Navigation – Plan du site
Lectures

Henri WEILL (dir.), Journalistes : des mots et des doutes

Toulouse, Éditions Privat, 2005
Julien Auboussier
p. 374-380
Référence(s) :

Henri WEILL (dir.) (2005), Journalistes : des mots et des doutes, Toulouse, Éditions Privat.

Texte intégral

1À travers l’ouvrage qu’il dirige, Henri Weil souhaite mettre en place les conditions nécessaires à une réflexion sur la crise d’identité qu’éprouve actuellement le journalisme. Après vingt ans au sein des rédactions, sa volonté, affichée dans l’avant-propos, est d’encourager les journalistes à se dégager d’un « monde corporatiste et hermétique » en se livrant à travers les 31 contributions qui composent l’ouvrage. À l’exception de celle de Michel Mathien, toutes sont l’œuvre de professionnels ou de futurs professionnels et relèvent essentiellement du témoignage. Le premier intérêt de l’ouvrage est de proposer un aperçu de la très grande diversité des pratiques que recouvre aujourd’hui le terme de journalisme. Préférons d’ailleurs le pluriel au singulier et évoquons plutôt la crise d’identité des journalismes. Parmi les auteurs se mêlent ainsi des profils très divers : étudiante au Centre de formation des journalistes (CFJ) de Paris, rédacteur en chef à TF1, directeur d’agence de presse photographique, reporter à Bagdad et autres « journalistes anonymes » comme se définit Laurence Denes, journaliste pigiste (p. 47-53). Ce sont autant de statuts, de pratiques et de thèmes abordés : de la relation du localier aux pouvoirs locaux à celle des journalistes à la raison d’État, de l’emballement médiatique autour de l’affaire d’Outreau aux spécificités du journaliste sportif, de la figure contemporaine du journaliste-otage au mythe du journaliste bronzé. Un patchwork qui vise à présenter la diversité constitutive des journalismes contemporains ; et qui rend compte, à la suite de Denis Ruellan, (1993), de la difficulté de dessiner des contours précis à la profession. De cette diversité se dégagent néanmoins quelques tendances fortes.

Être journaliste, ce n’est peut-être qu’essayer de faire du journalisme (Sagnard : 27-39)

2L’aveu est d’Arnaud Sagnard, journaliste au sein du gratuit 20 minutes. Dans sa tentative de définition du journalisme, il établit les entraves à une pratique journalistique telle qu’il la conçoit idéalement. Le travail de desk est toujours plus important et contribue ainsi à retirer au journaliste sa capacité à produire son information. En partie cause et conséquence de cette pratique, la tyrannie de l’actualité impose un rythme où l’événement se suffit à lui-même et où sa durée de vie est de plus en plus courte. À peine évoqué, l’événement est déjà oublié. Le manque de moyens, bien sûr. Mais, ajoute Sagnard, l’adoption tacite de ces pratiques par les jeunes journalistes s’explique aussi par leur précarité sociale, d’une part, par le formatage subi au sein des écoles, d’autre part. À partir de sa propre expérience, Sagnard insiste sur l’écart entre les valeurs constituant l’idéal-type du journaliste et la mise en place de pratiques renouvelées.

3Cette désillusion se traduit par quelques jolies et amères formules comme celle d’Alain Le Gouguec pour qui « le journalisme est un métier d’idéalistes gangrenés par la réalité » (p. 211-223). La prise de conscience s’effectue souvent dès les années de formation, passage quasi obligatoire, dans une des écoles reconnues par la profession. C’est ce qu’illustre la contribution de Charlotte Krebs, étudiante au CFJ, dont la vision romantique du métier, façonnée par les « images du siècle » et son goût du voyage, se trouve déjà en confrontation avec la réalité du terrain (p. 41-46). Pour les plus croyants, la prise de conscience se réalise plus tard, au moment des premières embauches, quand l’enthousiasme et l’insouciance de la formation et des premiers stages sont retombés.

