Navigation – Plan du site
Lectures

Marcel BURGER, Jérôme JACQUIN et Raphaël MICHELI (dir.) (2011), La parole politique en confrontation dans les médias

Bruxelles, Éditions De Boeck, Coll. « Culture et Communication »
Alexandre Eyries
Référence(s) :

Marcel BURGER, Jérôme JACQUIN et Raphaël MICHELI (dir.) (2011), La parole politique en confrontation dans les médias, Bruxelles, Éditions De Boeck, Coll. « Culture et Communication »

Texte intégral

1La politique (et notamment les hommes qui la font et y consacrent leurs vies) et les médias entretiennent depuis toujours des relations complexes et néanmoins fécondes. Cet ouvrage se propose d’analyser les modalités selon lesquelles les personnalités politiques croisent leurs points de vue, échangent des idées et se confrontent dans les médias dans l’espace francophone. Sa grande originalité vient de sa prise de position pluridisciplinaire et internationale.

2Sa composition prend

[…] le parti de ne pas démarquer […] de sections ou sous-sections thématiques. Les neuf contributions des auteurs s’enchaînent ainsi sans autre forme de précisions ; et le lecteur cheminera de l’une à l’autre à son gré et en fonction de ses intérêts. Cependant, l’ordre des textes n’est pas pour autant laissé ici au hasard. […] Les contributions relevant plutôt des sciences du langage alternent avec celles qui témoignent d’un ancrage dans les sciences de la communication.

Ainsi, au fil du volume se manifeste […] le dialogue interdisciplinaire dont nous souhaitons rendre compte (p. 17-18).

3Cet ouvrage dont la lecture est des plus stimulantes a choisi de s’intéresser à des discours ancrés dans la sphère politique et véhiculés par les médias, qui se présentent comme un ensemble d’énoncés discursifs politico-médiatiques. Du fait même du croisement de deux disciplines, l’attention est portée sur la matérialité langagière de la communication politique et sur un type particulier de discours :

[…] dans l’ensemble vaste des discours politico-médiatiques, le parti a été pris de se concentrer sur ceux qui relèvent de la communication conflictuelle. Nous entendons par là tout discours qui se construit en opposition à un autre discours […]. Des modalités conflictuelles très diverses sont ainsi abordées : depuis le différend ou l’altercation dans tel face-à-face ou tel débat politique jusqu’à la controverse ou la polémique de plus grande envergure (p. 7).

4Le choix de la communication politique de confrontation s’explique en grande partie par la nature même de la vie politique qui repose sur des luttes d’influence complexes :

[…] le politique (i.e. au sens très général de « qui a rapport à la société organisée ») se structure en effet nécessairement sur un fond idéologique dans et par la confrontation d’opinions partisanes supportées par des groupes de pression — c’est-à-dire dans et par la communication. […] Mais le politique se [construit] [dans] des espaces sociaux où se communiquent, s’échangent et se négocient des points de vue […] pertinents pour tous les membres d’une communauté (p. 8).

5L’analyse des discours politico-médiatiques menée dans cet ouvrage puise à la source de méthodologies diverses et s’appuie sur « un ancrage interdisciplinaire <focalisé> articulant sciences du langage (SL) et sciences de la communication (SC) » (p. 9).

6L’objet « discours » constitue un point de rencontre entre ces deux disciplines qui relèvent du champ des sciences humaines et sociales et qui sont structurées par des substrats méthodologiques différents :

[…] analyser des « discours » c’est choisir pour les uns une méthodologie descendante, impliquant la prise en compte des réalités macro sociales des discours pour la compréhension des réalités langagières, et pour les autres une méthodologie ascendante, impliquant au contraire d’abord une attention sur les réalités micro linguistiques des discours par l’intermédiaire desquelles les réalités sociales sont produites et reproduites, du moins en partie (p. 9).

