Navigation – Plan du site
Articles

Radio communautaire et espace dans le Mexique néolibéral

Eduardo González Castillo

Résumés

Cet article porte sur la radio communautaire dans le Mexique contemporain. Élaboré dans la perspective de l’économie politique, le texte insiste sur le caractère néolibéral des conditions d’existence des radios communautaires dans ce pays. Dans l’analyse, une importance particulière est accordée à la dimension spatiale de la radiophonie. L’analyse est structurée autour des concepts d’espace absolu, d’espace relatif et d’espace relationnel du géographe David Harvey.

Haut de page

Texte intégral

1Cet article présente une étude sur la façon dont le contexte du néolibéralisme a influencé l’évolution de la radiodiffusion communautaire au Mexique. Nous empruntons au géographe David Harvey ses trois notions de spatialité — la spatialité absolue, la spatialité relative et la spatialité relationnelle — que nous appliquons respectivement à la construction de l’État et du capitalisme au Mexique, à la radiodiffusion mexicaine et à la subjectivité des radiodiffuseurs. La principale conclusion soulignera les effets du néolibéralisme sur la radio communautaire mexicaine, car, s’il est vrai que cette modalité historique du capitalisme s’est révélée plutôt un adversaire à ce type de projet médiatique, elle ne l’a pas empêché d’émerger et d’exister.

2Dans la première section, nous présentons notre problématique et notre cadre conceptuel ainsi qu’un bref rappel de l’évolution du néolibéralisme au Mexique. La deuxième section porte sur les principales caractéristiques de la radiodiffusion au Mexique et sur la place qu’occupe la radio communautaire. Dans la dernière section, nous explorons les motivations des collaborateurs de différentes radios à s’impliquer dans ces projets.

Note méthodologique

3La collecte des données fut menée au Mexique pendant les mois de juillet et août 2010 au moyen de différents outils : la recherche documentaire, la réalisation de huit entretiens individuels et collectifs et la distribution d’un questionnaire auprès de 67 collaborateurs des radios. Les renseignements documentaires et les entretiens alimentent les deux premières sections de cet article, alors qu’une partie des données obtenues par des questionnaires est présentée dans la dernière section.

  • 1 Certaines des variables utilisées à cette fin ont été reprises de la recherche de Manon Boulianne ( (...)
  • 2 Pour plus d’information concernant les échelles de Likert et l’analyse factorielle, voir Russell Be (...)

4Le questionnaire s’appuie sur les variables1 de Likert dont l’objectif est de mesurer le degré d’accord d’une personne avec une affirmation quelconque à l’aide de choix de réponse tels que « tout à fait d’accord », « plus ou moins d’accord », « pas du tout d’accord ». Regroupées par des tests de corrélation, ces affirmations forment des échelles capables de nous indiquer des tendances générales concernant la position des répondants par rapport à ces affirmations. L’analyse factorielle est une ressource utile pour la construction et l’étude des échelles, mais puisque les échelles utilisées dans cette recherche n’ont pas été testées avant leur application, les résultats présentés ici sont de type plutôt exploratoire2.

Radiophonie et espace

5Cultural FM est une radio communautaire mexicaine située dans la municipalité de Tepalcatepec, dans l’État de Michoacán. Installée dans la maison de la culture locale, Cultural FM diffuse des émissions informatives et musicales grâce à la collaboration constante de gens qui la soutiennent : des adultes, des jeunes et même des enfants qui, tout au long de la journée, se rendent au petit local que Cultural FM occupe juste en face de la place centrale du village.

6Récemment, la municipalité de Tepalcatepec (et sa voisine, celle d’Apatzingan) a été fortement touchée par la violence armée qui règne dans le pays. Nous remarquons un nombre important de points de contrôle militaires voués à la surveillance des routes qui mènent à la municipalité en raison de la présence soupçonnée de groupes de trafiquants de drogue. Cette ambiance de tension a créé des conditions de travail bien délicates pour la station de radio. Dans ce contexte, Cultural FM applique une politique prudente d’autocensure avant d’aborder certains sujets (la politique, les cartels de la drogue, la corruption) afin de ne pas mettre en danger la sécurité de ses collaborateurs. Comme dans le cas d’autres radios de la région, cette autocensure concerne également les contenus musicaux. Ainsi, la totalité des radios contactées évite de mettre en ondes certains genres musicaux populaires au Mexique, dont le narcocorrido, qui raconte les péripéties, les tragédies et les « gloires » des trafiquants de la drogue.

7Or, à vrai dire, le contexte actuel de la « guerre aux cartels de la drogue » n’est que l’une des multiples difficultés que Cultural FM a dû affronter tout au long de son histoire. Depuis sa création, les promoteurs — un groupe d’instituteurs locaux — ont fait face à des pressions constantes de la part du gouvernement fédéral mexicain et du secteur privé de la radiodiffusion, qui se sont toujours opposés au projet. On soupçonne que la radio privée d’une municipalité avoisinante a continuellement demandé au gouvernement la fermeture de Cultural FM en l’accusant d’être dans l’illégalité !

8Malgré cette opposition, Cultural FM comptait, au moment notre visite, en juin 2010, 10 ans d’existence. Cette persistance a été possible grâce à l’engagement de ses collaborateurs et au soutien du gouvernement municipal, qui a toujours mis un local à sa disposition. Selon ses collaborateurs, cette radio enrichit la vie culturelle locale tout en fournissant certains avantages sociaux à la communauté : connectivité avec le monde extérieur (la radio diffuse aussi sur Internet), renforcement des rapports locaux de solidarité, épanouissement culturel de ses auditeurs. À propos de son expérience personnelle, l’une des collaboratrices de la radio affirme que la station a suscité chez les habitants un sentiment de fierté et de joie (« ¡Ya tenemos radio ! ») et a permis à plusieurs — dont elle — de surmonter les peines que la vie leur a infligées (dans son cas, le décès d’un membre de sa famille). Exprimant sa gratitude, cette femme se rappelle les paroles avec lesquelles une amie l’avait invitée à s’intégrer à l’équipe de la station pour la première fois : « Ven a la radio, para que se reduzca tu dolor » (« viens à la radio pour soulager ta douleur »).

9Nous chercherons à comprendre les conditions d’existence de ce type de radios dans le Mexique contemporain aux prises avec un ensemble de problèmes très complexes (violence, inégalités, régionalismes). Nous nous intéresserons plus précisément à la façon dont ce contexte influence l’évolution de ces médias et, inversement, à la façon dont les radios communautaires s’y adaptent. Pour ce faire, nous prônerons une approche qui souligne le caractère néolibéral du Mexique contemporain.

