Navigation – Plan du site
Lectures

Pierre TÉVANIAN, Le voile médiatique. Un faux débat : « l’affaire du foulard islamique »

Paris, Éditions Raisons d’agir, 2005
Pascal Marchand
p. 362-368
Référence(s) :

Pierre TÉVANIAN (2005), Le voile médiatique. Un faux débat : « l’affaire du foulard islamique », Paris, Éditions Raisons d’agir.

Texte intégral

1Ainsi que l’indique leur site Web (http://www.homme-moderne.org/​raisonsdagir-editions/​), les Éditions Raisons d’agir publient des petits ouvrages conçus et réalisés par des chercheurs animés par la volonté militante de fournir des éléments de réflexion nécessaires à l’action politique pour constituer peu à peu une sorte d’encyclopédie populaire internationale. L’objectif militant y est donc au moins aussi important que la perspective scientifique et attire forcément la sympathie du lecteur sensible au projet de sortir les sciences humaines et sociales du huis clos de leurs labos pour venir questionner la chose publique.

2Ici, c’est donc « l’affaire du foulard islamique » qui est abordée. On peut regretter, pour les lecteurs non familiers de la politique française, que le contexte général ne soit pas évoqué, ne serait-ce que succinctement.

3Indiquons donc qu’une Commission de réflexion sur l’application du principe de laïcité dans la République, présidée par Bernard Stasi, médiateur de la République, a remis son rapport au président français, le 11 décembre 2003. S’en est suivie la loi n° 2004-228 du 15 mars 2004 encadrant, en application du principe de laïcité, le port de signes ou de tenues manifestant une appartenance religieuse dans les écoles, collèges et lycées publics. Il s’agit, en fait, d’insérer dans le code de l’éducation l’article L. 141-5-1 suivant :

Dans les écoles, les collèges et les lycées publics, le port de signes ou tenues par lesquels les élèves manifestent ostensiblement une appartenance religieuse est interdit.

Le règlement intérieur rappelle que la mise en œuvre d’une procédure disciplinaire est précédée d’un dialogue avec l’élève.

4Cette loi a immédiatement occupé la presse française, notamment parce qu’elle visait implicitement le port du voile islamique par des élèves musulmanes. C’est donc sur l’exploitation médiatique du voile islamique que Pierre Tévanian se concentre pour tenter de montrer que la « loi répressive » votée par le Parlement de la République française est le résultat d’un débat lancé par des politiques et traité de façon démesurée et biaisée par les médias : dramatisation propice au développement d’attitudes de peur et de rejet, stricte sélection des locuteurs pour laisser le champ libre aux partisans de l’interdiction du « foulard islamique » et disqualifier leurs contradicteurs (les élèves voilées, leurs condisciples, leurs professeurs, les chercheurs et militants laïques et féministes). L’ensemble a débouché sur la « production d’un consensus islamophobe, faisant de l’élève voilée le vecteur de tous les maux et de toutes les menaces » ou « l’exutoire inespéré à un racisme latent que l’on retrouve dans tous les milieux sociaux et toutes les familles politiques ».

  • 1  D’autres analyses ont montré sur Le Monde électronique qu’un « pic » s’établissait entre novembre (...)
  • 2  Pierre Tévanian est professeur de philosophie à Drancy (Seine-Saint-Denis) — dans un lycée scolari (...)
  • 3  On notera l’opinion à géométrie variable de l’auteur à propos des sondages : décriés à certains mo (...)

5Le premier chapitre montre la façon dont la problématique du voile a été imposée par les médias. Des comptages opérés sur la presse française quotidienne et hebdomadaire, ainsi que sur certaines émissions d’actualité à la télévision, indiquent que les thèmes de la « laïcité » et du « voile » ont été, par rapport à d’autres thématiques importantes, surreprésentés en 20031. Peut-on pour autant affirmer que ce traitement répond à une préoccupation réelle de la part des principaux intéressés ? Une enquête menée dans un lycée de Drancy2 en décembre 2003 auprès de 125 élèves montre que ce n’est pas le cas : lorsqu’on leur demandait de formuler les trois problèmes principaux qu’ils éprouvaient dans leur scolarité au lycée, le voile n’était cité qu’une fois sur 375 réponses. Les réponses majoritaires concernaient les emplois du temps trop chargés, mal faits, le travail le samedi matin, les transports en commun… Peut-être alors du côté des enseignants ? Les sondages ne le montrent pas davantage. Bien plus, les revendications enseignantes semblent suivre — plutôt qu’elles ne précèdent — les campagnes médiatiques. Et l’opinion publique en général ? Il n’est pas nécessaire de faire d’étude particulière pour penser que, moins impliquée que les deux groupes précédents, l’opinion ne doit pas considérer davantage le voile comme une préoccupation majeure. Des sondages3 viennent d’ailleurs confirmer et préciser :

