Navigation – Plan du site
Lectures

Theodoros KOUTROUBAS et Marc LITS (2011), Communication politique et lobbying

Alexandre Eyries
Référence(s) :

Theodoros KOUTROUBAS et Marc LITS (2011), Communication politique et lobbying, Bruxelles, Éditions De Boeck, Coll. « INFO & COM ».

Texte intégral

1Dès lors qu’approchent les grandes échéances électorales, on voit resurgir, en ordre de marche derrière les candidats à l’élection (en l’occurrence présidentielle pour ce qui est de la France), une cohorte de collaborateurs et de directeurs de campagne et de la communication qui aident les candidats à se positionner à leur avantage sur l’échiquier politique et à situer leurs prises de parole dans un contexte relativement favorable.

2De nos jours, il n’est que de regarder les débats, les discours et les allocutions précédant les différents tours d’une élection (fut-elle nationale ou locale, éminemment prestigieuse ou plus ordinaire) pour constater que la communication joue à présent un rôle vraiment central dans le domaine de la politique et des affaires publiques. Chaque responsable politique dispose de conseillers pour anticiper et préparer aux mieux ses différentes rencontres avec les citoyens et les médias. De même, chaque grand dossier dont la gestion incombe à l’État est préparé en amont, avec des intervenants spécialistes de différents domaines et qui essaient d’user et d’abuser de leur influence pour favoriser notablement les intérêts qu’ils défendent. C’est précisément ce que l’on nomme des lobbyistes.

3L’ouvrage de Theodoros Koutroubas et de Marc Lits a pour principal mérite d’essayer de croiser deux axes de la communication politique : l’attachement manifeste à la sauvegarde d’intérêts collectifs (ceux de la nation ou de l’Europe, par exemple) et l’opiniâtreté mise en œuvre pour la défense d’intérêts partisans (et parfois même, complètement tendancieux).

4Cet essai particulièrement stimulant se décompose en deux parties, la première consacrée à l’étude des enjeux liés aux transformations contemporaines de la communication politique (notamment sous l’influence des médias de masse, d’Internet, des blogues et des réseaux sociaux) et la seconde portant sur le lobbying pratiqué auprès des autorités gouvernementales (pour en comprendre et en expliquer à la fois la mauvaise réputation et le rôle de régulation permettant un constant retour à l’équilibre entre plusieurs positions antagonistes). Cette bipartition permet dans un premier temps de mieux donner à voir les interactions complexes et plurielles entre les citoyens et le politique et, dans un second temps, de souligner l’ampleur des interrelations entre les groupes d’intérêts et les décideurs politiques.

5Dans la préface, Patrick Charaudeau écrit :

[…] la communication politique ne doit pas être réduite à ce que par ailleurs on appelle le marketing politique. Elle ne doit pas non plus être considérée comme secondaire au regard de l’action politique. La communication politique est un tout qui participe de l’ensemble des modes de communication sociale, car c’est le langage, à travers tous ses systèmes de signes, qui rend possible la constitution du lien social, avec ses rapports de force, ses stratégies de persuasion et de séduction et ses procédés de régulation des conflits afin de produire un possible vivre ensemble (p. 5).

6La communication politique est effectivement un univers complexe et mouvant dont les critères définitionnels ne cessent de s’enrichir ou de se déplacer, de se renforcer ou d’être refondés. C’est par l’adoption d’une démarche globale que l’on peut saisir la communication politique dans sa pluralité et dans son architecture arborescente.

7Par essence, la parole politique fait son apparition dans l’espace public et a vocation à y circuler librement, à sa guise, au gré des influences, des sollicitations extérieures ou des exhortations en interne. Ce faisant, la parole politique subit un certain nombre de contraintes.

8Il convient ici de faire une petite — mais néanmoins nécessaire — précision : dans la parole politique, ce ne sont pas des individus qui interagissent entre eux, mais ce sont au contraire des entités ou des instances collectives (partis, listes électorales, groupes de réflexion, etc.) qui se définissent par l’intermédiaire des rôles sociaux qu’elles jouent ou entendent jouer, des opinions et des statuts. C’est cette interaction entre diverses entités ou instances que Charaudeau définit ci-après :

[…] dans l’espace politique se font face une instance de pouvoir (ou de conquête du pouvoir) et une instance citoyenne entre lesquelles s’instaurent des relations complexes et des enjeux particuliers du fait que cette confrontation passe toujours par une instance de médiation (p. 5).

9Le phénomène politique est une architecture relativement ardue. Pour le saisir dans son ensemble, il est judicieux de le faire par l’intermédiaire de la circulation de la parole dans l’espace public. L’observation des modalités de circulation de la parole constitue un point de vue privilégié pour essayer de comprendre comment se construisent les relations entre l’instance politique et l’instance citoyenne dans une société.

10La position de Charaudeau est particulièrement intéressante dans la mesure où elle fournit un éclairage différent et complémentaire par rapport aux recherches menées en communication politique. C’est ainsi que

[…] analyser la parole politique comme processus de communication revient à examiner sa manifestation (le dit), les contraintes auxquelles se trouvent soumis ceux qui la produisent, les caractéristiques des appareils de diffusion et l’impact qu’elle peut avoir sur les opinions (p. 5).

11Le linguiste met ensuite à profit les ressources de la rhétorique pour analyser la manière dont les acteurs politiques et les décideurs se présentent lorsqu’ils interviennent dans les médias ou sur la place publique (à l’occasion de discours ou de réunions) :

[…] la manifestation discursive témoigne de la façon dont l’acteur politique construit sa propre image, celle des citoyens auxquels il prétend s’adresser et le projet d’idéalité sociale qu’il veut défendre, et ce à des fins de persuasion. Mais l’acteur politique n’est pas seul. En tant que représentant d’une collectivité, il subit les influences de tous ceux qui l’entourent, celles de son propre parti, celles des groupes de pression, celles des conseillers, ce qui l’oblige à jouer entre contraintes et désir d’individuation, entre forces opposées et alliances (p. 5).