4Si la critique des formations données au sein des écoles se retrouve dans un quart des contributions, reste que rares sont ceux qui proposent des modifications concrètes. Claude Moissy, dans une contribution intitulée « Apprendre à douter », ouvre quelques pistes en encourageant à en finir avec des formateurs qui

[…] préparent indifféremment les mêmes élèves au journalisme, à la communication et à la publicité alors qu’il s’agit d’activités aux finalités contradictoires (p. 55-62).

5L’auteur encourage aussi les formateurs à faire analyser par les élèves eux-mêmes le poids de certains réflexes professionnels (et psychologiques) comme celui qui consiste à assimiler la victime à l’innocent, instinct qui se retrouve à la fois dans le traitement médiatique de conflits lointains aux origines peu connues qu’au cœur des faits divers les plus proches.

L’information est devenue produit de consommation, et la presse, une montagne d’entreprises (Tronchot : 225-233)

6Bien entendu, il n’est pas question, dans l’ouvrage, d’attribuer la crise d’identité des journalismes aux seules formations données dans les écoles. Celles-ci se sont, en effet, adaptées à la nouvelle donne économique dont les effets sur l’espace médiatique et sur ses discours semblent toujours s’amplifier. Longtemps perçue comme une anomalie ou une ambiguïté au sein de l’espace de l’économie, l’information, en adoptant les logiques industrielles, est devenue un produit de consommation. Si aucune contribution ne s’attache réellement aux raisons du processus, ses effets, au contraire, se retrouvent dans de nombreux témoignages. Trois tendances, dépendantes les unes des autres, se dégagent : dictature du temps court, uniformisation et influence des acteurs économiques sur les contenus.

7En adoptant les logiques de production industrielle, l’espace médiatique a fait du journaliste un « homme pressé » selon l’expression de Jean-Paul Kauffman (p. 77-82). La diversité des contributions montre que cette dictature du temps court a colonisé tous les journalismes, du localier à l’envoyé spécial de l’autre bout du monde. Michel Mathien apporte à l’ensemble des témoignages et à l’ouvrage une plus-value non négligeable en portant son regard de chercheur sur l’aspect temporel de la production de l’information (p. 63-73). La logique de flux continu qui prévaut aujourd’hui dans le traitement de l’information contraint les journalistes à abandonner leur prétention à l’explication, à la contextualisation, à la comparaison. En construisant un éternel présent, les médias participent « au brouillage de la représentation de la temporalité, de la vision cohérente de l’ordre social et de son horizon temporel », et ce, au profit de nouveaux clercs qui s’imposent par leur capacité à produire de l’attendu et à conforter les certitudes.

8La dictature du temps court participe largement à l’uniformisation des discours. Elle impose un rythme qui privilégie la reproduction des certitudes à la création et aux mises en doute. Directeur de l’agence de presse photographique Editing, Serge Challon illustre cette tendance par l’évolutiondu photojournalisme depuis le début des années 1990 (p. 113-118). Alors que la photographie fut longtemps l’outil de mise au jour des réalités proches et lointaines, cruelles et heureuses, elle est, en grande partie, devenue le simple relais de la télévision et s’est assujettie au média dominant. L’« équivocité » de la photographie, néologisme de l’auteur pour désigner sa capacité à ouvrir au doute, a été mise à mal par la propension de la télévision à imposer son rythme et son agenda. « Que peut devenir une photographie qui créerait le doute sur ce que toutes les chaînes de télévision affirment ? » s’interroge ainsi l’auteur.

9À l’uniformisation de l’agenda s’ajoute une forte tendance au consensus résultant du poids de l’économie des médias sur les contenus proposés. Souvent délaissé dans les recherches sur les journalismes, le journaliste sportif se fait une petite place au sein de l’ouvrage à travers la contribution de Dominique Le Glou, rédacteur en chef de l’émission française Stade 2 (p. 139-147). Pour l’auteur, les journalistes sportifs ont aujourd’hui assimilé la relation marchande qu’ils entretiennent avec le sport. Depuis que les contrats d’exclusivité atteignent des sommets (à titre d’exemple, la diffusion de la saison 2005/2006 du championnat de France de football coûte 600 millions à la chaîne privée Canal+) et puisque les ressources publicitaires constituent un moyen de financement prioritaire, l’objectif partagé est dorénavant de vendre de l’événement.

