelle de la pratique à travers l’espace de la page, Emmanuël Souchier (chapitre 5 « Lorsque les écrits de réseaux cristallisent la mémoire des outils, des médias et des pratiques ») estime que la deuxième révolution fondamentale du livre après la transformation du volume en codex s’est traduite par le passage d’une mémorisation orale et corporelle à une sémiotisation visuelle de la mémoire. Ce passage culturel de la mémoire de la voix à la mémoire de l’œil a entraîné une véritable révolution des mentalités. Par ailleurs, le livre en tant qu’outil fait l’objet du même processus d’extériorisation analysé par Leroi-Gourhan (1965) et cette externalisation de la mémoire individuelle pour se constituer en pratique sociale a recours aux langages symboliques, partie intégrante eux-mêmes de la mémoire collective. Si l’outil n’existe qu’en tant qu’il est compris dans la mémoire des connaissances sociales élaborées par les langages, l’ordinateur et les médias en général présentent l’originalité d’être dédiés aux langages et de fonctionner grâce et à travers eux. Dès lors l’ordinateur doit être considéré comme une machine textuelle qui relève à la fois du technique, du sémiotique et de la pratique sociale. Ainsi l’ordinateur, comme tout outil, a pour fonction essentielle d’externaliser la mémoire individuelle et ainsi de la socialiser. S’agissant de la mémoire, l’écrit numérique s’inscrit dans trois espaces distincts : en mémoire les écrits sont conservés mais sont illisibles, sur l’écran l’écrit est lisible mais fugace, enfin l’écrit peut être imprimé. Pour la première fois dans l’histoire, l’homme ne peut lire un texte sans recourir à un dispositif technique dédié ainsi qu’à une source d’énergie d’où l’importance prise par ceux qui maîtrisent ces outils. Leur rôle est d’autant plus important que l’ordinateur présente la particularité d’être dédié aux langages mais surtout de fonctionner grâce et à travers eux. L’écriture et le texte sont à la fois l’objet et l’outil car les logiciels réalisés pour faire fonctionner la machine sont écrits selon une logique textuelle. Il en résulte que l’usager des machines textuelles à la fois lecteur et scripteur est confronté à une très grande complexité car il doit maîtriser des domaines jusque-là réservés à de multiples corps de métiers (secrétaire-dactylo, documentaliste, éditeur, imprimeur, diffuseur). Autrement dit, l’écran ne se contente plus de cristalliser la mémoire du scripteur et du lecteur, mais également celles relatives aux pratiques éditoriales et aux savoirs techniques qu’il mobilise.

Théorie et pratiques sociales

19Internet constitue une révolution culturelle et cognitive profonde qui a changé notre vie quotidienne, nos pratiques de recherche. Malheureusement, regrette Gloria Origgi (chapitre 12 « Pour une science humaine de l’Internet »), Internet n’a pas encore fait l’objet d’une réflexion bien établie et son analyse se trouve trop souvent laissée à des techniciens ou à des gourous improvisés. D’où la proposition de mener une étude programmatique sur la façon dont la recherche en sciences cognitives et celle sur les nouvelles technologies de l’information et de la communication peuvent interagir pour comprendre le phénomène de l’Internet. Ainsi, en anthropologie cognitive, le recours au concept d’artefact cognitif notamment nous aide à repenser les rapports entre culture et cognition. On a constaté qu’avec l’introduction de l’écriture, une partie de nos connaissances a abandonné le cerveau pour être distribuée sur des supports externes. Qui plus est, la naissance d’une caste de gestionnaires de la mémoire culturelle comme les scribes et les bibliothécaires, a permis l’organisation d’une méta-mémoire rassemblant l’ensemble des processus d’accès à la mémoire culturelle et de récupération. De même, l’imprimerie, à partir du xve siècle, a redistribué la mémoire culturelle en changeant la configuration de la pyramide informationnelle de diffusion du savoir. Dans la continuité de ces deux révolutions précédentes, Internet accroît l’efficacité de l’inscription, de la récupération, de la reproduction et de la distribution de la mémoire culturelle mais à leur différence, il provoque un changement radical dans les conditions d’accès à la mémoire culturelle et de sa récupération en introduisant de nouveaux dispositifs de gestion de la méta-mémoire. On peut considérer Internet comme un artefact cognitif complexe, une structure distributive ayant deux composantes principales : une mémoire externe presque illimitée, un moyen de communication interactif doté d’une puissante capacité relationnelle. Pour Origgi, ces réflexions ne peuvent être menées sur le seul plan théorique pas plus que sur le plan technique. D’où l’idée de créer une association de chercheurs en sciences humaines destinée à développer des projets de recherche/action sur la communication scientifique en réseau et à produire des artefacts cognitifs spécifiques spécialement conçus pour la recherche en sciences humaines. Cette recherche/action menée dans le cadre de Euro-Edu s’est focalisée sur les colloques scientifiques. Le succès enregistré lors d’une première expérience de colloque virtuel (http://www.text-e.org) a encouragé ses promoteurs à explorer le format de colloque virtuel sur le Web comme modèle possible de publication interactive dans le domaine des sciences humaines. D’où la création d’un site (http://www.interdisciplines.org) dont la vocation est de devenir un lieu de référence pour la recherche et la communication en sciences humaines.