12La parole produite par les acteurs politiques n’est pas neutre ni parée de toutes les vertus. Elle n’arrive pas directement, tant s’en faut, au public citoyen ; elle est à son tour mise en scène par les appareils de médiation (presse, radio, télévision, Internet) qui s’en emparent, la déforment et produisent un véritable brouillage énonciatif.

13Le chapitre inaugural de l’ouvrage est l’occasion pour Koutroubas et Lits d’analyser les relations singulières et enrichissantes de la communication et de la politique :

[…] la politique et la communication sont deux activités constitutives de la vie en société. Depuis l’Antiquité, l’une ne va pas sans l’autre. Le leader politique doit utiliser tous les moyens de communication pour trouver des électeurs et ensuite les informer de son action pour favoriser sa réélection. […] Depuis près d’un siècle, l’arrivée massive des médias audiovisuels et électroniques a encore modifié cette relation entre élus et citoyens, mais aussi entre journalistes et responsables politiques (p. 13).

14Les récentes évolutions de la politique en Europe ont montré que l’exercice du pouvoir et les responsabilités assumées au sein d’un parti par des acteurs politiques tendaient de plus en plus vers une forme de représentation, de mise en scène de type théâtral :

[…] la politique devient peu à peu un spectacle, pour s’adapter aux formats télévisuels, et tenter de reconquérir un public qui se défie des politiciens. La communication politique passe principalement par les médias aujourd’hui, et ces médias d’information constituent une interface essentielle entre le personnel politique et la population, dont ils se veulent les porte-parole (p. 13).

15Si l’on postule que la politique occupe un rôle essentiel dans l’organisation de la cité et que la communication est consubstantielle à l’activité humaine, alors la communication intervient de manière conséquente dans la vie politique, comme d’ailleurs dans toute activité sociale, avec un usage particulièrement appuyé des outils médiatiques.

16La dimension linguistique de la communication politique est centrale et l’on se doit de la prendre en compte si l’on veut avoir une vision pertinente et exhaustive de cette communication particulière que constitue la communication (au service du ou de la)politique.

[…] le langage est au cœur du politique, avec une visée persuasive et une volonté de créer le contact. Le langage a aussi une dimension de symbolisation, comme ces autres formes d’expression sociale que sont les rites et les mythes. Les hommes politiques recourent plus que jamais à tous les procédés langagiers pour faire entendre leur voix, c’est-à-dire leur différence. Les médias les y incitent en retenant les « petites phrases » qui font mouche, qui synthétisent une idée complexe en une formule (p. 16).

17Avec le développement de la télévision nouvelle génération et des nouveaux médias et réseaux sociaux, l’exercice même de la politique a profondément et radicalement changé.

18Depuis plusieurs années,

[...] le discours politique connaît des évolutions radicales, liées à la transformation de l’espace public, à l’évolution des rapports entre citoyens et mandataires publics, et au rôle grandissant des médias, particulièrement audiovisuels, dans la communication politique (p. 78).

19Si l’on veut s’interroger sur la manière dont les médias donnent à voir actuellement les sujets politiques, en privilégiant le plus souvent l’anecdote au détriment de l’analyse, la vie privée plutôt que le contenu des choix de société posés par les partis différents, il faut prendre acte d’un double phénomène : la spectacularisation et la vedettisation du politique. Les chaînes de télévision essaient de privilégier les talk-shows et les émissions de variétés pour recevoir et interroger les hommes politiques dans un cadre moins strict et moins normé que celui des émissions politiques : il s’agit, pour les interviewers, de chercher « à faire apparaître l’homme qui se cache derrière le politicien » (p. 80) :

Aujourd’hui les hommes politiques utilisent de plus en plus les technologies de la communication dans le cadre de leur activité militante et politicienne. Les premiers sites des partis et des hommes politiques sont apparus à la fin des années 1990, puis les politiciens ont participé à des chats et ouvert des blogs, et aujourd’hui ils sont présents sur les réseaux sociaux, à travers Facebook ou Twitter (p. 99).

20Pour gérer leur image dans la presse, sur le Web ou sur les réseaux sociaux, les hommes politiques peuvent compter sur l’aide de véritables « conseillers du prince », des lobbyistes professionnels qui ont « une expérience longue et diversifiée du terrain, […] au même titre qu’une réputation d’efficacité, de professionnalisme et de leadership » (p. 196).

21Loin de se limiter à la culture de ses seules compétences analytiques ou à une connaissance approfondie et nécessaire des paramètres de l’objectif en jeu, « la personne qui travaille en tant que représentant d’intérêts doit développer ses capacités de communication et de négociation tout en maîtrisant l’art de se faire des amis » (p. 228).

22C’est là toute l’importance de l’analyse remarquable visant à montrer l’influence du lobbying en communication politique, qui est un enjeu à la fois stratégique, communicationnel et argumentatif.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alexandre Eyries, « Theodoros KOUTROUBAS et Marc LITS (2011), Communication politique et lobbying », Communication [En ligne], Vol. 30/2 | 2012, mis en ligne le 04 décembre 2012, consulté le 24 mai 2017. URL : http://communication.revues.org/3629

Haut de page

Auteur

Alexandre Eyries

Alexandre Eyries est chercheur associé au laboratoire I3M (information, milieux, médias, médiations) à l’Université de Nice Sophia Antipolis. Courriel : alex.eyries@yahoo.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org