7Les analyses menées par les tenants des différentes disciplines reposent sur deux hypothèses dont le croisement donne des résultats intéressants et fournit des éclairages inattendus sur le domaine de la communication politique de conflit qui occupe l’espace médiatique.

8Dans le champ des sciences du langage, on postule que

[…] le contexte des pratiques politiques et médiatiques détermine et explique les caractéristiques des discours (pour ce qui nous concerne — les pratiques de confrontation — le fait d’appartenir à tel parti politique favorise ou laisse attendre tel répertoire de « formules choc » ; participer à un débat contradictoire implique de s’opposer systématiquement à d’autres débatteurs ; animer telle émission de talk-show radiophonique pour une chaîne privée implique un souci d’audience et donc de favoriser la confrontation « spectaculaire », etc.) (p. 9)

9En sciences de la communication, on se place sur un autre plan et l’on forme l’hypothèse que

[…] les détails linguistiques déterminent et expliquent les comportements des acteurs politico-médiatiques […] par exemple, un lexique infamant, des actes de langage directifs, des mouvements contre-argumentatifs motivent des réactions de confrontation et entretiennent le conflit communicationnel (p. 9).

10Les chercheurs qui ont dirigé cet ouvrage collectif prennent soin, dans l’introduction de l’ouvrage, de définir l’objet de leurs investigations scientifiques, en l’occurrence la « parole politique ». Le discours politique est pluriel :

[…] il y a indubitablement plusieurs « manières de faire » du discours politique, qui correspondent à autant de dispositifs de communication dont les paramètres varient (statut des participants, cadre spatio-temporel, buts, support et mode de diffusion, etc.) (p. 10).

11Les discours d’hommes et de femmes professionnels de la politique produits dans les médias professionnels privés et de service public (principalement l’entretien, le débat et le talk-show) constituent la matière des différentes analyses. Le discours politique s’appuie systématiquement sur trois invariants (la légitimation de soi, la prétention à régir le social et la construction d’identités collectives).

12Le discours de confrontation politique valorise le consensus et met en scène le désaccord. Dans les médias, les stratégies polémiques — qui consistent à rechercher la connivence avec le public et l’attaque personnelle de l’adversaire qui exacerbe les tensions — sont non seulement tolérées, mais en outre vivement encouragées.

13Dans le premier chapitre, intitulé « La gestion interactive des émotions dans la communication politique à la télévision : quand les intervenants perdent leur calme », Hugues Constantin de Chanay, Anna Giaufret et Catherine Kerbrat-Orecchioni s’intéressent aux incidents survenus lors de débats politiques lorsque l’émotion prend le pas sur la rationalité d’un discours bien maîtrisé.

14Les auteurs rappellent que la communication politique, surtout lors des campagnes électorales (et encore plus lorsqu’il s’agit d’une campagne pour briguer la plus haute fonction de l’État, la présidence de la République), mobilise, outre des opinions et des idées, essentiellement des passions :

[…] toute campagne présidentielle baigne dans un « climat passionnel », et cela de plus en plus du fait de la spectacularisation croissante de ces affrontements via le média télévisuel. Cela ne signifie évidemment pas que les candidats en campagne doivent eux-mêmes s’exhiber dans un état passionnel : on attend d’eux au contraire qu’ils fassent preuve de maîtrise et de pondération dans la gestion de leur campagne (p. 26).

15Les débats politiques télévisés sont censés se dérouler dans un climat relativement serein que les « modérateurs » de ceux-ci veillent à entretenir. Mais il arrive parfois que des accrocs viennent déchirer la trame du scénario de ce type d’affrontement communicatif :

Durant cette longue séquence que constitue une campagne présidentielle il est bien rare que l’on n’ait pas droit à quelques épisodes « éruptifs », à des explosions soudaines d’affects (généralement la colère ou une émotion apparentée) qui vont faire « incident » et avoir des effets interactionnels d’autant plus forts qu’ils ne sont pas vraiment prévus […], même s’ils sont plus ou moins espérés par le public des téléspectateurs (p. 26).