20Denis Bachand (chapitre 7 « Cybertextes et hyperlectures dans l’enseignement universitaire ») a expérimenté le recours d’Internet comme dispositif de conception, de gestion et de distribution de contenus de cours. Au vu de cette expérience et des sondages consacrés à ces questions, il a constaté que les manuels électroniques représentent une solution transitoire intéressante car ils offrent un cadre structuré et balisé d’exploration des contenus tout en invitant à la collaboration. Encore faut-il que leur organisation vise à être intrinsèquement motivante, qu’elle s’appuie sur les connaissances antérieures, qu’elle suscite l’exploration et l’interaction et qu’elle contribue au développement de la pensée critique. Or il s’avère que souvent ces outils sont mis au service de pratiques traditionnelles qui n’exploitent que très faiblement le potentiel des technologies d’information et de communication. On peut aussi s’interroger, avec Yannick Maignien (chapitre 14 « Vérité et fiction sur Internet »), sur le degré de véracité des informations accessibles sur le Web.

21Le véritable enjeu du livre électronique, selon Claire Bélisle (chapitre 9 « Lire avec un livre électronique : un nouveau contrat de lecture ? »), va au-delà de la survie et du perfectionnement des modèles dédiés que sont les « tablettes ». L’expérience du plaisir de lire sur écran est indispensable comme matrice culturelle, mais le véritable renouveau des pratiques de lecture qui s’ouvre aujourd’hui avec les technologies du numérique est d’abord une invitation aux lecteurs et aux auteurs à élaborer de nouveaux contrats de lecture. Il s’agit d’intégrer et de promouvoir une diversité des pratiques de lecture en ayant recours à de nouveaux outils dont certains existent déjà comme les outils d’analyse lexicale et morphologique, les aides à la synthèse et au résumé, les traducteurs, etc.

22Avec le codex électronique, estime Christian Vandendorpe, le livre renaîtra de ses cendres tout en assumant les fonctions d’un assistant personnel et d’une tablette à écrire. Un tel codex permettra de rendre aisément lisibles les milliers d’ouvrages déjà numérisés. À partir du moment où l’on aura trouvé une solution acceptable pour la gestion des droits d’auteur, on pourra enfin sortir de la situation de blocage schizophrène et paradoxale dans laquelle nous sommes aujourd’hui, où les ouvrages de l’esprit les plus patiemment élaborés et les plus soigneusement édités sont coupés du média qui pourrait leur donner la plus grande diffusion, un média dans lequel s’incarne aujourd’hui l’idéal de savoir et de portabilité du livre.

