Navigation – Plan du site
Lectures

Pascal BARREAU (dir.) (2011), Coacher : de la théorie à la pratique

Rueil-Malmaison, Éditions Lamarre, Coll. « Fonction cadre de santé »
Alexandre Eyries
Référence(s) :

Pascal BARREAU (dir.) (2011), Coacher : de la théorie à la pratique, Rueil-Malmaison, Éditions Lamarre, Coll. « Fonction cadre de santé »

Texte intégral

1Ce collectif qui accueille les contributions de professionnels du domaine s’intéresse à un phénomène encore récent, mais qui a pris de plus en plus d’ampleur en France ces dernières années : le coaching. Comme l’écrit très justement Martine Perrasse, de nos jours, « les rayons des librairies débordent de livres sur le coaching. […] En quelques années, le coaching au début réservé à une élite bien pensante s’est démocratisé. Les mauvaises langues diront popularisé. Et tant mieux si le coaching s’offre au plus grand nombre » (p. XV).

Le large succès éditorial remporté par tous les ouvrages qui traitent de ce phénomène s’explique en partie par la plasticité de ce concept qui sert à caractériser les balbutiements et les errements d’« une discipline en construction. À la croisée de multiples champs théoriques, [le coaching] s’adapte aisément aux vicissitudes de notre vie actuelle (p. XV).

2Composé de deux parties complémentaires — l’une plus théorique, l’autre opérant un retour sur des pratiques professionnelles de coachs —, cet ouvrage donne à voir une succession de « prismes colorés d’une réalité changeant au gré de notre regard et de notre humeur » (p. XV). Il se conçoit donc comme un kaléidoscope dans lequel on est saisi d’émerveillement « à chaque page. D’énigme en surprise, les articles se suivent sans jamais se ressembler. Ni manuel, ni guide, les articles peuvent se lire […] sans nuire au sens général de l’ouvrage » (p. XV).

3La composition même de ce livre traduit la volonté de ses auteurs de théoriser à partir de leurs pratiques et de nourrir la théorie de nombreux exemples issus de leurs expériences quotidiennes de professionnels du coaching.

4Foncièrement pluridisciplinaire, le coaching est « avant tout une invention de l’homme, pour tous les hommes » (p. XV). Dans l’introduction de l’ouvrage, Pascal Barreau situe l’actuelle croissance exponentielle du coaching dans une période de profonde transformation de la société française, qui n’a jamais « été autant tournée vers la performance. Et comme il ne peut y avoir d’amélioration du résultat sans apprentissage, l’homme doit donc constamment s’inscrire dans une dynamique de développement » (p. XVII).

5L’auteur rappelle à juste titre qu’être coach est un véritable métier dont on acquiert les règles et les spécificités au cours d’un processus de formation. Or, de nos jours,

[i]l est devenu monnaie courante d’être coach sans avoir expérimenté la phase incontournable de l’apprentissage du métier. Cette culture « du tout, tout de suite » […] prône l’immédiateté sous toutes ses formes. Si hier il était de bon ton de donner du temps au temps, aujourd’hui tout doit aller très vite. Nous sommes passés de l’ère de la maturité à celle de la prématurité. Ce n’est pas sans conséquence (p. XVII).

6La multiplication de ceux qui se donnent pour des coachs sans avoir ni la formation disciplinaire (ou plutôt pluridisciplinaire) requise ni le bagage technique suffisant pour exercer cette profession d’aide et de conseil devient un épiphénomène préoccupant. En effet, il n’y a

plus un salon sans sa kyrielle de coaches. Là, ils conseillent sur votre look, ici c’est sur le choix de vos meubles, là-bas sur votre alimentation… Rien n’échappe au regard du coach. Le concept « coaching » fait vendre. Enfin, soyons sérieux, le coaching n’est pas un fourre-tout. Ravalé à de simples prestations de service, il se désincarne et pourrait bien à terme lasser (p. XVII).

7Prenant l’exemple des entraîneurs et des managers sportifs, Barreau établit un parallèle entre la fonction qui consiste à encourager son équipe et à la soutenir (avant, pendant et après une compétition sportive) et le rôle du coach qui doit accompagner ses clients sur le chemin de leur développement personnel et dans leur action de réalisation de leurs projets personnels. Ainsi,

le coach aide ses clients à transformer les étapes décisives en réussites. Le coaching n’est pas une activité unidimensionnelle. Chaque individu étant différent, le coach par ses connaissances théoriques et expérientielles adapte ses modalités d’intervention aux besoins de chaque client. Il l’assiste autant que nécessaire sans jamais imposer ses opinions (p. XVII).

8La contribution de Marie-Christine Giraud, intitulée « Le coaching : une discipline transthéorique, une pratique particulière », ouvre la première partie de l’ouvrage collectif. Ayant attribué à Socrate (l’inventeur de la maïeutique ou art d’accoucher les esprits) la paternité du coaching, l’auteure prend soin de rappeler qu’au

XXe siècle, la révolution technologique a entraîné un bouleversement des mentalités. Les entreprises, par souci de performance, doivent s’adapter sans cesse aux imprévisibilités du marché. Manager au XXe siècle relève d’une haute complexité. Le chef n’est plus celui qui sait, mais celui qui fait adhérer son équipe à un projet (p. 4).