[…] l’interdiction du voile ne correspondait à aucune demande des populations les plus concernées – élèves, enseignants, parents d’élèves – et si elle a rencontré un écho certain dans le corps enseignant, force est de constater qu’elle ne suscitait pas d’adhésion massive au moment où l’emballement médiatique a commencé, hormis dans les classes supérieures, âgées et/ou franchement à droite (p. 28).

6Notons qu’après une position aussi péremptoire, l’auteur mentionne, un peu brièvement, en note de bas de page, des nuances qui viennent « complexifier ce tableau ».

7Si donc le débat sur le voile ne provient ni d’une préoccupation aiguë des principaux intéressés ni d’une opinion publique prétendument inquiète, c’est donc de la classe politique et des médias que vient l’initiative d’en faire un débat de premier plan, détournant l’attention des mesures sociales impopulaires du gouvernement Raffarin, et débouchant sur un projet de loi assez largement consensuel, puisqu’il permettait d’exprimer une islamophobie latente.

8Ce que l’auteur dénonce, c’est que l’opinion majoritaire chez les principaux intéressés par la loi n’ait pas été prise en compte. Ce raisonnement est peut-être à double tranchant et on peut se demander s’il s’appliquerait également à d’autres domaines législatifs : une loi sur la chasse doit-elle répondre à l’opinion majoritaire chez les chasseurs sous peine d’être taxée de racisme anti-cynégétique ?

  • 4  Un de mes professeurs avait l’habitude de dire que les hannetons ne sont pas forcément les meilleu (...)

9Le deuxième chapitre tente de montrer la partialité qui a marqué le débat médiatique. Une analyse de contenu des « tribunes libres » du Monde et de Libération montre essentiellement la présence des universitaires, écrivains et journalistes, au détriment des enseignants du secondaire et des élèves. On peut sans doute questionner ici la méthodologie, puisque ce fait ne serait significatif qu’à la condition où, dans d’autres domaines que le voile, les « tribunes libres » seraient moins occupées par des universitaires, écrivains et journalistes. Or, de l’avis même de l’auteur, « il est fréquent, dans les médias, de débattre du chômage sans les chômeurs, de la précarité sans les précaires ou de l’immigration sans les immigrés ». Le voile a-t-il suivi cette règle significativement plus que d’habitude ? Ne peut-on aussi développer la thèse contraire en constatant, d’une part, que les médias ont davantage tendance à recourir aux témoins qu’aux experts et, d’autre part, que les personnes les plus impliquées ne sont pas forcément les plus pertinentes pour analyser leur situation4 ?

10Mais il est vrai qu’ici il s’agit d’une loi qui a pour effet « de priver d’école des dizaines d’adolescentes et de stigmatiser une partie des habitants de ce pays sur des bases qu’il est difficile de ne pas qualifier de racistes ». Le propos glisse alors de l’analyse sociologique vers l’étude de cas individuels : le devenir des adolescentes exclues de leurs établissements et le traitement contestable que la télévision propose de l’affaire. L’un des arguments forts est une liste de spécialistes (par ailleurs à forte proportion d’universitaires et d’écrivains) qui auraient été pertinents pour s’exprimer sur ce sujet mais n’ont pas été convoqués par les médias. Ici encore, on peut se demander s’il ne s’agit pas d’une règle aussi générale que contestable du fonctionnement médiatique et pas uniquement à propos du voile. Mais on peut remarquer aussi que le procédé n’est méthodologiquement pas innocent pour qui se réclame de l’approche sociologique : peut-on considérer l’absence comme un fait, voire une preuve ?

11Les débats télévisés sont ensuite longuement analysés dans la représentativité et les caractéristiques des partisans et opposants à la loi. Les médias sont ainsi accusés d’avoir mis en scène « une sorte d’union sacrée » entre la gauche, la droite, les intellectuels, les féministes et le monde des lettres, tous représentant la « France blanche » contre le « péril incarné par des arabo-musulmans ». Au-delà des traitements médiatiques, c’est bien la réalité de cette « union sacrée » qui est affirmée (p. 127), dans un jugement comparable à celui qui posait que le non au référendum sur la constitution européenne rassemblait de l’extrême gauche à l’extrême droite.

