Navigation – Plan du site
Lectures

Laurence LEVENEUR (2009), Les travestissements du jeu télévisé

Pierre Gosselin
Référence(s) :

Laurence LEVENEUR (2009), Les travestissements du jeu télévisé,Paris, Presses Sorbonne Nouvelle

Texte intégral

1Actuellement, à la télévision, les jeux, programmés dans la matinée, l’après-midi ou en avant-soirée pour garder le téléspectateur jusqu’au carrefour du « 20 heures » et le conduire à l’heure de grande écoute, font partie intégrante de la grille des programmes. Dans son introduction, l’auteure présente ainsi sa problématique :

À quoi joue-t-on à la télévision depuis les années 1950 ? Quelle est la nature des évolutions de ce genre ? Que traduisent-elles des changements qui ont traversé la télévision du divertissement et du quotidien ? Et dans quelle mesure ces transformations sont-elles symptomatiques de certains changements survenus dans notre société ? (p. 12)

2Entamons donc notre lecture au fil des sept chapitres de ce livre.

3« Penser le jeu télévisé » : au cours de ce chapitre, l’auteure propose une définition du jeu et du joueur et propose une typologie du ludique télévisuel en faisant référence à Caillois.

4Dans le chapitre suivant, « L’évolution des stratégies de production et de programmation des jeux télévisés », nous parcourons l’itinéraire de la production des jeux, « marquée à ses débuts, par le rôle très particulier dévolu à ces animateurs et/ou producteurs issus de la radio, qui ont facilité le transfert de nombreux concepts radiophoniques sur le petit écran » (p. 39-40), en rappelant les grands noms des « historiques » de la production : André Gillois, Jean-Jacques Vital, Jacques Antoine, Pierre Bellemare, Guy Lux. L’évolution définitive du jeu commence avec l’éclatement de l’Office de radiodiffusion-télévision française (ORTF) (1974) — début d’une certaine concurrence entre les chaînes — et se poursuit jusqu’à l’apparition des télévisions privées (de 1984 à 1987) introduisant de nouvelles façons de produire comme « le stripping, permettant d’enregistrer en un jour les émissions d’une semaine » (p. 61).

5Le troisième chapitre nous invite à réfléchir sur « les compétences en jeu ». Compétences demandées aux candidats, compétences qui évoluent avec le temps. Il ne suffit plus de savoir, il faut aussi être un peu acteur ou avoir en plus des aptitudes physiques. Certes, le jeu de questions-réponses demeure le plus courant ainsi que les énigmes et devinettes « qui ont inspiré une part conséquente de la production française depuis 1950 » (p. 70).

6« Les contenus éprouvés » pose la question « Quels sont les domaines et les thèmes avec lesquels la télévision nous propose de jouer depuis 1950 ? » (p. 95). On assiste en fait à plusieurs approches de jeux difficiles à cerner dans le sens où les termes savoirs et connaissances sont particulièrement polysémiques et où leur usage « varie selon les disciplines » (p. 96). On navigue entre savoir scolaire, savoir quotidien ou « savoir humain », comme le décrit Fiske.

7Au chapitre suivant, « (Se) jouer », Laurence Leveneur est allée voir les émissions de jeu de l’intérieur — observation participante — en franchissant « les principales étapes de sélection auxquelles les producteurs de [Tout le monde veut prendre sa place] soumettent leurs postulants » (p. 120). Et elle note que l’on assiste à une véritable professionnalisation des candidats « qui ont progressivement intégré les normes du biais télévisé, après avoir intégré les règles du jeu […] l’une des premières figures marquantes de jouer est d’ailleurs celle de l’érudit et du champion » (p. 116). Quant au téléspectateur, il connaîtra trois positions : soit il admire le joueur dont il ne possède pas les compétences, soit « il s’identifie à un joueur qui lui ressemble, soit, enfin, il peut être curieux d’un candidat atypique » (p. 127).

8L’avant-dernier chapitre s’intéresse aux habillages « du plateau à l’écran » (p. 131). Dans l’histoire des jeux, on assiste à plusieurs dispositifs d’enregistrement. Ces dispositifs ont évolué avec les potentialités techniques offertes par les régies : développement des effets spéciaux, perfectionnement des éclairages, maîtrise du son. Pour certains jeux, on se contente d’installer les candidats derrière un pupitre, assis derrière un bureau, jusqu’à la prise en compte totale de l’espace d’un plateau, voire en extérieur : « Ces différents procédés […] formatent le regard du téléspectateur en même temps qu’ils l’intègrent au dispositif ludique » (p. 153).

9« Jouer avec le téléspectateur ». Les émissions de jeu sont, ne l’oublions pas, réalisées pour le téléspectateur — surtout depuis l’instauration de l’audimat ! La démarche des producteurs consistera ainsi à transformer « le téléspectateur en un joueur privilégié, rendu actif par certains procédés de mise en images, ou par l’utilisation de moyens connexes comme le courrier, le minitel, l’ordinateur ou le téléphone, qui tissent avec la télévision des rapports de plus en plus étroits d’intermédialité » (p. 155), cherchant à faire jouer le téléspectateur avec son écran de télévision.

10Dans sa conclusion, l’auteure souligne l’évolution du jeu télévisé dans le sens où l’« émission doit se clore par la désignation d’un vainqueur, ayant accompli avec succès toutes les épreuves et/ou n’ayant pas été éliminé. Cette victoire déclarée peut se traduire par l’obtention d’un gain ou d’un bénéfice matériel ou symbolique, direct ou indirect pour le vainqueur, ou pour le téléspectateur » (p. 182), la nouveauté étant la participation « par délégation […] du téléspectateur s’il dispose des mêmes informations que le candidat présent sur le plateau, ou à distance — par courrier, téléphone, minitel, Internet » (p. 182).

11Soutenu par une abondante bibliographie, de nombreuses illustrations et des références à plus de 200 émissions de jeu, ce livre apporte un éclairage original sur ce pilier de la télévision pourtant « méprisé par les critiques de télévision et par les recherches portant sur l’audiovisuel français » (quatrième de couverture).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pierre Gosselin, « Laurence LEVENEUR (2009), Les travestissements du jeu télévisé », Communication [En ligne], Vol. 30/2 | 2012, mis en ligne le 28 novembre 2012, consulté le 29 mai 2017. URL : http://communication.revues.org/3634

Haut de page

Auteur

Pierre Gosselin

Pierre Gosselin est chargé de cours à l’Institut des Sciences de la Communication et de l’Éducation d’Angers (ISCEA) de l’Université catholique de l’Ouest. Courriel : pierre.gosselin147@dbmail.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org