23L’arrivée du numérique tend à remettre en cause la stabilité acquise au cours de l’histoire des modèles de médias comme l’édition, la presse, la radio et la télévision, constate Jean-Michel Salaün. Désormais l’édition, branche construite sur une économie de l’œuvre, se trouve confrontée à une économie de consultation. Pour y voir plus clair, il faut faire la distinction entre trois étapes de la construction des documents : la construction (intellectuelle) de l’œuvre, la constitution (formelle) de la matrice, la fabrication (matérielle) de l’exemplaire. L’ubiquité des fichiers informatiques engendre la prééminence pour l’éditeur des coûts fixes (fabrication de l’œuvre, promotion) sur les coûts variables (tirage et gestion des exemplaires). Certains ont pu en conclure que, le coût marginal étant nul comme pour un bien public, il fallait renoncer à une rémunération proportionnelle à la vente des exemplaires et trouver un nouveau mode de rémunération en amont de cette activité. Une telle structure de recette existe déjà dans de nombreux canaux particuliers (revue scientifique, radio, télévision). Il apparaît de plus en plus probable que l’organisation pertinente est celle de la bibliothèque numérique, où le lecteur pioche sans obstacle dans une collection de livres au travers du réseau, c’est-à-dire une économie de services, plutôt qu’une économie de biens, dont il reste à inventer le mode de rémunération.

24Alors que Salaün constate que de nouveaux venus ne s’embarrassent pas des traditions du papier et recherchent à travers le Web la simple construction d’une notoriété par la mise à disposition de contenus, Stevan Harnad, sur la base de sa longue expérience d’éditeur de revues scientifiques électroniques, fait remarquer que les chercheurs réputés hésitent à recourir aux publications virtuelles. Ils ont, selon lui, le sentiment qu’il y a quelque chose de foncièrement éphémère dans ce nouveau mode de communication. Ils craignent que « les mots écrits dans le ciel » s’envolent aussi sûrement que les paroles prononcées de vive voix, sans parler de leurs craintes, tout aussi infondées, concernant l’évaluation par les pairs, le crédit universitaire et professionnel, les questions liées au droit d’auteur, à l’antériorité ainsi qu’au plagiat.

25Par son existence même, cet ouvrage doté d’une très riche bibliographie et ses annotations renvoyant à de multiples écrits électroniques permet de constater que la pratique de travail collectif mise en œuvre pour préparer le colloque et le recours à l’édition électronique enrichissent le débat scientifique et ne sont pas incompatibles, bien au contraire, avec l’édition classique puisqu’elle s’en trouve elle-même enrichie.

Haut de page

Bibliographie

Barthes, Roland (1972), Fragment d’un discours amoureux, Paris, Seuil.

Heyer, Marc (1986), « The creative challenge of CD-ROM », dans Steve Lambert et Suzanne Ropiequet, CD-ROM. The New Papyrus. The Current and Future State of the Art, Redmond, Microsoft Press.

Illich, Ivan (1991), Du lisible au visible. Sur l’art de lire de Hugues de Saint-Victor, Paris, Cerf.

Leroi-Gourhan, André (1965), Le geste et la parole, volume 2 : « La mémoire et les rythmes », Paris, Albin Michel.

Rifkin, Jeremy (2000), L’âge de l’accès : survivre à l’hypercapitalisme, traduit de l’américain par Marc Saint-Upéry, Montréal/Paris, Boréal/La Découverte et Syros.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Guy Pelachaud, « Jean-Michel SALAÜN et Christian VANDENDORPE (dir.), Les défis de la publication sur le Web : hyperlectures, cybertextes et méta-éditions, actes des Quinzièmes entretiens du Centre Jacques Cartier », Communication, Vol. 25/1 | 2006, 351-361.

Référence électronique

Guy Pelachaud, « Jean-Michel SALAÜN et Christian VANDENDORPE (dir.), Les défis de la publication sur le Web : hyperlectures, cybertextes et méta-éditions, actes des Quinzièmes entretiens du Centre Jacques Cartier », Communication [En ligne], Vol. 25/1 | 2006, mis en ligne le 08 mai 2010, consulté le 27 mars 2017. URL : http://communication.revues.org/351

Haut de page

Auteur

Guy Pelachaud

Guy Pelachaud est Maître de Conférences Hors-classe, Université du Mans. Courriel : pelachau@noos.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org