Navigation – Plan du site
Lectures

Aimé-Jules BIZIMANA (2007), De Marcel Ouimet à René Lévesque. Les correspondants de guerre canadiens-français durant la Deuxième Guerre mondiale

Montréal, VLB éditeur
Alain Lallemand
Référence(s) :

Aimé-Jules BIZIMANA (2007), De Marcel Ouimet à René Lévesque. Les correspondants de guerre canadiens-français durant la Deuxième Guerre mondiale, Montréal, VLB éditeur

Texte intégral

1Parmi les 1 500 correspondants de guerre alliés qui ont couvert la Seconde Guerre mondiale se trouvaient « une dizaine de correspondants canadiens-français […] principalement du réseau français de Radio-Canada », rappelle l’auteur. Si ces hommes qui allaient devenir « la voix (francophone) du Canada en guerre » avaient été Français, il est possible qu’« une rue porterait déjà [leur] nom » (Arsenault, 1994). Mais ils étaient Canadiens, qui plus est Canadiens français, et lorsque leurs voix se sont tues, la postérité a imposé son silence. Jusqu’à ce qu’Aimé-Jules Bizimana ne ressuscite l’image de ces quelques journalistes, explique leurs parcours, les particularités de leurs couvertures du conflit et — riche de ces récits de vie et récits de journalistes — éclaire la façon dont les médias francophones canadiens ont pu livrer leur propre vision de la guerre.

2Si la recherche de Bizimana se justifie déjà par la seule réhabilitation historique de ces journalistes et par un authentique plaisir de lecture des itinéraires de campagne de chacun d’entre eux, elle met aussi en exergue des enjeux de communication et de pouvoir qui conservent leur pertinence à l’heure des incorporations (embedment) massives de reporters dans les conflits du nouveau siècle : l’inévitable mobilisation des médias dans le conflit et l’évidence d’une détérioration de l’objectivité journalistique ; l’intérêt d’un accès aux théâtres de guerre pour les journalistes de chaque communauté linguistique (ainsi que d’une censure adéquate pour chaque rôle linguistique) ; outre la qualité des ressources humaines, la nécessité d’une logistique technique qui anticipe le fait militaire et permet les transmissions les plus véloces ; enfin apparaît en filigrane de l’ouvrage l’importance critique, pour des infrastructures telles que Radio-Canada, de poser des choix stratégiques adéquats qui soutiendront l’ambition d’information.

3Lorsqu’éclate le conflit, Radio-Canada n’a que trois ans et ne s’est pas encore dotée de son propre service de nouvelles. Ce n’est qu’au 1er janvier 1941 que sont établies de véritables salles de rédaction à Radio Canada, ce qui permet aux francophones de moduler le traitement de l’information selon leurs besoins. À Montréal, le premier rédacteur en chef ne sera nul autre que celui à qui il était revenu d’annoncer, « d’une voix blanche et profondément émue », le début de la guerre : un certain Marcel Ouimet, qui, dans la couverture journalistique du conflit, jouera un rôle capital, central à l’exposé de l’auteur. La guerre forcera la rédaction francophone à disposer de son propre réseau outre-mer : en tout, huit correspondants de guerre et deux techniciens francophones seront déployés. Radio-Canada était donc de très loin le média le plus présent, cependant qu’elle aura la clairvoyance de commander un camion d’enregistrement destiné au théâtre européen (« Big Betsy » pèse quelque six tonnes !), camion qui permettra à ses correspondants d’enregistrer leurs disques dans toutes les conditions.

4Hors radio, l’agence PC (Presse canadienne) envoie son propre correspondant de guerre en 1942 : bien qu’isolé, Maurice Desjardins ne sera pas le moindre des correspondants de guerre canadiens-français.

5Les profils de divers intervenants étant posés, l’auteur se plie ensuite à la chronologie des opérations militaires majeures qui ont rythmé le travail des journalistes canadiens-français : le Blitz, Dieppe, la campagne d’Afrique, la campagne d’Italie, le débarquement et la montée sur Berlin, jusqu’à atteindre — et brièvement franchir, pour une nuit d’ivresse dans le quartier russe — le pont sur l’Elbe qui a assuré la brève jonction des forces alliées et russes. C’est là que la recherche historique prend toute sa densité narrative, puisque l’auteur se nourrit non seulement des productions journalistiques de chacun, mais aussi des archives de leurs employeurs, de certaines archives privées — comme les courriers entre conjoints —, sans oublier de replacer ces parcours étonnants et la réelle excellence professionnelle des Canadiens dans le contexte plus large des couvertures de guerre bien connues qu’ont été celles, notamment, des « deux Ernest », Pyle et Hemingway. Aux côtés des correspondants canadiens-français, le lecteur est lui-même incorporé de la manière la plus vibrante à Londres, puis au pied de l’Etna, micro à la main au cœur de la bataille de San Marco, ensuite à Bernières-sur-Mer, Caen, Bayeux, dans une foule sous le charme de De Gaulle, bientôt dans la colonne Leclerc qui monte sur Paris, ce soir à l’hôtel Scribe avant de découvrir demain l’Escaut, Bruxelles, le Rhin, Berlin… et même Dachau.

6Si elle offre à la lecture quelques exemples remarquables de la prose de guerre des Canadiens français, la recherche de Bizimana n’entre pas dans l’aridité d’une analyse de texte. Au contraire, les conditions de travail, les risques inhérents à la guerre et l’anecdote effectivement vécue par cette dizaine de figures historiques du journalisme font le sel du travail d’historien. L’ouvrage offre par ailleurs un regard circonstancié sur le matériel technique de l’époque et les défis de la transmission de textes et de sons.

7Encore faut-il que ces textes et ces sons passent la censure… L’ultime chapitre de l’ouvrage est consacré au contrôle de l’information en temps de guerre : la censure mais aussi l’encadrement et la formation de journalistes de guerre qui, à l’époque, avant la convention de Genève de 1949, étaient naturellement incorporés, quoique désarmés. C’est ici que se manifeste de manière inattendue une autre actualité de cette recherche : les tâtonnements canadiens dans l’élaboration d’un contrôle de l’information ne sont pas sans rappeler les dispositions des protocoles contemporains d’incorporation aux troupes américaines ou européennes.

8En conclusion, le travail des correspondants de guerre canadiens-français « reste un héritage qui n’est pas apprécié à sa juste valeur », et l’ouvrage en apporte la preuve. La part bienvenue d’hommage que contient la recherche de Bizimana souligne une nouvelle fois — et cette fois, par-delà la nationalité des journalistes, qu’ils soient Canadiens ou Français — le peu de cas que la culture francophone accorde à la prose de ses meilleurs correspondants de guerre. Rappelons qu’aux États-Unis, quatre tomes de la Library of America sont consacrés aux seules correspondances de guerre du second conflit mondial et du Viêtnam. La Pléiade est muette.

Haut de page

Bibliographie

ARSENEAULT, Michel (1994), « Ici le héros de Radio-Canada », L’Actualité, 19(13), 1er septembre, p. 35, cité par Aimé-Jules Bizimana.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alain Lallemand, « Aimé-Jules BIZIMANA (2007), De Marcel Ouimet à René Lévesque. Les correspondants de guerre canadiens-français durant la Deuxième Guerre mondiale », Communication [En ligne], Vol. 30/2 | 2012, mis en ligne le 06 septembre 2013, consulté le 22 juillet 2017. URL : http://communication.revues.org/3565

Haut de page

Auteur

Alain Lallemand

Alain Lallemand est maître de conférences à l’Université catholique de Louvain (UCL). Courriel : alain.lallemand@uclouvain.be

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org