Navigation – Plan du site
Lectures

Marusya BOCIURKIW (2011), Feeling Canadian : Television, Nationalism, and Affect

Sudbury, Wilfrid Laurier University Press
Angeliki Koukoutsaki-Monnier
Référence(s) :

Marusya Bociurkiw (2011), Feeling Canadian : Television, Nationalism, and Affect, Sudbury, Wilfrid Laurier University Press

Texte intégral

1Dans son ouvrage, Marusya Bociurkiw propose une réflexion sur le rôle de la télévision canadienne dans la montée récente du nationalisme au sein des médias de ce pays. L’auteure précise qu’elle n’aborde pas ce sujet sous l’angle de l’économie politique, qu’elle considère comme largement exploitée par les chercheurs canadiens. Sa démarche s’approche plutôt d’un courant culturaliste, orienté notamment vers le discours télévisé en tant que « super-texte » (p. 17), à savoir l’ensemble des contenus audiovisuels (fiction, actualités, publicité, etc.) articulés selon une certaine logique de programmation. Le concept qui sous-tend l’ouvrage, celui de trauma, fait référence aux traumatismes collectifs mis en scène par la télévision et qui, de par leur dimension affective, sont vécus et ressentis par les spectateurs de façon corporelle, charnelle, favorisant ainsi l’identification au récit national. Il s’agit d’un processus non linéaire qui focalise moins sur le fonctionnement quotidien de la télévision que sur quelques moments emblématiques de sa diffusion.

2Bociurkiw situe le tournant de cette montée du nationalisme lors du référendum sur l’indépendance du Québec en 1995. L’auteure montre comment cet événement et sa médiatisation télévisuelle ont donné naissance à une rhétorique de personnification des cultures et des territoires canadiens à travers le recours au corps, au genre, à la race et à la famille. La métaphore d’une douloureuse décomposition familiale ainsi qu’une certaine « féminisation » du Québec en tant que partenaire fragile du Canada anglo-saxon ont été utilisées pour légitimer l’image d’une nation unie, mais mise en péril. D’autres moments forts ont marqué ce processus de dramatisation opéré par la télévision. Les funérailles du premier ministre Pierre Elliott Trudeau en 2000, les attaques du World Trade Center en sol américain en 2001 et les Jeux olympiques d’hiver à Salt Lake City en 2002 ont aussi façonné, à travers leurs mises en scène télévisuelles, une certaine image du moi collectif et un ensemble de représentations sur l’enracinement. Ils ont aussi fait évoluer la figure de l’« autre » en laissant entrer dans la scène médiatique canadienne l’image de l’immigré, qui a remplacé celle de l’Américain, traditionnellement représenté à l’opposé du citoyen canadien.

3Avec beaucoup de sensibilité, Bociurkiw mélange des anecdotes personnelles concernant son parcours migratoire, ses propres impressions et expériences en matière de réception télévisuelle de ces événements, ainsi qu’une pléthore de références et de citations du monde médiatique et savant, au croisement notamment de la psychanalyse, de la philosophie, de l’anthropologie et des études sur les médias. C’est justement ce mélange, mais aussi un incessant va-et-vient autour de quelques notions clés comme le corps ou le mélodrame, et autour de quelques auteurs de référence comme Derrida, Foucault, Deleuze et Freud, qui troublent la lecture de l’ouvrage et donnent un sentiment de répétition et de manque de structure. Pourtant, les nombreux sujets abordés par l’auteure sont loin d’être sans importance : la marchandisation croissante de la nation en tant que produit devenu « publicitaire » et l’« exotisation » de l’autre dans quelques programmes télévisuels comme les émissions culinaires ; la question de la hiérarchie des cultures telle qu’elle est vécue par les immigrés selon la génération à laquelle ils appartiennent, et les raisons qui motivent ces derniers à s’intégrer dans la société d’accueil ; enfin, la place du corps et le rôle de l’émotion dans la réception du message télévisuel, ainsi que le fonctionnement de la télévision sous la pression de la logique commerciale. Cependant, dans cet ouvrage qui parle davantage de la dimension affective qui caractérise la rencontre entre un texte audiovisuel et un public, la question des stratégies (politiques, commerciales ou autres) qui sous-tendent l’évolution du paysage télévisuel sur le territoire canadien se trouve constamment en filigrane : elle est beaucoup moins souvent abordée de front ; idem pour celle des décodages possibles des messages. Mais l’auteure l’avait précisé dans son introduction et le répète souvent (p. ex. p. 15 et 37) : ce sont les textes en tant que contenus qui l’intéressent.

4La démarche de Bociurkiw se situe dans le sillage de travaux de chercheurs comme Daniel Dayan et Elihu Katz (1992), qui étudient le rôle des médias dans la reproduction voire la réinvention de récits nationaux, ou bien comme Walker Connor (1994), qui voit les identités nationales comme des sentiments non rationnels, vécus et ressentis, et souligne l’importance de la communication de masse dans la construction de ceux-ci. À l’encontre de ce que soutient souvent la pensée postmoderniste, l’ouvrage de Bociurkiw illustre à quel point la question de la nation est loin d’être devenue obsolète. Malgré ses faiblesses, sa force se situe à deux niveaux : à l’aide de la théorie du trauma, il propose un cadre original pour étudier la formation des représentations collectives qui forgent les identités nationales ; avec finesse et sensibilité, il esquisse une image touchante de la société canadienne dans ses efforts de porter un regard réflexif sur elle-même.

Haut de page

Bibliographie

DAYAN, Daniel et Elihu KATZ (1992), Media Events : The Live Broadcasting of History, Cambridge, Harvard University Press.

CONNOR, Walker (1994), Ethno-Nationalism : The Quest for Understanding, Princeton, Princeton University Press.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Angeliki Koukoutsaki-Monnier, « Marusya BOCIURKIW (2011), Feeling Canadian : Television, Nationalism, and Affect », Communication [En ligne], Vol. 30/2 | 2012, mis en ligne le 06 septembre 2013, consulté le 23 juillet 2017. URL : http://communication.revues.org/3568

Haut de page

Auteur

Angeliki Koukoutsaki-Monnier

Angeliki Koukoutsaki-Monnier est membre du Centre de recherche sur les médiations à l’Université de Haute-Alsace. Courriel : angeliki.monnier@uha.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org