Navigation – Plan du site
Lectures

Marie CARPENTIER (2011), La bataille des télécoms : vers une France numérique

Paris, Economica
Christine Leteinturier
Référence(s) :

Marie CARPENTIER (2011), La bataille des télécoms : vers une France numérique, Paris, Economica

Texte intégral

1Ce volumineux ouvrage retrace l’histoire des télécommunications en France de 1974 (en fait, 1967) à 1981, période très importante de mutation d’une administration et d’un secteur industriel sous la pression à la fois d’une volonté politique du président de la République de l’époque — Valéry Giscard d’Estaing — et d’innovations techniques et économiques. Le résultat de cette mutation a permis à la France non seulement de moderniser ses infrastructures de télécommunications et de diversifier ses offres de service, mais également d’assurer sa présence dans l’industrie mondiale des réseaux et de l’information.

2Les sources variées auxquelles a puisé Marie Carpentier — enseignante à Telecom École de Management — inscrivent son travail à la fois dans la lignée des « grands » ouvrages d’histoire économique et des entreprises, mais également dans l’espace d’une sociohistoire par le recours à la fois à des archives personnelles que les acteurs des télécommunications de l’époque lui ont ouvertes et à des entretiens (47 ont été conduits entre 2008 et 2010) avec ces mêmes acteurs, ce qui permet également de mieux comprendre leurs stratégies. Ses origines irlandaises lui permettent également de mobiliser une importante bibliographie anglo-saxonne. On peut toutefois regretter l’absence d’un corpus bibliographique et documentaire organisé en fin d’ouvrage, la dispersion dans les notes de bas de page ne permettant pas d’en mesurer la cohérence et la richesse. De même, l’absence d’index rend la consultation de l’ouvrage difficile, ce qui est tout à fait regrettable pour un tel ouvrage de référence : ni index thématique, ni index des personnes et organismes cités, ni index des tableaux et des graphiques !

3L’acteur central de ce travail est la Direction générale des télécommunications (DGT), direction chargée de gérer le secteur des télécommunications au sein du ministère des Postes et Télécommunications dans le cadre du monopole public sur le secteur et donc de mettre en œuvre la politique industrielle de l’État français dans ce domaine. On croise ainsi les grandes figures chargées d’appliquer cette politique, soit au sein de la DGT, soit au sein des différentes instances ministérielles mobilisées et des cabinets ministériels successifs : Bernard Esambert, Louis-Joseph Libois et Robert Galley en particulier sous Georges Pompidou, puis Norbert Ségard, Gérard Théry, Denis Varloot ou Jean-Pierre Souviron.

4Le plan adopté, chronologique, permet de comprendre le cycle des mutations liées aux innovations introduites. Au cours de la première période (1967-1978), il faut rattraper le retard français dans le secteur du téléphone, alors que la seconde (1978-1982) est marquée par la conception de nouveaux produits et services constituant les bases d’une industrie française de l’information avec la mise en place de divers services en ligne et surtout la création du réseau Télétel incarné par le boîtier Minitel.

5La mobilisation des politiques, et en particulier le rôle personnel de Valéry Giscard d’Estaing, convaincu de l’importance de l’innovation dans la dynamique économique, est très bien retracée. La création de deux directions stratégiques — Direction des affaires industrielles et Direction des affaires commerciales — au sein de la DGT conduira à redéfinir d’une part les relations avec les équipementiers français et les grandes entreprises internationales, et d’autre part les missions des personnels qui, au-delà des innovations techniques, doivent faire évoluer leurs pratiques dans une logique de transformation du service public. Le CNET — Centre national d’études des télécommunications, créé en 1944 — se trouvera également restructuré : la volonté de maintenir l’excellent niveau de la recherche française dans le domaine permettra de dépasser les conflits et les tensions autour des choix en matière de recherche et de développement des innovations en cours : numérique, fibre optique, terminaux. Si les tensions liées à ces mutations sont présentes, les conflits qui en ont découlé sont relativement minorés. Les entretiens avec les acteurs de ces transformations et le recours à la documentation interne des institutions et des entreprises permettent à Carpentier de construire une histoire très précise de ces transformations.

6Mais cela l’a conduite à dresser une histoire très franco-française qui prend insuffisamment en compte des éléments du contexte technique, mais aussi économique et institutionnel au niveau européen et international. Citons entre autres la dynamique de l’innovation dans le secteur de l’informatique, l’émergence des débats autour de la nécessaire transformation des monopoles publics sur les télécommunications aussi bien aux États-Unis qu’en Europe et la reconfiguration mondiale des compétences avec la progression très rapide des industries japonaises et sud-coréennes en particulier.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Christine Leteinturier, « Marie CARPENTIER (2011), La bataille des télécoms : vers une France numérique », Communication [En ligne], Vol. 30/2 | 2012, mis en ligne le 06 septembre 2013, consulté le 29 mars 2017. URL : http://communication.revues.org/3618

Haut de page

Auteur

Christine Leteinturier

Christine Leteinturier est maître de conférences au Centre d’analyse et de recherche interdisciplinaire sur les médias (CARISM) de l’Institut français de presse (IFP), à l’Université Panthéon-Assas, Paris. Courriel : christine.leteinturier@u-paris2.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org