  • 5  Que dire de la dénonciation, par un journal turc, de l’obligation faite aux élèves de parler allem (...)

12L’auteur invoque également des réactions étrangères vis-à-vis de cette loi : l’Human Rights Watch, la Commission des droits de l’homme de l’ONU et les associations et institutions américaines, germaniques et britanniques sont citées pour leur dénonciation de l’intolérance religieuse française, avec le regret que ces points de vue étrangers n’aient pas été entendus ni sollicités au moment du vote de la loi. Que la France soit le seul pays européen à inscrire dans sa constitution une stricte séparation des églises et de l’État ne semble pas pertinent lorsqu’il s’agit de dénoncer « l’exception française » qui provoque l’incompréhension dans tous les autres pays démocratiques. On aimerait aller plus loin dans les préconisations d’un modèle alternatif d’intégration réussie par l’un ou l’autre de ces pays donneurs de leçons5.

13Certaines personnalités, fortement présentes dans les médias et favorables à la loi, font l’objet d’une recherche et d’une analyse autant bibliographique que biographique, par exemple Chahdortt Djavann (auteur d’un ouvrage qualifié de pamphlet : Bas les voiles), le mouvement Ni putes ni soumises (dont on dénonce longuement l’allégeance au Parti socialiste : « poupée ventriloque »). Ici encore, d’autres auteures sont citées, pour regretter qu’elles n’aient pas été invitées à intervenir dans le débat, montrant l’étendue de la connaissance bibliographique de l’auteur ; mais on peut à nouveau discuter le statut de preuve sociologique de cette démonstration par l’absence.

14Le troisième chapitre traite du « monologue prohibitionniste » (abstraction, dénégations, généralisations, essentialisation, amalgames). Pour dénoncer le débat manichéen « pour ou contre le voile », l’auteur propose une autre opposition, sans doute dénuée de tout manichéisme : « pour ou contre l’exclusion ». L’alternative devient alors : refuser le voile et donc accepter d’exclure versus refuser l’exclusion et donc accepter le voile (p. 85). La démonstration porte ici sur l’analyse de sondages d’opinion et sur les écrits d’éditorialistes. Il s’agit de l’analyse du contenu de « morceaux choisis » d’interventions médiatiques écrites ou orales et une large part est faite au terme « totem du communautarisme » d’Alain Duhamel, prototypique des éditoriaux prohibitionnistes qui ramènent le voile à une explication réductrice. Pour l’auteur, qui liste toutes les questions que ces éditorialistes ne se posent pas, il s’agit de l’un des cinq coups de force, qui consiste à établir un lien direct entre le foulard et la revendication d’une identité religieuse. Derrière ce terme se cache l’image d’une attitude de défi de la part d’élèves rebelles, vindicatives et agressives. L’auteur peut alors dénoncer l’opposition factice entre islam et laïcité. Il n’y a rien à gagner — ni à perdre — à prendre la défense des éditorialistes en général et d’Alain Duhamel en particulier, mais on peut se demander si le terme « revendication d’une identité religieuse » ne peut être compris que dans une connotation agressive. À vouloir trouver le racisme partout, n’en vient-on pas à des interprétations caricaturales ?

15En revanche, l’auteur dénonce fort justement l’absence de données objectives lorsqu’il s’agit d’affirmer que les lycéennes voilées refusent également certains enseignements comme les sciences ou l’éducation physique. Mais il n’en fournit pas davantage pour affirmer que ces faits

[…] sont loin d’être quotidiens et surtout, lorsqu’ils sont commis, ce sont rarement des élèves voilées qui en sont les auteures. La plupart des comportements « déviants », « rebelles », provocateurs ou (plus rarement) violents sont plutôt le fait de garçons.

16À ce propos, on peut regretter que ne soit pas approfondi ce lien intéressant entre le voile porté par les filles et les revendications d’accès aux enseignements portées par des garçons.

17En terminant ce livre, le lecteur français est pris d’un désarroi : il croyait vivre dans un pays laïque, il ne s’agit en fait que d’un pays raciste. La laïcité et l’égalité homme/femme sont reléguées au rang de valeur ou de symbole, lorsque ce n’est pas de la métaphysique ou de la morale, et opposées à « ceux qui ont mis en avant leur responsabilité ».