Chaque match devient un spectacle fantastique qu’il convient de valoriser, chaque geste est inégalable, les duels épiques, les buts extraordinaires ! Chaque match doit se vendre comme le spectacle de l’année.

10Ainsi, l’enthousiasme des commentateurs est souvent déconcertant pour l’amateur de football conscient de la médiocrité du spectacle offert par des joueurs en manque d’inspiration. Dans ce contexte, l’enquête et l’investigation ont, bien évidemment, de plus en plus de mal à trouver leur place. Et des thèmes comme le dopage sont traités avec les précautions nécessaires à la préservation de l’image positive du sport et des intérêts du média. L’éditorial s’efface alors au profit de la rentabilité et des logiques de marché. Comme le note Ronald Blunden, directeur éditorial à Calman-Lévy, l’investigation déserte alors peu à peu l’espace des médias pour celui du livre (p. 175-180).

Il convient donc de déterminer l’essentiel de l’anecdotique, l’information de la communication (Pinning : 169-174)

11En devenant un produit de consommation, l’information a perdu ses spécificités et sa production/diffusion a fait le deuil de son autonomie. Dès lors, et en parallèle à l’abandon des registres de l’enquête et de l’investigation, les logiques informationnelles ont été perverties par les techniques communicationnelles. À travers une métaphore culinaire, Yves de la Haye (1986) évoquait l’emprise du « pré-cuit » (dépêches, dossiers de presse…) au sein des discours de presse. Cette tendance participe à assimiler l’activité du journaliste à un simple travail de réécriture.

Puisque le téléphone sonne, que le fax débite et que la boîte e-mail est saturée, chaque journaliste peut occuper l’espace qui lui est dévolu, avec les simples informations dont les bureaux de presse, agences de communication et lobbyistes opiniâtres souhaitent qu’il rende compte

12commente Arnaud Sagnard. C’est que, parallèlement, les activités des services de communication des institutions, associations ou entreprises se sont grandement développées, profitant des services de professionnels de plus en plus qualifiés. Cette emprise de la communication sur l’information est analysée, ou plutôt, racontée dans de nombreuses contributions. Nicolas Bastuck, du quotidien régional Le Républicain Lorrain, vieil habitué de la tournée des commissariats, précise que le rapport personnel aux fonctionnaires a largement disparu depuis l’apparition d’un « officier chargé des relations avec la presse » (p. 183-189). C’est la même nostalgie que l’on observe chez Dominique Le Glou.

Il y a vingt ans, vous partagiez une bonne bouffe et deux jours non-stop avec le champion. Aujourd’hui, c’est 5 minutes entre deux portes, et encore on vous fait comprendre que vous avez de la chance ! Le temps consacré au journaliste est du temps qui n’est pas consacré au parrainage ou à la publicité.

13La communication a également encouragé, au sein des plus hautes autorités, l’évolution de vieilles traditions françaises comme celle de la raison d’État. Henri Weill montre ainsi, à partir de quelques exemples, comment « cette dérogation au droit commun » tend à disparaître au profit de stratégies de communication parfaitement ficelées. La colonisation des pratiques par les logiques et les techniques de communication est un élément important dans le passage d’un journalisme d’information à un journalisme de communication tel que le définissent Colette Brin, Jean Charon et Jean de Bonville (2004). Ce journalisme est dit « de communication » car il active les différentes fonctions du langage (proposées par Jakobson) afin d’établir avec les publics une illusion de communication « interpersonnelle ».