10Les radios communautaires peuvent être définies comme des projets qui, à l’aide d’une appropriation collective des technologies de la radiophonie, cherchent à créer un service non lucratif de communication (Calleja et Solís, 2007). Elles font partie d’un ensemble de médias qui prolifèrent à partir de logiques autres que celle de la génération de profits (logique qui est propre aux grands groupes médiatiques) et que l’on peut qualifier, de façon plus générale, de médias non hégémoniques. Les différents chercheurs qui s’y sont intéressés soulignent la dimension politique de ces projets. Ils les considèrent souvent comme des moyens clés pour la construction de la citoyenneté ou de la démocratie (Gusse, 2006) ; comme des médias qui luttent pour la « décentralisation » des services médiatiques (Ke, 2000) ; ou comme des médias étroitement liés au changement social progressiste (Howley, 2000 ; Buckley, 2000).

11Différents profils des médias non hégémoniques ont été établis (Carpentier et al. 2001 ; Uzelman, 2005 ; Howley, 2000). On distingue les médias contestataires (ou autonomes ou libres), les médias alternatifs et les médias communautaires. Les médias contestataires relèvent d’un militantisme ouvertement assumé par leurs promoteurs. Ce militantisme est généralement dirigé contre un pouvoir plus ou moins défini (l’État, le système, la mondialisation) et promeut des formes de communication explicitement contraires à celles qui dominent dans la société. Ces militants cherchent souvent à transformer la base socioéconomique capitaliste qui structure actuellement l’ensemble de la communication médiatique. Pour les promoteurs de la radio contestataire, il faut une rupture claire avec la structure économique qui soutient les médias dominants et se doter de moyens indépendants de communication (Uzelman, 2005).

12Les médias alternatifs, loin de contester radicalement l’ordre établi, essaient de créer (ou d’ouvrir) des espaces de diffusion pour des contenus qui sont habituellement marginalisés (Uzelman, 2005 ; Ware, 2009). Pour leurs promoteurs, le problème le plus important est celui de l’ouverture démocratique des médias, et de la possibilité de diffuser des contenus habituellement ignorés ou censurés par les pouvoirs politiques (Uzelman, 2005). Il s’agit de projets médiatiques qui cherchent à se développer avec la reconnaissance (et la protection) des institutions publiques. Pour eux, la priorité est de garantir, par les moyens existants, le plein exercice de la citoyenneté en ce qui a trait à l’accès à l’information et à la liberté d’expression.

  • 3 Marcelo Solervicens, président d’ARMAC-International, communication personnelle.

13Finalement, les médias communautaires sont ceux pour qui ni la rupture avec l’ordre établi ni la diffusion de contenus alternatifs ne constituent en soi les objectifs premiers (Howley, 2000 ; Pichette, 1996). Ce qui importe, c’est la génération de bénéfices directs sur les conditions de vie des populations concernées. Ce sont les problèmes et les besoins concrets de celles-ci qui définissent les traits politiques de ce type de médias. Si, dans le contexte des pays de l’Amérique latine ou de l’Afrique, ces médias peuvent être associés à des finalités développementalistes, sous d’autres latitudes, ils peuvent aussi se préoccuper de la promotion citoyenne de la vie communautaire ou du mouvement associatif3. C’est peut-être ce type de projets médiatiques qui se rapproche le plus du modèle « rhizomique » proposé par Carpentier et al. (2001) dans leur description des médias non hégémoniques. Selon eux, les rapports conflictuels avec le marché et l’État sont souvent aplanis par la création de connexions diffuses et changeantes (« en rhizome ») avec ces mêmes instances.

14Bien que ces différents profils politiques soient utiles pour l’analyse, nous considérons que l’étude des médias non hégémoniques demande une approche moins typologique et plus contextualisée. À notre avis, pour bien comprendre les différentes contraintes et les enjeux politiques auxquels ces médias sont confrontés, il faut une étude approfondie de la façon dont leurs contextes d’action sont structurés. Une telle démarche est certes complexe dans la mesure où ces contextes d’action se situent à différentes échelles géographiques. Pour certains auteurs, la prolifération récente des médias non hégémoniques est liée aux processus de la mondialisation (Kidd et Rodríguez, 2010). Malgré le fait que la mondialisation ait surtout favorisé la montée des capitaux transnationaux dans le domaine de la radiodiffusion et des télécommunications, il est permis de dire qu’elle a aussi contribué à la prolifération des médias non hégémoniques, et ce, dans la mesure où elle a entraîné une sorte de révolution technologique qui a rendu plus simples et accessibles les technologies de communication. Le contexte régional ou national, comme nous le verrons, n’est pas pour autant négligeable.

15Notre approche dans l’étude de la radio communautaire relève d’une perspective matérialiste, notamment de celle du géographe David Harvey (1985, 1989, 2006). Une compréhension plus approfondie des médias non hégémoniques contemporains demande que l’on analyse la façon dont les dynamiques spatiales et communicatives du capitalisme influencent leur développement. À l’heure actuelle, ces dynamiques renvoient au régime de l’accumulation flexible promu par les dogmes de l’idéologie néolibérale : libéralisation mondiale des marchés, subordination du public au privé, réduction de l’État (Leitner et al., 2007 ; Deneault, 2010). Bien que l’installation de ces dogmes dans le Mexique contemporain soit une évidence, nous maintenons, avec Brenner et Theodore (2002), que cette installation doit être étudiée sans perdre de vue les particularités historiques du pays en question.

16Dans une telle perspective, les médias non hégémoniques doivent être abordés comme des pratiques historiques comportant des composantes tant matérielles que discursives. À leur tour, ces composantes doivent être abordées à partir d’une perspective relationnelle mettant l’accent sur les divers rapports et processus auxquels ces médias participent. S’il est vrai que, en tant que pratiques culturelles, ces médias comprennent autant des activités de production que de consommation, nous examinerons dans cet article les conditions de production, tout particulièrement les conditions de travail.

17Notre démarche de recherche s’est réalisée à l’aide des notions d’espace absolu, d’espace relatif et d’espace relationnel proposées par David Harvey (2006). Pour cet auteur, l’espace absolu concerne l’espace fixe (naturel ou bâti), préexistant, que le sujet expérimente comme une sorte de contrainte extérieure (même si, dans les faits, il participe à sa production). Dans la société contemporaine, c’est le processus social du capital qui constitue sa principale force structurante (Wolf, 1990). L’espace relatif est plus polyvalent : ce sont les espaces hétérogènes qui relèvent des différents processus du social : l’espace des finances, l’espace des télécommunications, l’espace de la production artistique, etc. Cette notion peut être comprise comme étant très proche de celle de champ de Pierre Bourdieu (1979), qui souligne la diversité des logiques spatiales qui coexistent dans la société contemporaine. Enfin, l’espace relationnel est l’espace tel qu’il est « condensé » dans l’individu et dans les objets. C’est l’espace intériorisé, l’espace de la subjectivité, de l’identité, de l’histoire. Pour Harvey, l’analyse de la vie sociale contemporaine doit toujours tenir compte de ces trois spatialités.