9Les coachs sportifs aux États-Unis ont très tôt compris (dès les années 1970) que pour gagner une compétition, il ne suffisait pas de travailler la technique et les muscles, mais qu’il fallait aussi faire de la préparation mentale, soigner la motivation et veiller à gérer convenablement le stress et les émotions. L’idée a ensuite été reprise par les chefs d’entreprise qui souhaitaient accroître les performances de leurs salariés et, par extension, celles de leur entreprise et a fini par gagner la sphère des clients privés souhaitant être accompagnés dans leurs démarches personnelles.

10Giraud définit le coaching comme

un métier de relation d’aide, sorte de thérapie pour « individu bien portant » traversant un épisode de sa vie plus difficile ou en étant en questionnement. Le coaching analyse le présent afin de préparer le futur, sans s’intéresser aux blessures du passé. […] Le coaching consiste à explorer avec une personne une situation qui lui pose problème, c’est-à-dire de passer d’un état actuel non satisfaisant à un état souhaité. […] Le coaching est un processus d’accompagnement ayant pour objectif l’optimisation du potentiel d’un ou de plusieurs individus (p. 4).

11Le coach doit bâtir sa démarche d’accompagnement sur une écoute bienveillante et sans jugement de l’autre et doit également respecter une certaine déontologie. S’il n’a pas d’obligation de résultat, le coach a en revanche une obligation de moyens et doit tout mettre en œuvre pour accompagner le coaché dans son désir de changement.

12Lise Gailhoustet-Lafon rappelle dans sa contribution quelques-uns des grands outils utilisés dans le coaching. La programmation neurolinguistique (PNL) « s’intéresse aux interactions entre ce que nous pensons, ce que nous ressentons et ce que nous faisons » (p. 37) et vise à modéliser les réussites et à favoriser l’autonomie. L’analyse transactionnelle est quant à elle une théorie selon laquelle « l’être humain dispose d’une marge de liberté et d’autonomie et est responsable de ses actes » (p. 40), alors que l’analyse systémique « n’est pas une théorie de la personnalité qui aurait une extension groupale, ni une théorie du fonctionnement du groupe ou de l’équipe, mais une approche du changement » (p. 46).

13La dernière contribution de l’ouvrage, celle de Nicolas Mathieu, réaffirme la prépondérance de la notion de liberté dans la relation qui se noue entre un coach et un coaché : « la mission que se donne le coach dans cette perspective n’est donc pas de changer son client mais de le mettre dans une situation où il pourra choisir de changer » (p. 243). La personne que l’on coache est invitée à réfléchir en permanence aux choix dont elle dispose. Le coach doit également s’interroger sur la liberté (ou la potentialité libératoire) qu’il représente pour son client.

14Évoquant la question de la responsabilité pour autrui (dont parlait autrefois Emmanuel Lévinas), Mathieu explique que « du point de vue du coach, il y a […] une co-responsabilité de la construction du sens et des réinterprétations des situations » (p. 247). L’enjeu pour le coach

est ainsi de permettre à son client de retrouver un espace de responsabilité pour qu’il puisse faire des choix libres [et] […] assumer l’entrée dans une dynamique de changement libre [qui] devient transposable dans d’autres espaces de sa vie pour une plus grande autonomie et une plus grande liberté (p. 248).

15L’expérience du coaching peut donc se définir comme une expérience d’humanisation (ou de réintroduction d’une certaine dimension humaine) pour le coach comme pour son client.

16La conclusion, très stimulante, de Barreau, rappelle que la diversité des coachs existant sur le marché est là pour répondre à la diversité des personnes susceptibles d’être coachées dans le respect de leur singularité et de leurs spécificités. Filant une métaphore marine et maritime, il explique qu’étymologiquement, le coach était la personne chargée de conduire à bon port et dans le plus grand confort possible les voyageurs sous sa responsabilité.

17Pour Barreau, en définitive,

le coaching est un dialogue intimiste. Sans alliance absolue, pas de sécurité possible ; deux êtres en présence, liés par le souci de l’autre. Le coach est un jardinier de l’accompagnement d’un nouveau genre. Il ne juge pas, ne rationalise pas, n’instrumentalise pas. Alors que fait-il ? Il laisse parler sa générosité dans un agir loin de toute intervention brusque. Il puise son efficience dans un hymne à la vie décrit par Lao Tseu dans son Dao De Jing : 

Laisser être. Laisser croître.

Laisser être. Ne pas accaparer.

Entretenir. Ne pas assujettir.

Présider à la vie. Ne pas faire mourir (p. 251).

18Préoccupé par la vie, le coach est ainsi celui qui traite de la question de l’altérité et qui aide le coaché à construire son existence et un autre rapport au monde et aux hommes. C’est en cela que la lecture de ce livre constitue une expérience vivifiante.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alexandre Eyries, « Pascal BARREAU (dir.) (2011), Coacher : de la théorie à la pratique », Communication [En ligne], Vol. 30/2 | 2012, mis en ligne le 06 septembre 2013, consulté le 29 mars 2017. URL : http://communication.revues.org/3561

Haut de page

Auteur

Alexandre Eyries

Alexandre Eyries est chercheur associé au laboratoire I3M (information, milieux, médias, médiations) à l’Université de Nice Sophia Antipolis. Courriel : alex.eyries@yahoo.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org