14Pour conclure, disons que l’ouvrage a les forces et les faiblesses du témoignage. Il permet de rendre compte des pratiques journalistiques actuelles, de leurs évolutions et de leurs diversités. Il présente la crise d’identité des journalistes à travers l’exposition de leurs préoccupations et interrogations, de leurs désirs, de leurs regrets. En exposant une parole individuelle et singulière, la force du témoignage est celle de l’authenticité. Elle n’est pas celle de l’analyse et du commentaire. Les efforts de théorisation sont rares et les contributions peinent donc à s’extirper des limites inhérentes au genre du témoignage. L’évolution des pratiques journalistiques gagnerait, par exemple, à être analysée en parallèle aux évolutions des normes et des valeurs de la profession. C’est la perspective encouragée par Daniel Cornu dans une contribution à la revue électronique Questions de journalisme (www.unine.ch/journalisme/questions, 2002). Depuis que l’information est un bien de consommation, les pratiques ne sont plus seulement dictées par des normes professionnelles mais, aussi, par une exigence de rentabilité. C’est que les normes ne déterminent pas les pratiques.

Les pratiques évoluent au gré des transformations économiques, politiques, techniques, induisant de nouveaux modes de faire qu’il incombe aux normes déontologiques de réguler par la définition d’un bien faire repensé.

15Bien que rarement explicite, le constat est esquissé dans de nombreuses contributions. L’évolution rapide des pratiques emporte avec elle normes et valeurs et contribue, dans un rapport d’interdépendance, à les redéfinir. Daniel Cornu donne l’exemple du direct à la télévision qui participe à rendre caduques les pratiques de prise de recul, de vérification et de recoupement des sources. Au sein de l’ouvrage, quelques contributions montrent que cette tendance est accentuée par les nouvelles capacités de nos appareils à communiquer comme les téléphones portables. Après les attentats de Londres, puis de Madrid, après le tsunami en Asie du Sud-Est, nous avons constaté que quelques minutes suffisent aujourd’hui aux médias pour récupérer ce que l’on nomme des documents. Pour Serge Challon, la valeur desdits documents n’est pas informationnelle et se limite « à associer le témoin ou la victime de l’événement directement à sa divulgation ». Au cœur des pratiques, c’est donc un nouveau critère — l’image est réalisée par une victime — qui contribue à la valeur d’une information et donc à son positionnement dans la hiérarchie de l’information.

16Si des contributions, comme celle d’Alain Le Gouguec qui interroge le concept de circulation circulaire de l’information à travers sa pratique quotidienne du journalisme (p. 211-223), constituent un premier pas, reste que le chemin à parcourir est encore long pour permettre un dialogue productif entre professionnels et chercheurs et, ainsi, favoriser une articulation pertinente entre savoirs théoriques et pratiques professionnelles. En plein doute, les journalismes n’ont rien à perdre à engager un tel dialogue.

Haut de page

Bibliographie

Brin, Colette, Jean Charron et Jean de Bonville (2004), Nature et transformation du journalisme : théories et recherches empiriques, Québec, Les Presses de l’Université Laval.

Haye, Yves de la (1986), Journalisme, mode d’emploi : des manières d’écrire l’actualité, Grenoble, Ellug.

Ruellan, Denis (1993), Le professionnalisme du flou : identité et savoir-faire des journalistes, Grenoble, PUG.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Julien Auboussier, « Henri WEILL (dir.), Journalistes : des mots et des doutes », Communication, Vol. 25/1 | 2006, 374-380.

Référence électronique

Julien Auboussier, « Henri WEILL (dir.), Journalistes : des mots et des doutes », Communication [En ligne], Vol. 25/1 | 2006, mis en ligne le 08 mai 2010, consulté le 19 octobre 2017. URL : http://communication.revues.org/359

Haut de page

Auteur

Julien Auboussier

Julien Auboussier est candidat au doctorat en Sciences de l’information et de la communication, membre de l’Équipe Lyonnaise de recherche en Information et Communication (ELICO),Université de Lyon. auboussier_julien@hotmail.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org