18La radio communautaire mexicaine peut être abordée à partir de ces trois notions. Pour ce qui est de l’espace absolu, nous axerons l’analyse sur la façon dont les exigences du processus d’accumulation capitaliste ont structuré l’espace « fixe » mexicain et le contexte général d’action de la radio communautaire. Sur ce plan, l’État se révèle un acteur particulièrement important. Si, d’une part, l’évolution de l’espace absolu mexicain obéit à la logique du développement inégal qui caractérise le système capitaliste (Smith, 1990), cette même logique se trouve, d’autre part, aux prises avec les dynamiques spatiales particulières, qui relèvent du processus de construction de l’État mexicain moderne et de ses dynamiques régionales. En ce qui concerne l’espace relatif, l’analyse se concentrera sur la façon dont les politiques de communication des gouvernements mexicains ont conditionné l’évolution du « champ » de la radiodiffusion et des télécommunications, notamment celui des radios communautaires. Enfin, pour étudier la spatialité relationnelle, l’analyse abordera la façon dont les collaborateurs des radios conçoivent leur participation à cette radiophonie. Cette dernière spatialité nous amènera à privilégier la composante discursive de notre étude tout en nous permettant de tenir compte du positionnement objectif de cette composante.

19Le Mexique contemporain est un pays plutôt hostile au développement des médias non hégémoniques, situation qui relève de l’évolution particulière des spatialités absolue et relative de sa radiodiffusion. Or, paradoxalement, des facteurs relevant du même contexte permettent la persistance, marginale s’il en est, de ces médias.

Le Mexique néolibéral ou l’absolu fragmenté

20Les transformations que la société mexicaine a vécues à partir des années 1980 expliquent, en bonne partie, les fortes oppositions qu’a dû affronter la radio communautaire. Ces transformations ont été déclenchées, d’une part, par le changement dans le modèle économique national (installation du néolibéralisme) et, d’autre part, par l’arrivée graduelle et accidentée de la démocratie électorale. Pour mieux comprendre ces transformations, nous ferons un bref rappel de la révolution de 1910 qui a profondément marqué les bases sociales et politiques de l’État mexicain « pré-néolibéral ».

21De 1910 à 1920, le Mexique a connu une violente révolution dont l’un des principaux résultats a été, selon Van Young (1992), l’établissement d’un système politique « moderne ». Les tensions persistantes et les intérêts régionaux qui ont historiquement caractérisé le pays ont été aplanis et consolidés dans un projet centraliste de reconstruction nationale (Brading, 1996 ; Pansters, 1998). La structure étatique et le système politique qui en ont résulté ont souvent été décrits comme « corporatistes » et autoritaires (Martin, 2007). Ils se basaient, d’une part, sur l’intégration, consensuelle ou forcée, des différents secteurs économiques de la classe travailleuse (les paysans, les ouvriers et les petits commerçants) dans les structures du parti-État et, d’autre part, sur le consensus et la convergence négociée de différentes oligarchies régionales autour de la construction d’un pouvoir central fort (González Castillo, 2007). Cette structure politique a fait preuve d’une stabilité étonnante et est demeurée en place pendant plusieurs décennies.

22Dans les années 1980, avec son adhésion à ce que l’on appelle « le consensus de Washington », le Mexique a lancé des réformes néolibérales qui ont eu pour résultat de placer le marché au cœur des politiques économiques nationales : vente d’entreprises étatiques, détérioration des rapports corporatistes avec les classes travailleuses et, en général, transformation (graduelle) du système politique mexicain, qui accorde de plus en plus d’importance à la démocratie électorale.

  • 4 Régime de propriété collective de la terre légitimé par l’État national.

23De manière prévisible, la néolibéralisation de l’État mexicain postrévolutionnaire a donné lieu à une sorte de revitalisation des vieux pouvoirs régionaux. Cette revitalisation a été rendue possible grâce à la disparition des institutions qui avaient auparavant favorisé un pouvoir hégémonique central : des institutions comme l’éjido4 dans le milieu rural ou le syndicalisme corporatiste dans les villes. Il est permis de dire que le déclin de l’État postrévolutionnaire (et la montée concomitante de sa version néolibérale) s’est caractérisé non seulement par l’accélération de la logique du développement inégal, mais aussi par la fragmentation politique de la fédération mexicaine. Cette dynamique est devenue particulièrement virulente avec l’arrivée au pouvoir de Felipe Calderón, en 2006. Cette virulence a eu pour cause : a) la faible légitimité politique du président (son élection a été contestée par plusieurs couches de la population) ; b) les concessions politiques qu’il a dû faire aux pouvoirs régionaux afin de terminer son mandat (plusieurs États de la République étant gouvernés à l’époque par le Parti révolutionnaire institutionnel (PRI), le parti de l’opposition) ; et c) le caractère violent de l’action gouvernementale ou « guerre » contre les cartels de la drogue dont ont souffert les différents secteurs de la population civile (Álvarez Béjar, 2011).

  • 5 Au Mexique, les caciques sont des groupes ou des individus qui, à partir d’une position de pouvoir, (...)

24Les conséquences de ces transformations ont été plutôt néfastes pour la population du pays en général, et pour les radios communautaires en particulier. Non seulement les régions les moins « favorisées » du Mexique ont connu l’abandon par l’État néolibéral et une crise économique (Alvarado Álvarez, 2011), mais avec la revitalisation des oligarchies régionales, les municipalités mexicaines les plus pauvres sont devenues encore plus vulnérables devant la violence grandissante. En fait, il est permis de penser que cette violence s’est en quelque sorte « diversifiée » dans ce contexte de fragmentation néolibérale en multipliant les points d’origine : des caciques régionaux5 aux cartels de la drogue ; des groupes paramilitaires au gouvernement fédéral (Sosa, 2011 ; Castillo García, 2008).

25Les radios communautaires ont particulièrement souffert de ces conditions de violence et de fragmentation selon l’Association mondiale des radios communautaires (AMARC, 2008) : au moins six radios communautaires ou autonomes ont été victimes d’agressions entre 2006 et 2008 dans le pays. Ces attaques proviennent autant des groupes régionaux de pouvoir que des autorités locales et fédérales et comprennent aussi bien l’intimidation que les agressions armées. L’assassinat, en 2008, de deux journalistes des radios communautaires dans l’État d’Oaxaca n’en est qu’un exemple. Cette ambiance d’insécurité s’ajoute aux politiques fédérales déjà hostiles et aux intérêts privés agressifs depuis toujours dans le secteur de la radiodiffusion et des télécommunications au Mexique.

26En résumé, l’installation et le développement du néolibéralisme au Mexique se sont accompagnés d’un durcissement du caractère coercitif de l’État mexicain et d’une montée de la violence sur le plan régional. Cette situation a fortement conditionné l’évolution des radios communautaires mexicaines, qui, comme dans le cas de Cultural FM, ont été obligées de faire preuve de prudence en limitant l’exercice de la liberté d’expression et l’accès à l’information.