18L’ouvrage navigue entre l’affirmation d’opinions politiques assumées, qui relèvent plutôt de l’essai, et l’analyse sociologique qui recourt à l’analyse de données empiriques. C’est dans le lien entre ces deux dimensions que réside la difficulté.

19Le lecteur sociologue hésitera peut-être à entamer une critique méthodologique au risque d’être taxé de suppôt de la pensée libérale, voire de xénophobe.

  • 6  Mittal Steel est détenue à 88 % par Lakshmi Mittal, industriel britannique, petit-fils de ferraill (...)

20Le lecteur critique des médias se demandera peut-être si l’on ne fait pas le jeu des médias quand on cherche à analyser les événements par la mise en scène de groupes et de conflits identifiables : l’OPA de Mittal Steel sur Arcelor se réduit à un conflit franco-indien6, les caricatures de Mahomet sont traitées comme un affrontement Orient musulman/Occident laïque, le meurtre d’Ilan Halimi — séquestré et torturé pendant près de trois semaines à Bagneux pour une sordide affaire de racket, selon les premiers éléments de l’enquête — devient un crime antisémite, comme la mort d’un gendarme sur l’île de Saint-Martin (archipel de la Guadeloupe) devient un acte raciste anti-blanc (facilement récupérable politiquement).

21Quant au lecteur jacobin, il se demandera peut-être s’il n’y a pas un risque à évaluer une loi à l’aune de son traitement médiatique. L’impéritie des médias dans leur traitement de la question du voile, qui ne fait aucun doute, constitue ici l’argument clé pour dénoncer la loi elle-même. C’est beaucoup d’honneur fait aux médias. On peut penser que les parlementaires ne sont pas totalement insensibles à l’opinion majoritaire telle qu’elle est construite par les médias et les sondages. Mais ce ne sont ni les journalistes, ni les sondeurs, ni même l’opinion publique qui font les lois et les citoyens ne sont pas toujours aussi manipulables que ça. L’ampleur des récents mouvements d’opinion en témoigne, que ce soit pour refuser un traité européen ou une loi sur l’emploi des jeunes. Peut-on garder quelque confiance dans la démocratie représentative et le débat d’idées ?

Haut de page

Notes

1  D’autres analyses ont montré sur Le Monde électronique qu’un « pic » s’établissait entre novembre 2003 et février 2004.

2  Pierre Tévanian est professeur de philosophie à Drancy (Seine-Saint-Denis) — dans un lycée scolarisant 2 000 élèves, dont dix « voilées » — et membre du collectif Les mots sont importants auquel le lecteur est renvoyé pour les détails de l’enquête (http://lmsi.net/). Il reconnaît lui-même que son enquête ne « reflète sans doute pas le point de vue de toute la jeunesse, mais plutôt d’une jeunesse massivement issue des classes populaires et de l’immigration post-coloniale ».

3  On notera l’opinion à géométrie variable de l’auteur à propos des sondages : décriés à certains moments, massivement utilisés à d’autres.

4  Un de mes professeurs avait l’habitude de dire que les hannetons ne sont pas forcément les meilleurs spécialistes de l’entomologie.

5  Que dire de la dénonciation, par un journal turc, de l’obligation faite aux élèves de parler allemand dans un collège de Berlin, ce qui constitue une mesure discriminatoire et provoque l’exclusion ?

6  Mittal Steel est détenue à 88 % par Lakshmi Mittal, industriel britannique, petit-fils de ferrailleur indien. Arcelor a son siège à Luxembourg (qui en est le premier actionnaire) depuis la fusion en 2002 du Français Usinor, du Luxembourgeois Arbed et de l’Espagnol Aceralia.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pascal Marchand, « Pierre TÉVANIAN, Le voile médiatique. Un faux débat : « l’affaire du foulard islamique » », Communication, Vol. 25/1 | 2006, 362-368.

Référence électronique

Pascal Marchand, « Pierre TÉVANIAN, Le voile médiatique. Un faux débat : « l’affaire du foulard islamique » », Communication [En ligne], Vol. 25/1 | 2006, mis en ligne le 08 mai 2010, consulté le 28 avril 2017. URL : http://communication.revues.org/354

Haut de page

Auteur

Pascal Marchand

Pascal Marchand est professeur des universités, Université Toulouse 3 - Paul Sabatier. Courriel : pascal.marchand@iut-tlse3.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org