16Durant la campagne présidentielle de 2007 en France, un épisode éruptif a eu un certain retentissement, soit celui de la confrontation de Nicolas Sarkozy et de Ségolène Royal lors du débat de l’entre-deux tours qui a eu lieu simultanément sur France 2 et sur TF1 le 2 mai 2007.

17Nicolas Sarkozy aborde volontairement un sujet à forte résonance émotionnelle, le cas des enfants handicapés qui se voient refuser l’accès dans les écoles, et déclenche la colère de Ségolène Royal.

18Celle-ci

[…] opère au sein de la notion de « colère » une dissociation entre la colère « saine » et les autres formes de colère (dont il ne sera pas question), mettant en place la notion de « saine colère » qu’elle définit (les saines colères sont celles qui procèdent d’un sentiment de révolte devant le spectacle de la souffrance) (p. 29).

19À l’inverse, Nicolas Sarkozy

[…] assimile colère et énervement, utilisant successivement comme de simples variantes les expressions « perdre ses nerfs », « s’énerver », « sortir de ses gonds », « se mettre en colère » et « perdre son sang-froid », […] expressions […] pour lui synonymes et […] chargées […] d’une connotation négative (p. 29).

20L’analyse porte, pour les auteurs de cet article, sur le vocabulaire émotionnel dont la remarquable plasticité permet à « chaque locuteur [de] reconfigurer à sa manière le micro-système mobilisé (<colère>, <énervement>, <indignation>, etc.) en fonction de ses intérêts stratégiques du moment » (p. 31).

21L’accent est ensuite mis sur les symptômes émotionnels associés à la parole : « bafouillages, lapsus, répétitions […], indices […] [qui ] vont en réalité de pair avec des manifestations voco-prosodiques et mimo-gestuelles » (p. 34) et qui perturbent les tours de parole. Cela se manifeste par une « sorte de bras de fer qui passe à la fois par des interruptions […] et des refus de céder le tour » (p. 39).

22Dans le discours politique de confrontation, les catégories du dire et du montrer sont complémentaires : « s’il est assez simple de savoir ce qui est dit, il l’est moins de savoir ce qui est ou non montré, d’autant que les deux ne sont pas toujours indépendants » (p. 43).

23Si le montrer est en principe plus crédible, le dire semble plus conforme à une idée sereine du débat, qui implique une certaine mise à distance de l’état émotionnel.

24Le discours politique de confrontation étant complexe, l’analyste du discours doit

[…] décrire minutieusement tout ce qui se passe au cours de l’événement communicatif soumis à examen, et […] établir […] un diagnostic argumenté, […] fondé sur l’interprétation raisonnée des données empiriques (p. 47).

25Le spécialiste du discours de confrontation dans la sphère politique doit agir comme un archi-interprétant qui a pour tâche de

[p]rocéder à la description la plus « objective » possible de ce qui se passe tout au long du déroulement de l’échange, tout en se donnant les moyens de rendre compte de la subjectivité interprétative des différents participants impliqués […] dans l’événement communicatif étudié (p. 48).

26Cet ouvrage, en croisant deux approches, ouvre un champ de recherche encore peu exploré (celui de la parole politique de confrontation) et constitue sans nul doute un apport important pour de nombreux travaux qui s’intéressent à la communication politique. Gageons qu’il saura toucher un lectorat vaste et diversifié.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alexandre Eyries, « Marcel BURGER, Jérôme JACQUIN et Raphaël MICHELI (dir.) (2011), La parole politique en confrontation dans les médias », Communication [En ligne], Vol. 30/2 | 2012, mis en ligne le 06 septembre 2013, consulté le 25 juin 2017. URL : http://communication.revues.org/3615

Haut de page

Auteur

Alexandre Eyries

Alexandre Eyries est chercheur associé au laboratoire I3M (information, milieux, médias, médiations) à l’Université de Nice Sophia Antipolis. Courriel : alex.eyries@yahoo.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org