Le « champ » de la radiodiffusion et les radios communautaires

27L’évolution historique des médias électroniques mexicains a toujours relevé du domaine du privé. En effet, dès l’introduction des technologies électroniques de communication dans le pays (au début du XXe siècle), l’État mexicain a adopté un rôle plutôt passif et a délégué le développement du secteur aux capitaux privés. Il est même possible d’affirmer que l’histoire de la radiodiffusion mexicaine a en grande partie été liée au développement d’une seule entreprise, la chaîne de télévision Televisa, dont les antécédents remontent à la création de l’une des premières stations de radio privées du Mexique, la XEW (Fox, 1997).

  • 6 Selon la Comisión nacional para el desarrollo de los pueblos indígenas, le Mexique compte à l’heure (...)

28Or, s’il est vrai que l’État mexicain a surtout encouragé la mainmise du privé dans le secteur, il est aussi vrai qu’il s’est toujours discrètement servi des médias électroniques (dont la radio) pour l’application de certaines de ses politiques. Cette utilisation gouvernementale des médias s’est produite dans le cadre du projet d’intégration nationale du territoire et de la construction de l’État national dans la période postrévolutionnaire (Castells-Talens, 2004). Outre la télévision éducative, l’État mexicain s’est servi des radios rurales ou autochtones qu’il avait créées comme un outil important pour ce projet d’intégration. En effet, depuis leur mise sur pied dès la fin des années 1940 (Vargas, 1995), ces radios ont été porteuses des politiques officielles touchant les minorités ethniques du pays6. Que ce soit dans le cadre de l’indigénisme (l’idéologie d’assimilation ou d’intégration ayant guidé les politiques culturelles de l’État mexicain jusqu’aux années 1980) ou des politiques néolibérales de développement autochtone « participatif », les radios autochtones publiques ont assuré à l’État un contrôle constant des dynamiques médiatiques et informatives dans les zones indigènes du pays (Vargas, 1995).

29L’histoire des radios communautaires mexicaines comme celle des radios autochtones s’inscrit dans celle d’une lutte constante pour la survie économique et la reconnaissance officielle contre l’opposition des principales entreprises privées du secteur, et ce, de connivence avec le gouvernement. Ainsi, l’instance gouvernementale responsable des télécommunications au Mexique, la COFETEL, a toujours soutenu cette opposition en refusant aux radios communautaires les permis de fonctionnement sous différents prétextes : le caractère limité du spectre radioélectrique, le manque de stabilité financière et technologique des radios communautaires, le caractère potentiellement subversif des projets. Même si certaines radios communautaires ont une longue histoire dans le pays (parfois 30 ans), la plupart d’entre elles n’ont été reconnues par l’État mexicain que très tardivement, soit à partir de la moitié des années 2000 (Calleja et Solís, 2007).

30La liste d’obstacles que la radio communautaire doit franchir dans le Mexique néolibéral est longue. À la primauté historique des intérêts privés dans la gestion gouvernementale de la radiodiffusion s’ajoute la mainmise, à l’échelle nationale, d’un nombre réduit d’entreprises sur le secteur (Vidal, 2008), mainmise que le processus de convergence technologique (qui consiste en la généralisation graduelle du support numérique comme base technologique pour les différentes technologies de télécommunication) semble intensifier. Cette convergence agit comme le catalyseur d’une concurrence féroce, mettant en compétition les gros capitaux médiatiques du pays (représentés par les entreprises Telmex, Televisa et TvAzteca) et marginalisant de plus en plus les projets collectifs à but non lucratif.

31D’autres facteurs viennent compliquer davantage la situation. Le régime de Felipe Calderón se caractérise par le recours répété et légaliste à la loi interdisant les projets radiophoniques sans permis (une loi par ailleurs inadéquate, car la figure des radios communautaires n’existe pas dans les règlements). Ainsi se succèdent des poursuites judiciaires et des occupations violentes des locaux des radios, surtout depuis 2008, sous prétexte que ces radios sont liées aux activités criminelles (AMARC Mexique, 2008). La « guerre » du gouvernement actuel contre les cartels de la drogue et, en général, les conditions de violence qui existent dans plusieurs régions du pays accroissent la vulnérabilité extrême des communicateurs. Selon l’organisation Reporters sans frontières, le Mexique détient à l’heure actuelle le honteux titre d’être le pays le plus dangereux pour les travailleurs des médias dans les Amériques (RSF, 2011).

Comment expliquer que les radios communautaires persistent dans un tel contexte ?

La base sociale de la radio communautaire mexicaine

  • 7 Commentaire recueilli lors d’un entretien téléphonique.

32La création des différentes radios communautaires au Mexique a toujours été associée à des situations bien précises : par exemple des initiatives « spontanées » de certains groupes, l’éclatement d’importants conflits sociaux et même des cas de contingence écologique. Cette hétérogénéité des conditions d’émergence vient confirmer l’affirmation d’Aleida Calleja, ex-présidente d’AMARC Mexique, selon laquelle chaque radio représente une histoire particulière et qu’il est difficile de regrouper tous ces projets dans une seule catégorie7. Cette diversité se manifeste également dans les objectifs des radiodiffuseurs : certaines radios mettent l’accent sur le service à la communauté, d’autres prônent la revitalisation de la culture locale et d’autres, la défense des intérêts populaires. Les caractéristiques ethniques et culturelles des régions mexicaines contribuent aussi à l’hétérogénéité identitaire des radios : certaines se définissent comme des radios autochtones, d’autres comme des radios paysannes et d’autres comme des radios métisses.

33Or, malgré cette hétérogénéité, notre travail de terrain permet de déceler certaines caractéristiques communes qui concernent surtout les sources d’acquisition du savoir-faire mobilisé et les formes de financement des projets. Parmi les sources du savoir-faire, on peut mentionner :

  • Le mouvement sonidero. Il s’agit d’un milieu culturel (musique) très marginal basé sur des pratiques d’économie populaire et qui est apparu dans les grandes villes du centre du Mexique dès les années 1950. Le mouvement est représenté par de petites entreprises populaires (les sonidos). Elles sont souvent créées en collaboration avec des réseaux de migrants mexicains aux États-Unis et offrent des spectacles en échange d’argent dans les fêtes des quartiers populaires. Bien que la plupart des sonidos soient d’origine urbaine, elles sont aussi présentes dans les milieux ruraux et autochtones du Mexique et sont une importante source du savoir-faire des radios communautaires (González Castillo, 2003 et 2009).

  • Les radios indigénistes publiques. Le système gouvernemental de radios autochtones représente un espace de formation pour plusieurs collaborateurs des radios que nous avons rencontrés.

