Navigation – Plan du site
Lectures

François JOST (2010), Les médias et nous

Pierre Gosselin
Référence(s) :

François JOST (2010), Les médias et nous, Paris, Bréal.

Texte intégral

1L’auteur introduit son ouvrage ainsi :

Analysant depuis des années l’évolution des médias et souvent sollicité pour donner mon avis sur tel ou tel problème proposé par des événements médiatiques, j’ai eu envie de faire le point sur diverses questions que posent l’intrusion de la télévision dans la vie de la Cité, la mise en images des événements, le spectacle de la violence et de la mort, de l’Autre, l’évolution des technologies, etc. (p. 3).

2Ainsi, il rédige son ouvrage sous la forme d’une cinquantaine de petits chapitres qui rappellent les « fragments » chers à Roland Barthes — auteur qu’il invite d’ailleurs pour le fragment « L’image de la mort est-elle une information comme une autre ? » (p. 40), utilisant les concepts d’operator, de spectator, et de spectrum.

3Dans ce type d’ouvrage, il est impossible de donner une vision générale ; on ne peut que pointer quelques fragments sur lesquels s’attarde notre lecture.

4Comme nous pouvons le dire avec l’auteur, on ne peut se « passer des médias, sauf à décider de vivre hors du monde » (p. 6) ; il faut donc « faire avec » et c’est ce qu’il nous propose en répondant aux principales questions que l’on se pose.

5La télévision peut-elle appeler à la réhabilitation d’une personne ? Devant quelques exemples récents, on serait tenté de répondre par l’affirmative, mais Jost rappelle que la télévision propose une vision « unilatérale contraire à la justice » (p. 13).

6Qu’en est-il du « bidonnage » de l’information ? Ne sommes-nous pas tous complices, dans la mesure où nous refaisons le geste ou l’action pour la caméra ? C’est la « feintise », notion qu’il introduisit dans un précédent ouvrage en citant Kate Hamburger.

7Il consacre une page à Photoshop, rappelant que sur « 100 000 photos présentées au World Press, […] 20 % sont exclues d’office parce qu’elles ont recouru trop massivement à ce logiciel » (p. 35).

8Sachant que la télévision multiplie les talk-shows, « les grand-messes d’aujourd’hui » (p. 57), Jost propose trois attitudes pour qualifier les invités :

L’invité paillasson : Plus on le piétine, plus il s’amuse. Car l’enjeu est de montrer que l’on est jeune, que l’on ne se prend pas au sérieux. […] L’invité absent-même-quand-il-est-là : il regarde dans le vague, tandis que les humoristes font leur travail, s’efforce de se composer l’air le plus absent possible. L’invité même-pas-mal : celui-ci est beaucoup plus rare. Il attend sagement d’avoir la parole après la séquence « foutage de gueule », et il réfute pas à pas la chronique […] (p. 57-58).

9Il prend parti sur le rapport réalité/fiction ainsi : « À force de juger la fiction à l’aune de la réalité et de confondre les deux, il arrive même qu’une personne réelle refuse à un auteur de parler de sa vie. […] qu’on ne se mêle pas de réduire la liberté du créateur. C’est en tout cas ma morale provisoire » (p. 69).

10Bien entendu, plusieurs pages sont consacrées à la télé-réalité — « Peut-on moraliser la télé-réalité ? », « Peut-on dénoncer la télé-réalité avec ses propres moyens ? », « La télé-réalité rend-elle fou ? » —, qui a pris, depuis le début du XXIe siècle, sous des formes différentes, de plus en plus de place dans les grilles de programmes des chaînes de télévision. L’auteur relativise ainsi la notoriété acquise par les concurrents à ces émissions qui finissent par se considérer comme de réels travailleurs, rappelant que TF1 fut assignée devant les prud’hommes par d’anciens participants qui se considéraient non plus comme de simples candidats, mais comme des acteurs, donc, devant être rémunérés.

11Outre la télé-réalité, l’auteur souligne la place de plus en plus grande laissée aux « témoins ». Avec humour, il donne pour titre à ce chapitre « Témoins que rien », résumant ainsi la situation des participants à ces émissions qui n’auront témoigné, en fin de compte, que de « la capacité de la télévision d’aujourd’hui à faire du spectacle avec des morceaux de vie » (p. 102) en insistant sur l’émotion.

12Il faudrait encore citer le fragment qui pose la question « Qu’est-ce qu’une émission culturelle ? ». Vaste question maintes fois évoquée dans de nombreux ouvrages. Quand la « culture ne renvoie plus au patrimoine, mais aux industries culturelles […] plus à l’histoire de l’art, mais à l’actualité : on entre dans l’ère de la promotion » (p. 112).

13Nous arrêterons là notre lecture et nous conclurons avec l’auteur :

On reproche souvent aux universitaires d’échafauder de belles théories mais de ne pas être capables de les appliquer à ces objets fluctuants et labiles qui peuplent l’actualité. Cette critique qui leur est adressée est souvent justifiée, mais sans doute pas pour les raisons que l’on croît. Ce n’est pas leur incapacité à se frotter au réel qui en est la cause, mais plutôt, une différence radicale de temporalité entre le temps de la recherche et le temps des médias (p. 119).

14Voilà qui est fait !

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pierre Gosselin, « François JOST (2010), Les médias et nous », Communication [En ligne], Vol. 30/2 | 2012, mis en ligne le 04 décembre 2012, consulté le 29 mai 2017. URL : http://communication.revues.org/3627

Haut de page

Auteur

Pierre Gosselin

Pierre Gosselin est chargé de cours à l’Institut des Sciences de la Communication et de l’Éducation d’Angers (ISCEA) de l’Université catholique de l’Ouest. Courriel : pierre.gosselin147@dbmail.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org