  • Les réseaux des organisations qui luttent pour le droit à l’accès à l’information ou la liberté d’expression au sein de la société civile. Ces organisations sont une source importante du savoir-faire nécessaire au travail radiophonique. Parmi elles, mentionnons l’Association mondiale des radios communautaires (AMARC Mexique), l’organisation des radios communautaires du Michoacán (ORCEM) et l’association mexicaine qui agit pour la défense du droit à l’information (AMEDI). On doit aussi souligner la présence et la contribution de certains réseaux altermondialistes et zapatistes.

34Ces trois sources sont autant d’exemples de l’hétérogénéité des dynamiques et des espaces qui caractérisent la constitution des pratiques culturelles dans le Mexique néolibéral. Bien que ces dynamiques et ces espaces soient compatibles avec l’ordre néolibéral ou en découlent, ils permettent en même temps l’émergence de pratiques culturelles non hégémoniques ou alternatives. En ce sens, ces sources peuvent être considérées comme l’expression d’un processus majeur d’appropriation populaire des technologies de communication. En se diffusant, les nouvelles technologies offrent à l’action populaire la capacité de créer et d’alimenter ses propres médias tout en contribuant par la même occasion à la démystification des technologies électroniques de communication. La base technologique de l’industrie culturelle hégémonique est donc fragmentée et réarticulée pour donner lieu à de nouveaux usages technologiques.

  • 8 La précarité de ces ressources ne nous permet pas de parler d’un budget annuel fixe pour ces projet (...)

35Ce processus de revalorisation de l’action collective populaire se trouve aussi dans les pratiques de financement des projets radiophoniques. Ainsi, la base matérielle des radios communautaires mexicaines relève notamment des pratiques d’économie populaire telles que la sollicitation d’argent dans la rue, la réalisation d’activités populaires de collecte de fonds (par exemple les soirées dansantes), le partage des équipements, les dons, les tirages au sort, la vente aux enchères de biens donnés et le travail bénévole des membres des radios8. Bien que ces pratiques soient réalisées dans les conditions que le néolibéralisme impose, leur caractère politiquement affirmatif n’est pas pour autant négligeable. Le fait que les promoteurs sollicitent des fonds publics municipaux, régionaux ou nationaux (même s’ils ne réussissent que très rarement à obtenir un soutien financier) n’annule pas le caractère politiquement affirmatif des projets et de l’action populaire.

36La flexibilité des liens des radios communautaires avec l’économie populaire, le marché capitaliste et l’État donne à ces radios un profil « rhizomique ». Mais comment les collaborateurs des radios communautaires assument-ils politiquement leur participation ? Comment vivent-ils la spatialité relationnelle de cette radiophonie ?

La radiophonie communautaire, un espace relationnel

37L’application du concept de la spatialité relationnelle à la radio communautaire mexicaine requiert une étude détaillée des discours des gens qui y collaborent. Se situant sur le plan de la subjectivité et de la conscience politique, une telle démarche demande un travail qualitatif dont l’ampleur se trouve hors de la portée de cet article. Cependant, nous aimerions développer quelques idées générales concernant cette spatialité à partir d’une brève analyse des données recueillies au moyen de questionnaires distribués dans quelques radios sélectionnées dans le cadre de cette recherche.

38Ces radios communautaires se trouvent dans les États de México, de Michoacán et d’Oaxaca, choisis selon différents critères, dont l’hétérogénéité spatiale et sociale (voir le tableau 1). Les radios communautaires du Michoacán se situent dans des contextes urbains (villes moyennes) et ruraux ; les radios de l’État de México sont situées dans la mégapole nationale, la ville de México ; alors que la radio d’Oaxaca se trouve dans la zone périurbaine de la capitale de l’État du même nom. Ces trois États représentent des zones fortement marquées par la violence économique et sociale qui caractérise le Mexique des dernières années. Leur indice de développement humain est inférieur à la moyenne nationale, qui est de 0,7937 (PNUD, 2005). Au Michoacán, cet indice traduit un taux élevé d’émigration rurale vers les États-Unis et un taux très élevé de la violence liée au trafic de la drogue. La situation socioéconomique est similaire dans l’Oaxaca, qui affiche un indice d’inégalité — l’indice de Gini — supérieur (0,5259) à celui du pays (0,5006) (CONEVAL, 2005). Cet État est l’un des plus pauvres du Mexique. Quant à l’État de México, les conditions ne sont guère meilleures, et l’expérience de la pauvreté est aggravée par le taux élevé de violence, en particulier celle qui touche les femmes (OCNF, 2009).

Tableau 1. Les radios qui ont participé au projet de recherche

Tableau 1. Les radios qui ont participé au projet de recherche
  • 9 Selon l’association des radiodiffuseurs privés de la ville de México (Asociación de radio del valle (...)

39Il s’agit de projets relativement récents. Toutes ces radios sauf une (Uandarhi) ont été créées entre 2000 et 2008. Dotées d’une faible puissance d’antenne, elles doivent concurrencer des stations privées dont la puissance dépasse le millier de watts. Cette concurrence est particulièrement forte dans la ville de México, où les ondes du spectre radioélectrique sont saturées par les radios commerciales9. En revanche, la densité démographique d’une partie de la métropole nationale (la municipalité de Netzahualcóyotl, où sont concentrées les radios communautaires) garantit une cote d’écoute relativement élevée à cette station.

40Au moment de notre recherche, deux stations n’avaient pas encore obtenu leur permis d’exploitation. Ces permis sont délivrés à la suite de longues démarches qu’exacerbe l’indifférence des fonctionnaires de la COFETEL chargés des dossiers. D’ailleurs, les demandes et leur traitement peuvent devenir problématiques en raison d’antécédents judiciaires, comme c’est le cas de cinq radios communautaires qui ont connu la fermeture violente de leurs locaux ou la saisie de leurs équipements par les autorités avant l’obtention (ou la demande) du permis. Ces actions sont habituellement déclenchées à la suite de plaintes portées par les radiodiffuseurs privés, qui protestent constamment contre la prétendue concurrence déloyale de ces radios communautaires.

41Qui sont les collaborateurs de ces radios communautaires ? Il s’agit d’une population dont l’âge se situe au-dessus de la médiane mexicaine, soit 38 ans contre 26 (INEGI, 2011). Ce constat peut laisser supposer que les jeunes auditeurs délaissent la radio et se tournent vers les nouvelles technologies numériques. Internet, en particulier, semble devenir le moyen de communication le plus apprécié par les nouvelles générations. Le contraste sur le plan de la scolarité est encore plus frappant : 50 % des répondants possèdent des études de niveau universitaire comparativement à 16 % chez la population nationale. Les collaborateurs des radios communautaires représentent, donc, le secteur de la population mexicaine « adulte » et scolarisée. Quant au genre, les deux tiers de nos répondants sont des hommes, ce qui est représentatif de la société mexicaine, qui pratique l’exclusion des femmes des affaires publiques.

Tableau 2. Matrice des composantes pour les motivations des collaborateurs des radios

Tableau 2. Matrice des composantes pour les motivations des collaborateurs des radios

42La grande majorité (81,8 %) des répondants sont originaires du lieu où se trouvent les radios communautaires et la presque totalité (98,5 %) habite la majeure partie de l’année dans les zones couvertes par les radios. Mais qu’est-ce qui pousse ces gens à s’impliquer dans ces projets ?

  • 10 L’analyse factorielle permet de ramener à un nombre limité les composantes statistiques de plusieur (...)
  • 11 Les variables retenues pour la composition de ce tableau sont les suivantes : « Ma participation à (...)
  • 12 Selon leurs valeurs centrales (mode, moyenne et médiane), les variables retenues sont : 1) D’accord (...)

43L’analyse factorielle10 des réponses concernant les motivations des participants à l’enquête ne permet pas de déceler les composantes explicitement politiques (tableau 2)11. Toutes les variables d’ordre politique (par exemple, « ma participation à la radio est un choix politique ») ont été rejetées de façon presque unanime par les répondants12. Ce rejet peut s’expliquer de deux façons : d’une part, le terme politique colporte une image d’électoralisme et de corruption ; d’autre part, étant donné que les radios communautaires doivent pratiquer une certaine prudence discursive dans le contexte mexicain actuel, certains sujets, dont la politique et le trafic de drogues, sont à proscrire des ondes de la radio parce qu’ils sont considérés comme dangereux.

44La lecture du tableau 2 suggère que les motivations des répondants ne sont ni homogènes ni unidimensionnelles. Elle suggère que leur participation est perçue davantage comme une activité de solidarité et non comme une recherche de profits économiques ou de bénéfices matériels. Dans un contexte où la participation aux radios implique plus des investissements (en temps et en argent) de la part des collaborateurs que des bénéfices économiques, il est facile de comprendre qu’ils ont l’impression de « donner » plutôt que de « recevoir ».

45L’analyse factorielle met en valeur le caractère collectif des projets et souligne l’intérêt que les répondants portent à l’autre et à la communauté. Cette composante corrobore la vocation sociale et publique des radios communautaires. L’analyse souligne également le caractère non instrumental de la participation. Les participants ne cherchent pas à atteindre des buts à caractère économique ou professionnel individuel de type utilitaire, mais plutôt à investir dans des projets à but non lucratif. Finalement, l’analyse signale que les bénéfices qu’en retirent les participants sont d’ordre plus moral et spirituel que financier et que la radio communautaire fonctionne comme un espace d’épanouissement individuel et d’acquisition de nouvelles habiletés.

46Cette dernière composante de l’analyse factorielle suggère que les notions de solidarité, d’altruisme et d’épanouissement « spirituel » seraient au cœur du profil des collaborateurs des radios communautaires et que leur travail en serait un de résilience individuelle et collective, de reconstruction d’une vie sociale détériorée. Ces trois composantes évoquent et tracent de manière claire la spatialité relationnelle de ces radios. Dans le contexte d’une hypervulnérabilité de certaines régions du Mexique néolibéral, les radios communautaires offriraient un rempart protecteur et un instrument de récupération collective à la population en détresse. Chez les collaborateurs des radios, ce travail de résilience se manifeste dans la fierté avec laquelle ils retracent leur trajectoire et leurs apprentissages dans les radios et ce travail témoigne de l’importance que celles-ci ont dans leur vie.

47La plupart des autorités locales semblent reconnaître l’influence bénéfique des radios, car elles ont tendance à les soustraire aux interventions policières ordonnées par le gouvernement fédéral. Cela confirme en quelque sorte le contexte de fragmentation spatiale dans lequel les radios communautaires travaillent, soit un contexte dans lequel l’État central n’est plus un pouvoir absolu, mais une force coercitive agissant violemment — et en parallèle avec différents pouvoirs régionaux — sur les populations les plus défavorisées du pays.

Conclusion

48Tout en soulignant l’importance d’une étude contextualisée des médias non hégémoniques, notre projet nous a permis de cerner les multiples défis auxquels la radio communautaire est confrontée dans le Mexique contemporain. Ces difficultés sont plus perceptibles à partir d’une perspective mettant l’accent sur les dynamiques spatiales imposées par le néolibéralisme mexicain. Trois notions ont été particulièrement utiles pour notre démarche, soit celles d’espace absolu, d’espace relatif et d’espace relationnel. Proposées par David Harvey, elles permettent de mieux visualiser l’insertion relationnelle de la radio communautaire dans ces différents contextes de spatialité.

49La notion d’espace absolu nous rappelle que l’insertion des radios communautaires doit être située par rapport à l’évolution historique de l’État capitaliste mexicain et à ses liens avec les différents pouvoirs régionaux. Les difficiles conditions du travail radiophonique ne peuvent être comprises que si on les rapporte aux processus de fragmentation nationale associés à la néolibéralisation de l’État mexicain et à la violence qui en résulte. La notion d’espace relatif permet de constater la place marginale et subalterne que la radio communautaire occupe depuis toujours par rapport au modèle dominant de privatisation et de concentration qui a cours dans le secteur. Pourtant, il a été possible de déceler différents facteurs économiques et culturels qui, même dans un contexte aussi hostile, contribuent à la persistance et à la résilience de cette radio. Enfin, la notion d’espace relationnel montre que la radio communautaire peut être associée à un mouvement de résilience collective qui, devant la violence présente dans le pays, contribue à améliorer les conditions de vie des communautés concernées.

Haut de page

Bibliographie

ALVARADO ÁLVAREZ, Ignacio (2011), « Enfrentan más de 80 % de alcaldías crisis por deudas », El universal [En ligne], http://www.eluniversal.com.mx/notas/751515.html (Page consultée le 14 mars 2012).

ÁLVAREZ BÉJAR, Alejandro (2011), « Militarización, movimientos sociales y procesos electorales en México », conférence prononcée dans le cadre des activités de la Chaire d’études du Mexique contemporain, Université de Montréal, 26 octobre.

AMARC Mexique (2008), Radios comunitarias y contexto de conflicto en México, México, AMARC México, UE, WACC et Fondation Friedrich Ebert Stiftung.

ARVM (2012), « Acerca de la ARVM », Asociación de radio del valle de México [En ligne], http://laradioenmexico.mx/description/ (Page consultée le 16 mars 2012).

AVILÉS, Karina (2006), « La nueva ley de radio y tv, <el más duro golpe a la soberanía del Estado> », La jornada [En ligne], http://www.jornada.unam.mx/2006/03/28/index.php?section=politica&article=006n1pol (Page consultée le 28 mars 2011).

BERNARD, Russell (2006), Research Methods in Anthropology : Qualitative and Quantitative Analyse, Oxford, AltaMira Press.

BOULIANNE, Manon (2009), Comptes-rendus sur les réseaux d’échange en proximité du Québec, Québec, Les Presses de l’Université Laval.

BOURDIEU, Pierre (1979), La distinction : critique sociale du jugement, Paris, Éditions de Minuit.

BRADING, David (1996), « Introducción : La política nacional y la tradición populista » dans David BRADING (dir.), Caudillos y campesinos en la revolución mexicana, México, FCE, p. 13-22.

BRENNER, Neil et Nik THEODORE (2002), « Cities and geographies of <actually existing neoliberalism> » dans Neil BRENNER et Nik THEODORE, Spaces of Neoliberalism. Urban Restructuring in North America and Western Europe, Oxford, Blackwell Publishing, p. 2-32.

BUCKLEY, Steve (2000), « Radio’s new horizons : Democracy and popular communication in the digital age », International Journal of Cultural Studies, 3(2), p. 180-187.

CALLEJA, Aleida et Beatriz SOLÍS (2007), Con permiso. La radio comunitaria en México, México, AMARC México, Communicación comunitaria A. C., Friedrich Ebert Stiftung, AMEDI, CMDPDH.

CARPENTIER, Nico et al. (2001), « Community media – muting the democratic media discourse ? », conférence présentée à la deuxième conférence annuelle de l’International Social Theory Consortium, Brighton, 5 au 8 juillet [En ligne], http://homepages.vub.ac.be/~ncarpent/paper_sussex_versie3.pdf (Page consultée le 5 juin 2011)

CARRASCO ARAIZAGA, Jorge (2007), « Severo revés de la corte a la ley televisa », Proceso [En ligne], http://legislaciones.item.org.uy/index?q=node/249 (Page consultée le 5 juin 2011).

CASTELLS-TALENS, Antony (2004), The Negociation of Indigenist Radio Policy in Mexico. Thèse de doctorat, Floride, University of Florida.

CASTILLO GARCÍA, Gustavo (2008), « El narco ha feudalizado 60 % de los municipios, alerta ONU », La jornada [En ligne], http://www.jornada.unam.mx/2008/06/26/index.php?section=politica&article=013n1pol (Page consultée le 26 juin 2011).

CDI (2010), Los pueblos indígenas de México [En ligne], http://www.cdi.gob.mx/index.php?option=com_content&view=article&id=1387&Itemid=24 (Page consultée le 1er janvier 2012).

CONEVAL (2005), Mapas de pobreza por ingresos y rezago social [En ligne], http://issuu.com/coneval (Page consultée le 1er mars 2011).

CRUZ MARTINEZ, Ángeles (2007), « La ley Televisa bloquea desarrollo de radios comunitarias, según expertos », La jornada [En ligne], http://www.jornada.unam.mx/2007/05/17/index.php?section=politica&article=008n1pol (Page consultée le 17 mai 2011).

DE LA PEÑA, Guillermo (1999), « Las regiones y la globalización. Reflexiones desde la antropología mexicana », Estudios del hombre, 10, p. 37-51.

DENEAULT, Alain (2010), Offshore. Paradis fiscaux et souveraineté criminelle, Montréal/Paris, Écosociété/La fabrique éditions.

DURAZO-HERRMANN, Julián (2010), « Neo-patrimonialism and subnational authoritarianism in Mexico. The case of Oaxaca », Journal of Politics in Latin America, 2(2), p. 85-112.

FOX, Elizabeth (1997), Latin American Broadcasting, Luton, University of Luton Press.

GONZÁLEZ CASTILLO, Eduardo (2003), « Sonidero poblano. Industria cultural y cultura popular en Puebla, México », Mirada Antropológica, Université autonome de Puebla, 1, p. 93-116.

GONZÁLEZ CASTILLO, Eduardo (2007), « Les régions au Mexique. Analyse et discussion du concept », Cahiers du GREDEM, 1, p. 1-11.

GONZÁLEZ CASTILLO, Eduardo (2009), « Cultures musicales transnationales et capitalisme. Le milieu sonidero », Ethnologies, 31(1), p. 237-251.

GUSSE, Isabelle (2006), « Diversité et indépendance des médias : une question de démocratie » dans Isabelle GUSSE (dir.), Diversité et indépendance des médias, Montréal, Les Presses de l’Université de Montréal, p. 11-54.

HARVEY, David (1985), The Urbanization of Capital, Oxford, Blackwell.

HARVEY, David (1989), The Condition of Postmodernity, Cambridge, Blackwell.

HARVEY, David (2006), « Space as a keyword » dans David HARVEY et al. (dir.), A Critical Reader, Malden, Blackwell Publishing, p. 270-293.

HOWLEY, Kevin (2000), « Radiocracy rulz ! : Microradio as electronic activism », International Journal of Cultural Studies, 3, p. 256-267.

http://www.inegi.org.mx/Sistemas/temasV2/Default.aspx?s=est&c=17484 (Page consultée le 30 octobre mai 2012).

INEGI (2011), « Cuadro resumen. Indicadores de demografía y población », [En ligne]

KE, Shun-Chih (2000), « The emergence, transformation and disintegration of alternative radio in Taiwan : From underground radio to community radio », Journal of Communication Inquiry, 24(4), p. 412-429.

KIDD, Dorothy et Clemencia RODRÍGUEZ (2010), « Introduction » dans Clemencia RODRÍGUEZ et al. (dir.), Making Our Media : Global Initiatives Toward a Democratic Public Sphere, Cresskill, Hampton Press, p. 1-22.

LEITNER, Helga et al. (2007), « Contesting urban futures : Decentering neoliberalism » dans Helga LEITNER et al. (dir.), Contesting Neoliberalism. Urban Frontiers, New York, The Guilford Press, p. 1-25.

MARTIN, Patricia (2007), « Mexico’s neoliberal transition : Authoritarian shadows in an era of neoliberalism » dans Helga LEITNER et al. (dir.), Contesting Neoliberalism. Urban Frontiers, New York, The Guilford Press, p. 51-70..

OCNF (2009), Una mirada al feminicidio en México. Reporte semestral enero a junio 2009 [En ligne], http://www.scribd.com/doc/29548438/2o-Reporte-Feminicidio-Enero-a-Junio-de-2009 (Page consultée le 1er mars 2012).

PANSTERS, Will (1998), Política y poder en Puebla. Formación y ocaso del cacicazgo avilacamachista, 1937-1987, México, BUAP-FCE.

PICHETTE, Michel (1996), Les médias communautaires dans le paysage médiatique actuel [En ligne], http://classiques.uqac.ca/contemporains/pichette_michel/medias_communautaires_paysage/medias_communautaires_paysage.pdf (Page consultée le 1er mars 2011).

PNUD (2005), Informe sobre desarrollo humano México 2004 [En ligne], http://www.undp.org.mx/desarrollohumano/eventos/images/1IDH2004Rodolfo.pdf (Page consultée le 1er avril 2011).

RSF (2011), Informe anual 2011 [En ligne], http://prensa.politicaspublicas.net/media/blogs/alatina/2012-02/2011_INFORME_ANUAL_RSF.pdf (Page consultée le 1er mars 2012).

SMITH, Neil (1990), Uneven Development. Nature, Capital and the Production of Space, Cambridge, Basil Blackwell.

SOSA, Miguel Ángel (2011), « <Hipervulnerables> algunos municipios por Narco », El universal [En ligne], http://www.eluniversal.com.mx/notas/748300.html (Page consultée le 1er avril 2011).

UZELMAN, Scott (2005), « Hard at work in the bamboo garden. Media activists and social movements » dans Andrea LANGLOIS et Frédéric DUBOIS (dir.), Autonomous Media. Activating Resistance and Dissent, Montréal, Cumulus Press, p. 16-29.

VAN YOUNG, Eric (1992), « Introduction. Are regions good to think ? » dans Eric VAN YOUNG, Mexico’s Regions. Comparative History and Development, San Diego, Center for U.S.-Mexican Studies, p. 1-36.

VARGAS, Lucila (1995), Social Uses and Radio Practices. The Use of Participatory Radio by Ethnic Minorities in Mexico, Boulder/San Fernando, Oxford/Westview Press.

VIDAL, Bonifaz Francisco (2008), Los dueños del cuarto poder, México, Planeta.

WARE, Amy (2009), « Will Rogers’s radio. Race and technologie in the Cherokee Nation », The American Indian Quaterly, 33(1), p. 62-97.

WOLF, Eric (1990), « Distinguished lecture : Facing power – old insights, new questions », American Anthropologist, 92(3), p. 586-596.

Haut de page

Notes

1 Certaines des variables utilisées à cette fin ont été reprises de la recherche de Manon Boulianne (2009) concernant les réseaux d’échange à proximité du Québec.

2 Pour plus d’information concernant les échelles de Likert et l’analyse factorielle, voir Russell Bernard (2006 : 327-336 et 675-681).

3 Marcelo Solervicens, président d’ARMAC-International, communication personnelle.

4 Régime de propriété collective de la terre légitimé par l’État national.

5 Au Mexique, les caciques sont des groupes ou des individus qui, à partir d’une position de pouvoir, agissent comme des intermédiaires politiques entre le gouvernement fédéral et la région de leur dominance (De la Peña, 1999).

6 Selon la Comisión nacional para el desarrollo de los pueblos indígenas, le Mexique compte à l’heure actuelle plus de 60 langues et communautés autochtones (CDI, 2010).

7 Commentaire recueilli lors d’un entretien téléphonique.

8 La précarité de ces ressources ne nous permet pas de parler d’un budget annuel fixe pour ces projets.

9 Selon l’association des radiodiffuseurs privés de la ville de México (Asociación de radio del valle de México), la capitale du pays compte en 2012 un total de 60 stations de radio : 32 sur la bande AM et 28 en FM (ARVM, 2012).

10 L’analyse factorielle permet de ramener à un nombre limité les composantes statistiques de plusieurs variables. Dans cette recherche, ces composantes ont été établies à partir d’un facteur de pondération de 0,50 et expliquent la variance totale de 59,45

11 Les variables retenues pour la composition de ce tableau sont les suivantes : « Ma participation à la radiodiffusion communautaire... 1) est bonne ou nécessaire pour ma santé ; 2) favorise mon épanouissement spirituel ; 3) me donne beaucoup de plaisir dans la vie ; 4) me donne un sentiment d’accomplissement personnel ; 5) est une façon économique de m’amuser ; 6) me permet d’avoir des revenus ; 7) me permet de promouvoir mes services ou mes produits dans la localité ; 8) me donne la chance d’élargir ou de créer une clientèle pour mes services ; 9) relève de mon intérêt professionnel par rapport aux médias en général ; 10) enrichit mon CV ; 11) représente une stratégie de réseautage professionnel ; 12) est une obligation que je dois accomplir à cause de mon milieu de travail ; 13) me permet de faire des nouvelles connaissances ; 14) me rapproche de ma communauté ; 15) me permet de m’isoler de mon entourage ; 16) me permet d’être au courant de ce qui se passe dans ma communauté ; 17) me permet de partager ce que j’ai ou ce que je sais ; 18) me permet d’aider les autres ; 19) me permet de rendre les gens heureux ; 20) me permet d’être cohérent avec mes valeurs morales ; 21) est un choix politique ; 22) me permet de diffuser des idées politiques ; 23) me permet d’agir en fonction de mes positions politiques ; 24) me permet de m’éloigner du monde de la politique. »

12 Selon leurs valeurs centrales (mode, moyenne et médiane), les variables retenues sont : 1) D’accord avec « me permet d’être au courant de ce qui se passe dans ma communauté » ; 2) D’accord avec « me permet de rendre les gens heureux » ; 3) D’accord avec « me permet de partager ce que j’ai ou ce que je sais » ; 4) D’accord avec « me donne un sentiment d’accomplissement personnel » ; 5) Pas d’accord avec « c’est une façon économique de m’amuser » ; 6) D’accord avec « me permet d’être cohérent avec mes valeurs morales » ; 7) Plus ou moins d’accord avec « ça représente une stratégie de réseautage professionnel » ; 8) Pas d’accord avec « me permet de m’isoler de mon entourage » ; 9) Pas d’accord avec « me donne la chance d’élargir ou de créer une clientèle pour mes services ».

Haut de page

Table des illustrations

Titre Tableau 1. Les radios qui ont participé au projet de recherche
URL http://communication.revues.org/docannexe/image/3584/img-1.png
Fichier image/png, 113k
Titre Tableau 2. Matrice des composantes pour les motivations des collaborateurs des radios
URL http://communication.revues.org/docannexe/image/3584/img-2.png
Fichier image/png, 94k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Eduardo González Castillo, « Radio communautaire et espace dans le Mexique néolibéral », Communication [En ligne], Vol. 30/2 | 2012, mis en ligne le 03 avril 2014, consulté le 23 septembre 2017. URL : http://communication.revues.org/3584 ; DOI : 10.4000/communication.3584

Haut de page

Auteur

Eduardo González Castillo

Eduardo González Castillo est postdoctorant à la Chaire d’études du Mexique contemporain de l’Université de Montréal. Cet article a été élaboré dans le cadre d’une recherche postdoctorale réalisée grâce au financement du Conseil de recherches en sciences humaines du Canada (CRSH) à la Chaire d’études du Mexique contemporain du Centre d’études et de recherches internationales (CERIUM). Courriel : edouardo.gonzalez.castillo@umontreal.ca

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org